Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2016

Casa fractaliste

mandel01.jpg

 

Voilà : autant le dire tout de suite, les fractalistes nous on vit que dans des baraques à peu près comme ça. On voit bien que cela tient de l'organisation Todt, du Corbusier, avec en plus des oubliettes dans tous les coins.

 

En tous les cas c'est pas une maison bleue, ni aller siffler là-bas sur la colline, ni un vieux chalet toit de bardeaux ; plutôt in the ruin et même down in New Orleans comme d'autres gars l'ont finie. En plus c'est un peu comme l'histoire du gruyère plus y a de trous, avec la rouille ça fait un peu Sarajevo, ou bien sûr Roman Polanski ; on a même prévu des embrasures pour les snipers qui voient double sinon ils y arriveront jamais.

 

Naturellement il faut pas se mettre à croire que c'est le repaire de la Yam la grosse vache, attendu que elle de toutes les façons elle est bien au chaud à l'habri. Non, cela me ferait plutôt penser aux chantiers qu'on investissait, visitait en loucedé tout gamins, parfois l'escalier était pas encore posé, rien que des barres de fer partout...

 

Or donc c'est fait avec Mandelbulber, logiciel de fractales en 3D conçu pour la Mandelbrot, donc le fameux Mandelbulbe de Daniel White. Seulement qui peut le plus peut le moins, et comme ce Mandelbulbe, en forme d'épais buisson ardent, est vite un rien lassant, ce qui est intéressant c'est toujours ce qui est à côté du sujet principal, donc ici tout bonnement d'autres fractales, l'éponge de Menger en l'occurrence.

 

Ca marche bien, c'est toujours un peu long de rentrer les prises de vue, les perspectives, et de toutes manières je suis pas encore arrivé au point de voir si l'on peut mettre ses propres équations ou non...

Commentaires

Sergio, voue devriez avoir honte, tu devrais avoir honte, crapulet, de pervertir la jeunesse avec tes fractales mandelbrotibulaires qui l'éloigne de choses importantes de ce monde :
-la haine de la religion
-le respect critique des parents
-un revenu assuré et mérité
-une vie sexuelle épanouie
-le goût de la poésie (bonne soirée Christiane)

Écrit par : JC..... | 24/03/2016

Le mec de la Grande Arche il devait avoir le même logiciel mais en beta test, sans les couleurs.
Nouvel aussi pour l'IMA.

"Mandelbulber" pourrait dorénavant remplacer un juron très usité sur les Yams nancéennes.

Écrit par : pado | 24/03/2016

__________________________________________________

Remplacer Trommelfeuer par Mandelbulber ? Euh... Faudrait quand même réunir une commission...

Écrit par : Sergio | 24/03/2016

___________________________________________________

Non mais la haine de la religion moi je croyais même pas qu'il y en avait encore, des religions, sauf pour le tourisme... Pourtant en Auvergne on est des mecs reculés mais bon, vingt minutes de messe et six heures de repas, quoi...

Écrit par : Sergio | 24/03/2016

La religion du tourisme.
Dieu Nikon, faux Chanel et deux euros gagner après âpres tractations sur un châle en cachemire.
La vie quoi !
Mais vous le savez, c'est leur culture.
Ahhhhhhhhhhhhhh TKT !!!!!!!

Écrit par : pado | 24/03/2016

-------------------------------------------------------------------
Tant qu'à faire "d'aller au trou", autant que ce soit confortable :

http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2013/07/17/Une-nuit-en-prison-rien-que-du-bonheur-!-1551794

Écrit par : Lucy | 24/03/2016

___________________________________________________

On pourrait monter une flotte de galères... Avec du Piz Buin, des coups du fouet (supplément)... Surtout le gros qui bat la mesure... Les GO sont tous en Messala avec le manteau rouge et la cuirasse moulée...

Écrit par : Sergio | 24/03/2016

__________________________________________________

Le mec de la Grande Arche il devait avoir le même logiciel mais en beta test, sans les couleurs.
Écrit par : pado | 24/03/2016

Ca doit faire dans les quinze jours que je l'ai, ce truc, dans la distribution Debian, tranquillos, il arrive tout cuit, rien à compiler, il se débrouille avec l'OpenGL et la carte graphique, faut qu'é marne, celle-là, nom de Dieu...

Au début avec le seul Mandelbulbe ça me gavait un peu, asticoter tous les paramètres pour voir ce qui se passe, et puis c'est pas bien beau, ce Mandelbulbe ; mais maintenant que j'ai trouvé qu'on peut en tirer autre chose, j'en décroche plus !

Écrit par : Sergio | 24/03/2016

La structure... oui, intéressante mais les couleurs-camouflage-armée-de-terre... ce n'est pas onirique, Sergio. Je préférais vos bleus et vos créations libres. Le cube, pourtant, est une forme énigmatique opposant ce que nos savons (6 faces) à ce que nous voyons (3 faces au maximum). D'ailleurs notre savoir est intimement lié au toucher, sans cette expérience sensorielle tous ces volumes (cubes, cylindres, sphères etc...) nous paraîtraient plats.

Écrit par : christiane | 25/03/2016

___________________________________________________

Il y a au moins deux onglets "material" sur mon bastringue : si avec ça on peut pas changer la couleur... Faudrait essayer de le mettre en Baccarat ! Là pour les jeux de lumière on serait servi...

Écrit par : Sergio | 25/03/2016

--------
Si Sergio met du beige en place du vert on aura le dernier Viiuuton à la mode mad max, faut ce qui faut pis raccord avec Pado qui tourisme ;)

Écrit par : chiara | 25/03/2016

--------------------------------------------------------------------------------
"Là pour les jeux de lumière on serait servi..."

Chiche !

Écrit par : christiane | 25/03/2016

___________________________________________________

Chiche !
Écrit par : christiane | 25/03/2016

Je dois bien avoir déjà avoir quelque chose à exhumer, avec des solides en verre, mais si sur le plan technique c'était à peu près correct, pour ce qui est de l'inspiration cela n'avait rien de transcendant...

Je vais monter aux archives avec une lampe de mineur comme Spirou !

Écrit par : Sergio | 25/03/2016

___________________________________________________________
"avec une lampe de mineur comme Spirou !"
Oui, je vois la lumière de votre lampe-torche à l'intérieur du cube ! Dites-donc, pas très sympa l'ambiance du bunker ! On entre dans le ventre de la bête... ( Blockhaus DY10 )...
Avez-vous rencontré le groupe de punk-hardcore "Die Hölle" y a enregistré son premier album le 11 septembre 2005.
Quelques plans pour en sortir :
http://blockhausdy10.blogspot.fr/2011/11/dy10-dans-la-presse.html
"On n'entre pas dans un blockhaus comme dans un moulin. Il a donc d'abord fallu trouvé la clé, conservée chez une Nantaise qui fût un temps employée des chantiers navals. L'épaisse bâtisse grise ancrée à la pointe sud du pont Anne de Bretagne servait alors d'entrepôt. Depuis, les pièces d'usine ont cédé la place à une poignée..."
...
"Il y a peu, une cuisine a fait irruption dans l'une des alcôves du haut. Conception et réalisation en interne et à petit budget en deux mois. Des années qu'il en était question... Elle est immédiatement devenue le coeur palpitant et bavard de la fourmilière."
Très bien pour Lola et Lucy. Chiara prendra des photos.
Chic, vous m'avez installé un atelier !
http://www.francoislebot.com/article-au-blockhaus-99395734.html

Tiens JC, qui joue à Déroulède !
https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Review-g635581-d3536316-Reviews-Le_Grand_Blockhaus-Batz_sur_Mer_Loire_Atlantique_Pays_de_la_Loire.html
"... un authentique poste de commandement du mur de l'Atlantique, un des plus grands blockhaus jamais construit. Vous serez plongé dans l'ambiance d'un bunker avec ses chambrées, son PC radio, son armurerie, sa salle des machines... Elle jouxte une salle de transmissions, la chambre de l'officier de quart, le bloc sanitaire, ainsi qu'une très large entrée protégée par deux créneaux de défense pour arme portative, avec vue panoramique sur la mer et la côte..." (il pourra attendre le débarquement !)

" Il faudrait réunir la somme de 10 millions d’euros pour le réhabiliter. Une coquette somme qui pourrait être réunie par les amis du blog dans les semaines à venir... "

Sergio a bien "mis en vente son bunker qu'il a bâti pour la fin du monde en 2012. L'Apocalypse n'ayant jamais montré le bout de son nez, il s'est retrouvé avec un logement souterrain qui ne servait pas à grand chose. Il a donc décidé de publier une annonce sur "Le Bon Coin" pour tenter de vendre son bien...."
Pado a rédigé l'annonce :

"Bunkerkit: innovation belge – wallonne plus particulièrement – sortie tout droit du film « Panic Room ». Il s’agit d’un bunker en kit pouvant servir de local sécurisé où entreposer des biens de valeur, mais aussi de local de refuge (traduction de l’anglais: panic room ). Instrument de lutte contre la nouvelle technique des trolls consistant à prendre en otage un commentateur (en jargon policier: le tiger kidnapping) pour se moquer de lui ! Ce genre de produit semble voué à un bel avenir, d’autant plus que le concept est assez ingénieux, protégé par un brevet et sans trop de produits concurrents"....

Bon, après avoir pillé toutes les annonces-internet de bunker en tout genre, je vous souhaite une très bonne nuit !

Écrit par : christiane | 25/03/2016

Je n'ai pas oublié Bouguereau, il arrive, enfin, avec un stock de marionnettes prêtées par Jodorowsky : " J'étais parti ! Je me suis alors consacré à une activité artistique très particulière : les marionnettes. J’ai fait mes premières représentations avec des marionnettes qui représentaient mon père, ma mère, ma soeur et d’autres membres de la famille. Mes saynètes ressemblaient déjà à du psychodrame familial..."
Lucy propose un paravent chinois en guise de castelet !

Écrit par : christiane | 26/03/2016

"par de pareils objets les âmes sont blessées
"et cela fait venir de coupables pensées"
;;;entretien amoureux d'un meunier de Vaugirard
avecque la veufve d'un patissier de la
rue des Capucines...;;;;;

Écrit par : lola | 26/03/2016

___________________________________________________________
Lola,
connaissez-vous ce film "Le festin de Babette" ? Votre recette de coeur de veau aux larmes et vos esquisses de menus m'ont rappelé ce film que j'ai beaucoup aimé...
"Le Festin de Babette" est un film danois réalisé par Gabriel Axel et sorti sur les écrans en 1987. Il est inspiré d'une nouvelle de Karen Blixen. . Stéphane Audran dans le rôle de Babette, ex compagne de Chabrol, s'oppose magnifiquement aux actrices de Dreyer et Bergman.

