Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2016

Concert for Georges

Halor voilà je reviens sur un sujet particulièrement barbant mais compte tenu du fait que dans un blog normal on est bien d'accord que les billets faut pas les lire, eh bien qui ne saurait faire de mal à nobody que ce soit... D'ailleurs on voit pas tellement pourquoi j'en cause, étant bien moins amplement informé que des qui font des thèses et des ouvrages de plusieurs kilos sur ces phénomènes subreptices ; mais enfin on est tous un peu des motodidactes comme Clopine, et rien que dans les souterrains du cerveau on peut voir des trucs que les excellents spécialistes, pressés comme ils sont comme Alain Delon, loupent en se payant un pilier qui leur dit "gros plein de soupe !"

 

Hadonc en logique formelle on distingue le jugement (lien entre deux faits = idée) de prédication et celui de relation. Good ! Mais keskeucé comme dirait le Concombre ? La prédication c'est les boîtes, les étiquettes, l'appartenance à un ensemble (en fonction de ses lois de composition), ce qu'on obtient par le syllogisme le plus classique, la déduction : en un mot, le fameux "classer" de Georges Pérec. A cet égard je me demandais ce matin en renversant le café par terre si, en prenant comme cellule de base le syllogisme (ou son équivalent mathématique), on ne pourrait pas modéliser l'ensemble de la pensée, par exemple l'acte simple de mettre son béret pour aller au pain, avec sa variante de s'arrêter au bistrot qui appelle, ou même des constructions intellectuelles beaucoup plus abstraites.

 

Donc ça c'est le un, le classer, la prédication ; s'il peut tout faire, qu'est l'autre, le penser, le jugement de relation ? Hé bin c'est peu clair ; a R b, qu'on dit, mais pourquoi et comment, c'est à peu près aussi précis que le "penser". Du coup l'on songe à quelque magie, et même j'avais imaginé que ce pourrait être proprement le résultat du travail du subconscient, qu'il nous livre en renversant le café. Fatal error ! On n'a jamais dit qu'il nous livre des pensées géniales ; ce que l'on observe, c'est qu'il nous propose des idées séduisantes de clarté, et qu'on aurait dû avoir depuis longtemps : nuance ! Donc en fait c'est rien, c'est juste un autre canal. En revanche, ce qui caractérise cette activité, c'est sa grande puissance, due probablement à des questions de transmission : on arrive vite et bien dans l'ESP, avec toutes les perspectives qui s'ouvriront un jour. Mais le contenu, en toute rigueur, ça reste du "classer", du rangement, de la localisation, de la place, donc quelque chose d'expressément relatif.

 

Cela signifie qu'on aurait fait le tour de la pensée humaine, et qu'on ignore si d'autres sont envisageables. En revanche cela simplifie la question des ordinateurs nous supplantant : bien sûr, c'est possible, il n'y a rien que de très simples comparaisons, faites de manière heuristique, c'est-à-dire en comparant tout à tout ; quel boulot ! Mais déjà havec mon Xeon ça trace un max, alors avec des ordinateurs vivants...

 

 

21/10/2016

Unfall !

585798874.jpg

 

Voilà ce qui se passe le matin chaque matin que Dieu fait avant toute chose je fonce à la poste au petit galop de chasse relever non pas le compteur mais la boîte, attendu qu'on est affublé comme facteur d'un pitre tronche en biais qui ronque pire qu'un porc toute la matinée et s'amène tranquillos dégazer en pleine après-midi ; adonc de la sorte moi aussi je le suis, tranquille, en outre je vois pas son groin et enfin il y a les poubelles de la poste je mets tout le courrier c'est la poubelle qui trie.

 

Hadonc j'arrive avant que le soleil ne soit très haut dans  le ciel, christiania dans le dernier virage pour pas riper dans le caniveau, je mets le casque lourd la serpette entre les dents comme les Rouges et j'envisage l'objectif à quinze mètres et à fermes jumelles ; et qu'est-ce qui en sort, de l'objectif donc du gourbi des boîtes postales ? Un pingouin, vieux mais encore pas trop, et surtout harnaché à dans les six cent mille euros, jean encore étiquettes au vent et repassé comme à la Légion et tout le reste à l'avenant, en général je regarde pas beaucoup les mecs.

