Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2017

Rouge !

200px-Red_flag_waving.svg.png

 

- Serge, c'est vrai que tu es communiste ?

 

C'était à Düsseldorf, été soixante-quatre, fin de quatrième, tiens, justement. Mon "correspondant", c'est-à dire un gars de mon âge dont je partageais, dans sa famille, les activités pendant un mois, habitait un modeste pavillon dans l'immense banlieue. N'importe, de là on pouvait aller zu Fuss jusqu'au lycée où, le matin, se rassemblait le groupe des français pour une studieuse matinée linguistique, mais uniquement en allemand et parce qu'avec des professeurs allemands. L'après-midi, excursion, sinon quelques heures très sympas avec le correspondant et ses copains : Fahrrad, monopoly, Schwimmbad, c'est là que j'ai vraiment happris la langue. Kurzgesagt, le matin c'était pour draguer les françaises, l'après-midi les allemandes, ça fait des emplois du temps respectables...

 

Le Fahrrad, c'était vraiment straordinaire ; je n'en revenais pas du "frein moteur", en fait simple blocage du pédalier, de toute cette simplicité, cette robustesse... Jamais vraqué ! Mais le matin, c'est пешком que j'allais au lycée, avec un petit porte-doc. Et halor il se trouvait que la villa voisine, la première sur mon chemin donc, avec un beau jardin, était celle d'un couple franco-allemand ; autrement dit la femme, une Française, avait été ramenée là par le mari, allemand, à la suite d'une des multiples invasions, mais alors laquelle et dans quel sens... Peu importe au reste, elle savait qu'il y avait un petit Vrounzé chez ses voisins, et je ne manquais jamais de la saluer lorsqu'elle se trouvait dans son jardin. Mais un jour elle me fait :

 

- Dis-moi, Serge, c'est vrai que tu es communiste ?

 

Klonk... De quoi t'est-ce qu'il s'agit ? Le communisme on en parlait dans la mesure où une fille de ma classe se disait communiste ; visage austère, mais bien sûr c'est surtout ses parents qui l'étaient. Sinon des bouquins brochés de la collection dix-dix-huit, que lisaient les "grands", redoublants ou des classes au-dessus. En dehors de cela c'était parfaitement hermétique, et en histoire on en était encore aux Egyptiens et à quinze cent quinze Marignan. Mais en l'occurrence il fallait répondre et je me contentai d'un "non" ou "non madame" sans chercher à creuser l'affaire.

 

La grammaire spountze de la matinée me changea les idées, mais au retour je fis part de cette énigmatique question à "mes correspondants". On  réfléchit on brainstorma. A mon arrivée, au saut du train, on avait pas mal discuté. Pas facile d'essepliquer "Südvorort von Parisse" alors que les autres balançaient sans barguigner le nom de leur ville moyenne, à coup sûr connue de chaque Allemand. Cela s'arrangea avec la bagnole paternelle, même en commençant péniblement :

 

- Vierhundert vier mit... euh... Inieksione ?

- Jo ! Mit Direkteinspritzung !

 

Là j'étais devenu à la cool havec les autres godelureaux. Mais la Mutti tout soudain :

 

- Religion ?

 

Ha la fine mouche ça pouvait être que cela... Effectivement cette question étaient venue sur le tapis, pensant que j'allais répondre "catholique", étant entendu que les Allemands sont souvent luthériens. Et en cherchant bien, tous avaient conclu que mon lamentable état s'appelait tout bonnement :

 

- Ohne Religion.

 

Suffisait d'y penser. Mais de là au trotskisme pur et dur, tout de même...

 

Surtout havec la Direkteinspritzung !

Commentaires

Entré à la Fac de Sciences à l'âge canonique de 17 ans et des poussières, j'ai essayé d'être communiste.
Pour voir...
En cellule, j'ai été recalé à l'oral : un vieux con de 25 ans qui se prenait pour Lenin m'a jugé inapte à cette gloire en devenir -rebelle labélisé finance moscovite-, eu égard à la qualité libérale de mes réponses !
Souvenir merveilleux !

Écrit par : JC..... | 29/10/2017

"- Serge, c'est vrai que tu es communiste ?"

La bonne question eût été: "Sergio, as-tu du coeur ?"

La preuve:
http://www.ina.fr/video/CPC82053077

Écrit par : tristan | 29/10/2017

as-tu du coeur ?"
Écrit par : tristan | 29/10/2017

En Indo, un légionnaire tombe, frappé d'une balle en plein coeur. En fait, le choc passé, il se relève, indemne.

Pourquoi ?

Écrit par : Sergio | 29/10/2017

Parce que !

Écrit par : JC.....14h31 | 29/10/2017

Réfléchis bien... C'est comme la lettre volée de Lacan, ça crève les yeux !

- mais pas le coeur, justement...

Écrit par : Sergio | 29/10/2017

Est ce utile de réfléchir ?..... pour si peu ?

Écrit par : JC.....14h51 | 29/10/2017

C'est très facile...

Écrit par : Sergio | 29/10/2017

"En Indo, un légionnaire tombe, frappé d'une balle en plein coeur. En fait, le choc passé, il se relève, indemne. Pourquoi ?"

La balle a cherché le coeur ?
Un peu comme quand on tire une balle dans la tête d'un belge qui meurt 30 minutes plus tard, le temps que la balle trouve le cerveau ?

Écrit par : tristan | 29/10/2017

Oui, elle a cherché le coeur ; mais elle ne l'a pas trouvé, sans quoi le gus aurait cassé sa pipe.

Problème : pourquoi n'a t-elle pas trouvé le coeur ? D'autant que les légionnaires étant des spiritualistes qui s'ignorent, il en a vraiment un, et pas tout rabougri, non, de taille habsolument normale...

Écrit par : Sergio | 29/10/2017

Ah ben non ! Si le légionnaire a reçu la balle en plein coeur...c'est que la balle est déjà arrivée à destination.
Langue au chat !

Écrit par : tristan | 29/10/2017

Il avait le coeur à droite ! Cela peut arriver, semble-t-il, et sans inconvénient, un peu comme on est droitier ou gaucher...

Je me demande si c'est pas dans un Lartéguy que j'avais lu cela.

Écrit par : Sergio | 29/10/2017

Anomalie de la nature ! L'inversion du coeur est très rare. Le coeur est plus à gauche car le poumon droit à 3 lobes au lieu de 2 pour le gauche, donc lui laisse moins de place. Mais les légionnaires ne sont pas faits comme nous, ils ont déjà à la naissance une peau ample et kaki.

Écrit par : tristan | 29/10/2017

On peut penser que les poumons étaient inversés aussi, ainsi que la totalité du réseau sanguin dans sa partie asymétrique, ce serait difficilement possible autrement...

