Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2016

Vamos

balu.jpg

 

A la playa... Ceci est un brouillon, mais finalement c'est le genre de trucs que l'on garde ad vitam, parce que si on rajoute ci ou éclaire comme ça... Par exemple la lanterne, même pas reproportionnée tant l'urgence était fébrile, personne a pu savoir ni en particulier moi pour quelle raisons il se fait qu'elle est garée là comme une loque. A priori c'est le genre à être venu ici pour donner l'échelle, mais maintenant je me dis que la faire luire dans le brouillard avec des occlusions dans tous les coins, halor là, challainege !

 

D'ailleurs en vrai on mettrait même des tables, des chaises et des gus, parce qu'à Nancy on n'aime pas fumer debout, mais par moins trente-cinq là no problemo. Le brouillard c'est tout simplement un shader qui me le fait, au rendu ça commence à ralentir un peu pour les calculs, ça serait pire si j'avais inventé le halo lumineux, mais enfin lugubraustère j'aime bien aussi et puis d'une certaine manière ça fait encore plus froid...

 

 

Le "quelle raisons", je le laisse... On va hinventer des grammaires essespécialisées...

Commentaires

Exactement le temps du jour en Tarentaise,
impossible de trouver l'entrée du bar, ni celle de la boite à gants.
Le whisky manque, les glaçons sont seuls, les chiens cherchent les réverbères, les choucas rôdent, j'angoisse.
Vivement la playa !

Écrit par : pado | 17/04/2016

__________________________________________________

L'entrée du bar, l'entrée du bar... Evidemment avec une avalanche de catastrophes pareille ! Mais bon, s'il y a une énorme vitre bleue, ça peut être la défense passive... Dans ce cas en pratiquant une discrète ouverture, en se mettant à quelques-uns anonymes inconnus...

Je m'étais fait copain avec un (jeune) bistrotier, fallait absolument que je passe chez lui un jour ; ce jour arrive je m'amène sur une rutilante neuve moto, le soir après dîner, mettons, je le trouve... au sol (de la salle du bistrot, donc) en train de terminer à bras raccourcis un désastreux qui du coup s'en prenait tant et plus ! J'avais surtout peur pour ma superbe combine en veau agneau... Et pour l'enlever c'était un quart d'heure ! Mais visiblement il avait pas le moindre besoin d'aide...

Écrit par : Sergio | 17/04/2016

...ombres flottantes, le monde n'apparait jamais que voilé...

Écrit par : mélancolie | 17/04/2016

___________________________________________________

...ombres flottantes, le monde n'apparait jamais que voilé...
Écrit par : mélancolie | 17/04/2016

Je voyais cela dans un brouillard quand même un peu terrible, de ceux qui empêcheraient presque de se déplacer, et qui de ce fait nous maintiennent dans le moment présent : on ne sait pas ce que l'on fera quatre heures après ; enfin que cela soit simplement suggéré, même à Nancy cela n'arrive quand même pas beaucoup...

Écrit par : Sergio | 17/04/2016

Oui cela aurait ressemblé à Avoriaz, lanterne allumée.
Là comme ça c'est just a perfect day la nuit.
Gare d'Austerlugdubrum (un mariage de gare parisienne et lyonnaise, Lutèce-Lugdunum, parfumé au gaz Auer autrichien mais muet), où tous les voyageurs s'habillent en cuir d'agneau de chamois des Alpes côté italien, un soir de partie de tennis entre un Synge en hiver et une Anne-Marie Stretter en été.
Poussière du brouillard de la terre battue, sablage des étoiles d'hiers, le gagnant ou la gagnante remporte le droit d'aller défoncer la tronche en forme de vase Ming d'un sniper de derrière les zincs et les comptoirs en compagnie d'Hemingway.
Tiens au fait, Sergio, est-ce que tu savais que l'hôtel Lutécia est en réfection complète ?
Depuis l'automne les proprios ont jeté un énorme trompe l'oeil sur la façade.
Pendant les travaux, la dérouille des clients par le sommelier du bar continue.
Contrôle technique bien à toi.

Écrit par : lewshima | 18/04/2016

*********************************************
Ma mère, une sainte femme, me disait lorsqu'il y avait - fait rarissime- un peu de brouillard ou quelques flocons de neige dans nos régions tempérées du Sud :
"Reste à la maison, mon pitchounet, tu vas pas te casser une jambe pour aller à l'école, apprendre un truc qui te servira à rien !"
Cette leçon m'a servi, elle, et je m'en sers encore...

Écrit par : JC..... | 18/04/2016

Le réverbère a un côté travaillé roccoco, qui ne passe pas inaperçu. Je n'ai que le temps de vous dire que: je n'ai été ni battue, ni lynchée, ni violentée, je me suis...ennuyée. A plus, très pressée.

Écrit par : lola | 18/04/2016

___________________________________________________

Cette leçon m'a servi, elle, et je m'en sers encore...
Écrit par : JC..... | 18/04/2016

J'ai pas tué j'ai pas volé, et caetera...

Écrit par : Sergio | 18/04/2016

__________________________________________________

est-ce que tu savais que l'hôtel Lutécia est en réfection
Écrit par : lewshima | 18/04/2016

Ah mais non ! Normalement c'est juste avant les guerres mondiales... Y a du Passou là-dessous, ça c'est sûr !

Ou on est encore racheté ? Je crois que la place Stan est encore à peu près française, mais va savoir... Le Grand hôtel de la reine est chez Accord, à moins que..

Écrit par : Sergio | 18/04/2016

_____________________________________

Les réfections permettent de vendre les bijoux de famille pour refaire le carrelage des salles de bains.
Il y a deux ans Bergé vendait les petites cuillères du Lutetia
http://www.pba-auctions.com/html/index.jsp?id=19240&lng=fr&npp=1000

L'expo était assez chouette.

Un an plus tôt le Plaza avait bradé les siennes mais surtout le bar de Patrick Jouin, un truc à picoler des Negronis en écoutant Charlie Parker jusqu'à la fin des temps.

Écrit par : pado | 18/04/2016

----
Le brouillard on dirait l'Auvergne, mais y a peut-être pas de lampadaire de la sorte, si ? Nous on allait en Aveyron, grand soleil et une seconde plus tard grand brouillard à plus voir les salers, à se croire au coeur de l'hiver. Nancy on a jamais essayé. Belle atmosphère Sergio, brouillard nocturne très évocateur.

Lola, j'ai eu peur pour vous, mais rassurée de votre bonne santé comme de votre ennui.

Écrit par : Chiara | 18/04/2016

_________________________________________________

Le brouillard on dirait l'Auvergne
Écrit par : Chiara | 18/04/2016

Un quinze août je m'arrête au-dessus de Bort-les-orgues pour passer la nuit dans la verte, dans ma seule combine, le Lutetia étant désespérément trop loin (d'ailleurs je sais pas si les voituriers ont le permis moto...).

Il a gelé ! La combinaison en carton, du verglas sur la route... Et à l'approche de Bort, un brouillard je voyais plus mon guidon ! Je suis quand même resté vivant, pour embêter l'Organisation...

Écrit par : Sergio | 19/04/2016

Une combine en veau agneau, mince alors! ne le criez pas sur les toits, des fois que des défenseurs écolo passent par là ...Ils vont vs faire la peau...Imaginons, vs vs envolez sur la Yam ,en veau agneau, vous arrivez chez votre ami Jules qui vs attend pour casser une croûte, avec toute sa petite famille. Vous avez emporté , dans la boîte à gants votre Smalto ou votre short à fleurs ?? Ne répondez pas, question insolente.
Chiara, rien à craindre , les Nuits debout sont très calmes,le jour; on mange, on boit, y'a des bambins avec leurs mamans, des grands'pères qui repeignent leurs souvenirs; 5mn de parole ça suffit pour refaire le monde; le débat c'était un condensé de S.Dav ....J'ai raté Varoufakis, pas d'chance.

Écrit par : lola | 19/04/2016

*********************************************
Lola, vous confirmez par votre témoignage que NUIT DEBOUT n'est qu'une distraction à la mode : un Disneyland gratuit .... je ne vous savais pas si gamine !

Écrit par : JC..... | 19/04/2016

__________________________________________________

des défenseurs écolo passent par là ...
Écrit par : lola | 19/04/2016

C'est vrai que... Ca devait être que du boeuf ! Mais je l'ai toujours : je vas i demander s'il y a une bête dedans...

Écrit par : Sergio | 19/04/2016

Du veau, de la vache, du boeuf,
yatil une différence pour l'écolo défenseur ?

Écrit par : pado | 19/04/2016

Voyons, JC, pour inventer des recettes où les zoignons pleurent des larmes de sang...il faut avoir un grain, n'est-il pas !! Et puis je ne suis restée que le temps imparti....on voit des gentils, qui, comme ils le répètent, ne sont là qu'à titre perso ; ceux qui ont les crocs sont derrière le rideau, comme ds le théâtre d'ombres, chinois. Certains disaient...j'ai peur de rougir en parlant
Sergio, le maître, ici, raconta, il y a peu, cette histoire horrible où des crocos buvaient le sable des dunes...avec des scorpions au dessert ....Sergio, un homme en veau mouton, dire des choses pareilles, tout de même. La brise est douce dans votre île édenique ,JC?

