Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2016

Paterne

lum04.jpg

 

Le vert a un peu glissé vers le bas. De toutes manières les fractales c'est toujours un peu du paterne, pas comme le grand Jackson bien sûr, parce que c'est par tailles ça s'emboîte. Ici une particularité bien visible, c'est cette pseudo-3D, effet obtenu je ne sais trop comment d'ailleurs, surtout par les couleurs, les tons et les dégradés.

 

Passeque voilà maintenant j'ai récupéré (on a tout, sous Linux !) un "mandelbulber", autrement dit un éditeur de fractales en 3D, en vraie 3D avec rendu, shaders etc., qui a toute la tête à provenir directement du travail de l'astucieux Daniel White. En plus cela marche bien pas besoin d'attendre trois heures le rendu, le logiciel en question a l'air de fourmiller d'options et de paramètres. Mais pour l'instant ça fait jamais que des bulbes ! Donc va falloir que je m'y attelle le farfouille, on doit bien pouvoir réussi à faire de l'art avec ça à force d'y taper dessus dans tous les coins...

Commentaires

Paterne, c'est pour "pattern" je suppose ? Car je ne vois ni saint, ni paternel dans le vert.

Écrit par : Lucy | 23/02/2016

Sergio, excusez-moi pour mon ignorance, mais je ne fais que découvrir le monde des "fractales" et j'ai encore beaucoup de choses à apprendre.

Écrit par : Lucy | 23/02/2016

PS : c'est très joli !

Écrit par : Lucy | 23/02/2016

Cette fractale me rappelle le papier des garde-couleurs, pages de garde des reliures de livres anciens à effet caillouté, veiné, marbré (papiers à la colle). D'abord réalisé à la surface d'un liquide puis transféré sur papier (qui avait posé ici une vidéo de cette technique utilisée pour décorer la caisse d'une guitare ?)
Ce vert me fait grincer des dents comme du citron sur l'émail, les mauves sont plus veloutés.

Écrit par : christiane | 23/02/2016

___________________________________________________________
Rigolo, "le vert qui glisse vers le bas" !

Écrit par : christiane | 23/02/2016

__________________________________________________

Ce vert me fait grincer des dents comme du citron sur l'émail
Écrit par : christiane | 23/02/2016

indéniable ! Je crois que maintenant je lui ferais quéquechose sur les naseaux...

Écrit par : Sergio | 23/02/2016

_______________________________________________________________
Ah, il y a une vache et de l'herbe ? Noirs les yeux ?
Vous faites du steak haché ?

Écrit par : christiane | 23/02/2016

___________________________________________________

"pattern" je suppose ?
Écrit par : Lucy | 23/02/2016

Oui : ce fut mon premier "Pomme d'api" (Art Press International, qui existe toujours) avec tout des reportages sur Jackson Pollock ; on le voyait par terre à ses trucs. Cette idée de matrices, que l'on peut s'aventurer à retrouver chez Mondrian, ou encore chez Philippe Forest dans sa description, sa décomposition du noir de la nuit est intéressante. Mais quand même, Pollock, ça tient à l'estomac, peut-être plus qu'un Soulages...

Écrit par : Sergio | 23/02/2016

_________________________________________________________
Vous broyez du noir, Sergio ?oui, Soulages ça tient aussi à l'estomac...
Pour répondre à D. sur la RDL je lui ai copié un dialogue désopilant entre monsieur Plomm et monsieur corbackobasket et naturlich, la modération l'a bouclé à double-tour jusqu'au retour du patron !

Écrit par : christiane | 23/02/2016

___________________________________________________

naturlich, la modération l'a bouclé à double-tour jusqu'au retour du patron !
Écrit par : christiane | 23/02/2016

C'est quand même bizarre qu'il garde ce système plutôt vraqué ; d'autant que quand ça crame vraiment, cela passe au travers de la modération et c'est lui Passou qui est obligé d'y aller "à la main"...

Écrit par : Sergio | 23/02/2016

_________________________________________________________
oui, je ne comprends rien aux mises en attente de certains commentaires. Monsieur corbackobasket en attente. Fred en aurait fait une BD !

Écrit par : christiane | 23/02/2016

______________________________________________________________
Mais enfin, "tout vient à point à qui sait attendre" ! Le 17h11 est enfin en ligne et ce corbackobaskett me fait penser à vous les D., Sergio, JC, Rose et cie....

Écrit par : christiane | 23/02/2016

---------------------------------------------------------------
Sois honnête, loyale, affectueuse, Christiane : ne me met pas dans le même sac que Dédé le Martien, Sergio von Mandelbrot, Rose des Classes !!! Y a pas que toi qui est sensible, nom de dieu de bordel de merde de naines à ressorts lubriques ...
Nota : j'ai un copain, producteur de jazz, qui a fait une crise de nerfs au Guggenheim de NYC à cause des vomis de Jackson Pollock qu'il ne supportait plus ....
Oublions ce si mauvais peintre répétitif (ah ! oui... c'est son style. ?...Okay !)

Écrit par : JC..... | 24/02/2016

_____________________________________________________________
Oh, JC, "dans le même sac" ? Certainement pas ! La terre est grande, "un compte pour un", aimait à répéter un de mes amis, du temps où il l'habitait.
J'ai beaucoup aimé cette BD, certainement la plus belle de Fred. L'histoire de ce personnage , corbackobasket", un peu lunaire, un peu rêveur, toujours en porte-à-faux avec les autres, considéré comme un étranger qui dérange, me plaît. Il n'a pas besoin d'être approuvé par les autres, juste il s'étonne.
Vous êtes quelques uns, comme celui-là , sur l'étrange petite planète des blogs, venus dont ne sait où, un jour arrivés et nous étonnant par ce petit décalage qui permet la liberté. Monsieur Ploum (sorte de Ponce Pilate), suit l'avis de la foule et le renvoie pour avoir la paix.
Vous m'intéressez, les uns et les autres par votre parole singulière. Vous n'avez pas plus de visage que ce personnage revêtant les costumes de l'anonymat mais chacun de vous a sa voix, sa personnalité. "Des personnages en quête d'auteur"... et j'aime vous lire.
Contrairement au renard (évoqué par Sergio) qui enfouit ses victimes dans un sac, j'aime vous savoir libres d'apparaître et de disparaître.
Vous, JC, jouez souvent le rôle du méchant sauf quand vous écoutez Mezzo ou que vous regardez la mer. Sergio, derrière ses fractales et ses remarques drôles a un rôle proche de ceux de Buster Keaton. Comme lui, il a sa gravité et sa mémoire. Bouguereau est un palimpseste halluciné portant en son coeur un ami secret. Rose aime le double visage de Janus, un côté : la guerre, l"autre : la paix. D., je le connais peu. Il lance souvent des phrases en l'air comme un jongleur : les rouges disent "j'aime", les bleus : "vraiment je ne vous aime pas". Parfois il rêve d'autres mondes, inquiétants (une sorte de Cassandre), parfois il cite les lectures des évangiles, sans les commenter, rappelant que ça existe, que ce sont des textes qui, peut-être, guident ses méditations. Au loin, dans ses livres, un autre oiseau, indéchiffrable, qui, ces dernières heures tente d'approcher "la déstabilisation d’un homme qui découvre qu’il a toujours triché dans sa vie,et dans ses œuvres". Ce n'est pas rien.
Bref, JC, tu n'es pas semblable à un autre, impossible !

Écrit par : christiane | 24/02/2016

Trouvé par hasard comment tout un chacun peut aisément réaliser son Pollock :

http://www.pebeo.com/Beaux-Arts/Les-methodes-des-grands-maitres/Le-dripping-selon-Jackson-Pollock-Une-video-de-peinture-acrylique-a-ne-pas-rater

Voir la vidéo.

Écrit par : pado | 24/02/2016

__________________________________________________

découvrir le monde des "fractales"
Écrit par : Lucy | 23/02/2016

Il est de fait que certains rendus de fractales (comme celui-ci, par exemple, en arrangeant le vert) peuvent se suffire à eux-mêmes ; pire, on peut se trouver face à des collections d'escargots, de choux romanescaux... Si au moins les uns croquaient les autres !

Je pense qu'une bonne mesure serait souvent de compléter, logiciellement s'entend, avec un atelier de peinture genre Gimp ou Shop quéquechose ; mettre deux fractales sur la même image comme le suggérait Christiane, avec des fondus, ou un beau ciel nuageux à la Burgonde, etc. L'important est de cacher la technique, car dans ce domaine en particulier, on se retrouve vite à la remorque des publicitaires alors que ce n'est pas du tout ce qu'on voulait...

Écrit par : Sergio | 24/02/2016

__________________________________________________

réaliser son Pollock :
Écrit par : pado | 24/02/2016

Elle est pas mal ! Surtout que l'acrylique faut bomber,ça sèche au galop. Dans un Lauzier le peintre remplissait un entonnoir qui se déversait sur la toile au gré des mouvements ! Je trouve que ça supporte pas bien la couleur, ce genre de système, le noir fait plus habillé, quoi...

Sans parler du procédé à transfert qu'avait déniché Boug...

Écrit par : Sergio | 24/02/2016

______________________________________________________
pour Lola
"Un filet maillé de paroles qui rassemblait, qui enveloppait comme un manteau, mais qui n'enfermait pas, n'emprisonnait pas, au contraire ; puisque toutes les paroles choisies alors disaient un passage, étaient elles-mêmes passage, un pas après l'autre - et la montagne alors, cessant de paraître un mur, devenue simplement ce qui porte la neige à sa cime, la nuit qui fleurit au lever du jour à son sommet lointain."
Philippe Jaccottet - Truinas (La Dogana)

Écrit par : christiane | 24/02/2016

"et la montagne alors, cessant de paraître un mur"

Et les cols alors, c'est du poulet.

Écrit par : pado | 24/02/2016

___________________________________
"et la montagne alors, cessant de paraître un mur, devenue simplement ce qui porte la neige à sa cime, la nuit qui fleurit au lever du jour à son sommet lointain."

P'tain, heureusement que c'est pour lola, j'aurais pas supporter.
Scusi christiane.

Écrit par : pado | 24/02/2016

_________________________________________________________________
Pado,
délicieux Pado,
c'est une page d'un très long et émouvant texte où tout est tressé des paroles de son ami, André du Bouchet, des livres et des musiques qu'il aimait, des siennes aussi. C'est écrit le 21 avril 2001, le jour de son enterrement. Froid inattendu. Tempête de neige sur les fleurs des pommiers commençant à s'ouvrir.
"Voilà donc comment il peut arriver que s'entretissent le visible et l'invisible, les choses de la nature, les bêtes, les êtres humains, vivants et morts, et leurs paroles, anciennes ou nouvelles, ainsi que le chagrin et une espèce de joie...."

Écrit par : christiane | 24/02/2016

___________________________________________________

Houi mais alors les cols i se ressemblent, les sommets i se ressemblent aussi, et la boussole elle est tombée avec les barres Mars elle est dans le sima ou le sial je sais pas trop...

Et puis de toutes manières je sais pas les lire, les boussoles !

Écrit par : Sergio | 24/02/2016

______________________________________________________________
Alors, Sergio, vous n'êtes jamais à l'heure !
"La boussole est une espèce de montre qui indique toujours midi et demie."
François Cavanna

Écrit par : christiane | 25/02/2016

___________________________________________________


Et la déclinaison ! Hein, la déclinaison... Non mais alors la déclinaison faut la retrancher quand on l'ajoute on a le cap magnétique... Euh non le cap vrai... Non le magnétique ! La déclinaison... Ferrugineuse ? Boh après tout on verra bien quand on y sera !

Écrit par : Sergio | 25/02/2016

Christiane, j'en frissonne, un texte de Jacottet écrit pour la mort d'andré du bouchet....froid dans le dos; d'autant que Pado ajoute " heureusement que c'est pour Lola"...Qui paie les couronnes ??
froid Froid. Un conseil pour vous tous: sur ARTE 2 spectacles de danse 1) Wild cursive (kuang tsao) le 4 mars à 17h35 ( 1h04) 2) wild cursive II le 4 mars à 18h45 (1h05)
ce sont 2 spectacles de danse dont la chorégraphie est de lin hwai-hin et qui sont interprétés par le cloud gate danse theater of Taïwan.
Danse ? expression corporelle ? 12 danseurs, 6 femmes en jupes blanches ( soutien gorge couleur chair) 6 hommes en longs pantalons-jupes noirs, plissés soleil. Une gestuelle très raffinée, le corps exprimant TOUT, une harmonie très orientale. J'ai vu les 2 spectacles,et j'ai été prise par leur beauté.
(enregistrement de2005/2009)
Christiane, je ne vous en veux pas, je sais votre gentillesse; j'ai en ce moment de la difficulté à "réduire la voilure"...

Écrit par : lola | 25/02/2016

___________________________________________________________
j'ai vu ces ballets : somptueux !
Allez à votre rythme... Ce livre est un trésor entre visible et invisible...

Écrit par : christiane | 25/02/2016

_________________________________________________________
Retrancher, Sergio ? la déclinaison...

"LE BERGER : L'hiver approche... Les oiseaux commencent à regagner le sud...
LE CHIEN : À propos, sais-tu ce qu'est un oiseau migrateur ?
LE BERGER : Ouais ! " Un oiseau migrateur est un oiseau dont les pattes trop courtes ne lui permettent de se gratter que la moitié du dos... "
("Le génie des alpages - tome 1 -F'Murrr)

Écrit par : christiane | 25/02/2016

-----------------------------------------------------------------

Sergio, vous vouliez dire que vous ne savez pas lire la boussole de Mathias Enard ?

"Sois tranquille, cela viendra ! Tu te rapproches,
tu brûles ! Car le mot qui sera à la fin
du poème, plus que le premier sera proche
de ta mort, qui ne s'arrête pas en chemin."
(L'Effraie)

http://www.maulpoix.net/tranquille.htm

Écrit par : Lucy | 25/02/2016

___________________________________________________

Et alors ces rames (l'ombre), j'ai toujours pas trouvé comment ça se goupille... C'est comme la fameuse chute de Fabian, personne n'a relevé ; tout le monde la connaît ? Parce que c'est vraiment la dernière page, au mieux les deux dernières... Tout cela est très étonnant...