Plats
Soupe de tortue géante
Blinis Demidoff (blinis au caviar et à la crème)
Cailles en sarcophage au foie gras et sauce aux truffes
Salade d’endives aux noix
Fromages
Savarin et salade de fruits glacés
Fruits frais (raisins, figues, ananas...)

Vins
Xérès amontillado avec la soupe
Champagne Veuve Clicquot 1860, accompagne les blinis
Clos de Vougeot 1845 avec cailles et fromages
Fine Champagne

Eau avec les fruits
Café accompagné de baba au rhum...

Babette, chef cuisinière renommée dans un grand restaurant parisien, le Café anglais, fuit la répression de la Commune de Paris en 1871. Elle trouve refuge au service de deux vieilles filles, dans un petit village luthérien du Danemark. Chaque année, elle achète un billet de loterie. Après quinze ans, elle remporte le gros lot de 10 000 francs et, plutôt que d'améliorer son sort, elle consacre tout son argent pour reconstituer, en une seule soirée et pour douze couverts, le faste de la grande cuisine parisienne...

Écrit par : christiane | 26/03/2016

___________________________________________________

"Le Bon Coin" : eh bien cela existe vraiment, et à deux pas de mon bunker, encore ; on croit toujours qu'il n'y a que Robert Bidochon qui aille "jusqu'à le Bon Coin" quand "il a son moral", eh bien non, ici on a bien un bistrot pour deux ou trois habitants...

Et celtui-là s'appelle vraiment "Le bon coin".

Écrit par : Sergio | 26/03/2016

_________________________________________________________
et dans votre bistrot accueillez-vous Goussier et Voltaire, Sergio ?
(Château de Ferney - Juillet 1761. Voltaire reçoit deux ravissantes comédiennes italiennes venues répéter "Le Fanatisme ou Mahomet", pièce écrite vingt ans auparavant et fort critiquée alors....)
Le printemps suivant, de retour à Paris, au Palais Royal au café de la Régence, Goussier raconte le récit d'un été chez Voltaire. Il sort de sa serviette les multiples dessins à la plume, à la sanguine, à la pierre noire qu'il avait réunis pendant son séjour...

"-... et il connaît l'histoire, répondit Voltaire, et il sait qu'on peut entraîner des peuples entiers dans le crime. Un homme comme vous et moi, donc, quand il se dit inspiré par le ciel, est un imposteur.
- Vous êtes bien sûr de vous... Mahomet, ce n'est quand même pas le Polichinelle de la foire ?
- Pour un ange Gabriel, il y a vingt barbares qui ensanglantent la planète.
Goussier fit une moue , incrédule.
- Dites-moi, Goussier, reprit Voltaire, quand les musulmans eurent conquis toute l'Espagne par leur cimeterre, croyez-vous qu'il n'y eût pas une goutte de sang versée ? Jésus n'institua ni cardinaux, ni pape, ni dominicains, ni curés, ni inquisiteurs. Il ne fit brûler personne et il recommanda l'amour de Dieu et du prochain. si Jésus reparaissait aujourd'hui au monde, se reconnaîtrait-il dans un seul de ceux qui se nomment chrétiens ?
- Hummm...
- Vous restez songeur, Goussier... Ce que je dis ne vous satisfait pas ?
- Je ne sais, je crois que de maudites circonstances nous mènent en haut puis en bas puis de nouveau en haut puis quelqu'un prend des ciseaux et coupe la corde...
- Mais encore ?
- Je pense à un héron que, chaque matin et chaque soir, Zanetta rencontre au bord de l'étang.
- Oui.
- Pour lui, les seules catastrophes sont le gel, le froid, l'assèchement d'une partie de l'étang... l'absence de grenouilles.
- Je ne vous suis pas, Goussier.
- Je veux dire qu'un grand nombre d'animaux meurent chaque année. On les chasse, on les tue, on les farcit.
- Oui.
- Mais de la fin de l'hiver à l'automne, les hérons vivent heureux. Ils plantent doucement leurs pattes dans une eau sale et sont heureux.
- Oui.
- Ils s'allongent dans l'eau et regardent voler d'autres oiseaux qui reviennent dans les étangs voisins...
- Ah, les migrateurs, Goussier...
- Voilà....
Il y eut un silence d'été.
- Les hérons n'ont pas de temples, pas de mosquées, pas de favoris, pas de légions, pas de monastères, pas d'évêques, pas de rabbins, pas de prophètes, pas de grâce efficace ou de grâce suffisante, aucun jésuite ni, pire, aucun janséniste sur le dos. Ils n'ont que la prudence devant les chasseurs et la bonté devant l'eau tiède qui miroite sous leurs plumages...."
p. 125 et suivantes
"Un été chez Voltaire" - J-P. Amette (Albin Michel)

Écrit par : christiane | 26/03/2016

__________________________________________________

- Les hérons n'ont pas de temples, pas de mosquées, pas de favoris, pas de légions, pas de monastères, pas d'évêques, pas de rabbins, pas de prophètes, pas de grâce efficace ou de grâce suffisante, aucun jésuite ni, pire, aucun janséniste sur le dos.
Écrit par : christiane | 26/03/2016

Ca peut être discutable...

A la maison on avait une chatte, et de temps à autre elle mangeait de l'herbe, la revomissait consciencieusement ; "elle se purge !" Mouais... Avec le recul je me suis toujours demandé si ce n'était pas tout bonnement l'équivalent d'une bonne cuite ! Ca fermente, l'herbe, as i know...

Écrit par : Sergio | 26/03/2016

------------------------------------------------------------------------------
Alors, si les chats et ce héron philosophe sont sous extasie, il ne reste plus qu'à crier comme le don Quichotte de P.-J. Toulet :
" Je te connais, Chimère, tu t'appelles hallucination !".
N'empêche que ce roman de JPA est vraiment d'actualité: " L'Europe se déchire, partout le premier dogme est celui de la haine...! Quel dogme théologique n'a pas fait répandre le sang ?"
Et puis je suis ravie d'entendre cet été-là raconté par ce François Goussier, le dessinateur-graveur de "L'Encyclopédie", toujours le fusain à la main, observateur amusé ou interrogatif de ce petit monde (raconté avec l'esprit et l'élégance d'un roman du XVIIIe s. Paru en 2007. Il n'a pas pris une ride !)

Écrit par : christiane | 26/03/2016

-------------------------------------------------------------------
Toutes les chattes mangent de l'herbe, Sergio, la mienne aussi.

Evidemment si on leur servait le "festin de Babette"...
très beau film, Christiane.

Écrit par : Lucy | 26/03/2016

-------------------------------------------------------------------------
Oui, Lucy "beau film" et magnifique personnage.
Mais Sergio n'a pas tort, j'ai vu la chatte de mes enfants complètement vacillante et excitée après avoir mangé une herbe qu'elle prisait et dont le nom m'échappe. Tort et raison car l'herbe les purge aussi.

Écrit par : christiane | 26/03/2016

__________________________________________________

Non, c'est vrai que cet Islam, c'est en millénaires que ça se chiffre ; le communisme, moins d'un siècle, et puis c'est autre chose : c'est prêt ou c'est pas prêt, à débattre faut voir ; l'aute machin ça a l'air quand même assez inhumain.

Et puis une remarque de Carrère d'Encausse m'avait marqué : le Russe raccompagne toujours ses envahisseurs, c'est vrai, et jusqu'au bout ; mais de nature lui n'envahit pas des masses ; qu'on lui laisse des accès aux mers libres, et il est peinard.

Tandis que les autres chameaux, un de ces quatre on va les retrouver en Terre Adélie ! I vont braquer les pingouins...

Écrit par : Sergio | 26/03/2016

Vous êtes adorablement bavards. Et vous êtes diaboliquement cultivés.
Mais, vous racontez l'histoire en la prenant par la queue ,Christiane ! C'est en dégustant les cailles en sarcophages et en buvant ..un coup, que le Général moustachu s'écrie , à peu de choses près : autrefois,il y avait au Café Anglais , un grand chef, une femme qui seule était capable de....; et seul, lui sait dès qu'il a mis le nez dans son verre qu'il s'agit d'un Clos Vougeot.
C'est un film extraordinaire que j'ai vu au moins 3 fois de suite et visionné plus de 10 fois. Je n'ai jamais voulu lire la nouvelle de K.Bl , car le film de G.Axel est un chef d'oeuvre, dans tous les sens.
Stéphane Audran y est prodigieuse et d'une beauté folle. Et le film empreint d'un pessimisme assez noir; ils ont tous raté leur vie, même s'ils dansent à la fin. Les 2 soeurs, qui avaient tout pour développer leur talent et connaître l'amour, sont devenues aussi sèches que ces vieillards confits en religion. Seule Babette sait ce qu'est la vie . La préparation du repas est un grand moment de Cinéma.
Quelle heureuse idée , Christiane, d'évoquer ce film. Une fois dans ma vie j'ai assisté à une sorte de repas semblable, à Casa, la mère de mon amie Safia, avait préparé une bstila, absolument fabuleuse et ....
J'ai un livre de cuisine fassi, incroyable, texte, illus
Je suis en train (j'essaie..) de trier tous ces livres de cuisine; utiles ?? je n'ai plus vraiment envie, sauf ...Il faudrait que je réécrive des recettes( le coeur doit se trouver chez Sergio, je n'en ai pas de copie)
Je vais essayer de trouver de la poutargue, , et enfermer des dattes dans une dentelle de jambon d'Aoste avec....
Très en forme vous êtes, le Héron et Mahomet ( j'ai lu le livre, meilleur que les policiers) Quand j'allais à Genève chez une amie, nous allions ns balader à Ferney, endroit bizarre ...
Un ami a vu Hubert Robert au Louvre, extra dit-il. La collection de grands vases grecs de la collection du Duc de Luynes, c'est jusqu'au 31 ...
Et il y a ds le Télérama un long entretien avec Thomas Ostermeier, remarquable, de bout en bout.
Je relis le" Canard ".... Un froid venteux sibérien; mangeons des babas au R qui ne dégoulinent pas d'un liquide sucré ( pas des savarins) avec un café de Papouasie.
Une tempête secoue les volets et les manteaux des cheminées..Un boucan d'Enfer glacé..Ceux qui sont cachés dans des cartons sont en train de geler.