Écrit par : lola | 19/04/2016

__________________________________________________

yatil une différence pour l'écolo défenseur ?
Écrit par : pado | 19/04/2016

Et encore, il y a les gus anti-corridistes ! J'en ai regardé une une fois au cinéma je suis tombé dans les pommes à la huitième seconde, direction le trottoir dehors l'alcool de menthe ; maintenant je tombe plus dans les pommes à la place je suis alcoolique ! Sales bêtes...

Écrit par : Sergio | 19/04/2016

__________________________________________________

Là comme ça c'est just a perfect day la nuit.
Écrit par : lewshima | 18/04/2016

Il y a un truc affreusement révélateur, c'est que tout le monde parle du beau brouillard de nuit ; good. Mais moi, quand je l'ai fait, cet ours, j'ai pas cherché à le faire de nuit ! J'ai voulu, mettons, un temps normal, sans réfléchir plus avant, sauf le brouillard, bien sûr, qui est le but.

Donc c'était vrai, qu'ici il fait nuit à quinze heures ! Misère... On est frappé jusqu'au fin fond du subconscient !

Écrit par : Sergio | 19/04/2016

Nuit à 15h, Sergio ? Et les fantômes arrivent à quelle heure ? Hier soir, j'ai pensé à vous.Après un bain très parfumé ( pour oublier les odeurs de la place; les pissotières demandées n'avaient pas encore été livrées; et les dames, alors ?) donc, j'ai vu en replay "cleo de 5à7" d'A.Varda, restauré. L'image que je croyais très surexp, le parc Montsouris entièrement blanc, effet onirique garanti, avait été filmé au tout petit matin; le chef op' avait fait le reste. l'action se déroule de 17 à 19h, cleo a des cheveux blancs et une robe noire avec des crevés qui s'ouvrent et bougent. Les rampes du Parc en faux branchages qui ressemblent à des serpents malades, et se tortillent au bord des escaliers, les immeubles de Paris, carrés, un mode bizarre. Scénario ? peu importe; un vent de liberté, plus de Gabin, deBebel dans des intrigues carabinées; un simple fil, on suit la fille dans Paris. Avec un petit film délirant dans des blancs éblouissants, godard et karina qui jouent à s'arroser,comme ds un vieux film américain. Blanc blanc blanc, des formes blanches qui bougent, y'a pas près de la Place, pour combattre les gris , et les blancs sales ? la précédente illu créait un effet de miroir glacé assez effrayant.

Écrit par : lola | 19/04/2016

-------------------------------------------------------------------
Sergio ça ne peut pas être le nuit, sinon le réverbère aurait été allumé, sauf si l'allumeur était en grève ou debout ailleurs la nuit...

Écrit par : Lucy | 19/04/2016

___________________________________________________

Mais l'allumeur, tant qu'il a rien allumé, i peut rien voir du tout ! On les retrouve à dache...

Écrit par : Sergio | 19/04/2016

__________________________________________________

plus de Gabin, de Bebel dans des intrigues carabinées; un simple fil, on suit la fille dans Paris.
Écrit par : lola | 19/04/2016

Cela me fait penser à Ulysses, même si, en soi, suivre une fille dans Paris ne peut qu'être une activité éminemment roborative...

A chaque fois que l'on veut échapper aux personnages (et bien sûr aux intrigues, parce qu'il faut les occuper, ces personnages), on est bien d'accord sur une chose, c'est que le temps peut se ralentir, se réduire à quelques heures ; mais comme il faut quand même décrire quelque chose, on est bien obligé de se raccrocher à finalement un stratagème, la visite, ou des mémoires (Hallier, Proust, Chateaubriand). Misère...

Claude Simon s'en sortirait mieux ; mais pas pour le Tramway.

Écrit par : Sergio | 20/04/2016

Très fine analyse, Sergio. D'accord pour Le Tramway; pourtant le tram, quel charm. Dans "Cléo" elle prend le bus avec un jeune soldat, en tenue, calot sur la tête; un bus à la Queneau, avec plateforme arrière, sonnette dring dring et contrôleur avec petite machine sur le ventre. Du vent, du soleil, des gus ou des petites vieilles dames qui courent, et hop! le contrôleur les hâle, les halle ? en vitesse... A l'heure actuelle, on est dans un bus comme dans un bocal, derrière des vitres fermées, quelle civilisation. Un bus, qui passe à toute blinde avec sa cargaison, place Stan, ça le ferait, en fractale ? LoL !!

Écrit par : lola | 20/04/2016

**********************************************
J'ai vu deux corridas dans ma courte vie ( n'est elle pas toujours courte ?), en réel, au soleil, au sang, aux marionnettes, au monstre, et deux choses apparaissent immédiatement :
- la puissance effrayante de la bête, donc le courage de ceux qui descendent dans le pot au noir se mettre en face
- la bêtise effrayante de ceux qui jouissent à ce spectacle immonde qui élève la bête seule, et dégrade les minus humains.
INTERDISEZ MOI CETTE MERDE ......!

Écrit par : JC..... | 20/04/2016

-------------------------------------------------------------------
Lola, j'ai vu Cléo il y a longtemps, j'avais peiné à aller jusqu'au bout.

Écrit par : Lucy | 20/04/2016

Ah mais l'exemple du guidon est excellent Sergio ( mais je n'aurais pas voulu être à votre place !) car je crois que la réussite de cette image vient de ce que le spectateur écarquille les yeux voir si ce n'est pas la silhouette d'un passant qui vient de disparaître, ou encore la presque certitude que quelqu'un ou quelque chose va survenir. Donc, ma petite idée Sergio c'est que le fortiche c'est de ne représenter personne mais de savoir, humer et pressentir qu'un malotrus/une malotruse va venir. On ne voit pas mais on visualise, chacun sa petite sauce, et l'image alors dépasse son cadre.
Ca c'est le truc super fortiche des photos de Eggleston. On croit qu'il photographie un mur ou un four. Mais c'est plus que cela : d'une certaine manière il photographie des présences non visibles dans des paysages, des intérieurs comme on le voit bien dans sa série sur Elvis par exemple, ou sa série sur Paris. Voyez Lola vous qui me parliez d'un éventuel rapprochement avec les balades d'un autre blogueur, c'est toute la différence. On n'est pas dans l'énumération ni la constatation d'un paysage. On dépasse cela. Et puis il y a l'esthétisme aussi. Eggleston peut photographier des trucs "moches" mais le résultat est exceptionnel, les couleurs, la composition parfaite.

Écrit par : Chiara | 20/04/2016

*********************************************
Toujours cru qu'EGGLESTON était une marque de pneumatiques.

Écrit par : JC..... | 20/04/2016

**********************************************
Chiara, j'ai été voir le travail de votre photographe....
A oublier, tant c'est nul et non advenu. Désolé, mais pourquoi vous mentirais-je ?

Écrit par : JC..... | 20/04/2016

-------------------
Aucune raison JC de mentir, en effet. Il n'y a que certains littéraires pour s'horrifier d'un avis différent du leur. Vous et moi savons bien...que nous nous en foutons ;)

Écrit par : chiara | 20/04/2016

J.C. sans attendre une seconde, je confirme, je plussoye comme on dit ,Néron chantait en grec, il s'accompagnait sur une lyre d'époque, était allé concourir en Grèce ( la Grande Grèce était alors le sud de l'Italie) et avait gagné des prix( ou si vs voulez était monté sur la caisse...).ollé, triple ovation pour Vous.
J'ai un RV MAIS j'ai eu l'idée de soulever le capot de mon PC, c'est du grand Art sur la RdL, jamais lu kèk chose d'aussi hilarant et déjanté. Tous à leur meilleur, vous pas mal, pas encore à leur niveau. Absolument exceptionnel , mieux que Ionesco, à son meilleur. Anthologie Anthologie !!!

Écrit par : lola | 20/04/2016

Sergio, vs êtes fou, pas de "modo", les chevaux sont lâchés, c'est à périr, tellement ils sont bons, vraiment bons. J'ai le visage tuméfié tellement je ris.
' Giraudoux à Valentine Tessier : vous êtes terrestre.
Je n'arrive pas à partir...

Écrit par : lola | 20/04/2016

__________________________________________________

pressentir qu'un malotrus/une malotruse va venir. On ne voit pas mais on visualise,
Écrit par : Chiara | 20/04/2016

Là ça commence à être sérieux, parce que, d'un autre côté, chacun sait s'il est médium ou non, en particulier dans les grandes circonstances, et souvent avec l'accompagnement d'une certaine liturgie.

Mais dans la vie courante, et pour tout le monde cette fois, mais peu souvent parce que l'on n'y pense pas beaucoup, il arrive manifestement que l'on soit capable de prédire une action imminente : apparition d'un personnage, effectivement, ou autrement succès ou échec d'un geste qu'on va effectuer, et un peu difficile : on se dit "cette fois ça va être bon", ou au contraire on sait que ça va encore foirer. Le problème, c'est que s'adjoignent à cette petite ESP d'une part de la méthode Coué, de l'autosuggestion, et aussi bien sûr sa propre expérience.

Mais cette sensation que j'évoque est pourtant bien caractéristique, pour peu qu'on lui prête attention, et bien identifiable comme on dit...

