Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2017

Une_chaise_de_jardin

Ami lecteur public chéri mon amour, Achtung ! Car l'heure est grave, très grave... Le hasard de mes circonvolutions cérébrales ou assimilées m'a fait exhumer d'un malheureux tiroir un ours de chez ours, comme on dit, et quel ours ! Une platrée de guimauve aux hépinards farcis qu'on en dégobille d'avance comme le chat qui se purge...

 

Que tu acceptes ou non ta mission n'a que peu d'importance, hami, attendu que dans les deux cas ce qui est attendu est : ouverture du feu immédiate et de la dernière férocité ! Aucune mansuétude, tout, chaque mot, chaque virgule, chaque lettre même absente doit passer à la trappe... Cornes d'Ubouille... Plus rien rester ! Le fameux champ de ruines à la Roman Polanski, quoi... Le pilon avant de commencer !

 

Bon c'est parti ; comme c'est aussi plaisant que de l'huile de foie de morue, j'en mets pas lerche. No surrender !

 

last-year-at-marienbad-aka-l-annee-derniere-a-marienbad-1961_u-L-Q12P3BY0.jpg

 

I

   

Une chaise de jardin, avec des gouttes d'eau qui attendent. En métal vert foncé, tarabiscoté façon école de Nancy. Un beau vert, qui passe inaperçu près des feuilles elles aussi parsemées de larmes immobiles. Il a plu mais c'est normal ; dans l'été, il faut aussi du gris morose et plein d'espoir.

 

Quel espoir, on ne sait pas. Mais les jours veulent promettre. D'ailleurs le mot est impropre. Il faudrait plutôt dire : « une saison qui ne devrait jamais s'arrêter ». Un ciel azur n’ajoute rien à l'affaire. Mieux vaut l'incomplétude, c'est un peu comme en amour.

 

Et puis, ces allées, ces marches humides elles aussi. Mais ce n'est pas gênant. Même la longue balustrade en pierre délavée, posée là on ne sait pourquoi, semble accueillante et complice. C’est plus beau lorsque l’utilité n’apparaît pas. En tous cas, à y regarder de plus près, elle se montre obstinément régulière et classique, et l'on ne se lasse pas de la contempler sans jamais trouver à redire sur le parfait emboîtement de ses proportions.

 

La table, ronde et verte aussi. Et à côté, d'autres chaises et d'autres tables, désertes et parsemées de minuscules flaques occupées à sécher. Impossible de savoir ce que sera la journée, et d'ailleurs il est trop tôt pour y réfléchir sérieusement. Ces balustres, en fait, c'est la terminaison d'un péristyle souligné de ramifications végétales.

 

Une corneille, ou un réveil des hautes fenêtres ? Peu probable, et puis rien ne presse. Mais si ; cela insiste. Une fille. Seulement, ce n'est pas celle qu'il faut. Laiteuse. Jeune et large de silhouette, avec une jupe ample et mal fagotée. Encore une gamine, mais salement formée. S'il y en a que ça intéresse...

Commentaires

J'ai la berlue ou bien ? La statue, là, sur la droite, il me semble bien que… Non ! c'est pas possible, ça doit être une illusion d'opticien… pourtant on jurerait que… eh oui, non non, si si… je m'étais pas gouré… On voit ses fesses.

Écrit par : Quignard, encore lui | 20/11/2017

L'année dernière à Marienbad, nom d'un pétard.

Écrit par : Edmonde Janssens | 20/11/2017

Une marche vers un dévoilement. Mots surgis de l'éclat de la langue, de la scansion du souffle, bruissement de feuilles, reconnaissables, clandestins, s'ouvrant à la face du monde. Seuil... Un bloc de lumière...
Une balustrade les séparait, elle les unit, ici. Temps de suspension... Immobilité.
Merci pour cette présence double et vulnérable de l'autre côté du silence.

Écrit par : christiane | 20/11/2017

L'année dernière à Marienbad, nom d'un pétard.
Écrit par : Edmonde Janssens | 20/11/2017

Yes : on va pas harrêter d'en causer !

Écrit par : Sergio | 20/11/2017

On voit ses fesses.
Écrit par : Quignard, encore lui | 20/11/2017

Callipyge !

Écrit par : Sergio | 20/11/2017

Temps de suspension... Immobilité.
Écrit par : christiane | 20/11/2017

Oui, c'est cela qui est recherché ; c'est tellement rare...

Écrit par : Sergio | 20/11/2017

Bon sang mais que fait JJJ ?

Écrit par : quelqu'un mais certainement pas olga | 20/11/2017

certainement pas olga |

En effet, les posts d'Olga, très reconnaissables, sont beaucoup plus alambiqués, sophistiqués, léchés, torturés, cruels aussi. Non, assurément, ce "bon sang mais que fait jjj" n'a pas pu être rédigé par Olga la douce, la sulfureusement douce, la doucement roublarde, la terrible, la doucement tonitruante, la rentre-dedans tout doux, la pousse-toi-de-là-que-j'y-mette-ma-douceur, en deux mots la schtroumpfette tintinabulante, comme l'appelle christiane.

Écrit par : moi-même personnellement | 20/11/2017

ce qu'il faut pas entendre !!
maintenant quand je vais sur la rdl je coupe le son.

Écrit par : J.M.C. | 20/11/2017

Mézigue, la RDL j'y vais uniquement pour la vie dans les bois. Je sais que Sergio la supporte pas mais elle me fait vraiment poiler. Une méchanceté pareille, c'est un numéro de trapèze. Même JC est enfoncé, elle est un cran au-dessus, parce qu'elle tient des propos cohérents, de sorte que ça claque. WGG c'étaient des grands coups de gueule, de l'insulte à la mords-moi-le-nœud qui tombait à plat. Lvdb, elle tape directement dans les roustons sans crier gare.
Faut pas lui répondre, c'est tout.

Écrit par : Le grand Moghol | 20/11/2017

Je suis là pas de panic, y'a toujours ces maudites copies qu'en finissent pas, on n'arrive pas à suiv'... Bon et puis i faut d'abord essayer de comprendre le sens du post, censé nous faire une pause. Alors, ce mystère extatique de l'exquise formule : "de minuscules flaques occupées à sécher". Mais où vont-ils nous chercher tout ça ? Un être de chair qui s'accouplerait à une sphynge de pierre, en surplomb d'amoureux BCBG transis des années 50 qui ne voient rien ?

Écrit par : Janssen J-J | 20/11/2017

@Faut pas lui répondre, c'est tout.

Mais si justement, sinon sa verve s'assèche vite, elle voit pu les roubignolles, risque de ravaler ses crachats et de s'étringler à force...

Écrit par : Le p'tit vizir | 20/11/2017

Deux communications de la plus haute importance.
**bonsoir "certainement pas Olga", quel soulagement dans tout le réseau de mon ADN !! mon honorable famille plongée dans la désolation: on se doutait bien que l'un de mes fils chéris, ancien bambin aux yeux bleus et aux boucles blondes venait ,peut-être, ... d'ailleurs. Eh bien, Olga, c'est moi, sans discussion, puisque l'autre....
Par un temps maussade qui n'incitait pas à Bagatelle, j'ai vu un film avec Roger Moore, intitulé en VO "the man who haunted himself" Superbe Roger Moore, homme la City tiré à 4 épingles qui un soir perd le contrôle de sa superbe Rover, atterrit en salle d'op' semble s'endormir pour toujours ,mais envoie des signaux doubles de 2 coeurs qui battent....Et Rodger revenue près de sa femme chérie et ses 2 chérubins ,découvre qu'un autre agit à sa place, prend des décisions et le lit de sa femme qui ne crie pas au sacrilège... Qui est-il, donc ? il y a un livre qui a servi de pt de départ au scénario,livre d'Anthony Armstrong, que je nais rechercher, car la fin m'a laissée sur ma faim....
** Donc 2° com.: les honorables blogueurs aiment les vénus callipyges ? je leur conseille "Culotte" un livre que j'ai offert à un bambin de ma famille, qui ne s'en lasse pas, allez savoir pourquoi ?????

Écrit par : olga | 20/11/2017

"de minuscules flaques occupées à sécher". Mais où vont-ils nous chercher tout ça ?
Écrit par : Janssen J-J | 20/11/2017

Justement, faudrait que tout soit comme cela... Mais faut du souffle ! Faut remette le labeur...

Écrit par : Sergio | 20/11/2017

Olga, JJJ, un mirage (pas l'avion !). On l'approche, elle disparait. Le seul blog où elle est réelle : celui de Paul Edel.

Écrit par : christiane | 20/11/2017

Christiane, vous avez tout faux ! je ne parle pas des Vénus callipyges chez Paul Edel ! et je suis réapparue avec "le passage". J'ai du travail et toutes les vitres à récurer , Cendrillon sans carrosse mais avec peau de chamois . J'ai lu un livre passionnant(gall.): l'ancien culte Mahori ,de Gauguin, fac simile du manuscrit,(qui est conservé au Louvre mais appartient au musée d'Orsay) élégante et claire écriture de Gauguin; postface excellente. J'y ai appris plein de choses sur les Mahoris et Gauguin. Très beau petit livre.
Demain, en fait ce matin, il va falloir émerger du brouillard glacial;mieux vaut penser aux cocotiers.

Écrit par : olga | 21/11/2017

Olga, vous êtes aussi menteuse que ces mots : "l'année dernière". Quel passé ? Il n'y a pas de passé. Tout se passe au présent dans ce foutu film de nous autres, les attachés du clavier, au présent de la durée d'une séance de cinéma ou de l'ouverture d'un blog. Pas de passé. pas de souvenir. Une invention perpétuelle. Un oubli perpétuel. Un nom qui change avec le temps comme ces petits baromètres d'autrefois dont la couleur changeait à l'approche de la pluie. Vos questions n'ont aucun sens. Tout recours à la mémoire pour vous rejoindre est voué à l'échec. Vous êtes un personnage de cinéma et son metteur en scène. Vous vous effacez au fur et à mesure que vous apparaissez un peu comme... ah, je ne sais nommer. C'est en train de s'écrire... En résumé vous n'existez que lorsque vous écrivez un commentaire, ici, fantasque, désopilant, extravagant ; chez Paul, costume empoussiéré d'universitaire coincée entre deux piles de livres. Ici les embruns, là-bas, les lunettes. Vous vous êtes fracassé le visage je ne sais combien de fois ! un vrai kaléidoscope ou un masque jamais définitif. Robbe Grillet vous va bien, Resnais aussi. Sergio se gondole, le projecteur en mains. Image tremblotante d'un vieux film en noir et blanc que ne dédaignerait pas la délicieuse Annelise ni ce diablotin de JJJ ! Avec vous on a toujours un train de retard : on était dans le passé de votre histoire qu'on a confondu avec un présent. Aujourd'hui ce plan, dans le parc, immobilisé diurne, demain, c'est-à-dire hier, un plan nocturne avec une lanterne sans ampoule... Vous êtes subjective, mentale aurait dit Robbe Grillet. Vous n'existez que par vos lecteurs, même par dédoublement... Vous brouillez les pistes, en permanence et JJJ sourit à vos facéties.
Bon, à c'te heur' c'est café et nuage de lait comme dirait lvdb. Pour elle aussi, le temps est le personnage principal... Dans vos paroles le temps se trouve coupé ! Pas plus réelles l'une que l'autre, sans oublier JC, le maléfique... Pas d'identité... Impossible de communiquer... Il faut vous inventer, nous inventer. Un peu comme dans le nuage d'encre :
" Pour se dissimuler de ses prédateurs, la seiche a plusieurs issues , la fuite et la dissimulation , Pour cela elle dispose d’une poche à encre . cet organe est constitué d’une glande qui sécrète de la mélanine qui mélangé au mucus forme de l'encre noire .
En s’enfuyant, la seiche envoie un jet d'encre à son adversaire formant ainsi un nuage qui lui permet de se dissimule au yeux de celui ci . De plus, l'encre contient des enzymes qui troublent l’olfaction de l’agresseur. "
Pour vous, la plume en plus ou le clavier...

Écrit par : christiane | 21/11/2017

Olga et Christiane, un roman.

J'ai été sidérée en lisant trop vite Olga :

"j'ai offert un bambin à ma famille, qui ne s'en lasse pas, allez savoir pourquoi ?????" *

Christiane : très juste la parabole** de la seiche !

* cela me fait penser au dernier film que j'ai vu : Il Boom (1963) de Vittorio de Sica avec Alberto Sordi, jamais sorti en France jusqu'à présent, où il est question d"offrir" un œil....

**rhétorique.... pas tv

Écrit par : Lucy | 21/11/2017

Avec la musique d'"époque" (enfin la mienne ! celle où je dansais le twist)

https://www.youtube.com/watch?v=GEB0Zc6nMYw

Écrit par : Lucy | 21/11/2017

Christiane, vous avez une conception particulière des blogs, que vous partagez avec C.P. et Barozzi. Vous les considérez comme des clubs de rencontre. Barozzi veut toujours savoir qui est qui, C.P. nous entretient de sa vie privée et interpelle les intervenants par leur nom quand il le connaît. En fait, c'est l'idée même de pseudonymat qui vous gêne.
Si olga n'a pas envie dire qui elle est, ça la regarde. Nous sommes nombreux comme elle. La majorité, même.
Un blog, c'est un moyen de tuer le temps quand on a trois minutes à perdre. On virevolte, on y écrit de petites bêtises ou des choses plus sincères selon l'inspiration du moment.
On peut choisir de rester anonyme. Personnellement, je n'ai même pas de pseudo. Je mets n'importe quoi, ça varie, tout simplement parce qu'il n'y a aucun fil directeur dans mes bafouilles.
Il n'y a là aucune volonté de dissimulation, mais de minimisation. Ce que je dis dans un blog n'a aucune importance. Alors inutile de laisser une trace reconnaissable.
Voyez-vous l'idée? Mais on vous aime, hein, n'en doutez pas.

Écrit par : n'importe quoi, n'importe qui | 21/11/2017

et avec Gianna Maria Canale, la somptueuse "Théodora, impératrice de Byzance", un des plus majestueux peplum et respectueux de l'histoire.

Écrit par : Lucy | 21/11/2017

"mieux vaut penser aux cocotiers."

Le cocotier voisine avec le mancenillier : gare à l'averse.

Écrit par : P comme Paris | 21/11/2017

@ n'importe quoi, n'importe qui
Vous dites vraiment n'importe quoi et vous êtes loin de me comprendre. Les pseudos ne me gênent nullement mais je les prends pour ce qu'ils sont : du vent ! Pour le coup c'est vous qui êtes intrusif(ve). J'évoque la création, l'imaginaire, les glissements furtifs entre passé, présent. Vous voulez être psychologue... Par pitié, changez de marotte. C'est NUL !

