Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2016

Que d'eau que d'eau (2)

stan10.jpg

 

Les voilà de près ! Et de jour, ce qui est encore plus rare... Je sais pas comment on appelle ça, un friselis, la houle, le zeph, mais enfin il y en a. Il faut se méfier avec l'écume, ça fait vite lessive. Le ciel je savais pas trop quoi mettre, comme couleur, attendu que j'en mets jamais, mais l'intérêt de ce truc c'est que cela rend immédiatement le froid sec quand il pleut pas, et quand on y va, zu Fuss, là-bas, on se rend bien compte qu'on va pas y rester des semaines même sous une tente Quechua.

 

Je rigole à peine, du n'importe quoi il y en a quasi en permanence, sur la Platz, en général c'est assez herboriste mais toujours un peu sur la soupe, c'est pas très facile d'agrémenter un machin qui s'agrémente fort bien tout seul. Les bâtiments bas c'est essentiellement les grands bistrots de Nancy, un peu de magasins dits de luxe genre Daum.

 

En 3D ça se passe bien, ce genre de volumes, les bassins, on prépare uniquement la section, donc du centre jusqu'à la bordure renflée, et ensuite on appelle un mécanisme de révolution qui produit miraculeusement un bassin ; l'eau tout est dans le paramétrage de la transparence et du déplacement.

 

Ce qui est terrible, c'est le côté hermétique de l'ensemble, c'est vrai que ça se fait un peu tout seul... Il y a toujours pas beaucoup de monde, ce qui n'est d'ailleurs pas très réaliste car ici, on les voit fumer assis même pas en manteau, je me suis toujours demandé si c'était l'amorce d'une évolution de l'espèce...

 

Commentaires

Normal qu'il n'y ait personne, c'est la lumière 'blafarde' de l'aube !

Les 'pediluves', ça fait quand même un peu bizarre...

J'ai trouvé une photo de la place déserte et comme envahie d'eau.

http://clicclac.info/EOSNum/placestan/2006-12-03_PlaceStanislas(Nancy)_4244.jpg

Écrit par : Lucy | 13/01/2016

_________________________________________________________
J'aime et le friselis sur le bassin et ce bleu rare du ciel. Oui, c'est dommage que ces lieux soient toujours déserts.
La photo de Lucy est très belle. Lumière rasant les pavés, soleil sur les façades.
Merci à vous deux.

Écrit par : christiane | 13/01/2016

__________________________________________________

Normal qu'il n'y ait personne, c'est la lumière 'blafarde' de l'aube !
Écrit par : Lucy | 13/01/2016

Il y a des gars qui se lèvent pour assister à l'aube ; ça c'est vraiment des hommes libres !

Enfin ça mange pas de pain de regarder la météo avant...

Écrit par : Sergio | 13/01/2016

___________________________________________________

Remember on peut cliquer férocement pour voir vraiment tout, là sur la principale c'est un peu squeezé sur les côtés.

Écrit par : Sergio | 13/01/2016

Sergio, ce que vous expliquez de la fabrication de vos "images" me fait penser à l'aquarelle chinoise; je l'ai un peu pratiquée, pour sortir du carré de l'idéogramme.
La feuille est sèche, on peut n'utiliser que l'encre de chine( que l'on fabrique, le volume d'eau est important qui va gonfler la touffe du pinceau) et les remous des cascades, blanches, vont naître du modelé des noirs. C'est très subtil, mon prof très habile; et puis, quand la cascade refuse de prendre forme, on peut la transformer en danseuse espagnole !
La fuite horizontale du bâtiment est très onirique..
Que faites-vous de l'ensemble ??une projection avec une lanterne magique?

Écrit par : lola | 14/01/2016

J.C. quelques jolis commentaires sur la RdL...Sergio vous a anasthasié ?? un troll en gloire est un troll qui manie les mots comme de la dentelle --de Calais--ou des pampilles sur de la soie, ça brille et ça jase; vous y arrivez parfois avec un raffinement certain.

Écrit par : lola | 14/01/2016

___________________________________________________________________
Les bleus sont les incertitudes de Sergio.
Pas d'empreintes d'humain sur les sols pour que ça reste intouché. C'est voir sans posséder.
Un regard sur l'invisible.

Il y a au cœur des mots de JC, un silence, étouffé par le bruit des éclats.

Écrit par : christiane | 14/01/2016

--------------------------------------------------------------
JC..... dit: Votre commentaire est en attente de modération. (RDL Folies)
14 janvier 2016 à 10 h 35 min
Il est vrai que c’est agréable ! GO ! ...
Taubiroute, Hollandouille, Cahuzacàfric, Moscovicieux, Hamoncule, Gambadélices, Vallsetçarepart, Sarkozygoto, Fillonilarrive, Juppé de nonne, Marineàterre, Philipotdechambre, Duflotdontonfaitlestruies…

Écrit par : JC..... | 14/01/2016

_________________________________________________________
Le mont Janicule - délices - la route des landes - Moscou et la Néva - marine de Porquerolles ou d'ailleurs et ses flots miroitants et ses voiliers - truites au bleu pou aux amandes ou gambas - chambre avec vue - valise - jupe virevoltante - hippocampe...
Comme c'est agréable cette rêverie de JC quand on soulève les pavés pour trouver la plage...

Écrit par : christiane | 14/01/2016

------------------------------------------------------------------
Pour revenir au sujet, Sergio, tout ça est un peu froid. Le vie doit donner à voir du sang, de la sueur et des femmes. C'est ce que j'aime chez Bacon le peintre : tout l'aspect terriblement inachevé de ses pantins, de l'homme quoi ! ... Bonne après-midi.

Écrit par : JC..... | 14/01/2016

________________________________________________________
Bacon... inachevés audacieux, violence. Corps aspirés par des spirales infernales surgissant de de chairs torturées. Toute la violence de ce monde... Des toiles qui hurlent :
http://www.eternels-eclairs.fr/tableaux-bacon.php

Mais pourquoi comparer ce qui ne peut l'être. Sergio, c'est autre chose... une autre planète.
Méchant !

Écrit par : christiane | 14/01/2016

-------------------------------
Christiane, je vous ai laissé un message sur "Route de nuit"

Écrit par : Lucy | 14/01/2016

___________________________________________________

tout ça est un peu froid.
Écrit par : JC..... | 14/01/2016

Et si je rajoutais un brasero à côté de la lanterne ? Non mais en Louis XV, hein ! En Jean Lamour...

Écrit par : Sergio | 14/01/2016

-----------------------------------------------------------------
Excellente idée, un brasero ! (ça doit être difficile ...) Sans migrants, hein, ni gitans...on n'est pas à Calais ou Köln !

Écrit par : JC..... | 14/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Des canards jaunes dans le pédiluve ?