Écrit par : Sergio | 20/04/2016

Vos analyses ? remarquables. Je passe en coup de vent ? non y'a d'la brise.Ce soir,travail.
--J.C. je suis allée plusieurs fois à la Grande corrida de Pentecôte, à Nîmes, que j'aime; du temps où Picasso était aux 1°loges, avec toute sa bande et ses divines amies. 2 jours ou 3 jours ? la fête, partout. Spectacle grandiose, d'une exceptionnelle beauté, musique, costumes, cérémonial. Pour moi, la fête se gâtait avec les banderilles, sans rthme, sans raison avec des flots de sang qui se répandaient sur le sable et inondaient le taureau. La dernière partie est très belle avec le jeu du torero face au taureau. je pensais à l'état d'esprit du toréador, fixant le taureau, tendant son épée pour le tuer; impossible d'accepter la fin; j'ai lu des trucs, j'en ai parlé avec des afficionados, dire qu'il faut épargner le taureau les met en rage,et je me fais traiter, comme disent les enfants. Pourtant, il y aurait bien affrontement entre toro & torero .....oui, mais pas de Sacrifice. Je suis donc pour l'arrêt des corridas; tout en regrettant la fête.

Écrit par : lola | 20/04/2016

Sergio Chiara, à vous deux vous bâtissez une réflexion philosophique. J'ai lu qq chose de semblable, sur la panique, cet état indéfinissable qui entraîne la conscience à imagine ? pas vraiment, à guetter l'indéfinissable. Les chevaux d'Achille, dans l'Iliade. Les oiseaux dans le film ou certaines gravures... et plongé dans ce gris bizarre, avec ce réverbère d'opérette et les lignes droites des grilles, on attend . Dans le blanc miroir précédent, qui aurait bien pu survivre ? On pense à Hopper, pour moi, c'est sûr. Tous les personnages sont attirés vers des choses ou des paysages qui nous échappent, et que je ne cherche pas à inventer, plutôt entrer dans leur tête à eux. Et qui créent le trouble.
Chiara, j'avais regardé les photos. Je les reverrai, ce soir.

Écrit par : lola | 20/04/2016

Chiara. Prendre le temps. D'abord j'évacue la tarte à la crème, tu n'aimes pas, t'as le droit, mais tu ne me feras pas changer d'idée. Si je lis ce que vous écrivez, c'est pour, peut-être, changer d'idée.Avec cette restriction, sur un blog on n'échange pas en temps réel, et le dialogue parfois se réduit à un monologue.
J'avais vu les photos,sur le net, donc un format qui ne leur convient pas forcément; d'emblée j'avais aimé les couleurs saturées,les rouges, les bleus, peu m'importait le sujet,accessoire. Puis j'avais été étonnée par les "instantanées" femmes, hommes, enfants, quel intérêt pour lui, le photographe ? cadrage ?couleur ? pour moi ,quelconques. D'autres, inutiles, les caddys empilés. Mais il y a toutes les scènes de garages, magasins, saisies sur le vif, on dirait, mais très travaillées. Toutes, sans l'intrusion de la réflexion subjective du photographe,montrent des surfaces, suggèrent des histoires. Et ça, j'ai aimé; je ne sais pas si c'est "fort", mais j'aime vraiment.
J'ai envie de parler, vite, de la couleur chez wim wenders. L'ami américain, extraordinaire (film) usage de la couleur; Lisbonne story, fabuleux, des aplats jaunes ,stridents, du rouge. L'histoire ? la couleur seule la raconte, en même temps que les cadrages. Et il y a une parenté avec Egglestone.
J'ai aussi envie de dire que mon pt de vue sur la photo a changé au fil du temps; un jour, j'en ai eu marre de Lucien Clergue et des corps qui s'exhibent et jouent avec l'eau; marre des carcasses le long du Rhône. J'ai trié aussi mes photos, ah, les escaliers en NBl en couleurs, des pignons, des dunes dans le grand erg, des personnages ou amis, pittoresques, marre du portrait, des solarisations, des reflets dans le port d'Honfleur; j'ai tout fait brûler ! et je partais en Italie sans mes 2 3 appareils et tout le fourbi de mes optiques.Peu de photos d'enfants; de moi ? rien! sauf celles que faisait l'homme de ma vie du moment. Les clairs obscurs, les profondeurs de champ, les cirons au coeur de la fleur ! bah
En ce moment, je ne supporte plus les numériques; au Louvre, à Orsay, partout, des bras avec un petit appareil qui occupent tout l'espace. Vous dégagez ? je veux voir. un de ces jours, je vais couper des bras ! Alors, Chiara, j'ai aimé beaucoup, pas tout. Sans vous je n'aurais pas su qu'il existait. Il se promène avec une pleine valise de Leica, c'est un type bien. A Leica pour la vie ( un p'tit peu Canon ).....

Écrit par : lola | 20/04/2016

__________________________________________________

la panique
Écrit par : lola | 20/04/2016

De toutes manières, avant la panique caractérisée, mais précisément les transitions sont tout ce dont nous disposons pour essayer de placer un levier, disons, un pied-de-biche, avant la panique proprement dite, donc, au long d'une période simplement émotionnelle, on a les sens très aiguisés, bien sûr, et on remarque tout ce qui est inhabituel, en désordre dans le paysage, intérieur ou extérieur.

Comme tout cela c'est de la chimie, de l'électricité, on est bien dans ces fameux moments de communication entre le conscient et le subconscient ; very important !


Bon Wim Wenders, avec ses convois, arc et incandescence*, il aurait quand même pu faire un pèlerinage à Zornhof (Ferdine), c'était à côté !


* Les deux techniques du cinéma d'Eddy Mitchell...

Écrit par : Sergio | 21/04/2016

"Et il y a une parenté avec Egglestone."

En effet Lola, bel oeil que vous avez ;) puisque Wenders a dit son admiration pour le travail d'Egglestone. Wim Wenders dit aussi fort bien le choc visuel que fut son long voyage à travers l'ouest des Etats-Unis, ses couleurs, ses espaces. C'est au cours de ce voyage qu'il prend des photographies couleurs pour la première fois. Il choisit des paysages sans individus ou des individus visibles uniquement de dos parce que, dit-il, les paysages disent à eux seuls les vies qui les traversent. C'est exactement cela qui m'intéresse. Il parle fort bien aussi des difficultés que posent la photographie.

J'ai eu un appareil numérique Lola...Je l'ai revendu très vite. C'en était fini du rouleau dans la poche avec une seule prise, le risque que tout soit sans intérêt, raté, l'attente du développement toujours un peu fébrile. Ce n'est pas une critique du numérique. C'est juste le plaisir de photographier qui n'était plus là, alors retour à l'argentique. Je conserve toujours mes deux Nikon ( ah ah ) Nikkormat FT2 et FT3 et mon tank adoré qui fait des bras musclés : un zenza bronica 6x6.

Je n'ai jamais été vraiment intéressée ou disons bouleversée par le travail du noir et blanc en France, à quelques exceptions près. Mon intérêt pour la photographie est né de ma rencontre avec le travail des américains pour la couleur et des japonais pour le noir et blanc, Ueda, Hosoe, Moriyama.

Oui Sergio notre vie quotidienne est ponctuée de ces petits "pressentiments" ordinaires, qu'on reconnait quand ils viennent agacer notre raison et comme on est animal raisonnable on rationnalise mais parfois, quand même, ils arrivent à nous surprendre ! Vous avez raison de parler de l'expérience, en aval, celle qui nous permet d'humer le sens du vent sans doute, et prend sa part dans ses moments-là, comme des risques d'interférence de la méthode Coué.

Écrit par : Chiara | 21/04/2016

***********************************************
Quand je relis lola qui veut couper les bras* pour faire tomber les numériques des mains de photographes amateurs dans les musées, ou chiara qui s'accroche aux vieux argentiques puissants mais lourdingues .... je me félicite des leçons qu'elles donnent à un bolo comme moi, qui se fout de la photo comme de l'an 2017...
* en aïkido, on a des mouvements habiles, pour ne pas en être réduit à couper ces extrémités bien utiles pour l'adversaire simulé ...

Écrit par : JC..... | 21/04/2016

À la fin le Kendoka nique toujours l'Aïkidoka, expérience personnelle.
Un bon Men

Écrit par : lewshima | 21/04/2016

"aux vieux argentiques puissants mais lourdingues "

Ah mais ça c'est la surprise du chef ! l'inattendu. Les gamins des clubs photo nés avec le numérique veulent, exigent aujourd'hui de découvrir l'argentique. Ils comprennent que c'est une autre approche de la photographie, et deux techniques valant mieux qu'une les clubs qui avaient bazardé leur matériel labo sont obligés de réinvestir. Et hop l'argentique se refait une beauté, discrète certes. Ephémère ? nous verrons bien !

Écrit par : Chiara | 21/04/2016

**********************************************
Allons ! Allons ! Expérience personnelle permettant de dire "toujours".... c'est exagéré !

