Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2016

Haïdelaïketoubi

lum19.jpg

 

Bon celle-là je l'aime bien, pas passequ'elle l'est, bien, puisqu'elle l'est pas tellement, mais parce que j'y avais marné normément. Les fractales avant même de toucher à la formule (et à l'algorithme !) on peut toujours commencer à leur faire varier les angles de manière à choper au passage des effets qui pourraient s'avérer intéressants. Après on peut aussi retoucher, et là on pourrait penser que le flou brouillasseux du fond a été fait après ; bé non, c'est bien la fractale qui voulait cela.

 

A gauche les râteliers  c'est pour nourrir les mégalodons, il y a un type qui passe avec des sacs Mac Cormick ou halor Vilmorin-Andrieux ils accourent au son. Le mégalodon c'est une sorte de grand requin blanc mais en encore plus énorme, et qui a oublié de disparaître tout au fond des fosses, comme quoi des bestiaux finalement il en reste encore pas mal... Donc là faut y aller en burkini blindé sinon i bouffe tout !

Commentaires

--------------------
Regardant et vous lisant sur les petits poissons nourris aux croquettes Mac Cormick je me demandais quelle était votre BD préférée, ( je suis sûre de faire une belle découverte ) ?

Haïdelaïketoubitou.

JC , ai pris le temps d'écouter Jay Leonhart...Ai adoré aussi "Beat my dog".

Écrit par : chiara | 18/08/2016

__________________________________________________

C'est vraiment très difficile à dire ! C'est par crises. Et puis, les BD, je veux dire une même BD avec les mêmes personnages, changent, surtout dans le dessin (avec le même dessinateur !)

J'aime bien lorsque c'est bien dessiné, parfois proche de l'oeuvre d'art. La caricature, c'est sous réserve que ce soit déchiffrable. Wolinski Reiser cela va ; après ça me rebute vite. Dans l'autre sens Druillet, magnifique mais trop riche, me lasse vite.

C'est quand même une détente, la BD ; même s'il y a de grands moments (et de rire !), autant que ce soit abordable, captivant, que l'on oublie le reste pendant une demi-heure...

Ah oui la SF moyen, faudrait vraiment que ce soit exceptionnel...

Écrit par : Sergio | 18/08/2016

_____________________________________________________________
Ce qui est intéressant c'est ce voyage qu'elle permet vers une source lumineuse pressentie mais non visible. Les stries verticales de plus en plus resserrées donnent un point de fuite vers lequel convergent les fuyantes et ce point de fuite est hors du cadre.
Les ronds à terre donnent une nouvelle impression : il y a de la lumière là-dessous !
Ces tons de vert en dégradés fins donnent à l'ensemble une impression de mystère. Une ambiance marine dans laquelle les requins sont possibles mais pas que.
Mais comment avez-vous construit ce mot-valise : Haïdelaïketoubi ?
Pour Chiara :
Je pense au capitaine Nemo embarqué à bord du Nautilus au fond des mers. Jules Verne a-t-il donné naissance à une BD ? Il avait un orgue prodigieux qui m'évoque cette fractale.

Écrit par : christiane | 18/08/2016

__________________________________________________________
"J'aime bien lorsque c'est bien dessiné, parfois proche de l’œuvre d'art"
oui, 20 000 lieues sous les mers naissant des fractales de Sergio...

Écrit par : christiane | 18/08/2016

*********************************************
Comme je suis complètement insensible à l'art des fractales, malgré mon grand respect pour Benoît Mandelbrot sur le fond, je ne donnerai aucun avis sur ce lavis vert qui est probablement génial ...
Pour la BD, dans mes étagères, une seule y figure comme une Reine sans sujets : LITTLE NEMO, de Winsor MacCay. Je ne m'en lasse pas ...
Je n'en ai aucune autre en rayon !

Écrit par : JC..... 7h28 | 19/08/2016

____________________________________________________________
LITTLE NEMO : une merveille !

Écrit par : christiane | 19/08/2016

Chiara, le père Jay est un sacré bonhomme : un grand !
La descendance Leonhart est tombée elle aussi dans le chaudron musical et enregistre pas mal : Carolyn chante, Michael trumpete, pardon trompette, dans des carrières séparées...

Écrit par : JC..... 7h49 | 19/08/2016

-------
Très bien vu Christiane, les grandes orgues du Capitaine, oui c'est tout à fait cela.
Et merci pour Little Nemo. J'avais vu un reportage à son sujet et m'étais promis d'aller voir de plus près. J'y cours de ce pas.
JC, pas même une petite place pour le travail de Tardi sur "Le Voyage" ?

Écrit par : chiara | 19/08/2016

---------------------------------------------------------------
La BD, je prends. Tous les grands classiques de l'école belge d'abord, Fluide Glacial, Margerin et tout le reste aussi, au hasard des découvertes. Là je vais acheter le nouveau SuperDupont, une reprise par Boucq à laquelle le divin Gotlib a mis la main au papier.
---------------------------------------------------------------

Écrit par : Al Ceste | 19/08/2016

___________________________________________________

Benoît Mandelbrot
Écrit par : JC..... 7h28 | 19/08/2016

C'est le moment de souligner que ces fractales, du moins le mouvement des années soixante-dix, c'est une hécole vrounçaise ! On est pas des boeux...

Écrit par : Sergio | 19/08/2016

___________________________________________________

Haïdelaïketoubi ?
Écrit par : christiane | 18/08/2016

C'est passeque les Beatles, hommes de bien, avaient un titre, comme on dit, qui commençait par :

I'd like to be
Under the see...

Mais de leur langue mouiseuse il faut dire j'en ai fait jamais aucunement pas la moindre seconde...

Écrit par : Sergio | 19/08/2016

__________________________________________________

Tous les grands classiques de l'école belge
Écrit par : Al Ceste | 19/08/2016

J'allais le dire : même encore maintenant, dans ce qui sort, c'est encore et toujours l'archétype ; peut-être, justement, pour ce confort de lecture qui rassure et promet un bon moment sans trop se compliquer la vie.

Sinon Pratt, Tardi, Margerin certainement, Bourgeon (Passagers du vent) j'ose même pas en parler...

Il y a eu Crumb, un long moment ; c'était quand même moyennement enlevé... Enfin c'est comme tout, une fois qu'on s'est habitué...

Écrit par : Sergio | 19/08/2016

___________________________________________________

Les orgues de Yoko Tsuno (à Sankt-Goar) ! En voilà, une belle bande dessinée... Ecole belge encore...

Écrit par : Sergio | 19/08/2016

-------------------------------------------------------------------------------
En noir et blanc ?

http://www.lacoccinelle.net/268529.html

Écrit par : christiane | 19/08/2016

___________________________________________________

Non, c'est une colorée, beaucoup d'à-plats. Cette aventure se déroulait au-dessus de Sankt-Goarshausen, sur le Rhin, où j'étais allé en séjour linguistique ! C'est le méchant qui avait creusé la montagne (les coteaux à Rheinwein !) pour y installer un gigantesque orgue à infra-sons destiné à je ne sais plus quel agissement...

Écrit par : Sergio | 19/08/2016

-------------------------------------------------------------------------
Non, Sergio,
c'était la vidéo des Beatles qui était en noir et blanc. C'était l'époque de la télé en noir et blanc, enfin, plutôt en gris ! Les actualités au ciné étaient de la même couleur. Les films ressemblaient un peu à des chromos avec des couleurs très vives quand ils sont sortis du noir et blanc. Je me souviens aussi des aquarelles de Little Nemo...

Quant au géant qui avait creusé la montagne et que je ne connais pas, il me me fait sourire. Souvenir d'une plage de sable, vers Le Touquet et des châteaux à marée basse. De la main de mon frère venant délicatement à la rencontre de la mienne. Nous creusions dans l'espoir qu'un passage allait naitre sans que le château s'écroule. Quand les parents nous appelaient, nous piétinons notre château pour qu'il reste notre citadelle imprenable... notre rêve. Il restait les maillots de bain de laine mouillés qui grattaient et nous faisaient frissonner et les tartines qui craquaient sous la dent à cause du sable. Et les coquillages.

Écrit par : christiane | 21/08/2016

En passant par...chez moi, et en prenant le temps de parler à vous, parce que vs êtes chouette, intelligents allais-je dire...quelle horreur ! Mes ligaments croisés arrière ne font aucune concession et mes béquilles refusent de se transformer en tapis volants; je vais devoir me replier en zone franche; je vous lirai assûrément.
Christiane, j'ai failli mettre un petit post sur la rdl pour vs féliciter d'avoir si bien dit à WGG ses 4 vérités; puis j'ai pensé que cela ne ferait que vous attirer des répliques cinglantes, hhalors ! surprise de voir Heidegger avec Liberati, j'avais perdu le fil, mais WGG parle un latin à hurler de rire, c'est de l'arrière cuisine, bon, j'arrête;liberati pas plus qu'Angot ne m'intéresse; à l'arrière cuisine, aussi. Quand je pense qu'elle va retripatouiller son livre pour en faire une version théâtrale jouée à l'Odéon, j'ai un peu mal au coeur...
J.C.super,vs êtes le seul fréquentable, vos neurones sont frais comme des gardons,quel réconfort.
Je viens de voir sur la 3 la cérémonie de clôture des JO...une pub pour le prochain Carnaval ,confetti psychédéliques et nanas emplumées paillettes; où est l'Olympisme dans tout ça ? On m'a dit que les journalistes n'avaient toujours pas pigé que les Jeux c'est pas les Olympiades ....
Bon on sonne, je reviens.

Écrit par : olga | 22/08/2016

Un mot pour me donner du bon temps, plutôt que de pinailler sur le dos des autres; rien à cirer. Les fractales de Sergio sont reconnaissables entre toutes, car elles n'ont pas un air de fractales; elles sont dissidentes, elles se repaissent de couleurs excessivement travaillées, et ont de superbes lignes de fuite; le monstre en question s'appelle aussi "carcherodon" (wiki dixit) c'est un petit nom charmant ,aussi charmant que l'apophtegme stochastique qui l'annonce. Ecoutez l'aboyeur,"voici haïlésélacié en grand uniforme"....courbettes, voix qui chuchotent.
Nous étions , il y a 30 ans, des enragés passionnés de Fluide Glacial, l'Echo des Savannes, tutti quanti.Je nourris encore une vraie passion pour Schuiten, ses architectures à la Piranèse, Druillet( pour la vie) tos ses albums,Crumb, Tardi (pas pour Céline)les vrais Tarzan etc....il y a qqs années j'avais découvert ce qu'était un blog grâce à un jeune dessinateur, magnifique, qui était élève à Saint-Luc,le must, près de Bruxelles. Il avait un talent fou( il a ,now,un talent encore plus fou) et un humour décapant; je mitonnais de très courts posts,auxquels répondaient des dessins. Il a suivi une autre formation tjrs en Belgique. Superbe. Devenue muette, je me contente de faire fumer les autels pour que son Talent trouve un Dieu Protecteur.
(je vais devoir déménager le temps que mon genou veuille bien se calmer, les escaliers ,pas pour tout de suite; je vous lirai avec plaisir; j'ai laissé mes livres en haut; et je me moque de la rentrée avec ses mille chefs-d'oeuvre annoncés.)
+++le lien musical de J.C. Ecoutez de Debussy : six épigraphes antiques sur you tube; dans la version 4 mains de Frank Braley/ B.Chamayou. .Il y a seulement 3 mn, mais l'interprétation et le disque sont d'un raffinement extrême.