Écrit par : Lucy | 14/01/2016

Pas de Louis XV ,voyons, Sergio, vous si exigeant ...
Un statue nue bien sûr qui tremperait le bout de ses divins pieds dans le friselis de l'eau ,comme dans un Giorgio de Chirico, pas nue mais ce que les Grecs appellent le nu-dévoilé, athéna rattachant sa sandale

Christiane, Lucy , on propose à Terre Humaine le récit de notre folle enfance ???
et on laisse Diane de Poitiers mijoter dans les soieries de son cercueil.Parce qu'elle ne vaut pas mieux!

Écrit par : lola | 14/01/2016

Sur un blog cbaconlettres, 15/10/2015 je viens de découvrir des illus, des illus, qui feraient s'évanouir Ch.Boutin , un Jupiter terriblement équipé, et des Venus callipyges.... un peu mièvres.

Écrit par : lola | 14/01/2016

_________________________________________________________________
Lola,
"Christiane, Lucy , on propose à Terre Humaine le récit de notre folle enfance ???
et on laisse Diane de Poitiers mijoter dans les soieries de son cercueil.Parce qu'elle ne vaut pas mieux!"
j'adore !

"Mais qu'un bruit, qu'une odeur, déjà entendu ou respirée jadis, le soient de nouveau, à la fois dans le présent et dans le passé, réels sans être actuels, idéaux sans être abstraits, aussitôt l'essence permanente et habituellement cachée des choses se trouve libérée, et notre vrai moi qui, parfois depuis longtemps, semblait mort, mais ne l'était pas entièrement, s'éveille, s'anime en recevant la céleste nourriture qui lui est apportée." (Vache qui rit - chocolat Menier- café moulu... rouleaux de réglisse. Berlingots pointus... nos madeleines !)
Ah, Proust et "Le temps retrouvé"....
Vive nos trompe-l’œil qui mettent près de nous ces images du passé ! Et que Diane mijote dans son laid d’ânesse !

Écrit par : christiane | 14/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Portrait de D. près de ses pieds* : a atteint la cinquantaine ou en est proche et panique en se rendant compte qu’elle n’a rien fait de sa vie, que son mec l’a larguée, qu’il est trop tard pour avoir des enfants (quoique…) qu’elle ne connaître jamais le bonheur d’être grand-mère…. Et bien qu’elle ait beau être une mégère elle ne trouve personne pour l’apprivoiser….
Mes sœurs, soyons généreuses, ne l’accablons pas plus !
*ex D.près de Poiters (sic), ex D.....

Écrit par : Lucy | 14/01/2016

___________________________________________________

(quoique…)
Écrit par : Lucy | 14/01/2016

Certes certes... Ninon de Lenclos aurait eu, paraît-il, une fausse couche à dans les soixante-dix-sept ans ; maintenant ce qu'on dit... Et pi c'est pas moi, j'étais ni à Paris ni à Versailles à ces époques ! La Yam supporte pas les pavés...

Écrit par : Sergio | 14/01/2016

des carpes quoi comme disait une charmante enfant..et tes pavés font autoblocant..hon a l'impression d'ête dans un pollypoquette à porc'n'roll..

Écrit par : bouguereau | 15/01/2016

___________________________________________________________
J'aurais aimé échangé avec l'un d'entre vous sur le dernier roman de Pierre Assouline "Golem". L'avez-vous lu ? Les quelques rares critiques que j'ai lues à propos de ce livre me paraissent exprimer une certaine déception quant au dernier tiers du livre. Hors c'est justement ce qui m'a intéressée cet épilogue très inattendu sauf pour ceux habitués aux personnages de Simenon, notamment dans les anneaux de Bicêtre"(René Maugras).

Écrit par : christiane | 15/01/2016

-----------------------------------------------------------------
Christiane, je ne l'ai pas lu mais cette critique va dans votre sens :
"Le mystère s’épaissit au lieu de se dissiper pour notre plus grand plaisir. On se laisse emporter par la dernière partie du livre bouleversante, de Varsovie à Vienne, de Lodz à Bucarest sur les traces de Meyer et du passé des siens. Assouline décrit un monde disparu, une langue, une culture qui n’appartenait qu’à la Mitteleuropa, l’Europe des Juifs partis en cendre. « Il faut à un moment cesser de trainer tout un cimetière derrière soi et revenir du côté des vivants », écrit-il. C’est ce que fera son héros, débarrassé du ghetto intérieur dans lequel il s’était enfermé. Une fable philosophique puissante et belle."

http://salon-litteraire.com/fr/pierre-assouline/review/1939502-golem-de-pierre-assouline-le-mythe-revisite-a-la-sauce-high-tech

Écrit par : Lucy | 15/01/2016

---------------------------------------------------------------
Ne cassons pas l'ambiance viennoise, quel orchestre !cependant la Mitteleuropa, c'est MORT ! complètement mort ... à chier ....soyez d'aujourd'hui : vous parlez souvent de la Mitteleuropa avec vos enfants ou petits enfants, les mémères de luxe ....uhuhu !

Écrit par : JC..... | 15/01/2016

----------------------------------------------------------------
.....et ce brasero..... ?

Écrit par : JC..... | 15/01/2016

-------------------------------------------------------------------
JC, notre commère, (de luxe, je ne sais pas !) sachez qu'avec ma progéniture je ne parle pas de la Mitteleuropa, j'y vais !
Quant à ma dernière conversation avec l'aîné de mes petits fils, c'était au sujet de la coupole du Dome de Florence et un projet de voyage concernant Piero della Francesca, la conversation au sujet de la Force ayant tourné court.... Mais il a aussi beaucoup été question du permis de conduire.... et "on" me teste !

Écrit par : Lucy | 15/01/2016

___________________________________________________

....et ce brasero..... ?
Écrit par : JC..... | 15/01/2016

On va le mettre dans une tente Quechua... Non ? Et puis on peut faire un camp romain de tentes Quechua...

Écrit par : Sergio | 15/01/2016

___________________________________________________


"on" me teste !
Écrit par : Lucy | 15/01/2016

Dans ces cas-là faut pas se laisser envelopper... Faut répondre comme Jean Yanne !

Écrit par : Sergio | 15/01/2016

___________________________________________________________
Merci, Lucy, j'ai lu la critique. Elle est très fine. J'ai posé un confetti !
Jc,
si vous alliez faire un tour en scooter multicolore...

Écrit par : christiane | 15/01/2016

___________________________________________________


Gare au golem ! Je le vois mal à la bib de Nancy instantanément, mais il paraît que si, cela peut arriver ; et Passou iil trône de tous les côtés, aux romans mais aussi aux bios. Ca c'est de l'efficience, comme disait le senhor Oliveira de la Figuera...