Écrit par : JC..... | 21/04/2016

Actually, vous êtes extra,
autrefois, aux USA, Kodak avait un slogan de 10m de haut qui disait à peu près cela: ne le dites plus, fixez-le. (in English, c'était court et frappant) Le numérique ? génial, par tous les temps, dans n'importe quelle position,clic, et des millions de pixels se mettent en route. les gens deviennent aveugles.( j'évite le délayage ...)La photo m'a passionnée parce que c'est une exigence,c''est de la technique au service de l'émotionnel et de l'intellectuel. Wim Wenders est très très fort. Lisboa story( le groupe folklorique étant un prétexte) de la couleur de la couleur,cadrage, profondeur de champ; l'histoire est là, de l'espace à n'en plus finir, et le type (qui ne sait plus filmer ..) qui sort par le toit d'une sorte de fiat 500..(à qui ai-je bien pu envoyer la grande bafouille que j'avais écrite)
"mon tank adoré qui fait des bras musclés" DR Chiara, formule qui vaut des millions.
A un moment il y a eu à la maison un Hasselblad.
La Panique,un monde.Je ne suis qu'une petite centrale nucléaire qui travaille tout le temps, transforme, recycle,accélère. Où se logent, de quoi sont faits les souvenirs ? quelles images faites de quoi ? communication entre le conscient et le subconscient ,qui créent ces états de flottement en même temps que d'hyper-acuité.
Je réfléchis; il faut que je mange, pas eu le temps, hier soir.

Écrit par : lola | 21/04/2016

__________________________________________________

Allons ! Allons ! Expérience personnelle permettant de dire "toujours".... c'est exagéré !
Écrit par : JC..... | 21/04/2016

Ha mais on veut bien boire des tonneaux ! Entiers... Que rien ne se crée et surtout rien ne se perde !

Il y a un truc qui m'avait cisaillé le bol, et que l'on apprend en stats, c'est que l'on considère qu'un échantillon de deux mille suffit, normalement, à représenter jusqu'à l'infini ; je me souviens plus des conditions exactes, mais enfin c'est vraiment pas lerche...

Écrit par : Sergio | 21/04/2016

*********************************************
L'argentique ! Les pizza noires vinyliques ! les amplis à lampes...! Les vieilles fringues ! Les photos à l'ancienne ... !
Peu importe ...
Ce n'est en rien un "goût" pour la technique, c'est tout bonnement ... le plaisir des jeunes de tâter du vieux, bref le plaisir de regarder le passé avec tendresse.
(... ça leur passera, la nostalgie papy/mamy... ou bien ils seront de jeunes-vieux-cons toute leur vie !...)

Écrit par : JC..... | 21/04/2016

**********************************************
Les statistiques, les probabilités, n'ont de valeur que si on s'intéresse à un ensemble d'évènements. Un évènement restera singulier. Toujours.

Écrit par : JC..... | 21/04/2016

___________________________________________________

Ha ben piloter une Harley du Débarquement c'était assez marrant ; il fallait régler en permanence au guidon l'avance à l'allumage ; en roulant, je veux dire. On s'y fait, finalement c'est pas très difficile...

Écrit par : Sergio | 21/04/2016

Même avec le Drive by wire HD tu continues à faire ton mélange au guidon mais mentalement.
J'ai tjrs un câble d'accélérateur ou d'embrayage dans ma trousse avec un mètre souple pour calculer la longueur. Très important la longueur.
Panasonic il y a encore deux ans faisait des boîtiers numériques impériaux.
La résolution des appareils embarqués sur smartphone est incriticable. Ce n'est même plus la grotesque question de l'artisterie qui reste en jeu : c'est l'enjeu du temps de pose d'avant le temps de pose, la notion de capture. Le numérique pour tous a remis tt ça dans le chaudron. C'est bien joli de nous la bailler belle avec le Japon. Le Japon c'est tout le temps, dans la milliseconde.
Tu portes ton révélateur dans le plomb ou l'or liquides de ton esprit.
T'en fais les tirages que tu peux, sis, bro.
Shot by wire.
Finito le temps de la pause.

Écrit par : lewshima | 21/04/2016

__________________________________________________

C'est bien joli de nous la bailler belle avec le Japon. Le Japon c'est tout le temps, dans la milliseconde.
Écrit par : lewshima | 21/04/2016

Je me posais la question, parce que maintenant il y a quand même du monde ; Chine, Corée, Indonésie, les Hindoux que c'est des Hindurs, Taïwan, Macao... Euh non...

Sinon la photo ça marchait bien avec mon Instamatic Kodak je vois pas pourquoi j'en changerais... J'avais pris au moins trois cents diapos du Titisee ! Avec le nombre d'or, tout...

Écrit par : Sergio | 21/04/2016

Une question: comment conserve-t-on ou nettoie-t-on les plaques photos ? J'ai une boîte de plaques en verre, photos,datant de 1860,70? j'habite une maison ancienne et nous avions récupéré dans la poubelle ces photos jetées par les descendants ? des hommes à cheval, bottés sortant de l'allée, entourés de leurs chiens. Il paraît qu'on peut les faire nettoyer, mais que je risque de ne pas les récupérer...(rareté fait le larron)
Il y a 2 ou 3 ans j'avais rencontré un homme...!!! qui était passionné de photos, très anciens procédés de développement et de tirage, avec mélanges incroyables; je devais participer au stage, à Perpignan, je me suis fait une entorse ,des tongs qui tournent mal...et je n'y suis pas allée. Cela vous dit kk chose? Les explic. de Sergio nécessitent un inter face, ou l'écriture d'une nouvelle, stupéfiante.

Écrit par : lola | 21/04/2016

_________________________________
l'Instamatic,
le plus bel appareil du monde,
les plus belles photos.
P'tain qu'est-ce que j'étais mignon.

Écrit par : pado en délire | 21/04/2016

Lola, je ne connais que la méthode sans danger pour vous conseiller, c'est-à-dire une intervention très limitée. Vous devriez trouver des pro sur le net qui vous donneront la marche à suivre.
Donc, je sais seulement que vous pouvez les dépoussiérer avec un gros pinceau, genre pinceau fard à joue, pour sa douceur absolue.
Si vos plaques sont réunies dans leur boite d'origine, vous pouvez conserver la boite mais pas pour les plaques. Protéger chaque plaque dans une enveloppe pour photographie, c'est-à-dire faite d'un papier sans acide.
Pour profiter des photographies et conserver leur empreinte vous pouvez scanner les plaques avec un scanner à plat, ou encore demander à un excellent labo de vous faire un négatif argentique.
Donc n'hésitez pas à contacter des connaisseurs Lola.

Écrit par : Chiara | 21/04/2016

Merci Chiara. Un pinceau pour le fard à joues, fichtre, je vais les pomponner...je n'avais pas pensé aux enveloppes
Depuis le numérique, 3 magasins labos photos -chouettes-ont fermé. Reste la fnac qui vend des numériques! J'ai jeté tous mes papiers photo ,lors d'un grand nettoyage, ils vieillissaient mal. Mais il sera difficile de relancer la fabrication et le marché.
c'est quoi un instamatic ?

Écrit par : lola | 21/04/2016

Styoupid, le net m'a répondu. J'ai même appris que Polaroïd renaissait de ses cendres. Deux à la maison; c'était marrant, zou ,clic clac, on glissait le papier sous son pull et on apparaissait tout de suite, un peu gluant, si l'on n'avait pas attendu assez. UN obstacle: Polaroïd peut refaire des capots, mais...il n'y a plus de papier ad hoc!

Écrit par : lola | 21/04/2016

___________________________________________________

Houi mais l'Instamatic, il y avait "soleil" et "nuageux" (d'ailleurs cela a été repris par Binet !), donc il fallait prendre une décision, un X. aurait jamais pu s'en servir ! Enfin si, il aurait attendu la fin des nuages, puis celle du soleil...

Écrit par : Sergio | 22/04/2016

"UN obstacle: Polaroïd peut refaire des capots, mais...il n'y a plus de papier ad hoc!"

"Impossible Project" a vu le jour pour ressusciter le polaroid Lola. Vous pouvez acheter les cartouches en ligne, quel que soit votre modèle. Ces photo polaroids n'ont pas (encore ?) la qualité des originales, c'est vrai mais la folle entreprise y travaille.

Écrit par : Chiara | 22/04/2016

-----------------
Dites donc, vous êtes très très en forme sur la Rdl ! Entre le Boug qui explique Jeanne d'Arc et les petits zoziaux et le "try again" de Sergio, excellent !
De Patti Smith j'aime absolument l'album "Horses" , guère ses photographies ni ses écrits. Mais l'album voui !

Écrit par : Chiara | 22/04/2016

__________________________________________________

Ce qu'il faudrait, pour acheter des bidules de mille neuf cent soiksante, c'est, à défaut du Minitel, au moins Internet en mode texte !

Eh bien cela existe, cela a toujours existé, et on en reparle de temps à autre pour le cas particulier des serveurs, où souvent on fait la chasse aux ressources inutiles, cartes graphiques, son, et tout le toutim.

Internet en vingt-cinq lignes quatre-vingts colonnes, ça c'est comac...

