Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2018

Pour en finir...

juifs-orthodoxes.jpg

 

... avec ce retour de l'antisémitisme...

 

On connaît la vieille plaisanterie auvergnate : pendant l'occupation, on a accueilli et planqué les Izraélites dans nos fermes, mais c'était... pour mieux les plumer ! Ou encore Laval : "Pour rouler un Auvergnat, il faut deux Juifs !" Plus près de nous, Millet : "Pire que le Juif, il y a l'Arménien ; et pire que l'Arménien, il y a l'Auvergnat !"

 

C'est bon enfant et ça ne l'est pas ; car dangereux... Dangereux par une sorte d'accoutumance. Pour nous c'était la bonne plaisanterie des familles et n'allait guère plus loin. En France, cela reposait néanmoins sur un préjugé sérieux : Israélite = argent. Dans un Cendrars, en Amérique du Sud un protagoniste nous sert : "Un Juif fauché, j'avais encore jamais vu cela !". Mon père soi-même, qui au fond devait pas mal se foutre de toutes ces questions, nous apprenait, avec un sérieux d'une froide objectivité :

 

- En France, l'argent est à Gauche, protestant ou juif, et franc-maçon.

 

Pour la partie qui nous intéresse ici, cela remonte jusques à la première Francie ; quatre professions tout au plus, le guerrier, l'ecclésiastique, le paysan nourricier, l'artisan homo faber. Hinterdit au guerrier de tirer revenu de ses propres mains, et à tous du prêt d'argent : l'usure. L'argent est utilisé, s'use. On aperçoit déjà la notion, au moins potentielle, d'inflation. Toutes manières les rois de France (Philippe le bel !) trichaient assez, faux-monnayaient même... Et personne pour prêter de l'argent, moyennant bien sûr l'usure, compensation des diverses érosions monétaires, puisque la pratique en était interdite, donc, mais aux Français, aux Franciens seulement ! En Italie du Nord, ce sont les Israélites qui s'en chargaient. Qu'à cela ne tienne, on les laisse rentrer en France, mais sans qu'ils puissent en acquérir la nationalité ; libres, en quelque sorte. Et l'argent pouvait circuler, rendant de grands services ! Il en reste quelque chose avec ces grosses boîtes qui commencent par fabriquer des vélos ou des cartes-mères, puis connaissent une ascension phénoménale en utilisant leurs capitaux sur les marchés boursiers.

 

Du coup cela rend jaloux, on admet bien que le commerçant devienne riche, moins qu'il la ramène un peu trop. Surtout en France, mais dans toute la vieille Europe (Kristallnacht). Ce qui fait que souvent, comme ce sont bel et bien les Israélites qui sont à la base du développement économique, le terme "antisémitisme" n'est qu'un habillage de quelque chose que l'on pourrait appeler "antimercantilisme", qui lui englobe absolument toutes les communautés humaines. Ceci seul change pas mal la manière de voir les choses.

 

Mais il y en a d'autres ! J'ai un ami, rencontré au hasard d'affreux trajets boulot, soir et matin, Nancy-Strasbourg... Pas de la tarte ! Un matin on n'était que tous les deux sur nos banquettes, la converse va sur qu'il me faut prendre son adresse pour je sais plus quoi ; son adresse, donc son nom...

 

- Staal.

 

- C'est l'acier en... flamand, non ?

 

- Je suis juif...

 

Bé ? Mais quel rapport ? Ca me dit pas pour le flamand et pour l'hacier ! Stahl, Сталин... Et voilà qu'il est gêné ! Pourtant il est taillé deux fois comme moi, chef d'une PME... La religion j'en ai pas, je peux pas m'y intéresser ! Ha si j'ai un cousin par alliance, un égyptologue... Ben on les a mariés dans cette liturgie et voilà tout ! Je trouvais cela plutôt exotique, mais discret... Ca s'harrêtait là.

 

Havec nos Narabs mainenant c'est une aute paire de manches. Mais il y a des points communs. Ces Narabs, comme tout le monde, leur préoccupation c'est eux : une position bien artificielle qui prend fin, le pétrole. Se sentant pris au piège, d'autant qu'on va plus vite qu'eux en basculant déjà pas mal dans "l'après-pétrole", ils s'agitent ; brandissent des tas de complaintes, dont l'éternel antisémitisme . Voilà qui remet tout le monde d'accord, ou qui est censé le faire, et... autour d'eux ! De la même manière que les погромы d'Europe centrale, les bûchers de Saint-Louis et tout le reste. Oncle Wolf c'était pareil, c'est surtout quand il s'est vu foutu que ses discours ne comprenaient plus que cela, les Juifs ci ou les Juifs là. havant il s'en tapait, il le dit lui-même dans son bouquin, au tout début. Коба itou, la purge des toubibs en quarante-sept n'est rien d'autre q'un vaste погром ; fallait bien remplacer la guerre par une autre union sacrée au moment du désenchantement des premières années de retour à la paix... Partout, le Juif utile ! C'est horrible mais c'est bien cela.

 

Evidemment il y a la partie cachée ; le fameux "Comme les autres, simplement un peu plus que les autres". L'excellentissime Passou nous le révèle dans son Portrait, qui relate pratiquement la saga, comme on dit, des Rothschild depuis leur arrivée en France, à partir de la branche de Francfort, sous la Restauration. "Un peu  plus que les autres", ainsi c'est cela qu'ils pensent, qu'ils diffusent ; pas étonnant que... Mais quand bien même ! Reproche-t-on aux Bretons de se vouloir les plus têtus, aux Auvergnats les plus matois, aux Allemands les plus sérieux, aux Russes les plus spiritualistes, aux Italiens les plus amoureux, aux Anglais les plus classos, aux Chinois les plus civilisés, aux Ricains les plus pragmatiques ? Foutre non...

 

Et puis aussi... Tout y passe ! Apatrides, une vraie Mafia... Ils s'entraident, bien oui : tout comme les Rotariens les Maçons les Enarques... Les X. ! Mais il ne faut pas se faire d'illusion : s'ils sont si riches, cela n'a rien de surnaturel : ils gagnent beaucoup et dépensent peu... Sans dec ! Ils gagnent beaucoup parce qu'ils ont la culture à cela, peut-être... Mais aussi parce qu'ils bossent comme des ânes ! Ils dépensent peu, parce que, toujours culturellement, ils bannissent l'ostentation. Et là il y a en effet un aspect religieux : les Protestants sont un peu comme eux, boulot plus épargne, les Catholiques ce serait plutôt l'inverse liturgies magnifiques, belles maisons... On dira que l'Israélite se cache... En Juif ! Boh nous les Arvernes aussi, à ce compte-là... Fermes miséreuses, bêtes dégueulasses, mais... quelques bons hectares de forêts ! Havec les champignons... C'est ça la foi du charbonnier ! Apatrides maintenant : là en revanche il y a du nouveau ! Les patries tombent... havant les israélites ! Même là leur bon Dieu... Eh oui c'est fini mainenant c'est le Monde ; le monde gros village comme on dit impossible de revenir en arrière ! Même pour le Sri-Lanka la Terre de Baffin... Hon est tous hun ! Alor le cas des Izraélites c'est comme çui de Pierre Paul Jacques... Totalement forclos ! Il n'y a plus que des zumains... Encore quelques dingos genre Kim ou Narabs ensuite il n'y paraîtra plus ! Et puis alors des trucs gravissimes comme le nez crochu... Là c't'à hurler. qui s'amuse à se balader en nez crochu aujourd'hui ? Havec des lorgnons ! Evidemment ça vaut pas le monocle à Saint-Loup ! A Max Jacob...