Écrit par : Sergio | 16/01/2016

Je ne parle pas de la Mittle europa avec mes petits fils car je n'ai pas de petits-fils ; mes enfants parcourent le monde, pour l'instant et ils me semblent bien mal formés ,côté littérature (ils sont physiciens, dans deux directions différentes..) Ils découvrent pays, littérature, en ordre dispersé et le lycée,loin déjà, ne leur a laissé...rien.Mittle europa a-t-il encore un sens ?La littérature de l'europe de l'est ,que je connais mal, me semble un sacré morceau
plus intéressant que la litt franç ...actuelle.Lire.Donc.
Vous disiez des choses intéressantes ,Christiane sur Golem et vs m'avez donné envie de le lire. Pas le temps.Mais le rapprochement que vs faites avec Simenon me semble étrange. J'avais posté sur "près..."mes impressions des "anneaux.."que j'avais lu 2 fois. Flop,aucun intérêt pour personne.! Simenon m'avait semblé convenu, personnages assez vides,etc.. ce que vous postez aujourd'hui est alléchant..je lis en ce moment un livre passionnant sur les fresques..je verrai, après.Pour lire, j'ai besoin de temps, à moi; en train par ex.Je n'arrive plus à concilier mes projets et les aléas de la vie. Il neige et je déteste ça ,en ville.
Ce que vs disiez sur les cires, les pinceaux, chouette . Est-on pour ça, mémère de luxe ? non.On vit de ses passions, écrèmées parfois, souvent, par toutes sortes d'empêchements. Une désespérance d'arriver à quoi, pour le vivre avec qui ? Bon, la yam, faudrait que j'essaie !! j'ai un vélo hollandais...mais je ne vis pas en Hollande....Dormez bien .

Écrit par : lola | 16/01/2016

-----------------------------------------------------------------
Carlo Rovelli : "Par delà le visible, la réalité du monde physique et la Gravité quantique" chez Odile Jacob.

Écrit par : JC..... | 16/01/2016

______________________________________________________________
Lola, bonjour,
vraiment bon jour,
comme
souhaiter une BONNE journée quand on dit "bonjour".

Cire ?
Je ne me souviens pas avoir évoqué ici mon travail actuel sur les portraits du Fayoum avec cire et pigments. Intuition ? hasard ?
C'est passionnant. Juste un peu de térébenthine pour lier. Pâte onctueuse qui se sculpte au pinceau dur (soie de porc).

Pour en revenir à Golem (Pierre Assouline), j'ai été saisie par le choix des lieux dans ce roman, une sorte de mémoire enchantée où l'on reconnaît son univers.
Ce héros , Gustave Meyer, m'a paru créer un roman dans le roman, annoncé "à bas bruit" dès les premières pages. Cette neige, ce silence, ces petites touches éparses : humble, discret, "rongé sourdement" par une pesanteur dans sa tête, sa solitude au milieu des autres.
"Être un homme ordinaire, voilà à quoi il aspirait [...], se faire oublier".
J'ai pensé à l'ambiance des romans de Simenon.
Beaucoup de futurs lecteurs me semblaient en attente de prouesses d'un "super h"éros" au cerveau trafiqué.
Un siècle de "super héros"... la SF...
Je vous avais écrit, ici, que les premières pages m'éloignaient du thriller annoncé. Quelque chose de plus grave s'annonçait avec cet anti-héros. Une liberté à gagner contre lui-même. Il m'a semblé alors que cette cavale à travers l'Europe de l'Histoire (Mitteleuropa")... centrait un combat contre lui-même.
Cette fuite ? occasion d'une traversée des arts, de la littérature, de certains films.
Combat contre la mort (présence obsédante des cimetières, d'un "passé mal enfoui", d'un "siècle de ténèbres". "Zakhor" contre un souffle de vie, contre "aller", contre commencer une nouvelle histoire... Une citation de Beckett clôt le livre et quelle citation...
(A propos, sur son blog, dans les commentaires, P.Edel amorce une réflexion passionnante sur l'enjeu, le choix des citations dans les critiques littéraires.)

Écrit par : christiane | 16/01/2016

_________________________________________________________________
Lola, (suite)
comme vous c'est le billet de P.Edel du 11 octobre 2015 ("Simenon, une chambre à Bicêtre") qui m'a donné envie de lire "Les anneaux de Bicêtre".
A savoir que Simenon avait choisi "Les cloches de Bicêtre" - titre refusé en france à cause des sens autres du mot "Cloche". Anneaux donc ! nés de cette sensation qu'écrire est un son, un son circulaire. Des cercles concentriques comme ceux que les cloches lancent dans l'espace quand elles sonnent.
Ce rené Maugras, frappé d'une thrombose qui entraîne une hémiplégie. Perte de la parole, immobilité partielle et donc : hôpital... l'oblige à un réapprentissage, à une reconquête dans cette épreuve d'obscurité. Lucidité. Crise de conscience entre passé et présent tout emmêlés. Labours intérieurs.
Ces cercles méditatifs me sont apparus à l'amble de ceux de Gustave Meyer, dans une histoire totalement différente.
De la mort à la vie : Golem... Emet. La première lettre sera-t-elle effaçable ?

Écrit par : christiane | 16/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Lola, les petits enfants sont un vrai bonheur, on en profite sans en avoir la responsabilité au contraire des enfants. Je les emmène en voyage, je leur apprends à visiter les musées, à voir la vie d'une façon différente de celle qu'ils vivent quotidiennement et cela crée entre nous une complicité fort agréable d'autant qu'ils n'ont que moi comme grand-mère. Je suis sûre que le jour où l'aîné aura une yam, il m'emmènera faire un tour avec !
Lola et Christiane, quels sont vos livres sur les fresques ? cela m'intéresse beaucoup.

Écrit par : Lucy | 16/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Sergio, svp, pas de brasero ni de tente ! cela gâcherait tout ce bel ensemble ; à la rigueur des petits poissons rouges ou des grenouilles ? ou des pigeons venant se désaltérer ?

Le permis vu par Jean Yanne, un bon souvenir !

Écrit par : Lucy | 16/01/2016

____________________________________________________________
Lucy,
"Lola, les petits enfants sont un vrai bonheur"
Profitez de ce temps de complicité. L'adolescent se transformant en jeune adulte cherchera près de ses pairs amitié et amours, passions partagées, fous-rires, secrets. Et c'est bien ainsi...
Le temps lucide de la solitude se fera écrin pour lectures, écritures, balades enchantées.

Je n'ai pas de livres sur les fresques, juste des souvenirs.
Pour les portraits du Fayoum, il en existe beaucoup. Magiques...
https://www.youtube.com/watch?v=0BYYCKMXYg8
(Une belle série à partir de 4:53)

Écrit par : christiane | 16/01/2016

_________________________________________________________________
Question à Sergio :
Pouvez-vous superposer deux fractales ?

Écrit par : christiane | 16/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Comme Lucy ne veut pas entendre parler de brasero brûlant dans ce paysage froid, pourquoi ne pas glisser dans l'huitre humide une perle ronde et scintillante, comme la ronde gardienne du Prisonnier ? .....