Écrit par : Sergio | 22/04/2016

___________________________________________________

Voilà ce que ça donne ; on n'est pas encore à "ajouter au panier" !

http://www.desmoulins.fr/index.php?pg=informatique!linux!console!w3m

Écrit par : Sergio | 22/04/2016

"Bon sang comment avons-nous fait pour devenir si vieux ?"
-Sergio:" il s'agit probablement d'une erreur. Try again"
C'est tout simplement génial.
Allora,je réfléchis sur "la panique",la panique qui s'immisce en nous, en douce, et qui conduit soit à l'effroi,qui ns fait agir inconsidérément, soit à une désagrégation ,désorientation de notre état mental.
La panique devant un danger avéré ?? ah necdote: un jour, enfermée ds un ciné de l'Av de l'Opéra,pour voir "Don Giovanni" Scène des verriers , grandes torches, nuit obscure;une odeur de cramé dans la salle; ruggero raimondi chantait toujours...une odeur de plus en plus forte, irrespirable; "au feu, au feu" dans la salle. L'écran s'éteint. Cris,PANIqUe, tout le monde debout, comment avancer entre les fauteuils, on s'écrase, odeur de cramé; une issue de secours,minus , quasi derrière l'écran; torrent de corps, de hurlements; cramé. Quoi faire ? mes voisins et moi, nous choisissons de rester assis, à moitié étouffés par ceux qui jouaient à saute mouton. Mort pour mort, autant rester tranquilles. Aucun courage.Alors,au bout de 10mn au moins,une voix au micro: restez assis, le film reprend; on entend alors, la sirène des pompiers. Humour noir. Cette panique-là est une réaction , normale;on sauve sa peau [ explic idiote donnée plus tard ds le hall: une colonne d'aération s'était bouchée et des saletés se consumaient DONC pas de raison d'apeurer les spectateurs...]
Mais la panique intérieure dont parle Sergio, c'est un sujet passionnant, à filer comme une métaphore.
Pour Patti Smith, elle a bien le droit d'écrire; pas le temps de la lire; mais une amie ( motarde, tuée à moto) m'avait à l'époque offert 2grandes galettes; et j'aime ce que j'écoute sur youTube, malgré le piège des réclames, à cause de 1) la blondeur des cheveux de cette amie, gaie, que mes enfants adoraient
2) la mélodie de ses chansons, son attitude 3) l'incroyable et super paquet des chanteurs de l'époque; en mangeant une pomme, je viens d'écouter W. Guthrie,je passe les autres; j'en ai plein dans mes favoris; guerres, Vietnam et autres, les chanteurs américains inventaient, criaient, dansaient, j'étais et mes copain-es subjuguée,emballée; pas de mélancolie,mais une fureur sèche; on s'est tous laissé "pasteuriser" meuh...

Écrit par : lola | 22/04/2016

"enfermée ds un ciné de l'Av de l'Opéra,pour voir "Don Giovanni""

Il a du cramer ya vraiment longtemps ce ciné, même à mon grand âge je ne m'en souviens pas.
Ou un fantôme peut-être ?

Écrit par : pado | 22/04/2016

__________________________________________________

Dans la Bible, les premiers types vivent mille ans ; ensuite, c'est moins, cinq cents ; ça chute comme la bourse ! Trois cents, deux cents... Really, y a maldonne ! C'est pas du tout pareil... Comme disait Ferdine, c'est naître qu'il aurait pas fallu...

Non mais on se fait avoir, là... Par exemple le scorpion lui il est que anti-atomique, mais y a des bêtes méconnues, mine de rien, faut voir comment elles en profitent en dizaines et dizaines d'années ! Et des plantes... Ah ça elles vont pas le raconter ! C'est comme le Trésor public finalement y a de la carambouille...

Écrit par : Sergio | 22/04/2016

@ Pado . Grand âge , avez-vous dit ? Mais vous avez 25 ans, mon cher !! Le Vendôme- Opéra a fermé en 1991. Superbe cinéma, il était classé "art et essai"; "Don giovanni" passait en VO, il était sorti bien avant.
Ou vous êtes un Parisien de fraîche date ou vous n'aviez jamais fait attention. Ca arrive!
( entre 1950//60,et 1995 plus de 70% des cinémas parisiens ont fermé, remplacés par des supérettes ou des magasins)

Écrit par : lola | 22/04/2016

*********************************************
Fou de rage d'être censuré comme les Ottomans castraient leurs prisonniers slaves, je me tire définitivement de chez Passou ....
Ce n'est pas obligatoirement une bonne nouvelle pour Sergio qui va me voir plus souvent, ici.
Mais la doxa des castrats, je lui crache à la gueule !

Écrit par : JC..... | 23/04/2016

lola,
mea culpa, et pourtant j'avais bien visualisé l'Av de l'opéra dans ma petite tête.
Impardonnable, d'autant plus que j'y ai bossé il y a plus de 25 ans.
Je ne le "vois" toujours pas.
Alzheimer quand tu nous tiens.

JC,
je crois que ces derniers jours tout le monde a été modéré sur la rdl (la plupart des commentaires "réaparaissant")
Un nouvel algorithme qui donne bien du souci à passou ?
Vos élucubrations matinales vont me manquer (enfin?).
Faites gaffe, vous allez faire votre jogging sans avoir évacuer le trop plein et tout ruminer sur la plage, pas bon tout ça.

Écrit par : pado | 23/04/2016

___________________________________________________

(la plupart des commentaires "réaparaissant")
Écrit par : pado | 23/04/2016

Là c'est Passou qui les remet, de sa blanche main, donc il se les farcit tous à chaque fois ; donc si on a un beau com long modéré, ça peut valoir le coup d'attendre tranquillement. Maintenant pourquoi il y a ces crises de "En attente de modération", là c'est plus tordu ; on connaît certains mots, qui n'ont d'ailleurs pour la plupart rien à voir avec les registres dits chauds, mais même cela n'explique guère que ce soit ainsi, par phases d'un ou deux jours...

Écrit par : Sergio | 23/04/2016

J.C. Vous ne hantez pas --encore-- mes rêves; votre histoire d'Ottomans, cependant, me rend toute chose; et puis, moi qui vous imaginais en Lacoste blanc double torsade ....à dire vrai, mon imagination n'allait pas plus loin!! Humour anglais ? ironie mordante ? ou débordements à faire frémir des oreilles ingénues? è pericoloso , Sergio sait manipuler les algorythmes stochastiques comme personne...

Pado, le Vendôme ? vous partez de la Comédie Franç, vous vous dirigez vers l'Opéra en prenant le trottoir de droite, il était situé au milieu à peu près. Une façade simple, un intérieur cosy.

Sergio, quand vs employez des mots compliqués, je ne me sens plus à la hauteur ! Avez-vs jeté un oeil sur "Laura le voyage dans le cristal" ? dépassé, un peu éthéré; pour moi, il prolongeait cette surface blanche, glacée, vrai mirage. Je ne vs demande pas un compte-rendu !! A plus tard, je vais voir ailleurs si les violettes sentent bon..

Écrit par : lola | 23/04/2016

___________________________________________________

Stochastique, il y avait de la musique, genre... enfin je sais plus trop qui. En réalité ça veut dire tout bonnement aléatoire ; mais ça vaut bien les "algorithmes de randomisation" !

Lesquels en plus n'existent pas vraiment, comme chacun sait...

Écrit par : Sergio | 23/04/2016

**********************************************
Lacoste blanc ? Non, Lola, non !
De même que l'on ne change pas le toit de la maison tous les jours, je m'habille toujours en bleu marine quasi noir, toujours pareil, une rotation perpétuelle de l'enveloppe vestimentaire, dans les mêmes matières, pour le même.
Horreur de la mode !
Faut voir l'étonnement de ma délicieuse dépensière favorite tombant sur une paire de chaussures retrouvée dans un des nombreux placards de mon galetas multifonctions, bourrés de fringues :
"Oh ! celle là, je ne l'ai jamais portée"

Vous l'avez compris, lola, ma beauté est toute intérieure ... !

Écrit par : JC..... | 24/04/2016

**********************************************
Bonne brise de mistral en cette matinée, on va bâcher le jogger !

Écrit par : JC..... | 24/04/2016

*********************************************
Pado, au contraire des ruminants qui ruminent, je n'accumule, ni ne mâchone : j'éructe, par contre, et volontiers.
La censure m'insupporte, dans tout domaine, y compris professionnellement. S'il y a quelque choses dont j'ai horreur, c'est bien la "civilité", la codification qui s'étend, qui s'étend, qui vous tue à petit feu ...
Pourquoi bâillonner, étouffer le monstre, qui est là, de toutes façons !!!? Il est plus dangereux blessé, qu'en liberté de s'exprimer...

Écrit par : JC..... | 24/04/2016

*********************************************
Magnifique mer ! magnifique ciel ! les pins qui frissonnent au mistral, pour rire. Personne nulle part, mais le Soleil s'en fout : il se lève pour Ulysse ....

Écrit par : JC..... | 24/04/2016

**********************************************
RECETTE DE LA "NUIT DEBOUT"
Pendant que les gens normaux et responsables récupèrent en dormant des fatigues de la journée, prenez quelques centaines de débiles profonds, une poignée de tarés, assaisonnez d'une pluie d'irresponsables prêts à refaire monde en cassant du flic et de la vitrine de commerces.
Bourrez-leur la gueule aux mauvais alcools et aux drogues diverses et utopiques...
Bravo ! C'est fait !
Vous avez réussi votre Nuit d'Égouts !