 

Si on fait le bilan, aucun intérêt : tout le monde est comme-ci ou comme-ça. Reste que ce fromage, l'antisémitisme, revient, fait son come back comme une maladie qui ressurgit. On sait pourquoi cette fois-ci, mais enfin les Narabs ont bon dos comme oncle Wolf avait bon dos. Sans un solide substrat l'antisémitisme faf ou enturbanné ne serait rien du tout. D'autant qu'ils sont copains comme cochons, ces religieux idéologues, et même les pires, les monothéistes. I se ressemblent s'assemblent. Avec les polythéistes (certains penchants du christianisme) on pouvait discuter ! Pas d'intégristes là-dedans. Avec tous ces fous de Dieu, ou Hegel, on peut que crever. Pourquoi ? Passeque nous le reste du monde on représente une menace un peu plus terrible pour eux, et qui à tout le moins va les achever, ces idéologies : la science ; comme quoi on peut pas traiter un problème sans les traiter tous...

 

Commentaires

C'est bien, Sergio, cette gueulante. Oui, c'est grave toute cette haine. Merci d'être vous.

Écrit par : christiane | 07/01/2018

A là fin ça flageole un peu... On a tellement tout dit !

Écrit par : Sergio | 07/01/2018

" les bûchers de Saint-Louis"...déjà le Pape Boniface VIII avait demandé qu'on brûlât Montségur qu'il qualifiait de "synagogue de Satan"...formule un brin pléonastique dans sa bouche (?)

Écrit par : tristan | 07/01/2018

J'ai bien l'impression que Louis IX a été sanctifié parce qu'il était devenu, sur l'ensemble de l'Europe et au Moyen-orient, un pourfendeur de Juifs bien pire, toutes proportions gardées, qu'Hitler soi-même...

Écrit par : Sergio | 07/01/2018

@ Коба itou, la purge des toubibs en quarante-sept n'est rien d'autre q'un vaste погром

Une traduc for me, Sergio SVP... Quand on a l'attention floflo comme arpès un match france/galles, on pense plutôt à une purge de 37... Faut dire que j'ai du mal avec oncle Josèf, pour en finir, savapalfère...

Écrit par : Janssen J-J | 07/01/2018

Montségur qu'il qualifiait de "synagogue de Satan"
Le pape n'a pas inventé l'expression mais n'a fait que reprendre celle qui se trouve dans le Livre de l'Apocalypse, chapitre II verset 9 : "Je connais ta tribulation et ta pauvreté bien que tu sois riche, et les calomnies de la part de ceux qui se disent juifs et ne le sont pas, mais qui sont une synagogue de Satan."

Écrit par : Lucy | 07/01/2018

PS : Montségur était aussi "le Vatican de l'hérésie"

Écrit par : Lucy | 07/01/2018

Je te mets ceci, qui est plus sérieux que moi :

https://www.lexpress.fr/informations/le-pogrom-de-staline_627533.html

Erreur de moi ma gueule, ce n'est pas en quarante-sept, mais en cinquante-trois, ce qui fait que sa mort a interrompu la purge.

C'était très bien monté : complot des médecins au Kremlin. Deux implications : beaucoup de médecins sont israélites, donc en avant, van, le peuple sera content ; seconde implication : pour aboutir, un tel complot devait nécessairement bénéficier de complicités au sein de la номенклатура, donc tout bénef !

Écrit par : Sergio | 07/01/2018

Merci pour la référence, Sergio - Au temps pour moi, j'avais confondu avec une autre purge. C impardonnable... Je vous avais lu trop vite, et en effet la Wiki précise ceci :

Le complot des blouses blanches (russe : Дело врачей ; littéralement « l'affaire des médecins ») est l'affaire tournant autour d'un prétendu complot de médecins soviétiques, presque tous juifs, accusés en janvier 1953 d'avoir assassiné deux dirigeants soviétiques et d'avoir prévu d'en assassiner d'autres. Il s’agissait d’une machination montée de toutes pièces par le régime stalinien, et l’affaire est abandonnée deux mois après la mort de Staline.

Je me souviens toujours du témoignage hallucinant de Margaret Buber-Newman, qui après être sortie des griffes d'Hitler, tomba dans celles de Staline, etc.