Écrit par : JC..... | 16/01/2016

_______________________________________________________________
JC... "Pourquoi ne pas glisser dans l'huitre humide une perle ronde et scintillante, comme la ronde gardienne du Prisonnier ? ....."
Je ne comprends pas la deuxième partie (comme...). Qui est le prisonnier ? Qui est cette perle qui en est gardienne ?
Magnifique !
J'ai exploré des petites rues autour du parc Montsouris pleines d'ateliers d'artistes. Des grandes verrières enchâssées dans des structures métalliques récupérées lors du démontage de l'exposition universelle. Des pavés. Des ronces. Dans un arbre deux pies chassaient deux corneilles qui criaillaient leur colère mais qui n'osaient les affronter.

Écrit par : christiane | 16/01/2016

J'adÔooore le parc Montsouris, les fractales et les mots jouissifs de Lucy sur les petits enfants. Mes fils ne semblent pas vraiment décidés et leurs sweet'girls non plus. Je doute de mes talents en mère'grand ...
Je devais déjeuner avec des amis....réveil ,il y a 30 mn; cata,cata
Ce soir très soir, je vs donne la réf.

Écrit par : lola | 16/01/2016

J.C j'ai ri en vous imaginant sur votre frêle esquif, et j'ai apprécié "un volet qui bat sous la force du vent" superbe.
L

Écrit par : lola | 16/01/2016

__________________________________________________


Pouvez-vous superposer deux fractales ?
Écrit par : christiane | 16/01/2016

Oui ; mais chacun d'entre vous aussi ! Je m'esseplique...

Fractales ou 3D, ce j'en vois, moi, devant l'un ou l'autre de ce que l'on pourrait appeler des ateliers logiciels, c'est l'immédiat produit d'un calcul : une modification et hop, tout est recalculé redessiné.

Mais à la fin de tout cela, je demande la conversion en un fichier image classique, et c'est cela que je publie.

Autrement dit, ce fichier image, on ne pourra pas y demander la déformation d'un bassin, par exemple, ou d'une fractale, ou une vue perspective différente de l'un ou l'autre.

En revanche c'est une image, et l'on peut lui appliquer tout ce que qui est possible avec un Photoshop, Gimp et autres : par exemple luminosité-contraste, flou, mélange d'images, juxtapositions, on peut y aller au trait à main levée, aux courbes de Bézier etc... Toutes choses qui vont encore assez loin.

Les images que je mets sont d'un format juste suffisant (1188 X 1682 pixels ) pour être présentables ; on peut déjà travailler dessus, mais s'il le faut, je peux leur coller de dimensions bien plus terribles jusqu'à... Chais pas où, en fait, il faudrait faire des essais. D'ailleurs remember Xlew, qui m'avait empaqueté une terrasse en bulle...

Écrit par : Sergio | 16/01/2016

________________________________________________________________
"En revanche c'est une image, et l'on peut ..."
Mais je ne sais pas faire tout cela, vous oui !

Écrit par : christiane | 16/01/2016

---------------------------------------------------------------
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Prisonnier


La Perle, c'est le Rôdeur, le gardien qui vous empêche de sortir de votre vie...

Écrit par : JC..... | 16/01/2016

____________________________________________________________________
Vous faites surgir de ma mémoire lointaine ce feuilleton oppressant. Une perle de ce genre ce n'est pas un cadeau ! JC, quel drôle d'oiseau vous êtes avec des ailes mais qui ne peut pas voler et qui passe des heures à regarder le ciel et les passages des oiseaux sauvages. Comme si....

Écrit par : christiane | 16/01/2016

J. C, Clopine définitivement à L'Est vous bannit à vie de ses clopineries....Enfin ,vous n'avez pas trouvé le bon pseudo ??Tigre du Bengale avec raie sur le côté ?
Berger landais avec béret en peau de chacal ?
Secouez-vous! proposez-lui une chasse au capibara, en chaise à porteur, un voyage aller/retour à l'intérieur d'une baleine à bosse.,,,que sais-je encore ???
Imagination, imaginez!

Écrit par : lola | 17/01/2016

Christiane,Lucy je vous réponds bientôt. Le champagne avait des bulles d'une extrême finesse,et la neige s'est arrêtée de tomber. on a pu décapoter l'oldsmobile 1925...Lola

Écrit par : lola | 17/01/2016

---------------------------------------------------------------
Bannissement ? Celui d'un usurpateur de pseudo ! Qu'irai-je faire chez la fermière normande.... je vous demande un peu !

Écrit par : JC..... | 17/01/2016

---------------------------------------------------------------
Chaque regard que je porte sur le monde imagé de Sergio, ce monde en attente de vie, enregistre une déception visuelle perturbante. Je cherche, dans le moindre coin, l'herbe folle, le mégot plat, la brindille apportée par le vent ou par le mâle bâtissant un nid pour la tourterelle, le tong perdu par un migrant, un Tampax sec, une page de journal qui tourne au vent en pensant à Moebius ... Dans la vie, il faut absolument de la saleté, du laid, du crade : je ne peux pas vivre sans saleté, j'ai d'ailleurs plongé dans le politique pour cela. J'ai été servi ...

Écrit par : JC..... | 17/01/2016

pour Rose, si elle passe ici, ce commentaire en attente de modération sur la RDL (et ça peut durer des plombes !)
"Bonjour Rose,
alors, disparue après cette nuit-clavier ?
Vous êtes étrange et familière dans vos monologues nocturnes. Étrange, car vous êtes pressée par l’urgence d’écrire quelque idée qui vous traverse, soudain ; familière car votre écriture virevoltante porte votre marque.
J’ai choisi pour vous ce passage goûteux où Cézanne répond à Gasquet. (toujours dans un livre qui ne me quitte guère : Cézanne de J.Gasquet – éd. encre marine).
Il fait comme vous, il décroche de la présence de l’autre et suit son idée, ici, péremptoire et flamboyante. Qu’importe qu’il ait raison ou tort. Il est dans sa parole, ignorant le doute, ombrageux, grand « connaisseur de ses phares ». Cette traversée du Louvre, Joachim Gasquet, excelle à nous la restituer.
« - Ah ! Velasquez, c’est une autre histoire. Il s’est vengé… Vous comprenez, cet homme, il peignait dans son coin, il se préparait à nous descendre des forges de Vulcain et des triomphes de Bacchus, de quoi couvrir tous les palais d’Espagne… Un imbécile, pour lui être agréable, en parle, le traîne chez le roi… On n’avait pas inventé la photo à cette époque… Faites-moi mon portrait, à pied, à cheval, ma femme, ma fille, ce fou, ce mendiant, celui-ci, celui-là… Velasquez devint le photographe du roi… le joujou de ce détraqué… Alors, il a tout ravalé en lui, son œuvre, sa grande âme… Il était en prison… Impossible de fuir. Il s’est terriblement vengé. Il les a peints avec toutes leurs tares, leurs vices, leur décadence… Sa haine et son objectivité n’ont fait qu’un… Comme Flaubert son Homais et son Bournisien, il a peint son roi et ses bouffons… Il ne ressemble pas, lui, aux portraits qu’il a peints, tandis que, remarquez, Rubens, Rembrandt, c’est toujours eux, on les reconnaît sous tous les visages… Et il a aussi un autre précurseur, Goya… Sa Maja vestida et sa Maja desnuda… C’est l’amour, lui, qui a fait le miracle… Il était si effrayant, si laid. Vous l’avez vu dans son portrait, avec son tube énorme [...] il était terrible, Goya…[...] Ce sont d’immenses imaginatifs, des Shakespeare, des Beethoven. Je voudrais être… »

Écrit par : christiane | 17/01/2016

___________________________________________________________
JC
Oui... Encore que je n'aurais pas choisi la totalité de vos exemples !

