Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2017

No pasaran

Dans les vertes hannées, j'ai nommé ce fabuleux printemps soixante-huit, il y a une antienne qui se ramenait à toutes les sauces, ponctuant la moindre manif, même celles avec trois types, la moindre motion le moindre tract, c'était "le fachisme ne passera pas". Ca me cisaillait toujours le bol, ce truc, et pour des raisons.

 

Chaque fois en l'entendant la première idée c'était "Oui ben tu vas voir si jamais i sont là s'ils passent pas !" Ce qui sous-entendait un fachisme représenté par une sorte de gigantesque corps franc hérissé de Stahlhelms et blindé par milliers résonnant sur le pavé de notre brave capitale. Révélateur ! Malgré le terme lui-même, c'était jamais l'italien pourtant largement aussi décoratif et bien sapé (sauf pour les tanks, là ils ont pas le coup de crayon) ; c'était donc un rien diffus, un peu Europe centrale mais surtout spountz. Et révélateur parce que, démonstration faite, on avait recours à l'Histoire, attendu que de fachisme dans le coin il n'y en avait pas plus que de beurre en broche. Finalement, les seuls qui se dévouaient pour tenir le rôle même approximativement c'étaient les copains soviets, qui eux effectivement ménageaient pas leur peine. pour batte l'estrade.

 

On pouvait naturellement imaginer aussi de compter sur la ressource locale ; mais encore... La France gaullienne, fachiste ? Mouais... Soyons sérieux trois secondes. Ha oui les groupuscules ! Occident, le GUD, que sais-je encore... On remplirait pas un train corail avec ça ! Et les Katangais... C'était mignon, ça, les Katangais !

 

Dans ces conditions, pour pas passer i risquait de pas passer, hein ! Tiens, Le Pen ça existait déjà, il avait une maison d'édition d'audiovisuel, de disques, donc, avec des enregistrements historiques, discours d'oncle Wolf etc. Rien que de légal et d'ailleurs sans prosélytisme particulier. Toutes manières ça circulait sous le manteau, ces trucs-là ; j'avais un copain, fils d'ingénieur bossant en France au titre des dommages de guerre, qui nous ramenait ça de chais pas où en cours d'allemand.

 

Mais revenons au sujet : qui aurait dit que, quelques décennies plus tard, ça nous pend au nez comme un sifflet de deux sous ? On a manqué de souffle : il fallait les hattendre rue Gay-Lussac ! Pour leur dire de pas passer...

Commentaires

Le fascisme ne passera plus ! Car il est déjà passé ! Revêtu de sa djellaba islamo-gauchiste-terroriste ...

Écrit par : JC..... | 24/03/2017

Vous avez apprécié la baston ? alors voici un Katangais, pour fêter le retour de J.C...
Olga redoute les transports, par les temps qu'il fait....son retour est tout de même prévu..
illus de Alain le Foll, doué comme personne, mais disparu.Bonne limonade à tous, ou un vrai jus d'orange, sanguine bien sûr, sanguine, joli fruit....
http://www.ricochet-jeunes.org/public/imgmagazine/210-4e6fb1f25e41c.jpg

Écrit par : olga | 24/03/2017

Ah Ah ah atchoum, Christine Angot sur les barricades... Guignol's Band, ou bien ....
http://www.alienor.org/collections-des-musees/images/P1T4R132079_1000.jpg
C'est comme il vous plaira....

Écrit par : olga | 24/03/2017

J.C. vous reverrez la règle d'accord des participes , "elle s'est FAIT couvrir" et non faite. On n'est pas au Luxembourg , assis devant les Puppets, c'est sérieux la rdl...
( écrit sans l'accord d'Olga..)

Écrit par : olga | 24/03/2017

Ch.Angot en plein envol , sans le consentement d'Olga ..irrésistible..
après cela, je vais m'acheter un costume..
http://kimcat58.i.k.f.unblog.fr/files/2007/10/taureauail.jpg

Écrit par : olga | 24/03/2017

Quand j'écoute trop Angot j'ai envie envahir la MJC.

Écrit par : chiara | 24/03/2017

Rien n'est sérieux, Olga ! Rien ... et surtout pas les accords de participe, hein ! Je m'en tartine la mentule de ce Nutella grammairien foutrement barbant ...

Écrit par : JC..... | 24/03/2017

Revêtu de sa djellaba
Écrit par : JC..... | 24/03/2017

En un sens c'est pas si mauvais que ça que je les aie houbliés cinq secondes, ceux-là... Qu'est-ce qui leur prend ? I nous foutraient la paix... Ben voyons !

Ca me fait penser un peu à l'Algérie : quand cela a commencé à remuer du côté franco-français, avec manifs dans les grandes villes, on a vu le FLN, certes en tout état de cause bien étrillé, se mettre à roupiller dans ses djebels histoire de voir si l'Algérie par hasard se libérerait pas toute seule... Ils avaient fait leur cessez-le-feu perso ! C'est des gros ramiers, ces gars, non ?