Écrit par : christiane | 21/11/2017

PS : Olga n'existe pas, vous si, hélas !

Écrit par : christiane | 21/11/2017

Il n'y a pas de cocotiers à Marienbad, rien que des allumettes....

Écrit par : Lucy | 21/11/2017

"D'un château l'autre".
https://www.arte.tv/fr/videos/022526-000-A/les-tenebres/

Écrit par : P comme Paris | 21/11/2017

Lucy 21/11/2017* Vous commettez une erreur en rapportant mes mots. Je n'ai pas écrit "j'ai offert un bambin à ma famille.." MAIS " ..le livre que j'ai offert à un bambin de ma famille, qui ne s'en lasse pas."
** Christiane: très juste la parabole** de la seiche !
Christiane a écrit lignes 50-55-60 de ce long post qu'elle m'a consacré"...la seiche envoie un jet d'encre à son adversaire formant un nuage qui lui permet de se dissimule (sic) au (sic) yeux de celui-ci".
La seiche, c'est qui ????!!!! Christiane? Olga ?
*** enfin vous écrivez " Olga et Christiane, un roman."
Je rectifie : Christiane mène ,seule, le roman qu'elle a commencé. Pour moi, j'ai d'autres chats à fouetter, ailleurs.
Portez-vous bien, Lucy.

Écrit par : olga | 21/11/2017

Lucy, Vittorio de Sica (Il Boom ?)... j'ai d'autres souvenirs, dont un très proche de "L'année dernière à Marienbad" c'est ce très grand film, "Le Jardin des Finzi Contini", évocation poétique d'un autre l'immense parc qui entoure le palazzo familial, avec les présences lumineuses de Dominique Sanda et d'Helmut Berger. Beauté tragique du destin d'une famille fracassée par l'Histoire et de ces deux grands enfants.
Miracle à Milan, Le voleur de bicyclette, La Ciocara, Sciuscià et Umberto D...Autant de regards craintifs et d'innocence broyée sur fond de misère sociale.
"...c'est une belle vacance que nous avons pris, une espèce de révolution dans la forme réaliste, c'est du réalisme dans un monde de fantaisie, de rêve et de fables...." disait-il...

Écrit par : christiane | 21/11/2017

Christiane. J'ai lu avec beaucoup d'attention le long post de 61 lignes que vous venez de me consacrer ce 21/11/2017, sur ce blog "amayerling". Peu de remarques à faire, sauf celles-ci:
1) sur les blogs, pratiquement tous les blogueurs ont un pseudo; le mien est Olga. Il n'y a aucune obligation à donner son vrai patronyme. Vous-même vous vous êtes appelée "violoncelle", vous vous appelez C. sur le blog de Paul Edel, que vous appelez d'ailleurs "Paul", ici, sur la RdL, sur son blog "près loin", signe d'une amitié attachante. Je n'ai rien à y redire.
Votre long post appellerait d'innombrables commentaires. N'attendez aucune réponse de ma part. Continuez vos délires et vos histoires de seiche si vous le voulez et où vous voulez. Bien à vous. Olga, pour vous déplaire.

Écrit par : olga | 21/11/2017

Merci, P comme Paris pour ce document basé sur les écrits de Céline "D'un château à l'autre", réalisé par un allemand, Thomas Tielsch qui trouve ses réponses en faisant le film. Les bourreaux étaient aussi des victimes, dit-il.... Cette eau vivante qui est superposée aux images obscures, ce langage violent proche d'un délire fiévreux, halluciné. C'est un monde de fantômes surgissant de l'enfer. Un moment très sombre. "Les ténèbres"... juste titre... Le château de Sigmaringen des Hohenzollern disparait sous un enchevêtrement d'images, de voix, de trains, de scènes d'orgie dans la gare alors que passent les bombardiers. Un puzzle mêlant fiction (Céline) et réalité (Histoire par les documents filmés).
Je remonte le temps : le jardin des Finzi Contini, L'année dernière à Marienbad, Les révélations de S. dans les commentaires du billet précédent... Le glas d'une époque, les confidences de Palabaud...

Écrit par : christiane | 21/11/2017

Olga,
il y aurait de la folie à dialoguer avec un personnage de fiction dont la dérobade est l'arme préférée.
Bonne fin d'après-midi.

Écrit par : christiane | 21/11/2017

Il n'y a pas de cocotiers à Marienbad, rien que des allumettes....
Écrit par : Lucy | 21/11/2017

Yes ; c'est un moment important, j'y fais allusion plus loin...

Écrit par : Sergio | 21/11/2017

"D'un château l'autre".
https://www.arte.tv/fr/videos/022526-000-A/les-tenebres/
Écrit par : P comme Paris | 21/11/2017

Zère goutte... Finalement qu'est-ce que Ferdine inspire !

Écrit par : Sergio | 21/11/2017

Olga, désolée si je vous ai froissée, j'ai écrit que je vous avais lue "trop vite" juste pour faire une plaisanterie, excusez-moi. La seiche, pardonnez-moi, ce serait plutôt vous, qui écrivez beaucoup tout en vous livrant bien peu, ce qui n'est pas péjoratif du tout.

Christiane, Il Boom n'a rien à voir avec Marienbad, je l'ai cité comme complément de ma mauvaise blague : Sordi 'offre' un oeil comme Olga 'offrait' un gamin. Et à présent, svp oubliez ce que j'ai écrit plus haut mais voyez Il Boom si vous en avez l'occasion ! Il passe dans des salles 'confidentielles'.

"Il Boom" était dans le placard depuis bien longtemps, il ressort en salle mais confidentiellement. Il est passé sur Arte :

"C’est l’unique comédie « noire » de Vittorio De Sica, qui allait la même année inventer le néo-réalisme rose et terminer sa carrière avec des mélodrames lacrymaux. Il boom fut un échec au moment de sa sortie et ne bénéficia même pas d’une distribution française. On peut comprendre le rejet total que suscita un film aussi terrible de la part d’un cinéaste humaniste, célébré dans le monde entier pour Le Voleur de bicyclette. Pourtant il est permis de considérer ce film comme l’un des sommets de la carrière en dents de scie de Vittorio De Sica, sans doute son titre le plus surprenant. En un seul film De Sica et son compère Zavattini parviennent à être plus cruels et grinçants que Risi, Lattuada, Ferreri ou Scola réunis." (Olivier Père)

Telerama :

"Il Boom (1963), film méconnu en France, et qui offre une vision de l'Italie plus vraie que nature. En ces toutes jeunes années 1960, le pays court à perdre haleine vers son miracle économique, animé par une folle envie de se reconstruire après une guerre fratricide qui l'a laissé exsangue. Une nouvelle classe bourgeoise veut s'offrir un luxe ostentatoire."

Le Monde :

"Si l’on s’intéressera plus volontiers à ce destin aujourd’hui qu’en 1963, c’est que l’histoire a donné raison à De Sica et Zavattini. En Italie, bien sûr, où deux décennies de berlusconisme ont montré toutes les conséquences de la primauté de l’argent ; mais ce serait se cacher au moins un œil que de penser que la prophétie d’Il Boom ne vaut que de l’autre côté des Alpes."

Si vous en avez l'occasion, voyez-le ; en général Arte rediffuse.

Écrit par : Lucy | 21/11/2017

Je n'arrive jamais à bien comprendre pourquoi et comment "ça part en sucette" tout à coup, alors qu'on sent généralement assez peu d'intentions malignes a priori sur ce blog, ce qui me semblait faire partie de son charme indéfinissable.
Non, moi, ce qui me tracasse, c'est cette chaise de jardin. Au Luxembourg, je les trouve de plus en plus rouillées, on peine à s'y asseoir l'hiver les rares jours où elles sont enneigées, ce qui est toujours la moindre des choses quand on a le derrière en feu. Mais nous ne sommes pas dans ce jardin du Luxe, car on ne reconnait pas l'édifice idoine, et pourtant, c'est tout comme. Pourriez-vous nous révéler d'où a été prise cette photo, S. personnellement, cela m'apaiserait un brin. Son mystère reste fiché là, elle une dent qui vous lancine obstinément et ne demande qu'à vous faire souffrir un peu plus le martyre...

Écrit par : Janssen J-J | 21/11/2017

Cher Janssen J-J, pourquoi croyez-vous qu'on se soit mis à parler de l'année dernière à Marienbad ?

Écrit par : Fanssen F-F | 21/11/2017

c'est cette chaise de jardin. Au Luxembourg, je les trouve de plus en plus rouillées, on peine à s'y asseoir l'hiver les rares jours où elles sont enneigées, ce qui est toujours la moindre des choses quand on a le derrière en feu. Mais nous ne sommes pas dans ce jardin du Luxe, car on ne reconnait pas l'édifice idoine, et pourtant, c'est tout comme.
Écrit par : Janssen J-J | 21/11/2017

Tu es précieux, ami.

1) Les photos sont tirées du film Marienbad, qui m'a bien que très lourd fasciné sans que j'y comprenne trop grand-chose, et que pour finir je n'ai vu que deux fois (après 2000, pas à l'époque). En attendant le résultat est que je n'ai cessé de penser à ces images tout au long de mon ours, bien avant d'avoir enfin l'idée de chercher sur le Net. Elles me semblent un décor parfait, non du point de vue du réalisme, mais de celui de l'ambiance qu'elles impriment, dans mon citron au moins. Marienbad n'apparaît jamais, ici c'est ailleurs (je crois qu'on peut le retrouver si on veut) ; il y a ce mythe des confins de l'Europe centrale, et aussi un peu de Чехов là-dedans.

2) La chaise de jardin : c'est presque une clé. Seulement un doute m'a pris : en cherchant des photos de ces chaises, je n'ai trouvé que des reproductions de modèles très actuels, en atroce plastique, avec le plus souvent des accoudoirs.

Non, ce que je voyais, c'est plutôt de la tubulure (verte), quelque chose de très rustique, en métal peint, non ouvragé, enfin l'image de ce que l'on rencontrait, en effet, au Luxembourg (au Prater ?). Mais non rouillé, bien sûr, ni trop neuf ni trop fatigué.

La météo : c'est l'été, un gris matin d'été (l'aube est beaucoup plus tôt), et j'ai quand même de l'intempérie ou tout bonnement de la rosée. Mais c'est peu, on s'assoit quand même, fût-ce en évacuant la flotte du siège s'il y a lieu. Note qu'à Nancy pareil qu'à Paris, surtout les fumeurs s'asseyent dehors par moins dix, voire dans la neige, emmitouflés, ce qui me cisaille à chaque fois.

Peut-être qu'il y a une meilleure essepression qu'une "chaise de jardin", haprès tout...

Écrit par : Sergio | 21/11/2017

excellent

Écrit par : test | 21/11/2017

j'arrivais plus à poster
peut-être que c'était trop long
je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
on s'interroge quoi
on a tous quelque chose de jjj
et on peut plus poster parce que c'est trop long

Écrit par : test | 21/11/2017

Quand on n'a pas de chaise...
Écrit par : christiane | 21/11/2017

... on prend un banc ; c'est la solution à l'Allemande, d'ailleurs, pour les Heurigen et autres Winzerfeste.

Mais là il faut vraiment des chaises, parce que les tables sont rondes (ce qui me donne l'idée que c'est à bien préciser lorsque ce sera le moment). On retrouvera tout ce mobilier d'extérieur en fin de matinée, au reste, en rentrant de la balade. Ces tables rondes doivent être vertes aussi, of course...

Écrit par : Sergio | 21/11/2017

j'aurais dû faire plus court vraiment plus court
mais quand c'est trop court on se dit à quoi bon poster si c'est si court si c'est si sourd qui c'est qui court
qui court sourd si c'est si bref
enfin je veux dire si peu long alors je teste
il faut toujours tester avant sinon c'est comme épiméthée la cata
c'est que la cata que t'as si tu testes pas

Écrit par : test (quel con) | 21/11/2017

sergio svp pourriez-vous supprimer les posts de test il est vraiment trop con

Écrit par : test (faites-le taire) | 21/11/2017

Non, je crois pas qu'il y ait une limite peu courante à la longueur des coms ; surtout des micro-coupures dans les réseaux, je pense...

Écrit par : Sergio | 21/11/2017

Le nouveau château de Schleissheim, peut-être ? L'est mieux en couleur... Désolé, je n'y étais point. L'escalier dans les esprits, toujours...
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Neuesschlossschleissheimostfront2.jpg?uselang=fr

Écrit par : Janssen J-J | 21/11/2017

Oui, JJJ, je ne comprends pas non plus pourquoi Olga a mal pris ce commentaire qui commençait pas ces mots : "Olga, vous êtes aussi menteuse que ces mots : "l'année dernière". Quel passé ? Il n'y a pas de passé... ", en hommage au film de Resnais, scenario de Robbe Grillet que vous aviez rappelé dès la deuxième commentaire.
"L'année dernière à Marienbad", ce titre porte à croire que tout s'est passé " l'année dernière" et que le film est un souvenir, ce qui est faux, mensonge volontaire car comme le dit Robbe Grillet le titre "a d'emblée été interprété comme une variation sur l'amour perdu, l'oubli, le souvenir. (...) Ces questions n'ont aucun sens. L'univers dans lequel se déroule tout le film est celui d'un présent perpétuel qui rend impossible tout recours à la mémoire. C'est un monde sans passé qui se suffit à lui-même à chaque instant et qui s'efface au fur et à mesure. Cet homme, cette femme commencent à exister seulement lorsqu'ils apparaissent sur l'écran. Auparavant, ils ne sont rien."
ce film, ce texte m'ont fait pensé au "personnage" Olga, que j'aime en littérature, mais pas dans le dialogue, toujours impossible, car elle(il) fuit et s'efface en permanence.
Bon, fin de l'incise.
Bien aimé les commentaires de test.

Écrit par : christiane | 21/11/2017

Les chaises de jardin rouillées... c'est bien pourquoi je préfère les jardins publics anglais, il y a des chaises longues !

Écrit par : Lucy | 21/11/2017

Le nouveau château de Schleissheim, peut-être ?
Écrit par : Janssen J-J | 21/11/2017

Ca pourrait bien...