Écrit par : christiane | 17/01/2016

-------------------------------------------------------------------
"Je cherche, dans le moindre coin, l'herbe folle, le mégot plat, la brindille apportée par le vent ....etc."

Comment JC, n'avez-vous pas vu "Par delà le visible, la réalité du monde physique" ?

Et avez-vous regardé la photo que j'avais mise en lien au début ? pas le moindre mégot, ni brindille, ni herbe folle ..... sur la place !

Ceci écrit, je suis d'accord avec vous, ces magnifiques images font un peu froid dans le dos, mais c'est qu'elles viennent de la quatrième dimension, c'est un autre monde que Sergio nous fait découvrir, mais nous avons juste le droit de le regarder, nous n'y avons pas notre place et les herbes folles non plus. Et puis n'y-a-t-il pas assez "d'herbes folles " sur ces blogs ? ;o)

Écrit par : Lucy | 17/01/2016

-------------------------------------------------------------------
J'ai une idée : Lola, envoyez donc à Sergio quelques bulles de votre champagne à mettre dans le pédiluve....
des bulles sortant de l'O pour aller dans l'O-delà

Écrit par : Lucy | 17/01/2016

_____________________________________________________________
La Beauté

Je suis belle, ô mortels! comme un rêve de pierre,
Et mon sein, où chacun s'est meurtri tour à tour,
Est fait pour inspirer au poète un amour
Eternel et muet ainsi que la matière.

Je trône dans l'azur comme un sphinx incompris;
J'unis un coeur de neige à la blancheur des cygnes;
Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.

Les poètes, devant mes grandes attitudes,
Que j'ai l'air d'emprunter aux plus fiers monuments,
Consumeront leurs jours en d'austères études;

Car j'ai, pour fasciner ces dociles amants,
De purs miroirs qui font toutes choses plus belles:
Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles!

— Charles Baudelaire

Écrit par : christiane | 17/01/2016

__________________________________________________________
XXIX - Une Charogne

Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux:
Au détour d'un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d'exhalaisons.

Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande Nature
Tout ce qu'ensemble elle avait joint ;

Et le ciel regardait la carcasse superbe
Comme une fleur s'épanouir.
La puanteur était si forte, que sur l'herbe
Vous crûtes vous évanouir.

Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D'où sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
Le long de ces vivants haillons.

Tout cela descendait, montait comme une vague
Ou s'élançait en pétillant
On eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague,
Vivait en se multipliant.

Et ce monde rendait une étrange musique,
Comme l'eau courante et le vent,
Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique
Agite et tourne dans son van.

Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve,
Une ébauche lente à venir
Sur la toile oubliée, et que l'artiste achève
Seulement par le souvenir.

Derrière les rochers une chienne inquiète
Nous regardait d'un oeil fâché,
Epiant le moment de reprendre au squelette
Le morceau qu'elle avait lâché.

- Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
A cette horrible infection,
Etoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion !

Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces,
Apres les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses,
Moisir parmi les ossements.

Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
De mes amours décomposés !

Les Fleurs du mal, Charles Baudelaire

Écrit par : christiane | 17/01/2016

_________________________________________________________________
Baudelaire ?
Sergio/ JC ?
Janus aux deux visages...

Écrit par : christiane | 17/01/2016

___________________________________________________

Qu'irai-je faire chez la fermière normande.... je vous demande un peu !
Écrit par : JC..... | 17/01/2016

Oui hattends hé... On sait bien à quoi s'occupaient les PG à Tonton dans les fermes Tudesques ! I voulaient jamais rentrer ben voyons...

Écrit par : Sergio | 17/01/2016

__________________________________________________


Janus aux deux visages...
Écrit par : christiane | 17/01/2016

Cela, c'est toujours très très fort : j'ai lu un jour dans un article sur les imposteurs qu'il était beaucoup plus facile d'imposter un médecin qu'un... curé ! Pourtant les deux c'est du latin ben non...

Écrit par : Sergio | 17/01/2016

___________________________________________________

l'O
Écrit par : Lucy | 17/01/2016

O... Emmanuelle... Un fauteuil en osier en plus ? Ca va faire un salon de jardin !

Écrit par : Sergio | 17/01/2016

---------------------------------------------------------------
Sergio, ne transformons pas les dommages collatéraux de la guerre, WWII, en partouzes individuelles : les KG se livraient sur les fermières teutonnes, aussi solitaires que les nonnes jansénistes, à des opérations de représailles de type : "la vengeance sexuelle sera terrrrrible !"
Le plan était coordonné. La vengeance fut, l'honneur est sauf... une opération win/win, sex/sex !

Écrit par : JC..... | 17/01/2016

___________________________________________________

Et avez-vous regardé la photo que j'avais mise en lien au début ? pas le moindre mégot, ni brindille, ni herbe folle ..... sur la place !
Écrit par : Lucy | 17/01/2016

Faut reconnaître ce qui est, c'est vrai. Mais là où je me suis insurgé, c'est à les voir l'arroser, ces fameux pavés slovènes, donc, mais alors littéralement le détournement d'un fleuve comme Hercule ; dans un bled où il pleut six mille jours par an ! Et aussi les lanternes allumées en plein jour... J'ignore si cela continue...

Et avec mon pognon énorme que j'aurais pu boire à la place à la Place... Ben non c'est la Place qui boit !

Écrit par : Sergio | 17/01/2016

__________________________________________________

ne peux pas vivre sans saleté
Écrit par : JC..... | 17/01/2016

De temps en temps je me fais un Youtube de train électrique, certains sont vraiment étudiés ; on arrive à faire des merveilles, avec une petite ou moyenne gare, de préférence aux confins de l'Auvergne, on n'est plus très loin de la 3D (là aussi normalement il faut salir), voire de la réalité si la caméra est bien placée. Tout y passe, des locos bien sûr (il y a des tutos de salissage) aux brins d'herbe au milieu des voies. Sacré boulot...

Et alors c'est vrai que ces petites gares d'une autre époque, peut-être plus que les machines à vapeur elles-mêmes, font dans notre esprit un peu madeleine, Millet et tout ce qui s'ensuit... Mais bien dégueu ! Sinon on n'y croit pas...

Écrit par : Sergio | 17/01/2016

___________________________________________________

Elle esseplique bien mon boniment :

https://www.youtube.com/watch?v=d707uNRK6_Y

Écrit par : Sergio | 17/01/2016

___________________________________________________________
Quel charme ! surtout les bruitages, les décors. Merci, Sergio.