Écrit par : lola | 27/03/2016

J.C. un passant bien informé m'a dit que vous aviez fait valser le commentarium, je ne trouve pas votre post..??? Vous dansiez avec Betty Boop ??? Le loup déguisé en tourterelle ?
Tout valse sur l'avenue, de quoi se desgoincher les ischies et se décrocher les badigoinches...

Écrit par : lola | 27/03/2016

______________________________________________________________
Lola,
c'est chouette quand vous écrivez vers une heure du matin ! les mots virevoltent du bonheur d'écrire. Heureuse de lire votre mémoire et du film et de livre de JPA où se croisent la verve cinglante de Voltaire et les frémissements des alcôves.
Hier, un cadeau : un roman. Tous les écrans éteints, j'ai lu jusqu'au refus des yeux demandant le sommeil. Passionnante exploration des pensées secrètes d'un enfant autour de la disparition d'un autre enfant. La forêt et l'hiver pèsent dur le village.... "Trois jours et une vie", le dernier roman de Pierre Lemaître (Albin Michel). La réalité est souvent moins complexe que l'idée que nous nous en faisons. L'imaginaire est terrible...
Pour Thomas Ostermeier, oui, Fabienne Pascaud prend le temps de l'écouter dans ce bel entretien. J'aime quand il parle de sa troupe, la Schaubühne, et de l'Europe de la culture. Il aime le "Klein Mann" (l'homme de la rue) et parle avec pudeur de ces peurs qui conduisent à la lâcheté et aux aveuglements. Son essai "Le théâtre et la peur" (Actes Sud) doit être un formidable complément à cet entretien.
J'ai été plus songeuse sur une phrase :" Le réalisme n'est pas la représentation du monde tel qu'on le voit, mais tel qu'il est." Même si au théâtre les processus humains sont démontés, le théâtre dit "réaliste" porte toujours dans son écriture et son jeu la patte du dramaturge et celle du metteur en scène, du directeur de la troupe : une écriture, teintée par sa vision du monde. (Mais je crois que dans l'entretien il oppose ce réalisme au romantisme allemand). Le final sur Tchekhov et sur l'empreinte du voyage au bagne de Sakhaline donne une clé de son écriture.
Dimanche de Pâques mouillé et un peu froid par ici. L'espérance folle de cette fête va bien avec l'impénétrable de ce ciel gorgé de nuages...

Écrit par : christiane | 27/03/2016

________________________________________________________
"C'est en dégustant les cailles en sarcophages et en buvant ..un coup, que le Général moustachu s'écrie , à peu de choses près : autrefois,il y avait au Café Anglais , un grand chef, une femme qui seule était capable de....; et seul, lui sait dès qu'il a mis le nez dans son verre qu'il s'agit d'un Clos Vougeot. "
Oui, Lola, le moment le plus fort de ce film... qui inonde ce terne village de brumes et de morue séchée de l'or poudré d'un souvenir... dont le reflet tremble dans l’œil gourmand des convives.
Et Babette, la secrète, est heureuse.

Écrit par : christiane | 27/03/2016

-------------------------------------------------------------------
Lola vous m'épatez avec toutes vos recettes de cuisine vraies ou inventées, et encore plus avec les inventées ! moi qui ne fait la cuisine que contrainte et forcée, je peux me nourrir uniquement de sandwiches au jambon ou de n'importe quoi avec du pain, des olives comme Zorba le Grec (celui du livre, dans le film je ne me souviens pas de ce qu'il peut manger quand il ne danse pas ce sirtaki créé exprès pour l'occasion, mais belle invention puisque qu'on ne peut pas aller en Grèce sans l'entendre !)

Curieusement j'ai tout de même une dizaine de recettes (ou peut-être seulement cinq ou six...) que je réussis assez bien et que mes visiteurs réclament à l'avance car il n'y a que chez moi qu'ils en mangent !
Pour moi, la cuisine me prend inutilement du temps que je pourrais consacrer à des choses beaucoup plus intéressantes !

Écrit par : Lucy | 27/03/2016

----------------------------------------------------------
Sergio, il faut tout de même que j'ose vous dire que je trouve votre "casa" sacrément déprimante !

Écrit par : Lucy | 27/03/2016

-----------------------------------------------------------------
Sergio, tu ne m'en voudras pas mais je te fais mes adieux !
Christiane et moi, nous sommes déçus l'un de l'autre et ce sont mes derniers instants de vie puisque je vais me précipiter à scooter dans les falaises Sud de Porquerolles pour oublier la méchante Christiane.
Les falaises faisant deux mètres de haut, le scooter, impeccable, devrait être à peine égratigné : d'ailleurs j'ai l'intention de le vendre en viager... une sacrée affaire ! Adieu.... les affaires sont les affaires et la vie est un torrent d'égouts, brunâtre

Écrit par : JC..... | 27/03/2016

J.C. méfiez-vous, de telles déclarations vous menent directement dans les "fillettes" de Louis XI, et vous n'y retrouverez pas Betty Boop. J'ai lu sur la page d'accueil de mon PC qu'un homme avait jeté sa ..femme...du 5° étage, comme ça , hop, va t'aplatir , petite chérie! C'était paraît-il une de ses habitudes..elle est vivante, cassée , à l'hôpital. Si vous persistez à tordre Christiane dans tous les sens, on va lâcher les chiens et c'en est fini de vos tourterelles qui font cui cui.
Travaillez vos passé-simple, astiquez vos adjectifs, et glissez de la poudre à canon en quantité raisonnable, haprès, on décidera..

Écrit par : lola | 27/03/2016

__________________________________________________


Les falaises faisant deux mètres de haut, le scooter, impeccable, devrait être à peine égratigné :
Écrit par : JC..... | 27/03/2016

On peut pas ! Faut attendre qu'ils repeignent la ligue blanche la machine est en panne on a paumé la doc... Et le cariste (c'est ça, non ?) est en grève !

Écrit par : Sergio | 27/03/2016

Bien vrai, Sergio, que votre cube n'a pas la gniaque;on y sert quoi, à l'inthérieur ? de la gueuse en sandalettes ? Rafraîchissez vite fait vos dorures.
Lucy, Christiane, je répondrai ce soir, j'avais oublié que c'était l'heure d'été..et y'a pas de prêt-à-manger, des avocats, des pommes, des kiwis , des gervita et du café...j'avais prévu de faire le marché, ce matin ...ô douce illusion de la jeunesse; je vais faire de la floraline avec caramel, inratable. Ce soir, au souper ? des tartines beurrées .

Écrit par : lola | 27/03/2016

___________________________________________________

poudre à canon en quantité raisonnable
Écrit par : lola | 27/03/2016

Ca doit pas être mauvais, avec le salpêtre...

Écrit par : Sergio | 27/03/2016

______________________________________________________________
Mais ça ne va pas, JC, quand tu écris :
"Christiane et moi, nous sommes déçus l'un de l'autre et ce sont mes derniers instants de vie puisque je vais me précipiter à scooter dans les falaises Sud de Porquerolles pour oublier la méchante Christiane."
J'essaie de comprendre, d'explorer tes posts comme on le fait d'un dessin de Topor ou d'Aeschlimann. Ça n'a rien à voir avec de la méchanceté !

Écrit par : christiane | 27/03/2016

__________________________________________________

on y sert quoi, à l'inthérieur ?
Écrit par : lola | 27/03/2016

du gruyère, mais carré ; toutes manières avec les Suisses c'est toujours carré... C'est un Fort-Boyard suisse !

D'ailleurs ils sont gonflés, ces gars : ils ont toujours prétendu que c'était à cause de leurs fortifs montagneuses qu'oncle Wolf ne s'est jamais décidé à les envahir...

Écrit par : Sergio | 27/03/2016

--------------------------------------------------------------
Venise ! j'adore Venise ... ce que j'aimerai faire c'est arriver en voiture, ouvrir le coffre de la limousine, revêtir un costard de plongée, épais, bien noir, bien confortable, mettre des palmes aux pieds, descendre, m'immerger, dans le liquide sombre.... partir calmement... et connaître Venise par ses fondements, ses assises, sa fragilité.
Il me faudrait remonter du canal quotidien, le soir venu, par la cour intérieure du Palazzo loué, ...un peu de repos, et le lendemain ... repartir dans les eaux et la pourriture des battements d'hélices folles des coques splendides en bois à 7 couches de vernis, promenant du touriste heureux de s'en foutre plein la vue ! ...

Écrit par : JC..... | 27/03/2016

____________________________________________________________
ça alors, JC, avez-vous lu "La femme promise" de Jean Rouaud ? Le héros de ce roman porte palmes et combinaison de plongée, est sorti d'un canal ou d'une mare -je ne sais plus- par la gendarmerie. Une rencontre étrange entre cet homme-grenouille et une femme... Toujours eu l'impression le lisant d'être mené par le bout du nez par un auteur malicieux. Un vrai désastre amoureux, très drôle !
Il y a un narrateur souvent dépassé par les évènements.
400 pages délicieuses.

Écrit par : christiane | 27/03/2016

Savez-vous, J.C. que vous avez employé un futur "j'aimerai" id est vous êtes presque arrivé...Pour louer un Palazzo, faites vite, les Asiatiques via Francfort, c'est moins cher, bouclent déjà leurs valises ....Aviez-vous au moins regardé la somptueuse Susan Hayward dans "the lost moment" en NBl . ..une chevelure à se faire sauter la cervelle...à moins que de l'enrouler savamment dans un casque. Sergio s'occupe de votre rosebud scooteur, et vous vous dépêchez de récupérer Christiane avant qu'elle ne se replonge dans les avant-turhes de jean Rouaud....Et puis sur la Place, il y a des tourterelles.....

Écrit par : lola | 28/03/2016

---------------------------------------------------------------
Obnubilé par le salut de mon âme, je ne regarde jamais les somptueuses actrices ou passantes tentatrices qui nous éloignent du salut.
Je cherche d'ailleurs à échapper au monde, à intégrer un Monastère (est ce qu'il y a un concours d'entrée ?... .) pour y faire retraite définitive.
Naturellement, un Monastère mixte, mon Abbaye de Thélème, où je me vois bien théologien-piscine chargé des nonnettes aquaphiles ...

Écrit par : JC..... | 28/03/2016

---------------------------------------------------------------
En vérité, je vous le dis ...comme j'ai adoré Babette, il y aura festin tous les jours dans mon monastère mixte, foi de Dom Jissé des Entourloupes !
Inscrivez vous !
Il reste quelques cellules magnifiques...