Écrit par : Janssen J-J | 08/01/2018

J’ignore qui est juif ou non juif ici et dans quelle mesure est-ce un souci et pour qui, mais à la lumière de votre papier sur l’effrayant « retour de l’antisémitisme », Sergio, je tenais depuis longtemps à nous rafraîchir la mémoire sur le passage le plus troublant du livre majeur du regretté Zygmunt BAUMAN, Modernité et Holocauste (1989).
Je pense notamment au courageux 5e chapitre sur la « coopération des victimes » dont il dit ceci : tâche ingrate et douloureuse que celle d’analyser l’une des choses que nous préférons taire,… les mécanismes modernes qui prévoient la coopération des victimes à leur propre statut de victimes (p. 19). Il se réfère surtout à l’époque aux travaux d’Isaiaj TRUNK (les PV des Judenraäte encore existants) qui vont tout à fait à l’encontre de ceux d’Arendt… Vous vous souvenez sans doute de l’argument selon lequel sans toutes les aides substantielles et variées (apportées par les victimes), l’Holocauste aurait tout de même eu lieu, mais il serait entré dans l’histoire comme un épisode différent (du genre : si tous les juifs avaient désobéi en même temps). Avec ces aides, en revanche, d’après lui, l’Holocauste « oppose à l’historien et au sociologue un défi complètement nouveau ».
La prémisse de sa thèse est la suivante : l’objectif du génocide est atteint quand le volume de violence a été suffisant pour saper la volonté et la résistance des victimes, et que le groupe désigné a été privé des ressources nécessaires pour la poursuite de la lutte. ZB s’emploie d’abord à montrer comment l’entreprise génocidaire dût commencer par les élites traditionnelles, en tant que cibles de choix et ‘ennemi principal’ à décapiter. Ensuite, comment il fallut installer des élites juives dans un nouveau rôle au sein des Judenräte dans les ghettos, en nommant des Présidents choisis dans des groupes d’anciens vénérables, partageant des principes théorico-légaux sur l’exercice de tout pouvoir, y compris ceux qui codifièrent l’organisation autogestionnaire isolée des ghettos juifs. Or, explique ZB, l’autorité juive exerçait un pouvoir formellement illimité sur la population captive ; et par le haut, elle était à la merci d’une organisation criminelle (201 – un rôle de médiation crucial dans la perte de pouvoir des juifs). Il s’en suivit trois conséquences majeures : -< les juifs furent une partie intégrante et un maillon essentiel de l’agencement social qui devait les détruire ; -> ils firent le jeu de leurs oppresseurs en facilitant leur besogne tout en étant guidés dans leur action par un objectif de survie rationnellement interprété ; -> et, ajoute ZB… dans une thèse beaucoup plus générale, c’est la faculté du pouvoir moderne, rationnel, et organisé sur le modèle bureaucratique que de déclencher des actions fonctionnellement indispensables à ses objectifs et en même temps notoirement contraires aux intérêts vitaux de ceux qui les affectent (p. 203).
Et voilà ses développements sociologiques qu’il nous faut maintenant affronter, en essayant pour le moment de rester à bonne distance de l’effroi.
S’agissant d’abord des mécanismes de verrouillage des victimes (en ghettos physiques) par une organisation qui s’estime totalement compétente pour établir les paramètres de comportement des victimes, en les écartant physiquement du contexte de la vie et des préoccupations des autres groupes et en les en séparant psychologiquement… Et ensuite, du verrouillage par organisation de leur isolement spirituel…. Sa démonstration scientifique s’agence de la façon suivante : 1/ Excitation des sentiments antisémites des gens ; et mécanismes psychosociologiques de provocation du dégoût et de la répugnance. 2/ Propagande centrant les mesures anti juives exactement sur leur cible (cf. lois de Nuremberg). 3/ Contrôle de la ségrégation par un accompagnement du processus de « silence assourdissant des élites établies de la société allemande » (ex. des élites scientifiques trop attentives à préserver leur identité de savants – cf. Heisenberg… comme porte-parole de la Raison… qui ne signifiait pas d’avoir une éthique de leur activité scientifique mais l’unique objectif de préserver leur propre autonomie professionnelle) ; 4/ Capitulation des élites juives les incitant à transformer leur honte en orgueil pour diminuer la dissonance cognitive de cette capitulation liée à la complicité avec l’Holocauste. 5/ La solitude juive étant devenue complète, pas d’autres moyens rationnels que ceux d’épouser les principes comportementaux édictés par les geôliers : efficacité, profit accru, dépenses réduites. L’action rationnelle dans leur cas ne pouvait tendre et se mesurer qu’à l’augmentation de leurs chances d’échapper à l’extermination ou d’en limiter l’envergure ; ils furent sans cesse confrontés au choix entre un mal et un moindre mal, avec toujours l’espoir de sauver quelque chose, même si cet espoir se réduisait en permanence (l’espoir de la libération toujours ajourné, Befreiung).
D’où, par ex, s’imposa l’idée d’un droit exclusif à un traitement plus clément pour les « juifs établis » (de vieille souche) par rapport aux « juifs immigrés » (il s’agissait de briser les stratégies de solidarité intercommunautaires)… ce mécanisme de longue date facilita « l’anéantissement par étapes » (p. 218) /// on peut comparer avec l’establishment juif qui acquiesça à cette résolution de Vichy selon laquelle, pour protéger les juifs français, on pouvait bien livrer les juifs immigrés aux Allemands///… redoublé par un traitement différencié par les Judenräte à l’intérieur de chaque communauté pour conquérir le droit de devenir un « courtier en survie » (R. Hilberg). La croyance était répandue selon laquelle sacrifier quelques-uns pouvait sauver la masse (cf. bourgeoisie juive viennoise), non plus que celle que d’occuper un poste de préséance pouvait donner plus de chance de survie « l’individualisation des stratégies de survie conduisit à une ruée générale pur obtenir des postes et des rôles jugés favorables ou privilégiés et à des efforts pour s’insinuer dans les bonnes grâces des oppresseurs » (p. 221).
Comment un grand sociologue juif d’origine polonais a-t-il pu évoquer l’idée d’une théorie de la rationalité individuelle au service de l’anéantissement collectif ?… Voilà, ce me semble, ce qui devrait en principe intéresser nos internautes socio-historiens des blogs qui tournent toujours autour de ces questions…, tant à l’Amayerling qu’à la RDL (je précise que je poste ce message à la rdl, en étant à peu près sûr que le robot va le mettre en attente).
Là où il y a du choix, il y a possibilité de se comporter rationnellement, et c’est ce que fit la majorité des juifs, les Conseils juifs ayant accepté leur rôle d’échelon inférieur de la hiérarchie administrative allemande. Toute autogestion juive signifiait objectivement coopération… Tout était perdu avant d’avoir commencé, et pourtant, à chaque stade de la guerre, des décisions et des mesures devaient être prises et des buts poursuivis rationnellement. (ZB raconte que si l’arpenteur K. avait perdu sa bataille solitaire contre le Château, ce n’était pas parce qu’il avait agi de façon irrationnelle mais au contraire parce qu’il s’était évertué à employer la raison dans sa relation avec un pouvoir qui (supposait-il à tort) réagirait rationnellement à des avances rationnelles, ce en quoi il se trompait). Ainsi, en alla-t-il de la campagne « salut par le travail » lancée par des Conseils juifs dans les ghettos d’Europe de l’Est.
Dans le monde rationnel de la bureaucratie moderne, l’aventurier irrationnel est le dictateur (226). Ils travaillaient pour retarder la défaite finale de la force sinistre qui avait juré leur anéantissement. La police juive se devait de rechercher les obstinés et les forcer à se soumettre… (228), les Allemands les rassuraient après chaque « action » en leur affirmant que c’était la dernière. (et les Judenräte continuaient d’adhérer à l’idée que sacrifier certains en sauverait beaucoup plus)… Les gains calculés sur des baes rationnelles étaient transformés en obligations morales… Et cette stratégie du moindre mal fut poursuivie jusqu’au bout… « Comme si, lorsque Dieu voulait perdre quelqu’un, il ne le rendait pas fou – mais rationnel » … Après ce vertige,… ZB m’a semblé quelque peu se ressaisir : « mais il est vrai que la rationalité des dominés est toujours l’arme des dominants ». Et de poursuivre son implacable démonstration sur la rationalité de l’instinct de conservation.
Cet instinct est en principe l’ennemi n° 1 du devoir moral. Or, les conseillers et policiers juifs furent toujours confrontés à un choix simple : mourir ou laisser mourir les autres (laisser d’abord mourir les autres : peu débrouillards, doux, naïfs, honnêtes et scrupuleux), puis accepter des distinctions de classe (riches vs pauvres) dans une période où l’accès au pain devenait crucial (plus le prix de la vie montait, plus baissait celui de la trahison, p. 240)
Il nous faut conclure : qu’est-ce que l’Holocauste nazi a révélé à la science critique, au juste ? Et bien ??? A nous apprendre à distinguer entre la rationalité de l’acteur (qui est un phénomène psychologique) et la rationalité de l’action (qui demande à être mesurée par ses conséquences objectives pour l’action). Or, quand les deux rationalités se répondent et se recouvrent, la raison est un bon guide de comportement individuel. La concordance acteur/action ne dépend pas de l’acteur mais de l‘agencement de l’action qui, à son tour, dépend d’enjeux et de ressources dont l’acteur ne contrôle rien. Enjeux et ressources sont manipulés par ceux qui contrôlent véritablement la situation.
Que généraliser en tant que considérations morales sur le sujet magistralement traité par Zygmunt Bauman ? Quelques-unes de ces pauvres banalités discutables : 1 - dans des conditions de pouvoir fortement asymétriques, la rationalité des dominés est un avantage (très) incertain. 2 - L’histoire de l’organisation de l’Holocauste pourrait devenir un manuel de gestion scientifique 3 - La « rationalité » est très insuffisante pour unique étalon de mesure de l’efficacité organisationnelle , mais on le savait même depuis Max Weber. 4 - On ne peut pas éliminer les critères qualitatifs, normes morales comprises, pour comprendre l’efficacité des actions humaines, en sociologie.
_____________
Et voici le dernier grain de sel de la journée pour nos ami-es internautes : la subjectivité de la littérature et du témoignage vécu nous importeront toujours autant, sinon plus, que toutes les thèses de sociologie les plus étincelantes. Et il n’y a pas besoin de recevoir de bordées d’injures pour nous en convaincre. La coexistence pacifique est encore de ce monde, je l’espère toujours pour ma part.

Écrit par : Janssen J-J | 08/01/2018

trop long, jjj.

Écrit par : jjj poste des trucs bcp trop longs et c'est pas la première fois qu'il nous fait le coup | 08/01/2018

oui, c'est fait esseprès... pour dissuader les paresseux comme JC ou Evidence.
Moi je lis tout, même les pseudo à rallonge, c'est dire !

Écrit par : Janssen J-J | 08/01/2018

"Moi je lis tout, même les pseudo à rallonge" (jjj)

c'est un tort.

Écrit par : Il faut éviter de lire les coms signé par des pseudos à rallonge pour la simple raison que leurs auteurs sont souvent (pour ne pas dire toujours) des crétins finis, mais si jjj veut les lire quand même, libre à lui. | 08/01/2018

Vous en parlez en connaissance de cause, apparemment, des auteurs de ces coms !... J'aime bien me délasser auprès des pseudos des cons finis, de la plupart d'entre eux, c'est mon choix comme aurait dit cette fille à la télévision.
Rallongez la sauce, ça m'gêne pas du tout, bien au contraire... Je lis tout, car la plupart des crétins sont pas finis, et c'est ce qui fait tout leur intérêt.
Tu peux dhonc en mettre une tartine bien plus longue, tant que le blog d'Amayerling prend ton pseudo, que le message soit dedans ou dehors, hein hein... Bizz.
(Tu te bonifies depuis quelque temps, JC, que pasa ? Vous permettez que je te tutoyes ? tu manques beaucoup à lvdb et à wgw sur l'autre chaine : passoul t'a chassé ou c'est le syndrome Dali qui s'en vient à la mantule ?)