Écrit par : JC..... | 24/04/2016

J.C. C'est que vous n'avez jamais joué sur un court en terre battue, celle qui est toute rouge, de la brique pilée qui rentre dans les chaussures et qui se trans forme en nuage de poussière, plein les yeux, plein les cheveux;toute une lessive de blanc ,y'a que ça de vrai..
et les polos Lacoste , double maille ,une trouvaille, n'ont jamais perdu le moindre bouton et ont traversé les années....tiens,je me laisse aller, de la pub plein les écrans,moi aussi; grave.
Sérieux, J.C. le préfet a dit, pas d'alcool aux alentours de la place, sauf dans les bars ,bien sûr,de 19h30 à 5h du mat. Regardez bien vos montres, les petits, sinon fessée , compris ...
Près de chez moi,à la place d'une boulangerie, vient d'ouvrir un espace dédié à l'enseignement; en 2 mois, et même en 1( si on paie le tarif supérieur) les bambins sont fin prêts pour le Bac, succès garanti; leurs livres, la philo en chantant, les maths en chantant, sont garantis 5*****.
Allez, laissez vous faire, vouzaussi, décidons ensemble de notre avenir commun. Qu'ils disent.....
Travaillez votre style, cher J.C. Relisez les Catilinaires. J'ai besoin de paroles roboratives,dès demain, c'est la grève des trains.Partir tout de suite
et si c'était possible ,rêver du jardin d'Eden .

Écrit par : lola | 24/04/2016

*********************************************
J'ai joué sur la terre battue, cornecul, ce qui m'a permis d'éviter longtemps les pbs d'articulation résultant des blocages sur ces saloperies de surfaces en bitume...
Mon style est aux ordres, lola, pas l'inverse.
L'avenir commun ... je m'en secoue la tige de jade : seul m'intéresse un avenir à proximité réduite ...

Écrit par : JC..... | 24/04/2016

___________________________________________________

seul m'intéresse un avenir à proximité réduite ...
Écrit par : JC..... | 24/04/2016

Houi mais à proximité temporelle*, ou à proximité spatiale ?

* Par exemple chez Temporel...

Écrit par : Sergio | 24/04/2016

___________________________________________________

I faut pas faire les vitrines de Nancy sans me demander, hein ! Au reste il y a de l'attente, le carnet de bal est assez chargé...

Et puis c'est pas du Baccardaum, faut quand même lancer fort ! Haprès si on est crevé de la nuit on va ronquer à l'intérieur, on est le dernier soupçonné... Ca c'est de l'alibi ! On était dedans et le mec a lancé de dehors... Le flic i voit pas malice !

Écrit par : Sergio | 24/04/2016

__________________________________________________

un court en terre battue, celle qui est toute rouge, de la brique pilée qui rentre dans les chaussures et qui se trans forme en nuage de poussière, plein les yeux, plein les cheveux;toute une lessive de blanc ,y'a que ça de vrai..
Écrit par : lola | 24/04/2016

Ha ben voilà Anne-Marie elle s'en met plein sa zupe, et le vice-consul i suit avec sa balayette, il s'est encore collé dans un truc peu clair...

Écrit par : Sergio | 24/04/2016

*********************************************
Fais ton malin, fais ton paon motorisé devant nos grand-mères en mini-jupe, Sergio ! Roméo en RTT !
Proximité spatio-temporelle, sans bal, cent balles, ça te va ?! ....

Écrit par : JC..... | 24/04/2016

*********************************************
J'ai toujours adoré la terre battue qui autorise des glissades désespérées lorsque tout est perdu ! Dans la vie, aussi ...

Écrit par : JC..... | 24/04/2016

*********************************************
Le mistral, un vent local depuis la Grande Grèce et même avant, donne à l'horizon à plus de 60 noeuds une discontinuité avec blancheur déferlante qui fait dire à tout bon naviguant :
"P'tain, les gars, on est mieux ici qu'en mer !"

Écrit par : JC..... | 24/04/2016

___________________________________________________

ton paon motorisé
Écrit par : JC..... | 24/04/2016

C'est ça qu'il y a de bien, c'est que cela traverse les époques ; encore monter à cheval il fallait au moins dix ans avant de pouvoir oser franchir en public un tout petit cavaletti, mais maintenant même un spoutnik faut pas sortir de l'X...

Écrit par : Sergio | 24/04/2016

_______________________________
"P'tain, les gars, on est mieux ici qu'en mer !"
JC

Mais on est toujours mieux chez les vaches que chez les poissons.
D'abord (et avant tout) on a pas le coeur qui remonte au niveau du larynx et l'obligation de restituer un repas chèrement acquis.
De plus, vivre sur 15m2 avec trois types qui ne sont pas forcément capables de différencier un arolle d'un mélèze et un véritable cauchemar.
Et enfin, le lapin à la moutarde (ou aux pruneaux) c'est trop chouette pour s'en priver.

Écrit par : pado | 24/04/2016

"au moins dix ans avant de pouvoir oser franchir en public un tout petit cavaletti"
Sergio

J'ai essayé après moins d'un an.
Résultat :mon histoire d'amour avec les chevaux s'est de nouveau résumée à Flicka et Stewball.

Écrit par : pado | 24/04/2016

___________________________________________________

Dix ans c'est exagéré, et cela ne l'est pas. De toutes manières on peut sauter très vite, un fixe en forêt, à l'intérieur un cavaletti ou même une barre au sol ; mais avant (l'automobile), ceux qui montaient, c'était tous les jours voire toute la journée (chasses). Et ça nous on peut plus, sauf ceux qui achètent un cheval, souvent pour en faire leur boulot.

Écrit par : Sergio | 24/04/2016

*********************************************
A partir du moment où le jour se lève, il faut y aller ... Pour la satisfaction du corps, la joie de l'esprit, l'amour de la vie. En avant !

Écrit par : JC..... | 25/04/2016

--------------------------------------------------------------
Alpha Beth dit: Votre commentaire est en attente de modération.
25 avril 2016 à 7 h 23 min
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Chez Passouline, on modère ... l'alphabet !!!
Rien ne va plus ...

Écrit par : JC..... | 25/04/2016

*********************************************
Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne sans l'infinie présence des éléments que la Nature met généreusement à la disposition du bolo standard à Porquerolles ou ailleurs, soleil, ciel, nuages, vagues, mer immense, rochers, plages, pinèdes, silences divers, il me serait absolument impossible de supporter l'artificiel de ce nouveau monde braillard que la civilisation occidentale nous propose présentement !
Sans la Nature, tout ce que nous sommes capable de produire faisant sens n'est plus que faux-semblant, grimaces, mensonges et singeries mortifères ! Vivre en ville, prendre le Metro, se frotter à tant de petits organismes tassés, à l'intérieur et à l'extérieur, tant de glandus, ... beuurck ! j'en mourrais désormais...!

Écrit par : JC..... | 25/04/2016

*********************************************
Entendu dans les laboratoires de l'Institut Bartabacs de Porquerolles où trainent des spécialistes nutritionnels de la mort :
"Prince est mort d'indigestion : l'aïoli ne pardonne pas aux incroyants !"
On attend un démenti des autorités américaines , qui comme les héritiers des enregistrements inédits pensent au fric, et repeignent la scène du crime, en rose pastel ...
C'est le business qui compte, coco, pas la dope et ses dommages collatéraux.

Écrit par : JC..... | 25/04/2016

*********************************************
L'évolution des blogs prestigieux que furent ceux de Dexter, Clopineries, Jambrouille, RD libres, RD livres, Popaul's blog, nous donne le sens du vent qui souffle numériquement, aujourd'hui : c'en est fini de la blogmania des débuts !...
Revenons aux réels du Réel...

Écrit par : JC..... | 25/04/2016

*********************************************
Ayant appris la mort de Martin Gray, j'ai soigneusement observé ce qui avait changé, ici bas.....
Réponse : rien.

Écrit par : JC..... | 25/04/2016

**********************************************
"Lancement d'un manuel d'éducation sexuelle pour réfugiés" (Germany)
Preuve de l'humour involontaire teuton, les porteurs de burnes migrants n'ont pas besoin de mode d'emploi, les pauvres, mais de femelles germaines disponibles .
"Ach ! Walkyrie auchourdui, dimanch bleurera ..."

Écrit par : JC..... | 25/04/2016

__________________________________________________

des éléments que la Nature met généreusement à la disposition du bolo standard
Écrit par : JC..... | 25/04/2016

Oui. Et corollairement je me surprends, sur certains Youtube ou même simulateurs de vol, à oublier ce pour quoi je suis venu, pour me laisser embarquer à contempler... le paysage !

Écrit par : Sergio | 25/04/2016

___________________________________________________

on modère ... l'alphabet !!!
Écrit par : JC..... | 25/04/2016

Ha ça c'est normal ! Hon attend une réforme de l'alphabet ; Koba en a fait une, ensuite oncle Wolf, on est encore bons derniers...

Les sabreurs verts, i faudrait qu'ils se sortent les doigts...

Écrit par : Sergio | 25/04/2016

**********************************************
Mort ! Il est mort.... Que faire de ce cadavre ?....

Écrit par : JC..... | 29/04/2016

___________________________________________________

Que faire de ce cadavre ?....
Écrit par : JC..... | 29/04/2016

La chaux ; je crois que c'est l'idéal. On n'y pense pas assez. En plus c'est essetrêmement rural vraiment ça fait disparaître. Sinon, la bassine de ciment ; mais quel travail ! En plus il faut des connaissances aéronautiques pour guider le pilote de l'hélicoptère...