Écrit par : olga | 22/08/2016

Christiane vs aviez mis un lien avec la femme poisson où? je ne sais plus; je l'ai perdu; pourriez-vous le remettre ici? merci.
"une femme sans homme est comme un poisson sans bicyclette" comme c'est vrai, plus vrai que Levinas/ Heidegger ...

Écrit par : olga | 22/08/2016

__________________________________________________

elles n'ont pas un air de fractales
Écrit par : olga | 22/08/2016

Cela, c'est quelque chose qui me scie le bol, mais halor très autement : on va sur les galeries des sites de fractales, crac, trente mille escargots et six cents choux romanesco ! La première fois que j'ai eu le fourbi entre les mains, naturellement je me suis aussi ramassé des Mandelbrot, des Julia, des choux et même des choux en colimaçon ; mais en grattant un peu (au début c'est pas tous les jours, bien sûr), c'est bien le diable si on tombe pas sur un petit rien dans un coin qu'il ne reste plus qu'à soigneusement arroser...

Écrit par : Sergio | 22/08/2016

___________________________________________________

En d'autres termes, ce dont il faut se méfier, c'est cette fameuse auto-similarité, sauf lorsqu'elle rend service pour des raisons bien précises, comme ici les râteliers, fanons, arc-boutants etc.

Écrit par : Sergio | 22/08/2016

-------------------------------------
Sergio, c'est le souvenir d'un voyage à l'intérieur d'une baleine ?
Bises à tous, pas le temps de m'épancher...

Écrit par : Lucy | 22/08/2016

___________________________________________________

c'est le souvenir d'un voyage à l'intérieur d'une baleine ?
Écrit par : Lucy | 22/08/2016

C'est le seul cas où on mange les murs...

Écrit par : Sergio | 22/08/2016

-------------------------------------------------------------------
Olga, WGG, ce n'est pas un méchant, mais un "Bon Gros Géant" (comme celui de Spielberg). Le remettre en place ? mais où est sa place ? Il y a du Don Quichotte en lui. Il habite dans ses livres et il est tellement heureux quand il pense. Pour le reste, il fait la route.
La femme-poisson de Magritte et celle de Man Ray ? Voilà :
http://www.lettresvolees.fr/eluard/femme_poisson.html
J'aime vous lire en vos délires savants avec Sergio-Gavroche qui a toujours quelque chose à rajouter.

Écrit par : christiane | 22/08/2016

christiane merci ;remarquable.

Écrit par : olga | 22/08/2016

___________________________________________________

toujours quelque chose à rajouter.
Écrit par : christiane | 22/08/2016

Euh... De la téquila dans les flocons d'avoine ? Le Banania... Havec un tirailleur !

C'était encore une sacrée invention, ça, les flocons d'avoine...

Écrit par : Sergio | 22/08/2016

*********************************************
Les flocons d'avoine ? C'est pas réservé aux ânes, l'avoine ?.... Est ce qu'il y en a dans le muesli ?... c'est fou ce que ce muesli me plait avec yaourt, miel, ou sirop d'érable ! ....

Écrit par : JC..... 5h51 | 23/08/2016

--------------------

Yoko Tsuno dixit Sergio

Ah mais voilà une belle découverte : charmante, ingénieur(e) en électronique ce qui était sans doute le nec plus ultra en ces années 60, première héroïne d'une BD quand on pense impossible que les "aventures d'une fille" sans compagnes/ons intéressent le lecteur, en Europe en tous les cas, et ... elle conduit des coupés.
Elle est parfaite, je vais aller lire de plus près.

Écrit par : chiara | 23/08/2016

___________________________________________________

C'est pas réservé aux ânes, l'avoine ?....
Écrit par : JC..... 5h51 | 23/08/2016


Aux chevaux ; ça mettait le pétrole, un peu comme la viande pour nous, quoi. D'ailleurs c'était relativement cher. Haprès ça ils sortaient tout seuls de la tranchée... Euh non...

Écrit par : Sergio | 23/08/2016

___________________________________________________

sans compagnes/ons intéressent le lecteur, en Europe en tous les cas, et ... elle conduit des coupés.
Elle est parfaite, je vais aller lire de plus près.
Écrit par : chiara | 23/08/2016

Elle a deux assistants (comme Blueberry, ça doit être canonique, un faire-valoir ou deux assistants) dans ses aventures (il y a de quoi faire) qui peuvent se situer un peu partout, d'autant que le méchant a toujours des appareillages monstrueux dans des cavernes, donc parfois des îles ; je crois qu'il veut devenir tout le temps maître du Monde, mais elle l'empêche !

Écrit par : Sergio | 23/08/2016

*********************************************
J'ai une nouvelle chatte, jeunette à poils longs, nommée XL qui est délicieusement câline et furieusement joueuse. Je l'ai laissée s'amuser avec un lézard qu'elle avait entrepris, jouant à lui ôter la vie petit à petit comme savent faire les chats. Infinie tendresse létale. Comportement digne d'un énarque. Gueule ouverte, regard fixe, ce lézard malchanceux a fini par crever d'ennui.
Avant de lui préparer de grandioses obsèques, ayant recueilli sa fraiche dépouille, l'ayant examinée car elle avait le ventre ouvert, je peux vous dire qu'un lézard, à l'intérieur c'est vachement compliqué !...

Écrit par : JC..... 10h48 | 24/08/2016

J.C votre histoire de lézard ne vaut pas un poil....les petits lézards futés font le sacrifice de leur queue qu'ils abandonnent aux quenottes des petits chats malicieux. J'ai vécu dans une maison où les lisettes se chauffaient au soleil dans les interstices des pierres et ne laissaient dépasser que leur long appendice caudal, harmonieusement agité sous les regards mis clos des 4 chattes
en émoi ...Bon, je prenais la plume pour avoir votre avis; je suis en émoi: je vais partir vers une plage aux sables d'or, où je pourrai traîner ma jambe avec facilité, le temps que le genou réfléchisse. J'embarque avec des bikinis honteusement décolletés, disons joyeusement plutôt; et bien sûr un corps impeccablement épilé, tout comme les nageurs du 100m à Rio. Mais-z-alors si des pandores s'avisaient de passer...ne sanctionneraient-ils pas immédiatement cette tenue si peu laïque ?
Quel dilemme si peu cornélien . J'ai 4 ou 5 grands peignoirs de bain dans mon sac avec des paréos chamarrés, mais-z-alors les mêmes pandores pourraient verbaliser et exiger que je me déshabille...Dieux de l'Olympe et vous mes amis, conseillez-moi
Si je me faisais entièrement peindre en Bleu-Klein, avant de partir ? ne serait-ce pas la meilleure solution? ou bien, à tout hasard, emporter...je suis tellement respectueuse de la tueuse-ze-républicaine loi , j'ai peur, peur..une peau d'ours ça ferait p'têt l'affaire, un ours qui a fui loin sa banquise polaire, c'est une bonne idée, ça.Un migrant qui cherche asile. Si vs ne recevez pas de mes nouvelles, j'en frémis rien que d'y penser..

Écrit par : olga | 24/08/2016

___________________________________________________

je peux vous dire qu'un lézard, à l'intérieur c'est vachement compliqué !...
Écrit par : JC..... 10h48 | 24/08/2016

T'es peut-être tombé sur un prototype ? Un modèle turbo... Double corps... En kit !

Écrit par : Sergio | 24/08/2016

___________________________________________________

Ben quand on se retrouve avec sur les genoux une queue de croco qui fait neuf tonnes...

Écrit par : Sergio | 24/08/2016

__________________________________________________

Si je me faisais entièrement peindre en Bleu-Klein
Écrit par : olga | 24/08/2016

En disant que c'est pour le couvre-feu... Le pandore il était pas au courant il a peur i file !

Écrit par : Sergio | 24/08/2016

----------------------

Olga, pour les baignades je vous recommande de choisir des plages aussi libres que celle de Lacanau ( par exemple, il y en a bien d'autres ). Là nul ne verbalise parce qu'il faudrait tout verbaliser ! les tout-nus, les petits clebs vadrouilleurs, les maîtres de chiens sans laisse, les adeptes du bikini, les adoratrices du monokini, etc. Oui tout cela sur la même plage, sans barrières, sans personne pour s'occuper de son voisin. Ah j'oubliais, quelques surfeurs aussi, joueurs de beach volley habillés ou pas.
Après il faut que la mer soit de bonne humeur, sinon elle fait de grosses vagues exprès pour vous rejeter sur le sable, et de cela vous n'avez pas besoin.

Oui Sergio, mais l'héroïne c'est elle, non ? Bon je n'ai peut-être pas lu un excellent article. Merci pour cette piste en tous les cas.

Écrit par : chiara | 24/08/2016

___________________________________________________

l'héroïne c'est elle, non ?
Écrit par : chiara | 24/08/2016

Bien sûr ! Le reste ce sont des détails que je mettais pour compléter un peu... L'article est sûrement bon !

Écrit par : Sergio | 24/08/2016

Mes amis, ô mes amis, quel soulagement, j'ai entendu Frère Mélenchon, à la prime aubette,il proclamait Urbi et Orbi que jamais, au grand jamais, ni Dieu ni Allah n'avaient légiféré sur la longueur ni l'épaisseur des poils, en quelqu'endroit qu'ils se trouvent.. Gloire à Mélenche. J'avais récupéré chez ma coiffeuse et mon esthéticienne quelques touffes bien fournies, qui auraient pu le cas échéant, faire écran et prouver que je n'étais pas mécréant(e).
Alors comme ça, à Lacanau, je pourrais, je pourrai, exhiber mes doigts de pied et me couvrir les seins, sans qu'on m'arrache mon soutif brésilien; dans mes bras,Chiara
dans mes bras, depuis que j'ai vu le tableau si touchant de.....Je n'en dis pas plus, je refais mon sac, mon bonnet de bain, noir, qui fait si raffiné, mon séroual qui évite la concentration des méchantes odeurs là où il sied que des effluves parfumés enchantent les narines.
Bon, je m'dépêche; pas l'temps d'parler d'Butor , que j'aime pour plein d'raisons; et notamment parce qu'il a dit hautement que l'roman c'était pas son truc. Hélas,hélas, certains ne l'ont pas entendu; il est vrai que les States l'avaient accueilli, recueilli quand la France faisait la fine bouche.
J'aiiiime les quatuors de Shostakowitchhh
mais je n'y entends pas la voix de Dieu, seulement le plaisir de mes oreilles.