Écrit par : Sergio | 21/11/2017

je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
on s'interroge quoi
on a tous quelque chose de jj

Écrit par : Chico Burnouf, de retour | 22/11/2017

je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
on s'interroge quoi
on a tous quelque chose de jj

Écrit par : Quignard encore lui | 22/11/2017

je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
on s'interroge quoi
on a tous quelque chose de jj

Écrit par : J.M.C. | 22/11/2017

je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
on s'interroge quoi
on a tous quelque chose de jj

Écrit par : J.M.C. | 22/11/2017

je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
je ne sais pas je ne sais pas je ne sais plus on ne sait plus
on ne saura jamais rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus je ne sais plus je ne sais pas je ne sais pas
jamais on ne saura rien
on est tous comme janssens on se demande on hésite on pose des questions et pour finir on ne sait pas
on ne sait plus
on s'interroge quoi
on a tous quelque chose de jj

Écrit par : J.M.C. | 22/11/2017

Pas apprécié le film "Les ténèbres".
Bande son dégueulasse,
facilité de l'image en la rendant plus ou moins attractive.
Seul le texte de Celine, lorsqu'il est compréhensible le sauve.

En revanche, gagné sur un point : relire la trilogie.

Écrit par : P comme Paris | 22/11/2017

Tue Dieu, Sergio :
la Jeunesse du Club Med t'en vœux...

Vœux pieux pour vieux, et nous voilà bien barré.
Ce que c'est de parler de chaises de jardin à Mari au bain lorsque leurs femmes fréquentent les bancs publics.

Écrit par : P comme Paris | 22/11/2017

Que de la vérole à gagner, certainement.

Écrit par : P comme Paris | 22/11/2017

(faut excuser toutes les redites ci-dessus, mystère de l'informatique : comme le post — sans intérêt, je vous l'accorde — ne partait pas, j'ai essayé de le réexpédier en utilisant tous mes pseudos — comme ça, je suis démasqué — et apparemment ils sont tous passés longtemps après.)
(désolé)

Écrit par : (j.m.c.) | 22/11/2017

Oui, la bande son du film "Les ténèbres" est de très mauvaise qualité mais cette voix, très proche de celle de Céline, accompagnant ces images brouillées est envoûtante.
Test d'oursin - JMC, a ricoché de commentaire en commentaire nous éloignant des chaises rouillées du parc immobile...
https://i1.trekearth.com/photos/101443/lux.jpg

Écrit par : christiane | 22/11/2017

Mari au bain lorsque leurs femmes fréquentent les bancs publics.
Écrit par : P comme Paris | 22/11/2017

C'est juste : le bain, les bains, les thermes de Marie...

Écrit par : Sergio | 22/11/2017

Sur la photo, je dis ça pour aider JJJ qui a l'air totalement à côté de ses pompes, Delphine Seyrig explique à Giorgio Albertazzi (et non Materazzi, JJJ, concentrez-vous) qu'il y a quatre rangées de tortillons, avec respectivement 1, 3, 5 et 7 tortillons, et que celui qui prend le dernier tortillon est hortillon, c'est-à-dire qu'il a perdu.
Elle lui explique ça parce qu'il vient d'entendre Sacha Pitoeff lui dire : je peux perdre mais je ne suis jamais hortillon.
Mais ne vous alarmez pas si vous ne voyez pas de chaise de jardin, JJJ, il n'y en a pas. C'est une pure invention de Sergio.
Je vous remercie de votre attention.

Écrit par : | 22/11/2017 | 22/11/2017

vous ne voyez pas de chaise de jardin, il n'y en a pas.
Écrit par : | 22/11/2017 | 22/11/2017

Prends un siège, Cinna, et assieds-toi par terre...

Écrit par : Sergio | 22/11/2017

A côté de mes pompes ?... très certainement, mais j'aime marcher ainsi car je mesure mieux ce que je leur dois en général. D'autre part, je vois des chaises enneigées sur cette image, que voulez-vous ? c'est ainsi. Vous m'apprenez que les personnages s'appellent Delphine et Giorgio, et je vous reconnais beaucoup d'imagination romanesque. Enfin, reconnaissez que je n'ai jamais parlé ni de près ni de loin de Materazzi sur ce blogue, c'est S. qui rêve souvent de rouler en Mazeratti plutôt qu'en Yam., vous confondez un peu tout, cher-e Anonymus-se, moins n'est grave ! Merci pour votre touchante attention. Bises.

Écrit par : Janssen J-J | 22/11/2017

je vois des chaises enneigées sur cette image
Écrit par : Janssen J-J | 22/11/2017

faut arrêter la tisane, Jean-Jacques.

Écrit par : 23/12/2018 | 22/11/2017

A propos d'Albertazzi, il est aussi le réalisateur du film "Gradiva", d'après la très jolie nouvelle de Jensen ... (pas JJ mais Wilhelm)

Un jeune archéologue allemand, Norbert, se procure un moulage en plâtre d'un bas-relief qu'il a beaucoup admiré au musée Chiaramonti. Envouté par cette sculpture, il cherche à percer le mystère de la marche de la femme représentée, qu'il surnomme Gradiva « celle qui marche en avant ». Puis, Norbert fait un rêve dans lequel il se trouve à Pompéi lors de l'éruption du Vésuve en 79 et il aperçoit Gradiva. Il décide alors de se rendre à Pompéi où il fait une rencontre, celle d'une jeune femme absolument identique à Gradiva…

Ce récit a beaucoup intéressé Freud à tel point qu'il a acquis une reproduction de Gradiva et publié ensuite une analyse du récit (Der Wahn und die Träume in Jensens Gradiva)

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/24/Gradiva-p1030638.jpg

Écrit par : Lucy | 22/11/2017

Les chaises, les chaises ! Basta ! On n'est pas chez Ionesco ! (C'était assez rasoir)

Écrit par : Lucy | 22/11/2017

Sergio, vous êtes sérieux ? vous trouvez que les chaises ressemblent à une Jaguar ???

Écrit par : Lucy | 22/11/2017

Ouais, elle est pas mal, la Mazeratti, mais j'hésite parce qu'ils la font pas en diesel. Et l'arrière est mal adapté pour les crochets de remorque. A quoi bon avoir une bagnole si tu peux pas tirer ta caravane avec, dirait Lucy qui ne s'assoit que sur des poufs, jamais sur des chaises (elle aime pas du tout, c'est des rasoirs, ça lui coupe les pattes).
Au fait, la pièce de Ionesco s'appelait à l'origine Les Poufs, mais le titre était déjà pris, alors il a changé en Léchez Hesse, qui n'a plu parce que c'était trop politique mais c'était pas grave parce que le premier metteur en scène était alsacien et qu'il a compris Les Chaises. Voilà. C'était ma contribution à l'histoire du théâitre.
Bises à JJJ, qui est trognon, et à toutes les autres dames du blog.

Écrit par : Eric Legendre | 22/11/2017

Les Jaguars dans des chaises, ça se pourrait bin quand même !
https://i.pinimg.com/736x/12/b9/8c/12b98cc985597b8298dcc90a51169d70.jpg

Écrit par : Jeanne La Bru | 22/11/2017

ils la font pas en diesel.
Écrit par : Eric Legendre | 22/11/2017

Ca vient ! En moto, la Diavel ou la Monster, je sais plus, de chez Ducati, a une version diesel...

Écrit par : Sergio | 22/11/2017

En revanche, gagné sur un point : relire la trilogie.
Écrit par : P comme Paris | 22/11/2017

Et la discussion reste ouverte : la Trilogie marque-t-elle l'apogée de son style, comme on le pense avec certains, ou au contraire un recul par rapport au Voyage, comme professe la majorité, y compris l'excellentissime Passou...

Écrit par : Sergio | 22/11/2017

Je sais pas, mais ce que je sais, c'est que Bagatelles pour un massacre, L'école des cadavres, Les beaux draps feront encore parler d'eux dans 100 ans, et on se demandera s'il faut considérer ces 3 pamphlets à la lumière du contexte de leur époque et/ou de la personnalité de leur auteur. Et comme dans nos 70 plombes depuis lors, on ne saura pas plus trancher de cette question qu'aujourd'hui vu qu'elle est toujours mal posée. Heureusement que la RdL entretiendra toujours la flamme de la primauté consensuelle du Voyage sur le reste.

Écrit par : Ferdine Baskolovitch | 22/11/2017

Yes, mais la Trilogie ne compte plus rien d'antisémite, ou de dingo ou autres, on peut s'y concentrer sur le style...

Écrit par : Sergio | 22/11/2017

Vous rentrez au Restaurant SERGUEI. Vous commandez un steak frites à la Moleenbeck.
(30 secondes).
Et qu'est ce que le nombreux personnel en cuisine et en salle vous livre ? ..... une énorme assiette peuplée de la spécialité du taulier ...
Son fameux "couscous-choucroute-paella à l'ancienne".
Vous réglez la note et sortez fissa pour vomir dehors votre désespoir de carnivore déçu !

Écrit par : JC.....6h04 | 23/11/2017

Ah j'aime vos amoureux Sergio ! ils ont qq chose de suranné balancé par les fesses de la belle dame sculpturale. On se replonge dans nos souvenirs ;).Ce que vous en dîtes aussi.

Le diesel, c'est nul. Z'ont beau dire c'est la honte tellement ça fait un boucan d'enfer. Si on a pas les sous pour s'offrir une sportive essence, bin on fait comme moi, on se fait inviter ! Ou alors on cherche et on farfouille et on trouve des bombes magnifiques pour deux fois moins chères. Je me souviens de l'Alfa Romeo 147 GTA des années 2000 ... Une merveilleuse petite bombe ( on t'offrait l'anti-radar avec à l'époque ;)))), nan je plaisante je veux pas que Sergio ait des soucis ). Deux fois moins chère qu'une Porsche et seulement trois dixièmes de moins de 0 à 100 pour l'allemande. Comment on restait collé au dossier...

Quoi ?! Comment ?! limiter Céline au "Voyage" ? Quelle misère...Tiens, c'est comme une sportive diesel !

Écrit par : chiara | 23/11/2017

Seuls les crétins, hélas ils sont nombreux, peuvent essayer d'ôter les cigarettes et cigares des films, ou l'antisémitisme et autres racismes amusants, des récits du vitupérant Louis Ferdinand.
Les démocraties occidentales deviennent totalitaires. On ne supporte plus le mélange des genres, pourtant constitutif de l'humanité diverse !
Comme elles sont connes.... elles croient bien faire, les charmantes démocraties .... alors elles interdisent, censurent, norment, à tout prix !

Écrit par : JC.....9h41 | 23/11/2017

Oser seulement penser ôter la pipe de J Tati en dit long sur notre époque. On ne touche pas à J Tati, non mais oh ! bande d'adolescents !

Écrit par : chiara | 23/11/2017

Comme elles sont connes.... elles croient bien faire, les charmantes démocraties .... alors elles interdisent, censurent, norment, à tout prix !
Écrit par : JC.....9h41 | 23/11/2017

Oui ; oui ; et oui ! Et le "norment" est un splendide point d'orgue... On le pense mais il faut le dire !

Écrit par : Sergio | 23/11/2017

Oser seulement penser ôter la pipe de J Tati en dit long sur notre époque.

C'est caricatural...

Butz-Choquin, ou Chacom ? That's the question... Et il y a encore des pipiers jurassiens, moins connus, qui pourtant produisent des merveilles !

Écrit par : Sergio | 23/11/2017

JC dites donc, votre C.opine est revenue. Quel festin. Vous n'avez même pas parlé de la victoire de Th.Coville, vous ne pagayez plus ? misère...

Écrit par : olga | 23/11/2017

limiter Céline au "Voyage" ?
Écrit par : chiara | 23/11/2017

C'est malheureusement la majorité, j'ai l'impression, même par exemple Fabrice Luchini, acteur passionné de Ferdine, mais seulement pour le Voyage, qui a récité ces textes des décennies durant...

Écrit par : Sergio | 23/11/2017

Et personne ici pour rendre un hommage de temps à autre à Paul Gédéon Joly de Maizeroy, dont la pensée fut décisive dans l'histoire de la stratégie militaire (Théorie de la guerre, 1777, et Traité sur les stratagèmes permis à la guerre).

Écrit par : P comme Paris | 23/11/2017

Paul Gédéon Joly de Maizeroy
Écrit par : P comme Paris | 23/11/2017

Et prolifique ! J'en étais resté à Clausewitz et Liddel Hart...

Écrit par : Sergio | 23/11/2017

Et six cylindres !

Écrit par : Sergio | 23/11/2017

désespoir de carnivore déçu !
Écrit par : JC.....6h04 | 23/11/2017

Oui, c'est pour cela que je ne mettrai des extraits de mon ours qu'une fois sur deux, ou plus si ça lasse...

Écrit par : Sergio | 23/11/2017

"Et six cylindres !"

Un son magnifique...Chaque fois qu'on s'arrêtait à une pompe à essence, les mecanos sortaient pour la voir et discuter...Montait à 200 sans broncher, zéro vibration, parfaite tenue de route, heureuse quand on passait la 6ème, avec des freins adecouats.
Le moteur valait le coup d'oeil, si beau travail des ingénieurs-motoristes.

Toutes mes excuses pour ce moi-moi-moi, mais j'aimerais aussi connaître tes sensations sensationnelles sur moto Sergio, si le coeur t'en dit.

PS : j'aime les extraits des ours ;), pas lasser.

Écrit par : chiara | 23/11/2017

Très beau texte Serioja.
Je l'ai lu lundi soir en rentrant, a toute de suite aiguisé quelque chose chez moi.
Je me préparais à accueillir d'autres échos qu'il aurait développé en moi un peu plus loin sur la route et puis non, la simple révélation que j'aimerais écrire comme ça, voyant comment tu t'en tiens à la promesse faite, dans la division des cylindres, pourquoi 6 lorsque 3 chassent le newton par mètre de mots qui s'affranchissent du turbo, et de son effet de latence toujours un peu chiqué, comme dans la maîtrise du bruit.
La petite musique est-là.
J'ai pensé à ce que Don DeLillo dit de ses histoires, de leur réception, qu'il ne fait rien reposer sur une audience, un lectorat, mais qu'il écrit pour quelqu'un d'éloigné, hors des circuits de la littérature, qui trouve un réconfort dans la lecture de ses textes.
Comme moi ici. J'ajoute que j'aime ta présentation, là.

Écrit par : xlew | 23/11/2017

qu'il ne fait rien reposer sur une audience, un lectorat, mais qu'il écrit pour quelqu'un d'éloigné, hors des circuits de la littérature, qui trouve un réconfort dans la lecture de ses textes.
Écrit par : xlew | 23/11/2017

Content de te revoir ! Sehr...

C'est une bonne formule, c'est très astucieux ; comme dirait Saiint-Ex, faire avec amour ou quelque chose comme cela (c'est un mot, je crois, qui finit en "ence") ; enfin il y a la notion de don de soi et de passion, enfin quelque chose qui nous dépasse...

Comment c'était, le Japon ? J'ai un petit en Corée, qui a passé quelques jours au Japon ; lui aussi m'a parlé de cette incroyable sérénité...