Écrit par : Sergio | 25/02/2016

________________________________________________________________
L'effraie, Lucy,
une s'était réfugiée dans le conduit de la cheminée (maison de mon fils dans l'Orne). Elle est tombée quand il a ouvert le clapet d'aération et s'est mise à voleter, "effrayée" dans la pièce du bas. Il s'est approché tout doucement, l'a prise entre ses deux mains et délicatement l'a rendue à l'espace. Elle a fui vers les arbres pour y disparaître.
Sous le charme, il m'a dit : "comme elle était légère, si douce, si fragile..."
Dans une autre maison, plus éloignée... les soirs d'été, j'entendais la hulotte. Elle se déplaçait d'arbre en arbre et son petit hululement furtif entourait la maison.
J'aime les chouettes qui veillent la nuit, leurs yeux d'or et leur aveuglement quand le soleil se lève.
Si elles conduisent là où semble le deviner Jean Michel Maulpoix, c'est que c'est un chemin paisible bien que nocturne.

Écrit par : christiane | 25/02/2016

__________________________________________________________
Sergio, pour les rames et leur ombre, on voit le début de la deuxième dans l'angle en bas à gauche de la photo. L'inclinaison du soleil décale les ombres des rames.
C'est pour cela l'oiseau mi-grateur de F'Murr....

Écrit par : christiane | 25/02/2016

______________________________________________________________
La chute de Fabian ? Raconte ! Je n'avais pas remarqué...

Écrit par : christiane | 25/02/2016

__________________________________________________

La chute de Fabian ?
Écrit par : christiane | 25/02/2016

C'est fort simple : il passe près d'un pont et surtout d'une rivière où précisément un petit enfant tombe à l'eau ; il plonge sauve l'enfant et se noie ! - (jeux de mots multiples avec "chute" dans le billet) -

J'ai complètement oublié le détail des événements, je me souviens surtout de l'histoire de la blessure au coeur, de son boulot, et surtout de la soirée magnifiquement illustrée par la peinture en illustration du billet, quoi que j'eusse imaginé plutôt des locaux espacés, nombreux, un dédale.

Sur la noyade de son héros, Fabian, il y a un bout de morale que j'ai consciencieusement oublié, je ne m'attendais pas à une telle fin, qui m'a plutôt déçu, et au demeurant je n'attendais pas une fin particulière...

Écrit par : Sergio | 25/02/2016

-------------------------------------------------------------------
"Fabian Die Geschichte eines Moralisten" von Erich Kästner

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fabian_:_Histoire_d%27un_moraliste

Écrit par : Lucy | 25/02/2016

____________________________________________________________
Lola, vous écrivez " j'en frissonne, un texte de Jacottet écrit pour la mort d'André du Bouchet....froid dans le dos; d'autant que Pado ajoute " heureusement que c'est pour Lola"...Qui paie les couronnes ??"
Vous avez tort. Ce livre est loin d'être morbide. Hölderlin l'habite ("Mnémosyne") comme "Voyage d'hiver" de Schubert, le paysage aussi qui tangue entre neige et printemps. C'était pour accompagner de loin pour ce que vous nous aviez annoncé de difficile...
Angèle Paoli sur "Terres de femmes" me l'avait fait découvrir : http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2013/04/20-avril-2001-20-avril-2001-philippe-jaccottet-truinasem.html
Lucy,
à propos de L'effraie, le même Ph. Jaccottet a regroupé quelques sonnets sous le titre "L'effraie". Une belle poésie amoureuse, enfin c'est triste aussi... Vous connaissez ?
"Tu es ici, l'oiseau du vent tournoie,
toi ma douceur, ma blessure, mon bien..."

Écrit par : christiane | 25/02/2016

__________________________________________________

Cette fractale me rappelle le papier des garde-couleurs, pages de garde des reliures de livres anciens à effet caillouté, veiné, marbré (papiers à la colle). D'abord réalisé à la surface d'un liquide puis transféré sur papier (qui avait posé ici une vidéo de cette technique utilisée pour décorer la caisse d'une guitare ?)
Écrit par : christiane | 23/02/2016

Oui ; et cela va même plus loin, certains motifs des tapisseries (en papier, les actuelles) peuvent apparaître, selon qu'on les regarde, comme ou comme au moins l'amorce de quelque chose d'artistique, cela m'a toujours frappé ; comme les nuages en somme !

Écrit par : Sergio | 25/02/2016

___________________________________________________________
Sergio,
j'ai cru reconnaitre des morceaux de museau de vache et les yeux. Est-ce une erreur ? et vous aviez écrit : "Je crois que maintenant je lui ferais quéquechose sur les naseaux..."

Écrit par : christiane | 25/02/2016

___________________________________________________________
Ah, merci Lucy. On fait de ces sauts périlleux, ici ! (du roman de Kästner aux BD de F'murr en passant par la poésie de Jaccottet et les fractales de Sergio !)

Écrit par : christiane | 25/02/2016

"always we should look on the bright side of life "

all optimists? all idiots ?

Écrit par : lola | 25/02/2016

__________________________________________________

"Je crois que maintenant je lui ferais quéquechose sur les naseaux..."

C'est des essepressions de cavalier ! De même que l'on ne parlera pratiquement jamais de cheval, mais de bison ("Tiens-le, ton bison !"), ce qui reste très affectueux, ou de canard, évoquant un peu le caractère nécessairement vicieux du bestiau, qui à coup sûr va essayer de dérober (éviter l'obstacle), de piler (no comment), de renverser un chandelier, de se rouler, enfin en un mot d'inventer le pire...

Écrit par : Sergio | 25/02/2016

Vrai de vrai, vous fréquentez zaussi les canassons, sergio ??une yam, d'acc, mais zun bison, vous devenez redoutable ...
Vous savez, Sergio, j'hésitais à vous le dire, mais maintenant, je suis sûre, il faut vraiment que vous appreniez le coréen; une quantité prodigieuse de H, à nulle autre pareille;avant les consonnes, au milieu, à la fin ...en coréen il y a des lettres, langue alfabetique; hyoonh, whahnn, ça vous plaît ??

Écrit par : lola | 26/02/2016

Ecrivez vite un truc marrant, en valaque ,en vieil irlandais,en fractalien! je me penche sur la margelle d'un puits, qui ne me renvoie que mon image; toutes les autres se sont évanouies.
N'écrivez rien, gardez-vous en bien !!
à un de ces quat'

Écrit par : lola | 26/02/2016

__________________________________________________

La Corée faut pas y aller c'est essetrêmement dangereux. J'ai un petit qui est là-bas, il s'occupe de satellites ; des vrais des спутник plus haut que les oiseaux ; et ces machins, ça va jamais droit c'est comme les chevaux justement ça fait ce que ça veut. Donc il leur fait trouver la voie ; mais attation il est énormément essepérimenté ! Quand il était à la baraque, il faisait des bombes à eau, donc déjà de l'origami, et il les balançait du second sur les quidams qui stabulaient lugubrement sur le trottoir ; alors se prendre un satellite de soixante kilos sur la calebombe...

J'ose plus trop mettre mes H., j'aimais bien mais sur la RDL on se ramasse des heures de colle...

Écrit par : Sergio | 26/02/2016

------------------------------------------------------------------Lorsqu'elle entendait le mot "Spoutnik", la chienne Laïka, qui était sur la liste de départ, hurlait à la mort ... un peu comme Martine quand elle entend le mot Manuel !

Écrit par : JC..... | 27/02/2016

--------------------------------------------------------------
Quel silence, ici, quel contraste avec le Salon de l'Agriculture....!? Où sont passés nos joyaux Lucy, Lola, Christiane et leurs Roméo, Pado, Sergio, Jissé hisse et haut ?...

Écrit par : JC..... | 27/02/2016

Hello JC Sergio et les dames. Joli n° sur la RdL....cela m'a réveillée, hip hop; je prends mon p'tit dej et j'apprends que les vaches se sont révoltées;au Salon; pour qu'on leur caresse les fesses c'est maintenant 500 €, et sans une goutte de lait;le meuglement style rock, c'est 200€, style opéra, c'est 1000 €; avec Le Foll à la trompette, c'est ...la mort assurée. Quant à la volaille, c'est la valse des oeufs, mais surtout c'est la grande valse sentimentale, les coqs nains embrassent les poulardes de Bresse, les cocuricos embrasent les porcelets bretons ,qui se gavent de jambon....
Mais les écrivains dans tout ça ? 10 € quand ils dédicacent, nudum nomen, quand ils habillent de gros baisers la page de garde, c'est 500€,quand on achète 12 ex. de leurs salades sentimentalo-existentielles, on a le 13°en prime et la suite....
MES coréens volent en ce moment vers Séoul; je vais me faire couper les cheveux, pour larguer ma tristesse. Et si j'allais ce soir manger du saucisson au Salon, on égorge gratis ? kisses.

Écrit par : lola | 27/02/2016

______________________________________________________________
Hello, JC,
oui, du silence comme la torpeur quand il fait froid dehors et qu'on lézarde comme les chats dans un rayon de soleil. Alors on pense à tant de petites choses qui s'effilochent comme la laine des moutons. Les années passent et plus elles passent plus sont nombreux les souvenirs se mêlant au présent. Rien de plus beau que d'avoir vu les enfants devenir adultes et les petits-enfants se lancer dans la vie. Rien de plus frissonnant aussi que de penser à ceux qui ne sont plus... Mais le temps tisse manque, chagrin et douceur. On est bien dans nos anciens, on leur parle, on les entend on ne sait plus vraiment si notre mémoire est réelle ou imaginaire.
Bien sûr qu'il y a du bruit au salon de l'agriculture ! Ils n'en peuvent plus les petits exploitants de trimer pour des prunes voire pour s'endetter. Quel avenir pour ces éleveurs ? L'Europe nivelle mais pas par le haut ! Paupérisation des ces travailleurs. ce n'est plus la terre de Giono...
"Les vaches étaient au fond, et à travers le râtelier on voyait le mur. Philippe se dressa. Il tenait sur ses jambes par la seule force de ses jambes. Il prit la fourche et distribua le foin. Un moment l'odeur allègre et poivrée de l'herbe sèche fuma par-dessus tout ; une poussière dorée passa sous la lampe.
Simon regarda son beau-père. Il se taillait du pain. La miche dure criait sous le couteau comme un fruit vert. La mère sommeillait sur sa chaise, toute molle et balancée par le sommeil..."
Giono "Rondeur des jours"
Oui, les jours peuvent avoir une forme ronde... Il dit : " Les jours commencent et finissent dans une heure trouble de la nuit. Ils n'ont pas la forme longue, cette forme des choses qui vont vers des buts..."

Écrit par : christiane | 27/02/2016

Hello ,amis, j'ai vu Donald à la TiVi, il annonce qu'il cherche un "apprenti" pour lui transmettre son" savoir"
Pourquoi hésiter? Nous sommes son homme, fonçons , traversons l'atlantique,la fortune nous attend. Et puis, j'ai vu la coiffure de sa sculpturale moitié; séduite immédiatement,cette moumoute dorée me fait tomber en extase, voilà la clef du succès, me dis-je.
"quo deinde, insane, ruis ,quo ? //tu mare transsilias?
Tu, quid petis? ut nummi, quos hinc quicunce modesto //
nutrieras, pergant avidos sudare deunces ....
Carpamus dulcia !

C'est un extrait de la satire V de Perse, un poète génial du 1° S post JC. (imprimerie nationale)
Traduisez, fastoche; ce soir, je vous donne ma trad.
Réveillez-vous...ne laissez pas somnoler votre QI...

Écrit par : lola | 27/02/2016

J.C. à Oman, c'est l'america's cup, groupama est 6°, tout n'est pas perdu pour la sélection. Les marins et les voileux se battent jusqu'au bout !

Écrit par : lola | 27/02/2016

___________________________________________________hurlait à la mort ...
Écrit par : JC..... | 27/02/2016

La suite des événements les stations d'écoute occidentales ont capté maint cosmonaute en train de la voir de près, la mort, un peu comme dans la fin du Koursk... Finalement Гагарин a surtout été le premier à rentrer vivant ! Dans les dictatures on n'est pas emmerdé...

Écrit par : Sergio | 27/02/2016

___________________________________________________

Où vas-tu te précipiter, fou ? Traverser la mer ? Que cherches-tu ?

Ca havance...

Dans le Joe Bar, on dirait, à la place de "fou", "espèce de malade"... Ca dépend du ton exact, du contexte de la mercuriale...

Écrit par : Sergio | 27/02/2016

________________________________________________
"Où cours-tu donc, dis-moi ? hein ? où ça, pauvre fou ?
Qu’est-ce que tu veux pour toi ? Serait-ce qu’a gonflé
Dessous ton flanc brûlant une bile de mâle
Que n’aurait pas éteinte une urne de ciguë ? (trad. B. Pautrat, Paris 1995)
Mieux vaut la passion amoureuse que la cupidité et mieux vaut ce voyage délicieux et toutes ses illusions que de penser... à la mort.
"Donne-toi du bon temps,
Va cueillons les douceurs : ta vie, elle est à nous !
Un jour tu deviendras cendre, mânes et fable,
Vis pensant à la mort, l’heure fuit, et déjà
Les mots que je prononce s’en sont allés d’ici..."
"carpe diem"...
"Mets-toi en route avec moi… puisque tout ce qui vit sur la terre a reçu du sort une âme
mortelle et qu’il n’est, ni pour les grands ni pour les petits, aucun moyen de fuir la mort. En
conséquence, mon bon, tant que tu le peux encore, vis sans oublier combien est court le
temps de ton existence..."
Eh bien, Lola, c'est très proche de Truinas de Philippe Jaccottet...