Écrit par : olga | 25/08/2016

Sergio, voir Burdastyle seide, trouvé sur mon chemin, un rouge carmin enroulé comme une coquille, c'est un procédé fractalien ??
Chiara, vous connaissez les "guêpiers" ? oiseaux d'un rouge carmin ou d'un bleu céleste. Hier soir tard j'ai vu un repotage TV
sur une chaîne"animaux" (abonnée) des vols de guêpiers /symphonies en rouge, avec des becs multicolores; et un ballet d'hippopotames qui prenaient un bain en même temps , leurs yeux tout roses sortaient du fleuve et replongeaient illico;ils prenaient manifestement leur pied.

Écrit par : olga | 25/08/2016

Sonia Rykiel vient de mourir. C'est vs Christiane qui parliez de l'expo aux Arts Déco ?Il y a si lgts, j'achetais des tricots ds sa minuscule boutique, rue de Grenelle; des rayures, du cousu-décousu, des trucs joyeux, où le corps pouvait respirer, en coton, ou en laine, inusables. J'en ai encore ds une commode, impossible de les jeter, pas seulement parce qu'ils abritent des souvenirs heureux mais parce qu'il y avait une telle inventivité, une idée de ce que pouvait être la femme libérée des diktats de la mode.
La maison a changé, partenariat japonais, plus vraiment de coton; et si je me mettais à tricoter....mais y'a plus de magasin de laine; tout casse, tout passe, tout est souvenir.
Je mets de l'eau aux moineaux, plusieurs assiettes pour qu'ils fassent trempette et je disparais.

Écrit par : olga | 25/08/2016

--------------------------------------------------------------------------
Encore, Olga, Encore ! J'adore votre écriture gouteuse.

Écrit par : christiane | 25/08/2016

*********************************************
C'est fini, ce cinéma les filles ? Des mots, des mots ! Quand allez vous faire de l'humanitaire dans les banlieues tristes... ? Porquerolles, quoi !

Écrit par : JC..... 14h15 | 25/08/2016

___________________________________________________

Porquerolles, quoi !
Écrit par : JC..... 14h15 | 25/08/2016

Fais gaffe que l'Ankou se barre pas havec ! Dans les Atlantiques ça fourmille tellement on retrouve plus rien...

Écrit par : Sergio | 25/08/2016

*********************************************
Si j'osais je tenterais un proverbe "vivre-ensemble" à base de ce qui se dit, en Provence le 31 décembre à minuit, matiné celtique "a l’an que ven que se siam pas mai que siguem pas mens" ... devenu :
"a l’Ankou ven que se siam pas mai que siguem pas mens"

Écrit par : JC..... 15h20 | 25/08/2016

----------------------
"et un ballet d'hippopotames "

j'adore cette idée de ballet pour hippopotames Olga, et je me souviens devoir lire "Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines" de S Burroughs et Kerouac.
Des guêpiers je sais peu de choses sinon qu'ils aiment le sud de la France et l'Afrique. Hier, j'ai conduit une jeune chouette effraie superbe sur l'île; on pense qu'elle a été percutée mais bon espoir de sauver son oeil. Elles sont si gracieuses, toutes nues, tout emplumées ;).

Écrit par : chiara | 25/08/2016

---------------------
Traduction JC, please ? L'ankou je sais, mais le provençal ?

Écrit par : chiara | 25/08/2016

*********************************************
"A l'année qui vient, si nous ne sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins !"

Écrit par : JC..... 16h55 | 25/08/2016

__________________________________________________

voir Burdastyle seide, trouvé sur mon chemin, un rouge carmin enroulé comme une coquille, c'est un procédé fractalien ??
Écrit par : olga | 25/08/2016

Le propre du fractalien, c'est l'auto-similarité, autrement dit ce qu'on connaît sous le nom de raisonnement par récurrence : un élément de départ, et un principe actif que l'on ne cesse d'appliquer successivement sur chacun des résultats précédents.

Donc tout peut l'être, la soie enroulée s'il y a une certaine similitude entre les formes des spires (des tores ?) ; au reste on voit bien sur ces fameuses coquilles que la seule constante, c'est ce facteur multiplicatif qui nous la fait apparaître telle qu'elle est, et bien sûr l'angle de rotation.

Écrit par : Sergio | 25/08/2016

-----------------------------------------------------------------------------
ça alors, Sergio et Olga ! Coquilles et soie ? J'étais en train de copier pour W. "L'huître" d'Oilvier Rolin sur la RDL. Quelle belle rencontre de nos imaginaires !

Écrit par : christiane | 25/08/2016

Christiane je viens de lire vos 2 textes; pas le temps de rédiger un comm.qui d'ailleurs ne serait pas estampillé. Plus le texte dO.R. avance, plus l'objet de la description s'étoffe
se déréalise,devient une somptuosité voluptueuse; pour Ponge, c'est l'inverse,la description détruit l'objet, lui fait rendre l'âme et tout son jus;à la fin c'est un detritus mollement identifiable. cf le gâteau de mariage d'emma bovary.
où se trouve le texte de O.R ? pas ds les gros seuil.
Ce que dit WGG est intéressant qd il cesse de parler latin et d'enrouler Homère ds Nietzsche.

Écrit par : olga | 26/08/2016

Burdastyle sede,si qq'1 peut mettre le lien, ce serait chouette; le carmin est splendide et l'enroulement très travaillé. Je lirai plus tard ce que vs écrivez Sergio; je suis plongée ds la description d'une vigne vierge qui détruit mon toit.
Chiara, j'aime les effraies, il y en avait une ds le grenier de ma mère, qui cassait la croùte la nuit...j'avais dù lire à mes fils l'histoire d'Hullul ....!!pour les rassurer.
Regarder TV un groupe d'hippos se baigner est un régal; ils ont la peau très fragile et très rose, leurs yeux globuleux font de grosses bulles et j'ai tjrs l'impression qu'ils se marrent. Complètement séduite; et par les guêpiers qui sont irrésistibles, tellement chamarés, avec des becs multicolores.Fascinants. l'imprimerie nationale publie de minuscules fascicules (5 ou 6 €) avec des aquarelles d'oiseaux, pas mal.
Mes chevilles ont triplé de volume, je vais sortir du frigo _15° un sac de 5 kgs de petits pois surgelés et le ficeler autour.Remède conseillé par l'ostéo; ensuite, je ne suis plus visible!!

Écrit par : olga | 26/08/2016

-------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour, les lève-tôt,
le texte d'Olivier Rolin se trouve (dans le tome 2) des CIRCUS (Seuil) regroupant ses romans, récits, articles de 1999 à 2011. Celui-ci est page 766. Oui, une merveille !
( textes de 2007 : les pins, l'huître, l'asperge... - Paradis 1,2 et 3).
Olga, votre sitting devant le frigo me rappelle Marylin dans "7 ans de reflexion". (B.Wilder/1955)

Écrit par : christiane | 26/08/2016

---------------------
Merci pour la traduction JC ;)

" l'imprimerie nationale publie de minuscules fascicules (5 ou 6 €) avec des aquarelles d'oiseaux, pas mal."

ah mais cela je vais voir ! Olga connaissez-vous le troglodyte mignon ? Une petite merveille minusculissime, joyeuse, bondissante. Le mâle confectionne de très beaux nids-boules en mousse, au moins 4 ou 5, et madame choisira celui qui lui plait le plus.

( Superbe lien de Pablo 75 vers la Symphonie n°5 de Shostakovich ).

Écrit par : chiara | 26/08/2016

Christiane, merci pour les références; j'ai le Circus tome 2.
Chiara, je ne connais pas le troglodyte mignon, à voir..
Un gros imprévu m'entraîne ,loin. Absente pour un long temps ?
Profitez de l'ombre !

Écrit par : olga | 26/08/2016

Chiara,
joie ! vous me faites ouvrir mon livre-trésor : "Les oiseaux d'Amérique" (textes et dessins rehaussés d'aquarelle de John-James Audubon.
Donc, pour le troglodyte mignon des marais au bec court , il en représente deux - un couple) perchés sur leur nid caché dans les hautes herbes d'un marais (un dessin très fin) auquel il ajoute ces notes de couleur discrètes et ces remarques :
"J'ai trouvé ces petits oiseaux en abondance au Texas, où ils se reproduisent dans le même genre d'endroit que partout ailleurs. A quelques pieds d'eux, j'ai noté que les mâles laissent pendre leur queue tandis qu'ils chantent. Je mentionne ce détail car celui qui est ici représenté, à ce moment précis, la lève au contraire. Le Dr. Trudeau m'indique qu'il a découvert son nid dans les marais du Delaware et a pu observer côte à côte un mâle et sa femelle, sans pour autant s'en emparer, faute d'un fusil. Il a cependant dénombré leurs œufs : il y en avait quatre."
Ce Dr. Trudeau est un violent !
Audubon a passé sa vie à dessiner des oiseaux, passionné de liberté et d'ornithologie. Il est né vers 1780 en Louisiane. (Ses parents, d'origine française, l'envoyèrent à Paris où il étudia le dessin auprès de David). Il laissa sa famille aisée pour se lancer dans des régions inexplorées d'Amérique du Nord et passait son temps à faire des croquis d'oiseaux, à noter leurs habitudes. Des rats détruisirent sa collection de dessins (200) mais il continua en Angleterre. Des graveurs anglais travaillèrent d'après ses dessins (1065 figures !). Puis retour en Amérique et retour au dessin avec ses fils. Il est mort à New-York en 1851.
Ce vieux livre qu'une amie m'a offert en 1978 ne m'a jamais quitté. J'en tourne les pages souvent, rêvant sur ces oiseaux.
C'est chouette votre histoire de chouette !
https://www.youtube.com/watch?v=eotiwwarVjY

Écrit par : christiane | 26/08/2016

---------------

Affreux Dr Trudeau, barbaresque, bachi-bouzouk ! quand on connait la taille de cette petite merveille ailée on se demande ce qu'il peut en rester après un coup de fusil ? Autre possibilité : le troglodyte américain mangeait déjà des burgers et est bien plus gros que le nôtre ?
Merci pour cette belle référence Christiane. J'aurai plaisir à découvrir ces dessins .

Olga prenez soin de vous ;).

Écrit par : chiara | 26/08/2016

___________________________________________________

Шостакович on l'a encore pas mal à Nancy, au moins une fois par an sur huit concerts, donc une vingtaine de compositions grosso modo ; chaque fois dans la plaquette il y a le couplet sur les relations avec le régime c'est comme cela que je le sais !

C'est pas mal, ces plaquettes, d'ailleurs, des fois je me demande comment le gus arrive à trouver tout cela... Ca doit être des bons quand même !

Écrit par : Sergio | 26/08/2016

Difficile de croire que je suis levée à 7h du mat...Trop chaud hier p.m. Impossible d'ouvrir la grille gonflée par la chaleur ! idem pour la porte d'entrée ! Donc nécessité fait loi, ce matin ciel plombé, j'asperge les ouvertures et hop, ma béquille sous le bras..
Tout cela, afin que vs , les filles, ne vs fassiez pas de souci.Je suis out, prise ailleurs par des trucs qui n'ont rien de litt. Mais je reparaitrai !!!
Un mot sur le burkini qui mobilise ttes les troupes de la rdl. A la piscine municipale et olympique que j'ai assidûment fréquentée (avec béquilles,il faudrait que j'essaie

Écrit par : olga | 27/08/2016

*********************************************
Avec quelques agnostiques du pays, bénéficiant de soutiens chaleureux venus de gorges volubiles, nous venons de créer sur l'Ile Enchantée, une phalange :
LES COMPAGNONS DU BURKINI !