Écrit par : Sergio | 29/10/2017

J'ai bien essayé d'être fasciste vers 18 ans, mais comme j'ai été éconduit par un vieux con de nazi, -labellisé Berghof financé IG Metall-, j'ai fini libéral tendance socio-démocrate, tel l'inglorious basterd moyen. Souvenir désopilant ! Réfléchis bien, JC.

Écrit par : Janssen J-J | 30/10/2017

Je réponds pas aux connes qui demandent à réfléchir aux tiers pour ne pas avoir à le faire à souder.

Écrit par : JC.....13h52 | 30/10/2017

@Je réponds pas aux connes qui demandent à réfléchir aux tiers pour ne pas avoir à le faire à souder.
_________
La preuve que si, voilà ton point faib' : pas capab de te taire 2' rester de marb' face aux mauvais jeux de maux qui t'étreignent le fer à sonder, qu'tes obligé d'les conchier, t'as l'cœur trop à droite et la couille trop à gauche, cornecul !

Écrit par : Janssen J-J | 30/10/2017

On saura jamais s'il faut changer de pantalon lorsqu'on porte un jour à gauche le lendemain à droite... Si c'est du Smalto...

Écrit par : Sergio | 30/10/2017

Nulle, Gigi ! .... on ne peut à la fois être vierge et pute.

Écrit par : JC.....18h52 | 30/10/2017

j crois qu'tu vis un peu trop à contre-courant de la zone, crétin d'pq., t trop vioque pour comprend'
http://www.keskiladi.com/definitions/pute+vierge

Écrit par : Janssen J-J | 30/10/2017

Michelle Kwan danse sur glace, vers 1990.?
Rouge Michelle Kwan Rouge & parfaite
http://2.bp.blogspot.com/-GSMThMVYdi4/T5oyZUZsaiI/AAAAAAAAATI/padw68fpqpA/s1600/michelle+kwan+romanza.jpg

Écrit par : olga | 31/10/2017

Pauvre Gigi ....
....elle fait pitié.

Écrit par : JC.....5h57 | 31/10/2017

La détresse de Gigi est immense : elle avait fait de l'œil au Gros Wein qui lui a jeté à la gueule, en réponse à ses avances de courge plate : "J'aime pas les transgenres falots..."

Écrit par : JC.....9h27 | 31/10/2017

Pauvre Gigi...
....j'ai de la peine.
Euh... ! Sincèrement....

Écrit par : JC.....9h34 | 31/10/2017

à court d'arguments JC ? Aurais-tu perdu ton souff ' ?
Remets-toi, voyons donc, tu vas quand même pas clamser aujourd'hui, si ?

Écrit par : Janssen J-J | 31/10/2017

Pauvre Gigi .... ça vit, ça vote, ça croit penser ! Quel malheur !

Écrit par : JC.....5h46 | 01/11/2017

Brisons là !
Ne perdons plus notre temps dans ce monde numérique frelaté, éprouvant cloaque fréquenté par des icônes vides de sens, des bolos tarés, des coureurs à pieds cul de jatte ...
Bonne continuation, Serguei !

Écrit par : JC.....7h35 | 01/11/2017

Serguei n'est pas le + à plaind'

Brizgamel ! Essaie de tenir coule jusqu'à demain, tu rates constamment tes sorties, réussis-en une dernière, une bonne ouaf pour toutes, telle l'icône pleine, le bolo brillant, le coureur des 2 jambes entre les tombes.

Écrit par : Janssen J-J | 01/11/2017

Jazzy, vous lisez le blog de Sergio ? Sinon tant pis pour vous.
Carver ? Vous pouvez tout lire, sans exception tellement c'est au-dessus de la moyenne du milieu de la haute littérature. Par quel recueil de nouvelles commencer ? Et bien suivez tout simplement l'ordre des Editions de l'Olivier, pas mal du tout.
Après, very good too "All of Us, collected Poems" et "Carver Collected Stories", in english.

Mais attention danger : quand on a lu Carver, on supporte plus les blabla de et sur la littérature. On a l'essentiel, là. Bref Carver c'est hénorme.

"Les Feux" c'est bien pour commencer. Et on se retrouve très con ( même en toute innocence :) d'avoir trouvé ses vêtements et son mobilier nuls. Quand on sait d'où il vient, comment il en a chié malgré son énormous talent, comment l'alcool l'a tué. Devenu célèbre quelques cinq années avant sa mort, en même temps qu'il apprend son cancer. La photo est de 1984. Il meurt en 1988.

Quelle déception en découvrant le billet de P Assouline...Voyant d'abord la photographie, j'ai cru qu'on allait parler de Carver. Pis non.

Mes excuses Sergio pour ce détour sur votre blog. Mais Carver , quand même...

Écrit par : chiara | 03/11/2017

La force de Carver, c'est l'humilité; absolue. Comment il narre ses nouvelles, cet équilibre parfait dans un décor sans détail que le lecteur peut pourtant recréer mais plus que tout, comment il regarde les autres, il écoute les gens, comment il restitue nos vies intimes, les vies intimes des plus anonymes, des plus ordinaires, sans jamais juger. Qu'il vous raconte l'histoire de deux types qui sont partis acheter de la bière, ou du type qui est parti à la chasse aux oies, votre vision est bouleversée et vous n'êtes plus aussi sûr de vos jugements. Le vieux grincheux qui râle et ennuie tout le monde lors du loto, sait, lui, ce qui attend ce couple de jeunes insouciants, alors oui, il râle, il est furieux, ils ont triché. Il y a cru, il n'est plus jeune, le cancer de sa femme rechute.
Dans les "Feux" il parle aussi de son père. De la mort de son père.Oui vraiment, Carver c'est l'anti Bla Bla, même avec un mauvais jeu de mot. Il faudrait parler encore de la générosité de Carver, la force des détails, comment on reconnait les alcoolos en cure , le matin au petit déjeuner parce qu' ils se sont tous coupés, en se rasant.
J'arrête ;)

Écrit par : chiara | 03/11/2017

Poem

Lighten up, songbirds. Give me a break.
No need to carry on this way,
even if it is morning. I need more sleep.

Where were you keeping yourselves when I was thirty?
When the house stayed dark and quiet all day,
as if somebody had died?

And this same somebody, or somebody else,
cooked a huge, morose meal for the survivors.
A meal that lasted ten years.

Go on, sweethearts. Come back in an hour,
my friends. Then I’ll be wide awake.
You’ll see. This time I can promise.

R Carver

Là j'ai fini ;)

Écrit par : chiara | 03/11/2017

Chiara, les ondes ondulent.Parfait.Vos 2 posts disent l'essentiel,sans grandiloquence. J'ai commencé à lire Carver aux alentours de 92 . Il faut l'acheter pt qu'il est encore publié.
Deux remarques * vs devez savoir que à la RdL on parle, parfois, plus de ses intestins que de litt . J'y ai même parlé de tennis.En pleine saison des prix parler de Carver est une surprise.
** chez Sergio, mine de rien, la litt.est partout, et dans les poches du maître des lieux, notamment.
le "poème" est à lire et apprendre en VO.
Que vive donc Carver amayerling et Chiara

Écrit par : olga | 03/11/2017

Olga, merci, ce poème je l'ai appris par coeur ;).