Écrit par : christiane | 27/02/2016

__________________________________________________

Oui, les jours peuvent avoir une forme ronde... Il dit : " Les jours commencent et finissent dans une heure trouble de la nuit. Ils n'ont pas la forme longue, cette forme des choses qui vont vers des buts..."
Écrit par : christiane | 27/02/2016

C'est bien, cette représentation ; mais pas la peine de demander si tout le monde voit les choses ainsi : à l'intérieur d'un même bonhomme, une telle représentation peut durer quoi ? Quelques secondes, minutes, heures, deux trois jours... Et puis le lendemain sans qu'on sache pourquoi, une autre figuration viendra remplacer celle-ci ; on sera un peu paumé, sans en prendre conscience. Conclusion : on ne voit jamais les choses de la même manière...

Écrit par : Sergio | 27/02/2016

Imbattables vous êtes,érudits à l'effarant QI , Christiane livre même tout le passage , plaudite !
" Que cherches-tu ? que les sous que tu avais nourris d'un 9% modeste, se dépêchent de suer d'avides 20% ?....cueillons les douceurs..." ça fait un peu "carpe diem", d'accord. Du croquignolet pour plus tard....
( pour les puristes -pédantesques, le "hinc" fait problème; hic avec une longue est traduit dans le texte;hinc avec une longue , le cas ici, signifie plutôt : depuis un moment.
Bof ..

Écrit par : lola | 28/02/2016

Lola et Sergio, et cie...
bonjour,
je viens d'attendre avant de boire le café matinal que cet arôme vienne me titiller. Les brûleries de café et plus tard cette odeur qui vient de loin. Avant, il y avait le rite, moulin en bois Peugeot, coincé entre les genoux. Il fallait tourner la poignée, ( manivelle à une seule courbe en acier terminée par un gland de bois rond et patiné à loger dans la pomme de la main) et entendre et sentir cet écrasement des grains broyés par la petite meule en acier. Sablier... Puis, la mouture odorante que l'on sortait du petit tiroir en bois grâce au bouton pour la verser dans le tamis en fer-blanc, à double filtre, de la cafetière de faïence. Enfin, une à une les louches d'eau frémissante dont on la recouvrait. Ça gonflait lentement et la même odeur envahissait la maison. Mais, nous, les enfants étions au lait chaud et au chocolat en poudre, aux tartines beurrées , à l'observation du couple parental un peu mutique, le matin en écoutant le café qui coulait goutte à goutte. Maintenant... capsules et café express mais l'odeur n'a pas changé.
Vous voyez, Sergio, que les jours sont ronds ! (parfois....).
Pourquoi, Giono dans ces courtes nouvelles a-t-il voulu que les jours aient cette forme durable ? Il ajoute - et là je bifurque vers Lola - "Nous avons oublié que notre seul but, c'est vivre et que vivre nous le faisons chaque jour et tous les jours... Nous n'allons vers rien, justement parce que nous allons vers tout, et tout est atteint du moment que nous avons tous nos sens prêts à sentir. Les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger, de les goûter doucement ou voracement (...) de profiter de tout ce qu'ils contiennent (...) il est plus émouvant de vivre un jour que de réussir en avion le raid sans escale Paris-Paris autour du monde.
(...) Le soleil se lève. Avec lui les odeurs...."
Ah, Lola, pour moi qui n'aie jamais eu la chance d'apprendre le latin, votre citation m'a été piste sur internet pour découvrir (dans sa traduction) comment on pouvait être stoïque et ironique. Ces pensées sont réjouissantes. Elles viennent nous titiller comme l'odeur du café pour distendre le tissu de nos vies. Et puis, me livrant à cette recherche, j'allais à la rencontre de votre pensée juste après l'image solitaire renvoyée par l'eau noire du puits du haut de la margelle. Alice au pays sans merveille... Et là, autre dialogue avec Sergio à travers les BD époustouflantes de Fred, F'Murrr et cie. Il y a un puits, c'est là que tout commence...

Écrit par : christiane | 28/02/2016

#####################################
Christiane, "Il y a un puits, c'est là que tout commence..." ou c'est là que tout finit :
https://www.google.fr/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=mort%20dans%20un%20puits

Chez une de mes grands-mères dans un village où la civilisation est arrivée tard, on tirait l'eau au puits sauf...lorsqu'on y trouvait un chat et il fallait alors aller plus loin vers un autre puits non contaminé et bien sûr il n'y avait pas d'eau en bouteille. Chez la même grand-mère, pour économiser le café on mettait une moitié de chicorée, c'était dég..... De toute façon je détestais boire quoi que ce soit avec du lait. Le pire de tout, lorsqu'on allait chercher le lait à la ferme et que la fermière voulait me faire boire le lait tout chaud sorti de la vache, rien que l'odeur me rendait malade !

Mieux que le latin, le grec, passionnant comme le "γνῶθι σεαυτόν" inscrit sur le fronton du temple d'Apollon à Delphes que j'avais voulu prendre comme devise...

Écrit par : Lucy | 28/02/2016

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Rectification, trouvé à l'instant : "Le français, c’est la plus belle langue du monde, parce que c’est à la fois du grec de cirque, du patois d’église, du latin arabesque, de l’anglais larvé, de l’argot de cour, du saxon éboulé, du batave d’oc, du doux-allemand, et de l’italien raccourci"

Valère Novarina

Écrit par : Lucy | 28/02/2016

_____________________________________________________________
Lucy,
mais oui, mon père mettait une cuiller de chicorée et ma mère faisait la grimace, rêvant d'un café sans chicorée !
Le lait tiède à la ferme... je n'aime pas trop, non plus. J'ai goûté une fois... je préfère le lait pasteurisé, glacé, pris dans le frigo au hasard d'une soif et bu à même la bouteille, hélas en plastique !
Votre histoire de chat sur la margelle m'étonne. Superstition ou peur du pipi de chat ?
"Connais-toi toi-même"... mais c'est impossible, c'est un... puits sans fond !

Écrit par : christiane | 28/02/2016

----------------------------------------------------------------
Puits sans fond ou eau courante ? Poussé à bout par des circonstances exceptionnelles, j'ai mis 9 mois à résoudre le problème : "Connais toi toi-même". J'avais 9 ans....

Depuis je m'intéresse à des sujets infiniment plus intéressants !

Écrit par : JC..... | 28/02/2016

-------------------------------------------------------------------
Christiane, non le chat n'était pas sur la margelle, il était mort au fond du puits ! donc risque de contamination de l'eau. Les puits étaient couverts mais il n'y avait pas de barrière, au bout d'un certain nombre de chats trouvés dans les puits, il y a eu des barrières partout...

...un puits sans fond... oui mais la vérité en sort ! ʘʘ

Écrit par : Lucy | 28/02/2016

JC, "Depuis je m'intéresse à des sujets infiniment plus intéressants !"

Si c'est vous qui le dites....!!!

Écrit par : Lucy | 28/02/2016

----------------------------------------------------------------
Pardonnez moi, Lucy, mais il m'intéresse plus de savoir si nous vivons dans un univers unique ou dans une bulle-univers de la soupe, dont les constantes seraient différentes... Bien à vous.

Écrit par : JC..... | 28/02/2016

JC, vous êtes tout pardonné, car mes interrogations sont beaucoup plus terre-à-terre, en effet j'aime avoir les réponses à mes questions et je n'ai pas envie de tomber dans un "trou noir" même si je n'ai pas peur du noir ! J'ai déjà décidé qu'il n'y avait aucun dieu au dessus de nous, pour des raisons qui me semble tout à fait valables mais que je ne détaillerai pas, cela me suffit.

Écrit par : Lucy | 28/02/2016

---------------------------------------------------------------
Vous savez comme moi, Lucy, que les bonnes questions, les seules, sont celles qui restent à jamais sans réponse ! ceci dit, à mes yeux, le bon dieu , c'est.... hasbeen ! sans le moindre intérêt !

Écrit par : JC..... | 28/02/2016

Pas d'accord, JC, les "bonnes" questions finissent toujours par avoir une réponse, il suffit d'attendre le temps suffisant pour avoir tous les éléments de réponse, ce qui n'est pas toujours le cas pour une seule vie humaine.
Le "bon" (?) dieu c'est hasbeen, si vous voulez, mais "pas le moindre intérêt" non ! à partir du moment où certains y croient si fort qu'ils sont prêts à gâcher leur vie ou celle des autres en son nom, nous sommes bien obligés de nous y intéresser afin de savoir quoi faire pour avoir le moins de dommages "collatéraux".

Écrit par : Lucy | 28/02/2016

-------------------------------------------------------------------
Ah si une solution : "Tuez les tous*, Dieu reconnaîtra les siens"... (dit par Arnaud Amaury, légat du pape, d'après Césaire de Heisterbach : « Cædite eos. Novit enim Dominus qui sunt eius. » )

* les cathares

Écrit par : Lucy | 28/02/2016

__________________________________________________

un certain nombre de chats trouvés dans les puits
Écrit par : Lucy | 28/02/2016

Haffreux !


Un cargo dans les Caraïbes, en pleine mer, sur le coup de midi. Le capitaine appelle sa dizaine d'hommes d'équipage :

- Stop machines ; on se prend un bain, et après on déjeune.

Suit une vaste acclamation, on arrache les fringues on plonge ; tous même le radio même le cuistot même évidemment le pitaine, directos des quinze mètres du bastingage... Les dix à la baille !

A ce moment-là on s'aperçoit qu'on n'a pas lancé la moindre échelle, ni chaîne d'ancre ou n'importe quoi pour remonter...

Écrit par : Sergio | 28/02/2016

____________________________________________________________
Quand les choses de l'esprit deviennent trop compliquées, je cuisine ou je jardine. Le corps est alors un bon guide, les sens sont aux aguets : odorat, toucher, vue...
Là, je laisse mijoter dans une cocotte en fonte un bœuf bourguignon à ma façon, entre daube et bourguignon avec carottes et vin rouge, champignons et lardons. Un ami passe demain que je n'ai vu depuis longtemps, il a beaucoup vécu, très âgé maintenant mais bon pied bon œil. Il est devenu prêtre quand il a assisté au retour des déportés à la fin de la guerre. Il a tout plaqué d'un avenir prometteur, du cocon d'une famille bourgeoise pour faire ça de sa vie, toujours dans des banlieues du bout du monde. Total respect. Comme il est musicien nous nous sommes connus à l'issue d'un concert à la Madeleine où des amis communs chantaient Le Messie de Haendel. Nous nous sommes questionnés sur le final : que comprendre de ce "Amen" qui clôt la composition. Puis des conversations à oublier la nuit, le jour, et des lettres croisées où il se heurtait à mon front de bélier. Un jour j'ai fait du stop pour lui apporter un fauteuil. Il vivait dans un dépouillement complet, sauf ses livres. J'ai eu la chance de tomber sur des êtres de cette envergure un peu fous très importants pour moi. Là on se râpe la conscience jusqu'à toucher une certaine inconnaissance.
Le bourguignon, ça sent bon. Il va aimer.
Bonne soirée.

Écrit par : christiane | 28/02/2016

-----------------------------------------------------------------
Horrible votre histoire Sergio, mais mon bon sens paysan (enfin celui hérité de mes ancêtres...) m'interdirait de faire une chose pareille, je resterais à bord pour surveiller le navire dans le meilleur des cas ou pour me barrer loin des autres dans le pire.....

Christiane, je n'aime ni la cuisine ni le jardinage ! J'ai tout de même quelques recettes éprouvées qui font que l'on apprécie ma cuisine, mais seule je me contente d'un sandwich en faisant un sudoku. Quand 'les choses deviennent compliquées', je fais un puzzle ! En assembler les petits morceaux est idéal pour se vider l'esprit des choses ennuyeuses.

Écrit par : Lucy | 28/02/2016

______________________________________________________________
Lucy,
mes dons en cuisine et en jardinage sont aussi brillants que ceux en latin ! mais j'aime les paradoxes, les obstacles. Les puzzles c'était au temps des petits-enfants encore petits, les sudoku, oui, les mots croisés à auteurs aussi ou....
Pour le puits , comment saviez-vous qu'il y avait un chat mort dedans ?
Sergio,
oui, votre histoire bien que cruelle illustre les impasses des emportements généreux et spontanés.

Écrit par : christiane | 28/02/2016

___________________________________________________

Le stop avec un fauteuil c'est quand même pas mal... Surtout si on prend des cabriolets et que le gus qui s'arrête est en cabriolet !

Euh bon je sors comme dirait Clopine... Tiens je voulais mettre le lien à jour puis je l'ai toujours pas fait...

Écrit par : Sergio | 28/02/2016

----------------------------------------------------------------
Y a qu'un terrien pour imaginer une histoire de mer pareille, Sergio : c'est comme demander à un curé et des nonnes de tourner un porno convenablement dégueu !.... Impensable et raté !

Écrit par : JC..... | 28/02/2016

___________________________________________________

Voilà qui est fait.

La religieuse, c'est de Rivette, non ? C'était pas mal, un peu longuet à la fin...

Écrit par : Sergio | 28/02/2016

-----------------------------------------------------------------
Christiane, vous êtes une sage et je suis une pragmatique.

Ce n'est pas moi qui savais qu'il y avait un chat dans le puits, j'étais trop 'mignarde' pour remonter un seau plein d'eau ! C'étaient les 'grands', les vieux ; l'un d'entre eux avait dû remonter un seau d'eau avec un chat dedans ou alors il l'avait vu tomber, ou il l'avait poussé !!!