La fraternité des Compagnons, chacun revetu de son plus beau burkini, sillonnera les plages où trainent ces méduses islamiques complètement piquées, et batifolera autour d'elles dans de grands éclats de rire et chansons paillardes bilingues...

On est cultivé, nom de dieu de bordel de merde, on va se marrer ! Sous le burkini, la plage !!!

Écrit par : JC..... 10h09 | 27/08/2016

-----------

Ce que je me demande, en découvrant les truckini, c'est si l'on peut réellement nager avec ? Parce que si l'on connait un peu les courants traîtres et violents de l'Atlantique, qui vous chopent par en dessous, vous saisissent les chevilles et ni une ni deux vous entraînent au large, on s'inquiète de cet amas de tissus faisant office de voilure.
Mais nager, profiter des bienfaits de la mer n'est pas le sujet, nous le savons bien.


"Шостакович on l'a encore pas mal à Nancy"

Hiii Sergio, vous savez que malgré nous, notre esprit ne peut s'empêcher de construire une identité aux participants d'un blog, toujours avec fantaisie...A force d'indices une silhouette se dessine ... Et donc je sais que vous faites ce que vous voulez avec un logiciel, montez à cheval sans lever une fesse en franchissant l'oxer, traversez Nancy en faisant le fou sur une Yam rutilante, le tout dans votre smoking impeccable à la sortie du concert; ajoutez à cela que vous pilotez votre coucou, parlez parfaitement et le russe et l'allemand... Sergio, êtes-vous James Bond ?

:)

Écrit par : chiara | 27/08/2016

*********************************************
Chiara,
Autant vous dire la vérité : Serge est à Bond ce que Sancho est au Quijote !

Écrit par : JC..... 14h31 | 27/08/2016

__________________________________________________

Mais nager, profiter des bienfaits de la mer n'est pas le sujet, nous le savons bien.
Écrit par : chiara | 27/08/2016

C'est quand même pour cela que c'est fait, autrement dit elles se forcent à un truc physiquement très désagréable, se balader avec ces kilos de linge trempé en plein vent (demandez à JC, c'est le vent de mer l'après-midi !), risquent la crève bien sûr parce que se changer avec ça je préfère ne pas y penser, et enfin, sans même parler du satanique plaisir, à renoncer à toute pratique sportive aquatique ; autant croupir dans les mêmes vêtements, mais secs, sous le parasol comme le Mexicain basané...

Écrit par : Sergio | 27/08/2016

__________________________________________________

Sancho est au Quijote !
Écrit par : JC..... 14h31 | 27/08/2016

Mais j'adore les rôles de faire-valoir ! C'est le seul qui est marrant... Le héros le chef c'est toujours le même modèle, une fiche de six lignes, il n'y a que le vestiaire qui change !

Concluons sur Bob Morane, morigénant pour la huit millième fois son ami Bill Ballantine :

- Bill, arrête de m'appeler commandant, la guerre est finie...
- Oui, commandant !

Écrit par : Sergio | 27/08/2016

___________________________________________________

vous pilotez votre coucou
Écrit par : chiara | 27/08/2016

Qu'est-ce que je regrette de pas avoir commencé tout de suite à l'âge adulte ! Comme seul loisir, bien sûr, passeque ça douille quand même, comme qui dirait !

Écrit par : Sergio | 27/08/2016

---------------------

"C'est quand même pour cela que c'est fait"

Ah mais je ne crois pas Sergio, d'ailleurs vous venez de me voler la réponse sur la RDL. Le truc de méduse comme dirait JC c'est un gros panneau publicitaire, en 4x3. Elles se fichent de nager, ou alors elles viennent de s'inscrire aux cours mais j'ai pas encore vu un joli crawl en truc machin chose. Ca va pas être facile un joli crawl !

On peut imaginer combien "douille" un tel loisir Sergio; je suis trop effrayée pour oser regarder la note finale ;)

Écrit par : chiara | 27/08/2016

__________________________________________________

effrayée pour oser regarder la note finale
Écrit par : chiara | 27/08/2016

Je connais au moins deux gars qui y sont venus sur le tard, à titre professionnel s 'entend.

L'un était professeur d'histoire, sa femme professeur également,
il a franchi toutes les étapes localement, et maintenant s'occupe d'un petit bi-réacteur pour quelques chefs d'entreprise de Nancy.

Le second était chirurgien, pareil, tous les diplômes d'instructeur et enfin des occasions de piloter rémunéré en Afrique et en Europe centrale.

Dans les deux cas ils étaient pas à la rue ; jolis coups, comme on dit, quand même...

Écrit par : Sergio | 27/08/2016

________________________________________________________________
S'il n'y avait ce fond de répression du conservatisme religieux musulman sur l'apparence extérieure des femmes, - l'oppression qu'elle subisse dans leurs pays et jusqu'à dans nos villes ou sur les plages - qui permet de comprendre ce qui se glisse sous l'apparence d'une tenue de bain- ce regard sur la mode de 1875 laisse songeur...
http://la-gazette-de-daniele.over-blog.com/2014/06/les-maillots-de-bain-du-bikini-au-burkini.html

Malgré l’utilisation dans les médias d’« ambassadrices", qui participent à faire du voile un objet intrinsèque à la société féminine musulmane, toutes les femmes arabes musulmanes ne sont pas passives et soumises. Elles luttent pour le droit de vote, celui de participer à la vie politique, pour l’égalité au travail et dans l’éducation, ainsi que différentes revendications liées à la polygamie, à la réduction du droit absolu des hommes concernant le divorce, et à l’augmentation de l’âge légal du mariage des filles, en déployant de nombreuses ressources et stratégies.
Le cinéma en est une. Revoir le magnifique et douloureux film "Mustang" de Deniz Gamze Ergüven pour retrouver ces cinq indomptables adolescentes ou le cocasse et profond film de Nadine Labaki "Et maintenant on va où ?" ou encore "La Source des femmes" de Radu Mihaileanu et "Les Femmes du Bus 678" de Mohamed Diab. Ne pas oublier non plus les chants d' Oum Kalsoum.

Écrit par : christiane | 28/08/2016

___________________________________________________

une Yam rutilante,
Écrit par : chiara | 27/08/2016

Je me dis toujours que c'est passeque mes parents m'ont jamais phynancé le moindre soldo, la moindre mob, que je suis encore vivant ; j'ai pas pu faire les bêtises sur ces frêles engins, et après quand j'ai pu m'offrir des monstres avec mes sous à moi, j'avais bien trop peur pour la ferraille !

Écrit par : Sergio | 28/08/2016

----------------------

Sergio, j'ai un ami chirurgien ( non, il ne pilote pas ! ); il possède une merveilleuse machine infernale à deux roues dans son garage - une Guzzi jaune je crois - , qu'il faisait tourner sur circuit quand il était plus jeune. Aujourd'hui il a opéré trop de motards accidentés de la route pour retrouver le même plaisir, mais il ne peut s'en séparer. Il l'entretient et elle démarre toujours au quart de tour, prête à vrombir.

Écrit par : chiara | 28/08/2016

Christiane, oui, vous avez raison de rappeler que d'autres femmes se battent, parfois au péril de leur vie, pour plus de liberté. Alors quand on entend certaines paroles, de certaines "ambassadrices" nous restons sidérées devant autant de légèreté. Merci pour le lien.

Écrit par : chiara | 28/08/2016

___________________________________________________

https://en.wikipedia.org/wiki/Moto_Guzzi_V7_Sport#/media/File:Moto_Guzzi_V_7_Sport_1972.jpg

Écrit par : Sergio | 28/08/2016

_______________________________________________________
Oui, Charia,
pas simple de démêler la soumission et la révolte dans ces manifestations !
Lu, sur "The guardian"(24/08/2016) un long article où Aheda Zanetti, une jeune femme australienne-libanaise s'explique sur la création de ce vêtement :
"Quand j’ai inventé le burkini au début de l’année 2004, je ne cherchais pas à enlever leur liberté aux femmes, je voulais les libérer. (...)
Je me souviens de la première fois que j’ai essayé le burkini. Je l’ai d’abord essayé dans ma baignoire, il fallait que je sois sûre qu’il marche. Puis j’ai dû l’essayer en plongeant, alors je suis allée à la piscine locale pour tester si le bandeau restait bien en place. Je me suis rendue à la piscine Roselands Pool, je me souviens que tout le monde me regardait, mais qu’est-ce qu’elle porte? Je suis allée tout droit jusqu’au bout de la piscine, je suis montée sur le plongeoir et j’ai sauté. Le bandeau est bien resté en place, et j’ai pensée, merveille! Parfait!

C’est la première fois de ma vie que j’ai nagé en public, et c’était absolument merveilleux. Je me souviens parfaitement de la sensation. Je me suis senti libre, je me suis senti émancipée, je sentais que la piscine m’appartenait. J’ai marché jusqu’au bout de la piscine avec les épaules bien droites.

Plonger dans l’eau est une des sensations les plus fantastiques. Et vous savez quoi? Je porte un bikini sous mon burkini. J’ai le meilleur des deux mondes."

Écrit par : christiane | 28/08/2016

*********************************************
Elle est là, toute entière, la définition de l'idiote utile ... Aheda est une idiote, parce qu'elle vit en Australie et pourrait se baigner nue ou en tenue légère. Aheda est une idiote utile parce qu'elle sert aux théoriciens théocratiques qui luttent contre la liberté des femmes ... Pauvre conne !

Écrit par : JC..... 14h31 | 29/08/2016

**************************************************************
"Elle est là, toute entière, la définition de l'idiote utile ... "
Que sais-tu de ses conditions de vie , de son cercle familial, de ses choix personnels ? Toujours prompt à juger, JC. ...
"Ma nièce voulait jouer au netball, mais nous avions du mal à lui trouver une équipe parce qu’elle portait un hijab. Ma sœur a dû se battre pour défendre le droit de sa fille à jouer. (...) Une fois qu’elle a finalement été autorisée à joindre l’équipe, nous sommes tous allées la voir jouer pour l’appuyer, et nous avons constaté que sa tenue était complètement inappropriée pour le sport: un polo à manches longues, un pantalon de jogging et son hijab – un ensemble vraiment pas pratique pour le sport. Elle était rouge comme une tomate tellement elle avait chaud! Une fois rentrée à la maison, j’ai commencé à chercher des tenues plus pratiques pour elle, des tenues de sports pour filles musulmanes et je n’ai rien trouvé. Je savais que je ne trouverais rien en Australie."
Reste le désir pour ces femmes et cette très jeune fille de porter un hijab. Là, pour moi, c'est un territoire inconnu... Heureuse d'avoir échappé à cette oppression par le hasard de ma naissance !