Écrit par : Sergio | 23/11/2017

les sensations sensationnelles sur moto.
Écrit par : chiara | 23/11/2017

Il y en a plusieurs...

Entre Vitry-le-François et Saint-Dizier, c'est à quatre voies, et, à ce moment-là, sans radar fixe. Le vendredi soir, rentrant sur Nancy, quand j'étais en forme et la météo acceptable, je mettais à la Yam "un petit canter" dans les naseaux ; le but était d'atteindre le deux cent soixante et de relâcher. Seulement sur la fin, l'aiguille ne monte plus que très lentement... et ma ligne droite tire à sa fin ! Dans ces moments-là, allongé sur le réservoir et le nez dans la bulle comme il se doit, on se dit qu'on est vraiment frappadingue... Si un cerf traversait, un bahut déboîtait... Quand c'est passé, qu'on laisse retomber le régime, on a bien chaud ! On se voyait glissant par terre, de toutes façons il n'y a rien d'autre à faire, pendant toute l'accélération en cinquième, que de gamberger... Et maintenant on en est à plus de trois cents avec les Hayabusa, les MV !

Mais c'est donc rarissime. Le mieux ce sont les virolos en montagne, sur la route Napoléon par exemple ou sur les belles nationales dans le Massif Central ; ou encore les gorges du Verdon... Il y a très peu de rambardes ! Toujours anticiper au maximum... Cela peut être très sympa, surtout le matin à la fraîche, lorsque l'on a dormi dans sa combinaison sur le talus (Bort-les-orgues). La Guzzi (V7 sport) était parfaite en tenue de route, nervosité. Elles ressortent ! Tout comme la Norton Commando que je n'ai jamais prise car j'étais terrorisé par les essais dithyrambiques qui évoquaient de monstrueux "coups de pied au fesses"...

Écrit par : Sergio | 23/11/2017

Voilà, le mot de Saint-Ex c'était la ferveur ; il l'emploie du reste énormément, en particulier dans Citadelle...

Écrit par : Sergio | 24/11/2017

"Et personne ici pour rendre un hommage de temps à autre à Paul Gédéon Joly de Maizeroy, dont la pensée fut décisive dans l'histoire de la stratégie militaire (Théorie de la guerre, 1777, et Traité sur les stratagèmes permis à la guerre).

Écrit par : P comme Paris | 23/11/2017"

...

En arriver chez Sergio a se faire fagocyter ?
Tue Dieu, est-ce la célébrité ???

Écrit par : P comme Paris | 24/11/2017

La yam, 125 ou 250 ?
2 temps ou 3 temps ???

Faire les Gorges jusqu'à Millau,
N'de Diou,
un noyaux d'olive dans le cul,
un litre d'huile sur la selle à l'arrivée.

Écrit par : P comme Paris | 24/11/2017

Pour la trilogie :
(D'un château l'autre, Nord, Rigodon).

" Je crois qu'il va être temps de nous lier par un autre contrat, pour mon prochain roman "RIGODON"... dans les termes du précédent sauf la somme - 1 500 NF au lieu de 1 000 - sinon je loue, moi aussi, un tracteur et vais défoncer la NRF, et pars saboter tous les bachots !" (30 juin 1961)."

Actuellement, pour pouvoir discutailler de Celine sans être emmasquiller par les "on dit, on quoi", sans avoir à se fâcher avec des amis de beuveries, (que cela ne finisse pas à se foutre sur la gueule sur un trottoir) je prendrai le temps.

Le temps de relire :
"Le voyage,
mort à crédit,
d'un château l'autre,
Nord
et Rigodon.
Casse pipe suivi de Carnet du Cuirassier Destouches."

Vaste programme.
Je les ai tous, il me suffit de rassembler mes bibliothèques, ce qui ne sera pas demain la veille...

Un conseil,
le cuirassier est un vrai modèle pour tout futur cavalier.
A bon entendeur, salutation (de la pomme de la cravache avec la main droite).

Écrit par : P comme Paris | 24/11/2017

Olga je n'ai jamais pagayé de ma vie ailleurs que dans les annexes de mes différents voiliers !
En ce moment, je nage (pour les terriens : je rame, avirons dans les dames de nage...) sur une Yole de mer, instable, légere mais ça glisse ! ça glisse ... une fusée qui répond aux muscles du corps comme une jeune étudiante libertine !
Je me désintéresse de la voile, pour ne pas repiquer au jeu ! Trop de bons souvenirs de compète ... on descend vite de l'échelle ! Mais l'œil et l'expérience demeurent, et me font critiquer les manœuvres et découvrir le caractère des skippers sans même voir leur visage, trop éloignés de l'observateur.
Bonne journée !

Écrit par : JC.....6h16 | 24/11/2017

Merci Sergio, anticiper, oui c'est la première règle et ça entretient la capacité de concentration. Je frémis à l'idée de ce "260" en moto... Juste une question encore : j'imagine qu'à de telles vitesses le pilote doit posséder une certaine force physique tout de même ? Ou bien tout est soudé par la vitesse ? C'est un problème qui ne se pose plus du tout avec les voitures aujourd'hui. On peut conduire les mini bombes en petites robes noires ... et basket ;).

P comme Paris, ajouter "Semmelweiss" à votre liste peut-être ?

Bonne journée à tous.

Écrit par : chiara | 24/11/2017

La ferveur de St Ex, c'était aussi celle que Gide enseignait au p'tit prince Nathanaël, peut-être pas avec la même visée.
Dis-nous, S. que tu chercheras plus à te griser ainsi sur les routes à 260, je voudrais pas partir dans le décor avec toi en face avec ma 2 deuch. J'apprécie ton amour des mobs, mais de loin, quand je les sens rester dans les musées. Car les éclopés des mobs chavirées dans les ravins, j'en ai trop vu, hélas, c'était et c'est pas souvent bin joli à voir.

Écrit par : Janssen J-J | 24/11/2017

Les motards fous, au dos brisé par la vitesse de leur pétrolette, y z'ont qu'à motoriser leur chaise roulante !
La vie continue.... Triste, mais elle continue ...

Écrit par : JC.....11h50 | 24/11/2017

On pourrait remettre aussi en selle le beau mot de "fervence", du vieux français je crois, terme que le grand Bossuet lui-même avait depuis longtemps laissé sur le carreau lorsqu'il vantait auprès du petit roi dont il avait charge d'élever l'âme, "la merveilleuse ferveur d'esprit" des Anciens.
Tous mes voeux à ton jeune scientifique de fils, beaucoup d'échanges entre les jeunesses de Corée et du Japon en effet, les Coréens étant toujours au-delà de n'importe quelle estampe d'Epinal les fabuleux bosseurs que l'on sait (mais ça craque un peu là-bas, d'après certains témoignages, les jeunes adorent l'Europe et la connaissent bien, ils veulent s'échapper un peu de ce foyer d'incandescence où foisonnent les étincelles de la notion-travail, les Japonais ne le diront jamais mais ils sont bluffés par le niveau de l'émergence du pays du matin clair, et la femme coréenne...ah, chut, ton petit doit savoir, n'ébruitons rien).
Sinon, la sérénité, à Tokyo, devient approximative, et tant mieux, les gens te bousculent comme du bon pain dans le métro mais s'endorment sur ton épaule assis sur leur siège. Comment ne pas avoir les larmes ?
Non, en ce qui me concerne, c'est toujours en revenant en France que les 'principes' zen du Japon viennent ramper vers moi pour me sauter sur le râble, la France, sa Loire, sa Dronne, chemins de lenteur par excellence, ses forêts... c'est la France qui invente le Japon pour moi. C'est un moment que je guette toujours.
Il y a deux ans les Japonais regardaient la chine en chien de faïence, aujourd'hui c'est la Corée de la mafia Kim envoyeuse de scuds au-dessus de l'Hokkaido qui les alarme.
Je regarde avec beaucoup d'estime la retenue japonaise (qui ne durera pas, il y en a qui reparleront à ce sujet de "militarisation des esprits", sans rien ajouter de fort subtil).
Sur la yole et la moto, j'aurais des choses à dire mais cajolerais indûment mon côté bavard... (JC en parle bien de toutes façons, comme d'autres honorables intervenantes sur les régimes moteurs.)
Maybe some other time... ;-)

Écrit par : xlew | 24/11/2017

S. et Ch. et alii... Il y a une superbe chronique de GAG sur le dernier bouquin traduit par Dehusses de Peter Handke. L'aviez-vous liu ? Moi, l'me donne bin envie.
https://www.en-attendant-nadeau.fr/2017/11/21/aller-champignons-handke/
Je vous en informe icite car chez RDL, un nouveau cycle commence juste avec Perros, donc c'est pas le moment d'y faire diversion, passoul serait pas trop content, et surtout notre amie avec la cerise greffée sur la liane des jungles encore moinssss. Nous fait ses savantes recherches dans le dark net pour en ramener des trucs que personne aurait vu... Pas l'moment de la détourner de sa job non pu, hein !

Écrit par : Janssen J-J | 24/11/2017

à de telles vitesses le pilote doit posséder une certaine force physique tout de même ?
Écrit par : chiara | 24/11/2017

Oui sans carénage : après deux cents je vois très mal l'affaire, d'autant que... cela devient long. La Yam monte comme qui rigole à cent quatre-vingt-dix, c'est seulement ensuite que ça commence à ramer ; mais elle a un carénage intégral, ce qui fait que le buste échappe au vent relatif ; reste la tête, donc là c'est "en limande" sur le réservoir et les yeux dans la bulle : là on sent vraiment plus rien, ne reste qu'à choufer le compteur. Enfin pour ralentir on peut se relever doucement, cela aide à la décélération.

Écrit par : Sergio | 24/11/2017

Les motards fous, au dos brisé par la vitesse de leur pétrolette, y z'ont qu'à motoriser leur chaise roulante !
Écrit par : JC.....11h50 | 24/11/2017

Hon peut supposer que ce qui m'a préservé, c'est le fait de n'avoir pu s'offrir ces engins qu'une fois adulte avec mon propre pognon : je craignais pour le matos !

Écrit par : Sergio | 24/11/2017

le cuirassier est un vrai modèle pour tout futur cavalier.
A bon entendeur, salutation (de la pomme de la cravache avec la main droite).
Écrit par : P comme Paris | 24/11/2017


Ce sont les plus beaux !

https://www.google.fr/search?q=cuirassier&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=TcpPmBmD_-LlMM%253A%252C59iOiTkB8_qiqM%252C_&usg=__NZWHHMk-rod7wTKsBR9uUZfn_F8%3D&sa=X&ved=0ahUKEwit0eCfvNfXAhVBZ1AKHbbkA_kQ9QEIUjAL#imgrc=TcpPmBmD_-LlMM:

Écrit par : Sergio | 24/11/2017

Merci, JJJ, pour ce nouveau livre de GAG sur P.Handke.
j'ai lu le billet de Passou sur G.Perros, revu le film de Paul-André Picton, retrouvé le billet de Paul Edel de mars 2014 sur le même Perros et me voici parie sur les pas d'Hardelet... Ah, le petit bal chez Temporel... J'ai encore la voix de Mouloudji dans le cœur.
A la prochaine, car motos et cuirassés autant que vespa rose me laissent sur le bord de la route !

Écrit par : christiane | 24/11/2017

Mon préféré :
http://www.miniatures-toys.com/client/cache/produit/500_______bateau_guerre_mecanique_jouet_ancien_b_21528.jpg

Écrit par : christiane | 24/11/2017

Et les trois mousquetaires, des cinq doigts de la main,
Tournant la manivelle d'un petit sous- marin
Plongeant au fond des mers
Pour pêcher des oursins

Écrit par : tristan | 24/11/2017

Tristan, c'est beau comme une ritournelle !

Écrit par : christiane | 24/11/2017

JJJ,
ce soir à L'Heure bleue de 20h à 21h Laure Adler grâce à un entretien avec ( ?) évoquera ce livre (Peter Handke) "Essai sur le fou de champignon" (Gallimard). l'émission sera en postcast dès demain et repasse à 1h dans la nuit...

Écrit par : christiane | 24/11/2017

merci Ch. !
c terrib' de signaler un texte de GAG, mais si je le fais, vous imaginez bien que c'est aussi en souvenir du fiston jean-philippe qui nous manque tant. J'imagine souvent ce qu'il aurait pu raconter sur le blog d'Amayerling, j'arrive pas à l'oublier ! I y'en aurait proposé à la pelle des billets, croyez pas ? et halors, on s'en serait donné à choeurjoie pour lui rebondir sur les chapeaux de roues de la Yam !... Ch., demandez à S. de vous y faire faire un petit tour de piste just'à 80 à l'heure... Faut connaît'ça, ça vaut toutes les griseries qu'on éprouve devant une toile de Klein, believe me !

Écrit par : Janssen J-J | 24/11/2017

Mais non, ce n'est pas bizarre, JJJ, de citer un texte de GAG, sauf que j'ai cru qu'il s'agissait d'un essai de GAG sur le livre de P.Handke, que, bien sûr je ne connaissais pas. Donc, c'est un essai de P.H lu et commenté par GAG. Très bel article.
Moi aussi je pense souvent à Jean-Philippe. A écouter Maniatis, qui l'a hébergé quelques mois, sa dernière opération du cœur l'avait affaibli ,considérablement... Il s'est éteint peu à peu... Oui, j'aimais ces commentaires, ces colères épiques, son style rabelaisien mêlé à une culture fine de la littérature allemande. C'était un être tourmenté par son histoire et par l'Histoire. Quand on le côtoyait il était doux, presque timide, ému jusqu'aux larmes devant une toile, une musique, l'évocation des enfants... surtout ceux qui n'ont pas eu le temps de vivre... Il aimait beaucoup WGG même si leurs échanges étaient parfois rudes sur les blogs.
La vie est lourde de deuils des trop tôt partis...

J'ai écouté l'émission de Laure Adler. C'est donc Peter Handke qui était invité. Le livre a été effleuré dans les dernières minutes. Avant, ça sautait un peu du coq à l'âne. Ils parlaient tous les deux un peu de tout, au gré de leur déplacement dans la maison de P.H, proche de Paris et d'une forêt où il a trouvé cet automne des cèpes fabuleux. Bizarre ce qu'il a dit de la littérature, des écrivains, de sa façon d'écrire... vous verrez, si vous l'écoutez. Bref, j'ai été un peu déçue... Je préfère le lire.

Pour la moto, un ami du temps de mon adolescence estivale, m'en a fait connaître les joies et les... peurs dans les virages. J'ai toujours préféré la marche à pied ou le vélo. Ce que j'aurais aimé : goûter le silence d'un planeur et glisser sur le vent... ou sauter en parachute !