Écrit par : JC..... | 28/03/2016

----------------------------------------------------------------
JC, à Venise je vous verrais bien en Corto Maltèse, c'est le moment, préparez-vous à y aller du 10 au 25 avril, pour retrouver la piste de la « Clavicule de Salomon » en compagnie du Baron Corvo et de Gabriele D'Annunzio. C'est autrement enthousiasmant que de se traîner dans les eaux répugnantes des canaux ! Vous aurez tout le temps nécessaire ensuite pour chercher votre monastère ; je vous conseille les Météores, Μετέωρα Μοναστήρια, « monastères suspendus au ciel », site exceptionnel et enchanteur, mais êtes-vous encore assez vert pour escalader les échelles ?

Écrit par : Lucy | 28/03/2016

----------------------------------------------------------------
Etant assez vert pour pratiquer les Arts Martiaux de ces brutes japonaises... je ne me risquerais pas à monter aux échelles, à fréquenter les Météores et leurs ivres de Dieu, bien trop éloignés de la sévérité rabelaisienne qui est mienne ...

Écrit par : JC..... | 28/03/2016

Les Meteôres ....vous avez tôrt....c'est tortement beau
Il y a qqs années j'avais, en compagnie de Frère Jean,pris pension à l'Abbaye de Thélème, la vraie, à moitié restaurée puisqu'elle a perdu l'autre moitié de ses travées; du charme, de l'allure, des courants d'air, des blés, des fouaces et du vin rosé; pas de Picrochole à l'horizon, ; du déduit du soir au matin, du matin au soir,veux-je dire....
¤¤ Impossible de prendre le bateau pour aller d'guster des homards bleus, une tempête terrible qui a rendu sympathiques les croissants de Patapin.
Arrêtez de jeter votre scooteur par-dessus les moulins, J.C. tous nous savons que vous aimez les hamacs qui vous balancent jusqu'aux hauteurs éthérées de l'Empyrée rêvé. On m'appelle, danser la gigue, pour passer entre les gouttes. Les volets vont-ils résister ??

Écrit par : lola | 28/03/2016

-------------------------------------------------------------------
JC, ne confondez pas les Météores avec le Mont Athos toujours interdit aux femmes !

Écrit par : Lucy | 28/03/2016

------------------------------------------------------------------
Lola, il y a un certain nombre d'années, j'ai fait un séminaire à l'abbaye de Royaumont, très 'classe'...

Écrit par : Lucy | 28/03/2016

__________________________________________________

Gabriele D'Annunzio.
Écrit par : Lucy | 28/03/2016

Le gars des tracts ? Ca me fait penser à la fin des Thibault, tiens...

Écrit par : Sergio | 28/03/2016

___________________________________________________
des nonnettes aquaphiles ...
Écrit par : JC..... | 28/03/2016

Va-t-en défaire six kilos de linge trempé à essorer, tiens... Des coups à louper l'apéro, oui !

Écrit par : Sergio | 28/03/2016

__________________________________________________________
C'est bon de vous lire. Des mots cerf-volant allant de l'un à l'autre avec leurs queues multicolores et leurs ailes qui claquent au vent.

Écrit par : christiane | 28/03/2016

---------------------------------------------------------------
J'y ai pensé, Sergio ! Mes nonnettes aquaphiles - nos nonnettes si tu acceptes le poste de Frère jardinier - seront revêtues de mini-soutanes à cornettes masque-tuba intégrés, absolument ravissantes...
Foin de robe de bure râpeuse, de soutane en carton chaud, d'haire et de discipline : élevons nos âmes en faisant perdre du poids à nos vêtures !
La liberté d'esprit ne se veut pas contrainte ...

Écrit par : JC..... | 28/03/2016

__________________________________________________

Frère jardinier
Écrit par : JC..... | 28/03/2016

Une réplique des Passagers du vent :

- Votre jardin doit abriter des fruits merveilleux...
- (C'est une Anglaise) C'est moi je choisis le jardineur...

Écrit par : Sergio | 28/03/2016

Superbe, les Passagers du vent" Fr.Bourgeon est un génie. Des détails fabuleux, des cadrages incroyables,
Y aura-t-il une suite ?? 10 vol déjà ?? Que voilà de l'exquise lecture.
Quant à vos nonnettes empaquetées comme des bourgeoises éhontées, J.C., quelle déception; votre imagination a pris l'humidité. Essorez-la vite, sinon, on va tous couler.
Lucy, Royaumont c'est d-un chic....lorsque j'avais voulu apprendre le chinois, il y a lgts.... il n'y avait eu que 5 élèves inscrits...et le cours (2 mois) avait été annulé...Le site de l'abbaye de Thélème exist(ait) e, encore? des ciels céruléens, des blés si épais qu'on pouvait s'y cacher avec les perdrix...
J.C. méfiez-vous, les canaux puent le fuel et le musée de machin chose est un ersatz pour amuser les bobos ...Vive l'air du large avec Fr.Bourgeon!

Écrit par : lola | 28/03/2016

----------------------------------------------------------------
Lola, et le chinois alors ? J'en ai fait deux ans en fac il n'y a pas longtemps, c'est passionnant, comme les histoires du Juge Ti, mais il fallait que je grossisse tous les caractères pour bien les distinguer, dur, dur, trop 'vieille', enfin du côté des yeux, myope depuis l'âge de 14 ans avec aggravation régulière tous les ans... J'ai toujours pensé que c'était parce que, pensionnaire, je lisais le soir sous les couvertures avec une lampe de poche... mais comment quitter Sarn et Mary Webb ? Même en étude, il fallait se cacher pour lire !

Écrit par : Lucy | 28/03/2016

Lucy. D'abord Mary Web,"la renarde" titre anglais ? Quel histoire étrange, et,quel roman passionnant; pas de longues analyses, des personnages qui agissent plongés dans une situation inextricable . La fin, extra. Je l'ai lu , combien de fois? il faudrait que je le trouve en anglais. Je vais à Paris, bientôt..En avril au Louvre ,projection du Casanova de Fellini.
Le chinois ? depuis lgts je voulais faire du chinois, entrer ds une langue totalement diff des langues latines. A l'époque Langues O n'avait pas de cours du soir (maintenant ça tourne à plein régime..) J'ai trouvé un couple qui arrivait de Chine et j'ai pris des cours particuliers, langue et calligraphie; très sympa mais pour la langue, trop peu méthodique. La J.femme est partie, j'ai continué la call, excellent.
J'ai 2 ou 3 cours avec dvd et plein de livres. Malchance, 2 accidents stupides, j'ai été arrêtée; puis en mai dernier, je bute contre une vanne d'eau et j'ai le visage écrasé... extérieur, ça s'est réparé, mais intérieur, c'est la pagaille, plaques en titane qui me handicapent, donc l'accent et les 3 tons, tout est à refaire. Beaucoup de trucs à régler, puis je reprends. J'ai déjà retrié mes cahiers et mes dvd. Langue simple; difficile, mémoriser les clés.En fait, ce qui me passionnait, c'était l'époque préMao,et la poésie et la peinture. Je ne veux pas abandonner. Suivez-vs un cours de langue, en fac ? vs servez-vs du pinyin? qui n'est pas une transcription phonétique et encombre plutôt.
Lorsque les caractères sont trop fins, déchiffrer est ardu, et lorsque mon prof écrit vite en cursif, c'est le néant !Dites-moi où vous en êtes.
Que mes conseils en informatique repassent par la maison, afin de dresser /paramétrer mon PC..
Quant à la bouffe, eh bien...j'ouvre difficilement la bouche ! ( revoir le chirurgien) je me satisfais de brioches et de yaourt....j'ai aimé inventer des plats pour les autres, ms ça me prenait des plombes; beaucoup de découpe, beaucoup de couteaux, de casseroles, d'ingrédients, et beaucoup de livres! dès que j'ai le temps, j'invente une recette!
Heureuse de vous lire.

Écrit par : lola | 29/03/2016

---------------------------------------------------------------
Spécialiste mondial de la 'nonnette aquaphile', j'accepte volontiers la critique : elles apprendrons nues ! Rien à essorer...

Écrit par : JC..... | 29/03/2016

---------------------------------------------------------------------------
Regardant longuement puis dessinant des plantes ou des nuages ou des mouvements d'eau, à la plume rehaussée de lavis ou directement au pinceau, il me semble m'être approchée de la calligraphie chinoise. Le jet vertical et dépouillé de la tige des bambous, cette succession de petites tiges naissant de la première, la grâce des feuilles, des petites fleurs délicates, des corolles closes sur d'autres plantes, une vague se lovant autour d'une pierre, des nuages mouvants. Le point, le trait horizontal, le vertical, le descendant, la terminaison en crochet, les pointes acérées, les obliques. La concentration proche du recueillement, le souffle qui s'apaise, la naissance du geste qui de l'intérieur de soi va se projeter par une attaque fulgurante sur la feuille ou laisser une empreinte avec plus de légèreté qu'un papillon se posant sur un pétale - retenue et fougue -, la main qui ne touche jamais le papier et qui évolue librement, audacieuse. Des ébauches arrêtées à l'intention. La pointe du pinceau qui effleure en tournant puis donne un galbe par une légère pression. Tout ça à l'économie. Le vide est important. C'est aller vers une présence. Même celle d'un caillou ou d'une herbe, vers une harmonie de soi au monde.
Bouguereau se moque toujours de moi avec mes "p'tites fleurs", pourtant l'équilibre du monde on peut le trouver dans une herbe rien qu'en la contemplant puis en la dessinant.

Écrit par : christiane | 29/03/2016

---------------------------------------------------------------
Passionné de Chine, j'ai remarqué que l'individu s'insère avec liberté dans ce qui serait pour nous contrainte ...

Écrit par : JC..... | 29/03/2016

--------------------------------------------------------------------------------
Intéressant, JC.

Écrit par : christiane | 29/03/2016

--------------------------------------------------------------- Dans notre Abbaye, je vois bien Lola, maitresse de Cuisine, régnant sur une armée de marmitons...

Écrit par : JC..... | 29/03/2016

---------------------------------------------------------------
Même un gros dégueulasse comme Mao Zedong, calligraphiait, écrivait, à merveille ...et il pondait poème sur poème, le con, entre deux pré-pubères !
Sollers en a traduit quelques uns....

Écrit par : JC..... | 29/03/2016

Réveil difficile, tempête toute la nuit, du thé et des brioches. J'avais envie de participer au sujet "Rose", ms à l'idée des ripostes en perspective, j'ai reculé.Je mets mes réflexions de côté.
J.C. heureuse nouvelle: les nonettes plongeront, nues; mais de larges et longs voiles en soie qui laissent deviner sans montrer..Soie, légère, impossibilité de couler. Trouver une anse, à l'abri est le plus difficile...Dans une vie antérieure, j'ai participé à des séances de "NU" , avec de vrais modèles qui savaient poser. Fusains et pierre noire. Passionnant. La beauté d'un corps humain, hommes et femmes. Payer les modèles a semblé exorbitant à certains; arrêt; regret.
Faut-il sauver Palmyre? ou les masses de femmes et d'enfants qui croupissent sous les décombres et crèvent de peur et de faim ? y'a pas photo. How ?how?
vos posts étaient super, de vraies orties sans en avoir l'air.