Écrit par : christiane | 29/08/2016

----------------------
"J’ai le meilleur des deux mondes"

Cooooool, le meilleur de son monde est donc la "pudeur", et le meilleur du monde occidental ... la piscine !
Donc, si nous suivons cette créatrice, on se demande bien pourquoi des femmes prennent le risque de se filmer en train de conduire quand il leur est interdit de passer leur permis; il leur suffit d'acheter une trottinette électrique pour avoir le meilleur des deux mondes : ça roule ! Tsss.

Je sors ;), et je sors même deux fois car si la guzzi ressemble à celle de mon ami, je ne peux assurer que c'est bien celle-là...Je ne sais pas différencier les motos. Ca vaut un banissement, au moins ;).

Écrit par : chiara | 29/08/2016

Sergio merci pour cette merveilleuse couleur qui sert à de si souples lignes se répondant comme à l'infini, quel apaisement ce regard procure à l'esprit. Aimez vous l'Atlantique? Il offre de non moins merveilleuses nuances qui tentent bien des peintres et auarellistes, tout une palette qui court de l"émeraude transparente au gris d'acier le plus opaque quand le ciel se charge. Votre bleu en est une des teintes et puisqu'on ne peut emporter avec nous dans un bocal cette magie naturelle, c'est quand même sacrément avantageux de la conserver à grand renfort de pixels, de fractales, de pigments. Bise à vous et je vous dis: Encore!

Écrit par : bérénice | 29/08/2016

Chiara, prenez soin d'Olga enfin je ne sais plus qui quoi de la ferraille du portail ou du membre fracturé gonfle en raison de la canicule . Heureusement le baromètre redescend en deça des 1018,00 hPa , dans le cas contraire nous aurions eu à craindre pour la santé de l'un ou l'autre de ces deux éléments qui somme toute et modique en regard de l'actualité mondiale accepte de figurer en tant qu'infime détail même si à l'échelle de la femme ou du portail ce genre d'incident ne va pas sans son cortège d'inconvénients inconfortables qu'il convient de plaindre si l'on veut continuer de pouvoir s'afficher comme gardien d'une humanité civile sans en appeler à la Gardia. Un prompt rétablissement, Olga ou chiara, décidément cette mémoire, Aaffreuse et infidèle... Aah je l'exècre tout comme un trou qu'il faudrait montrer d'une soquette.

Écrit par : bérénice | 29/08/2016

*********************************************
Cette religion est une religion pour attardées mentales, les femmes n'ont pas à se soumettre... Je me fous des conditions de départ, des contraintes de famille : on ne compose pas avec la liberté de penser.
Cette conne d'Aheda est l'idiote utile d'une religion manipulatrice, garante de l'inégalité des femmes !!!
C'est ce que vous supportez, Christiane ? Nom de dieu, vous me faites rougir de dépit ... !

Écrit par : JC..... 16h15 | 29/08/2016

___________________________________________________

Hon peut faire des révolutions, c'est très bien, cela, mais il faut se dépêcher avant les premiers froids ! Surveiller les fils télégraphiques que les hirondelles sont encore là...

Écrit par : Sergio | 29/08/2016

__________________________________________________

la guzzi ressemble à celle de mon ami, je ne peux assurer que c'est bien celle-là...
Écrit par : chiara | 29/08/2016

C'est l'affaire du jaune ; celle-là fut ma première, et je sais bien que sur les reproductions ce vert, assez original même à l'époque, fait vite un peu cru. Sinon les autres Guzzi étaient dans des tons grandement classiques. Mais enfin à ce moment-là on aimait bien modifier un peu tout, et entre autres la couleur...

Je me souviens quand même d'une qui était vraiment jaune, mais jaune poussin, c'était la trois cent cinquante Motobécane, seule tentative french de ressortir des vraies motos.

Et puis le jaune est la couleur des premières Ferrari, ce n'est pas du tout le rouge ultra-secret comme la recette des soeurs Macaron !

Écrit par : Sergio | 29/08/2016

__________________________________________________

Aimez vous l'Atlantique?
Écrit par : bérénice | 29/08/2016

J'avais peur de me faire houspiller avec cette fractale, parce que j'ai dû la mettre il y a longtemps. Mais là c'est une version retravaillée, des années après ; je me souviens de m'être acharné sur les petites lumières au sol, sur mes montants principaux qui n'étaient pas assez homogènes, et alors surtout in fine sur la lumière diffuse du fond, qui n'y était pas au début. mais le risque en cas de trouvaille naturellement c'est d'exagérer, parce que l'on ne voit plus l'économie, l'équilibre général de la même manière...

Écrit par : Sergio | 29/08/2016

------------------------------------------------------------------------
Sergio,
parfois tu ressembles à Paul Edel dans tes réactions. Lui, prolonge sa "vacance" et écrit loin des rumeurs de la ville et des faux problèmes, toi, tu biaises, tu parles de fractales et de moto. Vous lire tous les deux fait un effet sablier. Le temps s'écoule lentement comme du sable et une impression d'in -fini court sous les mots. Hier mon fils déménageait. Un temps important pour lui, pour nous. C'est un rebelle doux et rêveur.

Écrit par : christiane | 30/08/2016

*********************************************
Doux ? Rêveur ? ... on en connaît d'autres qui attendent d'hériter.

Écrit par : JC..... 16h15 | 30/08/2016

-------------------------------------------------------------------------------
JC, que veux-tu dire ? Hériter de quoi ? J'ai lu tes réactions et celles de Charia. j'essaie toujours de comprendre un être par le parcours entier de sa vie, depuis l'enfance. Ceci sans ôter la responsabilité, les compromis, les faiblesses de caractère. Toujours je me demande : qui serais-je , née ailleurs, dans une autre famille ? Peut-être sur une vieille barque, perdue en pleine mer, espérant un eldorado quelque part... peut-être grimpant aux arbres dans la jungle, peut-être rêvant sur la banquise. Parfois dans ces rêveries, je suis plus jeune, plus vieille, en garçon. Parfois, je suis de ce siècle, parfois, non. Dans ma tête c'est un kaléidoscope fantaisiste, parfois dramatique, parfois cocasse.
"J'entrevois les brumes indécises, rien d'autre, rien. Vous ne comprenez pas le langage de l'imperceptible ? C'est ma faute."
(Margarita Xanthakou* - "Un sursis de tristesse". éd. L.Mauguin)
*("Margarita Xanthakou est anthropologue au CNRS. D’origine grecque, née à Athènes en 1943, elle vit en France depuis 1965 et écrit ses poèmes en français depuis 1977. Membre du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, elle est responsable de l’équipe de recherche « Le sentiment du corps dans les cultures et leurs natures ». Ses travaux portent principalement sur les déviances, les formes d’exclusion, de troubles psychiques, corporels, affectifs ou identitaires, les transgressions d’interdits majeurs". )

Écrit par : christiane | 30/08/2016

Soleil imparable; j'ai posé une béquille pour pouvoir tenir d'une main mon ombrelle, vs savez comme sur la photo célébrissime où Françoise Gilot s'avance sur la plage,suivie du tout petit Picasso....
Votre explic. Sergio, me donne à réfléchir. J'imagine Bonnard (qui on le sait, retouchait ses toiles) prenant conscience que Marthe était très inconfortablement allongée dans ses baignoires et lui soulevant la nuque etc...etc...
Christiane, je ne vois aucun pt commun entre PE encore en vacances et Sergio.Sauf un, chercher à exprimer donc à figer, la lumière fugitive de l'instant.
Je lis un peu Rolin,avec bonheur; j'ai un tt autre travail à accomplir; et j'ai remisé une béquille; sous peu je ressemblerai à la F.Gilot du Tableau. Oui, vs devinez, tapoter mes chevilles fait un bien fou aux genoux!!
Portez-vs bien.

Écrit par : olga | 30/08/2016

__________________________________________________

Paul Edel
Écrit par : christiane | 30/08/2016

Il a publié, non ? Plusieurs, même, je crois... C'est quand même pas rien...

Écrit par : Sergio | 30/08/2016

*********************************************
Toujours tu te demandes : "qui serais-je , née ailleurs, dans une autre famille ?"
Quelle question ! Cela ne m'est jamais arrivé de me poser une telle question, il n'y a pas de réponse. Et ma règle, c'est : "on ne se pose pas de question si on est certain qu'il n'y a pas de réponse, ou une infinité de réponses, ce qui est identique..."

Écrit par : JC..... 16h05 | 30/08/2016

Christiane, vite, j'ai lu votre post sur Guernica; très bon; je n'ai pas vu le tableau à Madrid. J'avais vu une expo Dora Maar à Grenoble, j'avais été passionnée; elle avait peint "la femme qui pleure"; du vrai Picasso;étrange, étrange.
Les cahiers d'art étaient dirigés par Ch. Zervos, il y a now une galerie Ch Zervos à Vezelay, remarquable; toujours ? ttes les archives; cela vous ravirait.J'aime Vezelay, il faut que je puisse marcher; et que je travaille le port de tête, sinon torticolis.
Ce soir, occupissima sum !!

Écrit par : olga | 30/08/2016

___________________________________________________

Vezelay,
Écrit par : olga | 30/08/2016

On m'a offert le Dictionnaire hamoureux de la Bourgogne (ma mère est de là-bas).

Cuisine, pinard et un brin de religion (le chanoine Kir !), c'est quand même assez stomacal...

Mais l'intérêt, c'est que cela se laisse lire volontiers.

Écrit par : Sergio | 30/08/2016

--------------------------------------------------------------------------
"Il a publié, non ? Plusieurs, même, je crois... C'est quand même pas rien..."
Bien sûr que ce n'est pas rien ! Des romans que j'aime infiniment comme des estampes, écrits avec les cinq sens et avec le temps. Avec du silence aussi, de l'amitié et la belle amour esquissée. Dans le dernier : "Journal météorologique" (éd. Equateurs), longtemps miroite la mer calme dans l'anse et les étoiles la nuit quand on l'a refermé. Et puis les coquillages qui crissent sous les espadrilles ou le cri des mouettes ou le filet d'eau des fontaines... le parfum des tilleuls... des livres... de l'écriture...
et " cette fine inquiétude qui traverse la conscience comme une couleuvre."
Je l'ai un peu trop dit sur son blog, mon attention à son écriture. Il est devenu méchant. je n'y vais plus.

Écrit par : christiane | 30/08/2016

-------------------------------------------------------------------------------
Mais oui, Olga,
"Les cahiers d'art étaient dirigés par Ch. Zervos". Ce nom me revient.
Guernica... Je ne l'ai jamais vue à Madrid, seulement en reproduction. Je l'ai aimée au point d'en être bouleversée et j'ai scruté chacun des détails pour mieux comprendre ce qui a guidé sa main quand il l'a peinte.
Vezelay. Ce lieu efface mes inquiétudes de Dieu. Il est. Et c'est bien ainsi, absent-présent, silencieux à jamais.
Pourquoi as-tu mal partout ? pourquoi es-tu toute cassée comme une poupée de Balmer ?