Écrit par : Lucy | 28/02/2016

D'abord félicitations à Christiane qui a écrit "là où se râpe la conscience"dans le domaine des "bonnes questions"
Puis J.c , j'ai peu compris "univers unique ou ds une bulle-univers de la soupe" quand vous aurez le temps...
Valère Novarina " le français c'est..."// exceptionnel . Les discussions éternelles sur la "pureté" de la langue française, me donnent des boutons; la nécessité d'apprendre le latin pour "saupoudrer d'étymologie" les cours de français, aussi. Pas de discours là-dessus, étouffe chrétien.J'ai dû étudier la grande poésie d'Ennius ,jusques aux fragments de Babio, ( 12°S.)Babio c'est une histoire de mari volage et de volage épouse, écrite dans une sorte de sabir qui nous faisait nous arracher les cheveux.
Christiane, Perse s'avale comme du vin sucré; il y a 4ou5 Tintin traduits en latin, essayez! et des Jacques Martin, aussi.
Des passages de Perse, j'en donnerai plus tard; il parle des femmes, moins vibrionnant que Juvénal.
Les histoires de chats ?? de lait ?? je n'aime pas le lait, j'aime les chats; j'ai découvert à l'âge de 13/14 ans que les vaches avaient du lait quand elles avaient des veaux...quels questionnements pour moi;j'imaginais les vaches avec des pis munis de sortes de robinets , comme des libres services; j'étais un peu attardée mentale; mais j'avais découvert le grec , le prof-génial nous emmenait dans un grand parc où s'élevait un grand donjon,reste d'un château fort éboulé, et nous déclamions en grec, près d'un jet d'eau , des textes extra, le petit spartiate et le renard, le passage des Thermopyles, Xerxès qui fait fouetter la mer, qui veut enchaîner l'Hellespont; un AUTRE monde. Nous étions "grecs" des pieds à la tête. Les chevaux d'Achille,Nausicaa, l'aurore aux doigts de rose, la mer vineuse.Bien plus tard j'ai découvert Thucydide avec la Chère Jacqueline, qui ,horreur, s'asseyait sur le bureau dans le grand amphi archi-plein. Je me plais à croire que si l'on m'ouvre les veines, une fois morte,il en jaillira toute l'eau de la Mer Egée...
Donc vous parliez des bains de mer, j'ai longtemps cru et je crois encore que les voileux sont les gens les plus aguerris, les plus fûtés, les plus....Lors de la dernière Sydney-Hobarth, l'équipage chinois a perdu un marin au cours du voyage en mer entre la Chine et Sydney, emporté par un paquet de mer; personne n'en a parlé. Les régates de l'America vont durer des plombes, je reste scotchée sur un, des, sites qui permettent de les suivre, quasi pas à pas.

Écrit par : lola | 28/02/2016

_____________________________________________________________
'soir lola,
un zeste de passé a éclairé la soirée. on n'écrit que du passé...

Écrit par : christiane | 28/02/2016

____________________________________________________________
Pour Lucy-chapuis :
https://fr.wikisource.org/wiki/Alice_au_pays_des_merveilles/1

Écrit par : christiane | 29/02/2016

-------------------------------------------------------------------
Alors Christiane, « Les chauves-souris mangent-elles les chats ? »

Très drôle la vidéo !

Écrit par : Lucy | 29/02/2016

--------------------------------------------------------------
Certains physiciens travaillent sur la possibilité qu'il n'y ait pas qu'un seul univers, càd celui dans lequel nous sommes, construit sur des valeurs de constantes particulières, mais que celui-ci soit seulement une bulle-univers de la "bouilloire bouillante" où les bulles-univers se développeraient éclateraient et renaitraient autrement avec des constantes primordiales différentes, en passant par des états-tunnels genre trous noirs...

Pas de confirmations expérimentales à ce jour : modélisations théoriques seulement.

Écrit par : JC..... | 29/02/2016

_________________________________________________________________________________
Lucy,
ce n'est pas sérieux ! une chauve-souris qui pour se venger de sa calvitie tente de manger un chat (repas gargantuesque) pour sauver une souris croquée par icelui ! De peur ce dernier se sauve , saute sur la margelle du puits. Plouf ! et y reste.
Alice-Lucy qui passait par là, entendit son miaulement désespéré. Elle se pencha, vit le chat, appela à l'aide. D'une bouilloire bouillante arriva JC-Zorro. Lançant tant de jurons et d'invectives à l'adresse de cette folle enfant que de paroles gelées, il couvrit l'eau du puits. De glaçon en juron, Lucy et le chat sortirent tout crottés et boueux du puits. Mais la chauve-souris attendait... JC dut s’exécuter. Il ouvrit le ventre du chat, sortit la souris souriante, recousit le chat tout en tempêtant car cette activité le retardait dans son exploration de l'univers. Sergio, débonnaire ne pouvait l'aider, tout penché sur ses fractales, Lola, encore moins, scotchée sur les régates de l'américa, christiane tapotait du clavier et bouguereau affutait son bréviaire avec son pote Bérurier.
La vie de JC n'est vraiment pas un cadeau !

Écrit par : christiane | 29/02/2016

٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭٭

ǑǒȌȍȎȏǾǿѲѳѺѻʘ ĴĈ ṌṍṎṏṐṑṒṓʘ

Écrit par : Lucy | 29/02/2016

j'ai lu votre réponse,J.C. C'est une hypothèse qui entraîne à sa suite bcoup de questions qui ne sont pas près d'être résolues.Faire le grand écart entre "quoi ailleurs?" et " qu'est-ce que je fais, ici" ou "qu'est-ce que je peux faire ?"ici? là-bas si j'y vais ?
Un rapport avec le com.ce matin, sur Fr.cul, à propos du classement de Shanghaï( qui vient de paraître) établi uniquement sur les "Sciences" et sur les critères: prix Nobel, publications (thèses et articles) ( you know) Donc vaut-il mieux des chercheurs qui cherchent ..et trouvent OU des profs. qui enseignent et forment....
Question stupide; les 2, mon capitaine. Mais pour moi, toute petite mite à peine philosophante, est-ce que je vis mieux ou autrement, maintenant que je sais que le Soleil ne s'installe pas dans sa soucoupe pour ,sur l'océan, pagayer jusqu'à l'autre bout du Monde, et y répandre sa Lumière ?
Rôle des romans d'anticipation?
Ma réflexion est un peu légère. Je lis le catalogue de l'expo de Branly"esthétiques de l'Amour" , qui la complète magnifiquement ,par le texte.
Quels progrès ? pour qui ? Quand j'aurai bu un café, récolté au Nicaragua, dans une tasse qui vient du Japon,sucré avec de la canne à sucre des Antilles , serai-je un peu plus avisée ? beau soleil sur froid glacial. Bon jumping sur terre ou sur les flots.
Christiane, quel sang froid, clap, clap, clap.

Écrit par : lola | 29/02/2016

___________________________________________________

Sergio, débonnaire ne pouvait l'aider, tout penché sur ses fractales
Écrit par : christiane | 29/02/2016

C'est-à-dire... Je suis en train d'emballer la Yam pour la transporter d'univers... A tous les coups c'est encore amphibie, cette affaire ; moi qui ai horreur de l'eau !

Écrit par : Sergio | 29/02/2016

Diable, Sergio, vous partez pour la Mer de Chine ? en bateau, j'espère !
Christiane, est-ce vous? avez-vous un double ? Sur Equidia, Christiane se déchaîne à commenter et refaire la course du Grand Prix de Paris. Allez-y voir!
Je n'aime pas beaucoup les chevaux de course, mais j'aimerais bien être leur Lad, rien qu'une semaine; un peu plus, je tomberais sûrement en amour ...Ce sont de fichus caractères, dit-on, alors, pas de regrets!

Écrit par : lola | 29/02/2016

-------------------------------------------------------------
J'aime bien quand Christiane "tapote du clavier" et se laisse aller à sa fantaisie.

Sergio, elle est plus "étanche" la Yam ?

http://www.dailymotion.com/video/xa92kp_marche-a-l-ombre-bande-annonce-teas_shortfilms

Écrit par : Lucy | 29/02/2016

_____________________________________________________________
" Sur Equidia, Christiane se déchaîne à commenter et refaire la course du Grand Prix de Paris. Allez-y voir!"
J'ai lu. C'est très drôle. Je n'y connais rien en courses de chevaux mais j'aime le ton de ces réparties.
Sergio et sa moto à flotteurs c'est du James Bond !

Écrit par : christiane | 29/02/2016

__________________________________________________

Diable, Sergio, vous partez pour la Mer de Chine ? en bateau, j'espère !
Écrit par : lola | 29/02/2016

C'est pas bien conseillé... D'abord il peut y avoir des barrages on sait pas où, et puis secondement le Jap quand on s'aventure dans ces lointains extrêmes il guette sans la moindre commisération ; par exemple à Tsushima en dix-neuf cent cinq l'amiral Yamamoto (ça c'est normal) a soigneusement attendu la flotte soviétique du tsar pour la soigner, justement, sur des dizaines et des dizaines de navires je sais même pas s'il en est resté deux flottants, même par seulement un bout...

Du coup la flotte russe a été quitte de revenir !

Écrit par : Sergio | 29/02/2016

__________________________________________________


Je n'y connais rien en courses de chevaux
Écrit par : christiane | 29/02/2016

J'ai un copain qui en a fait quelques-unes (en gentleman rider), i paraît que c'est quand même pas rien ; toutes manières le simple fait de remonter les étriers comme ils le font (deux trous, quoi) on a tout de suite compris...

Écrit par : Sergio | 29/02/2016

Pay attention, ladies and gentlemen, "esthétiques de l'Amour" n'a rien à voir avec la "Guirlande de Julie" .Il s'agissait d'une expo sur les peuplades qui habitent sur les rives du fleuve Amour . Contrée qu'on appelle , généralement la Bouriatie.Beau et passionnant.Chasse ,pêche, donc outils, vêtements.Un manteau féminin en peau de saumon, par ex,orné de broderies et d'appliques en peau de carpe blanchie;des objets utilitaires pensés et ciselés. Rapport entre les mots, les objets, la pensée, le langage. Le catalogue, comme souvent à Branly, contient des photos somptueuses et des explications précises, claires. une telle invention, perdue ??
Digression? je ne sais pas. Rapport avec la notion de progrès, de rapport au travail, à la vie du, des groupes . au moins 8 groupes différents.
C'est tout près de Sakhaline.

Écrit par : lola | 01/03/2016

Lucy connaît bien sûr l'histoire de l'enfant spartiate et le renardeau ,pour qui ne la connaît pas, voir le site -Persé où se trouve le texte. Je chercherai un passage de Perse et de Juvénal, demain ou après demain.Fidèle à ma promesse !

Écrit par : lola | 01/03/2016

__________________________________________________

la Bouriatie
C'est tout près de Sakhaline.
Écrit par : lola | 01/03/2016

C'est vrai que cela m'inspirerait beaucoup plus d'aller voir ce genre de bled que les inévitables staitsses ; et le détroit de Béring !

Écrit par : Sergio | 01/03/2016

____________________________________________________________
voler un jeune renard cruel et se faire dévorer par icelui c'est manquer diablement... d'amitié... (celui de Saint-Exupery n'a pas dévoré l'enfant). Supporter la douleur... Apophtegme ? épreuve initiatique ? fantasme ? horreur ? Chez les grecs ce serait Prométhée et l'aigle.
Il en est ainsi des secrets tus et gardés en soi qui nous taraudent jusqu'à la mort.
Quant à l'enfant, l'obligation de voler... dissimulant son vol sous son manteau... Les enfants spartiates volaient en bandes... 'Celui qui veut voler quelque chose doit aussi aposter des guetteurs" (Xenophon L.P. II,7). Je pense aux bandes de jeunes enfants contraints à voler, délinquance qui est le fait de l'exploitation clanique et familiale de mineurs roumains, croates ou serbes.
Mais quel rapport avec Lucy ?

Écrit par : christiane | 01/03/2016

----------------------------------------------------------------
"Mais quel rapport avec Lucy ?"

Christiane, je suppose que c'est à cause du latin et du grec... car je ne me suis laissée dévorer par aucun des renardeau que j'ai volé dans ma jeunesse...

Écrit par : Lucy | 01/03/2016

____________________________________________________________
Délicieuse Lucy, vous êtes très drôle !

Écrit par : christiane | 01/03/2016

----------------------------------------------------------------
Lola et Christiane, voici ce que je retiens de cette histoire "que les moins de 20 ans ne 'doivent' pas connaitre" :

- les Spartiates avaient une éducation.... spartiate,
- cette histoire n'est pas vraisemblable,
- elle a probablement été inventée par les Athéniens,
- cette éducation conduit à la mort et au final, historiquement, ce sont les Athéniens qui ont gagné !

Écrit par : Lucy | 01/03/2016

Christiane, rapport avec Lucy ? je pense qu'elle a fait des études classiques, et l'histoire du renardeau traîne dans tous les livres de grec de 4° !! les Athéniens étaient doux, un peu mous, les spartiates entraînés dès leur plus jeune âge, étaient prêts à aller jusqu'au bout de leurs forces, à mourir s'il le fallait, mais ils ne se rendraient pas...
Ce n'est pas si simple à comprendre ....

Écrit par : lola | 01/03/2016

Lucy une remarque grammaticale, par souci de correction:
je ne me suis jamais laisséE dévorer par aucun des renardeau ...
correct : je ne me suis jamais laissé dévorer
( si l'on n'a pas le temps de réfléchir, il faut changer de participe ,DONC ,je ne me suis jamais FAIT dévorer)
C'est comme je me suis coupée, je me suis coupé la main)
Vous le savez bien sûr, et ma remarque ne s'explique que parce que certains passent, ici, et sont peu amènes.
Par ailleurs des renardeau est une "error clericalis" , coquille !
Avec mes excuses. Je fais partie de ceux qui pensent que l'ort. ce n'est pas si compliqué que cela et que les enfants apprennent facilement des mots ou des règles qu'on pense difficiles!
Connaissez-vous le blog de Mara Goyet ? épatant. Je n'y poste jamais rien, il y a assez de com. Je m'y amuse beaucoup et je la trouve diablement intelligente.

Écrit par : lola | 01/03/2016

Sergio, imaginez-vous que j'ai eu autrefois une amie d'origine Bouriate, très belle. L'une de mes amies, géographe, avait réussi à entraîner son mari dans ces contrées si peu connues, non pas à marches forcées, mais en se baladant, depuis Léningrad,train, bus. Plus de 2 mois......le rêve. Emballés par des paysages d'une beauté incroyable; et comme il n'y fait pas chaud à se baigner en monokini, comme il n'y a pas des cannibales prompts à avaler le touriste tout cru, on y voit, paraît-il, peu de groupes caméra sur l'épaule ou objectif sur le ventre.Y aller très vite avant que Costa- croisière dégoûté par les remugles du pont des soupirs n'y envoie ses cargaisons.
Vous chausserez votre Yam de raquettes..et vous enjoliverez votre accent: Krassnoïaarrrssssk!