Écrit par : lola | 29/03/2016

Christiane, votre réponse à "Rose" était appropriée. Rose joue-t-elle un jeu ? en a_t_elle conscience?
Je suis d'une maladresse atroce, dessin, peinture; j'ai découvert la call.chinoise et cela fut une révélation,tout, pinceaux, encre, papier. Respirer, travailler le mélange eau/encre, anticiper. C'est de la cuisine alliée à de la philosophie. Le "maître" est exigeant et il n'est pas avare: en 10' il invente un paysage qui se déploie , se métamorphose. Fluidité et force. J'ai eu les dents toutes ficelées avec des élastiques, pas facile pour communiquer; ds qq temps je retourne à l'atelier, j'arrive à parler, mieux.
L'art de la conversation n'a rien à voir avec Diogène !!Je relis Michaux, liberté, rythme,profondeur. Ca me suffit...
Temps pourri;politique pourrie .

Écrit par : lola | 29/03/2016

___________________________________________________
J'ai toujours pensé que c'était parce que, pensionnaire, je lisais le soir sous les couvertures avec une lampe de poche...
Écrit par : Lucy | 28/03/2016

Non je crois pas, ça ; d'autant que pour quelques années...

C'est la nature si, mais c'est certes bien embêtant...

Écrit par : Sergio | 29/03/2016

___________________________________________________________
Lucy et Lola,
Les brins d'osier de vos mots tressent un panier ! Oui, Rose est comme ça, dans un anti-dialogue qu'elle ne cherche pas à élucider. Elle aime, je crois, cette façon d'être et d'intervenir dans les commentaires d'un blog qui souvent ne sont guère plus lisibles que les siens. Comme l'écrit, joliment Lucy, elle "écrit son roman". Autonome, ne craignant pas de choquer, ni d'être absurde. Une aptitude jubilatoire à faire les questions et les réponses. Étourdissante, paradoxale quand elle prend le pouvoir, la nuit, provoquant les fou-rires d'une galerie fictive par l'enchevêtrement de ses commentaires ou émouvante, fraternelle, c'est selon. Toujours l'évènement intime comme moteur, subjectif, des réactions éruptives au monde qui l'entoure. On dirait qu'elle ne sait pas où elle va (mais ce n'est peut-être qu'une illusion qu'elle veut donner). Ses "choses vues", imaginées, mémorisées...
J'aime beaucoup sa présence insolite, sur fond d'une classe en Provence.

Écrit par : christiane | 29/03/2016

Help ou je meurs ..de rire. Viennent de me tomber sous les yeux les posts de VéBé 12h29? ; 15h37 ; ET la réponse de DHH 18h.
Sùre , presque, que VéBé est un clône errant, c'est trop bien fait, tous les clichés s'y trouvent. Mais je suis sciée par le post de DHH, dégoulinant de...bêtise .Car, elle n'est pas un troll, elle.. (18h)
je me pose des questions.

Écrit par : lola | 29/03/2016

--------------------------------------------------------------------------------

le prestige des diplômes...
l'entre-soi...
l'effet miroir...

Écrit par : christiane | 29/03/2016

__________________________________________________

Mais la bêtise, c'est liquide ? Passeque quand ça se sublime, forcément dégouliner ça peut pas... Faudrait que je voye avec mes copains de la fonte ductile ! Alors eux, pour ce qui est de la vendre en Chine et en Algérie, ça y va à la manoeuvre...

Écrit par : Sergio | 29/03/2016

Quel bon sens,Sergio, oui ,il faut voir avec les spécialistes de la fonte ductile !
Chacun poste ce qu'il veut, c'est bien entendu Mais VB compose tellement bien son billet que ça sent l'entourloupe. Quant à DHH, son généreux apitoiement me fait pitié, pas plus. Cette exaltation des diplômes me donne mal au coeur; comme si cela déterminait la valeur, l'intérêt, l'intelligence d'un individu. comment disait Fr.Blanche: malheur aux barbus !

Écrit par : lola | 29/03/2016

Christiane, il y a un livre- que j'ai qq part- qui montre à merveille comment procéder, car il y a un sens pour une simple ligne, et dans le carré, on place les éléments dans un sens donné. Contraintes? règles qui guident l'équilibre, le bras en sus pension...
Des bambous, des bambous !! un jour C a apporter un petit coq nain, qui était très excité et il ns a dit: débrouillez-vous; ds 2 heures, il faudra qu'il ait toutes ses plumes et un port de tête impérial... Les chinois ont pleins d'animaux, de volailles, et ils emportent avec eux, au café leur cricket chéri dans une petite boîte, enfin qd il y a encore des hutongs...

Écrit par : lola | 29/03/2016

____________________________________________________________
Ah j'aime beaucoup le défi du petit coq ! quand on dessine un animal qui bouge beaucoup, il faut se souvenir qu'il repasse indéfiniment par les mêmes positions ce qui permet de croquer des séquences sans hâte et de l'apprendre. (oiseaux - félins....)

Écrit par : christiane | 29/03/2016

__________________________________________________

Cette exaltation des diplômes me donne mal au coeur;
Écrit par : lola | 29/03/2016

Ha mais non ! Au risque de voir Pado se tenir les côtes pendant vingt minutes, j'ai le test d'argent suisse ! Et là-bas ça se portait ! Et les moniteurs leur test d'or...

Bon maintenant c'est sûr que dans le métro ça se remarque pas beaucoup...

Écrit par : Sergio | 29/03/2016

Christiane, j'ai cherché mes livres de débutant calligraphe , il y a pléthore! si vs voulez apprendre le sens des traits :la calligraphie chinoise pour tous .
(les carrés et les modèles st tracés ; tb)
--100 premiers caractères chinois (marabout) tb exercices tracés
---j'apprens la calligraphie chinoise picquier jeunesse
(très simple pas de cahier d'ex ; ms joli)
--- ming lang lang ellipses plus développé moins d'exercices
J'en ai encore d'autres, car c'est fascinant
à Paris je vais chez YOU FENG rue M.le Prince derrière l'Odéon; vraie caverne d'Ali Baba où l'on trouve de tout en vrac
il y a Le Phénix bd sébastopol c'est plus une librairie....
pour le papier, les pinceaux c'est à côté de beaubourg rue quincampoix
j'ai des recueils de poèmes en chinois; je savais traduire; en 2 ans j'ai perdu; au boulot!
Plutôt qu'un animal, je préfère les fleurs !
Dormez bien.

Écrit par : lola | 30/03/2016

Les livres que j'ai cités se trouvent sur le net, descriptif complet, on peut feuilleter et.. commander !
il suffit de taper le titre! zaijian à bientôt

Écrit par : lola | 30/03/2016

___________________________________________________________
Merci, Lola,
mais pas d'envie d'apprendre la calligraphie chinoise même si leurs encres figurant si légèrement paysages, animaux, plantes... me passionnent.
Je ne pense pas "chinois". Il me faut notre langue si complexe, si riche, si paradoxale pour atteindre le plaisir de la lecture ou de l'écriture.
Même les haïkus, souvent intraduisibles, me laissent perplexes.
Cheng et Tanzaki sont mes passeurs et en art les lavis d'encre noire sur soie ou papier rare, les paysages de montagne et d'eau se déployant sur des grands rouleaux, les figurines en terre cuite, parfois émaillée (surtout les chevaux et les cavaliers), les laques miroitantes.
En 2009, superbe exposition au musée Cernuschi : Les Buddhas du Shandong. Et bien sûr le musée Guimet.
Des livres. Un parcours qui me touche celui de Fabienne Verdier : "L'unique trait de pinceau. Calligraphie, peinture et pensée chinoise". François Cheng : "Vide et plein. Le langage pictural chinois". Des peintres : Zao Wou-Ki. Une expo aussi à la Pinacothèque de Paris présentait le peintre chinois Chu Teh-Chun (et les chemins de l’abstraction).
Voilà, Lola, ce qui m'attire dans cette culture c'est la beauté esquissée, le silence, cette mémoire du temps. La Chine actuelle ne m'attire pas de trop (politique - rythmes de travail - pollution dans les grandes villes...)

Écrit par : christiane | 30/03/2016

---------------------------------------------------------------
Résumons : l'empire perse se porte mal n'étant plus ce qu'il fut, l'empire égyptien est musulmanisé autant dire mort, l'empire romain a cédé sous la pression barbare, l'empire ottoman s'est effondré sur lui même, dépecé, vidé, creux de bêtise, l'empire austro-hongrois a fait illusion un temps....
Le seul, l'unique, l'éternel Empire vivant est celui du Milieu !

Écrit par : JC..... | 30/03/2016

Christiane, je ne voulais pas vous inciter à apprendre le mandarin ! seule ment vous indiquer 2 ou 3 pistes pour mieux comprendre la calligraphie. L'un, simple est passionnant et beau ( picquier jeunesse)
Apprendre une langue est un choix,voulu, conscient (?) . Le français est la langue des Ambassades(même si le règne est révolu)Le chinois est un autre monde, fascinant parce qu'il participe d'une philosophie et d'un mode de pensée et de vie, à l'opposé du mode occidental.Anne Cheng(la fille de) a écrit un livre intéressant.
La chine, le monde de demain ?
J'ai parlé ,hier, de cricket ! criquet, bien sûr.Mais ces diables d'Anglais ont pénétré en Chine, en même tps que les français!et on jouait au polo, en Chine..
Aujourd'hui je râle, je dois partir et les manifs, c'est demain. Les réflexions des assoc. de parents me font bien rire ( trop long à developper).
belles ballades , dans les parcs ou dans les livres.

Écrit par : lola | 30/03/2016

J.C. l'empire romain n'a pas été exterminé par les Barbares, il est mort de sa démesure, incapable de gérer des territoires , des populations, des langues aussi différentes . Les "limes" construits aux confins de l'Empire ne protégeaient plus rien; l'économie n'était plus fondée que sur le profit,et politiquement un duo d'empereurs, doublé lui-même d'un duo de sous-empereurs n'avait plus aucun pouvoir. Il est irréfléchi de dire (ce que vs ne faites pas) que l'étude du passé ne nous apprend rien. Ce sont les mêmes schémas, à peu de choses près.
Avez-vous lu le livre de JP.Kauffman , Eylau, remarquable.