Écrit par : christiane | 24/11/2017

un petit tour de piste just'à 80 à l'heure...
Écrit par : Janssen J-J | 24/11/2017

C'est pas exempt de risques... Une fois havec la Guzzi je fais des voltes sur un terrain d'aviation, un pétale de marguerite, quoi ; une fille en croupe, c'était l'été, tous les deux en maillot de bain... On tombe ! Rien d'éraflé, mais je comprenais pas... Une observatrice m'affranchit, la fille s'était tout soudain penchée du mauvais côté !

Écrit par : Sergio | 24/11/2017

J'aurais certainement fait de même Sergio !

Écrit par : christiane | 24/11/2017

"La vie est lourde de deuils des trop tôt partis..."
Oui, mais c'était les meilleurs !
Ils partent toujours les premiers, les meilleurs !
Nous, on craint rien...
Gigi fermera la porte derrière nous tous !

Écrit par : JC.....7h22 | 25/11/2017

Pourquoi les "meilleurs", JC ? Tous les êtres sont un mélange de beauté et de laideur, d'innocence et de rouerie, de courage et de lâcheté. La mort, surtout quand elle touche quelqu'un que nous avons aimé parait injuste, insupportable mais sait-on ce qu'un sursis de vie lui aurait réservé ? Il reste le chagrin, l'idéalisation des meilleurs moments, l'oubli des autres. Un mort ne peut pas se défendre donc on arrange les souvenirs avec le cœur et la patience, et puis, qui est-on pour juger ? Je ne sais plus qui a dit qu'il faudrait avoir vécu tout ce qu'un être a vécu depuis sa naissance pour d'abord le comprendre et peut-être le juger.
Regarde : toi, l'éternel provocateur qui accepte d'être trainé dans la boue à cause des ribambelles de commentaires volontairement choquants. j'ai toujours pensé que des rôles avaient été distribués à la courte paille et que tu avais tiré celui dont personne ne voulait : le méchant raciste. Toutefois, le costume est étroit et parfois tu fatigues, et alors, un peu comme dans une toile de Magritte, quand ça craque, on voit le ciel au travers, et il est triste et bleu-crépuscule...

Écrit par : christiane | 25/11/2017

"Qui est-on pour juger ?" (Cricri d'amour)
Mais, ma chère Christiane .... il est impossible de vivre sans juger en permanence !
Et juger de TOUT !
Sans jugement, nous ne pourrions pas traverser un passage piéton en ville, ni nous alimenter convenablement, ni conduire un fauteuil roulant motorisé Rolls Royce !
Le plus con des mammifères juge en permanence. Pourquoi pas nous ?
(je manque d'arguments à cause d'une bringue fabuleuse au Dojo, entre aïkidoka des deux sexes, hier soir tard...)

Écrit par : JC.....8h52 | 25/11/2017

"Pourquoi les "meilleurs", JC ? Tous les êtres sont un mélange de beauté et de laideur, d'innocence et de rouerie, de courage et de lâcheté." (Cricri brin d'amour)

Mais Christiane ! les meilleurs ça existe....!
Exemple :
1/ beauté innocence courage à 100%
2/ laideur rouerie lâcheté à 100%
Le n°1 est meilleur humain que le n°2, non ???
Pas d'égalitarisme gnangnan, stp !

Écrit par : JC.....8h52 | 25/11/2017

Oui, bien sûr, JC, on juge en permanence mais avec du recul on revoit son jugement, on y inclut le doute. ce qui est redoutable c'est de quitter le confort de sa propre argumentation et d'essayer de se mettre à la place de l'autre, d'essayer de voir le monde comme il le voit. Se transformer en brise légère qui enveloppe et accompagne. qu'est-ce qui est important dans la vie ? Juger ? ou découvrir ?
Regarde C. sur le blog d'à côté. Il ne juge pas, il choisit un commentateur et déverse toute la hargne, toute la haine qui bouillonne en lui. Ce doit être dans le quotidien, un être effacé, poli, courtois qui fait bonne figure, qui est obéissant peut-être même un peu servile. Il a trouvé dans l'espace commentaire de la RDL un terrain pour déverser le trop plein de ses rages tues. D'ailleurs il est bon dans la haine colérique, plus fade et quelconque dans le consensus.
Alors, dans cet exemple de personnalité, tellement et si facilement déchiffrable, pourquoi voudrais-tu que je me fatigue à juger ? Je le regarde comme un entomologiste, froidement et je l'épingle dans ma collection d'insectes comme sur ce dessin magnifique offert par Renato à 8h31. Tu vois, je suis plus, beaucoup plus méchante que toi ! Méfie-toi davantage des immobiles...

Écrit par : christiane | 25/11/2017

Magnifique, Ch... !
Oui, il vaut toujours mieux se méfier des "immobiles" (qui, habités par le doute, n'en pensent pas moins) que des grands "agités" (qui, après avoir "jugé définitivement" de TOUT) n'en pensent pas plus..., - apaisés qu'ils sont durant deux minutes.
Le monde est ainsi distribué (à la courte paille, ? la métaphore ne manque pas de piquant) : je me sens plutôt de votre côté, -ce qui ne vous étonnera pas-, avec un zeste d'ironie en plus à l'égard des agités.
Belle journée à vous : je vous conjure en + d'essayer de faire un tour de mob avec S., ça vaut vraiment le coup !

Écrit par : Janssen J-J | 25/11/2017

"se mettre à la place de l'autre" (Christiane)

Ah ben ça alors ....
Cela ne m'est, heureusement, jamais arrivé.
Se mettre à la place de l'autre ?
Mais.... on en a rien à foutre de l'autre !
On a déjà suffisamment à faire avec soi, sans aller s'encombrer l'esprit avec l'Autre !!!
NON, MAIS .....!

Écrit par : JC.....10h13 | 25/11/2017

Sans compter qu'essayer de penser comme Gigi, c'est rétrograder dans la pensée pour s'enliser dans le lisier verbal ... uhuhuhu !

Écrit par : JC.....10h18 | 25/11/2017

Gigi fermera la porte derrière nous tous !
Écrit par : JC.....7h22 | 25/11/2017

Autrement dit, le plus con de tous...
Excellent, j'adore ! Il en a de l'humour quand il veut, le Jo Crisse !

Écrit par : Janssen J-J | 25/11/2017

Eh bien, JC, encore à agresser JJJ ? déchainez-vous sur d'autres (Il y a de quoi faire sur la rdl) mais laissez JJJ en paix. J'aime beaucoup sa pensée. Ah la la, quel sale gamin vous faites ! toujours à envoyer des cailloux dans les vitres et à vous sauver en ricanant. Si je vous choppe vous aurez le droit à une fessée mémorable !

Écrit par : christiane | 25/11/2017

Non Ch., la fessée de Mme de Warens était uniquement réservée à Jean-Jacques aux Charmettes. N'allez point la gaspiller pour ce mufl' djicé, car je vais en être jaloux ;-)

Écrit par : Janssen J-J | 25/11/2017

Gigi est le meilleur d'entre nous, par Memnon !
Il a une grande, une immense sensibilité.
Un peu comme toi, Christiane, c'est pour ça que tu l'adores....

La mienne de sensibilité a toujours été atrophiée.
Faut dire que jardinier stagiaire à 16 ans au Couvent des Sœurs de la Passion, ça vous déforme un adolescent romantique ...
Ma sensibilité est devenue mentulaire !

Réjouissons nous, ce n'est pas Gigi le Meilleur qui partira le dernier, ce sera moi, blême, livide, angoissé de mourir si jeune, seulement pleuré par mes domestiques rémunérés aux pièces !

Écrit par : JC.....11h20 | 25/11/2017

ah, j'aime mieux ça !...
savoir que la Mentule aura le dernier mot, sera la dernière à fermer la porte, vous ravigote l'espoir pour les générations futures de la rdl, ça nous a quand même un peu plus d'allure !

Écrit par : Janssen J-J | 25/11/2017

Quittons nous sur une décision dégueulasse de ce Ministre d'En Marche vers la Falaise, Florence Parly :
«Tolérance zéro dans les armées contre le harcèlement sexuel»
LAMENTABLE !
Si on ne peut plus harceler les Teutonnes de la tranchée d'en face, à la prochaine guerre France Germania....., où on va, là ?
Où on va !

Écrit par : JC.....11h46 | 25/11/2017

Florence Parly gagne très bien sa vie paraît-il, peut se payer le luxe de pas harceler les militaires teutons des tranchées d'en face. On y va là, vazy et kitons-nous jusqu'à la prochaine fois,

Écrit par : Janssen J-J | 25/11/2017

La bécane de Perros, je pense que c'est une Gima.
(Je réponds ici, parce que je refuse de poster à la rdl, qui est trop mal fréquentée)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gima

Écrit par : Bob l'Enclume | 25/11/2017

une Gima.
Écrit par : Bob l'Enclume | 25/11/2017

Merci à toi ! Et puis c'est fort, quand même... D'autant que pour nous, beaucoup de cette époque se ressemblent. Une deux cent cinquante c'était déjà pas mal...

Mon beau-père avait une René Gillet ; il roulait avec à plus de quatre-vingts ans...

Écrit par : Sergio | 25/11/2017

Merci, Bob,
cela me turlupinait de ne pas trouver.

Écrit par : P comme Paris | 25/11/2017

Au musée de Melle, par là-bas dans mon coin des 2 Sèvres, au musée du même nom, ils ne collectionnent que des monet et goyon. Mais ils en connaissent aussi un brin sur les Gima. Je vous invite à faire une descente chez eux depuis Nancy, les potes, si vous les connaissez pas. Sont vraiment sympas et passionnés en plus..., on les écouterait des heures... Et puis, un peu plus loin, il y a la mine d'argent aménagée, celle qui servait à frapper la monnaie aux premiers temps de la royauté carolingienne, si les meufs s'ennuient trop des mobs, en attendant de repartir en virée.
https://www.musee-monet-goyon.fr/la-collection-de-motocyclettes-monet-goyon/

Écrit par : Janssen J-J | 25/11/2017

Si j'étais calé en informatique, je chercherais un moyen d'empêcher la parution des posts de Delaporte et Pablo75.
Oh et puis non, je m'en fous.

Écrit par : Horror ! horror ! horror ! | 25/11/2017

Vraiment dommage qu'en France on ait abandonné... La Voxan partait bien (bicylindre en V transversal purement french), havait une bonne gueule... Reste la Midual... cent cinquante mille euros ! Véridique... Voxan avait aussi la grosse électrique, très belle, la plus puissante au monde !

Écrit par : Sergio | 25/11/2017

Horror horror... c'est vrai, tiens. C'est terrible, le pessimisme anglais. Nous, quand on entend horror, on pense à l'aube nouvelle.

Écrit par : Aurore ! aurore ! aurore ! | 25/11/2017

Bouh je viens de cliquer sur "fulgurances" dans le billet de l'autre blog, là, et j'ai lu les aphorismes soi-disant fulgurants du motocycliste Perros-Guilleret. Ben mes aïeux.
10 % pas mal.
50 % banalités.
20 % concons
10 % très cons
10 % niveau jicé
Et ils sont là à se pâmer, ces glandus.

Écrit par : Un lanceur d'alerte honteux et confus mais fier de l'être, c'est vrai quoi merde à la fin | 25/11/2017

Ah oui, alors, les aphorismes, ras la casquette !

Écrit par : christiane | 25/11/2017

50 % banalités.
Écrit par : Un lanceur d'alerte honteux et confus mais fier de l'être, c'est vrai quoi merde à la fin | 25/11/2017

C'est un peu ce qui m'avait traversé l'esprit en lisant les exemples...

Écrit par : Sergio | 25/11/2017

Comment la casquette Christiane ?

Gavroche, Anglaise, Irlandaise, Hatteras, Bec-de- canard, Trucker......Militaire ?

Écrit par : Lucy | 25/11/2017

Lucy, lucy,
vos mots sont des éclats de rire ! Je n'ai jamais porté de casquette ! J'aurais pu dire ras le bol (mais je ne comprends pas de quoi il s'agit) alors "ras la casquette c'est juste à la hauteur de la main qui passe devant le front quand on accompagne le geste à l'exaspération.

Écrit par : christiane | 25/11/2017

Christiane :
avec vous,
même les Nazbrocx se sentent bien.
Et ne me racontez pas que vous êtes le christ réincarné.
Encore que ?
N'avez-vous pas des stigmates ?

Écrit par : P comme Paris | 26/11/2017

Les auteurs d'aphorismes creusent, creusent, creusent, espérant trouver quelque pépite fabuleuse ....
Hélas....
Dépités !
Car il n'y a pas de pétrole partout, et l'or n'est pas présent à la demande, et un bel aphorisme est une chose rare, etc, etc ... !
Bref, Perros a l'aphorisme nul.

Écrit par : JC.....5h32 | 26/11/2017

Préférer Dac Pierre à Perros, direct !

Écrit par : JC.....5h36 | 26/11/2017

Vilain P,
c'est mal connaître Sœur Christiane du Cœur Innocent que de croire qu'elle pourrait montrer ses stigmates sur la place publique, là où le forain fleurit comme chiendent !

Écrit par : JC.....5h56 | 26/11/2017

Certains nostalgiques pleurnichent en RdL* que "les enfants ne savent plus écrire comme Flaubert".
Il ne veulent pas voir la réalité : on n'écrit plus, on communique.
La littérature devient blabla de jeunes vieux cons pour vieilles connes toujours jeunes, la littérature se meurt, les librairies ferment, le goût des belles lettres, de la belle écriture, se perd... bref le monde ancien disparaît malgré les traces de WWII qui plaisent tant aux arriérés passéistes !
Rappelons à ces bolos nostalgiques que le monde change à une vitesse qu'ils ne supposent pas, ou refusent, et qu'il se fera sans eux, qui l'ignorent !

* République des Lourdauds

Écrit par : JC.....6h43 | 26/11/2017

Evidemment, si l'on n'est pas un indigène varois, on se fout de la température épouvantablement frigorifique, ce matin, culminant à 10° !
Cependant , ciel bleu, soleil qui se lève, littoral magnifique, mer scintillante aident à tenir bon.
Mais grâce au mistral qui souffle à décoller même les cornes du Premier de la République, on gèle !