Écrit par : Janssen J-J | 08/01/2018

L'intérêt du crétin infini, c'est qu'on peut pas en faire le tour ! C'est comme un gros très gros, quoi...

Écrit par : Sergio | 08/01/2018

@ A là fin ça flageole un peu... On a tellement tout dit ! (à Paris)

https://www.youtube.com/watch?v=bFU-Y4oQoII

Écrit par : Janssen J-J | 08/01/2018

@ on peut pas en faire le tour

brefl, un in-con-tournable..., comme aurait michel foucault

Écrit par : Janssen J-J | 08/01/2018

Oublis le sujet Sergio :
demain est un autre jour.
Pour ceux partis en fumée,
jamais la nôtre ne la rejoindra.

Écrit par : P comme Paris | 09/01/2018

Ce P comme Paris a vraiment un air Z comme Zurich.
Mais, comme il ne réactive pas son blog, on ne sait pas...

Écrit par : Inbrau I-I | 09/01/2018

Pour ceux partis en fumée,
jamais la nôtre ne la rejoindra.
Écrit par : P comme Paris | 09/01/2018

Bien vu. Mais tout peut toujours recommencer...

Écrit par : Sergio | 09/01/2018

Tu crois que TKT viendrait rôder par icite, InbrauI-I ?

Bonjour à toussent et à Ch., j'espère qu'il ne vous est rien arrivé de grave, au moinssse ? Vous savez, même les chanteuses blondes sont appelées à partir un jour, c'est la vie... au sénégal. Le misère au soleil y est en général plus consolante que dans les bois.
Donc, pas pleurer !

Écrit par : Janssen J-J | 09/01/2018

Oui Dakar c'est super ; on s'ennuie jamais ! Paraît qu'on peut vivre dans ces coins pour pas trop cher...

Et alors là, à Dakar, moi la marquise y est née ! Maintenant de temps en temps pour les papiers on lui pose des questions... Chpeu la dénoncer comme migrante ! Sans dec, sans dec...

Écrit par : Sergio | 09/01/2018

Surtout qu'ils rigolent pas avec les migrantes pas réglo en amérique latino, depuis que la caravane y a bifurqué !... Sus à la copilote de la bagnole "Drakkar des bois" au drapeau jaune et rouge n° 43, qu'on leur dit !

Écrit par : Janssen J-J | 09/01/2018

holà, JJJ, comme vous y allez ! Restez zen, ou au moins poli, merde.

Écrit par : non c'est vrai quoi le jjj y se dit comme ça bon puisque c'est un blog familial on peut y aller d'accord j'ai rien contre le relâchement mais il faut que ça reste ponctuel du moins je suppose que c'est ce que pense sergio | 09/01/2018

Il y a des gros points et des petits points (comme les petits cônes pour le permis moto) ; c'est toujours une affaire de paramétrage !

Écrit par : Sergio | 09/01/2018

JJJ
il m'est difficile de dire plus sur un sujet aussi grave. Amitiés

Écrit par : christiane | 09/01/2018

christiane a raison, JJJ, assez déconné.

Écrit par : Hervé Riomay | 09/01/2018

Bon bon j'arrête de déc., mais pas sur ce que vous croyez, RV..., et désolé si j'ai fait de la peine aux internautes toujours très polis du blog à Sergio, à JC notamment.
Ch., mais vous parlez de quelle "gravité" au juste, vous habituellement si légère qu'on finit par s'inquiéter en votre absence : de France Gall ? du retour de l'antisémitisme ? de martine-fraise des bois ? de l'Holocauste ?
Non non..., je ne mélange pas tout, c'est vous qui n'avez pas bien suivi le fil(m) pour une fois. Mais vous serez toujours pardonnée, vous le savez. Amicalement.

Écrit par : Janssen J-J | 09/01/2018

Du billet de Sergio, JJJ. pour le reste je n'ai pas trop suivi.
J'ai vu (rapidement) que lvdb s'était déchaînée contre Sergio (RDL). Je n'ai pas compris pour quelles raisons. Une histoire de tafiole. C'est quoi ? Une voiture ? Une moto ? Bref ! rien compris au film.
Quant à votre commentaire si long, après le long billet de Sergio, c'était trop . Pas lu... désolée.
De plus vous parlez tous en déformant la langue française avec des "sss" partout, des abréviations, des lettres en plus (Annelise aussi). Alors je saute. Suis complètement incapable d'entrer dans cette graphie.
J'ai répondu sur la rdl à votre question sur les livres, JJJ. pas d'écho... (billet précédent le dernier). J'ai lancé une comparaison pour DHH (j'avais aimé son commentaire sur l'écriture intertextuelle). Pas d'écho. Il n'y a que Rose qui de temps à autre me glisse un mot en rapport avec un commentaire.
Quant à P.Edel dont j'aime beaucoup les billets et commentaires, sur son blog, 4 commentaires à la trappe. Aussi, je suis concise.
Marre de toutes ces querelles, de la méchanceté de C., des bêtises, des vulgarités qui font avalanche.
Savez-vous, JJJ, je suis très bien chez moi ou ailleurs. D'autres amis me mettent dans la joie de vraies conversations mais là, dernièrement, sur ces trois blogs cités, j'ai vraiment eu l'impression de perdre mon temps et à mon âge, il est précieux.
Bises, JJJ. Je vous aime bien quand même et les amis d'ici aussi mais cet univers d'internet me donne le tournis...

Écrit par : christiane | 09/01/2018

Effectivement, christiane, avant l'arrivée de JJJ, la vie était belle sur les blogs, on était entre gens de bonne compagnie, on se délectait des petites taquineries de wgg et de JC, des piques charmantes de daaphnée, ainsi de suite.
Et JJJ vint, avec son esprit sournois, sa laideur morale, sa méchanceté foncière. Je crois que sa seule apparition a créé un climat délétère dans l'ensemble de la blogosphère, surtout les blogs cuisine et tricot, où tout à coup les insultes ont fleuri. Les intervenautes se sont écharpés à coup d'obscénités, la vulgarité est devenue la norme.
Je sais que sergio a tenté de deviner qui il était, de trouver son adresse pour envoyer des copains lui crever les pneus, mais cet affreux homme échappe à toute recherche. Il se tapit dans l'ombre et, dès qu'on a le dos tourné, il clique. Alors c'est un festival de propos orduriers et d'ignominies.
Seule la police (ou peut-être un hacker de haut niveau) pourrait retrouver sa trace et mettre fin à ses agissements.

Écrit par : Hervé Riomay | 10/01/2018

Je n'ai jamais compris cette hargne envers JJJ. c'est un homme cultivé, ayant un franc parler. Il sert de bouc émissaire à certains et il n'est pas le seul... Quelques personnalités se croient tout permis : la calomnie, le mensonge, la dénonciation. La méchanceté est abondante, parfois difficile à concevoir car elle se déguise sous le jour de l'innocence, de la surprise. parfois, mieux vaut la provocation des haines identifiables (JC, lvdb...) , au moins on sait à qui on a affaire. Les autres, les sournois(es) me font gerber. Bonne journée !

Écrit par : christiane | 10/01/2018

"de trouver son adresse pour envoyer des copains lui crever les pneus"

Ah ça non, trop de respect pour la mécanique ! Sergio ne ferait pas cela, jamais !

Vous avez raison Christiane, c'est dommage toutes ces petites méchancetés cuites et recuites, mais parfois ça me fait rire et c'est mal ! si, je vous assure : quand je vois le gros coq qui pérore dans la basse-cour avec sa tata Lili, son génie, sa grandeur, bin je me dis qu'il serait super bon dans la tribune de Boulogne des ultras ( bon je dis ça, je ne sais pas s'ils sont pas dans le virage les gros méchants ?). Et qu'il se pavane, et qu'il se contient, Tata Lili par ci, Tata Lili par là, mais son rêve, son but, le vrai, c'est de se libérer un jour, et de crier : "Marseille, Marseille, on t'......".

Voilà son rêve. Et toc.