Mais vous avez raison, croire qu'on va parler de Carver en pleine saison des prix littéraires...
Raymond Carver, quelle immense importance pour moi, en tous les cas. Merci Monsieur Carver.

Écrit par : chiara | 03/11/2017

Ah, c'était là ! Jazzi vous ayant aéroportée sur le RDL, je ne savais plus. C'est chouette, Chiara, votre mémoire de Carver. Merci pour la traduction du Poème !

Écrit par : christiane | 03/11/2017

Christiane, n'étant ni littéraire ni angliciste, je vous fais une traduction mot à mot, mais si un vrai anglophone passait par là ce serait vraiment mieux...

"moins fort, oiseaux chanteurs. Laissez-moi tranquille.
Inutile de continuer ainsi,
même si c'est le matin. J'ai besoin de plus de sommeil.

Où vous teniez-vous quand j'avais trente ans ?
Quand la maison restait sombre et silencieuse toute la journée,
comme si quelqu'un était mort?

Et ce même quelqu'un, ou quelqu'un d'autre,
avait cuisiné un immense et sombre repas pour les survivants.
Un repas qui a duré dix ans.

Allez, mes chéris. Revenez dans une heure,
mes amis. Alors je serai bien réveillé.
Vous verrez. Cette fois je peux le promettre."

----

La force de cette dernière phrase - "cette fois je peux le promettre" - qui dit à elle seule, sans un mot de plus, tous les échecs passés.

Écrit par : chiara | 03/11/2017

Pour Jacques, s'il passe par ici :

chiara a raison. "Les Feux", à moins que l'on ne veuille commencer par un recueil de nouvelles, c'est très bien pour faire connaissance avec Carver. Il a lui-même choisi la composition de ce livre, qui ne comporte que quatre nouvelles (très représentatives de son art et très bien traduites par François Lesquin), mais des essais passionnants -sur la vie de son père, la littérature et l'écriture, John Gardner-, de nombreux poèmes, un entretien de la Paris Review...

Écrit par : C.P. | 03/11/2017

Les vitamines du bonheur :

"Tout le monde rêve. Si tu ne rêvais pas, tu deviendrais fou. J'ai lu des trucs là-dessus. C'est une soupape. Les gens rêvent quand ils dorment. Ou alors, ils deviennent dingues. Mais moi, quand je rêve, je rêve de vitamines. Tu comprends ce que je te dis ?"

http://p7.storage.canalblog.com/74/77/746508/111827896_o.jpg

Écrit par : Lucy | 03/11/2017

Merci, Chiara. J'aime bien ce dormeur.

Pour Sergio, ce cadeau :
http://www.ina.fr/video/2495118001
Ce gars-là, il écrivait bien ce que vous évoquez ici, dans ce billet
"Jeunes femmes rouges toujours plus belles" mais pas que...
J'ai presque tous ses romans. ce commissaire Padovani, ce foutu flic est extraordinaire d'humanité. Mon polar préféré "Polichinelle mouillé"

Écrit par : christiane | 03/11/2017

Comme un vol criard d'oiseaux en émoi,
Tous mes souvenirs s'abattent sur moi,
S'abattent parmi le feuillage jaune
De mon coeur mirant son tronc plié d'aune
Au tain violet de l'eau des Regrets
Qui mélancoliquement coule auprès,
S'abattent, et puis la rumeur mauvaise
Qu'une brise moite en montant apaise,
S'éteint par degrés dans l'arbre, si bien
Qu'au bout d'un instant on n'entend plus rien,
Plus rien que la voix célébrant l'Absente,
Plus rien que la voix - ô si languissante ! -
De l'oiseau que fut mon Premier Amour,
Et qui chante encor comme au premier jour ;
Et dans la splendeur triste d'une lune
Se levant blafarde et solennelle, une
Nuit mélancolique et lourde d'été,
Pleine de silence et d'obscurité,
Berce sur l'azur qu'un vent doux effleure
L'arbre qui frissonne et l'oiseau qui pleure.
*bonne trad. je suis anglophile et non anglophone....
^* pour le plaisir ,le Rossignol, loin de Carver,par sa facture, mais pas si loin que ça pour l'implicite.

Écrit par : olga | 04/11/2017

Sait-on quelle voix, quel absent revient, dans cette longue phrase, dans la voix du rossignol ...
Verlaine, le poète de l'absence...
Avant, Carver, celui du refus de l'oubli.
Douceur finale de celui de Verlaine, espérance fragile de celui de Carver.
Dans mon Polichinelle mouillé, le commissaire Padovani, dit aussi sa tristesse, la perte d'une illusion :
"J'étais triste, triste, triste ! Triste pour tout et tous. Une feuille dégringolant de son arbre à ce moment précis, m'aurait fait fondre en larmes. (...)
- La souris...
- La souris ? quelle souris ? Où ?
- oui, la souris de la comptine ! Pourquoi était-elle verte, cette foutue souris ?
FIN
février 1982."
J'aime la pudeur de Frédéric H. Fajardie...

Écrit par : christiane | 04/11/2017

Putain de bordel de cul de naine autiste ! C'est vraiment le dernier des cons courts, ce Paul Edel...
Lisez moi ce tissu de suffisance, extrait de sa cour des miracles :
"...je censure. Ici, c’est un club. Il y a des règles de courtoisie.et la première étant de parler des écrivains et uniquement de cela, pas de ce qui se passe en Espagne ou à la Maison blanche. Pierre Assouline a une autre vision d’un blog et je la respecte. Chacun est maitre de son blog."
MAITRE ! Il est maitre... ! On croirait entendre un gardien de prison surveillant ses moutons par le fenestron... Ah! le con ! Pauvre type .... !

Écrit par : JC.....17h35 | 04/11/2017

Un Club !!! ... Où il se croit ce malheureux qui prend les automobiles pour des diligences sans chevaux !

Écrit par : JC.....17h35 | 04/11/2017

Demain, j'organise un autodafèces : on brulera les œuvres complètes du Maitre geôlier, fier de l'être.

Écrit par : JC.....17h39 | 04/11/2017

Vieillir mal, c'est mourir longtemps.

Écrit par : JC.....17h43 | 04/11/2017

Bonne nuit, noire.

Écrit par : JC.....18h06 | 04/11/2017

Vieillir mal, c'est mourir longtemps.
Écrit par : JC.....17h43 | 04/11/2017

Pas mal...


- Merci à Christiane pour son lien...