Écrit par : christiane | 17/01/2016

_______________________________________________________
Quel charme ! Merci Sergio.

Écrit par : christiane | 17/01/2016

________________________________________________________________
Bon, je n'avais pas vu !

Écrit par : christiane | 17/01/2016

-----------------------------------------------------------------
Terriblement angoissant, ces modèles réduits : une fois qu'on a admiré le travail vidéo fabuleux.... on se dit :
"...et si nous étions, nous-mêmes, les modèles réduits d'enfants invisibles placés au dessus de nous, jouant au train de banlieues aux pauvres rames remplies de zombies allant bosser, certes ...."

Puis on angoisse encore plus, comprenant que nous n'avons aucun pouvoir sur les évènements de ce monde de modèles réduits :
"... et oui, ces sales gosses ont aussi des jeux de guerre... jeux qu'ils ne veulent pas voir cesser ... c'est si drôle ces guerres de petits soldats en plastique ... en bas, tout en bas ...?!"

Écrit par : JC..... | 18/01/2016

____________________________________________________________
troublantes, JC, vos citations. On en revient au "prisonnier". Une vision de ces blogs et de ces espaces commentaires ? D'une parole qui rebondit sur des parois de verre séparée, isolée, obligée de se lier à celles des autres prisonniers...

Écrit par : christiane | 18/01/2016

-----------------------------------------------------------------
JC, ne vous faites pas d'illusions, ce ne sont pas des enfants qui s'amusent avec ces petits trains, je ne sais pas si c'est moins angoissant mais ce sont des adultes, les enfants préfèrent les tablettes, croyez en mon expérience....
Ce n'est pas angoissant, mais c'est très encombrant... Perso, j'aime mieux voir les tchou tchou vapeur que les autorails ou alors les PicassO*, plus originaux

Sergio, ce réseau est particulièrement bien réussi, on peut presque compter les petites herbes...

Le prisonnier, quelle série esssssetraordinaire pour parler comme ici. Et ce 'Rover' ou 'Rodeur' quelle belle invention, il fallait vraiment une huître colossale pour l'engendrer.

* Ne pas confondre Emmanuelle neu neu avec Ô beaucoup plus trash, essai brillant et désespéré d'une femme intelligente mais frustrée pour conserver son amant volage qui l'a malgré tout laissée tomber

Écrit par : Lucy | 18/01/2016

__________________________________________________

j'aime mieux voir les tchou tchou vapeur que les autorails
Écrit par : Lucy | 18/01/2016

Je l'ai fait en partie volontairement, parce que naturellement ces splendides machines (à vapeur), tant françaises qu'allemandes, constituent invariablement le morceau de bravoure de tous les circuits.

A contrario ces autorails montrent que le train électrique continue, plus que jamais, même avec ce matériel roulant beaucoup plus quelconque. Il y aurait des études extraordinaires à faire, autour naturellement encore et encore de la madeleine, car on va toujours en revenir à des mécanismes psychologiques ; je songeais d'ailleurs que nombre des ces gares de campagne (qu'on ne voit pas trop ici, au reste) remontent non seulement aux années cinquante, mais à l'avant-guerre, quand ce n'est pas à l'autre avant-guerre !

Écrit par : Sergio | 18/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Sergio, le modélisme ferroviaire est mourant, les boutiques (parisiennes pour la plupart) on fermé les unes après les autres, les amateurs se font vieux, la relève est mal assurée et pour ce qui est des circulations grandeur nature c'est la même chose. Les Allemands et les Anglais s'en sortent mieux que les Français, mais les vieilles machines sont à bout de souffle et cela coûte une fortune de les remettre en état. Les gares de campagne que l'on reconnait à leur architecture sont quasiment toutes transformées en maisons individuelles et d'ailleurs quantité de voies ont été déferrées. (Et oui ça doit remonter à "l'autre avant-guerre"!!!)

Même La Vie du Rail agonise, elle ne parait plus qu'une fois par mois !

Enfin Fulgurex existe toujours, on peut encore compter sur les Suisses, mais à quel prix !

Écrit par : Lucy | 18/01/2016

__________________________________________________

la relève est mal assurée
Écrit par : Lucy | 18/01/2016

C'est-à-dire que... je me demande s'il y a quelqu'un encore qui prend le train ! C'est l'avion pour aller boire un demi... Et alors l'architecture... Ce sera la même dans la presqu'île de Kola et au bord du grand fleuve Limpopo, simplement mieux isolée...

Fulgurex je connaissais pas, on parlait beaucoup de Rivarossi, mais finalement c'est surtout de l'U.S. ...

Écrit par : Sergio | 18/01/2016

_________________________________________
"je me demande s'il y a quelqu'un encore qui prend le train !"

En semaine, Bourg-Saint-Maurice/Paris si vous avez la chance de ne pas débuter par un autocar c'est changements à Chambéry et Lyon, donc avec 2 "chances" de louper le suivant.
Arriver à l'heure devient un exploit.
En été hein, car si la neige tombe !!!!!
Tout ça sans parler du prix.
Ah c'était bien mieux avant nous dirait encore une fois Finkie.

Écrit par : pado | 18/01/2016

___________________________________________________

Ah c'était bien mieux avant nous dirait encore une fois Finkie.
Écrit par : pado | 18/01/2016

Oui, oui... Ce qu'il faut ce sont des bras, chouraver une draisine au dépôt voisin où qui dorment tous, et en avant... van ! Evidemment y a un sens qu'est plus court que l'autre rapport au terrain qui fait ce qui veut, et puis ça penche ; mais enfin une Pacific ou une cent quarante là c'est le charbon à pelleter on arrive pas bien propret... Mais y a le charme enfoui ça c'est sûr !

Écrit par : Sergio | 18/01/2016

------------------------------------------------------------------
"je me demande s'il y a quelqu'un encore qui prend le train !"

Eh oui, mon pov' monsieur, tout fout l'camp ! Autrefois je faisais ma "madone des sleepings", je prenais le train de nuit pour aller à Rome.... tout ça n'existe plus.

Nostalgie, nostalgie.... La semaine prochaine pour moins de 40 € je pars pour Rome en avion !

Qu'est-ce qui est le plus romantique : mourir dans un déraillement (avec de la chance on reste entier) ou dans le crash d'un avion (avec des petits morceaux dispersés un peu partout) ?

Fulgurex, le haut de gamme suisse en O et HO, pas un gramme de plastique, fabriqué par les .... Japonais !

Écrit par : Lucy | 19/01/2016

__________________________________________________________________
"je me demande s'il y a quelqu'un encore qui prend le train !"
Eh oui, Lucy et j'adore cela. Ce moment où le train démarre et où pendant toute la durée du voyage on ne sera nulle part, sur un point qui se déplace comme Zénon l'avait écrit. Les paysages que l'on traverse deviennent alors ce qui fixe le regard : cette masse ronde qui tourne devant notre œil immobile fouettée de temps à autre par un arbre, un poteau, un tunnel.
Les bruits familiers nous sont repères : crissement sur les aiguillages, haut-parleur des gares semées le long du parcours, sifflets des trains qui se croisent ; images aussi... sur les quais, ceux qui partent, ceux qui restent, ceux qui arrivent et les pieds des voyageurs assis qui dépassent des sièges. Ces livres aussi que l'on emporte mais dont les pages deviennent floues avec le tangage des voitures. Alors cette somnolence où s'abandonner aux pensées venues dont ne sait où...