Écrit par : JC.....8h21 | 26/11/2017

P comme Paris,
C'est surtout que c'est compliqué de percevoir l'autre dans sa vérité, ici... et ce n'est pas une question de pseudo ! C'est comme un palais d'hiver tapissé de miroirs. On avance, incertain.
Ainsi ce qui me pèse : ma hargne nouvelle envers Chaloux. Il n'en a pas toujours été ainsi. Comme dit JJJ "un jour ça part en sucette" et on ne sait pas pourquoi. Il aime profondément la musique et ça c'est l'essentiel mais il a la moquerie au coin de la bouche comme un brin d'herbe et ça c'est irritant comme la caresse inopportune d'une ortie. Pablo, c'est un peu pareil. Bien sûr quand il daube l'art contemporain et ceux qui l'aiment, il est très exaspérant mais quand il parle de l'Espagne, de la catalogne il a un cœur brûlant de romancero gitan. Et la liste serait longue de ces réactions épidermiques face à ces fantômes que seul un commentaire sous pseudo nous permet de pressentir.
Pourquoi, à l'inverse, ce JC que tout le monde déteste et voudrait exiler, pourquoi me touche-t-il comme un être empêché d'être lui ? et Olga, cette fantômette qui nous offre une collection iconographique éblouissante et des mots de citron vert et Sergio qui nous a terrassés avec l'annonce de son calvaire médical et et et... Jean qui évoque pudiquement son accompagnement tendresse auprès de son épouse...
Alors, face à ces mystères j'avance à tâtons, faisant ce que je ne fais pas dans le quotidien : écrire à l'arraché, des mots qui flottent sur la mer démontée des espaces commentaires, des mots d'oubli de ce qui a blessé, des mots matin lumineux comme ce matin de l'autre côté de la vitre. Bon dimanche, l'ami.

Écrit par : christiane | 26/11/2017

pour JC en phase terminale sur la RdL et sa copine christiane toujours prête à le soutenir:
"Les gens sans talent mais prétentieux n'ont d'autres ressources que de nier les talents véritables" (Anton Tchekhov)

Écrit par : Evidence | 26/11/2017

MESSAGE PERSONNEL
Christiane !
- tu dois immédiatement ôter ta confiance en JJJ. Un type qui écrit : "un jour, ça part en sucette" pour expliquer l'entropie, c'est un être douteux au point de vue scientifique. Fais attention à ce vendeur de douceurs mortelles !
- tu écris : "ce JC que tout le monde déteste et voudrait exiler". C'est très exagéré. Je connais par le monde une douzaine de personnes qui m'adorent. Précision : comme il n'y avait plus de place à l'ile d'Yeu, je suis exilé à Porquerolles où je souffre terriblement, night and day.
- tu ajoutes : "comme un être empêché d'être lui". Effectivement, j'en ai assez d'Elle qui m'empêche d'être Moi : je suis marabouté depuis un voyage initiatique en Afrique par un monstre féminin aux projets démoniaques. Aide moi !!!

Écrit par : JC.....8h21 | 26/11/2017

A l'Evidence : je t'emmerde .

Écrit par : JC.....9h21 | 26/11/2017

belle réaction de phase terminale normale

Écrit par : Evidence | 26/11/2017

Je confirme mon amical propos de 9h21 à l'intention de Son Evidence, en rajoutant à la tartine fécale préparée suivant la recette des Borgia un brin de Polonium 210 à la russe, bien plus efficace que le Ruthénium 106 dans son aspect nuisible... !

Écrit par : JC.....10h29 | 26/11/2017

DIEU ETAIT EN RTT ....

- "L'Ardennais et RTL rapportent une histoire incroyable : un chien a été retrouvé mardi 22 novembre dans la cave de ses propriétaires dont il ne serait pas sorti pendant 5 ans. Le yorkshire était enfermé dans le noir dans la cave d'un pavillon de Villers-Semeuse dans les Ardennes au milieu de ses excréments. Il n'aurait jamais été traité et soigné. Presque aveugle, il avait sur lui au moins trois kilos de poils emberlificotés."

- "C'est une histoire cauchemardesque que rapporte nos confrères italiens de Corriere. Un Calabrais de 52 ans a été interpellé après avoir détenu dans sa cave pendant 10 ans une Roumaine de 29 ans.
Après dix ans d'esclavage, de violences sexuelles et physiques et deux enfants nés, sans assistance médicale, des viols de son tortionnaire, cette femme a vu la fin de son calvaire arriver."

Pas belle la vie ?......
Pauvre bêtes !

Écrit par : JC.....10h51 | 26/11/2017

As-tu remarqué, JC, la coïncidence entre l'apparition de ce nouveau troll et la réapparition de certaine qui nous avait joué la belle au bois dormant pendant un an. Il est des (re)surgissements équivoques... l'onctueux pour le pseudo connu, le coup bas pour le troll qui n'est qu'une voix off.
Donc, elle n'a pas changé... haleine toujours aussi fétide... et même idées resservies à plus soif...

Écrit par : christiane | 26/11/2017

C'est évident !

Écrit par : christiane | 26/11/2017

Il est des fantômes errants, sortis de leur champs de ruine, qu'il faut embrasser sur la bouche, ou leur servir un sorbet en pleine chaleur comme fit Saladin avant de les tuer en 1187 ...
Ce qui est tout de même plus humain que de leur offrir un miroir vénitien !
Dans les deux cas, embrassade ou sorbet, la procédure est atroce et passera à la postérité comme les mille empalés de Vlad Tepes, le héros malicieux !
Conclusion : on se fout complètement du passé, le poison de l'avenir laissé par les morts désespérés de nous quitter si vite.

Écrit par : JC.....11h27 | 26/11/2017

Puisque vous avez réponse à tout, christiane, surtout au sujet de votre petit protégé, pouvez-vous expliquer pourquoi il se déclare cancéreux sur la RdL (qu'il quitte une nouvelle fois) et qu'on le retrouve en pleine forme ici, allant jusqu'à envisager de m'empoisonner car incapable de répondre intelligemment à mes questions !

Écrit par : Evidence | 26/11/2017

Les Jésuites m'ont appris, esprits lucides :
- à ne jamais répondre sans connaître le référentiel du questionneur
- à ne répondre intelligemment qu'à des questions qui s'apparentent.
PS : mon cancer généralisé est un détail de l'histoire, je couve une peste bubonique depuis les Croisades, une vérole depuis une bringue chez Louis XV, une aphasie depuis une interview de Carla bruni, une syphilis depuis mon stage à l'Hôtel de Ville de Parise...

Écrit par : JC.....11h46 | 26/11/2017

Au final et en même temps jésuitique, quel est logiciel de ton ADN articulé à ta problématique entropique, ce matin ?

Écrit par : JJJ part en sucette | 26/11/2017

à lire les commentaires partout où elle intervient (sur de fort nombreux sites) on dirait que la baudruche christiane est en train de se dégonfler, enfin

Écrit par : Evidence | 26/11/2017

Qui peut bien être cette Evidence, Ch. ? Pas la vie des bois mesdames, ni dafnaée quand même !... Non ça, l'Amayerling le permettrait pas. Bouh, c pas grave, faut faire avec, ça va se calmer ! L'essentiel, c'est que gwg soye plus là... et ait pu trouver refuge ailleurs, mais que l'Chaloux ait pris sa relève à la rdl, hélas, ça manque pas d'inquiéter. Avez-vous remarqué son essstrême vulgarité ces derniers temps sur la rdl à côté de son exquise et doucereuse mélomanie ? Etonnants, non, ces transformistes ? L'font pas assez d'moto, m'est avis...

Écrit par : Janssen J-J | 26/11/2017

Nous déplorons tous la disparition de l'ami Wiwi, enseveli sous des tombereaux d'esclaves slaves facturables !
Quant à Evidence... ceux qui font courir la rumeur que c'est une transgenre de mauvais genre, mais qu'ils tombent en poussière !
Elle apporte ce goût de chiotte à la chantilly, qui fait le bonheur des orphelinats à petit budget.

Écrit par : JC.....13h00 | 26/11/2017

Cherche encore, JJJ, c'est très facile. Celle qui m'a toujours poursuivie de ses commentaires agressifs avec le masque d'un troll. On était tranquille, la voilà revenue, plus pleine que jamais de haine et de jalousie. Le repos ne la guère adoucie..

Écrit par : christiane | 26/11/2017

JJJ,
pour Chaloux, même jugement, hélas. Ce qui laisse à penser que WGG n'était pour lui qu'un prétexte ! J'ai pris le relais. Il est tout content. Avec Evidence/C. et lui, c'est la fête !

Écrit par : christiane | 26/11/2017

le monde change à une vitesse qu'ils ne supposent pas, ou refusent, et qu'il se fera sans eux, qui l'ignorent !
Écrit par : JC.....6h43 | 26/11/2017

Houi ; avec une accélération peut-être stable, donc une vitesse qui monte raide et sec. Dans dix ans déjà tout aura changé ; halor dans trente, cent ! Dans trente nous serons pour une bonne partie d'entre nous encore vivants, ne l'oublions pas.

D'autre part à la lumière de cette constatation (accélération), on pige mieux que les gus des soucoupes soient si avancés : ils n'ont peut-être au fond, en nombre de siècles, guère plus d'ancienneté que nous ; alors si en plus c'est faux, s'ils ont des milliards d'années de plus que nous, avec l'accélération quelle différence !

Écrit par : Sergio | 26/11/2017

L'font pas assez d'moto, m'est avis...
Écrit par : Janssen J-J | 26/11/2017

Oui, cela rend modeste d'en baver sous les intempéries...

Écrit par : Sergio | 26/11/2017

Clop-UCDAP ?... como es posible, voyons donc' ?... (son blog normand lui suffirait pu', croyez ?)

Écrit par : Janssen J-J | 26/11/2017

il n'y avait plus de place à l'ile d'Yeu,
Écrit par : JC.....8h21 | 26/11/2017

Le Maréchal havait une villa dans les coins d'Antibes : on peut l'y renvoyer dans le jardin !

Écrit par : Sergio | 26/11/2017

Evidence est Laura Delair/Emma Taume/Anna Fort/William Legrand etc. etc., celui ou celle qui signait auparavant d'un prénom variable mais toujours en minuscule, troll attitré de JC et de M Court.
Ses attaques contre bouguereau, christiane et Sergio tiennent à ce qu'elle ou il leur reproche une prétendue complaisance à l'égard de JC. Elle n'a qu'un seul sujet en tête, une seule obsession : JC.

Écrit par : répondeur automatique | 26/11/2017

Ses attaques
Écrit par : répondeur automatique | 26/11/2017

Bon mais un de ces quatre elle va nous mettre des posts culturo-culturels ça sera sympa... On change vite, ou plutôt on se retrouve...

Sans vouloir jouer les Cesbron ! Je raffolais de Cesbron à dix-huit ans, et d'ailleurs je me souviens encore de plusieurs de ses bouquins...

Écrit par : Sergio | 26/11/2017

"Je raffolais de Cesbron à dix-huit ans"

Tu as fait ta scolarité chez les curés ?

Écrit par : Abbé Larouste, professeur de lettres au collège Saint-Jacques | 26/11/2017

Tu as fait ta scolarité chez les curés ?
Écrit par : Abbé Larouste, professeur de lettres au collège Saint-Jacques | 26/11/2017

Du tout : on n'était pas messeux ; ce qui fait que je n'y connais vraiment rien. Mais cela n'empêchait pas mon père, lorsque j'avais vraiment dépassé la dose de burnes au lycée, de me menacer de me mettre chez les maristes ! Lever quatre heures, matines...

Écrit par : Sergio | 26/11/2017

Ce n'est pas la première fois que répondeur automatique se prend les pieds dans le tapis... par contre je n'ai jamais "attaqué" Sergio, JC ("que tout le monde déteste" dixit son admiratrice) oui souvent... ce type mélange tout et raconte n'importe quoi

Écrit par : Evidence | 26/11/2017

Tout-à-fait hors sujet mais j'espère que Sergio me pardonnera...

J'étais en train de revoir et reclasser mes photos et je me suis retrouvée à Capri ou plutôt à Anacapri chez Axel Munthe, ce médecin d'origine suédoise qui était tombé amoureux du site et s'y était fait construire une villa sur les ruines d'une petite chapelle en haut d'un promontoire, d'où on a une vue exceptionnelle. C'est un endroit vraiment magique qu’il a rempli de vestiges antiques où l'on aimerait rester, cette villa San Michele.

Je m'étais alors promis d'acheter le livre de souvenirs qu'il lui a consacré "Le livre de San Michele", qui a eu un immense succès à sa parution en 1930 et puis au retour, prise dans les tracas de la vie ordinaire, j'ai remis à plus tard et puis j'ai oublié....

Aujourd’hui la lecture papier me fatigue et j’hésite à acheter de nouveaux livres (que d'ailleurs je ne sais plus ou ranger !) ; quelqu’un aurait-il lu ce ‘livre de San Michele’ et pourrait-il m’en dire deux mots (ou plus !) ?

Écrit par : Lucy | 26/11/2017

CONFESSIONS Release 2
J'ai menti ! Oui, j'ai menti !
C'était à 8h21, ici même, aujourd'hui ...

J'écrivais, dans un souci d'humilité rarissime chez les fats : "Je connais par le monde une douzaine de personnes qui m'adorent."

Et bien c'est faux ! Ils sont des MILLIONS !
A l'Evidence va devenir folle de rage, la démente....

Écrit par : JC.....17h54 | 26/11/2017

Lucy,
Je l'ai lu ce livre !
Magnifique ...
Et je sais qu'il est dans ma bibliothèque, je l'ai vu il n'y a pas six mois.
Demain, je l'aurais retrouvé et je vous en parle : ce soir, j'ai la flemme !

Écrit par : JC.....17h58 | 26/11/2017

la lecture papier me fatigue
Écrit par : Lucy | 26/11/2017

Reste la solution, par exemple en alternant avec le papier, de la liseuse électronique ; seulement elle implique plusieurs servitudes, mineures certes mais parfois bien intempestives. Lesquelles n'ont rien à voir avec la technique, quasi-parfaite, mais aux praxis commerciales.

Écrit par : Sergio | 26/11/2017

Lucy,
je l'ai retrouvé plus vite que prévu : je ne pouvais vous faire attendre toute une nuit !
Il a bien vécu.... mais est entier et lisible : ne l'achetez pas, je vous en confie la garde durant 666 jours et une nuit !
Edité par Albin Michel, traduit par Paul Rodocanachi, présenté par Pierre Benoit, prix 30 francs, imprimé chez Louis Bellenand à Fontenay !
Un tampon de l'OFLAG IV D 19 ....
A demain.

Écrit par : JC.....18h09 | 26/11/2017

Bonsoir Sergio
merci pour tout et bon courage.
Je garderai un souvenir magnifique de votre blog avant que les rats m'aient envahi le navire.

Écrit par : christiane | 26/11/2017

Lucy,
"Le livre de San Michele", copie conforme de l'exemplaire en ma possession, 1941, est en vente sur AMAZON.FR au prix de 12 euros.
C'est une merveille à lire !

Écrit par : JC.....18h24 | 26/11/2017

Je garderai un souvenir magnifique de Sœur Christiane de l'Abbaye de Thélème....