Écrit par : Sergio | 04/11/2017

bon mais avec tout ça on sait toujours pas si sergio est communiste

Écrit par : blop | 04/11/2017

Dans le principe, je n'ai absolument rien contre ; seulement on a vu ce que cela a donné... Finalement, c'est comme le paradis catho, l'humanité n'est pas encore mûre pour cela...

Écrit par : Sergio | 04/11/2017

"on écoute le bruit de la voix
elle s'approche on la reconnaît..."
(J.Ancet)

Écrit par : christiane | 05/11/2017

En effet Sergio, c'est comme le paradis catho. Très juste comparaison. Il va falloir rebooter l'humain pour créer un être uniforme alors, et ça ne donne pas envie.

Par contre, mon oncle, ah mon oncle, communiste cégétiste, mais qu'est-ce qu'on rigolait bien quand il nous récitait le bréviaire, mais c'était le bréviaire de la cellule du quartier de cette banlieue populaire de Paris, pas Marx hein, jamais lu, jamais vu le Marx. On pouffait comme des gosses et je sais que lui aussi pouffait, il nous mirait du coin de l'oeil rigolard. Après il allait jouer au billard, juste à côté du PMU. Beaux dimanches perdus.

Écrit par : chiara | 05/11/2017

Tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir des parents communistes :

https://ok.ru/video/219606420218

Écrit par : Lucy | 05/11/2017

LETTRE OUVERTE A SERGIO, PRESIDENT DU BLOG AMAYERLING
Monsieur le Président,
J’ai l’honneur, au nom des commentateurs en difficultés, au nom également des centaines de milliers de visiteurs qui forment le vivier économique de votre blog , et même au nom de tous ceux qui ne l'ont pas encore découvert, de vous demander de bien vouloir livrer le secret du miracle que vous avez accompli pour le prestigieux blog que vous dirigez.
A ce niveau, on ne parle plus de questionnement, ni de surprise, même pas de curiosité , mais de pure alchimie : une entreprise « plombée » , est changée en entreprise qui roule sur « l’or » !
Les plus incrédules me crient :
« C’est du bidon … ! De l’esbroufe … ! Des histoires fabriquées ! De l’hypnotisme , les voisins, les journalistes, les contrôleurs de la modération … l’administration hautetfort… , tous médusés ! Comment un blog « normal » peut passer d’une perte de lucidité à un ciel étoilé de plusieurs milliards d’étoiles filantes en deux ou trois années au point d’être assez riche pour devenir un « ovni » concurrent de ceux de Méliès ? Lequel des deux créateurs est le plus fou ? Celui des fractales ou celui des textes ? ! »
Les autres disent : « On est passé sans transition de la couleur des fractales à une abondance de textes désopilants (le dernier tout rouge) … ! Jamais aucune performance de ce type n’a été vue dans une armada de blogs en difficultés devant aucun des Tribunaux de Lecteurs d'internet… ! quelqu’un à été berné ! Qui ? Chiara, Lucy, Olga, JC, CP, christiane ? Les autres lecteurs ? Les moqueurs ? Les fournisseurs d'internet ? Les autres clients… ?
Évidemment je réponds à ces mauvaises langues , et sans ambages , que l’intelligence , le pragmatisme visionnaire avec lequel vous avez conduit votre blog, que c’est l’envie , la jalousie , qui leur fait douter de la rigueur et de la transparence de votre talent qui lui, est puissant et organisé .
Non seulement je vous prie de ne pas leur en vouloir , Monsieur le blogueur , mais j’ose par surcroît , vous solliciter d’être leur bienfaiteur en leur révélant le merveilleux secret de votre éblouissante réussite et de leur faire ce cadeau inestimable, par exemple en créant une formule , une martingale , assez simple si possible, qui pourra porter votre nom : « La Loi de Sergio » , et permettra désormais ces questionneurs de suppléer à leur manque de génie que vous avez su si bien déployer.
A ce titre, il me semble sans exagérer que vous poseriez là un pas décisif vers le prochain Prix Nobel de poésie pour l’attribution duquel je prends activement dès ce matin, la tête de votre Comité de Soutien.

Merci de votre généreuse attention .

Croyez, Monsieur Sergio, à mon admiration la plus sincère.

christiane– AVOCATE A LA COUR
Droit des affaires loufoques

Écrit par : christiane | 05/11/2017

Pour le plagiat :
https://www.saez-avocat.com/economie/lettre-ouverte-a-carlos-tavares-president-du-groupe-psa/
Pour le questionnement l'ayant provoqué, voir sur la rdl, celui de Sergio à 12h53
Avec un clin d’œil amusé !

Écrit par : christiane | 05/11/2017

l va falloir rebooter l'humain pour créer un être uniforme alors, et ça ne donne pas envie.
Écrit par : chiara | 05/11/2017

Yes ; tout est là.

Mais résonnons cinq secondes par l'absurde. Imaginons que nous ayons acquis, ou retrouvé, l'immortalité, ce qui n'est peut-être pas si lointain que cela : à ce moment-là quid de nos préoccupations de statut social ? Cela change tout !

Et cela peut se faire progressivement : le rapport DUREE DE LA VIE / DUREE DE LA PHASE DE TRAVAIL ne va plus cesser d'augmenter, ce qui va nous rendre de plus en plus spiritualistes...

Halor les grosses bagnoles, les beaux manoirs, les Berluti... D'abord tout le monde en aura... et simultanément n'y attachera plus que de moins en moins d'importance...

Écrit par : Sergio | 05/11/2017

Avec un clin d’œil amusé !
Écrit par : christiane | 05/11/2017

C'est incroyable un travail une énergie pareils... Bretzel liquide, comme dirait le Concombre...

Écrit par : Sergio | 05/11/2017

en créant une formule , une martingale , assez simple si possible
Écrit par : christiane | 05/11/2017


C2H5OH C2H6O

Double implication explicitée par Pierre Desproges :

- L'important est de ne pas oublier de boire...

Écrit par : Sergio | 05/11/2017

C2H5OH := C2H6O

Écrit par : Sergio | 05/11/2017

Ou :

"C2H5OH C2H6O"

Écrit par : Sergio | 05/11/2017

Le rascal i prend mes "

Écrit par : Sergio | 05/11/2017

C2H5OH := C2H6O

I croit que mes "inférieur à" et "supérieur à" sont du HTML !

Adonc on garde cela : ":=", qui signifie "identique", pour la double implication...

Écrit par : Sergio | 05/11/2017

Ethanol ? biocarburant ou grappa ?

Écrit par : christiane | 05/11/2017

Biocarburant je me tâte...

Un jour j'ai rêvé qu'on allait pouvoir se droguer à l'électricité ! Et maintenant je crois qu'il y a quelque chose comme cela chez les sportifs balèzes...

La grappa c'est le noeud du Hemingway... Mais en réalité celle d'Europe centrale, c'est vraiment du caoutchouc liquide !