Écrit par : christiane | 30/08/2016

-----------------------------------------------------------------------------
Olga, tu écris comme des haïkus, donnant la réponse dans la question :
"je ne vois aucun pt commun entre PE encore en vacances et Sergio.Sauf un, chercher à exprimer donc à figer, la lumière fugitive de l'instant."

Écrit par : christiane | 30/08/2016

------------------------------------------------------------------------------
Idem, JC. Quand il n'y a pas de réponse. Alors on passe le rouleau ou la paume et la pâte s'étale, fine, jusqu'à devenir translucide.

Écrit par : christiane | 30/08/2016

Christiane, le genou est le support de tout le corps; j'ai cru longtemps que c'était les pieds, erreur, qu'on se le dise ! Comme j'ai beaucoup joué au tennis, j'ai les ligaments fragiles; un faux mouvement et hop ,tout le genou se détraque; c'est ce qui m'est arrivé; un bon mois à béquiller; les infiltrations ne réparent pas. Il y a qq années j'ai eu un tennis elbow, bras droit, je connais la chanson...C'était pas le moment....
Foin de ces explic.lourdingues ; tout le monde dort sur le blog ou bien tous ont fui pour échapper au Marronnier de la Rentrée
et aux forfaitures macronniennes. Je ne lis rien, je trie et suis prise par des besognes subalternes, hors de mes pénates.
A plus, à velo, à moto, en caisse volante ou en u.l.m.

Écrit par : olga | 01/09/2016

__________________________________________________________
Donc quand tu es tombée la première fois (visage) c'était à cause du genou ? Il y a du Buster Keaton en toi.
https://www.cahiersducinema.com/Buster-Keaton.html

Écrit par : christiane | 01/09/2016

Olga forcée de vous croire, il en est qui littérairement marchent sur la tête, cette posture genoux est d'une banalité orthokinésique!.

Écrit par : bérénice | 01/09/2016

Sergio, en n'étant pas technicien il est difficile de se représenter le travail qui préfigure à ce rendu, ceci étant, l'image mystérieuse pourrait servir d'illustration au ventre de la baleine et nous serions tous un peu Jonas pris en charge pour un voyage ouaté de ce bleu filtré vers un rivage inconnu.

Écrit par : bérénice | 01/09/2016

__________________________________________________

le travail qui préfigure à ce rendu
Écrit par : bérénice | 01/09/2016

C'est le plus horrible de tout, c'est l'heuristique complète : on fait comme les Shadoks, on rate tous les essais...

Ou alors comme les places de parking : au deuxième coup de souris c'est pas mal du tout, donc on insiste pour avoir encore mieux ; et trois heures plus tard...

Après quand on en tient une, il faut essayer toutes les textures, les perfectionnements, les matériaux finalement. Et il y en a de telles tapées que tout au plus peut-on avoir quelques favoris, qui avaient marché une fois, et puis là déçoivent...

De toutes manières même au pinceau, au couteau, il y a le trait heureux et imprévu (l'aquarelle c'est presque que ça...). Chaque fois que je le disais, bien naïvement, c'était l'élévation des boucliers ! Je me dépêchais de boire la potion...

Écrit par : Sergio | 01/09/2016

Christiane, merci,bien trouvé,il y a du Buster keaton en moi ! rappelez-vs ,il suffit qu'il traverse une rue pour que le tram lui traverse l'estomac. Mais ne riez pas trop, les belles: quand j'étais arrivée gémissante, le bras pendant, le kiné m'avait dit :alors, on fait comme les bonnes soeurs ? eh oui, les malheureuses se déboitaient le coude à force d'éplucher des patates...
Les explications de Sergio me plongent dans des réflexions qui penchent comme la Tour de Pise. Trois coups de souris...

Écrit par : olga | 01/09/2016

*********************************************
Juste pour faire 100 dans le compteur de com's ! Ne me remerciez pas, je suis payé par Sergio au forfait...

Écrit par : JC..... 9h30 | 02/09/2016

___________________________________________________

je suis payé par Sergio au forfait...
Écrit par : JC..... 9h30 | 02/09/2016

Houi mais on reste en euro ou quoi ?

Sinon j'ai encore des sous du Maréchal, ça a un peu détrempé enterré dans des boîtes de pastilles Vichy...

Écrit par : Sergio | 02/09/2016

Dites donc J.C. Sergio ne vous a pas encore invité à voler en autogyre, planer au-dessus des pruniers ? C'est le moment,les mirabelles sont belles belles...Si vs avez eu la curiosité de jeter un oeil sur la TV, ce que j'ai fait, vous avez pu en prendre plein les mirettes;Barbara Stanwick,blonde à mourir et vraie chipie; Marthe Keller-Fedora incroyablement séduisante en star vieillissante; Joan Fontaine séduite et abandonnée par le playboy français ,louis Jourdan ds "lettre d'une inconnue" adapté de stefan Zweig, remarquable; et enfin Gene Tierney ds un Lubitsch en couleur,d'une beauté à fondre.
Même transformée en symphonie mauve, gros bouquet de violettes ornant son chapeau, elle est irrésistible. Et Lubitsch est cinglant, le couple de vieux parents ,plein aux as, assis chacun à un bout d'une immense table, correspondant par l'entremise du maître d'hôtel ,noir et tout dévoué ! Elle lit le journal, lui fulmine, il grille de savoir si le captain va pouvoir sortir de son tonneau; elle tourne les pages, imperturbable et livre une info " oui, il sort"/ lui a une crise d'apoplexie "mais comment ????" Terrible...au milieu de leur grand jardin trône une grande statue de la Vache Mabel...ô fortune
J'ai pris mon pied, c'est le moment de le dire,mollement allongée sur le sofa du salon de la maison amie,rêvant de l'aventure de Madame Muir...quelles fantastiques actrices

Écrit par : olga | 03/09/2016

______________________________________________________________
carnet de croquis pétillant. Merci Olga.

Écrit par : christiane | 03/09/2016

__________________________________________________

voler en autogyre, planer au-dessus des pruniers ?
Écrit par : olga | 03/09/2016

On l'a échappé belle à un moment on en était à la fermeture de Nancy ! On serait allé à Lunéville ou Metz... Même les footeux ! C'est marrant quand on les voit faire les VIP pour embarquer...

Et puis tout soudain c'est le contraire on rallonge la piste ! On pouvait déjà accueillir de petits biréacteurs maintenant ça sera des un peu plus gros ; et l'aéro-club est tranquille...

Écrit par : Sergio | 03/09/2016

*********************************************
Comme tout le monde a été sage, je sors mes deux monstres : Tony Bennett et Amy Winehouse dans "Body and Soul" ...
https://youtu.be/_OFMkCeP6ok

Écrit par : JC..... 8h10 | 04/09/2016

*********************************************
Tony Bennett : 1926, vivant
Amy Winehouse : 1983, morte
"On est peu de chose et la vie est mal faite", comme dit un éboueur de mes amis qui travaille dans un domaine où le bon sens doit primer

Écrit par : JC..... 8h10 | 04/09/2016

___________________________________________________

A un moment je voulais faire cela, éboueur ; d'abord ça devait gagner pas mal, et surtout ça bosse que de nuit, donc j'aurais eu toutes mes journées pour peindre !

Écrit par : Sergio | 04/09/2016

*********************************************
Une belle histoire d'éboueur : ça se passe aux USA, le type fatigué se couche dans la mâchoire de la benne et s'endort pour un petit repos, arrive l'orage, la foudre, le court circuit, et la mâchoire supérieure de la benne racle, gratte, gratte et envoie l'éboueur au fond des détritus, où il meurt.
Bon ! Un nègre de plus ou de moins, c'est pas bien grave hein !...

Écrit par : JC..... 8h10 | 05/09/2016

___________________________________________________

J'aimais bien, les Noirs : on écoutait John Williams, et puis haprès Percy Sledge et Honlillou, mais là c'était après quand on fûmes des hommes libérés...

Écrit par : Sergio | 05/09/2016

*********************************************
Etudiant en maths, je jouais du jazz en trio classique, piano basse batterie, avec un malgache en Ecole d'Ingénieurs et un Camerounais, négroïde bien noir, sympa comme tout.

J'ai un souvenir qui se dégage au dessus de tous les autres, souvenir qui le rend immortel pour moi, ce putain de nègre !

On jouait certains thèmes en plaçant un break de 4 temps où on devait stopper net, tous ensemble, une mesure de silence, puis on reprenait plein pot. Ce putain de Camerounais nous faisait mourir de rire, et le public restreint qui nous écoutait en cave idem, car on l'entendait compter tout bas : "un, deux, twois, quatwe...", de peur de rater la reprise ...

Je ne sais pas pourquoi je vous raconte ça, probablement parce que les mémères ont déserté l'endroit, et qu'en conséquence il est normal que les jeunes s'éclatent ...

Écrit par : JC..... 9h05 | 06/09/2016

__________________________________________________

en maths
Écrit par : JC..... 9h05 | 06/09/2016

Boh maintenant j'en suis à lire des bouquins sur les fractales comme on lit le prochain Goncourt ça doit être grave, peut-être, non ? C'est fait par des types calés là-dedans ; premier coup je comprends absolument rien je fais comme pour Finnegans je recommence... Je pige une équation ! Un membre de phrase...

Les dessins ça va, forcément... Je recommence au tout début ; je pige une seconde équation, qui dit le contraire de la première ! J'insiste un peu je comprends un autre membre de phrase...

Je recommence au tout début...

Écrit par : Sergio | 06/09/2016

*********************************************
Les fractales, normalement, ça fait peur à tout le monde car ça décrit bien l'arborescence chaotique ordonnée .... comme dans les pensées qui se succèdent dans le choux-fleur du cerveau du bolo qui attend le bus.
Mettre de l'ordre là où il n'apparait pas... travail d'éboueur, non ?

Écrit par : JC..... 17h07 | 06/09/2016

*********************************************
Eh ! les filles ?! Où êtes vous ?... Où sont les pompom girls à Sergio ... ?

Écrit par : JC..... 17h07 | 06/09/2016

__________________________________________________

travail d'éboueur, non ?
Écrit par : JC..... 17h07 | 06/09/2016

Chaque fois je me dis, les gars qui sont arrivés en fac dans les années soixante-dix pour faire des maths, essayer d'accrocher un CNRS quelconque, et qui comme dans un conte de fées se sont trouvés au contact des équipes Mandelbrot, quand même sympa, non ?