En attendant, il faut sourire et partager nos lectures Christiane. Belle journée à vous, surtout et aussi quand nous ne serons pas d'accord.

Écrit par : chiara | 10/01/2018

Lumineuse et combative Chiara, Merci.
Le coq me gêne moins que la renarde...

Écrit par : christiane | 10/01/2018

Ah, christiane, vous ne connaissez pas JJJ. Il a été impliqué dans une affaire de meurtre, dont il n'est pas sorti grandi. Et que dire de ses prévarications multiples ? On le connaît très bien au Ministère de l'Intérieur. Et je ne parle même pas de son rôle dans l'invasion américaine de l'Irak.
JJJ a tué, oui. Il a volé les économies de plusieurs petites vieilles. Jusqu'ici, il est toujours passé entre les mailles du filet, mais ça ne va pas durer.
Saviez-vous que Sergio avait attiré ce sombre individu dans son blog à seule fin de le coincer ? Nous y travaillons ensemble, il ne s'en sortira pas indemne ce coup-ci. D'ailleurs, il tremble déjà.
Tant pis, je le dénonce. Derrière le pseudo de JJJ s'abrite Johnny Jack Jawal le Corse.

Écrit par : Hervé Riomay | 10/01/2018

Pi crever les pneus hencor faut-il savoir ! Des coups à se retrouver comme Archibald qui éclate le gilet de sauvetage de Szut ! Milsabor...

Écrit par : Sergio | 10/01/2018

Hervé RIOMAY (dit Delaporte sur l'autre chaine) répondait en direct à CHRISTIANE sur l'amayerling à propos d'une intervention de JJJ sur la même chaine ...

[Janssen J-J dit: 9 janvier 2018 à 19 h 07 min
@17.43 etc… Et c moi que vot’copine traite de keuf icite à longueur de temps, pauv’delaporte cavaleur en cavalcrade !… Vous faites quoi comme aut’ métier au juss (en dehors de ticier) ? Combien vous paie-t-on pour sévir icite ? Combien avez-vous planqué de saques en Suisse ou sous déclaré pour vous optimiser au fix françoué ? Et quelle solution avez-vous trouvée pour Snowden et pour assainir les mœurs financières ou autres saloperies de la curie romaine, au jussss ? Voulez-vous qu’on vous branche sur la DCRI, (ou y êtes-vous déjà englué comme « sous-marin » à l’insu d’vot plein gré) ? On peut toujours vous aider, si yaxa… Y seriez bin plus utile à la littérature policière gore en général et à Dieu-Hamon-RU en particulier qu’à la rdl, fidg !]

Ouh ouh méfions nous, etc.
https://www.youtube.com/watch?v=7XjyrYwkBf8

Écrit par : A vous, Cognacq Jay !... | 10/01/2018

Pour les saques en Suisse, faut au moins une katiba d'ânes de Clopine !

Écrit par : Sergio | 10/01/2018

Non, alors là JJJ t'attiges, y a des limites à pas dépasser. Me traiter de Delaporte, c'est quand même un monde !
Je connais tes turpitudes (pas toutes, loin de là), je connais tes pseudos, tes méfaits, je SAIS que tu as prêté la main aux malversations dont chiara s'est rendue coupable à la caisse d'assurance vieillesse. Je connais les bassesses dont tu es capable, mais cette fois tu vas trop loin.
Sache que désormais ton nom circule sur tous les blogs néerlandophones d'Ukraine.

Écrit par : Hervé Riomay | 10/01/2018

tu me plais bien, toi, comme sacré plaisantin, RV Non Mais !
J'vas essayer de deviner autre chose, halors : gwg ?... enfin de retour de Kiev, via Hamster-Dame ?

Écrit par : Janssen J-J | 10/01/2018

Johnny Jack J, tu es un monstre, je ne tomberai pas dans ton piège.
Je ne suis pas un erdélien, ne cherche pas. (Ai-je donc commis tant de fautes d'orthographe pour que tu me confondes avec le gros malotru ?)

Écrit par : Hervé Riomay | 10/01/2018

(une piste : j'ai été un temps l'amant de Christiane)

Écrit par : Hervé Riomay | 10/01/2018

(du temps que, jeune et belle, elle vivait nue dans les alpages)

Écrit par : Hervé Riomay | 10/01/2018

Christiane, si vous saviez comme vous m'amusez..Vous écrivez :" quelques personnes se croient tout permis, la calomnie ...etc". Vous écrivez aussi: "marre de toutes ces querelles,de la méchanceté,des bêtises...etc".
Vous avez perdu la mémoire !! Sur ce blog "amayerling" ,vers la fin du mois de nov 2017, vous vous déchaîniez contre moi, Olga; 60 lignes bien tassées pour proclamer que Olga c'était du bidon, une menteuse, une faussaire....etc etc" ( à rechercher sur le blog si vous l'avez oublié). Je tombais des nues, je ne vous avais rien fait, je devais parler de la Volvo Race Ocean, ma passion, et en vraie teigneuse surexitée, vous balanciez des tas d'élucubrations sans queue ni tête. Je ne vous ai rien répondu; Sergio avec finesse, non plus. Depuis vous faites la joie de la maisonnée et des amis, dans la cage d'escalier, privé, ils ont punaisé sur le liège des grandes feuilles de Canson,et vos aventures -inventées- dessinées, font la joie de tout le monde. J'y figure aussi, évanescente, en vieille universitaire bigleuse, bien sûr! écrasée sous des piles de livres pleins de poussière! Les blogs sont ouverts à tous les vents, Christiane, et se fendre la pipe est le meilleur des exutoires.
Je prépare ma valise à roulettes, en voyage Olga aussi légère qu'une baudruche. Bien à vous, bonne soirée,Christiane, vous m'avez réjouie et m'avez été très utile. 17h47.

Écrit par : olga | 10/01/2018

bon, je vois que tu cherches à me faire baver de jalousie, mais Ch. vient de me dire qu'elle t'a jamais con-nue dans les Alpes (trop pyrénéenne pour ça), et qu'elle ne sera jamais la bovary d'un homais de ton espèce, gagn'p'tit ! A moins que tu me cherches, telle martine, jadis, des journées entières dans les bois... et là, çà deviendrait plus perfid', mais d'après qu'elle hose pas écrire sur cette chaîne.

Écrit par : RV Luxembourgeois, je rends l'antenne | 10/01/2018

Olga 17.47, il faut comprendre Ch... On pense parfois s'adresser à des gens dont on croit qu'ils vous veulent du mal, pi ça part en couilles colibries. Après, on se dit qu'on s'est trompé, mais on oublie de s'excuser. On est toussent un peu paranoïés, dans ces mondes virtuels dont on s'efforce de croire qu'ils peuvent être amicaux et tangibles, mon moi 1er.
Je sais que Ch. traverse une mauvaise passe en ce moment, mais je sais aussi qu'elle vous aime beaucoup et qu'elle a tout oublié de son écart passé. Elle pensait s'adresser à quelqu'un d'autre, et elle est généralement très solidaire avec tous les erdéliens.
Bon, il faut attendre un peu.

Écrit par : Janssen J-J | 10/01/2018

Sergio, superbe billet, vous n'y allez pas par quat'chemins. Vous me faites penser au film Barry Lindon" ; à la toute fin apparaît ce carton, comme dans les films muets , en anglais ofcorse, et approximativement " tous ces personnages se sont entretués, se sont querellés; aujourd'hui, ce n'est plus possible, nous sommes tous égaux" le film date...de la fin des années 80 ? ? . Je retrouverai le texte intégral...
Pour prouver que je suis bien Olga, il me suffit de vous dire que la bataille fait rage au sortir de la Mer de Corail. Dong Feng était en tête,voile dans voile avec Mapfre. Frank Cammas est à bord, il a embarqué à Melbourne, remplaçant P.Bidegorry (orth) blessé. Il est donc navigateur, Caudrelier est tjrs le skipper; en vagues et en flammes. Vive la mer et les voileux.
A hong kong ! Bises et brises variées à tous. Olga 18h17

Écrit par : olga | 10/01/2018

Qui veut trop prouver mal étreint. Dans la mer de Corail, il serait 18.17, heure locale ? Surprenant !...