Écrit par : Sergio | 24/03/2017

info de dernière minute, j'ai trouvé comment ksè que l'on dit "abracadabrantesque en english de la city:
"preposterousness" c'est -à-dire : sans queue ni tête ...c'est joli, isn'it ??
J.C. ne démolissez pas l'une de nos valeurs les plus sûres qui fait notre renommée dans le monde entier, l'accord du participe passé !
Aux dernières nouvelles, tous les parlementaires et candidats sont nus comme des fauves nouveaux nés, ils ont tous rapporté leurs costumes chez Arnys, y'a la queue paraît-il, ils veulent tous une forestière, ça l'fait mieux,avec des braies.

Écrit par : olga | 24/03/2017

Ha mais les fauves encore c'est joli ! Evidemment faut mette les rayures dans le sens de l'herbe sinon l'herbe va se faire repérer... Le barbier de Sibérie !

Écrit par : Sergio | 24/03/2017

Fermez les yeux Olga ! Le spectacle de nos représentants tout nus, bedaine au vent de l'électorat, c'est pas beau à voir .... Leurs tablettes de chocolat ont fondu au soleil des turpitudes gastronomiques ! Horrible charnier ...

Écrit par : JC.....9h03 | 25/03/2017

Il reste encore à savoir qui, lui, leur a offert le slip qui leur reste....
https://grantstevens.files.wordpress.com/2013/03/walt-disney-wallpapers-tarzan-walt-disney-characters-32101716-5000-2813.jpg

Écrit par : olga | 25/03/2017

Comme dirait Buonaparte, il est nu et mal nourri...

Écrit par : Sergio | 25/03/2017

Bé dis donc les gars qui les mettent dans les sacs en plastique, les saumons... Sans compter que c'est pas comme Bébert, i peuvent sauter du sac !

Écrit par : Sergio | 31/03/2017

Sergio, vous avez dit Bébert?? en voilà un Bébert , qui n'en croit pas ses yeux...
http://p7.storage.canalblog.com/73/46/456997/71568973.jpg

Écrit par : olga | 31/03/2017

Ce serait plutôt Raminagrobis, isn't ?

Écrit par : Sergio | 31/03/2017

Ah mais Bébert pouvait sortir mais voilà, il ne voulait pas : trop intelligent pour cela. Il avait tout compris nous dit le narrateur, tandis qu'autour de la gare déserte le chef de gare se prépare à défiler... ( Nord ou D'Un Chateau l'Autre ? ). Pas la peine de le lui dire deux fois, Bébert pressent le grabuge des bipèdes à venir et zou re-dans-le-sac !
Beau dimanche à tous.

Écrit par : chiara | 01/04/2017

Château : énorme introduction (près d'un tiers du tome), puis Sig, avec le voyage en train pour enterrer Bichelonne. Cela fait pas mal de gares, dont celle de Sig, pleine de trains de blessés, de troupes, de populations déplacées par les fronts, etc.

Nord : essentiellement Berlin et Zornhof, et des vadrouilles avec son copain et protecteur, mais surtout en auto je crois...

Écrit par : Sergio | 01/04/2017

C'est étrange comme je me souviens de ce passage...Sans doute parce que c'est une pause, un interlude de calme dans le récit sinon qu'est-ce qu'on poulope tout le temps, et ça accélère ! d'ailleurs ces interludes sont la marque de la présence et/ou de l'évocation de Lili et Bébert , les deux "en ondes".
La lecture de ces romans agit physiquement sur le lecteur. Il est tout essouflé, ravi mais essouflé le lecteur, mieux, il veut que la gigue continue, que la valse reprenne ! Me demande si l'auteur ne nous hypnotise pas en douce.

Écrit par : chiara | 02/04/2017

C'est quand même triste, je trouve ; un immense fond catastrophique... Comme l'archétype du héros classique, on ne cesse de tomber de Charybde en Scylla. Même les rigolades inoubliables, Courtial des Pereire, Sosthène de Rodiencourt, on est toujours sur un bateau en train de couler ; lentement, certes, mais inévitablement... On en change, il coule encore !

Écrit par : Sergio | 02/04/2017

bien sûr Sergio que c'est une dégringolade. Pour la même raison son style évolue pour finir dans un cri immense. Rigodon est inoui, des insultes à n'en plus finir, énormes, une vocifération. Seuls Lili et Bébert échappent à cette fureur. Ce sont les rares moments de pauses, de ralentis dans les récits. Et le tour de force était d'user du rythme pour que personne ne s'échappe.

Écrit par : chiara | 02/04/2017

Chiara Sergio il est bien plus de minuit mais chut on se tait on vous suit vous êtes en plein dans le mille et on n'a qu'une envie vous suivre continuez alors comme ça Bébert....

Écrit par : olga | 03/04/2017

Si vous manquez d'énergie, voici de quoi vous régaler....
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4d/La_sardine_fran%C3%A7aise_B%C3%A9ziers_vous_salue.jpg/800px-La_sardine_fran%C3%A7aise_B%C3%A9ziers_vous_salue.jpg

Alors, Bébert sortit la tête hors du panier....

Écrit par : olga | 03/04/2017

Magnifique illustration qui donne le sourire à tous les raminagrobis !

Merci Olga ;)

Écrit par : chiara | 03/04/2017

Écrire un commentaire