Écrit par : Sergio | 06/09/2016

Salut les matheux fractaleux! Au fait, je ne suis pas une mémère, j'ai des déshabillés avec des cols en plume et je me promène pieds nus ,avec des ongles carminés, que cela soit dit !! Occupée avec des machins qui n'arrivent qu'à Buster Keaton, amie d'une chipie rousse qu'on appelle Pierre Richard..tout explose entre ses mains...et prête à exposer sur les réseaux sociaux les crottes de mes voisins...Vs savez presque tout.presque ai-je dit..
Fichus matheux,qui sont plus mélodieux que les litt. ou les phi enveloppés dans Heidegger. Un mien cousin qui logeait aux Mines bd ST-Michel, le Resto U le plus degueu de la circonscription, s'entraînait avec ses potes, grds matheux devant l'Eternel, à tirer au pistolet dans les couloirs. Ma tante, qui avait peur que son rejeton dépérisse, me confiait qd j'allais à Paris, des paniers pleins de fromages, du crottin au pont-lévêque; qui telle la pomme de G Tell, leur servaient de cible , au-dessus de ma tête. Peut-être en ai-je quelque immémorial souvenir....
Sergio, vs m'étonnez, comment pouvez-vs dire que vs avalez un livre sur les fractales aussi goulûment qu'un Gongourt. Quel manque de discernement, pour un homme raffiné .. Je n'ai tjrs pas compris ce que vs faîtes sur la piste, no matter, ce sont vos "fractales" qui m'intéressent. Pourtant,je n'arrive pas à conjuguer et assortir fractales et dessin. Vous écrivez une histoire en dessins comme Schuiten ou ..zut un trou.Au fait, vs avez lu "les gommes" ? ?
Je lis peu la rdl, "ils" manquent d'imagination ds l'insulte; ça devient banal; même vous J.C. vos trouvailles sont plates. Sus aux méchants..Sortez vos dagues.
J'avais ouvert mon PC pour attirer votre attention sur les petits et adorables sangliers qui sont allés sagement avec leur maman se baigner sur une plage de Cerbère. Je connais un étang en Sologne, auquel on peut accéder, ce qui est rare; ns y allions prendre des bains de pieds, en tenue légère; une après-midi, nous avions découvert les bords entièrement labourés, dévastés par une horde, harde ?? d'énormes sangliers ,vus le lendemain en pleine action,une trouille pas possible. Ceux de Cerbère sont de mignons citadins , avec de soyeuses rayures, et très bien élevés.
Et vos tourterelles, J.C.?elles font ami-ami avec vos chatons ?
Je suis en train de lire "le sel du désert" d'Odette de Puygaudau qui en 1936, avec une amie, traversa le Sahara, à dos de chameau pour accompagner l'Azalaï; passionnant. Un jour, peut-être, je vous raconterai comment j'ai traversé le Chott El Djerid, avec ma simca 1000.... Belle soirée à vous deux et aux filles en vacances.

Écrit par : olga | 06/09/2016

__________________________________________________

vos trouvailles sont plates.
Écrit par : olga | 06/09/2016

Houi mais moi c'est encore pirement pareil, je regarde tristement ce que mettent les braves sur la RDL, y a aucune pensée d'humour jubilatoire qui vient dans mon chapeau, lequel se transforme ainsi en bonnet d'âne.

Et justement j'y pensais cet après-midi à partir de je sais plus quoi, lorsqu'on trouve quelque chose qui vibre un peu, même quelques milliardièmes de seconde, eh bien on n'en est jamais vraiment l'auteur ; l'ordre des mots, leur choix, on peut triturer cela durant des heures en essayant d'appareiller les contraintes, rien ne vaut la petite phrase idiote qui, comme on pourrait dire, vit dès sa naissance... Et qui bien sûr, faut-il le rappeler, naît sans prévenir...

Écrit par : Sergio | 06/09/2016

---------------------------------------------------------------------------------
Thierry Metz - "Terre" (éd. Opales/Pleine page)

fragments :
"L'écriture parfois comme un vide. Comme un seau qu'il ne faut pas renverser
sans quoi on ne pourrait rien dire
C'est parfois comme si j'avais perdu la parole
une parole qui se met hors de moi
je retourne dans mes pas
--------------------------------------------------------------
J'écris comme si je résistais
comme un petit serpent
-------------------------------------------------------------------------
Je suis tombé
dans mes pas
jusqu'à les suivre.
Jusqu'à ne plus dormir.
------------------------------------------------------------------------
Écrire même n'est pas ce que je cherche. Même si je le fais. L'écriture ne m'a laissé que mes mains et je m'en sers pour autre chose : à me solder de tous comptes pour chacun de mes mots. Avec ce qu'il en reste.
Car c'est ainsi
dès que je touche le carnet
il se détourne
me distance
exige d'autres bords.
Je n'ai que sa blancheur toujours éparse
laconique
---------------------------------------------------------------------
Car c'est ici qu'écrire m'attend - d'être plus ou moins ce que je suis, me hissant jusqu'à faire ce dont je suis capable.
------------------------------------------------------------------------
Oui, c'est comme ça, avec ou sans écriture : tout, tout ce jour, toute cette nuit amassée, enroulée comme un câble..."

Maçon, il écrivait la nuit. Quelques brassées de ses mots que j'ai sarclés dans son livre pour vous dont j'aime la langue libre et goûteuse.

Écrit par : christiane | 06/09/2016

__________________________________________________

avalez un livre sur les fractales aussi goulûment qu'un Gongourt.
Écrit par : olga | 06/09/2016

C'est pas ézactement ça, bien sûr, mais maintenant je m'enrage sur les trucs. Car fractales ou Goncourt, c'est bien le même minéral, de la pensée, même pas strictement humaine, de la pensée including les halligators interposés.

En fait il y a aussi un certain irrédentisme vis-à-vis des corps enseignants ; naturellement il faut pas le dire à Christiane, pour pas qu'elle le sache, mais enfin ils sont très hautement coupables & récidivistes : chaque fois que je comprends un truc en maths (ou ailleurs, finalement), je me dis : c'est pas comme ça que je l'aurais dit !

Et le clou c'est que toute ma famille en était investituée, de corps enseignants, mais en proportions essetraordinaires pires que des migrants, ce qui fait que les gus qui ont juste été élèves on est pas nombreux, dont moi...

Écrit par : Sergio | 06/09/2016

*********************************************
TOURTERELLES NEWS
Les chats, chatte et chat, arrivés du refuge sont maintenant parfaitement intégrés dans leur domaine, ils étaient nerveux, ils sont adorables et assassinent tout ce qui bouge sous les pins, mouches, chenilles, lézards, gekkos, que je tente de sauver en me demandant si s'opposer à la cruelle Nature est bien ! Grande forme féline...

Le problème, avec les tourterelles, est le vivre-ensemble avec les chats : elles voient dans les mirettes félines une volonté prédatrice, une violence naturelle, un goût du meurtre qui les maintient à distance. Question de culture ...

Lorsque je leur donne à manger à la main, les deux chats me regardent à quelques encablures, en ne comprenant pas pourquoi, bien placé comme je le suis auprès d'elles, je ne leur brise pas les ailes pour les leur offrir comme jouets vivants ...

Puis elles s'envolent retrouver leurs œufs dans les nids que les pies pillent* sans le moindre respect. Ah ! vivre ensemble dans la nature, c'est impossible ! Comme dans les quartiers !
*je laisse 'pies pillent', j'adore...

Écrit par : JC..... 8h17 | 07/09/2016

*********************************************
"même vous J.C. vos trouvailles sont plates." (olga)

Exact ! C'est la faute à mon excellente éducation : j'ai l'injure plate ! Le manque d'entrainement, peut-être ?
Ou bien ... "L'amour de l'humain", comme dirait un cannibale de mes amis, en se suçant les doigts rouges du sang de ce contrôleur du fisc venu l'ennuyer...

Écrit par : JC..... 8h47 | 07/09/2016

___________________________________________________________
Oh que si, Sergio, je comprends. J'ai fait partie de cette maison E.N. par hasard (ma mère ayant détruit ma convocation pour le concours de l'école Duperré. " avenir de misère, disait-elle") donc le choix était restreint : entrer dans le monde du travail ou réussir le concours d'entrée dans un internat style École Normale pris en charge par l’État). Dans ce lieu, bouclée, je faisais le mur la nuit avec des amoureuses pour me balader en solitaire, libre).
Plus tard dans "mes classes" c'était extravagant. La créativité, le questionnement, la parole, la littérature l'ont toujours emporter sur les apprentissages dits classiques. Pour les maths (style résolution d'un problème avec croquis), je disais aux enfants de ne rien effacer pour garder la trace de leurs cheminements, plus importants que la solution. Puis on comparait, on discutait. Je les emmenais hors des murs de l'école pour observer et dessiner et écrire la vie proche. Dans la bibliothèque ils allaient, explorant, revenaient avec leurs livres coup-de-cœur. Ils lisaient, on écoutait. On s'échangeait. On parlait des auteurs, des livres.
L'école ? c'était le sas entre l'après et l'avant, un goût de chapardage : la culture ça se vole, on ne la tête pas au biberon.
Bref, j'ai aimé ces hordes sauvages du "9-3" et ces cheminements intellectuels capable de soulever la désespérance du quotidien de bien des gamins.
Pour l'écriture, je relisais Thierry Metz, hier au soir. Une vie si douloureuse (mort de son fils et lui-même, pour lui, accélérera le passage....). Pourquoi cet acharnement écrire ? Là où vous, répandez les mots (et quels mots !) avec une déroutante facilité et presque sans nécessité. Ludiques, souvent sont vos écritures. Une sorte de jeu à prendre avec recul où ce qui est dit cache ce qui n'est pas dit.
Oui, chez Paul Edel c'est très sérieux, beau, minéral, une mine de métaux rares à ciel ouvert.
Oui, sur la RDL, c'est l'empire des ego divagants, l'insulte, l'incompréhension... Bruegel... avec de temps à autre, sous la valse à mille temps des pseudos, des pépites.
Passé le w.e aux urgences d'un hosto parisien... ça fait réfléchir. Non, ce n'était pas les "vacances", Olga.

Écrit par : christiane | 07/09/2016

*********************************************
Ah ! les Urgences .... quel lieu de réflexion, qu'on attende pour soi, ou pour un proche...

Écrit par : JC..... 8h57 | 07/09/2016

___________________________________________________

du sang de ce contrôleur du fisc venu l'ennuyer...
Écrit par : JC..... 8h47 | 07/09/2016

Ils ont du sang comme les rattle snake, non ? Vert... Et en plus c'est pas ça le plus grave, qui l'avait laissé vivre AVANT ? Il faut rechercher les responsabilités la lumière...