Écrit par : Janssen J-J | 10/01/2018

La mer de corail... tous les voiliers sont dans le pot-au-noir, ils n'avancent plus, ils ont contourné les îles Salomon, il fait une chaleur intenable, ils sont près de l'Equateur; il y a 11h de décalage avec UTC, il doit donc être aux alentours de 04h/05h du mat, ce qui n'a pas grand sens, en fait.. Dong Feng est "en tête" de peu et le reporter photographe du voilier envoie des clichés. A bord de chaque voilier il y a un cinéaste embarqué.
https://www.lempertz.com/uploads/tx_lempertzproject/Lempertz-862-119-Photographie--Photoarbeiten-Heinrich-Heidersberger-Rhythmogramm.jpg
tourbillon du temps,? c'est une photo et non une fractale....
il fait nuit noire chez moi. Olga

Écrit par : olga | 10/01/2018

Ah, Olga, ma mémoire est bien différente. C'était un portrait, d'une personne toujours en voie de disparition... Cela ne m'a jamais empêchée de savourer votre humour et d'apprécier vos images mais de furie contre vous, que nenni !

Écrit par : christiane | 10/01/2018

Voici le carton qui clôt le film "Barry Lyndon"
" it was in the reign of Georges III
that the afore said personages lived and quarelled
good or bad, handsome or ugly, rich or poor
they are all equally now"
le tout accompagné par Schubert...

Écrit par : olga | 10/01/2018

J'ai retrouvé, Olga, Est-ce celui-ci ?
"

Olga, vous êtes aussi menteuse que ces mots : "l'année dernière". Quel passé ? Il n'y a pas de passé. Tout se passe au présent dans ce foutu film de nous autres, les attachés du clavier, au présent de la durée d'une séance de cinéma ou de l'ouverture d'un blog. Pas de passé. pas de souvenir. Une invention perpétuelle. Un oubli perpétuel. Olga, vous êtes aussi menteuse que ces mots : "l'année dernière". Quel passé ? Il n'y a pas de passé.comme ces petits baromètres d'autrefois dont la couleur changeait à l'approche de la pluie. Vos questions n'ont aucun sens. Tout recours à la mémoire pour vous rejoindre est voué à l'échec. Vous êtes un personnage de cinéma et son metteur en scène. Vous vous effacez au fur et à mesure que vous apparaissez un peu comme... ah, je ne sais nommer. C'est en train de s'écrire... En résumé vous n'existez que lorsque vous écrivez un commentaire, ici, fantasque, désopilant, extravagant ; chez Paul, costume empoussiéré d'universitaire coincée entre deux piles de livres. Ici les embruns, là-bas, les lunettes. Vous vous êtes fracassé le visage je ne sais combien de fois ! un vrai kaléidoscope ou un masque jamais définitif. Robbe Grillet vous va bien, Resnais aussi. Sergio se gondole, le projecteur en mains. Image tremblotante d'un vieux film en noir et blanc que ne dédaignerait pas la délicieuse Annelise ni ce diablotin de JJJ ! Avec vous on a toujours un train de retard : on était dans le passé de votre histoire qu'on a confondu avec un présent. Aujourd'hui ce plan, dans le parc, immobilisé diurne, demain, c'est-à-dire hier, un plan nocturne avec une lanterne sans ampoule... Vous êtes subjective, mentale aurait dit Robbe Grillet. Vous n'existez que par vos lecteurs, même par dédoublement... Vous brouillez les pistes, en permanence et JJJ sourit à vos facéties.
Bon, à c'te heur' c'est café et nuage de lait comme dirait lvdb. Pour elle aussi, le temps est le personnage principal... Dans vos paroles le temps se trouve coupé ! Pas plus réelles l'une que l'autre, sans oublier JC, le maléfique... Pas d'identité... Impossible de communiquer... Il faut vous inventer, nous inventer. Un peu comme dans le nuage d'encre :
" Pour se dissimuler de ses prédateurs, la seiche a plusieurs issues , la fuite et la dissimulation , Pour cela elle dispose d’une poche à encre . cet organe est constitué d’une glande qui sécrète de la mélanine qui mélangé au mucus forme de l'encre noire .
En s’enfuyant, la seiche envoie un jet d'encre à son adversaire formant ainsi un nuage qui lui permet de se dissimule au yeux de celui ci . De plus, l'encre contient des enzymes qui troublent l’olfaction de l’agresseur. "
Pour vous, la plume en plus ou le clavier..."

Écrit par : christiane | 21/11/2017

"Olga, vous êtes aussi menteuse que ces mots : "l'année dernière". Quel passé ? Il n'y a pas de passé." Menteuse comme Resnais ! C'est plutôt un compliment, non ?
"Vos questions n'ont aucun sens" comme dans un poème dadaïste
"Vous êtes un personnage de cinéma et son metteur en scène." Vous n'allez pas dire le contraire !
"Vous vous effacez au fur et à mesure que vous apparaissez" Encore une remarque qui me parait juste.
" fantasque, désopilant, extravagant" Est-ce méchant ?
J'ai beau relire, je ne vois pas ce qui vous a offensée. Je réécrirais bien le même portrait et je vous aime ainsi, feu follet !

Écrit par : christiane | 10/01/2018

Christiane, mais je n'ai rien d'un personnage de Resnais ! et je ne suis pas comme la mule du Pape, n'en déplaise à certain ....
Vous écrivez de si longs posts ornés de multiples métaphores que l'on s'y perd. En tout cas, on a bien ri et c'est l'essentiel ! Voici mon cadeau, assez réussi !
http://scheubleinbak.com/img/artists/Heinrich-Heidersberger_Rhythmogram-3782-247.jpg

Écrit par : olga | 10/01/2018

C'est ma bien compliqué tout ça, moi je suis perdue, pas dans la mer de corail mais dans les mouvances des commentaires et des... pseudos ! Mais ce n'est pas grave, je vous souhaite à tous une belle et douce nuit loin des flots débridés. Je vous aime tous, vous me distrayez.

21 h 26

Écrit par : Lucy | 10/01/2018

C'est très beau Olga, merci.
Mentir comme Resnais... dans ce film, c'est par exemple, lui donner un titre qui donne l'impression qu'il y a eu une année dernière, alors qu'il n'en est rien et que le spectateur se pose cette question sans pouvoir lui donner de réponse.
Ce que j'essayais de vous dire par ces "métaphores" c'est que vous menez un jeu fascinant de commentaire en commentaire, changeant de lieu, terminant vos posts par une pirouette. Cela n'a jamais été un reproche de ma part mais un désir de prendre du recul par rapport à vos aventures imaginaires dignes du baron de Münchhausen ! Vous emportez mon adhésion parce que vous me faites rêver et cogiter comme Resnais (dont j'aime infiniment les films-labyrinthes). Je suis désolée que ce post-portrait vous ait mise mal à l'aise. Je pensais que vous alliez rire aux éclats ou vous éloigner avec un petit air mutin.
Il y avait un très grand prestidigitateur au XVIIIe s.,Cagliostro, ou mieux de Joseph Balsamo, son véritable nom.
"Le Miroir de Cagliostro est un tour de prestidigitation fascinant : le magicien joue avec l’objet comme s’il ouvrait sur une dimension insoupçonnée. Sous ses mains expertes, les objets qu’il manipule semblent s’enfoncer et disparaître dans la surface argentée du miroir – ou, au contraire, en sortir. La légende veut que l’étrange Cagliostro, qui fascina tant la cour de France à la fin du XVIIIeme siècle, ait donné son nom au tour parce que lui-même prétendait matérialiser d’impalpables esprits dans le tain trouble des glaces… "
Vous même incitez vos lecteurs à franchir le miroir d’on ne sait quel monde ou quel temps...
Bonne soirée, fille de Cagliostro à vous et à Lucy.