Écrit par : Sergio | 05/11/2017

La grappa ? un beau cadeau à offrir à un amoureux de l'Italie...

Écrit par : christiane | 05/11/2017

Pour la martingale: cZ28 en W43. Compte tenu de la variable aléatoire, tu modules sur la tangeante multiple de Schwarz et tu as un madison imparable. Après, c'est facile. Un complice joue le 8 par main retournée à la troisième table, tu dis banco à la 2 pendant que ça passe sur 12 ou 13, peu importe puisqu'on est toujours sur une base de cZ28 en W43, et en te fondant sur le paramètre x3000 développé par Ernst Weiss à Macao, t'es sûr du résultat.
Je pense que c'est à quoi Christiane faisait allusion.

Écrit par : Jean-Marcel de Pontaigu (sur Meuse) | 05/11/2017

Mais exactement, Jean-Marcel de Pontaigu (sur Meuse), toutefois préférez la base cZ27.
Pour Ernst Weiss, dommage qu'un gros coffre avec des manuscrits non publiés n'ait pu être retrouvé après sa mort. Quelle fin de vie terrible...

Écrit par : christiane | 05/11/2017

Faut je resseplique le coup de la lettre Tavarès, des fois qu'on le l'aurait pas présent à l'esprit en tête. C'est horrible et marrant.

Des lettres volées, il y a celle de Poe, qui a dû probablement hinspirer celle de Lacan, et encore des myriades partout ailleurs, plus nombreuses que les zopilotes sur un cadavre yankee.

Mais Tavarès ? Eh bien voilà c'est dans Duras, mais pas un canonique un moins connu, où le héros et sa famille jouent une sorte de retour à la terre dans le Sud-Ouest. Seulement ça coûte bonbon cette réinstallation, finies les vaches grasses, ça commence à déraper avec leur banque, la banque Tavarès. Et aussi isolés qu'ils puissent être, le facteur finit toujours par les retrouver, pour apporter par ézample "la lettre Tavarès".

Et depuis ces temps, dès que je vois un importun "Trésor public" dans le courrier (tout est "Trésor public", maintenant), je songe irrésistiblement à la lettre Tavarès ! Ce qui n'arrive jamais, certes, mais, c'est comme Godot ou Drogo, ou même les Syrtes, cela peut toujours harriver ! Tous les huit siècles... Le tout c''est de pas ête là !

Écrit par : Sergio | 05/11/2017

Alors là, je découvre !
http://a-fleur-de-mots.over-blog.com/article-challenge-marguerite-duras-les-impudents-114899280.html
Les traites Tavarès... et les relances du Trésor Public !J'étais partie sur ce qui a fait débat : le chiffre d'affaire de Peugeot/PSA qui s'est envolé en 3 ans et à Carlos Antunes Tavares qui a pris la tête de l'entreprise. Et cette lettre de l'avocat Me Saez qui ne manque pas d'humour et que j'ai plagiée pour me moquer (gentiment) de votre blog Sergio que vous dites méconnu et peu lisible faute de lien.
Voilà, tout est clair !

Écrit par : christiane | 05/11/2017

de la grappa d'Europe centrale ??? Quelle hérésie !

Écrit par : Lucy | 05/11/2017

Mais maintenant Trésor Public cela peut être aussi bien l'eau, ou les hostos publics, ou les pensions...

Marguerite Duras j'aime bien aussi les histoires de Léon Bollée (Barrage) : Léon et Amédée Bollée sont réellement des constructeurs automobiles, et encore, de luxe !

Écrit par : Sergio | 05/11/2017

J'ai repêché ce document. Laure Adler évoque cette fameuse berline "Léon Amédée Bollée" :
« Marguerite était à vendre. Les frères n’envisageaient pas de travailler, la mère considérait comme normal que sa fille quitte la famille moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Ils lui cherchèrent un parti avant même le début de l’histoire avec Léo. En vain. Personne, apparemment, ne voulait de Marguerite. Survient, miraculeusement, la rencontre avec Léo. « Comment Léo me remarqua-t-il ? Il me trouva à son goût. Je ne m’explique la chose que parce que Léo lui-même était laid. Il avait eu la petite vérole, et il en avait gardé des traces. Il était nettement plus laid qu’un Annamite moyen mais il s’habillait avec un goût parfait. » Tant pis s’il était laid. Tant pis pour les midinettes et les cœurs sensibles (dont j’étais) qui ont fantasmé sur la beauté sensuelle de l’amant, sa peau de pluie, ses mains expertes, son corps parfait. L’amant est très laid et mal foutu. L’amant apparaît même répugnant aux yeux de cette tendre jeune fille, oui, mais l’amant s’intéresse à elle. Quelqu’un de l’autre sexe la regarde enfin, la prend en considération, lui donne l’impression d’exister. (…) Entre le petit copain de classe un peu niais et le jeune homme au visage grêlé à la Léon Amédée Bollée, le choix n'est guère difficile à comprendre. D'ailleurs s'agit-il véritablement d'un choix? Pas vraiment. Marguerite est acculée. La pression de son frère et de sa mère s'exerce fortement sur elle. Elle est mise, croit-elle, dans la nécessité de chercher un homme. Elle le trouve. Elle ne l'attend pas mais il tombe a point. Elle se sent dans l'obligation de sauver sa famille de la misère. Elle seule peut le faire. Au tout début elle ne dit rien à sa mère. Elle se promène l’après-midi dans les rues de Saïgon vitres fermées avec lui. Elle se renseigne auprès de lui et des habitants de Sadec sur le montant de sa fortune familiale. Elle acquiert vite la certitude de son immense richesse. Elle le présente à sa famille au cours de vacances Sadec puis, progressivement, poussée par sa mère et son grand frère, elle lui met le marché en main un passible amour contre beaucoup de piastres. Il y eut le rêve du Barrage. Il y aura désormais, non pour Marguerite seule mais pour la famille Donnadieu, le rêve de la richesse de l'amant. (…)
L’amant devient alors l’objet d’échange, la source de l’argent, l’unique ressource de la famille Donnadieu. Dans ce jeu pervers dont elle prend l’initiative, Marguerite est-elle dupe, complice ou victime ? Elle se pique au jeu. Au jeu de l’amour qu’elle transfigurera par l’écriture dans ses deux versions de l’amant. Belle revanche de l’écrivain sur la sordide réalité ! Elle fera résonner cette histoire qu’elle amplifiera et romancera de manière si émouvante et apparemment si véridique que l’amant deviendra un épisode de sa vraie vie – que nul ne songera à contester. Avec le livre L’Amant, elle s’est vengée. D’une histoire minable, elle a fait un conte érotique. Elle a encaissé l’argent avec délices. Elle semblait enfin apaisée. Mais m'a-t-elle dit la vérité quand elle m'a expliqué qu'elle se trouvait alors sous l'emprise totale de sa famille, qu'elle était pieds et poings liés, devenue objet, contrainte de continuer ce trafic ?»
(Laure Adler, Marguerite Duras, « le personnage de M Jo », 1988)