Écrit par : lola | 30/03/2016

-----------------------------------------------------------
Lola, je n'ai pas appris le chinois à cause de la calligraphie, bien sûr j'ai appris à dessiner les caractères mais seulement pour que l'on comprenne ce que j'écrivais ; ce qui m'intéressait c'était la langue chinoise et l'histoire (encore !) et la civilisation plus un aperçu de la Chine moderne. J'ai fait une halte à Pekin en revenant du Transsibérien, ville tentaculaire où ne soleil ne passe pas tant l'air est pollué, où les rues ne sont plus encombrées par les bicyclettes (il y a d'ailleurs des pistes cyclables protégées et très larges, mais pas de vélos à l'intérieur !) Je n'ai pas voulu faire le stage 'étudiant' étant donné que c'était dans des auberges de 'jeunesse'... Ma prof (chinoise) de chinois était devenue une amie, je lui donnais des cours de français pour son examen 'Français langue étrangère' et je corrigeais ses devoirs. Nous étions peu nombreux, les cours étaient sympathiques et je ne me débrouillais pas mal. La première année tous les textes étaient doublés de pin yin, le plus dur était l'écoute à transcrire comme pour les autres langues d'ailleurs.

Connaissez-vous les histoires du Juge Ti par Robert van Gulik, "Sinologue réputé et intellectuel distingué, Robert van Gulik joue du luth chinois, et dessine lui-même les illustrations ornant ses romans....En 1948, il traduit un roman policier chinois, le Dee Gong An, trois affaires criminelles résolues par le juge Dee-Jen Djieh (plus connu en France sous le nom de Juge Ti), fonctionnaire de l'époque T'ang (viie siècle de notre ère). Puis, s'inspirant de vieux récits chinois, il publiera seize ouvrages policiers fictifs, qui forment une série d'enquêtes mystérieuses conduites par son juge Ti." (wiki) Je les tous lus et j'ai beaucoup aimé.

Écrit par : Lucy | 30/03/2016

___________________________________________________

Il y a l'empailleur stâte buhildinnegue, mais des fois ils gobent les mouches, reste l'Empire des nuages, ou encore celui des spiritueux...

Écrit par : Sergio | 30/03/2016

------------------------------------------------------------
Quelqu'un a-t-il lu Mo Yan ( (莫言 littéralement : « celui qui ne parle pas ») prix Nobel 2012 ?

J'ai beaucoup aimé ses souvenirs d'enfance dans " Beaux seins, belles fesses." Le titre ne donne pas vraiment une image du livre, mais c'est la traduction littérale !

Écrit par : Lucy | 30/03/2016

___________________________________________________________
Oui, j'ai bien compris cela, Lola, mais le temps passe si vite maintenant... Il faut que je me concentre sur tout ce travail d'écriture qui m'a éloignée de ce monde qui me fascinait en son temps... C'est plus le marmonnement de Beckett et l'impossible de peindre de Bram Van Velde qui s'accrochent aux portraits du Fayoum, ou au vulnérable visage de Béatrice Cenci peint par G.Réni. Une parole nue, est-ce que cela existe ? Lui tenir tête dans le silence et devant la page nuit-blanche. Le passé est devenu obscur, le futur menaçant. Se pencher sur ça. La parole déchire...
Merci, d'être vous malgré les élastiques... et merci à Lucy d'être descendue du transsibérien.
Quant à Sergio. Ses étincelles électriques voltigent comme des lucioles.

Écrit par : christiane | 30/03/2016

__________________________________________________

Une parole nue, est-ce que cela existe ?
Écrit par : christiane | 30/03/2016

C'est l'originalité du texte ; il existe un moment où des mots, mettons ceux d'Angot-Duras pour prendre un cas bien typé, se mettre à connaître la vie, c'est à dire à engendrer ces fameuses vibrations...

Et ce moment, si on veut, n'est pas si fugitif ; on arrive très bien à le percevoir. Maintenant à le déclencher, là c'est une aute paire de manches...

Écrit par : Sergio | 30/03/2016

______________________________________________________________
Sergio...
cette vibration...
"On connaît le bruit de deux mains qui applaudissent. Mais quel est le bruit d'une seule main qui applaudit ?"
A. zen Koan (en exergue à une nouvelle essentielle de J.D. Salinger "Un jour rêvé pour le poisson-banane")

Écrit par : christiane | 30/03/2016

___________________________________________________

Surtout si on est gaucher et que c'est la main droite...

On tape son voisin, sa voisine plutôt, l'ouvreuse si elle est bien, ou alors on rescalade on file chez les contrebasses et bom ! Bom !

Faut pas rester en sabot, même en passant par la Lorraine !

Écrit par : Sergio | 30/03/2016

____________________________________________________________
Quelle espièglerie bienfaisante !

Écrit par : christiane | 30/03/2016

----------------------------------------------------------------
Une copine chinoise m'a offert deux Mo Yan, "Beaux seins, belles fesses" et un autre : les livres sont en attente de lecture. Trop de tâches affectives, réclamant de l'attention, sont à traiter avant la lecture du bavard chinois.
Pour Kauffmann, ayant des amis qui habitent en face de chez Joëlle, on a beaucoup partagé à une époque douloureuse...

Écrit par : JC..... | 30/03/2016

A vous lire, j'ai immédiatement envie de courir chez mon libraire."Le poisson banane" OK . Mo Yan, je n'ai pas lu. j'ai acheté quoi? que j'ai laissé tomber, trop lourd. Et je m'étais dirigée vers la Mittle Europa (une étude censée indispensable, aussi épaisse qu'une soupe aux choux...) Il me reste un "juge Ti" à la maison; j'avais envoyé les autres aux enfants d'amis.Comment trouvez-vous, Lucy, le temps de lire, autant ? et le lieu pour ranger vos livres ? j'ai de l'espace, mais plus de murs ni de parquets..Il faudrait inventer le garde-livres, qui loue des murs dans un espace tout vide, sauf un canapé et une bouilloire; on a une clé, on est seul, on revoit les livres-lus, on les rouvre...
Ce qui m'intéresse , la call. et la langue, bien sûr; la poésie qu'il est parfois facile d'interpréter; je ne serai jamais capable de lire dix pages d'un roman.
J'ai chargé sur mon PC le chinois, ms je n'y accède pas; affaire à suivre... Ce soir , je me plonge dans la relation de voyage d'un gentilhomme fr qui part pour le japon, par mer, et découvre et dessine personnages et paysages, au XIX °; il a des yeux partout.
Une nouvelle image, Sergio , une chinoiserie, avec fumeries et jeunes hommes nattés ??!

Écrit par : lola | 30/03/2016

"une chinoiserie, avec fumeries et jeunes hommes nattés ??!"
lola

L'évolution de ce blog ne cesse de m'étonner,
celle de ses commentatrices aussi.
La pureté de nos montagnes ne m'avait préparé à cela.

Écrit par : pado | 30/03/2016

__________________________________________________

La pureté de nos montagnes ne m'avait préparé à cela.
Écrit par : pado | 30/03/2016

Mais les marmottes, elles se reproduisent... Mais bien sûr ! Et le bélier noir du Génie des alpages, Romuald... S'il racontait tout ! I chôme pas l'ancien... Puis quand même, dans un igloo, c'est encore ce qu'il y a de mieux à faire ! Et tout le reste des populations le mouflon le dahu les âmes qui vivent... Pareil itou !

Écrit par : Sergio | 31/03/2016

---------------------------------------------------------------
Je suis de l'avis de Pado : ce blog ne nous amènera jamais sur la Voie Médiane du Salut ... trop de gourgandines font œuvre de Satan !
Et Sergio conduit le bal de la débauche ...
Seigneur ! aie pitié de nous !

Écrit par : JC..... | 31/03/2016

-----------------------------------------------------------------
Lola, je viens de recevoir une bibliothèque supplémentaire faite sur mesure qui occupe tout un pan de mur du sol au plafond… Et j’ai la chance d’habiter dans une grande maison avec cave et grenier.

"Beaux seins, belles fesses" raconte l’histoire de Jintong (Enfant d'or), le seul garçon (fils d’un pasteur suédois !) d’une famille de neuf enfants et qui ne veut pas lâcher le sein de sa ‘mère courage’ dans un village paumé de la Chine du Nord, qui va subir les invasions allemande et japonaise, puis le Kuomintang et le communisme sans compter les brigands. Un résumé de l’histoire chinoise du début du XXe siècle vue par un jeune garçon fantasque. Subsister avec la faim qui tenaille mais aussi les épisodes drôlatiques qu'on peut observer au sein d'un village.

Pour JC : « Dans le battement de l’histoire, la pulsion érotique caresse le rêve dont les oiseaux fabuleux, les dragons légendaires et les montagnes magiques gardent le secret. » (Seuil.com)

Écrit par : Lucy/Lushi/读史 | 31/03/2016

Parlons Chinois .L'un de mes prénoms est Sheng.
Superbe citation, grande envie de lire.
Connaissez-vous Lisa Bresner ? Lushi ,sûrement. Elle a "disparu" il y a peu, elle avait un peu plus de 30 ans..
Elle a écrit au moins 30 livres dont des livres pour enfants. "un rêve pour toutes les nuits" , l'histoire de Petit Tang, où des mots chinois sont entremêlés à l'histoire, racontée en fr. Le choix d'un prénom.aussi.
Il y a un livre dont je ne me lasse pas, dont le titre est: 23 délices //l'album d'un amateur.
Un livre a été retrouvé dont manquent les illustrations; reste le descriptif de ces illustrations ( type jeux des nuages et de la pluie) qui occupe la page de gauche, la page de droite étant occupée par un texte poétique , en français. Donc 23 doubles pages, qui sont à la fois, simples, érotiques & pudiques. Le jeu pour le lecteur peut être d'écrire, à son gré, la page de droite!!
"aux amateurs, aux amants d'un jour
aux libertins d'une saison
aux couples d'une vie
ces 23 délices"
Elle a écrit aussi sur Lao Tseu.....

Écrit par : lola | 31/03/2016

___________________________________________________

le bal de la débauche ...
Écrit par : JC..... | 31/03/2016

C'est la confession impudique...

Écrit par : Sergio | 31/03/2016

"Aux amants d'une vie, aux couples d'un jour"
ça fait rêver.