Écrit par : christiane | 19/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Christiane, vous nous parlez d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître...

https://www.youtube.com/watch?v=Oj-3hk2L7MQ

Mais vous avez au moins la chance (si j'ai bien compris) d'habiter à Paris, en province c'est autre chose.

Comme je l'ai écrit, impossible de faire Paris-Rome, heureusement (mais pour combien de temps ?)
on peut toujours faire Paris-Venise. Mais partir d'une ville moyenne pour aller dans une autre ville moyenne vous condamne de plus en plus souvent à faire le trajet en car comme l'a écrit Pado plus haut.

Écrit par : Lucy | 19/01/2016

________________________________________________________________
Lucy,
vous me faites rire ! J'ai habité, au sortir de l’E.N, dix années en Normandie. Nommée, instit, dans des villages isolés, dépendant de cars rares, je faisais du stop jusqu'aux gares les plus proches (un jour sur un tracteur !). C'est là que je me suis offert une motobécane pour sortir de mon... Espéranza, plus facilement !
Ile savoureuse où je goutais le beurre baratté, les poulets de la ferme et les champignons en automne. Forêts tapissées de jacinthes des bois et de violettes au printemps. Pays de brumes et de pluie. Vols de corneilles criardes, l'hiver, au ras des champs labourés. Mes petits élèves avaient des joues rouges comme des pommes et trempaient leur porte-plume dans des encriers de faïence emplis d'encre violette que je fabriquais en me tachant les doigts (eux aussi !).
Mais Paris me manquait, la Butte et mes chemins d'enfance, mon ami le marionnettiste qui me donnait des carrés de chocolat belge, l'eau scintillante des caniveaux, l'asphalte et le métro. Alors j'ai fait un enfant et je suis revenue.

Écrit par : christiane | 19/01/2016

-----------------------------------------------------------------
Christiane, vous me faites sourire aussi ! J'ai passé mon enfance dans des "trous" d'outre-mer avec des vacances dans des "trous" de campagne où le train n'était pas le moyen de locomotion le plus pratique !
Après Paris, la province m'a semblé une bénédiction pour la vie avec des jeunes enfants. Mais les voyages au long cours n'y sont pas toujours faciles ! Ceux que je préfère : les voyages en bateau : trois semaines (avec beaucoup d'escales) pour aller de Bordeaux à Pointe-Noire ; malheureusement pas pu faire comme Claudel, le voyage jusqu'en Chine.... mais je suis passée malgré tout par le canal de Suez.

Écrit par : Lucy | 19/01/2016

____________________________________________________________
Ouh là, Lucy,
j'ai le mal de mer ! et l'océan infini m'oppresse. Que d'o, que d'o, que d'o !!!! et dessous tous ces monstres (requins, pieuvres, méduses....
Je cherche Boutès et je reviens !

Écrit par : christiane | 19/01/2016

___________________________________________________________
Voilà, c'est un espace de l'entre-deux assez rassurant :
"Qui ne reste en silence devant la mer qui se répète, qui se dresse, qui se retourne et qui s'avance et qui pour s'avancer se retourne ? Qui ne reste même en stupeur plutôt qu'en silence, en enstase plutôt qu'en extase, le long des vagues si formidablement bruyantes, les pieds dans les derniers petits rouleaux, les pieds dans les couteaux, dans les rigoles de l'eau qui reviennent aussitôt entre les doigts de pied, qui les sucent alors qu'elle se retire, parmi les coques mortes, les praires ouvertes, les retombées de l'écume blanchâtre, vieil os de seiche craqué, grains de sable qui se défont, empreintes humides qui aspirent, branches d'étoiles de mer mortes, lambeaux des algues brunes ?"
Espace reconnu et au loin les bateaux et au loin ce qui me fait peur.
Quignard, en ce livre, olympien.

Écrit par : christiane | 19/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Christiane, je ne connais pas cet ouvrage de Pascal Quignard et j'avais oublié Boutès ! Mais j'aime la mer.
A propos de Quignard (enfin c'est une façon de parler, c'est à cause de son essai sur Sacher-Masoch) avez-vous vu le film de Polanski "La Vénus à la fourrure" ? respect de la règle des trois unités, belle performance d'Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric, j'ai aimé.

Écrit par : Lucy | 19/01/2016

______________________________________________________________
Ah, Boutès... une merveille !
Tout petit livre édité par Galilée - 89 pages. Le thème : la musique... et ce mystérieux personnage : Boutès.
"En 1968, à Paestum, à un kilomètre de Pasestum, dans une tombe, fut découvert un "sarcophage" de pierre à l'intérieur duquel était figuré un homme qui plonge.
Ou bien cet homme qui plonge est un jeune homme qui est poussé par la foule de la pierre de l'acropole de Poseidonia, la tête la première, le sexe pendant sous le ventre, inexcité, les bras tendus en avant, volant encore dans l'air blanc avant de toucher l'eau de la mer où la foule l'a projeté.
Ou bien cet homme qui plonge est n'importe quel mort dès l'instant où, arrivé aux confins du monde des vivants, prenant son élan les pieds posés sur les colonnes d'Hercule, il plonge dans le monde des morts représenté par l'eau verdâtre d'Océan et l'arbre aux feuilles d'Oubli."

Oui, j'ai lu et j'ai vu et le livre et le film : TROUBLANTS....

Écrit par : christiane | 19/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Oui, magnifique cette fresque énigmatique et Paestum aussi, encore assez loin de Naples pour qu'il ne soit pas trop envahi par les touristes mais par les écoliers italiens qui avaient voulu absolument que je sois sur la photo avec eux, charmés que je leur ai baragouiné quelques mots d'italien !!!

Écrit par : Lucy | 19/01/2016

____________________________________________________________
Oh la la , Lucy, vous l'avez vue, en vrai !!!
alors :
"Dans la mer Méditerranée, sur les rivages de Grèce ou de Syrie, des hommes se mettent nus et plongent. Quand ils arrivent au fond de l'eau, quand ils ressentent sur leur dos le poids immense de la mer, ils guettent le fond obscur du monde..."

Écrit par : christiane | 19/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Christiane, très jolie formulation mais ça, c'était "avant" !
Hélas, maintenant, ils ont tous au moins un slip .... ;o)
ou un bathyscaphe.

Écrit par : Lucy | 19/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Christiane, pour en finir avec les voyages et les trains, si vous en avez l'occasion et l'envie, je vous conseille le transsibérien version "touriste" (qui permet les visites pendant que le train vous attend) de Moscou à Pékin, voyage inoubliable.
C'est là qu'on apprécie d'être mémère..... et assez 'jeune' pour en profiter !