Écrit par : christiane | 10/01/2018

le film date...de la fin des années 80 ? ? .
Écrit par : olga | 10/01/2018

Un peu plus tôt, je crois. Mais j'ai mis trente ans à le voir ! Il échappait toujours... Pour finir je l'ai emprunté à la bib. J'étais déçu qu'il lui arrive tant d'avanies, à ce Barry ! Enfin il reste quand même vivant...

Écrit par : Sergio | 10/01/2018

Voilà, Olga, ce qu'en dit A Robbe Grillet :
"Toute l'histoire de Marienbad ne se passe ni en deux ans, ni en trois jours, mais exactement en une heure et demie. Et quand à la fin du film les deux héros se retrouvent pour partir ensemble, c'est comme si la jeune femme admettait qu'il y a eu bel et bien quelque chose entre eux l'année dernière à Marienbad, mais nous comprenons que nous étions justement l'année dernière, durant toute la projection, et que nous étions à Marienbad. Cette histoire d'amour qu'on nous racontait comme une chose passée était en fait en train de se dérouler sous nos yeux, ici et maintenant. Car bien entendu, il n'y a pas plus d'ailleurs que d'autrefois. (...) le seul personnage important est le spectateur ; c'est dans sa tête que se déroule toute l'histoire, qui est exactement imaginée par lui. (...) L’œuvre est à elle-même sa propre réalité.
(Pour un nouveau roman)
Flaubert écrivait le nouveau roman de 1860
Proust le nouveau roman de 1910
Sergio et Olga portent leur propre date en mettant au monde leurs interrogations... Ainsi, cette nuit, "la mer de corail... tous les voiliers sont dans le pot-au-noir, ils n'avancent plus, ils ont contourné les îles Salomon, il fait une chaleur intenable..."

Écrit par : christiane | 10/01/2018

encalminé...

Écrit par : P comme Paris | 11/01/2018

" Encalminé dans mon pot au noir, je passais mes journées à ne rien faire, en sentinelle derrière ma fenêtre."
Christophe Masson, "Ombre Chinoise", Editions Revoir

Écrit par : christiane | 11/01/2018

Encalminé dans la pétole...

Écrit par : P comme Paris | 11/01/2018

Christiane et les autres aussi. 15h et je n'ai rien mangé encore ..
Christ. vous êtes excellente quand vs parlez de ce que vs aimez & connaissez. J'ai justement envie de lire Jules V, Fenimore Cooper en ed.illustrée, bien sûr. J'ai lu quasi tout sur le nouveau roman, alors mollo sur Robbe Gr; il avait une incroyable collection de cactées, j'espère qu'elles sont tjrs vivantes. Cagliostro, quelle bonne idée.
Mais si, j'ai ri,un blog, ce n'est pas un endroit où faire sa mijaurée; c'est un endroit d'échanges, pas pasteurisees , les plus infertiles qui soient.
J'ai lu le livre rouge de Lydie Salvayre, génial; pas eu le temps de lire autre chose.
"Barry Lyndon" lumière , des dorés sortis tout droit des tableaux; le roucoulement des colombes et le froissement des ailes durant le "duel", la musique, pas seulement Schubert. Bref, je prends mon pied à chaque fois, d'innombrables fois.
Lucy est revenue, elle a un travail qui la divertit au plus haut point, pas étonnant, elle a l'érudition jouissive.
On trouve déjà , chez les fleuristes, du mimosa, et des tulipes , de quoi rêver.
Les voileux ne seront à Den Haag que fin juin...le bruit des vagues et les poissons volants. Olga

Écrit par : olga | 11/01/2018

Voilà, Olga, un commentaire qui fait mimosa gorgé de soleil dans le ciel gris. Continuez de nous ravir. Oui, le tragique Barry Lyndon laisse un "froissement d'ailes et un roucoulement de colombes" dans la mémoire. Chez vous les couleurs passent par le toucher et l'odorat et l'expérience du langage contient toutes les autres.

Écrit par : christiane | 11/01/2018

Bon, Sergio, maintenant faut arrêter de te défiler, réponds à la question : à Mayerling, le Rodolphe, il s'est suicidé ou il a été dégommé sur ordre de Bismarck ?
Parce que c'est pas la peine d'appeler son blog à mayerling si on n'a pas la réponse, hein. Sur ce point, JJJ n'a pas tort, comme dit P comme Paris.

Écrit par : Suzanne de Lourmarin | 11/01/2018

à Mayerling, le Rodolphe, il s'est suicidé ou il a été dégommé sur ordre de Bismarck ?
Écrit par : Suzanne de Lourmarin | 11/01/2018

Lourmarin c'est mignang...

1) Rodolphe n'avait pas de raison de se suicider. Il avait une activité politique à la cour, se préparait à hériter de l'empire.

2) On a retrouvé des témoins oculaires, qui eux ont pu révéler la présence d'agents présents une journée durant autour de la maison, et actifs.

3) Les études balistiques aussi sont très affirmatives : assassinat.

4) On a un mobile, et velu : Rodolphe commençait déjà à s'émanciper, à mener sa propre politique étrangère. En particulier il militait en faveur d'un axe Vienne-Paris, pour précisément échapper à la tutelle de Berlin. Son interlocuteur secret était le jeune Clemenceau. Fondamental ! Et autre chose que cette rigolade de suicide...

Bismarck n'était plus aux affaires, ne s'entendant pas avec le nouveau Kaiser. Seulement il continuait à tirer des ficelles pas mal de loin, ce qui n'est pas toujours le moins efficace. Il conservait une mouvance, une coterie, des affidés par lesquels il pouvait influencer le Kaiser.

Voilà voilà... En principe, donc, l'acclaire est faire l'afflaire est caire...

Écrit par : Sergio | 11/01/2018

Si je comprends bien c'est un assassinat suivi d'un suicide. Double assassinat pire que la rue Morgue.

Écrit par : tristan | 12/01/2018

Non tristan, vous n'avez pas bien compris, c pourtant acclaire !

Écrit par : Janssen J-J | 12/01/2018

C'est clair si on veut, JJJ, on a longtemps considéré que c'était en effet un assassinat suivi d'un suicide.
Moi, ce que je pige mal, c'est pourquoi ils ont liquidé la meuf. Le mec, d'accord, pour toutes les raisons énumérées par Sergio, mais la choupette, on se demande.

Écrit par : Inspecteur Anssen A-A | 12/01/2018

Ben... Parce qu'elle eût été un témoin plutôt gênant ? Je crois qu'il y a pratiquement eu fusillade, ou un début de fusillade.

Il y a un truc à savoir aussi avec ces Vetsera, une famille noble d'origine hongroise, c'est que ce ne sont pas de parfaits inconnus à la cour de Vienne, ni au paddock de l'héritier, le gars Rodolphe, qui y avait mis la mère (de Mary) une bonne dizaine d'années avant d'y installer la fille (Mary). Un homme de bien !

Écrit par : Sergio | 12/01/2018

Et qu'en pense Suzanne Adamsberg, la recluse priant devant la tombe d'Albert Kamus ? Faudrait qu'elle donne son opinion, vu qu'elle a quand même posé la question et qu'il s'en est suivi des éléments d'éclairages probants de la part de la brigade !

Écrit par : Janssen J-J | 12/01/2018

Il n'existe pas de particules détachables dans la grammaire française, JJJ. Le participe passé du verbe ensuivre est ensuivi. Donc reprenons : il s'est ensuivi des éléments d'éclairage etc.
Je vous dis ça pour votre bien, JJJ.

Écrit par : | 12/01/2018 | 12/01/2018

Ah merci infiniment suzanne DHH, vous me faites un bien fou, car à vrai dire, je n'avais jamais top su à quoi m'en tenir avec cette histoire de s'en-suivre au participe passé. Elémentaire pourtant, cette règle sur les nano-particules. Plus pire, lumineuse..., dirais-je même !

Écrit par : Janssen J-J | 12/01/2018

Élémentaires mon cher Janssen, les particules...