Écrit par : pado | 31/03/2016

Pado J.C.
"Enfin,maman eut une idée; elle dit avec un ton de doux reproche:-- "John tu en as mis du temps pour trouver une boîte d'allumettes
-"les allumettes,ça n'est rien,répondit papa, le plus difficile c'était la boîte." R.Queneau
C'est votre faute, aussi...je voulais vous montrer , texte à l'appui, ce qu'est le raffinement dépourvu de mièvreries, d'un texte érotique & pudique. J'ai cherché les" 23 délices", là où ils auraient dû se trouver. rien, j'ai changé d'étage, rien. Mes doigts sont noirs de poussière, et mon coeur broie du noir.
Ranger ger ger, danger ger ger. Demain je recommande 2 ex, j'ai dû donner les miens,ça m'arrive.
Vous avez d'ailleurs, compris ! On joue , on déplace 3 notes, et on crée un nouveau motif musical.
Plaisir reporté .

Écrit par : lola | 01/04/2016

Sergio, je suppose qu'il y a une formule magique pour flatter l'ego des PC mal lunés et des imprimantes mutiques. Hier soir, ça imprimait , ce soir, ça n'imprime plus. Vous devez être un génie, sans jamais être en panne ? Je ne porte pas de montre, elles se détraquent systématiquement, Lucifer m'a prise en grippe.

Écrit par : lola | 01/04/2016

--------------------------------------------------------------
Dans le fond, si j'ose dire, érotisme et pornographie sont les deux mamelles du vivre-ensemble, non ?

Écrit par : JC..... | 01/04/2016

---------------------------------------------------------------
Lucifer et moi, nous sommes copains comme cochons : on s'échange des idées ! c'est cool !

Écrit par : JC..... | 01/04/2016

---------------------------------------------------------------
Christiane, j'ai collé un post sur la RdL informant les bolos qui s'y vautrent que Christiane Taubira et moi nous allons nous marier le 14 du mois à Notre Dame ! Vous avez tout compris, evidemment : aujourd'hui, premier avril, journée du Poisson.
Vous pensez bien que si j'avais une Christiane à demander en mariage .... hum, hum ....

Écrit par : JC..... | 01/04/2016

Bouquet de mariage qui brûle, JC ?
En voici un autre, incomparable...
http://pauledel.blog.lemonde.fr/2009/10/27/bouquet-de-mariage-qui-brule/

Écrit par : christiane | 01/04/2016

-------------------------------------------------------------------
rencontre inattendue
Christiane, j'ai ouvert votre lien sur le bouquet de mariage, et j'ai vu que le billet précédent était : "mes amis, n’oublions pas Passou" ; amusant de le lire ainsi que les commentaires presque 6 ans plus tard....

Écrit par : Lucy/Lushi/读史 | 01/04/2016

rectif : Lu Shi ne s'impose plus !

Écrit par : Lucy | 01/04/2016

Oh, Lucy, merci. C'est un billet émouvant, solidaire. C'est vrai qu'à l'époque des trolls venimeux avaient établi leurs bases sur le blog à Passou. Puis, ils sont partis comme ils étaient venus et Passou est resté, brillant, indépendant, osant un nouveau blog, suivi de sa nuée d'abeilles qui y font miel.
Et Paul Edel, aussi, a connu ses marées basses, ses désirs de ne plus écrire sur ce support, puis il est revenu, toujours surprenant, passionné. Cette méditation sur le bouquet de mariée qui brûle, ce fil de fer, cette maternité, c'était vraiment étonnant.
Deux guides, de littérature resserrée pour l'un, de moissons de livres divers pour l'autre. Et nous butinant, éparpillés, insolemment infidèles, très attachés à nos petits mots de l'intime.
Sergio, ici, ouvre le jardin, évoque ses passions, rit avec Pado, JC et Bouguereau, joue au retrait du narrateur, laisse les amies papoter. Les amies en profitent et se partagent mille lectures. Puis il revient, prestidigitateur inattendu, l'imaginaire réinvesti par l'image. C'est lui qui a la manette du conducteur. Il déplace ses voyageurs au gré de sa fantaisie. Et Pado dit : - L'évolution de ce blog ne cesse de m'étonner, celle de ses commentatrices aussi. La pureté de nos montagnes ne m'avait préparé à cela.

Écrit par : christiane | 01/04/2016

Le lien de christiane et le commentaire de Lucy m'ont fait effectuer un léger retour arrière.

Tout était bien rangé.
Les fesses de JC étaient toujours dans la bassine.

Écrit par : pado | 01/04/2016

__________________________________________________des imprimantes mutiques.
Écrit par : lola | 01/04/2016

Les imprimantes c'est le grand Satan l'horreur cosmique ; d'ailleurs les bêtes même le croco en ont pas il y a bien une raison. Pas question que je mette une de ces monstruosités à ma puissante station, de toutes manières pour mes tirages il faut des machines industrielles comme pour le tunnel sous le mont Blanc... Qu'ils se déchirent entre eux généralement je vais chercher ça une fois la nuit tombée.

Sinon il y a toujours la méthode du Taxi pour Tobrouk ça peut les impressionner quelques minutes...

Écrit par : Sergio | 01/04/2016

___________________________________________________

Bon ben ça va Porquerolles ils ont pas le téléphone on peut pas appeler pour la liste de mariage...

Écrit par : Sergio | 01/04/2016

___________________________________________________

la manette du conducteur.
Écrit par : christiane | 01/04/2016

Ha ben voilà Claude Simon il a tout raté son Tramway le conducteur il pouvait le mettre tellement bourré il serait tombé de son poste ! Titubant sur la voie... Mieux que Deschanel ! Le soir i remontait comme si de rien était...

Écrit par : Sergio | 01/04/2016

______________________________________________________________________________________________________________
"Il me semblait voir cela, y être, me trouver parmi les deux ou trois privilégiés admis à se tenir debout dans l'étroit habitacle d'environ deux mètres sur deux pourvu qu'ils ne parlent ni de gênent l'homme silencieux vêtu d'une chemise de flanelle grise au col sans cravate mais fermé, d'un complet fatigué, gris lui aussi, et dont le pantalon élimé tombait sur une paire d'espadrilles aux semelles de corde non pas exactement élimées mais comme moustachues, effilochées, sur lesquelles il se tenait, les pieds légèrement écartés, personnage quasi mythique à la cigarette éteinte, à l'impassible visage, et dont les gestes - du moins à mes yeux d'enfant - semblaient avoir quelque chose d'à la fois rituel et sacré, qu'il poussât de ses petits coups de paume la manivelle des vitesses, se baissât pour actionner le volant dru frein ou appuyer à coups pressés de son pied droit le champignon du timbre avertisseur lorsque le tramway s'engageait dans une courbe sans visibilité...."
Ça, c'était dans une autre vie ! Après il y a eu la loco modèle réduit de la ligne de Sceaux, puis la Yam, puis la machine à inventer les fractales. Par ailleurs, nous les passagers, parlons tout le temps. Et puis Sergio n'est pas du tout habillé comme cela. Mais son tramway est bien nommé "désir", qui roule "sur l'étroite voie où oscille la motrice parfois bordée d'un côté par la haie touffue de ces buissons au feuillage d'un gris-bleu pâle qui descend gaiement" le long de la place Stanislas. "Comme si rien - ou presque - n'avait changé..."

Écrit par : christiane | 01/04/2016

__________________________________________________

La ligne de Sceaux c'est vraiment incroyable. Mais je pense qu'il doit y avoir des modèles généraux de ce que, donc, on appelle des motrices, de manière, non seulement bien sûr à les peindre ou décalquer des numéros, mais même peut-être à choisir la forme du toit, l'espacement des fenêtres, etc.

A moins évidemment qu'on en soit déjà là avec ces imprimantes 3D...

Écrit par : Sergio | 01/04/2016

Christiane, je ne vous demanderai pas votre secret, vs avez la mémoire absolue, ou des archives impecc; les deux sûrement mon capitaine! j'ai lu ,aussi le texte de Flaubert,et j'ai été impressionnée par la qualité des nombreux posts.La description du bouquet est exceptionnelle, Flaubert ne la monte en neige que pour détruire le bouquet. Et coup de cymbales abrupt, sans préparation, Emma est enceinte. Souvenons-nous de la description du gâteau de mariage qui monte jusqu'aux mariés( ou des angelots) en...carton-pâte! Rien à lécher ni à se pourlécher.... le génie de Flaubert, l'art du contrepoint, car la main gauche joue sa propre partition, elle n'est pas un accompagnement mélodique.
....................................... Je n'ai pas remis la main sur les" 23 caprices" mais j'ai retrouvé "le journal intime du Petit Poucet" illustré par Rebecca Dautremer; exceptionnel, texte et illus.
.........j'ai retrouvé "le sorgho Rouge" et j'ai commandé "belles fesses" . Mais je me vois comme un cadavre écartelé, tellement mes livres st en désordre. Même si les livres que je vs ai indiqués ne vs servent pas, Christiane, ce fut très utile pour moi de les retrouver et de réorganiser le "rayon" Chine.

Écrit par : lola | 01/04/2016

Sergio, quels bestiaux ces engins informatiques. Le plus incroyable c'est qu'il n'y a pas d'échoppe en ville pour les soigner , vite fait; souvent, ce n'est qu'un bobo,et il faut attendre 15j qu'un doctor se déplace..
Mais je conçois qu'on puisse jouer formidablement quand on a les clés. beau jeu pour vous.

Écrit par : lola | 01/04/2016

__________________________________________________________
Bien sûr, Lola, que ces livres me seront utiles ! pas pour apprendre la calligraphie (il faudrait des années) mais pour le bonheur de connaître la poésie de ce monde.
J'ai sous les yeux un petit abat jour rouge sur lequel mon petit-fils , alors âgé de six ans , avait, avec joie -et beaucoup d'imprécision- tracé des signes chinois avec un feutre noir. Une étudiante chinoise était passée dans leur classe et leur avait "appris" à dessiner quelques signes. Celui-ci - je crois me souvenir- signifiait "bonheur- arbre- forêt". Il a oublié... le dessin est resté. Trace d'un grand bonheur.
Oui, ce texte de Paul Edel m'avait marquée comme donnant naissance à celui de Flaubert. Je relisais aussi ces feux d'artifices de commentaires. C'était la joie du partage !

Écrit par : christiane | 01/04/2016

Christiane, un froid glaciaire, je vais goûter à de la soupe de tortue, moitié anglaise en carton moitié imaginée dans ma cervelle. Je vais voir l'accueil...je m'amuse..
Sergio , ici Podéma, j'ai oublié de vous dire et je vais juste le chuchoter pour que les affidés de Lucifer ne m'entendent pas , j'ai caressé la machine,doucement..;elle vrombit de nouveau; chut; souvenez-vous du Roi Midas.....