 

Et sur sa gauche c'est-à-dire face à moi, dégoulinant mollement sur le trottoir descendant sur nous, un autre pingouin, jeune celui-là, sur une trottinette, un patinette comme on disait. On voit la suite, i se rapproche pesamment du vieux, s'active sur son machin qui arrive même pas à rouler sur une pente pourtant assez marquée, lequel vieux regarde systématiquement ailleurs pour être sûr de se faire empapaouter et peut-être se faire rerembourser le jean.

 

Comment veut-on réussir des accidents avec des aouèches pareils ? Eh bien si, voyez-vous ça... J'ai jamais compris comment, guettant pour détrousser les cadavres. Ca a topé, le jean a commencé à se plier et le bill s'accroupir par terre comme un gros sac, pour se relever en se demandant où i était. Plus modestement l'autre a sauté de sa patinette.

 

Heureusement, il y a eu le dialogue, même à trois, avec la participation d'une bonne femme du voisinage spécialisée dans le boulot d'être là :

- J'en étais sûre, ça devrait arriver !

 

Franchement, on payerait un dialoguiste pour cela ?

 

Sinon, pour alimenter l'incertitude je vous dis pas qui a dit quoi :

- Maintenant fais attention, hein !

 - Oui...

 

Et on a peur des robots ? Mais ils sont là, les robots ! Et nombreux...

 

 

11/10/2015

Cohincidences (3)

Bon celle-là je la réservais par réservation vu que tout le monde la connaît même ceux qui ont pas de bagnole ni de trottoir. Vous êtes donc zu Fuss, dans les enceintes de la voie publique privée de l'Etat, comme par exemple le Kyzylkoum, la rue Godot-de-Mauroy ou la place Mauboussin ; n'importe où mais, attendu qu'il faut une voiture automobile comme petit matériel, sur les terres émergées. Pour simplifier la clarté du propos, vous êtes tout seul ou toute seule, à moins de six kilomètres rien en vue ni un brin d'herbe ni le moindre scorpion ou rattle-snake.

 

La tire, je vous la donne émile, elle se rapproche de vous à la vitesse d'un homme au pas car vous allez la longer en lisant Moto-Revue, Charlie-Hebdo ou L'Huma-Dimanche. Vous arrivez pas bien loin, dans les quatre mètres ; à ce moment-là, se produit-il quelque chose ? Oui. Schlac ! Le déverrouillage machin gonio magnéto pipeau s'est mis en branle et les quatre lourdes vous tendent les bras ! Non c'est pas vrai heureusement compte tenu du rossignol que c'est.

 

Halor si vous faites le seul truc à proscrire vous vous retournez, et là dans les neuf kilomètres vous entrevoyez un sourire idiot, mais bien idiot, lorrain, profondément idiot, idiot avec fièvre et ferveur comme dirait Saint-Ex. Le mec (ou la taupe) i jubile mais il sait même pas pourquoi ; c'est ontologique ! Rhalor après si on veut on peut essayer de décomposer la marmelade, mais c'est pitoyable. Par exemple il a pris le pas sur vous, malheureux passant et involontaire, parce que, lâchons le grand mot, il vous a surpris. Tu parles ! Au milieu du compte rendu de la fête de l'huma...

 

Je passe la suite ; ce que je voudrais essayer de montrer, c'est que le mec (ou la taupe) est très con, mais non seulement il sait pas pourquoi il a souri, mais encore il a même pas souri, il a rien fait, lui. Ce qu'il faut dire pour être précis, c'est "ça a souri", comme l'écrit je ne sais plus qui (un balèze). C'est une parcelle, non pas de gloire, mais de transcendance...

 

Conclusion i faut leur pardonner i savent pas ce qu'ils font c'est même pas des bêtes comme dirait euh... Onfray ? Ruquier ? Allah qui est grand ? Pitêt...