Écrit par : lola | 01/03/2016

___________________________________________________

On pourrait faire une dictée, tiens...

Écrit par : Sergio | 01/03/2016

----------------------------------------------------------------
En amour, je suis spartiate : je prend un jeune cœur, qui serré contre ma poitrine un temps, dévore le mien, animalement.... Eh bien ! J'endure la souffrance ! A chaque fois ....

Écrit par : JC..... | 01/03/2016

__________________________________________________

enjoliverez votre accent: Krassnoïaarrrssssk!
Écrit par : lola | 01/03/2016

C'est pas immé, cela. C'est toute la voix qu'il faut changer, puisque ce sont les caractéristiques des vibrations des cordes vocales, sans parler du reste, caisse de résonance, amplification qui déterminent tout. En général on fait fausse route, c'est un peu comme en ski il faut voir le problème différemment.

Ceux qui y arrivent, il faut se livrer à un véritable travail d'imitateur, presque de chanteur, et bien sûr écouter écouter écouter : et comme cela des fois on y parvient, en imitant artificiellement au début. C'est encore des mécanismes du cerveau bizarres.

Mais les Bouriates, c'est pas eux qui vivent trois cents ans ? Qui soulèvent aussi trois cents kilos dans certaines compètes...

Écrit par : Sergio | 01/03/2016

----------------------------------------------------------------
Lola vous avez raison, je me suis laissée entraînée par les renards d'eau... (ooo)

JC, comment ça : à chaque fois ? Depuis le temps vous n'avez plus de coeur !

Écrit par : Lucy | 01/03/2016

Pour J.C. en priorité, pour Sergio éventuellement et pour les dames-cordon-bleu- très attendries.
Coeur de veau farci Cette recette est une vraie merveille. Il faut:
-1 coeur de veau bien tendre
-50cl de larmes encore chaudes // 50cl de champagne rosé fines bulles// 5 cuillerées de lait de chameau ou de chamelle, si le chameau y met de la mauvaise volonté.
-1 brioche très remontée //3 oeufs de poulette vierge // 1 gousse d'ail en chemise// 1 échalote //
1 ognon qui rit jaune//3 branches de persil plat//
- poivre et sel à volonté,en fonction de l'âge du
malade // 100g de sucre glace dans le cas d'un coeur très meurtri.

Passons à la réalisation. Le cordon bleu n'oubliera pas les torchons souples et blancs, en cas d'épanchements .
la suite.//2

Écrit par : lola | 01/03/2016

Suite coeur de veau farci.
1)hachez menu l'échalote, l'ail (après l'avoir déshabillé) et les feuilles de persil; réservez les queues.
2)Trempez la brioche dans le lait de chamelle, essorez-la (évitez de la tordre, pas d'émeute)
3)Triturez, massez la préparation 1 ,avec je jaune des oeufs de la poulette. Liez bien le tout. Versez dans un moule à manqué.
4)ouvrez le coeur, retirez les caillots de sang ,faites-le dégorger 10" sous un petit filet d'eau glacée. Essuyez l'intérieur du coeur sans ménagement; emplissez l'intérieur de ce coeur refroidi avec le mélange n°3 quevous retirez du moule à manqué
5) Ficelez bien le tout afin que nul cri ne s'en échappe.

La suite à venir 2//3

Écrit par : lola | 01/03/2016

_____________________________________________________________
irrésistible, Lola !

Écrit par : christiane | 01/03/2016

Coeur de veau farci 3 cette recette est une merveille.

A) pelez l'ognon en pleurant abondamment et recueillez ces jolies larmes dans un ramequin tiédi.
B) placez le coeur ficelé dans une cocotte, doucement, sur un lit de queues de persil. Ajoutez joliment les lamelles d'ognon. Laissez fondre le tout à feu doux sans mettre le couvercle. Quand l'appareil a mijoté en rendant un jus rosé, poudrez avec le sucre glace. Si le jus est trop léger, ajoutez à atiété sel poivre, 5 épices, ça lui apprendra.
C) couvrez la cocotte, laissez mijoter pendant 2 heures à feu doux
D) soulevez le couvercle. Ajoutez 10 petits ognons grelots que vous arrosez des larmes du ramequin. Laissez suer le tout.
E) montez les blancs en neige, passez les au four chaud, et en attendant buvez le champagne juste frais ,juste avant que le damoiseau de votre vie rentre au logis.

p.c.c lola qui n'a presque rien modifié à la recette de Tante Marinette.

Écrit par : lola | 01/03/2016

--------------------------------------------------------------
J'ai vomi à cause de lola : elle est sans cœur !

Écrit par : JC..... | 01/03/2016

___________________________________________________

Déshabilleur d'aulx, c'est encore une spé, ça, tiens...

Bon le chameau en général c'est des chameaux faut pas trop se faire d'illusions qu'on va le retrouver le long de la voie ferrée avec son pot au lait bien posé sur un coussinet...

Écrit par : Sergio | 01/03/2016

Voyons J.C. Sergio, ne pleurez pas; sans vous, comment vivrais-je réduite à lire des blogs sans imagination ?? . Pour que vous vous rétablissiez vite, demain je vous invente la recette du blanc- manger ou celle de la crème au beurre d'Echiré, en accompagnement de la grive qu'avait trop chanté.
Et maintenant Champagne!

Écrit par : lola | 01/03/2016

__________________________________________________________
Lola est déchaînée !!! j'adore !

Écrit par : christiane | 01/03/2016

---------------------------------------------------------------
C'est pas pour tomber dans la religion, dieu m'en garde, mais la main de Satan se promène dans l'âme de lola ! ... du Champagne... ! Le divin marquis n'est pas loin...

Écrit par : JC..... | 01/03/2016

La main de Satan dans mon âme ?? ô J.C demain il va falloir que j'invente la cervelle grillée sur crêpe dentelle dans les fumées d'encensoir....
Christiane, la recette du coeur de veau farci vous est dédiée, vous qui , telle Blanquette, vous êtes battue glorieusement toute la journée, contre les troupes d'arrière garde du blog d'à côté. Chapeau.
( j'inventerai plus tard "la blanquette à la passou; impossible de la concocter en 2 coups de cuillère à pot....)

Écrit par : lola | 01/03/2016

____________________________________________________________
J'ai reçu mon ami. Le bourguignon lui a plu. On a parlé parlé parlé... c'était bien !
Pour les crécelles du blog à Passou... Elles sont tellement peu importantes... des aboiements, au loin.
Bises et merci, Lola, pour ces recettes extravagantes que j'adore.

Écrit par : christiane | 01/03/2016

___________________________________________________

Non mais ce qu'on voudrait, c'est la recette de la potion magique...

- Bois.
- Glou glou glou glou...

Écrit par : Sergio | 01/03/2016

hisse eh oh groupama a remporté une victoire dans l'Amerca's cup " on les a eus à la régulière, c'est choueette" a dit le maître à bord.Je fais fumer les autels avec des offrandes qui iront réjouir les nez des Grands Dieux, et je prépare une potion magique qui virtuellement les rendra, les marins, quasi invincibles, et nous zaussi.

Écrit par : lola | 02/03/2016

----------------------------------------------------------------
Lola, avez vous couru en équipage sur un Swann ? J'en ai tâté des fameux, mais je ne peux pas oublier la finition des Swann, la beauté efficace ...

Marseille-Alger, Alger-Marseille sur un Swann 44 ....Aaaaaaaah ! la bête....

Écrit par : JC..... | 02/03/2016

______________________________________________________________
«On les a passés à la régulière, c’est chouette. Ça nous met en confiance pour nos manœuvres, se félicite Thomas Le Breton, tacticien à bord de Groupama. Nos départs ont aussi été un peu meilleurs qu’hier, ça rend la vie plus facile dans ces vents légers ( entre 7 et 9 nœuds dimanche). On subit de moins en moins. Cette première victoire est une petite récompense pour tout le boulot qui a été fait cet hiver. Ça montre qu’on est sur la bonne voie».

Écrit par : christiane | 02/03/2016

---------------------------------------------------------------
Christiane aussi navigue ? Ce blog deviendra t il un pier, un pub, un lagon, à marins conteurs d'histoires fantastiques ...? Finira t on par foutre à la porte les motards bruyants écrasés sur leur chevaux mécaniques japonais, démons pétaradants à la Sergio .... Mais non, il en faut pour tous les goûts, par Paul Elvström et Ben Ainslie, réunis autours de leurs huit médailles d'or olympique !

Écrit par : JC..... | 02/03/2016

__________________________________________________________
Je découvre... le vent... les voiles... le courage de ces navigateurs... leur solitude parfois quand ils sont seuls, leur fraternité quand il s'agit d'une équipe et cette jouissance de partir là-bas où l'horizon est vaste.
Ces vers de Saint-John Perse qui ont traversé les années :
"... C'étaient de très grands vents sur la terre des hommes - de très grands vents à l’œuvre parmi nous..."
Et ce vent se glissant dans le nom de ce tour du monde en solitaire et sans escale "le vent des globes" qui me faisait rêver... et qu'un jour j'ai reconnu dans "le Vendée globe". (plus connu que la Coupe de l'América...).
Partir contre vents et marées...
Ce ne sont pas les exploits qui m'importent mais l'étoffe de ces femmes, de ces hommes qui aiment tant se retrouver au large, libres.
Mais les financements par les sponsors (banques, assurances...), ces énormes enjeux économiques pour les régions, et l'industrie nautique teintent ces courses sportives de trop de médiatisation... lourde.
Skipper... des rêves d'enfant... Un lieu et un temps où le mot aventure prend tout son sens : les grands océans indomptés...
Et le temps ? Comment de vivre ces traversées, à la seule force du vent, modifie leur rapport au temps ?

Écrit par : christiane | 02/03/2016

----------------------------------------------------------------
Parmi les navigateurs héroïques, il y a ceux qui traversèrent l'Atlantique en ...kayak*, ceux qui traversèrent les océans gigantesques.... à l'aviron ! Sans assistance, naturellement ... Et ceux qui échouèrent. Ceux qui sont morts, qui sont oubliés, recyclés dans les morues et poissons que nous avons dévoré en accrax... uhuhu !

* il me semble que c'était un teuton. A vérifier !

Écrit par : JC..... | 02/03/2016

--------------------------------------------------------------
Christiane, la mer, la course au large, permet la liberté, la prise de distance par rapport au temps : le temps en mer est une composante vécue autrement qu'à terre.

En mer, le temps s'allonge et se raccourcit autrement, bien autrement. Trois minutes de repos peuvent être un temps suffisamment long pour souffler, une demi-heure peut être nécessaire pour remonter un homme à la mer, même conscient...

Bien des choses passent en mer avant le temps, même en course. La mer est un espace qui a ses lois propres.

Écrit par : JC..... | 02/03/2016

JC, n'oubliez pas Alain Bombard, le "naufragé volontaire" et son expérience de survie en traversant l'Atlantique en zodiac en 1952.

http://www.allboatsavenue.com/alain-bombard-une-expedition-suicidaire-qui-lui-vaudra-une-renommee-mondiale/

http://www.ina.fr/video/5168841001

Il avait fait ensuite des tournées de conférence pour raconter son aventure et j'avais assisté à l'une d'elles alors que j'étais toute jeune, cela m'a marquée pour longtemps.

Écrit par : Lucy | 02/03/2016

---------------------------------------------------------------
Alain Bombard ! Jeune régatier ambitieux, j'ai eu l'occasion merveilleuse de parler avec lui sans retenue à la terrasse d'un bar aux Embiez où il tenait chaire, sous la protection que Paul Ricard entretenait sur son ile en respect de sa valeur humaine. Bombard, homme simple, intelligent, audacieux jusqu'à la folie d'un Colomb... Il en faut.

J'ai bien entendu gardé un souvenir inoubliable de ces rencontres "simples", autour d'une table... à quelques uns ! et lu son récit plusieurs fois. Son innocence entrepreneuriale, industrielle, l'avait blessé à jamais, à l'époque... Neuf morts à la barre d'Etel. Il vivait en lui un avant, glorieux, et un après, de paria.

Écrit par : JC..... | 02/03/2016

___________________________________________________

les motards bruyants écrasés sur leur chevaux mécaniques japonais, démons pétaradants
Écrit par : JC..... | 02/03/2016

Ha mais non ! C'est juste le bruit des portières qu'on latte... Elles se gondolent !

Écrit par : Sergio | 02/03/2016

_________________________________________________________________
Je me suis absentée quelques heures. JC, j'adore quand vous parlez de l'océan, des navigateurs, des paroles échangées avec Bombard et du temps ("En mer, le temps s'allonge et se raccourcit autrement..."). C'est beau !

Écrit par : christiane | 02/03/2016

-------------------------------------------------------------------
"En mer, le temps s'allonge et se raccourcit autrement..."
Et lorsqu'on "passe la ligne" on a droit à "un diplôme de passage de la ligne" décerné par Neptune lui-même et qui donne lieu à une fête, j'ai toujours le mien au nom de "l'Ablette".

Écrit par : Lucy | 02/03/2016

________________________________________________________________
Quelle est cette ligne, Lucy ?

Écrit par : christiane | 02/03/2016

-------------------------------------------------------------------
Christiane : le passage de l'Equateur !

http://www.barbier-rd.nom.fr/RitedepassaheenmerBF.html

Écrit par : Lucy | 02/03/2016

___________________________________________________

Il y a aussi le bonhomme Tropique ; mais on n'a rien prévu pour les cercles polaires...

Écrit par : Sergio | 02/03/2016

-------------------------------------------------------------------
Dommage pour le cercle polaire, je vais le franchir cet été au nord, cela m'aurait fait un diplôme de plus !!! On a les diplômes qu'on peut.....