Écrit par : Sergio | 29/04/2016

--------------------

Pfff et voilà les garçons, comme à 10 ans, toujours les grands moyens pour destroyer les tits soldats. Non, d'abord on réanime gentiment, on ventile...Après on demande à Sergio où est planquée la boîte de pastilles please poliment ?

Écrit par : Chiara | 29/04/2016

__________________________________________________

Les pastilles... C'est-à-dire... I faut pas les mélanger avec des dragées c'est utile aussi... Si le sergent-ingénieur Андрей Калашников avait imaginé le succès de sa modeste réalisation presque un siècle après... Et encore la controverse copie ou pas copie d'une arme allemande n'est-elle probablement toujours pas complètement éteinte...

C'était rare qu'une arquebuse dure un siècle ! Là on est bien parti pour...

Écrit par : Sergio | 29/04/2016

Là-bas, il y avait une brume le matin et le pré était givré. Des oiseaux pas farouches s'approchaient de la maison. Les chattes les suivaient du regard, "sagement" collées à la vitre, enfin... nous aimons les oiseaux, chacun son tour ! j'ai dessiné les fleurs de la voisine : un bouquet sauvage où les jonquilles s'ouvraient avec une odeur épicée. C'était un crayon aquarelle puis un autre, puis toute la boîte, l'eau et le pinceau ont tout mélangé. Les jonquilles étaient vertes, puis violettes, puis bleues. Un bouquet à la Chagall... Une jeune biche a tenté quelques pas et s'est enfuie dans les bois.
En rentrant, j'ai lu tout JC, un peu Sergio, encore moins qu'un peu Charia, et pas du tout Lola (après son ennui dont je n'ai pas trouvé la cause). Pado a laissé en haut un éclat de rire, puis Lewshima des mots d'une grande beauté mais un peu cruels. Puis, je me suis évadée, loin de l'ordinateur.
Au retour j'ai aimé retrouver ma hutte et tous mes livres et les plantes tout éveillées.

Écrit par : christiane | 30/04/2016

__________________________________________________

Les chattes les suivaient du regard, "sagement" collées à la vitre, enfin... nous aimons les oiseaux, chacun son tour
Écrit par : christiane | 30/04/2016

Faut surveiller les poissons aussi... Nous elle commençait par boire l'eau du bocal ça baissait ! Comme Churchill, à la petite cuillère...

Écrit par : Sergio | 30/04/2016

Très coquines la vôtre, Sergio ! Non, nous n'avions pas de poissons !
Autrefois, j'ai fait du stop avec un poisson rouge. Le bahut fermait pour l'été. Cela ne lui pas réussi... Depuis je les laisse là où ils ne risquent rien, une toile de Matisse par exemple. Ou dans les rivières, mais là, ils sont gris et se confondent avec les cailloux de l'eau. Je me souviens de la baleine Jonas, énorme, aux Invalides. J'étais gamine. Bien sûr, elle était énorme mais tellement morte...

Écrit par : christiane | 30/04/2016

*********************************************
Entre nous, je n'ai jamais su décider réellement si les morts étaient plus ou moins dangereux que les vivants...
Conséquence, une prudence généralisée !
J'ai entrouvert tant de livres à format réduit d'où s'échappaient de funestes fumées, serré tant de mains bonnes à couper !

Écrit par : JC..... | 30/04/2016

Oh, JC, ils sont tant paisibles, enfin désarmés, confiants comme la graine en terre semée. N'aie jamais peur du peuple des endormis, des doux, des paupières closes sur tout ce qui dans ce monde nous déchire.
La baleine Jonas c'était immense. Va-t'en bercer un tel nouveau-né !

Écrit par : christiane | 30/04/2016

------------
Bonjour Christiane,
Plaisir de votre retour. Je lis que votre escapade fut belle. Ici un petit séisme sans gravité mais qui fait une belle impression ! j'ai cru que la chaudière de l'immeuble venait d'exploser. J'ai entendu toutes les pastilles sursauter dans leur boite. Puis remplir la 2042 mais je n'ai pas trouvé où déclarer ses panama pampers alors j'ai fait un fait un petit dessin avec une flèche !
Aujourd'hui grand soleil, direction la plage !
Belle journée à tous.

Écrit par : Chiara | 01/05/2016

_____________
Et où étiez-vous donc, Chiara, pour que le terre tremble ainsi ?
Les boites à pastilles ? Nous jouions avec celles - enfin vides - à la marelle, sautant à pieds joints dans le ciel et sur une virevolte redescendant branquignoles jusqu'à l'enfer ! (ce n'était pas les Pâques orthodoxes ! juste la possibilité de sauter une case au tour suivant...).

Écrit par : christiane | 01/05/2016

-------------
J'étais au sud de La Rochelle, Christiane, pile face à l'océan. Une petite secousse magnitude 5.2 a fait sursauter la région de bon matin ! Quelques secousses animent la région de décennie en décennie mais plutôt du côté de la vendée et Fontenay-Le-Comte ou bien de l'île d'Oléron.

J'entends encore le bruit de la petite boite qui glisse jusqu'à la case numérotée... avons-nous visé juste ou passerons-nous notre tour ? quelle application nous y mettions ;).

Écrit par : Chiara | 01/05/2016

*********************************************
"Christos inviat !"

Écrit par : JC..... | 01/05/2016

------------------
Oui, Chiara, le raclement de la petite boite de métal sur l'asphalte. Avez-vous joué à la marelle sur le sable mouillé d'une plage ou sur la terre d'un chemin ? Les enfants sans craie usent du bâton. Les enfants sans boite usent du pousse-caillou ou du galet. Et puis hors le ciel et l'enfer (ou la terre), il y avait ces marelles en colimaçon ressemblant au jeu de l'oie et comme nous avions hâte d'échapper au centre étouffant de la spirale... à cloche-pied.
Alors, la terre a tremblé près de la Rochelle... Partout elle tousse et se racle la gorge jusqu'à briser les sols, les maisons et les êtres. Nous sommes de passage, juste de passage...
---------
Deux mots, JC, et tout le mystère de mes années passées s'en vient... Cela, est-ce possible ? Comment cette légende a-t-elle pu traverser des siècles de raison ? Sommes-nous avides de cette prolongation ? de cette re-naissance ? Des anges ?
Hors le ciel et l'enfer, il y a cette permanence des astres, des galaxies, de l'infini pas fini, de cette solitude et du silence interstellaire, des chaînes d'atomes qui s'attirent et se repoussent, de ces trous noirs qui avalent toute lumière.
Le ciel a été doré il y a 400 000 ans. La lumière était ardente (3000 degrés). Puis l'espace s'est étendu et refroidi. Un feu glacé. La lumière s'est alors séparée de la matière. Le vide apparait, pas le néant. Est-ce que pour vous le zéro est mathématique ou poétique ou métaphysique ? Zéro ? Une absence... Rimbaud le peuple de poissons volants. Énigme... Quoi avant le Big-Bang ? Quel point mathématique ? Quel temps zéro ? Dieu est-il absence ? Oubli ? Lumière ? Quel vertige... Neuf portes, neuf cordes...
Chiara parle de ces soubresauts.

Écrit par : christiane | 01/05/2016

**********************************************
Christiane, le zéro est une facilité de calcul en numération, point barre. Surtout pas une absence... le zéro, ça existe, ça pèse, c'est un machin, un outil sympa.
Quoi avant le Big Bang ? D'un point de vue probabiliste, exactement le même état de l'univers : un chaos ordonné localement. Complètement instable sinon au plan total, probablement une soupe de bulles-univers, qui s'ouvrent et se ferment...

Nous ne nous posons pas les bonnes questions, nous ne sommes que des bêtes ! Comme j'ai toujours privilégié l'action avant la réflexion, ces questions de "création" me laissent froid : ce sont des questions de curé sur lesquelles pontifient des sacristains humanoïdes véreux. Des salopiots qui parlent d'architecture, et négligent d'enlever la merde des paillassons !

Écrit par : JC..... | 01/05/2016

*********************************************
Né en 1922, de père inconnu (probablement Saint-Exupéry) et d'une mère à la morale voltigeuse (façon Aéropostale) au point de m'abandonner dans la poubelle de la Maternité, j'ai d'abord été catholique tendance protestant, puis juif non circoncis (j'ai annulé ce choix judéophile en 1934 dès l'arrivée de ce cher Dolfie P'tite moustach en Germania) et là je viens de signer par trois fois mon adhésion à la religion du chamelier fou !
Mon nom est désormais HAROUN AR-JISSE, le Sage... Qu'on se le dise !

Écrit par : JC..... | 01/05/2016

__________________________________________________

ça pèse, c'est un machin, un outil sympa.
Ecrit par : JC..... | 01/05/2016

Ca dépend y a des méchants gros...

Écrit par : Sergio | 01/05/2016

__________________________________________________

Puis remplir la 2042 mais je n'ai pas trouvé où déclarer ses panama pampers alors j'ai fait un fait un petit dessin avec une flèche !
Écrit par : Chiara | 01/05/2016

Houi ; sur papier libre. mais pas du Canson-Mongolfier, sauf pour les feuilles volantes, bien sûr : sinon i croyent qu'on a de la galette i s'intéressent c'est des bêtes et même des sales bêtes ; d'un autre côté s'ils pouvaient aller tous se paumer TPG en tête dans la mer des Sargasses...

