Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2017

Tête de bois

Le figuratif, c'est déjà de l'identité !

Commentaires

!

Écrit par : JC..... | 28/05/2017

"Les titres des tableaux ne sont pas des explications et les tableaux ne sont pas des illustrations des titres. "
René Magritte

Écrit par : christiane | 28/05/2017

Là pratiquement dès le début j'ai fait sauter ces titres qui m'ennuyaient férocement ; je n'ai plus que le nom du fichier pour les différencier, stan01, stan02, girl01, girl02, fract01, fract 02...

Et pour les inscriptions aux salons cela donne Sans tire I, Sans titre II, Sans titre III... Personne dit rien c'est tout bon ! Et comme cela pour les salons je peux toujours changer au dernier moment...

Écrit par : Sergio | 28/05/2017

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/16/fe/01/16fe018e3758d2fa82fdaa076a29d305.jpg

sans titre, mélodieusement vôtre

Écrit par : olga | 29/05/2017

Têtes de bois !
http://www.libe.ma/photo/art/grande/9123083-14520864.jpg?v=1458046825

Écrit par : christiane | 29/05/2017

Super Magritte, Christiane. Vous m'avez donné envie d'ouvrir les catalogues !
Pourtant, le titre, parfois, peut susciter l'émoi, la réflexion; des exemples!! des exemples!!
Vites-vous, hier soir, la cérémonie des Pingoins ? Triste spectacle...les femmes, grandes statues sans grâce, sourcils charbonneux, teintées l'Oréal, robes sans imagination, des hommes en noir...la mort en ce jardin. Et ils pleurent, pleurent, disent merci, merci; merci gentil jury de nous avoir médaillés.On n'y croyait pas !
Et tout ça dans un anglish débilitant.
Je vous conseille "le goût de la cerise" de Kiarostami (tv ciné-club) un gros 4/4 qui dévale dans les chemins caillouteux de paysages à couper le souffle,en Iran. Un type qui veut se donner la mort et cherche un type pour l'enterrer; c'est simple...
Ah j'oubliais: Ségolène, oui, a monté les marches et fait coucou aux paparazzis, au bras de son fils; quel film réalisé ?? ils sont un film à eux tout seuls..

Écrit par : olga | 29/05/2017

des hommes en noir...
Écrit par : olga | 29/05/2017

Hon peut se mettre en blanc j'ai un superbe pantalon Borotra que je m'étais fait faire par un tailleur en Afrique... Ca avait sacrément fait rigoler, parce que justement il était beau au point d'en devenir in-portable ! Mais je l'ai mis des max de fois ils ont tous shutupé vite fait bien fait...

Écrit par : Sergio | 29/05/2017

D'ailleurs je suis sûr qu'à Porquerolles JC s'il veut se faire hélire maire il en aura un pareil !

Écrit par : Sergio | 29/05/2017

"Le goût de la cerise", revu ces jours-ci. Un film magique, tout en trompe-l’œil avec oui, cette voiture qui dévale les routes caillouteuses ou s'enlace aux lacets des collines. Et cette tombe que l'on ne verra jamais. Et puis tout se brouille à la fin mais il reste... le goût de la cerise qui se transmet de désespéré en désespéré comme le bruit de la pluie ou l'or du soleil couchant. La vie n'a pas changé mais dans la tête ce petit air de revenez-y avec ... le goût de la cerise.
La cérémonie, Sergio, oui, je l'ai regardée. j'aime les cérémonies et plus elles sont prévisibles et plus elles me fascinent. Une déception, nous n'avons vu aucun extrait de film et tous ceux que j'ai vus et aimés : absents. Idem pour ceux qui fascinent Annelise et lui font les mots qui sautent sur l'écran comme des étincelles. En plus, peu parlaient français, Pedro n'entendait rien, Monica s'empêtrait dans ses dentelles et ses talons si hauts qu'elle ressemblait à la tour Eiffel. Les femmes trichaient (sauf Bonnaire - celle-là, j'aime) elles ont choisi les robes les plus trouées pour montrer qui un sein, qui une fesse. Les hommes étaient tous pareils sauf celui en baskets. Ça manquait furieusement de littérature, de paroles profondes sur le cinéma.
Je me languis de lire Paul. Il m'énerve avec son Flaubert en miroir avec ML. J'aime quand il parle de Rome, de la Bretagne, des femmes, des terrasses de café ou quand il croque avec vacherie les ridicules de ce monde.
Bon, envie d'écrire à un vieil, très vieil ami avec mon Waterman et du papier. Parce qu'il m'a envoyé des oiseaux de bord de mer et qu'ils me demande des nouvelles de tous ces oiseaux "parisiens" qui, avec les arbres font la ville habitable. 90 ans... une vie qui ne rentrerait pas dans un livre, seulement dans un cœur aimant.