Écrit par : Lucy | 02/03/2016

____________________________________________________________
c'est fou ces lignes imaginaires qui partagent la terre en petits quartiers d'orange ou en demi-pamplemousses !
Merci Lucy. La suite vaut son pesant de sourires...

Écrit par : christiane | 02/03/2016

___________________________________________________

Dommage pour le cercle polaire
Écrit par : Lucy | 02/03/2016

C'était important, parce que cela changeait la rémunération et les annuités des gardiens des camps...

Écrit par : Sergio | 02/03/2016

-----------------------------------------------------------------
Je viens de l'entendre à la radio :

"Désoviétisation
La rue Lénine du village ukrainien de Kaliny, situé à la frontière avec l'Union européenne, a été renommée rue John Lennon en l'honneur de l'ex-Beatles, dans le cadre des lois sur la «désoviétisation» du pays, ont annoncé mercredi les autorités régionales."

We love you, yeah yeah yeah
We love you, yeah yeah yeah
We love you, yeah yeah yeah

Écrit par : Lucy | 02/03/2016

____________________________________________________________
je croyais avoir posté ces mots, ici...
Le 180e méridien est situé exactement à l'opposé du méridien Greenwich sur le globe terrestre. Sur cet axe, se trouve aussi la ligne de changement de date, c'est à dire qu'on change de jour.
A gauche c'est aujourd'hui (today) et à droite, c'était hier (yesterday).
et naturellement posant ...
https://www.youtube.com/watch?v=rRen3jDqViI
J'ai dû rêver...

Écrit par : christiane | 02/03/2016

-------------------------------------------------------------------
Lola latiniste, vous devez connaître ceci* :

"Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor. Cras elementum ultrices diam. Maecenas ligula massa, varius a, semper congue, euismod non, mi. Proin porttitor, orci nec nonummy molestie, enim est eleifend mi, non fermentum diam nisl sit amet erat. Duis semper. Duis arcu massa, scelerisque vitae, consequat in, pretium a, enim. Pellentesque congue. Ut in risus volutpat libero pharetra tempor. Cras vestibulum bibendum augue. Praesent egestas leo in pede."

* tous les protes connaissent (ou connaissaient ?)

Écrit par : Lucy | 03/03/2016

Lucy , c'est une blague, ce texte ? je n'y reconnais rien du tout!!
Ma remarque sur le "Renardeau" n'était ni méchante, ni acide. Les spartiates ,c'étaient ça, pour les lycéens en général; et je pense que vous avez suivi une scolarité de "classique" tout comme moi . Des cours de latin et de grec remarquables, qui nous emballaient et étaient d'une très grande exigence: en 4° on apprenait à accentuer un texte, enclitiques compris. On apprenait à scander, hexa et pentamètre; on passait du grec au latin et du latin au grec.....
Le texte que vous proposez n'est-il pas du genre : stultus ego castra... ouk est la bonne pauline ???
La plupart des mots sont bizarres, et la phrase ? Que fait Maecenas,ici ? je donne ma langue au chat!

Écrit par : lola | 03/03/2016

----------------------------------------------------------------
Ce latin là est du latin de papier d'emballage... !

Écrit par : JC..... | 03/03/2016

J.C. Je n'ai navigué en équipage que comme poids mort !! je connais le Swann parce que mon cousin Jean, amoureux fou de la mer et des poissons passait une partie de sa vie en Finlande, en Suède, en Norvège. Le must, intérieur compris. Mes relations avec les barques remontent à loin.(mémoires secrets)
J'ai eu la chance de flotter en mer Egée du temps où
la plaisance était peu développée, bonheur absolu.L'un de mes amis faisait des régates sur le bassin d'Arcachon (421 ??) c'était un gagneur et il était exécrable avec les équipières-femmes. Il y a 3 ans je devais partir pour 3 mois comme équipière de luxe d'un vrai voileux; départ de Valencia, les baléares,la sicile, le sud de l'Italie, corfou, ithaque , le canal de Corinthe jusqu'à Nauplie Delphes. .Nous emportions l-iliade et l-Odyssée (il était scient. l'est toujours)Long périple dans les îles ioniennes. A 2 semaines du départ, j'ai glissé dans l'escalier en pierres du jardin, 2 vertèbres déplacées 6 mois allongée sur une planche. Il est parti, seul. Je l'ai suivi de port en port.... l'histoire se continue entre ().Cette année, de multiples ennuis pour eviter un mot grossier. Je voudrais .....je ne sais comment émerger. aucun récit n'est prévu. Pendant les semaines qui viennent le ciel est noir, purée de pois.
Mais le pire n'est pas toujours sûr.
Voler est beaucoup plus simple que flotter; mais le ciel est plein à craquer d'engins multiples; et cela perd vite de son charme .
Pas de pleurnicherie, pas mon style .
Vous faites des régates ? Mon médecin-gen. s'est acheté un voilier, amarré à Bandol; le vendredi à midi, pas question d'être flagada, il est déjà parti, retour le lundi midi. Passionné.
Suffit sur la mer et les poissons; je vais poster des lettres recommandées....

Écrit par : lola | 03/03/2016

-------------------------------------------------------------------
Lola, c'est une blague, mais qu'à moitié ; savez-vous ce qu'est un "prote" ? c'est un chef typo dans une imprimerie, c'était un indice :

"Bien que cette locution n'ait pas de sens, elle a une longue histoire. Elle a été utilisée pendant plusieurs siècles par les typographes pour mettre en évidence les apparences les plus caractéristiques de leurs polices. Elle est utilisée car les lettres qu'elle contient et l'espacement des caractères font apparaître de façon optimale l'épaisseur, la présentation et toutes les autres caractéristiques importantes de la police.

Une publication de 1994 du magazine « Before & After » décrit l'expression « Lorem ipsum ... » comme une version latine peu fidèle d'un passage d'un traité de théorie éthique, de Finibus Bonorum et Malorum, écrit par Cicéron en 45 avant Jésus-Christ. Le passage « Lorem ipsum ... » est tiré du texte « Neque porro quisquam est qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit ... » qui peut se traduire par « Personne n'aime la douleur en elle-même, ne la recherche et ne la souhaite, tout simplement parce qu'il s'agit de la douleur... ».

Au 16e siècle, un imprimeur a adapté le texte de Cicéron afin d'en tirer une page d'exemples typographiques. Depuis, le texte est devenu le standard utilisé par l'industrie de l'imprimerie pour les textes factices. Avant l'avènement de la PAO, les graphistes devaient faire des maquettes de présentation en dessinant des lignes factices pour figurer le format du texte. L'avènement des feuilles auto-adhésives préimprimées avec le texte « Lorem ipsum » a permis de figurer de façon plus réaliste où un texte devrait s'insérer dans une page."

Et aussi chez wikipedia avec des photos :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Faux-texte

Écrit par : Lucy | 03/03/2016

--------------------------------------------------------------
Lola,
Il est impossible de cesser de compéter lorsqu'on aime lutter aimablement contre meilleur que soi...

En voile olympique, en FINN, à 45 ans vous êtes considéré comme un vétéran ! Alors vos abdominaux finissent par demander à votre cerveau d'être raisonnable : il faut changer de sport car votre cœur, toujours jeune, n'écoute jamais votre logiciel cérébral et le risque d'accident existe à refuser que les jeunes vous battent.

Que reste il de ces années de régates ?

Le meilleur du temps passé. La connaissance d'un monde international qui se retrouvait à Anzio, à Kiel, à la Rochelle, en Angleterre, en Hollande, en Scandinavie... n'importe où en mer, ... il reste l'œil qui a vu tous les temps et qui devine, mesure, anticipe la météo et le risque, il reste le coup d'œil sur une carène réussie, sur un beau coursier, sur l'expérience partagée de ceux qui ont joui et eu peur de mourir...

Il reste un univers de souvenirs... de troisième mi-temps, comme ils disent ! Il reste le goût de naviguer en mer "paisiblement", en rongeant son frein si la manœuvre n'est pas parfaite, le plaisir de l'équipe, le goût de l'effort, la connaissance intime qui en résulte, la lecture du monde physique, imparfaite mais ressentie jusqu'aux tripes... !

Mille possibles ! En ce moment... le tatami avec un maître 6ème dan qui vous prend par la main pour vous faire progresser, vous qui avez pris tant de mains pour aider des gamins qui devenus grands ne vous oublient pas toujours !

Écrit par : JC..... | 03/03/2016

Magnifique votre post, J.C. Analyse au près. J'ai fait beaucoup de tennis dans ma vie, terre battue plus que quick, en simple, en double , en double mixte. J'allais au tennis Buding, près de Bandol, 2 semaines l'été, à Pâques parfois, réveil 7h, 1h d'étirements, puis travail service/volée; jouer, jouer, pour le plaisir de voir la balle partir...et revenir; parties pour gagner , et puis crevée s'en aller bras bras dessous avec l'adversaire pour refaire la partie et se lancer dans des logomachies
interminables ou des rêveries surréalistes. Buding est fermé; comme partenaires, ici, des hommes plan plan. En Italie, j'emportais toutes mes raquettes; le grand'hôtel, à Rimini, celui de Fellini, des terres battues extra; je suivais les cours de l'université de Bologne délocalisée à Rimini !! et j'avais un peu battu des cils dans le bureau du direttore .... libre accès aux tennis et ...à la piscine.... extra!! des amitiés, de vrais joueurs de tennis , des palabres dans toutes les langues; le sport ,fabuleux .
J'ai fait de la danse classique avec un maître de ballet; j'ai arrêté il y a 2 ans; le prof partait et le remplaçant ne voulait pas de dames adultes!! dans le groupe, une dama de 80 ans(sic) qui faisait le grand écart à la perfection...
Incapable d'être une "intellectuelle" (affreux mot) en chambre .L'1 de mes fils faisait de la voile en bretagne; un travail très prenant ,now, il bouge moins.
Mon regret,un bateau, une voile; peut-être aurais-je la chance de liquider tous ces problèmes et de partir, au bord de la mer. Les mystères du vent, l'écoulement du temps, l'esprit aux aguets et les yeux en accord avec le paysage. En Hollande, en Finlande, il y a des lacs et des voiles.
Le marin, le voileux est ( de ceux que j'ai connus) l'homme le plus responsable,le plus imaginatif que je connaisse, le plus contemplatif aussi.
Ce soir, chinois, sur mon tapis, le dos à plat, je respire.
Ma tv ,B&O, a un écran noir; Orange appelé m'a dit d'attendre au bout de mon portable....jusqu'à minuit !!!!!!!!Mais je n'aime pas la Gr.Libr.
Merci,JC.

Écrit par : lola | 03/03/2016

Lucy!! non je ne connaissais pas ce texte-piège; j'avais vu que ça ne voulait rien dire ... Pas mal .
Ce qui est dit sur la RdL( que j'aurais dû laisser tranquille ..) est stupide: quand je tape un texte ou mon texte, je ne fais pas de la "frappe au km", je réfléchis à ce que j'écris. La dactylo et la sténo c'est un moyen pratique, épicétou; j'écris à la main tout mon courrier privé et parfois d'affaire .
Si vous passez le Cercle Polaire en hiver, pour voir les Aurores Boréales, vous pouvez avoir un certificat. Il faut prendre le bateau qui fait le trafic normal , et faire des haltes dans les fjords. Bise, brises, bizz
(orange n'a tjrs pas appelé , ah les zoulous )

Écrit par : lola | 03/03/2016

___________________________________________________

Il y a une séquence des Thibault qui a pour théâtre les tennis ; c'est toujours un endroit qui peut être "névralgique", comme on disait à une certaine époque, enfin n'exagérons rien ; après tout, du moment qu'ils sont pas déserts et que la bicyclette barre pas la porte...

Écrit par : Sergio | 03/03/2016

Sergio, la terre battue est névralgique en ces temps de gros sanglots; le diable rosse les nuages ?? j'ai oublié le proverbe; ou bien il bat sa femme ??!!
Dès que j'ai un instant, je vous mijote la recette du Karjalannpiirakka. Don't make a mountain of a mole hill
C'est un délice absolu pour esprits combatifs. Surtout, ne cherchez pas, ma recette est très personnelle et est marque déposée. Christiane pourra sortir toutes ses épices les plus suaves....je crains de ne pas avoir le temps avant lundi.

Écrit par : lola | 04/03/2016

____________________________________________________________
Lola,
vous écrivez : "Ce qui est dit sur la RdL( que j'aurais dû laisser tranquille ..) est stupide: quand je tape un texte ou mon texte, je ne fais pas de la "frappe au km", je réfléchis à ce que j'écris. La dactylo et la sténo c'est un moyen pratique, épicétou; j'écris à la main tout mon courrier privé et parfois d'affaire ."
Je ne partage pas votre point de vue.
L'écriture est intimement liée au corps, à la main. Elle est le plus court chemin entre la pensée en train de s'élaborer et le support sur lequel elle se posera pour être lue.
Pendant des années (avant internet) c'était pour moi, un plaisir renouvelé que celle, manuscrite, choisissant le papier, se mêlant pour les amis à des dessins, des renvois, des tourbillons d'encre pour poser dans un coin une parole oubliée.
Mes amis répondaient de même. Il y avait le temps de l'attente, la joie de reconnaître une écriture sur une enveloppe dans la boîte aux lettres, l'émotion d'ouvrir l'enveloppe, de déplier la lettre, d'y trouver parfois une fleur séchée, une image, un ticket de métro poinçonné... Bref, tout un rite d'échanges.
Passer à le frappe des touches d'un clavier AZERTI (quand on n'y est pas préparé) et que l'on veut écrire en direct est une expérience frustrante, contrariante, pas naturelle. Je ne peux pas "m'appliquer, faire attention" quand j'écris. La pensée est rapide, parfois insaisissable et mes doigts sur le clavier se fatiguent à la poursuivre. Parfois quand je me relis, je m'aperçois qu'une mémoire involontaire a laissé passer une orthographe, une grammaire qui ont leur logique mais pas adaptées à la phrase que je voulais écrire. Des sortes de palimpsestes de règles d'accord mémorisées, des conjugaisons, des lapsus... Parfois je ne vois pas ces écarts. La lecture rapide fait son travail sur l'avant des mots, pas sur leur fin et intègre inconsciemment la bonne terminaison, privilégiant le sens.
De plus, les supports de pensée que nous choisissons ici (commentaires de blogs) provoquent un désir de réponse instantanée comme si nous étions dans l'oral, dans une conversation. L'écrit qui demande réflexion, recul, est ici broyé par un sentiment d'urgence illusoire. Plus tard, relisant la noria des commentaires on se demande quelle mouche nous a piqués, pourquoi on a répondu. Et les espaces commentaires (sur la RdL par exemple) s'emplissent de paroles vaines, hors sujet, multiplient les apartés, les querelles, les liens - parfois trop abondants. Pour moi, internet est un monde de faux-semblants, de passants pressés. Un paradoxe quand il s'agit de blogs littéraires. Une exception, peut-être, celui de Paul Edel. Mais comme il est l'auteur des billets (puissants, rares) et le commentateur attitré, il n'est pas facile d'intervenir sans craindre la colère expéditive et la censure (sous une forme ou sous une autre) du maître des lieux dont la voix se veut prépondérante.
Ici, c'est l'errance amicale et joyeuse, tout peut se dire et s'écrire. Ça a du bon : la liberté, ça a de l'insatisfaisant : un manque de rigueur dans le suivi des fils de conversations. Mais j'aime...