Écrit par : Sergio | 07/09/2016

Vous êtes géniaux; je vous lis en vitesse; des problèmes partout, problemo, et un chalazion , un ! et le genou qui....etc....
J.C. superbe votre texte sur les tourterelles, une merveille. Qd j'étais élève, en 6° ds un lycée de garçons, oui! mes parents pensaient que ds un lycée de filles,on n'apprenait rien; et puis mon grand cousin y était élève en 2° ou 1°, un aigle qui trustait ts les prix, avec son père, mon oncle, qui parlait la langue de Goethe
et chantait Wagner, en all,au dessert....ça marque ! Alors j'ai fait du latin, avec passion, puis du grec avec encore plus de passion; et j'ai appris à ma mère toute la morphologie,gr, lat; comme j'aimais jouer, je n'avais plus qu'à l'écouter, et c'était ds la poche, enfin ds la tête ! J'ai vécu ds des jardins magnifiques avec des parents qui savaient mal comment élever une petite fille qui lisait enfouie ds les greniers. J'ai vite pris conscience que j'avais de la chance.
Aujourd'hui, je trouve les énarques laids et cons.Totalement secs; en fait ce sont des sous-préfets améliorés...
Les rdl..... comme dit Michaux; enfin pas à tous. J'ai écouté la "chanson de minuit" de Nietzsche, mis en ligne par wgg, c'est d'une beauté folle, la cantatrice a une voix simple ,sans ornement. Je ne sais où ,l'enregistrement.J'ai trouvé le texte traduit; le lien de wgg était le 6 à23h38.
Dessin, peinture, fractale, voile,les clés de l'imaginaire.
Christiane, j'espère que les urgences, c'était éphémère;remettez-vs, vite.
(j'ai effacé les erdeliens, ce n'était pas utile)Byzz olga

Écrit par : olga | 07/09/2016

__________________________________________________

La créativité, le questionnement, la parole, la littérature l'ont toujours emporter sur les apprentissages dits classiques.
Écrit par : christiane | 07/09/2016

Des fois les méthodes de brute ça fait du chiffre... En latin, en sixième, des cours de deux heures et au début de chacun, interro écrite genre dix mots de vocabulaire plus deux conjugaisons plus deux déclinaisons. Elle corrigeait en même temps qu'on rendait les feuilles. Quand le dernier (parfois moi), rendait sa feuille, une minute pour corriger et elle rendait les quarante interros notées ! Le tout en vingt minutes... Après seulement le cours proprement dit commençait.

L'année suivante je change de classe pour passer dans une cinquième de germanistes . Bon ; mais là y avait tous les cadors les futurs hellénisants et autres. Nouveau professeur de latin, et elle cette fois très intéressante en cours, genre qui avait un peu son petit fan-club dans les couloirs etc. Quand même, il y avait des interros, moins bien sûr. En cinquième j'avais commencé à plus trop me tuer, forcément... Pendant les deux premiers trimestres il y avait un tel décalage en latin, morphologie syntaxe, avec même les plus balèzes des plus balèzes de la nouvelle classe qu'ils étaient distancés à un point inimaginable et même incompréhensible, sans que je fasse quoi que ce soit ! Jusqu'à l'effondrement de la roche tarpéienne bien sûr...

Mais bien plus tard j'ai donné quelques cours du soir en allemand, j'étais très adepte des cabines de langues et de la vidéo, qui commençait ; mais j'ai pas pu résister, entre midi je leur préparais des interros avec du vocabulaire et des subjonctifs... En cinq minutes c'était fait je corrigeais tout de suite. Ben finalement ils aimaient bien on en rigolait quand même...

Écrit par : Sergio | 07/09/2016

Halors comme ça vs avez fait du latin ! sergio, bienvenue au club. De tte ma scolarité, je n'ai eu que des profs-hommes, sauf 1 femme, prof de maths, sééévèèère !
En latin, c'était haut de gamme, on avait zéro ou vingt; un prof extra avec 1 interro écrite à chaque cours; impossible de traîner la jambe; et le prof de grec, un vrai loukoum qui ns adorait; on partait pour un cours de 2h, dans un grand parc avec jet d'eau; on s'installait autour du bassin et on parlait grec à grand gosier, il fallait dominer le bruit des gouttes d'eau. Un régal. On se voyait déjà sur les bords de l'Illisos, devisant avec Socrate !
On était archi-joyeux,on faisait des balades à vélo, on photographiait les églises romanes, les abbayes, les ruines romaines,et chaque semaine on avait une compo; mes fils se st beaucoup ennuyés au lycée; pas d'entrain, rien de joyeux,sinistrose..le français, assez ch...Quand il m'arrivait de jeter un oeil sur leurs classeurs, des dessins partout,qui en disaient long sur les friches de leur esprit.
Allez, un flash-back heureux, avant de lire 3,4 pages de l'azalaî; quand je pense que bientôt il n'y aura plus de chameaux à 1 bosse,à 2 bosses, dans le désert; effroi; les grands singes disparaissent,les grands dos argentés, qu'est-ce qu'on est cons.

Écrit par : olga | 08/09/2016

*********************************************
"qu'est ce qu'on est cons !" (olga)
Pas d'amalgame....
Ne généralisons pas trop vite !
Chez Sergio, il y a la qualité

Écrit par : JC..... 8h48 | 08/09/2016

Hé J.C. il y a une différence entre "ON", indéfini tapi dans l'ombre, et "Nous" pr. personnel qui renvoie à un groupe défini.
A Bornéo, il n'y a plus d'espace pour les singes;toutes les terres défrichées, les forêts abattues, ils sont tirés comme des lapins, ou ils crèvent de faim.Le sultan du Bruneï laisse ses 300 torpédos couvertes d'or, aux plumeaux de sa valetaille,s'escrimer à la faire reluire,quel but..
Autrefois, j'avais acheté une demi baleine au Commandant Coustaud, au nom de mes fils; pour qu'elle soit suivie,surveillée, même si je n'aime pas les colliers ou les puces qu'on leur pose.Quand je suis un voilier, sur STW par ex, ou un blog de voileux, je découvre des photos, maladroites parfois, ou je lis des récits de poissons volants; naïveté, peut-être, mais plaisir; l'homme en bikini n'est pas seul humain.
Propos de bazar, tant pis. Je suis le maillon faible !

Écrit par : olga | 08/09/2016

__________________________________________________

"qu'est ce qu'on est cons !" (olga)
Pas d'amalgame....
Ne généralisons pas trop vite !
Écrit par : JC..... 8h48 | 08/09/2016

Houi mais il y a un autre problème, drastique ; chais pas ce que c'est, drastique, mais ça a l'air de faire pas mal.

Dont-on dire :

Qu'on est cons

ou

Qu'on est con

Point d'interrogation.

Ca ça peut couper un pays en deux jusques et y compris Vaduz et Andorre-la-vieille...

Écrit par : Sergio | 08/09/2016

__________________________________________________

Halors comme ça vs avez fait du latin !
Écrit par : olga | 08/09/2016

Ca encore c'était évident : les "modernes" c'était comme des sortes de migrants... Mais le mieux, c'est pourquoi j'ai fait du russe.

Ce que je voulais, c'était le grec, parce que, disons-le, c'était le plus chic et voilà tout ; de plus c'était réputé un peu plus facile que le latin, donc c'était essayer de figurer parmi les cadors pour pas trop cher.

Ma mère n'en avait pas fait, j'ai jamais su pourquoi (les lycées de filles ?), elle trouvait cela un peu anachronique quand même ; mon père lui en avait fait mais se trouvait en plein dans la vie très moderne d'ingénieur, aussi la culture pour la culture... En gros c'était un truc de salon, de mondains ! Et comme il rentrait d'un voyage en URSS à l'époque pour le boulot, il conclut :

- Si tu veux faire quelque chose de tordu (maintenant on dirait "exotique"), eh bien fais du russe !

Mais je pense pas que mon prénom ait quelque chose à y voir, ou alors c'est bien caché !

Écrit par : Sergio | 08/09/2016

Excellente remarque, il faut dire "on est con"; enfin, mieux vaudrait trouver un truc du genre "va, je ne te hais point" , plus raffiné. J'ai lu quasi tout le toutim de la rdl,ce jour; du superbe, tel:
"ablette d'aquarium médiatique
le corps galactique de dédé
léautaud aristocrate de la cuisse"
Enfin, le dernier m'a sidérée, un jour d'il y a lgts, j'ai croisé Léautaud,aux Tuileries; ça sentait pas la rose; ni même le chien de salon.
Le grec ,facile, you make a dream ! passé le charme des gouttes d'eau dans un parc, il fallait enfiler des kyrielles de conjugaisons, avec le duel, les aoristes ,premier et second, des modes inconnus,et des dizaines de pages de verbes irréguliers; de quoi décourager un hippopotame...mais pas ma mère..Et, ceci engrangé, on découvrait que quelques zorateurs rattiques, parlaient comme ça; des histoires de sycophantes,hallalla; les Tragiques ne morphologisaient pas comme Aristophane, Thucydide ne faisait rien comme Hérodote; et Homère avec 36 Chants au compteur ,s'offrait carrément un idiome pour lui tout seul,puisqu'il était poëte.En plus les éditions qu'on ns fournissait un jour d'exam ou de concours étaient all,Teubner ou angl,Oxford. avec des apparats critiques en bas de page, pires que du Proust en tartines...
Quand je fus revenue à la vie normale, j'appris le Russe avec Alexandra, et à jouer de la balalaïka; et j'ai entraîné avec moa, le directeur de la Tour de Contrôle, qqs aiguilleurs(du ciel) et tout le staff de la météo;avec mon moniteur. Des souvenirs jouissifs, inoubliables. J'ai ressorti mes vieux classeurs, mais l'enthousiasme est froid;quelle langue magnifique, et les casquettes de Maïakovski, donc.
J'ai cru comprendre que quelques âmes en peine traînaient,en douce, leurs oreilles sur ce blog, des déçu(e)s de rdl; no matter elles ne parlent pas le "tourterelle en clé de fa"...

Écrit par : olga | 08/09/2016

__________________________________________________

à jouer de la balalaïka
Écrit par : olga | 08/09/2016

Halor ça c'est le drame : mes parents m'ont offert le voyage en Russie, ma deuxième langue, donc, mais pas question d'un kopeck d'argent de poche, des fois que je franchisse les je ne sais plus combien de cercles de Dante Alighieri.

Et des balalaïkas, y avait que ça ! Même le marxisme-léninisme n'avait pu les éradiquer comme Pierre premier les barbes... Et tout le monde d'en ramener parfois deux ! Enfin d'Allemagne j'avais pu trouver un Maultrommel...

Écrit par : Sergio | 08/09/2016

__________________________________________________

quelques âmes en peine traînaient,en douce, leurs oreilles sur ce blog
Écrit par : olga | 08/09/2016

Ben faut qu'i parlent havec des mots ! Des lettres... Le sator ! des petits dessins... Hon est multicarburants polylingues justement on cherche des islamistes rouges c'est comme les chomadaires en voie de disparition...

Écrit par : Sergio | 08/09/2016

___________________________________________________

j'ai croisé Léautaud,aux Tuileries; ça sentait pas la rose; ni même le chien de salon.
Écrit par : olga | 08/09/2016

- Les hommes qui sentent la sueur et l'alcool m'excitent, matelot !

Réplique tirée de la série Condor...

Écrit par : Sergio | 09/09/2016

--------------

Hello,

un petit mot sur ce "on" qu'on accorde ou pas. Je me posais récemment la même question Sergio et faisais quelques recherches. Voici ce que j'ai trouvé.

Aujourd'hui (?) on conseille d'accorder le participe SI l'on connait ce "on".
Exemple : Ma soeur et moi sommes allées au cinéma. On est revenues ravies.

Mais on ne l'accorde pas si ce "on" est un "on" de généralisation, un "on" inconnu quoi, ravi ou pas.

Sinon j'ai appris comme Olga à ne pas l'accorder, d'où mon étonnement et mes recherches devant la multiplication des petits accordés "on".

Une autre faute se propage à la vitesse du son : le SI il, même sur la RDL ça se trouve des "si il" !

;)

Écrit par : chiara | 14/09/2016

Les commentaires sont fermés.