Et dans les cahiers :
«Pourtant j’en étais amoureuse à ma façon, et lorsque pour me punir il restait une semaine
sans me voir, j’étais très malheureuse. J’étais amoureuse de Léo-dans-sa-Léon-Bollée. Assis
dans sa magnifique limousine*, il me faisait un effet considérable et auquel je ne m’habituais pas. J’étais aussi amoureuse de Léo lorsqu’il payait les dîners froids et le champagne des boîtes de nuit. Il le faisait négligemment, avec une désinvolture qui m’allait droit au cœur.
Malheureusement Léo était annamite, malgré sa merveilleuse auto. Celle-ci m’éblouit à un tel point que j’oubliai cet inconvénient. Mes camarades du lycée s’éloignèrent définitivement de moi. Les seuls qui me voyaient jusqu’alors n’osèrent plus se compromettre en ma compagnie.»
(Duras, Marguerite, "Les cahiers de la guerre et autres textes", Édition établie par Sophie Bogaert et Olivier Corpet, Paris, P.O.L./Imec, 2006)

*Morris Léon Bollée : automobile de qualité franco-anglaise, fabriquée au Mans (France) entre 1925 et 1928

Écrit par : christiane | 05/11/2017

Sergio,
si c'est trop long, mettez tout cela en lien (ce que je ne sais pas faire !!!

Écrit par : christiane | 05/11/2017

Et la voilà :
http://tde.typepad.com/thierry_do_blog/2009/07/le-souvenir-de-lamant.html

Écrit par : christiane | 06/11/2017

Christiane, vous m'avez fait envie avec votre "Polichinelle mouillé", je le recevrai demain.

Écrit par : Lucy | 06/11/2017

Polichinelle mouillé ? Lucy, l'érotisme de votre propos peut constituer les bases d'un harcèlement provoqué ...
Trois Ave, deux Patermonster, 100 euros, et on n'en parle plus !

Écrit par : JC.....11h04 | 06/11/2017

"Trois Ave, deux Patermonster, 100 euros, et on n'en parle plus !"

JC, il y a une éternité (et plus !) que je n'ai pas récité ni Ave, ni Paternoster, je ne vais pas m'y remettre aujourd'hui, quant au 100 euros, vous pouvez toujours en parler....

Ne seriez-vous pas quelque peu polichinellesque ?

Écrit par : Lucy | 06/11/2017

Lucy, vous êtes ce qui se fait de mieux en matière de troubles moraux incapacitants ! Repentez vous !
- Trois Ave, c'est le minimum
- Deux Pater Noster, c'est le minimum
Je vous conseille, en tant qu'ami personnel sur dossier de Dupont Morituri, de me filer les 100 euros : un procès vous coutera le centuple !

Écrit par : JC.....12h03 | 06/11/2017

Sergio votre honorable descendance connaît-elle, fréquente-t -elle l'institut français de Séoul ? mois de nov. très riche en activités cult. théâtre, ciné, archi.....

Écrit par : olga | 06/11/2017

"Polichinelle mouillé"... Frédéric H. Fajardie...
Un roman qui n'est presque plus un polar, tant la tendresse est là à chaque page. Le métro, les vieux, la solitude, le centre de Nanterre pour les sans-logis... cette douceur quotidienne dans un monde sans douceur que va briser le mal dans la vie d'un homme ordinaire. Des êtres suspendus...
Et pour assagir JC, quelques lignes de la page 14 :
" - V'là Polichinelle ! Polichinelle mouillé !
Bossu, trempé, transi, glacé, brisé, Quintin, qui ne se souvenait pas avoir subi pareille agression, resta d'abord sans réaction devant l'adolescent qui, ...."
Padovani, le double de Fajardie, un foutu flic avec une drôle d'équipe...
« Un véritable écrivain. Monsieur Fajardie, c'est quelqu'un. », Max-Pol Fouchet

Écrit par : christiane | 06/11/2017

Merci Christiane.

JC, c'est à vous que je demande, non pas 100 mais 1 000 euros si vous ne voulez pas que je vous poursuive pour harcèlement !!!

Mais je vous dispense des Ave et Pater, enfin vous faites comme vous voulez avec tout ce que vous devez avoir sur la conscience...

Et "Soyez très vigilant, des phénomènes dangereux sont prévus" (Meteo France)

Écrit par : Lucy | 06/11/2017

BONNE NOUVELLE POUR LES NECROPHILES

"C'est une sordide histoire que rapporte Le Progrès. Un septuagénaire s'introduisait dans le funérarium de Roanne et pratiquait divers attouchements sexuels sur les cadavres.
La présence de l'homme aurait été repérée par les agents sur les lieux.
Les employés, trouvant la présence du suspect très fréquente, avaient mis en place un dispositif de sécurité qui a permis de découvrir les faits.
Le septuagénaire a reconnu avoir violé une dizaine de cadavres accompagnés de vols notamment de leurs sous-vêtements. Il a été placé sous contrôle judiciaire avec obligation de soins.
Il encourt jusqu’à un an de prison pour atteinte à l’intégrité de cadavres, jusqu’à trois ans pour les vols."

-----> La bonne nouvelle ? on risque moins à violer funèbrement les mémés, belles endormies, que de leur dérober leur culotte Hermès ....
Nécrophiles mes amis, soyez raisonnables !
Pas belle la vie quotidienne ?.... Autre chose que le Goncourt annuel.

Écrit par : JC.....17h48 | 06/11/2017

l'institut français de Séoul ?
Écrit par : olga | 06/11/2017

L'Institut français de Séoul est un trou à rats. La bibliothécaire est une rombière poilue qui passe son temps à bâfrer du riz cantonnais, quand c'est pas du tofu puant, qui postillonne des graines de soja verdâtre et crie au harcèlement sexuel dès qu'on lui crache à la gueule, ce qui arrive souvent dans la mesure où on peut pas lui tirer les cheveux, ce qui serait le réflexe normal avec ce genre de personnage, parce qu'elle est chauve depuis qu'elle a commencé sa chimio.
Quant à la programmation, tout est faux. Rien ne correspond jamais à ce qui est affiché. Dernièrement ils ont remplacé Le Chanteur de Mexico par Vent d'est de Godard, je vous demande un peu ! Et la clim est systématiquement en panne.
Je tiens tous ces renseignements de Thierry Kron Traube, un voyageur distingué et honorablement connu de la blogosphère.