Écrit par : christiane | 04/03/2016

-----------------------------------------------------------------
Christiane, j’aimais aussi beaucoup écrire à la main mais comme professionnellement j’ai dû m’adapter au clavier, j’ai fini par y prendre goût. Je ne suis pas capable de taper un texte très rapidement mais ayant une certaine expérience de la dactylo j’y suis à l'aise, ce qui fait qu'à présent je ne fais quasiment plus de lettres manuscrites ; un autre avantage lorsqu’on doit taper un texte autre qu’une lettre, c’est de pouvoir corriger ou déplacer un paragraphe sans être obligé de recopier. Et enfin la possibilité qu’offre internet d'envoyer des emails dont le principal avantage est d'avoir une réponse rapide ou même quasiment une conversation mais où on peut s'exprimer plus complètement et se corriger. On retrouve là le défaut des commentaires sur les blogs : pour corriger son texte il faut envoyer un autre commentaire ! Je ne parle pas des commentaires ineptes que l’on trouve chez Assouline, sans doute une sorte de défouloir où l’on est sûr d’avoir malheureusement une certaine audience ce qui encourage ce genre de pratique. Ce que je ne comprends pas en revanche c’est la tolérance dont fait montre P. Assouline.
Sur le blog de Sergio, en revanche on se sent bien et il y a de belles illustrations, j’ai juste deux reproches d’ordre pratique à faire :
- la surface d’écriture pour les commentaires est vraiment restreinte (pour éviter les commentaires fleuves comme celui-ci ? (tapé sous word et recopié !)
- l’absence d’indication de l’heure de l’envoi.

Écrit par : Lucy | 04/03/2016

---------------------------------------------------------------
Chère Christiane, dans quel monde conservateur avez vous vécu votre enfance, votre adolescence ? Cela fait deux ou trois décennies que je n'ai pas écrit une lettre à la mimine ! Quel intérêt ?

La main, c'est lorsqu'on avait pas d'outil numérique ! Rien de meilleur que le numérique à clavier... Economisons la main pour les grandes occasions, maritimes ou terrestres !

Cela fait des années que tout se passe, y compris professionnellement par des Intranet hyperpuissant et maintenant nous devons accepter le bonheur de nous passer de papier et de plume d'oie !

Conclusion, on ne sort plus son Mont Blanc grassouillet que pour les mariages, une tradition qui perdure à la demande de Lucifer lui-même .....avec la bénédiction de chates divinités !

Écrit par : JC..... | 04/03/2016

---------------------------------------------------------------"Ce que je ne comprends pas en revanche c’est la tolérance dont fait montre P. Assouline."

Vous voulez me tuer, Lucy ?....

Écrit par : JC..... | 04/03/2016

______________________________________________________________
Lucy,
" c’est de pouvoir corriger ou déplacer un paragraphe sans être obligé de recopier."
Mais justement, tout ce qu'on efface passe à la trappe ! aucune trace... Ah, que j'aime les ratures, les ajouts, les notes dans tous les espaces libres de la marge. Internet c'est l'aspirateur ! ça avale tout ! Comment retrouver nos mots dans son sac à poussières ?

Écrit par : christiane | 04/03/2016

_____________________________________________________________
Cher JC,
Je vous évoquais à l'instant sur la RdL, face à Chiron pour clore la bouche de W. Lepetit. Allez donc voir...
Non, non, non.... que s'entête ma main hors du clavier sur encres et papier !

Écrit par : christiane | 04/03/2016

________________________________________________________________
Mon Mont-Blanc grassouillet est vorace. Que d'encre, que d'encre ! il faut dire que si je l'oublie, les mots s'effacent, les dessins aussi. Et ça me fait des mi-graines épouvantables ! Et l'odeur de l'encre, JC, miam ! et le lisse du papier... re-miam ! ça se mange un plaisir pareil. On s'en pourlèche les babines même si parfois, on fait boulettes pour remplir la corbeille à papier. Destin des mots-dits....

Écrit par : christiane | 04/03/2016

---------------------------------------------------------------
Je veux bien Christiane, vous suivre sur ce terrain.... mais pas tous les jours... avez vous pensé au salut de nos âmes ?

Écrit par : JC..... | 04/03/2016

_____________________________________________________________
Monsieur, Monsieur,
souffrez que d'âme errante à âme damnée, je m'en remette à Jean Tardieu
"Et votre âme?
- Elle est malade
le printemps était trop vert
elle a mangé trop de salade."

Écrit par : christiane | 04/03/2016

-------------------------------------------------------------------
JC, soyez rassuré, sur la RdL, je lis vos commentaires et je m'amuse de votre humour décapant à la Hara Kiri.... mais hà côté que d'hinsanités vulgaires et pas drôles du tout ou halors que de dégoulinades à la Rose... un défouloir je vous dis !

Sergio, ne prenez pas cette avalanche de H pour une critique contre vous dont les commentaires sont mesurés et humoristiques, mais j'avoue que si ces H surnuméraires ont pu être drôles au début la surabondance en devient indigeste.

Christiane, gardez le Mont Blanc pour les signatures officielles. Personnellement quand il faut écrire à la main je préfère la "bille", l'écriture court plus vite qu'avec la plume.

Écrit par : Lucy | 04/03/2016

Pendant que sèchent mes cheveux...je comprends de travers, je crois, vos com. Pour moi, je réserve mes papiers veloutés,historiés aux amis et aux grdes occas. Tout mon courrier est sur mon PC, direct; déplacer vite fait tout un §, virer un adj. de trop , expédier le tout à Bécon-les-bruyères , à Frisco ou à Berlin ,et, avoir une réponse 5' plus tard, quel régal !
Ce qui fait l'intérêt de la RdL c'est que tout le monde a voix au chapitre.La seule et unique fois où je me suis insurgée c'est quand Clopine le 24 dec, a affirmé que JE-LOLA l'avait insultée par tel et l'avait persuadée de ne pas faire etc...parce que la manipulation mentale tombe sous le coup de la loi, et que c'était faux. Je trouve le reste amusant et j'essaie de le traiter avec humour;mais les luttes épiques de WGG avec Chaloux sont un must ! je trouverais WGG plus intéressant s'il parlait vraiment litt. en fait je n'en sais rien !!
Le blog de PE est souvent mortifère, Stendhal et Proust à longues cuillerées, c'est lassant. Il faut qu'il s'offre une dactylo ! ses coquilles sont indéfendables.
Mais ce n'est pas de cela que je voulais parler !

Écrit par : lola | 04/03/2016

______________________________________________

Christiane, n'avez-vous jamais goûté aux délices de l'encre effaçable ?

Écrit par : Lucy | 04/03/2016

Pour Lucy, un ami amoureux des aurores boréales m'a dit que c'est à Mourmansk (accent Sergio !) que l'on donnait un certf. pour le cercle polaire.Là où gisent ,tout au fond, les cadavres des sous-marins soviétiques.
Pour Sergio, un texte super sur ....un engin qu'il connaît bien. Le texte se trouve sur le site "le salon littéraire" about "le grand jeu" (espionnage)signé Patrick de Friberg.
[mon mulot est rétif et je n'arrive pas à incruster,damned]
L'auteur du livre est Percy Kemp, un libanais qui a épousé une moldave et à eux deux ils parlent une dizaine de langues....il fut éduqué chez les Jésuites et il exprime son humour anglais en un français extra. Texte à venir ...

Écrit par : lola | 04/03/2016

_____________________________________________________________
Ah non, Lucy, pas la bille !

Écrit par : christiane | 04/03/2016

_____________________________________________________________
Ah non, Lucy, pas l'encre effaçable !

Écrit par : christiane | 04/03/2016

_________________________________________________________________
Ah non, Lola, vous ne pouvez pas dire cela :
"Le blog de PE est souvent mortifère, Stendhal et Proust à longues cuillerées, c'est lassant. Il faut qu'il s'offre une dactylo ! ses coquilles sont indéfendables. "
Ses coquilles, ôtez-les et la baie où il aime marcher disparait...
Et ses cuillerées pleines à ras bord de ses auteurs aimés c'est la tapisserie de Pénélope, qu'il défait un peu chaque soir pour que ça dure plus longtemps et à chaque fois, le dessin se précise, surprend.
Pas mortifère du tout mais quel caractère !!!!

Écrit par : christiane | 04/03/2016

Texte de P de Fr ."Kemp passa 7 ans à Oxford qui lui donna le goût des vestes de mauvais goût et le masochisme de rouler en spider 2 places,sans amortisseurs et toujours sous la pluie. Je dis cela par expérience,depuis que la place du mort est dans le sens de la circulation des gauchers contrariés,ma nuque si fine à qqs cms sous les pare-chocs des prédateurs routiers,le tout à des vitesses prohibées. Il est ganté beurre frais, porte le casque de cuir et les lunettes de route...etc..."
le texte du critique est intéressant et donne envie de lire le livre de Percy Kemp.

Écrit par : lola | 04/03/2016

Hélas Lola, d'une part je n'irai pas à Mourmansk, d'autre part j'irai vers le pôle cet été donc c'est fichu pour le certf ! mais je verrai le jour sans fin.... Votre ami ne ferait pas du trafic de certf par hasard ?

Christiane, la bille (même MontBlanc s'y est mis) c'est super pour prendre des cours et l'encre effaçable c'est super pour les exams !

Écrit par : Lucy | 04/03/2016

Pour Christiane( et j'ai fini!) quand j'ai dit sur la RdL "j'aurais dû m'abstenir" cela signifie que je pressentais que ladite Emmanuelle n'était qu'un troll qui répondrait d'un mot ININTERESSANT. Ce fut le cas...
Par ailleurs,moi comique ? J'ai passé un moment de ma vie à travailler toutes les comédies d'Aristophane, qui est un auteur politique et non un grossier amuseur.
[ la publication fut réservée à mes meilleurs amis et est épuisée; la couverture, dessin irrésistible d'un de mes cousins (spécialiste-dessinateur reconnu des queues d'avion) était l'élément le plus intéressant...]

Écrit par : lola | 04/03/2016

____________________________________________________________
Non, non, Lucy, aucune chance de me convertir à la bille !

Écrit par : christiane | 04/03/2016

___________________________________________________

cette avalanche de H
Écrit par : Lucy | 04/03/2016

Adèle Blanc-Sec, Adèle H...

Sans parler de HHhH...

Écrit par : Sergio | 04/03/2016

__________________________________________________

- la surface d’écriture pour les commentaires est vraiment restreinte (pour éviter les commentaires fleuves comme celui-ci ? (tapé sous word et recopié !)
- l’absence d’indication de l’heure de l’envoi.

Écrit par : Lucy | 04/03/2016


Je viens de jeter un oeil au blog d'Yfig (encore un mataf bretonnant, ce coup-ci c'est le Ponant !), on a les heures, et quand à la "surface écrivable", il y en a peut-être un peu plus, je vois pas trop ; n'importe comment sur ce point il y a toujours la possibilité de réduire la taille des caractères, ce qui va nous faire tous zoomer, je sais pas si ce serait vraiment bien...

Pour le reste, les heures et aussi la séparation des coms que je traîne depuis Mathusalem, je vois bien une solution, c'est de faire ce qu'a fait Yfig, effectuer la mise à jour que je laisse en souffrance, parce qu'elle me fait un peu peur : je trouve que cela fait un blog bien compliqué. Sinon les heures évidemment on les aura, quant à l'espace entre les coms, là c'est le coup de poker... Je fais comme César je m'interroge : quid ? *


* Astérix au Congo ? Euh non...

Écrit par : Sergio | 04/03/2016

----------------------------------------------------------------
Sergio, c'est pas très grave toute cette mise en page, ne vous "mettez pas la rate au court-bouillon" comme dit une de mes hamies...

et tenez, cadeau : H
http://www.dailymotion.com/video/x2dqtib_h-saison-3-episode-02_fun

Écrit par : Lucy | 04/03/2016

___________________________________________________

On va faire un bibiscite, c'est un petit mot latin...

Écrit par : Sergio | 04/03/2016

Un bibiscite ? tiens, voyez-vous ça ! l'Hamie voulait suggérer à Sherghio d'aller au salon du livre de Paris où un dissident POETIQUE coréen sera visible avec toute une délégation; son nom est: Hwang sokh-yhong très eu.. phonique.
Au même salon, le 20 je pense, il y aura dégustation gratuite des grands crus bordelais (classement 1855)Je me demande s'il n'y a pas une arnaque: peut-être faut-il acheter 20 "Boussole" et 20 Ch.Angot aïe aïe !
Je trouve le blog très chouette, très clair. Les caractères sont très lisibles.
Qu'est-il arrivé à la fractale ? elle a changé de couleurs, on dirait...