Écrit par : lola | 01/04/2016

__________________________________________________

c'est qu'il n'y a pas d'échoppe en ville pour les soigner , vite fait; Écrit par : lola | 01/04/2016

D'autant que maintenant beaucoup sont des portables, donc on pourrait les amener...

Vite fait, c'est quand même à prendre avec plus de circonspection, mais effectivement, avec un peu d'habitude, on doit rencontrer toujours les mêmes icônes disparues, le son désactivé, etc. ; autrement dit c'est pas tellement la technique qui est ardue (ardu-hard !), parce que là il faudrait y aller à pas de loup, mais plutôt de mauvais virages qui font que tout le monde sort au même endroit.

J'ai un copain qui a monté une PME d'informatique médicale, en réalité leur logiciel ne compare pas les symptômes avec les manuels médicaux, mais simplement avec des statistiques ; par exemple, soixante pour cent des types qui ont une rougeur au front ont un bras cassé. Sans s'occuper de causalité, uniquement de corrélation ; il vend ça aux hostos, ça leur permet e gagner un peu de temps.

Écrit par : Sergio | 01/04/2016

__________________________________________________________
Soupe de tortue et froid glaciaire, Lola, Votre grand voyage immobile me fait rêver.
Rebecca Dautremer est une illustratrice de talent. J'apprécie la finesse et la poésie de ses aquarelles.
J'ai regardé vos livres et vidéos sur le chinois, ses calligraphies, sa langue.
Et je reviens à Michaux écrivant en 1941 "Ici Poddema". Une parfaite rébellion. Bonne soirée.

Écrit par : christiane | 01/04/2016

-------------------------------------------------------------------
Lola, lorsque je vous lis, j'ai toujours l'impression d'être au Pays de la Magie,

"J'ai vu l'eau qui se retient de couler.
Si l'eau est bien habituée, si c'est votre eau, elle ne se répand pas, quand même la carafe se casserait en quatre morceaux.

Simplement, elle attend qu'on lui en mette une autre.
Elle ne cherche pas à se répandre au-dehors.

Est-ce la forme du
Mage qui agit ?"

moi qui suis un peu trop rationnelle je suis toujours épatée par vos inventions culinaires ou autres sans compter vos démêlés avec les machines, c'est aussi Lola au Pays des Merveilles... Auriez-vous un lapin blanc ? Le Lièvre de Mars s'en est allé.

Écrit par : Lucy | 02/04/2016

--------------------------------------------------------------Un idiot avait posé un soir un lapin à Lola, ...blanc ... Elle l'a gardé (le lapin !)

Écrit par : JC..... | 02/04/2016

-------------------------------------------------------------------
Les initiales de l'idiot n'étaient pas JC ? Je ne vois personne d'autre pouvant poser ... un soir ... un lapin ... blanc... à Lola, sauf ... hier... !

Écrit par : Alicy | 02/04/2016

Lucy, Lola, JC... point de riz. Une maille à l'envers, une maille à l'endroit. On n'inverse pas au rang suivant. Cela donne une matière granuleuse comme des petits grains de riz.
https://www.youtube.com/watch?v=_xhztZg9LGs
Vos pensées font grains de riz, endroit sur endroit jusqu'à sentir ces petits nodules qui accrochent l’œil.
Lapin ou pas, nous voici dans le cœur d'un jeu de hasard où la dernière carte tirée sera atout cœur !

Écrit par : christiane | 02/04/2016

__________________________________________________

quand même la carafe se casserait en quatre morceaux.
Écrit par : Lucy | 02/04/2016

C'est pour se souvenir du vase de Soissons...

Écrit par : Sergio | 02/04/2016

-------------------------------------------------------------------
J'ai toujours pensé que les gens de Soissons ne savaient pas fabriquer de vases SOLIDES ! Forcément, ....un rien....un petit choc... et ils cassent !

Écrit par : JC..... | 02/04/2016

Toujours froid glaciaire; mal réveillée; je dois sortir;
ciné prévu, Téchiné.
J'ai jeté un oeil sur Boulez, qqs trucs à dire, le terrain est trop glissant. Ce matin cô ts les samedis, j'ai écouté P.Cassard sur Fr.Mu. Extra. Si le pianiste donne à sa main gauche une puissance égale à celle de sa main droite, un morceau de Chopin a un visage très différent; en ex 2 enregistrements très démonstratifs de la valse du petit chien . Et lui, le pianiste,avouait être las de la joliesse mignonne, de la niaiserie de certaines interprétations; il trouvait à cette interprétation plus concertante que chantante, une réelle profondeur. Rien ne change, ni des notes, ni du rythme, le tempo seul. Rémonstration la semaine der,ière avec le second concerto pour piano de Prokofiev, un éblouissement. Comme Sergio l'avait dit,ici, chacun est sensible à certaines vibrations...Que voulait Chopin? à Nohant, les soirs d'été,il jouait sur la petite scène du théâtre de Maurice, des rôles de vieux juifs marrants....
Quand j'étais ado, un ami pianiste (1° prix du CNMP à 13ans non 12, 1°prixde,de,de) qui avait chez ses parents un Grand Steinway, s'amusait à inventer des rythmes endiablés sur des morceaux de Brahms,de Schubert...et les dimanches d'été,ns allions en petite bande à la grand'messe où il tenait les Grandes orgues; divertissement: reconnaître quelle sonate il avait introduite, en contrepoint dans le "veni créator"...un peu de diableries ... Il en a eu assez de se promener aux 4 coins du monde, avec des programmes demandés semblables à l'infini, il est parti aux STéééééts à Broadway...Et moi, j'allais taper sur le piano droit d'une de mes cousines.

Écrit par : lola | 02/04/2016

___________________________________________________

Ha ben c'est sûr ça vaut pas les poteries d'Accolay... Et dans un virage ! Le supplice de Tantale...

Écrit par : Sergio | 02/04/2016

(suite les magas vont fermer et je suis en short à fleurs) C'est extra de poster chez Sergio, parce que ,rien de pédant, un peu de folie, du bon sens et de l'imagination. Quand j'étais très jeune , je me retrouvais seule 2 jours par sem. pas question d'aller manger chez mes tantes; mes nounous attitrées me confectionnait des trucs rigolos, je découpais les tranches de Roast beef pour les offrir aux chats, qui surveillaient la table et je mitonnais pour Bibi, des noix au caramel, des mélanges indéfinissables de légumes cueillis ds le jardin et j'en écrivais les recettes, tt à fait foutraques; il y a peut-être qq part qqs uns de ces carnets...Anarchique, un peu ds tout. Ce qui n'est pas incompatible avec le sérieux, parfois. Mais tous, ici, nous avons une plume au chapeau, ou des chagrins inconsolables, ou des passions enflammées, ou délétères.L'autre n'est jamais un imbécile, précieux ça. Je vais préparer la recette des andouillettes croustillantes au caramel dormant sur un lit de Granny smith, très vertes et acidulées....Avouons qu'écrire est un vrai divertissement, qui nous emmène parfois au fonds de puits inexplorés. A 17h47 zou un pantalon, un manteau, un caddy et j'affronte les rayons d'un carrefour markett. Kiss à tous avec un jus d'ananas-kiwi , anglais, directly Etc..;
La soupe à la tortue (anglaise) associée à une soupe à la tomate au basilic avec des petites tartines à peine grillées et de longues et fines tranches de cheddar bio, je vs en enverrai les fumets, fumées ,un de ces jours.

Écrit par : lola | 02/04/2016

__________________________________________________

j'affronte les rayons d'un carrefour markett.
Écrit par : lola | 02/04/2016

Ca vaut le coup de prendre un en-cas ; mais pas à la cafétéria, non ; dans les rayons... Faut trouver le barycentre des закуски, du whisky et des pliants, s'installer comme l'Anglais qui tombe du trains à toutes les gares pour faire son thé...

Écrit par : Sergio | 02/04/2016

---------------------------------------------------------------
Pourquoi aimez vous la vie, Lola ?....

Écrit par : JC..... | 02/04/2016

___________________________________________________________
Sacrée Lola, de plus en plus fofolle. J'adore ! rien que du tragique tourné lentement avec une cuillère de bois dans un consommé de rires. Soupe frivole pour amis hilares. Faute de structure ce blog menace toujours de s'effondrer dans un grand tourbillon océanique. Surnageraient des mots sans poids, presque irréels, des mots bateleurs maîtres en toute chose, des mots qu'il faut attraper dans le coin des phrases comme des billes de mercure qui glissent. Puis un que l'on saisit entre pouce et index et qui laisse passer le jour. Façon de se retrouver le lendemain avant la mi-nuit. Si on gomme toutes les réponses il ne restera que les questions.

Écrit par : christiane | 02/04/2016

-----------------------------------------------------------------
Christiane, ces mots sont légers, donc ils flottent, ensuite ce sont des perles et comme tels sont enfilés, si vous en tirez un, vous en voyez arriver à la queue leu leu... bien sûr le fil peut se rompre et alors on lira : "Entre pouce et index.... la mi-nuit...des закуски, du whisky et des pliants....des passions enflammées, ou délétères...."

Les surréalistes ont voulu nous faire croire à l'écriture automatique, mais en réalité, ils ne faisaient que repêcher des mots écrits par d'autres.... sur d'autres 'blogs' !!!

Écrit par : Alicy | 03/04/2016

----------------------------------------------------------------------------------
Lucy - Lushi et Alicy ? Est-ce la même personne ?
A la pêche aux mots ? D'autres blogs ? Ici, me suffit pour jouer. L'imbrication des réponses entre livres feuilletés, recettes de sorcières, pétarades de motos et bruits de ruisseaux, acquière une mystérieuse force poétique et divagante. Comme ce blog est étrange, presque... inoffensif... Mais les mots sont influencés par leur lieu de naissance. De vastes étendues peuplées de signes.

Écrit par : christiane | 03/04/2016

----------------------------------------------------------------
Oui Christiane, c'est la même personne qui se décline...
Oui, les mots sont influencés par leur lieu de naissance.
Les "autres blogs" des 'surréalistes' étaient une autre "blague"...

Puis que nous parlons aussi cuisine grâce à Lola, nos mots ne seront-ils plus bientôt (?) que des lettres dans le potage ?

Écrit par : Lucy | 03/04/2016

--------------------------------------------------------------------
J'aimais bien Lucy. Je garderai Lucy.
Lettres de potage ! "Ma mère de ma mère" comme dirait bouguereau !

Écrit par : christiane | 03/04/2016

Les commentaires sont fermés.