Écrit par : 18:32 | 06/11/2017

A l'inconnu de 18h32. Bravo, ça sent le vécu, ça fleure même un peu fort. Pour le riz cantonnais, d'accord, il faudrait faire un effort. Pour le chanteur de Mexico, j'en sais rien,il faut supposer qu'il a eu peur de frôler la Corée du Nord, c'est bien compréhensible ,non ?
Pourtant, votre informateur est injuste, il y a de vraies et bonnes informations, par ex, le lendemain du jour J,on rectifie: la représentation avait lieu à 17h et pas à 20h comme annoncé, et c'était dans le Grand auditorium et pas sur l'île de Jeju, comme il avait été un peu trop vite imprimé..
Vous en trouverez beaucoup des Instituts Français qui fassent preuve d'une semblable fantaisie,hein ?
Votre voyageur distingué manque de la plus élémentaire imagination et du plus simple esprit de réalité :"un trou à rats ?" voyons, faut réfléchir, notre beau pays aux si belles valeurs qui passent les frontières et même le désert de Gobi, n'a plus un sou en poche, même pas de quoi nourrir un rat dans un trou; quant au tapis de Turquie..
Signé, une lectrice -amayerling qui aime les étudiantes au teint de porcelaine et aux cheveux ailes de corbeaux,qui en pincent pour la France en toute amitié.

Écrit par : olga | 06/11/2017

Le désert de Gobi l'intérêt c'est qu'on peut le traverser dans tous les sens...

Écrit par : Sergio | 06/11/2017

Si les Ecologistes avaient un peu de vertu au lieu de psalmodier en terrasse comme des vieux croutons de sacristie empaillés, ça fait un moment qu'ils auraient transformé le Désert de Gobi en palmeraie aux fruits d'or avec des lacs poissonneux et des boxons pour dirigeants internationaux poisseux !... Ah! les jean-foutres !...

Écrit par : JC.....5h32 | 07/11/2017

Inutile de se fâcher pour si peu, que ce peu soit le lauréat du Nobel ou celui du Goncourt ! Mais porter au pinacle un saltimbanque comme Dylan ou un journaleux épris d'histoire suintée de la Sainte Ampoule comme ce jeune clown de Vuillard... pauvre de nous. Quel lauréat de merde ! La littérature est bel et bien morte. Et plusieurs fois de suite....lisez donc les extraits proposés. N'oubliez pas de vous boucher le nez. Vomissez si l'envie vous prend : ça soulage ! Bon courage....

Écrit par : JC.....9h18 | 07/11/2017

Le billet de Pierre Assouline, critique aussi honnête que l'auteur, flattant à flatulence macronique, me rappelle celui honorant cette nouille de Reinhardt.
Un must...
Pour lui, le toboggan de fuite vient de remplacer l'escalier de secours littéraire !

Écrit par : JC.....10h04 | 07/11/2017

Lorsque j'ai interrogé cet homme, sensible, sur le pourquoi de sa tentative de suicide, je n'ai jamais pu oublier sa réponse : "Ce n'est pas la mort qui me fait peur, c'est de mourir..."
Drôle de type, ce Michou !

Écrit par : JC.....10h36 | 07/11/2017

qu'attendez-vous, taulier, pour virer ce JC qui pollue votre blog ?

Écrit par : Evidence | 07/11/2017

"Tariq Ramadan : Oxford met en place une cellule d'écoute pour ses étudiants " (RdL)
Hum ! ..... pour ses étudiantes, Oxford met en place de luxueux sofas hallal : toutes des salopes.

Écrit par : JC.....11h03 | 07/11/2017

Tout ce qui parait "évidence" est discutable, sauf chez les fascistes !

Écrit par : JC.....11h06 | 07/11/2017

De tout cœur avec le Gros Wein !
Il a profité de la bêtise arriviste de ses victimes et des voyeurs détournant la tête pour ne rien voir de ce qui était visible !
Réflexe d'impuissants de qualité, mais jaloux comme un sarkozyste, les témoins muets ... !

Écrit par : JC.....12h54 | 07/11/2017

ça y est, laura delair/anna fort/emma taume/le charcutier de pq etc etc etc attaque amayerling comme une évidée… pardon, une évidence.

Écrit par : les vits dansent | 07/11/2017

Guerriers inébranlables, nous périrons la mentule à la main, sûrs de combattre pour le tiers payant le plus élevé !

Écrit par : JC.....12h65 | 07/11/2017

un saltimbanque comme Dylan
Écrit par : JC.....9h18 | 07/11/2017

Pas trop d'avis... Mais ce qui est sûr, c'est que lorsque je l'ai découvert, surtout après "Dylan is Dylan", plutôt déçu, d'autant qu'on était essentiellement nourri au Léonard Cohen ; itou pour Donovan, au reste... Pour la voix, peut-être Dylan, à la limite...

Écrit par : Sergio | 07/11/2017

"Ce n'est pas la mort qui me fait peur, c'est de mourir..."
Drôle de type, ce Michou !
Écrit par : JC.....10h36 | 07/11/2017

Ca fait mal, ou ça fait pas mal ? Hon verra bien, mais rien ne presse ! Et cette histoire de tunnel ? Faut encore pas être claustrophobe ! Et si on revient en plus on se fait engueuler... Et les types qui se font cryogéniser ? Ce qui est sûr faut mettre une laine...

Écrit par : Sergio | 07/11/2017

"Et si on revient en plus on se fait engueuler..."

Faut être fou pour revenir. Quand on trouve un endroit peinard, faut y rester.

Écrit par : un mort bien content de pouvoir rester couché jusqu'à pas d'heure | 07/11/2017

Houi mais y a l'oeil qu'est dans la tombe i mate...

Écrit par : Sergio | 07/11/2017

les vits dansent... devant le buffet froid et vide

Écrit par : Evidence | 07/11/2017

Ca viendre...

Écrit par : Sergio | 07/11/2017

Caviendre ? Ça se mange ?

Écrit par : nqkj"uqrjqkanoqk | 07/11/2017

Inversion morale à venir !
Ceux qui ne seront pas poursuivis par des femelles ingrates, porcophobes, seront considérés comme des nullos blancos !

Écrit par : JC.....17h88 | 07/11/2017

C'est... Une nourriture terreste...

Écrit par : Sergio | 07/11/2017

l'oeil dans la tombe du balafré ?
http://neoprisme.com/yeasayer-david-altmejd-amen-goodbye/

Écrit par : Janssen J-J | 07/11/2017

Janssen J-J

Mise en page illisible.

Écrit par : P comme Paris | 08/11/2017

"Le tribunal constitutionnel allemand a donné à la chambre des députés jusqu'à «fin 2018» pour voter la légalisation d'un «troisième sexe» sur les registres de naissance, à côté des mentions «masculin» et «féminin», selon la décision de la juridiction consultée par l'AFP."

Euh .... c'est quoi le troisième sexe ? Pendouillette creuse... ? Cavité pleine érectile ?.... On rêve !