Écrit par : Lucy | 12/01/2018

mais vous, Lucy, aimez-vous cette chanson un peu niaise ?
http://www.jukebox.fr/pascal-obispo/clip,lucie,385xl.html

Écrit par : Janssen J-J | 12/01/2018

JJJ, Obispo et puis quoi encore ?
Moi, c'est ici :

https://vimeo.com/107213875

Écrit par : Lucy | 12/01/2018

Pat V expliquant à JJJ, qui voudrait apprendre à dessiner, comment faire du Pat V :
https://www.youtube.com/watch?v=LYrvS4bvhTw

Écrit par : suivi du courrier | 12/01/2018

Jean Marie Staive / versus, c'est aussi cet autre blog :
http://staive-vestale.blogspot.fr/2016/07/que-sais-je-du-jardin.html
Ne vous moquez pas, c'est un être sensible, plein de ressources, un grand lecteur d'essais sur l'art.

Écrit par : christiane | 12/01/2018

Mais personne ne se moque de versubtil/Pat V, où avez-vous vu ça, christiane ?
Vous êtes incroyable. Ces derniers jours, on a vu un échange de déconnades entre JJJ et Riomay, et vous êtes intervenue en protestant, disant : cessez vos méchancetés. Vous avez vraiment une grille de lecture très particulière.

Écrit par : suivi du courrier | 13/01/2018

O.K pas de problème. dernier commentaire.

Écrit par : christiane | 13/01/2018

moins deux à Nancy, dit la météo. Eh bé, bien que d'origine lorraine, je suis content d'être parisien depuis quarante balais.

Écrit par : p'tit loup | 13/01/2018

Dans ses fragments de vie de menteur, john le carré raconte avec beaucoup de sincérité l'une des plus belles journées de sa vie d'écrivain, sa rencontre avec bernard pivot à l'apostrophes ; il a "cette qualité des plus insaisissables (...), une générosité d'esprit naturelle, ce qu'on appelle l'intelligence du coeur" (le tunnel aux pigeons, p. 356)
https://www.youtube.com/watch?v=RwNHAlOag78 - Il lui a redonné sa cravate.
Aucun intérêt pour le blog ??? Possible. A Paris, il fait plus chaud qu'à Nancy, mais moins qu'à La Rochelle. Oui, j'apprends à peindre avec le versubtil, c pas ennuyant du tout.

Écrit par : Janssen J-J | 13/01/2018

c'est devenu tellement classe sur ce blog que le piteux JC n'ose plus intervenir... comme dirait christiane : chouette !

Écrit par : Evidence | 14/01/2018

Merci Christiane pour l'adresse du blog jardin et merci JJJ pour cet épisode d'Apostrophes que j'avais manqué !

Écrit par : Lucy | 14/01/2018

O.K, denier commentaire sur cette méprise ! J'ignorais que Pat.V était J-M. Staive que je suis avec attention depuis des années. Je ne trouve d'ailleurs aucune ressemblance entre l'un et l'autre. J-M.Staive /Versus n'est jamais méprisant...
Donc, JJJ, vous étiez de bonne foi (comme on le dit). J'ai reçu quelques enveloppes de Versus/J-M.S, une merveille de pureté et d'élégance.
Lucy,
quel est ce blog des jardins ? Je n'en connais aucun !

Écrit par : christiane | 14/01/2018

Ah, oui, très bien ce passage de cravate !

Écrit par : christiane | 14/01/2018

Détails copié-collés sur la page de Versus Anima -
J'ignore s'il y a un lien avec Pat V ou versubtil.
(Je ne suis pas le pseudo "suivi du courrier', je laisse ce dernier à ses responsabilités, Ch.)

versus

Ma photo

Taille maximale

Sur Blogger depuis le octobre 2010

Consultations du profil - 6681
Mes blogs

versus anima

Qui suis-je ?
Sexe MALE
Secteur Arts
Localité cultiver mon jardin, sud-ouest, France

Écrit par : Janssen J-J | 14/01/2018

Merci, JJJ,
c'est que Versus/J-M.Staive est quelqu'un de très important pour moi.

Écrit par : christiane | 14/01/2018

Je vous présente Versus, JJJ :
https://1.bp.blogspot.com/-H7CNQ72eRgI/VOhOQn9M0XI/AAAAAAAAC54/aQs0EXLK_5s/s113/*

Écrit par : christiane | 14/01/2018

Ben....euh.... j'ai rien à dire .... et j'espère servir d'exemple.

Écrit par : JC.....18h34 | 14/01/2018

Pour JC, j'ai rien à dire non plus sur les fractales...
https://twitter.com/twitter/statuses/951728634573795328

Écrit par : Janssen J-J | 14/01/2018

Elles sont étranges, vos statues, JJJ. Elles s'ignorent, ne se voient pas, se traversent i,différentes. Drôle de symbole pour l'amour !

Écrit par : christiane | 14/01/2018

JC,
Le portrait ? c'est un copié-coller pris sur son blog. Pourquoi tu ne dis rien ? Oui, versus est un ami virtuel intéressant. Il fait de belles photos et trouve des textes intéressants sur l'art. Je crois qu'il est encadreur. Son blog créations plastiques est amusant.
Bonne soirée.

Écrit par : christiane | 14/01/2018

L'illustration proposée, cette bande de beaux gosses bien encrédulisés par les serviteurs débiles de YHWH, me plait ! Elle témoigne de ce que peut être la drogue religieuse : une fabrique de crétins, sonnés physiquement ça se voit, et mal en point certainement au plus profond de leur boite crânienne ! Quelle misère ....

Écrit par : JC.....6h34 | 15/01/2018

Il est tout de même fabuleux que malgré la variété des possibles présents, scientifiques ou autres, des tarés religieux noient leur vie - volontairement - dans une petite cuvette de chiottes pleine de vieux délires irrationnels, venus du temps où on croyait n'importe quelles légendes monothéistes ... Quelle honte pour le genre humain ! ...

Écrit par : JC.....9h12 | 15/01/2018

JC,
observant la photo choisie par Sergio tu poses une question qui n'est pas anodine, celle du costume (religieux). Cette contrainte, liée à des interdictions, imposée et qui a valeur symbolique pour ceux qui le portent, devenant marqueur d'identité, protection.
Idem pour les vêtements profanes, les travestissements, la transgression (identifiant sexué), les mythes qu'ils véhiculent, les marques identitaires, la façon dont on "costume" certains enfants pour les cérémonies, les costumes et coiffes traditionnels des régions en France...
L'anecdote de B.Pivot à Apostrophes en dit long à ce sujet...

Écrit par : christiane | 15/01/2018

J'ai fini de lire le livre de Yuval Noah Harari, "Sapiens: une brève histoire de l’humanité".
Ma conclusion: on mange trop !

Écrit par : tristan | 15/01/2018

Moi aussi, j'ai fini de lire le livre de Yuval Noah Harari, "Sapiens: une brève histoire de l’humanité".
Ma conclusion : on mange trop, on ne pense pas assez, et surtout, on ne s'exprime pas assez simplement...

Écrit par : JC.....5h22 | 15/01/2018

Cela fait des années que je n'avais pas lu un essai-histoire aussi clair, pensé, et utile ...

Écrit par : JC.....15h52 | 15/01/2018

on ne s'exprime pas assez simplement...
Écrit par : JC.....5h22 | 15/01/2018

C'est difficile...

Écrit par : Sergio | 15/01/2018

On peut toujours essayer.

Écrit par : P comme Paris | 15/01/2018

Si on s'exprime simplement, on peut avoir peur pour son image qui sera forcémentattaquée !
Or l'image ... ce n'est pas grand chose ! C'est le squelette intellectuel qui compte et structure le bolo humain. Lui seul pèse.

Écrit par : JC.....16h17 | 15/01/2018

100 !
Il n'y a pas de petites joies....

Écrit par : JC.....12H34 | 18/01/2018

101 : que ma joie séfarade demeure !

Écrit par : Passou | 18/01/2018

Écrire un commentaire