Écrit par : christiane | 29/05/2017

Zut, c'est raté !
https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/01/b4/41/01b44123b2a981352e2ae7b1b1aad43f.jpg

Écrit par : christiane | 29/05/2017

Voilà, ça marche ! j'ai décroché la lune pour vous !

Écrit par : christiane | 29/05/2017

A propos, le visage recouvert de bandelettes de mots est de Rachel Marks. Artiste américaine née en 1986 à Oklahoma. Elle traduisait ici, par une subtile progression (série de 9 photos) son apprentissage de la langue française. Je vais essayer de vous les trouver.
http://pointcontemporain.com/wp-content/uploads/2015/05/point-contemporain-rachel-marks-identity.png

Écrit par : christiane | 29/05/2017

Feodor Chaliapine 1910 passera-t-il ?
https://www.youtube.com/watch?v=ecMcmkwZQzA
La voix a capella dont Sergio ns restituera tte la poésie....
Intéressant Christiane, ce que vs dites; il n'empêche que ces cérémonies sont crétinettes;il faudrait,il faudrait...La seule femme chouette c'était la 1°, Marisa Parédès, je crois, pantalon noir, petit caraco; elle ne ressemblait pas au gâteau de mariage d'Emma Bovary. Les autres ?passons.
Poutine ? c'est pas mon style.Et j'ai trouvé les questions stupides. Macron a d'ailleurs très bien répondu.Marre qu'on appelle Putin, le Tsar.

Écrit par : olga | 29/05/2017

Je pourrais déjà tourner la manivelle... Si on me dit le sens, bien sûr !

Écrit par : Sergio | 29/05/2017

Il est doué Dali ! et Olga, itou.

Écrit par : christiane | 29/05/2017

Le rituel, qui pourrait sembler soporifique, crétin etc... fait partie d'un calendrier, d'un retour, comme les César. Les acteurs reviennent un peu vieillis parfois, d'autres ne reviendront jamais. ce soir, "La Dolce Vita" sur la cinq. Le trouble de ces "identités" c'est que l'écran les place hors du temps. Ça a été... le temps d'un film. Je pense aussi au dernier chapitre de la Recherche. Les portraits sont d'une férocité rare.
Oui, pour le croquis très juste de Marisa Peredes. Extraordinaire dans le rôle de Becky, blonde dévastée, chanteuse et (mère de Victoria Abril )dans "Talons aiguille".

Écrit par : christiane | 29/05/2017

https://youtu.be/PSJ6zhHD8c0?list=RDEMt1hBWZjLsjK5XVMg-Q-XCQ

Écrit par : JC..... 11h00 | 30/05/2017

Et le penseur de Rodin, JC ?

Écrit par : christiane | 30/05/2017

Le Penseur de Rodin ?...... Euh.... c'est , à dire vrai et pour parler franc, ....euh.... ben, j'en pense rien !

Écrit par : JC..... 9h30 | 01/06/2017

Puisque je vous tiens, Christiane :
Il faut que je vous dise que je vous observe dans votre jungle tropicale au milieu de vos fleurs carnivores, perdue, vaillante, une machette guatémaltèque (elles sont excellentes !...) à la main, essayant de trouver, dans ce monde hostile, votre chemin ...
Je ne donne pas cher de votre peau !

Écrit par : JC..... 10h30 | 01/06/2017

Ce n'est pas grave, JC, l'essentiel c'est de marcher, d'aller vers... vers quoi, je n'en sais rien... Peut-être comme le disait un ami qui n'est plus de ce monde, "pour trouver la dernière pièce du puzzle". La peau... ce n'est qu'un habit pour ici. Après, j'imagine une poussière d'étoiles qui tourbillonne dans un grand espace noir et silencieux, traversé de comètes, de météorites. Est-ce que cette poussière porte en elle une mémoire ? je ne sais... mais la traversée avec la peau, les os, et tout ça dedans qui fait le vivant, malgré les coups, les cicatrices, les rides, le sonotone, la canne, les lunettes, c'est tellement espiègle ! juste à côté du triste, du morne, du pourri, du dégueulasse, du vomi... il y a tant de beauté. Bise en passant et n'oublie pas l'underground : toi.