Écrit par : JC.....10h78 | 08/11/2017

Le véritable progrès ?
Autoriser les parents à se débarrasser du lardon au sexe incertain : soleil vert, croquettes pour chien, découpe pour tagine, ablation d'organes !
Le Troisième sexe... INNOVONS !
"Chérie j'ai ratatiné le gosse !"

Écrit par : JC.....10h98 | 08/11/2017

J.C; "les maternelles à QI élevé ?" sioupère!
Le troisième sexe, ça va poser un sacré problème aux grammairiens et à l'Académie,
tous aux abris, filons en Chine, pas de masculin, pas de féminin, pas de neutre, pas de singulier, pas de pluriel; ou bien reposons nos corps pasteurisés sous les grands palétuviers.

Écrit par : olga | 08/11/2017

Mise en page illisible.
Écrit par : P comme Paris | 08/11/2017

Compliquée, nicht wahr ?

Écrit par : Sergio | 08/11/2017

ça devait arriver. à force de balancer du porc sur tweeter, les cours du cochon sont en baisse. les éleveurs sont emmerdés. la flilière charcutière se ronge les sangs.

Écrit par : sovonleporc | 08/11/2017

Les andouillettes cinq alphas vont baisser halor... Great new !

Écrit par : Sergio | 08/11/2017

Non mais J'AIMERAIS QUAND MÊME QU'ON RÉPONDE À MA QUESTION ! C'est vrai, quoi, merde à la fin.

Écrit par : 04 | 05 | 06 | 07 | 08/11/2017

la réponse est oui.
désolé, je sais que ce n'est pas ce quevous attendiez mais j'ai pas le pouvoir de changerle des tin .

Écrit par : Armand Leduc, frère de Rose Leduc | 08/11/2017

c'est pas que je sois bourré, je veux dire j'ai bu quoi?qq pastis, une boutanche de rouge, une demi de scotch, à minuit moins dix c'est comme tout le monde. non le pb c'est que ça fait cherot et ça qu'est un scandale. je veux dire si j'étais alcoloo genre la bouteille de pastis en entier, deux trois de rouge, ou de blanc d'ailleurs, et deux de whisky là d'accord je dirais faut des moyens de richard mais non pas du tout je bois que le minimum du citoyen lambda eh ben je trouve que l'état devrat faire quelque chose rapport au prix des denrées de base, voilà.

Écrit par : idiolecte | 08/11/2017

Voilà un idiolecte utile, contrairement à Edwyg Plenel, qui ne savait pas !

Écrit par : JC.....6h42 | 09/11/2017

La RdL en état zombie ! On est prié de prendre un ticket pour entrer dans la file d'attente des processus disponibles.

Écrit par : tristan | 09/11/2017

Billet mortel en RdL : conséquences létales ...

Écrit par : JC.....9h16 | 09/11/2017

De tenaces rumeurs font état d'une sournoise attaque ce matin de hackers philosémites au service du blog de l'inestimable tyran Po Pol Pot, contre cette peste de RdL à la liberté d'expression hystérique, inadmissible en démocratie orientée !
Ils seraient conduit par le Généralissime Michael Donald d'Alba Thor, le père de la Vierge de Kiev, l'empereur du commentaire à la Moebius, le chantre de la décence littéraire !
Nos plus fins limiers enquêtent .... vous saurez tout, contrairement à Edwyg Plenel qui ne savait rien, il le jure !

Écrit par : JC.....10h12 | 09/11/2017

SCOOP "BALANCETONPORC"
La célèbre Ульяна Ларионовна Семёнова, Ouliana Larionovna Semionova; basketteuse internationale, née le 9 mars 19XX à Dvinsk, Lettonie, taille : 2,13 m, poids : 117 kg, a porté plainte contre Bernard Cazeneuve, taille 1,65m, poids léger, pour harcèlement sexuel et embrassades dans le cou avec escabeau.
Ce dernier, pour toute défense, balbutie de façon obsessionnelle : "J'en avais envie ! Depuis toujours".
A suivre....
PS : interrogé par nos soins Edwyg Plenel dit ne rien savoir de cet acte inqualifiable ! Décidément ....

Écrit par : JC.....10h37 | 09/11/2017

Apparemment, on ne peut plus se laisser aller sur Edwy Plenel à la RDL. Résultat : le Grenier à sergio devient le déversoir de toutes celles et ceux qui se sentent chassés et s'autocensurent ailleurs, d'edel ou dpassoul, ou y restent en trafiquant leurs véritables sentiments, sous couvert de littératures, car il faut bien reconnaître qu'être chez passoul demeure un incontournab' (où la censure du robot domestique y est moins féroce qu'ailleurs).
Tel un grand classique avec le nouveau Jacques Chesnel (JC....), et plus embêtant, depuis la rupture de Ch. avec PE qui aurait trop eu le tort de récupérer l'gwg, dit Mauvaise Langue, pour s'en assurer l'exclusivisme.
Ainsi va la vie des blogs de fil en aiguille, comme sur des chapeaux de 2 roues argentées.

Écrit par : Janssen J-J, 12.05 | 09/11/2017

C'est con, ce que vous écrivez, J J-J.

Écrit par : E E-E | 09/11/2017

ah non ah non, c'est pas con, c'est juste que le style est chantourné parce qu'il voudrait avoir le goncourt.

Écrit par : Rol Eustruipe | 09/11/2017

JJJ n'écrit rien sans l'avoir pensé intensément !
.... Et c'est vrai que ce n'est pas toujours une bonne poubelle !

Écrit par : JC-JC-JC.....12h17 | 09/11/2017

JJJ dénonce-toi ! Es-tu Eric Vuillard ?
J'ai reconnu ta patte*.

*Ta patte, pas tomme de père, patate, aurait dit jicé.

Écrit par : 12h28 | 09/11/2017

l'état devrat faire quelque chose rapport au prix des denrées de base, voilà.
Écrit par : idiolecte | 08/11/2017

Hon peut carburer au rhum... C'est le moins cher, et puis c'est le temps béni !

Note qu'il y a le rhum de la Réunion, hégalement...

Écrit par : Sergio | 09/11/2017

trop eu le tort de récupérer l'gwg
Écrit par : Janssen J-J, 12.05 | 09/11/2017

Difficile de dire si ce sacrifice durera bien longtemps... Utinam !

Écrit par : Sergio | 09/11/2017

voui, je prends les paris avec vous, S. : va t 'le fout' à la porte dans pas longtemps, et rappeler Ch. au plus vite en lui présentant ses plus plates essscuses..., car sur ce coup-là, a été d'une muflerie, j'aurions jamais point cru. Vraiment influençab' hein...
Trop fort-e, l'internaute qui m'a reconnu à 12.28. Je suis comme qui dirait, chantourné du style slipé.

Écrit par : Janssen J-J | 09/11/2017

Écrire un commentaire