Écrit par : lola | 04/03/2016

Lucy, eh non, l'ami du pôle ne fait pas commerce de certifs, mais il est allé jusqu'à Mourmansk (accent, Serghio) il faut contourner la crête norvégienne avant d'arriver dans la base qui a encore, dit-il, des accents soviétiques.
lundi, j'aurai eu le temps de mitonner la recette du karjalanpiirakka...
Un pilot V5 HI tech...may be quand le mulot est mélancolique.

Écrit par : lola | 04/03/2016

___________________________________________________

Il y a un film (d'action) où les énormes sous-marins nucléaires soviétiques partent de Мурманск : A la poursuite d'Octobre Rouge, ce dernier nom étant précisément celui de l'un de ces vaisseaux qui passe à l'Ouest par les fonds...

Écrit par : Sergio | 04/03/2016

______________________________________________________________
... de plus, ce n'est pas un Mont-Blanc mais un Waterman, corps plus effilé et plume plus souple. Le stylo c'est pour mon usage perso (notes, quelques dessins et des bricoles...)

Mais il est bien le blog à Sergio ! ne rien changer.

Lucy, tu écris : "la surface d’écriture pour les commentaires est vraiment restreinte ...", mais non, écris ce que tu veux, aussi long que tu veux. Le texte se déroule et suis ta fantaisie.

Lola, quand je dis que vous me faites rire et sourire voir plutôt Buster Keaton qu'un "grossier amuseur" !

Écrit par : christiane | 04/03/2016

-------------------------------------------------------------------
Sergio, forcément un bon film puisque c'était avec Sean Connery !

Christiane, oui mon texte n'est pas restreint, mais la surface, elle l'est, cela demande un petit effort supplémentaire pour la relecture, mais j'ai déjà écrit que ce n'était pas grave.

Écrit par : Lucy | 04/03/2016

______________________________________________________________
Mais quelle surface restreinte ? Le cadre ? ça peut s'agrandir à volonté avec la touche ctrl + la molette de la souris...

Écrit par : christiane | 04/03/2016

------------------------------------------------------------------
Dans le genre film de sous-marin, un beau film mais éprouvant : Le Bateau (Das Boot) de Wolfgang Petersen, on a vraiment envie d'en sortir de cet U-Boot ! Comment peut-on être sous-marinier ?

Écrit par : Lucy | 04/03/2016

Christiane, non ce n'est pas le cadre qui s'agrandit, c'est toute la page, donc ça ne change rien, il n'y a pas plus de 'caractères' dans le cadre !

Quand j'écris, j'aime bien voir la page tout entière en général, donc si je sais que cela va être long, je me mets sous word.

Écrit par : Lucy | 04/03/2016

___________________________________________________

Le Bateau (Das Boot) de Wolfgang Petersen, on a vraiment envie d'en sortir de cet U-Boot ! Comment peut-on être sous-marinier ?
Écrit par : Lucy | 04/03/2016

C'est vraiment un bon film ; mais ce que je n'ai toujours pas compris, oh un détail, c'est cette musique du "tipperary" lorsqu'ils franchissent victorieusement Gibraltar ; ils auraient pu prendre... Je sais pas, moi... Les Vaches qui rient ! Euh non...

Enfin on sait bien que toutes les armées du monde chantaient les mêmes trucs, jusques et y compris Lili Marlen...

Écrit par : Sergio | 04/03/2016

Un petit mot pour vous Christiane, en rentrant. Très joli jeu ;"si l'on enlève les coquilles, la baie où il aime marcher disparaît." Votre clavier est inspiré. On sent que vous le nourrissez chez les Grands 5 *****
Ma remarque ,c'était de l'humour, noir. Quand il le veut, P.E est irrésistible et sait très bien tordre le cou à ses "vampires". Une cuillerée de Stendhal, un zeste acidulé de la grande Madeleine qui tient Salon; une cuillerée de Charlus, une madeleine en chocolat ...mais non, il n'aime que les zéclairs au chocolat !
( je ne me suis pas offert Elena, je suis accroc aux tables de Ch.Hugo; mais j'ai sorti, pour l'aérer Elsa, Morante...
des flocons, du froid,vive la couette!

Écrit par : lola | 05/03/2016

---------------------------------------------------------------
Salut les Mémères ! C'est le Pépère ...!...oui ! pervers !

"Comment peut on faire sous-marinier ?" interroge Lucy.
Bonne question !
Ben.... c'est de l'art, du métallique de précision, de la mécanique fine, du robuste, de la hauteur de vue même en profondeur, de la puissance contenue : on ne se dispute pas à bord comme ailleurs....

Pour avoir passé du temps à parler avec un pote des sous-marins nucléaires, ingénieur responsable de la chaudière-moteur, et d'autres fois avec un des médecins chargé de la "sélection/formation" des équipages ... rien n'est pris à la légère, croyez moi, et -dans la limite du secret défense- le plus grand soin est pris pour constituer l'âme humaine de ces redoutables machines de mort potentielles en envisageant le pire des possibles.

Ne filtre, ne se dévoile que ce qui peut être dit, aucune prétention de tout savoir. Sous-marinier ? des hommes qui ont des racines profondes, des ancrages très sûrs, des qualités de cosmonautes ... moi je suis plutôt du genre "passerelle" et bal du Gouverneur... rien à voir ! Pas sous-marinier pour deux sous, même pour la solde !

Écrit par : JC..... | 05/03/2016

______________________________________________________________
J'ai compris, Lucy ! Et ça existe un espace-commentaires où l'on voit le texte en entier ? Sur quel blog ?

Écrit par : christiane | 05/03/2016

Ouf, Lola, j'aime savoir que c'est l'humour noir que vous manipuliez en tapotant sur les touches du clavier.

JC en pépère pervers c'est grandiose ! F'Murr a dû le prendre comme modèle en croquant le vieux berger débonnaire du "génie des alpages" !

En l'honneur des amis de cette maison de retraite, les dialogues irrésistibles (entre son chien et lui) de la pages 46/47 du tome 1.

Le berger et son chien sont sur l'herbe verte d'un alpage...
"Le chien (plongé dans un livre)- Moi, j'aime les contes de fées
Lui - tapant un tapant sur une petite machine à écrire posée sur ses genoux) ... et moi j'écris mes antimémoires !!
Le chien - Dis donc... Sais-tu ce qu'est une litote ?
Lui - (posant sa machine et attrapant un très gros livre)... Attends, je vais chercher dans mon dictionnaire...
Je crois que c'est une sorte de formule littéraire...
Le chien - Là, tu te trompes sûrement !!
Ma litote à moi, possède griffes et dents, elle rugit !!
Lui - Ce n'est pas ça du tout !!! lis !
tiens !
"Figure de rhétorique"...
Le chien - ah ! tu vois bien !!!
Si elle a une figure, elle a des dents !!!!
Je te prouve que j'ai raison !
Échangeons !!!
Toi, tu prends mon bouquin et moi, je te donne le mien !!!
(Ils échangent leur livre)
Le chien - Lis !
(le berger lit le livre de contes du chien)
Lui - "...surgie du fond de son délire, une litote blanche et noire heurta le miroir dans un nuage de débris étincelants, et se rua, griffes dehors sur le pauvre vizir ! - elle le mordit plutôt cruellement au lobe auriculaire droit, et disparut dans un tiroir..."
Le chien (lisant la définition du dictionnaire)
- LITOTE n.f. ( du gr. litotès :petitesse) figure de rhétorique qui consiste à dire moins pour faire entendre plus comme le : Va, je ne te hais point" de Chimène au Cid, pour lui donner à entendre qu'elle l'aime beaucoup, etc... etc...
Le chien - Grotesque
Lui - Voui
Le chien - Je préfère ma litote à moi !!!
Lui - Ah là là là ! (Il retourne à son feu et prépare son repas - une fondue savoyarde !)
- Tout est vanité !
Les moutons (reprenant en cœur)
- Vanité !!!
Le chien - Tu aurais pu nous inviter ! Tu as vexé ma litote..."

De quelle parodie de conte vient cette litote qui se rue sur le Vizir ?

Écrit par : christiane | 05/03/2016

Bonjour cher humano ser Sergio, ça y est je crois que l'ordinateur quantique est en route (il va falloir habituer en douceur tes cartes graphiques à prévoir l'étude des raccourcis d'un chemin menant à une probable émigration), les héritiers de Peter Shor au MIT ont trouvé la voie, la lumière, ce n'est maintenant plus qu'une lourde question d'ingénierie et de mise au point, et cela risque de coûter un pont, un testicule, au moins l'omelette de Saint-Pierre comme on dit en Serbie.
Les patterns berrichons (qui viennent de s'acheter des ordis neufs) vont faire la gueule.

Écrit par : xlewbm | 05/03/2016

@ MARGOTTE
si elle passe par là.... JOIE de la savoir maman. Des étoiles et des soleils par milliers !

Écrit par : christiane | 05/03/2016

___________________________________________________

Et une parabole, c'est un petit meuble pour ranger les bols ! Et ça vient du... Concombre, zelbestefeurchtaindeliche !

Écrit par : Sergio | 05/03/2016

-------------------------------------------------------------------
Dites donc, celui dont le nom est imprononçable, serait-ce que vous feriez partie des " Ennemis de Paterne Berrichon" ?

Écrit par : Lucy | 05/03/2016

(il va falloir habituer en douceur tes cartes graphiques à prévoir l'étude des raccourcis d'un chemin menant à une probable émigration)
Écrit par : xlewbm | 05/03/2016

Bon mais enfin du moment qu'on évite la supraconductivité... Passeque bosser la 3D à des températures pires que la Колыма...

Écrit par : Sergio | 05/03/2016

Lucy dearest.
J'adore la façon dont vous ne prononcez pas mon nom.
Would you marry or meet me someday ?..
C'est un nom bizarre. Je désirais bêtement que cela sonnât dix fois plus fort que "slew", dix fois plus mort aussi.
Bonne soirée à vous.
Je vois envoie un chaste baiser, Sergio permitting.

Écrit par : xlewbm | 05/03/2016

J'oubliais. En ce qui concerne Paterne je ne partage pas grand chose des préventions de la bande de surréalistes réunie autour d'André Breton discutant la postérité d'Arthur.
Avec le temps j'ai appris à me rapprocher d'Isabelle.
Bien à vous.

Écrit par : xlewbm | 05/03/2016

____________

Ben voilà, c'est comme sur la RDL ou lemonde.fr, le robot prend le pouvoir,
j'aurais jamais crû.

Écrit par : pado | 23/03/2016

______________________________________

C'est quoi cet eng.in ?
Un Vaur.ien des Terres ?
Un scoot.er des Mers ?
Moi qui me suis toujours (deux fois mais ma renomm.ée a fait le tour de ma banlieue)) penché du mauvais côté dans le virag.es ou qui ai toujours pâli dès le premier pied posé sur un po.nton (en atteignant parfois le bateau.. .....à ses risq.ues et pé.ils, et ceux du carré) je me demande ?
Soyons franc et honn.ête (c'est dur mais pos.sible),
comment peut-on monter sur de telles mach.ines, de terre ou de mer, alors que deux spat.ules vous permettent de glisser en toute séré.nité entre les ar.olles et les arcos.ses ?
Faut vraiment être com.pliqué.

Écrit par : pado | 23/03/2016

_____________________________
P'tain c'est comme là-bas dis !!!
Tu mets des points partout et ça passe.
C'est beau le progrès.

Écrit par : pado | 23/03/2016

++++++++++++++++++++++++++
"dix fois plus fort que "slew""

Et la bobinette chera ?

Mais non je rigole.

Écrit par : Antonio Corrado | 23/03/2016

___________________________________________________

Et la bobinette chera ?
Écrit par : Antonio Corrado | 23/03/2016

Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre etc...

Écrit par : Sergio | 23/03/2016

__________________________________________________

comment peut-on monter sur de telles mach.ines, de terre ou de mer, alors que deux spat.ules vous permettent de glisser en toute séré.nité entre les ar.olles et les arcos.ses ?
Faut vraiment être com.pliqué.

Écrit par : pado | 23/03/2016

Mais c'est passeque, d'abord et avant tout, on est assis... Comme le supporter ! C'est important d'être assis... C'est comme un cheval disait Renaud, c'est pas le premier... Et puis alors comme ça interloque la flicaille on met ça tranquillos n'importe où comme un animal ! A la prochaine révolution j'irai rentrer dans "Le bon coin" avec... A la messe ! On peut faire tous les mariages embarquer la fille comme Blueberry...

Écrit par : Sergio | 23/03/2016

______________________________________

C'est quoi cet engin ?
Un Vaurien des Terres ?
Un scooter des Mers ?
Moi qui me suis toujours (deux fois mais ma renommée a fait le tour de ma banlieue)) penché du mauvais côté dans le virages ou qui ai toujours pâli dès le premier pied posé sur un ponton (en atteignant parfois le bateau.. .....à ses risques et périls, et ceux du carré) je me demande ?
Soyons franc et honnête (c'est dur mais possible),
comment peut-on monter sur de telles machines, de terre ou de mer, alors que deux spatules vous permettent de glisser en toute sérénité entre les arolles et les arcosses ?
Faut vraiment être compliqué.

Écrit par : pado | 24/03/2016

______________________________________

C'est quoi cet engin ?
Un Vaurien des Terres ?
Un scooter des Mers ?
Moi qui me suis toujours (deux fois mais ma renommée a fait le tour de ma banlieue)) penché du mauvais côté dans le virages ou qui ai toujours pâli dès le premier pied posé sur un ponton (en atteignant parfois le bateau.. .....à ses risques et périls, et ceux du carré) je me demande ?
Soyons franc et honnête (c'est dur mais possible),
comment peut-on monter sur de telles machines, de terre ou de mer, alors que deux spatules vous permettent de glisser en toute sérénité entre les arolles et les arcosses ?
Faut vraiment être compliqué.

Écrit par : pado | 24/03/2016

Les commentaires sont fermés.