Écrit par : christiane | 01/06/2017

"l'essentiel c'est de marcher, d'aller vers... vers quoi, je n'en sais rien..." (Christiane)

Marcher sans savoir où on va ?.... impossible ! Pourquoi marcher ? ...

Écrit par : JC..... 19h03 | 01/06/2017

L'instinct...

Écrit par : christiane | 01/06/2017

essai

Écrit par : Lucy 14 h 31 | 02/06/2017

Problème de lien ? Mon com est passé aux oubliettes !
Je change de lien :

http://culturebox.francetvinfo.fr/arts/sculpture/cache-pendant-un-siecle-un-bronze-de-camille-claudel-sera-mis-aux-encheres-256815

Rodin m'a fait penser à Camille Claudel et au ravissant château de l'Islette

Écrit par : Lucy | 02/06/2017

On dirait vraiment le style d'Azay-le-rideau...

Écrit par : Sergio | 02/06/2017

Sergio, je me suis fait exactement la même réflexion !

Écrit par : Lucy | 02/06/2017

le château de l'Islette, que j'ai vu,il y a longtemps, m'inspire ceci:
https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/98/de/e9/98dee98b0e190b56d7834bea7a961d78.jpg
Je n'aime pas (litote) les biopics. J'avais vu l'expo "camille claudel", belle. Le destin de Camille me retourne les intestins...
Un titre au tableau ? pourquoi pas ? "sans titre" c'est ? subterfuge ? dans ce cas, la date ne suffit-elle pas ??
Je vais continuer à y penser en cours de route, dans le sens inverse de ceux qui rentrent ! à bien plus tard.
J'ai horreur du "penseur" mais j'aime les piafs du Jardin qui ont un culot de tous les diables pour venir piquer avec sans gêne les miettes de cake....

Écrit par : olga | 05/06/2017

http://2.bp.blogspot.com/-SIFKb_tL73s/TmldY0_zwjI/AAAAAAAASPI/432wqs_sJpU/s800/treml.jpg
non, je n'en fais pas des grillades !!!

Écrit par : olga | 05/06/2017

le château de l'Islette, que j'ai vu,il y a longtemps, m'inspire ceci:
Écrit par : olga | 05/06/2017

A cause de la bizarre cheminée ? Comme Gilles de Rais halor...

Écrit par : Sergio | 05/06/2017

Sergio , on sait parfaitement pour quelle raison Camille Cl se réfugiait au château... d'où mon illu.
Quant au moineau "sans titre" , j'aime la manière dont Renée Trembl dessine les oiseaux, les chauve-souris, les chouettes....
Bonne semaine à tout Amayerling.

Écrit par : olga | 05/06/2017

Puisque Christiane parle de Rodin, cela me fait penser à Camille Claudel dont on vient de retrouver un bronze caché dans une armoire pendant une centaine d'année pour cause d'"obcénité". La statue va être mise aux enchères si cela vous intéresse.... Sinon ne manquez pas de visiter le très joli château de l'Islette.

http://culturebox.francetvinfo.fr/arts/sculpture/cache-pendant-un-siecle-un-bronze-de-camille-claudel-sera-mis-aux-encheres-256815

Écrit par : Lucy 14 h 31 | 06/06/2017

Olga,
j'aime infiniment le Penseur de Rodin. il est buté, fermé, noué comme un de ses gamins que j'accueillais parfois à l'école après une grosse colère. Des petits cactus, j'en ai eus pas mal. Je faisais du calme, du silence autour d'eux. Il fallait qu'ils reprennent souffle, concentration. Visage soudé aux poings, dos rond des félins qui se préparent à attaquer, à bondir à griffer.
Celui-là, celui de Rodin, j'imagine que c'est quelques années plus tard. Il a déplié le bras gauche et son menton prend maintenant appui sur le dos de sa main droite. Le front proéminent aux sourcils froncés fait visière, la bouche étouffée par la main, il rumine encore sa colère. Les orteils sont crispés, comme tous les muscles du dos.
(A l'origine , il devait être inclus dans la porte de l'Enfer (le linteau) et symboliser Dante méditant sur le sort des damnés. Toujours la Divine Comédie. Il n'a été coulé en bronze qu'après la mort de Rodin. En plâtre, il dominait le linteau.)
Je crois qu'il faut avoir été très en colère, enfant, pour penser avec cette tension de tous les muscles, plus tard.
J'aime aussi les arbres et les oiseaux autour, surtout quand ils se posent dessus. Ce jardin de l'hôtel Biron est un îlot de paix dans la grande ville. J'aime m'asseoir au fond du jardin et écrire.