Écrit par : JC.....18h30 | 26/11/2017

Merci JC, votre enthousiasme est convaincant !

Écrit par : Lucy | 26/11/2017

A votre service Lucy !
Mais ne comptez pas sur moi pour une analyse littéraire du pavé de 443 pages lues il y a des décennies !
J'ai la chance de ne pas être un littéraire ... j'aime ou je n'aime pas ce que j'ai lu. Le reste je m'en fous.
Je demande à une voiture de rouler, à un plat d'être délicieux, à l'univers d'être goûteux. Le garage, la cuisine, le comment des choses, c'est comme le Droit ou les Lettres, ce n'est pas mon affaire. Aucun intérêt.
Ce livre de San Michele, je l'ai adoré. C'est tout. C'est beaucoup....

Écrit par : JC.....5h56 | 27/11/2017

Aucun intérête le Droit, au moment où l'Intelligence Artificielle et les New Technos vont prendre un essor décisif d'ici 5 ans. Au moment où tous les régulateurs de la Terre, dans les ministères, les administrations, les parlements, les cabinets d'avocats, complètement sous le charme, littéralement babas, tous les différents législateurs de la planète bleue se frottent les mains pour accueillir le repos du guerrier des robots du futur dans les beaux draps qu'ils auront amoureusement tissés, aucun intérêt le Droit ?
Avec un état d'esprit pareil nous visons le mur.
Au contraire il nous faut du Droit, avec des hommes et des femmes de l'art qui ne seront pas envoûtés, ni par les visions de bonheur total prôné par les GAFAs, ni par le catastrophisme ambiant apporté par les machines tel que parfois le dépeint Hollywood.
Nous recherchons des juristes qui considèrent l'AI comme un outil, des jeunes filles et gars sachant coder, pas bouche bée devant la technologie parce que non analphabètes, sans avoir de doctorat en microrobotique, devant certains domaines de la science.
Et qui lisent des romans.
Sans prêcher pour ma paroisse non encore tout à fait morte, c'est le Droit qui fera de nous des moutons électriques ou qui nous fera rester Hommes face aux robots.
Excusez-moi mais zut.

Écrit par : xlew | 27/11/2017

Chacun ses spécialités xlew ! J'ai 'fait' du droit et franchement ce n'est pas ce que je préfère et dans cette matière pointue mieux vaut laisser la parole aux spécialistes qu'à des fantaisistes comme l'ami JC.

JC, 443 pages, mais avec celles de P. Benoit, je devrais en venir à bout en prenant mon temps car je ne pense pas que l'on ait hâte d'arriver à la fin pour connaître le nom de l'assassin....!!! "Il s'agit essentiellement d'une série de courts récits qui se recoupent, en suivant en gros mais pas entièrement l'ordre chronologique." (wiki)

Écrit par : Lucy | 27/11/2017

Dérisoire commentaire de votre part, cher ami !
A côté de la plaque...
Car je ne parlais que de mes goûts !

N'ai je pas le droit de détester l'étude et la pratique du Droit ? Voulez vous m'empêcher de ne pas aimer le Droit ?....
......et puis quelle autre activité encore ?

Vous vous accordez une liberté fort déplaisante.
Pour moi, ceux qui étudient le Droit me déplaisent car je n'aime pas cette discipline ni ceux qui la pratiquent !

Écrit par : JC.....9h56 | 27/11/2017

On comprend mieux pourquoi vous ne n'avez jamais aimé faire de la moto : il faut avoir confiance dans le code de bonne conduite des circulans, se convaincre que la plupart des utilisateurs en ont intériorisé les règles de la route. Quand on se fait tamponner par sa faute ou celle de l'autre, il est trop tard pour comprendre en quoi consiste la ligne de partage des eaux entre les 'as du volant' et les 'chauffards'. Or, c'est la sociologie du droit qui l'explique plutôt que le droit positif. Mais, comme le soutient notre ami Jen-Marie R., les deux sont nécessaires, que cela plaise ou non à la littérature générale.
http://www.youscribe.com/catalogue/livres/autres/as-du-volant-et-chauffard-183944

Écrit par : Janssen J-J | 27/11/2017

Pourtant le Droit martien est très plaisant Lucy, plein de surprises et de rebondissement.
Le neptunien est plus académique.
N'aurions-nous pas intérêt (pour reprendre le terme du jeune homme qui n'a guère le goût des autres et c'est tant mieux, Ayn Rand n'a pas tout faux, j'adore ses livres) à sortir de l'infantilisation du moi-j'aime-moi-j'aime-pas ?
Prenons quelque navette interstellaire (Musk, Branson, Bezos, ESA ou Nasa, n'importe) et allons réviser, discuter, nos classiques, qu'ils soient de jurisprudence ou de coutume.
Salutations.

Écrit par : xlew | 27/11/2017

"à sortir de l'infantilisation du moi-j'aime-moi-j'aime-pas ?" (xlew)

Vos jugements d'enculeur de mouches, cher ami, sont parfaitement fascistes, infantiles et malvenus. Le jugement est affaire de personnalité.
Dieu sait qu'elles sont diverses ....
Que la revanche des mouches soit à la hauteur de vos perversions juridiques, courant rigide !

Écrit par : JC.....11h13 | 27/11/2017

Hmm, oujours à se frotter les élytres sur les pots des autres pour faire le "buzzz", le jeune homme.
Le ridicule n'a jamais tué les petits garçons, Dieu soit loué.
Beh, oui, "fascistes", pourquoi pas, encore, give me more.
Cette façon de penser, de converser, toujours dans la mesure, rapproche son auteur de tous les loups de l'ultragauche qui voient le fascisme partout surtout là où il n'est pas encore, histoire d'envenimer les choses, histoire qu'on fasse en sorte de ne pas le reconnaître lorsqu'il apparaîtra tel qu'en lui-même, de préparer le terrain pour le sien propre.
Flytox habituel, battez des pattes et pondez vos oeufs, allez buzzer en paix, mon garçon.
Cela dit vous avez le droit d'aimer ce que vous voulez (!), ce genre d'attaque-défense n'est pas digne, vous m'avez fait souvent le coup, comme à d'autres je suppose, ailleurs à plusieurs occasions.
Des prétextes.

Écrit par : xlew | 27/11/2017

Il n'y a pas que les sous-marins argentins qui coulent à pic !
Bonne nuit, cher ami ....

Écrit par : JC.....11h52 | 27/11/2017

ESCHYLE EN A REVE ....
"A chaque fois que j’ai ouvert ce placard, cette année-là, boum ! Les deux énormes volumes me sont tombés sur la tête, accentuant bien entendu mon sentiment de culpabilité." (La dame de Beaubec, en études, en vacances, en Corse ....)

Sur la RdL, le retour de la malheureuse normande qui nous explique les causes de sa déficience cérébrale....
Seul le numérique, à l'infini potentiel, peut nous apporter des nouvelles aussi importantes !

Écrit par : JC.....12h12 | 27/11/2017

Quittons nous sur un problème de morale où le Droit est impuissant :
"Le tribunal correctionnel de Fontainebleau (Seine-et-Marne) doit juger, lundi, un professeur de mathématiques. Cet homme de 34 ans, en poste dans un collège de Champagne-sur-Seine, est poursuivi des chefs de «corruption de mineure» et «atteintes sexuelles sur mineure de 15 ans par personne ayant abusé de l'autorité conférée par ses fonctions», précise le procureur de la République, Guillaume Lescaux. Il encourt dix ans de prison, ajoute le magistrat. Sa victime présumée, Laura*, est l'une de ses élèves de quatrième, âgée de 14 ans. Les faits délictueux, qui avaient débuté en juin, ont été mis au jour début novembre: le parquet a opté pour une procédure très rapide." (Figaro)

Euh ! ..... une enseignante majeure , Birgit Strogneugneux*, qui serait coupable de harcèlement envers un élève mineur.... euh .... non, rien ....!
* prénom/nom changés, pour des raisons de discrétion !

Écrit par : JC.....12h19 | 27/11/2017

TEST ...

Écrit par : olga | 27/11/2017

Nous recherchons des juristes qui considèrent l'AI comme un outil, des jeunes filles et gars sachant coder, pas bouche bée devant la technologie parce que non analphabètes, sans avoir de doctorat en microrobotique, devant certains domaines de la science.
Écrit par : xlew | 27/11/2017

Tiens c'est marrant j'ai une fille avocate m'a jamais parlé de cela, qui est passionnant ; peut-être qu'elle le fait ? D'autant que ça pulse, son gourbi ; et que son jules, avocat également, est "un battant" aussi...

Écrit par : Sergio | 27/11/2017

il faut avoir confiance dans le code de bonne conduite des circulans, se convaincre que la plupart des utilisateurs en ont intériorisé les règles de la route.
Écrit par : Janssen J-J | 27/11/2017

Oui ; obligement, sans quoi on ferait jamais rien ; néanmoins vaut mieux en plus faire comme l'Ouasse, c'est-à-dire veiller...

Écrit par : Sergio | 27/11/2017

Comme ‎Jude Law‎, ‎Haley Joel Osment et Frances O'Connor.

Écrit par : Lucy | 27/11/2017

TEST ...
Écrit par : olga | 27/11/2017

Qu'entendez-vous exactement par là, chère Olga ?

Écrit par : ‎Jude Law‎, ‎Haley Joel Osment et Frances O'Connor | 27/11/2017

Bon, mais ils ont quand même dû entendre causer de ce "classique" en droit, de Danièle Bourcier (et alii...) ça fait une bonne qz d'années qu'elle avait été précurseuse... Et depuis elle nous a fait dans la sérenpidité...
Mais on a comme l'impression qu'ils vous racontent pas tout..., les p'tits cachotiers, hein.
https://books.google.fr/books/about/Droit_et_intelligence_artificielle.html?id=Fmw5AQAAIAAJ&redir_esc=y

Écrit par : Janssen J-J | 27/11/2017

Ah non, cher Janssen J-J, vous extrapolez, il me semble qu'un non-dit aussi déphasé risque d'être conflictuel si l'on admet l'idée de base selon laquelle rien ne peut représenter le fondement sous-jacent du sujet X, même dans l'acception luthérienne du terme (tout à fait déplacée ici, quoique possiblement revitalisante), et, partant, l'indicible. Mais vous souciez-vous du conflit ? Vous nous avez prouvé par vos longues interventions que la notion d'immuabilité versatile ne vous effrayait pas. Mieux : que vous vous en tamponniez le coquillart avec ce qu'il faut d'indécent pour que de chastes contributrices comme lucy ou chiara renoncent à vous relire. Eh bien, sachez-le, monsieur Janssen J-J de mes deux, nous ne nous en laisserons pas conter. Cessez, monsieur, cessez votre défractalisante nonchalance, c'est un crime, je le dis sans crainte. Ah, vous êtes un baiseur, dites-vous. Que me chaut ? Vous ne m'enculerez, monsieur, je dépote. Et j'en profite pour remerciez olga pour sa sollicitude à mon égard dans la correspondance qu'elle entretient avec qui vous savez et qui ne vous porte pas dans son diaphragme de roteur, comme vous dites. Oui, il rote, et alors ? Il ne vous est jamais venu à l'idée, JJJ, que ces rots sont des pétales de rose dûs à une embolie de matière première sans comparaison possible avec vos turluttes à la bouffe-moi-le trou ? Non ? Jamais ? J'espère m'être bien fait comprendre. Tenez-vous-le pour dit, canaille !

Écrit par : Rémi-Claude Boyer-Rocard | 27/11/2017

Je m'interrogeais sur Delaporte, je me disais : est-ce qu'on fait pas la même erreur qu'avec D. à ses débuts quand on le prenait au sérieux ? Ah ben si, ça y est, ses derniers posts le prouvent : c'est un canular, comme D. Il déconne.

Écrit par : l'autre frère de ma sœur | 27/11/2017

@RCBR et AFDMS : Mais moi aussi, je "canule" depuis bien avant D., et Dédé Delaporte réunis, pourquoi en doutez vous, JC..., voyons donc ? Ne m'accordez pas plus d'importance que j'en ai ! Je ne vais point vous ravir vos amies lucy et chiara, c quand même vous le Roi de Mayerling, encensé par l'incomparable Mireille Mathieu.
Pour ma part, je ne nique que les tordues des sous-bois (du moins, j'essaye), quant aux beaux restes, c bin trop facile..., je les con-cède bien volontiers à votre vigoureuse Mentule Sénilissime Viagrisée.

Écrit par : Janssen J-J | 27/11/2017

A propos de vos aimables turluttes, je vous signale que le joli sobriquet du grand légiste napoléonien Cambacérès était Tante Hurlurette. De là à ce qu'il fasse encore des adeptes parmi les anti-sodomistes !

Écrit par : l'autre assassin de ma soeur | 27/11/2017

l'incomparable Mireille Mathieu.
Écrit par : Janssen J-J | 27/11/2017

C'est vraiment dommage qu'on l'entende à peine dans cette chanson ; surtout elle ! Que font donc les ingénieurs du son ?

Écrit par : Sergio | 27/11/2017

Pfiou, comme disait Gaston, les deux cents coms en une semaine, ça commence à causer ! On a dû le faire une fois, mais en un mois !

Bon demain ça toubibe à mort l'après-midi, donc je changerai le billet plutôt après-demain, sauf si bien sûr l'un ou l'autre en a déjà un de prêt...

Écrit par : Sergio | 27/11/2017

je… j'avoue que… ça me laisse perplexe, comme dit christiane.

et euh… bon courage pour demain après-m, Sergio. le premier toubib qui vous emmerde, rappelez-vous la formule de Giscard : une paire de claques et au lit.

Écrit par : Tante Hurlurette | 27/11/2017

euh non, je fais erreur. Giscard il disait pas ça, il disait… je sais plus.

Écrit par : Tante Hurlurette | 28/11/2017

giscard il disait autre chose, il disait… 2 français sur 3, dans ce genre-là, mais ça a aucun rapport donc ça doit pas être ça.
ou alors je confonds avec châteaubriand, ça m'arrive tout le temps, faudrait demander au comique… comment déjà… Janssen, jjj… il doit savoir.
ou à christiane, elle sait des tas de trucs.
je vais me coucher.
en rêvant à la vie dans les bois. (je suis d'accord avec vous, sergio, elle est vachement érotique)

Écrit par : Tante Hurlurette | 28/11/2017

"je les con-cède bien volontiers à votre vigoureuse Mentule Sénilissime Viagrisée." (Gigi)

Con-cédez ! Con-cédez ! Adepte d'une vie on ne peut plus simple, couché tôt/lever tôt, je vous jure sur la tête de Louis XVI que ma mentule fidèle est jeune, naïve et fraiche comme un député En Marche, et que j'ignore superbement le culte du Viaugras !