Écrit par : Sergio | 01/05/2016

*********************************************
Clairement les fauves dangereux, ils ne sont pas au Zoo de Vincennes ... ils sont à Bercy !

Écrit par : Haroun ar-Jissé..... | 01/05/2016

*********************************************
Le compte Sapin de Bercy.... y fait peur aux enfants, rien qu'en photo ! Et dans la rue, si vous croisez le Gorille de la CGT, celui à moustaches veules, l'affreux .... le sang des plus braves se glace !

Écrit par : Haroun ar-Jissé..... | 01/05/2016

*********************************************
Avez vous des nouvelles de Bouguereau ? Je ne l'ai pas vu à l'église, au temple, euh ... à la mosquée, ce matin ?

Écrit par : Haroun ar-Jissé..... | 01/05/2016

___________________________________________________

Ca m'étonne pas i fait des fugues on a beau le surveiller... I doit connaître une créature... Enfin une... Mille ! Et des présidents peut-être même des pétroliers... Des yachtmen !

Ou alors i fait des articles ça ça m'étonnerait qu'à moitié...

Écrit par : Sergio | 01/05/2016

**********************************************
Il y a des bonnes nouvelles, pourquoi le nier ?
Tout et ça, va mieux, c'est évident.
La preuve ?
Polnareff le vieux pitre remonte chuinter sur scène, Renaud l'ancien ivrogne vend son patrimoine BD, et le Mambo de Ravel tombe dans le domaine public !
C'est pas tout !
En tant que converti, j'ai eu droit à trois burqa gratuites, financement saoudien, pour mon harem ...
Puisqu'on vous dit que " ça va mieux !"

Écrit par : Haroun ar-Jissé..... | 01/05/2016

**********************************************
Euh.... Christiane, Chiara, Lucy, Lola, vous faites quelle taille, au juste .... C'est la curiosité qui m'anime l'anima... ce serait pour un ... disons un cadeau de prix !

Écrit par : Haroun ar-Jissé..... | 01/05/2016

*********************************************
Sergio,
apprendre un 1er Mai que Bougboug pourrait travailler, quelle atroce nouvelle ! Aaah ! le bondage libéral, quelle perversion capitaliste.
N'oubliez pas : servir Ballah est notre raison d'hêtre.

Écrit par : Haroun ar-Jissé..... | 01/05/2016

__________________________________________________

Renaud l'ancien ivrogne
Écrit par : Haroun ar-Jissé..... | 01/05/2016


Ha les dégonflés ! Un jour on se retourne y a plus personne qui suit... C'est comme dans Johnny... Cash ou Rivers ? Chaipu... Cash, je crois...

Écrit par : Sergio | 01/05/2016

*********************************************
J'ai perdu un copain comme ça : un dégonflé. A l'Institut Bartabacs de Porquerolles, il déclare tout de go au Maître de Chais, vers les 13h45 :
" J'ai trop bu... j'arrête... salut les frères, à demain !"
Il part sur sa NORTON, bourré, plein pot ... Détail, il était sur une île et avait oublié cette contrainte géographique.
Mort noyé dans le port.
Conformément à ses vœux on l'a enterré avec sa NORTON, sa veuve a hérité de tout, elle est avec un cycliste qu'elle aimait depuis la fac ...

Écrit par : Haroun ar-Jissé..... | 01/05/2016

*********************************************
Enterrer un noyé, c'est surréaliste, non ?

Écrit par : Haroun ar-Jissé..... | 01/05/2016

___________________________________________________

La Norton ce fut mon grand regret : j'étais tellement naïf que, croyant les critiques dithyrambiques des revues, c'était réservé à... Je sais pas, moi... Des champions du Monde... Des acrobates ! Toutes leurs expressions terribles genre "le coup de pied aux fesses", je croyais qu'on tombait vraiment, comme plus tard, mais là c'est surtout qu'elle se dandine en virage, la Vmax... Comme c'est surtout pour aller d'institut en institut, les virages...

Écrit par : Sergio | 01/05/2016

*********************************************
Impossible de rester un jour de plus converti à un système aussi étroit : j'apostate et redeviens JC !
(je garde les trois burqa)

Écrit par : JC l'Apostat ..... | 02/05/2016

______________________________________________________
OUF !

Écrit par : christiane | 02/05/2016

*********************************************
Je m'en vais chercher du côté des bouddhistes orange, et passer de Paul à Mathieu ... j'ai la Foi, c'est plus fort que moi !

Écrit par : JC..... | 02/05/2016

---------------------------------------------------------------------
Cher JC,
quand tu ne joues pas au bouffon, tu poses les bonnes questions. Ainsi tes dernières paroles. "Je m'en vais chercher... c'est plus fort que moi."

"sa patrie est une ville invisible située à l'infini.(...) partir, aller droit devant soi, il va tout droit même quand il revient ; il continue de chercher ce qu'il a retrouvé ; il apprend sans cesse ce qu'il sait déjà, devient sans cesse ce qu'il est déjà ou comme l’Éros platonicien désire ce que déjà il possède... et ne possède pas. (...)
Ulysse, rentrant à la maison, ne cesse de partir et pense déjà à l'odyssée suivante. (...) Ulysse revient et ne revient pas."
Et tant d'autres pensées en travail, en questions dans la fin de cet essai de Jankélévitch qui me happe dès que je l'ouvre : "L'irréversible et la nostalgie".

Il n'est pas étonnant alors de verser dans "La dernière bande" de Beckett (plus noir, tu meurs !) ou dans la folie de Shakespeare. (Lis donc la dernière intervention de P.Edel sur la RDL, il touche, des mots, la bouffonnerie de la vie en ses aveuglements...)

Écrit par : christiane | 02/05/2016

*********************************************
Ulysse ? mais c'est le rêve des paysans-citoyens grecs : l'aventurier qu'ils ne seront jamais !....

Écrit par : JC..... | 02/05/2016

_______________________________________________________
Ulysse... C'est un retour ambigu.
"le passé est un absent qui jamais ne reviendra présent. (...)
Wer dich findet, bindet dich. Le charme est lointain, comme Ithaque. Mais c'est une Ithaque spirituelle.
(...) le "venir" de l'avenir est d'un tout autre ordre que le "venir" du souvenir, et il va en sens inverse ; et de même le "pas encore" et le "déjà plus" représentent deux modes d'absence inverses l'un de l'autre." (idem)

Écrit par : christiane | 02/05/2016

__________________________________________________

il apprend sans cesse ce qu'il sait déjà
Écrit par : christiane | 02/05/2016

C'est vrai ; et ça n'arrête pas ! C'est tout le temps nouveau... Chaque demi-seconde ! Bien sûr il y a des cycles... Mais i se décalent ! Le truc change nous on change et c'est pourtant pareil... Il y a surtout ce qui est en filigrane qu'on ne voit jamais parce qu'on le voit trop...

Écrit par : Sergio | 02/05/2016

___________________________________________________________
J'aime bien, ici. On a le temps de creuser, de s'approcher des mots non-éclos, de ceux qui résistent à l'écriture, comme à l'usure, sachant que dans leur coque de silence ils fermentent comme le vin, ils apprennent l'attente, la gestation, le mûrissement.
Et soudain, un baladin, vient vous faire l'offrande de la toile où ils sont tissés.
Oui, Sergio, c'est exactement là, dans ce sable mouvant du temps, que la pensée se débat. L'écriture, une empreinte possible mais d'autres aussi...

Écrit par : christiane | 02/05/2016

___________________________________________________

Je suis en train de me débattre avec un logiciel qui analyse les ondes musicales, maintenant tout est logiciel, avant c'étaient des oscillo quelque chose, mais en boîtiers, eh bien il y a vraiment beaucoup d'analogies avec ce que l'on pourrait se représenter être la pensée... Des ondes sous-jacentes et tout le tra la la...

Écrit par : Sergio | 03/05/2016

_________________________________________________________________
La pensée.... des ondes sous-jacentes... oui !

Écrit par : christiane | 03/05/2016

**********************************************
Ma pensée.... des blondes sous-jacinthes...oui !

Écrit par : JC..... | 03/05/2016

_________________________________________________________
joli !

Écrit par : christiane | 03/05/2016

**********************************************
Nous ne devons jamais refuser de nous vautrer dans la facilité la plus accueillante : cela change, nous fait tant de bien, nous rapproche si tendrement des Nombreux, de l'élite intellectuelle, aussi ... !

Écrit par : JC..... | 03/05/2016

*********************************************
La mort nous attend, nous autres les porcs... Profitons de la bauge occidentale, laïque et démocratique !

Écrit par : JC..... | 03/05/2016

Lola est en "dérangement"; c'était prévu .Sans Wifi.Tout suit son cours.
J'ai les clés, je lui transmets vos com. philosophiques et passionnants, que je découvre.
Je suis le messager invisible et sûr. Cap'tain Achab.
( les poissons et les marins sont de vrais muets,chut)

Écrit par : lola | 04/05/2016

________________________________________________________
Cap'tain Achab ! Quelle poursuite ! avec un drôle de cachalot plutôt retors (wifi ?) ! Revenez-nous et laissez-le en paix avec son cuir plein de harpons.

Écrit par : christiane | 04/05/2016

Les commentaires sont fermés.