Écrit par : christiane | 06/06/2017

Ne jamais se mettre en colère.... Il est bien plus savoureux de se venger, des jours, des mois, des années, plus tard ....

Écrit par : JC..... 12h13 | 06/06/2017

Toujours la Divine Comédie.
Écrit par : christiane | 06/06/2017


Houlala je me la suis cognée en exposé (le mien, donc), pas plus tard qu'en quatrième, c'est pas de maintenant qu'il y a des sévices sur les pauves zélèves...

Blueberry c'eût été plus gouleyant, comme dirait Jazzi, non ?

Écrit par : Sergio | 06/06/2017

des années, plus tard ....
Écrit par : JC..... 12h13 | 06/06/2017


Houi mais après y a trop de clients ! C'est plus un carnet de bal c'est un annuaire...

Écrit par : Sergio | 06/06/2017

J'aurais bien aimé écouter l'exposé de Sergio....

Écrit par : christiane | 06/06/2017

J'ai vraiment eu du mal, bossé comme un âne ! Et comment faire une synthèse, à cet âge-là ? Les dix cercles les uns après les autres comme en quatorze ! Pour maintenir l'attention des copains avec ça...

Écrit par : Sergio | 06/06/2017

J'imagine...
C'est un non-sens ces œuvres proposées trop tôt à de jeunes lecteurs.

Écrit par : christiane | 07/06/2017

J'ai eu pire : Crime et châtiment (donc il fallait le lire) choisi par une camarade tchèque âgée de seize ans alors que la classe en avait quatorze...

Le premier chapitre (la hache), impeccable, même un peu musclé ! Mais ensuite... Trois mille pages sur l'hypocondria ! C'est tout ce que j'ai retenu...

Écrit par : Sergio | 07/06/2017

Sans parler de Terre des hommes (c'est moi qui faisais l'exposé) à la... communale ! Evidemment je savais pas du tout ce que je choisissais...

Après j'ai repiqué au truc, et pour Saint-Ex, et pour le coucou...

Écrit par : Sergio | 07/06/2017

Sergio,
vos écoles c'est assez étonnant ! Quel genre de galopin étiez-vous ? Vos rebellions ? vos fugues ? Vos préférences ? Votre meilleur ami ?

Écrit par : christiane | 07/06/2017

Comme disait Blueberry, j'ai ma petite idée sur toutes ces questions...

Please wait...

Écrit par : Sergio | 07/06/2017

ANNIVERSAIRE
"Là où ils passent leurs temps dans les bibliothèques, je le passe dans les déserts et sur les routes. Là où ils tirent leur matière de l’histoire des idées, je ne tire la mienne que de l’actualité, du mouvement de la rue ou des beautés naturelles."
(Jean Baudrillard, Amérique (1986))

Le 21 juin 2017, rue Volta, dans le 3e arrondissement de Paris... « Dix ans après sa mort, Baudrillard fait toujours penser »

RIP, Jean ... !

Écrit par : JC..... 7h24 | 08/06/2017

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/insolites/2017/06/06/25007-20170606ARTFIG00100-arnaud-montebourg-se-lance-dans-la-production-de-miel.php

Je lui suggère d'appeler sa société, 'L'essaim d'Aurélie'
mais je ne sais pas si cet enfumeur hors-catégorie a toujours la Filipetti comme reine de son coeur ?

Écrit par : tristan | 08/06/2017

Ha ça les ruchers c'était très à la mode à l'époque d'Aloïs Schicklgruber, le père d'Hitler et commandant des douanes ; mais au début pour l'installation ça coûtait bonbon ! Une vraie passion, c'était...

Écrit par : Sergio | 08/06/2017

Les commentaires sont fermés.