Écrit par : JC..... 5h23 | 28/11/2017

Aimez vous Martial et ses fameux Epigrammes, bande de perrossiens ?
Je les préfère aux Pensées de Blaise qui ne baise....
Aucun rapport, je vous l'accorde !

Écrit par : JC..... 5h23 | 28/11/2017

MESSAGE PERSONNEL
Serguei,
Que cette après midi soit utile et porte ses fruits pour une santé convenable.
La fréquentation de la racaille du Droit, magistrature veule et partisane, est seulement redoutable; celle des Médecins est pénible, certes, mais c'est pour le bien de la mécanique....
Courage !

Écrit par : JC..... 5h45 | 28/11/2017

Dieu est un enfumeur de bananes.

Écrit par : JC..... 9h01 | 28/11/2017

Dieu est un incinérateur de particules.

Écrit par : Mlle Leduc | 28/11/2017

Dieu est un charmeur de serpents.

Écrit par : ève | 28/11/2017

Dieu est un essoreur de linge sale.

Écrit par : | 2017/11/28 | 28/11/2017

c.hristiane est D.ieu.

Écrit par : 09:24 | 28/11/2017

Ce blog part en couille. C'est triste à dire. On se défoule, on écrit n'importe quoi.
Enfin, ressaisissez-vous ! Chacun sait que Dieu n'est rien de tout cela. Dieu est un équarisseur de topinambours.

Écrit par : Luke Minion | 28/11/2017

JC..... est en verve ce matin, à lui tout seul, il occupe les 2/3 de l'espace. Quel ani-mateur de blogs !
Bon courage pour cet aprèm, S. : on sait encore distinguer entre les avocats et les juges, les Hippocrates et les charlatans !...

Écrit par : Janssen J-J | 28/11/2017

Janssen J-J ne croit pas en Dieu. C'est regrettable.

Écrit par : les avocats et les juges, les Hippocrates et les charlatans | 28/11/2017

Bien des pensées pour vous cet aprem' Sergio.

Écrit par : Lucy | 28/11/2017

Sergio, dis bien à tes médecins de faire fissa car nous t'attendons. On ne bougera pas.

Écrit par : chiara | 28/11/2017

Depuis ma naissance, j'agonise
Pourquoi, je n'en sais rien
Les Jésuites, las, m'ont prié de cesser de les importuner avec des questions personnelles !
Mes maitres ne m'ont rien dit de fiable
Les mathématiques s'en foutent : fantasques elles sont, fort heureusement, insensibles
Les lettres se brouillent dans mon esprit excité par le café colombien à la blancheur tragique
Le monde est délicieusement déséquilibré
Les dindes m'ont endindonné ....
Je les aime tant
Les médecins sont étonnés
Les magistrats, enfarinés, sont des urnes vides
Les bolos serrent la vis
Les pauvres sont ennuyeux et vicieux
Le ciel est bleu, le soleil au rendez-vous, le vent nul
Moi aussi
Mais, Mémé ! Y a pire.

Écrit par : JC..... 10h29 | 28/11/2017

« Il n’y a que l’eau, les femmes et la mort, qui nous prennent dans notre nudité. Nous changent. ». (Perros)

On applaudit le gugusse .... sacré Passou !

Écrit par : JC..... 11h19 | 28/11/2017

Comme elle va vite être oubliée, tant elle est conne, retenez son nom : MARLENE SCHIAPPA !

Écrit par : JC..... 11h49 | 28/11/2017

Chia pas ou skia pas ? Y a une nuance, bon dieu !

Écrit par : Pimpin (nom d'emprunt) | 28/11/2017

olga 28/11 14 h.
**réponse à Jude Law-Haley joel osment-France o'connor. Merci de vous intéresser à mon sort. Je descends tout juste de ma soucoupe. Fichu temps sur Terre. "TEST" ? Why ?Je voulais vérifier que j'étais bien "fantômette"(scripsit Christiane )Test validé puisque mon post s'était volatilisé...Chouette,je n'existe pas,je ne suis RIEN, une ombre que transpercent les ondes.
Pour Rémi-Claude, l'aigle à 2 têtes ? que je ne connais pas. Grand merci pour vos remerciements; pas très bien compris mais grâce à Vous je sors du RIEN, "JE" c-à-d "Olga" , que dis-je !"Olga" ! DesCartès ,help me, "je pense ergo sum " Vous validez ?? IL valide...fichu temps chez les terriens, tout de même..

Écrit par : olga | 28/11/2017

Sergio, je découvre à l'instant qu'on vous taraude. Résistez, votre retour sera fêté.
Bon courage. Olga.14h03

Écrit par : olga | 28/11/2017

Nous sommes tous là à nous en faire pour Sergio, qui n'existe pas. C'est un être virtuel.
Personne ne le connaît.
Olga dit : "je n'existe pas,je ne suis RIEN, une ombre que transpercent les ondes." Bah oui, c'est tout à fait ça. Idem pour mézigue.
Et pour Sergio. On croit savoir qu'il a des enfants, mais ses enfants sont aussi virtuels que lui. Il a ÉCRIT qu'il avait des enfants. Mais "il" peut être n'importe qui, donc écrire n'importe quoi.
Je vais mener une enquête dans les hôpitaux de Nancy, même si je doute qu'il soit inscrit sous le nom de Sergio.
Prompt rétablissement quand même, hein, l'ami.

@christiane
Chez Paulo, vous vous interrogez sur e. e.g. (elena). Je ne peux pas poster là-bas, c'est un mystère (vous avez connu ça). Je voulais vous dire que, à mon avis non informé, elena est la réincarnation de Julie ou Céline.

@olga
Ma femme s'appelle aussi Olga. Est-ce toi, mon amour ? Les enfants voudraient savoir.

Écrit par : une ombre que transpercent les ondes | 28/11/2017

Olga, je suis aussi 'persona non grata' chez PE.
A cause du latin ???

Écrit par : Lucy | 28/11/2017

Non, Lucy, sont personae non gratae chez PE les intervenants qui postent des insanités. Ce doit être votre cas. Je vous soupçonne d'écrire trop souvent bite, cul, etc. Même en latin, ça passe mal.

Écrit par : une ombre que transpercent les ondes | 28/11/2017

Je sais que gigi, jicé et olgatest n'existent pas, mais je sais que Sergio d'Amayerling existe, car son savoir sur les mobs le prouve assez. Un fantôme ne s'y connaîtrait jamais autant sur les bécanes qu'ils ont jamais eu besoin d'enfourcher.

Écrit par : Janssen J-J | 28/11/2017

savoir sur les mobs
Écrit par : Janssen J-J | 28/11/2017

Il y a de nouveau une moto française ! L'Avinton : bicylindre en V. transversal de un litre six, qui tape le deux cent soixante sans carénage... Faut oser ! Et une gueule super...

Seul nuage : ce splendide moteur vient des Etats-Unis... Voxan lui fabriquait les siens.

Trente mille euros, la bête...

Écrit par : Sergio | 28/11/2017

ouais non mais c'est sûr que si les motards de Nancy achètent des Yamaha, les constructeurs auvergnats d'Issoire y font faillite.

Écrit par : Luke Minion | 28/11/2017

Yamaha, les constructeurs auvergnats d'Issoire y font faillite.
Écrit par : Luke Minion | 28/11/2017

Mais j'ai parfois subconsciemment honte, c'est vrai !

Écrit par : Sergio | 28/11/2017

Et un grand merci de vos encouragements : c'est jamais des moments très hagréables...

Écrit par : Sergio | 28/11/2017

les hôpitaux de Nancy,
Écrit par : une ombre que transpercent les ondes | 28/11/2017

Les cliniques ; le vrai hosto c'est encore plus effroyable, des journées entières à hattendre...

Écrit par : Sergio | 28/11/2017

j'ai la tête vide, la tête vide, j'en ai marre, ça vient pas, ça vient pas.
pas moyen de me concentrer. je m'étais donné jusqu'à fin janvier pour terminer, l'éditeur m'a donné jusqu'à mi-février mais j'arriverai pas j'arriverai pas.

Écrit par : Chiaralucy C-C | 28/11/2017

Je n'ai pas tout suivi. Christiane est fâchée avec Sergio aussi ? Elle dit qu'elle ne veut plus mettre les pieds ailleurs que chez Paul Edel.
Si tout le monde boude...

Écrit par : Mlle Leduc | 28/11/2017

Sinon, dites, 237 commentaires en une semaine, et d'une haute tenue, chapeau !
Il va y avoir des jaloux.

Écrit par : Mlle Leduc | 28/11/2017

Merci JJJ de la peine que vous vous donnez pour vivifier ce blog. Sans vous nous n'existerions pas. Et Sergio se sentirait bien seul dans sa clinique.

Écrit par : Mlle Leduc | 28/11/2017

Un certain monsieur Delaporte nous prie de publier cette proclamation en langue étrangère. Nous le faisons volontiers.
Te Deum laudamus,
te Dominum confitemur. Te aeternum Patrem, omnis terra veneratur.
Tibi omnes angeli,
tibi caeli et universae potestates, tibi cherubim et seraphim, incessabili voce proclamant :
« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra maiestatis gloriae tuae. »
Si Lucy pouvait traduire, la rédaction lui en serait reconnaissante.

Écrit par : prière d'insérer | 28/11/2017

On peut y faire assaut de gentillesse et d'un peu d'ironie, de foutraquismes, dire des choses simples et vraies et tordues, en étant sûr qu'on va pas s'voir ramasser une chaise en ferraille sur le coin de la tronche qu'on saurait pas d'où qu'elle allait viendre. C respirab' ici, les gensses y ont l'air à peu près équilibrés dans leur lunatisme, S. est un hôte qui s'prend pas la tête, on l'm bien, mais quoi dire de plus que de vouloir remercier l'Amayerling d'exister, de lui vouloir du bien, quand nous..., harassés par la fatigre journalière, on a besoin de s'décompresser en délirant de temps en temps, sans s'croire obligés d'agresser le monde entier. Tranquille et vital, quoi. Et demain, chouette..., le nous a promis un nouveau post, mûrement concocté. Il est comme tout "chose" d'avoir eu plus de 230 interventions en moins d'une semaine, mais c'est pas les miennes les plus nombreuses, holà, JC, qu'est-ce qui t'arrive de d'venir sympatoche, c'est-i qu'tu serais après virer ta cutie à réaction, là ? Bin ça halors ! Buena noche a vosotros, à chq jour suffit sa peine.

Écrit par : Janssen J-J | 28/11/2017

Traduction :
Allo allo Dieu
Nous t avons fait des confitures
N’éternues pas ainsi, tu vas réveiller toute la terre et même les anges ;
L’Université proteste ainsi que les chérubins et les séraphins qui proclament sans cesse :
« drelin, drelin, drelin, le ciel et le terre en ont ras le bol de ta gloire. »

Écrit par : De la part de Lucy | 28/11/2017

ps à dieu

Laisse tomber les anges et prend soin de Sergio.

Écrit par : De la part de Lucy | 28/11/2017

"Drelin, drelin, drelin,... TOINETTE !!!...
Ah ! chienne ! Ah carogne..."

Ceci n'est pas un valse!.

Écrit par : P comme Paris | 28/11/2017

En attendant des nouvelles du taulier ...

BALANCE.TON.PRESIDENT
Nous avons conscience des limites de notre action, le domaine étant singulièrement réduit, mais il nous parait indispensable que celui qui ne voit dans la colonisation "qu'un crime contre l'humanité", réflexion réductrice de gosse imbécile, soit lui même dénoncé pour son propos de connard infantile et obtu !

Écrit par : JC..... 6h24 | 29/11/2017

Tu parles du péteux Janssen JC?

Écrit par : 2049 | 29/11/2017

PETEUX ?
JANSSENS !
J'ai été, durant l'été 1916 de l'effroyable WWI, sous les ordres du Lieutenant Janssens.
Je peux témoigner ici de sa vaillance, de sa bravoure, de son courage, de sa détermination dans les combats qu'il menait nuit et jour dans les casemates et les tranchées contre la vermine qui nous assaillait : puces, tiques, fourmis, mouches, rats, vers luisants, pensées lubriques !
Un exemple pour tous....!

Écrit par : JC..... 7h46 | 29/11/2017

Je viens de visiter le site des motos Avinton...C'est drôlement beau :
https://www.avinton.fr/

Des motos, sur mesure tout de même, réservées aux Bayard des temps modernes, sans peur ( peut-être pas sans reproche ;).

Belle journée à tous.

Écrit par : chiara | 29/11/2017

VIVE LA GUERRE !
Plutôt que de participer radioactivement à WWIII grâce à ce crétin de Gros Kim qui prend Donald Trump pour un crétin (et ses rérèves nordiques coréens pour la réalité), j'aimerai que se déclenche la GUERRE DES BLOGS, ici même !
Que s'affrontent les Passou, les Popaul, les Sergio, et leurs troupes dociles dans des luttes sans fin, sans fins, sans faim, sans clémence, sans raison ....
Aux larmes citoyens !

Écrit par : JC..... 10h05 | 29/11/2017

Je sors, libre, fauché, enrichi, épanoui d'une Clinique Suisse.
Le Lycée de Genève.
On vient de m'implanter une puce de connexion permanente Google.
J'avais déjà économisé un an pour l'implantation de celle de Wikipédia, non-expurgée, qui me donne toute satisfaction.
Depuis ce matin, je me sens....
....comment dire.... SUPERIEUR !

Écrit par : JC..... 11h02 | 29/11/2017

"A quel âge, pour vous, doit être fixé le consentement sexuel des mineurs ?" (Birgit, femme de ménage du blog)

Euh ? ..... 9 ans ?

Écrit par : JC..... 11h21 | 29/11/2017

- Avez vous des nouvelles ? des choses importantes, que nous attendons tous et toutes ?
- Non ! .... rien ....
- Alors, meublez ! Le bolo a horreur du vide....
- On meuble ! on meuble ....

Écrit par : JC..... 11h45 | 29/11/2017

Une nouvelle attaque ces jours derniers, que dis-je ,effroyable; une ancienne ministrable vient de porter plainte, un député labellisé lui a pincé la fesse gauche dans les couloirs de l'assemblée, sans raison valable;elle a montré l'horrible bleu qui dénature entièrement sa plastique, aux journalistes de la 1°TV de France ,qui ont failli défaillir.Les analyses adn sont en cours, la France a peur.. 30/11/01h15

Écrit par : olga | 30/11/2017

Olga,
Il s'agit d'un acte hautement politique ! Pincer une fesse gauche pour un type de droite, c'est combattre pour ses idées !

Écrit par : JC..... 5h57 | 30/11/2017

Les commentaires sont fermés.