Écrit par : Lucy | 19/01/2016

___________________________________________________________
Ce voyage je l'ai vécu grâce à ces émissions :
http://www.franceculture.fr/emission-voyage-en-transsiberien.html

Écrit par : christiane | 19/01/2016

__________________________________________________

le transsibérien
Écrit par : Lucy | 19/01/2016

"Les wagons pullwoman du transhibernien" (Finnegans/Larbaud)...

Il y a quelques années je suis tombé sur un roman décrivant une aventure dans ce tacal ; c'était pas mal ; je crois que c'est connu en plus !

Écrit par : Sergio | 19/01/2016

____________________________________________________________
La madone des sleepings ? de Dukobra, avec la très audacieuse Lady Diana Wynham...
"Le train partait. La chère petite main gantée de gris s'agita encore...
Je répondis avec mon feutre. Longtemps je demeurai sur le quai, chapeau bas devant le convoi funèbre d'une amitié qui s'en allait et ne reviendrait peut-être jamais. Je ne bougeais pas. Une lourde mélancolie me figeait au bord de la voie déserte. Mes yeux suivaient la courbure des rails au long desquels le train avait disparu... "
ou préférez-vous :
"Elle frissonna dans le fond de jupe qui moulait en mauve la courbe jolie de ses hanches, entrouvrit les paupières et me scruta, silencieusement, derrière la trame ténue de ses longs cils. Les ondes, issues de nos deux corps, se cherchèrent dans l'espace. Nos désirs inavoués jouèrent à cache-cache dans le dédale de l'Indécision..."

Écrit par : christiane | 19/01/2016

___________________________________________________

C'est pas mal le dédale de l'indécision...

Mais moulait en mauve deux M. qui se suivent... Enfin ça se discute, d'ailleurs c'est sûrement volontaire...

Écrit par : Sergio | 19/01/2016

Finalement Maurice Dekobra qui passe pour un ringard, c'est pas si mal que ça ! il a l'image facile et suggestive. Certains auteurs , publiés maintenant, pourraient le lire avec profit..
La neige a rendu irritable mon PC et l'imprimante ne veut plus rien cracher. Marre des virus, des spams, des
sauvegardes qui ne trouvent plus leur espace et des images qui ont pris la fille de l'air et sont irrécupérables. Vite chez le Doc; un ordi neuf qui a de ces caprices , écoeurant! A beaucoup plus tard, quand on l'aura "clarifié" L

Écrit par : lola | 20/01/2016

__________________________________________________

Marre des virus
Écrit par : lola | 20/01/2016

C'est toujours un peu délicat de conseiller Linux, parce qu'il vaut mieux quand même s'y intéresser, en revanche le Mac sans hésitation déjà pour les virus ; les spams tout le monde les a, mais sinon le côté pratique de s'en occuper le moins possible prêche lui aussi en faveur des Mac. Quant à l'éventuelle différence de prix, je suis pas persuadé qu'elle soit si décisive que cela.

Toujours préférer une tour, pour des tas de raisons, à un portable, sauf évidemment la contrainte de déplacements ; et encore, pour cela souvent les tablettes et autres vistemboires du même poil suffisent amplement, bien amplement et très amplement...

Écrit par : Sergio | 20/01/2016

Sauf pour les mises à jour iTunes sur iPad 2 ou Pro mon humano ser Sergio cher.
Leur plateforme musique est lourde.
Tu as vite une erreur 3194 avec ce truc difficilement réglable en ligne.
Tout est chouette effectivement avec Apple sauf ça pour moi.
L'alternative Amazon music est supérieure.
Quand tu penses que Bezos va tous nous envoyer en low cost dans l'espace dans 8 ans avec ses fusées.
Place Stan idéale Kourou ou Cape Carnaveral pour les départs et retours.
Joli rai de halo de lumière sur la façade au fait.

Écrit par : lewshima | 20/01/2016

__________________________________________________

Joli rai de halo de lumière sur la façade au fait.
Écrit par : lewshima | 20/01/2016

C'est saisissant, il a fallu que je me trouve là un jour tôt le matin pour m'en rendre compte, le soleil donne en plein dessus ; mon truc est essetrêmement mauvais, j'ai pas refait les ombres, qui manquent cruellement, je me souvenais plus trop comment je m'y étais pris...

Les mises à jour là c'es l'os : même avec un petit peu chaque jour, tous les deux ans (pour nous Linux) il faut procéder à un grand chambardement ; il n'y a pas de solution un peu bien. Et en plus, j'avais oublié, Apple fait payer son système d'exploitation, c'est sans doute pas bézef mais enfin c'est pas très bon pour encourager... Et si on laisse moisir, pour les mises à jour, inévitablement sur le Net et la messagerie on va buter, pour des plugins (des greffons !), des versions etc.

Écrit par : Sergio | 20/01/2016

Sergio, vous me faites rêver et rugir, vous apprivoisez ces machins-machines comme un Dieu. Cet été ,par une matinée enchanteresse, mon PC me gratifia d'un écran tout noir; passés les gestes de 1° secours,une évidence, il était mort.Seuls des amis bienveillants et autoproclamés impeccables-informaticiens se trouvaient à la maison. Nous rentrâmes,cadies chargés à bloc, nantis d'un HP grand prix, d'une imprimante imposante ,de jeunes souris, de kgs de papiers,d'encres de ttes sortes made in Malaysia, et de bien d'autres babioles...les journées qui suivirent furent un enfer-actif, que je ne raconterai pas. QQs temps plus tard, seulette, je constatais que Bitdefender était absent, que l'imprimante aussi. Bref un doctor à 200 € vint s'installer devant les machines inertes ,dans une pièce qui avait tout d'une grande décharge : on te retrouvera tes piles de pap, de lettres etc etc.pleure pas Jeannette. Bref Bitdefender n'était pas fait pour MON modèle; mais au tel, un autre doc pendant 1h dirigea les travaux, avec succès !Mais word était muet, et tout le bazar sauvegardé de l'animal précédent broutait dans des clouds inconnu une herbe plus verte...Le lendemain je tel moi-même à un N° dit de secours, le temps de modifier le parefeu et autres broutilles... Bref, 1 sem plus tard, ça avançait cahin caha et c'est là que j'ai reçu le questionnaire de Satisfaction, jouissif ...si jouissif que le lendemain une voix suave était au bout de mon tel...prendre rv, indispensable...2h 200€ que voulez-vous !!!eh bien non! Voilà lgts que je me sers d'ordis, y compris ceux qui avaient des petites portes avec des gonds et où il fallait d'abord charger le langage ....Aujourd'hui, on se paie la tête des gens, vendeurs incompétents, techniciens idem . Mais pov' chérie, il fallait m'attendre, un Mac, c'était mieux ...c'est pas c'que tu disais avant.Bref, ce soir j'ai réussi à débloquer la WiFi, et à inspecter mon anti -virus, on dirait que, mais l'imprimante annonce une erreur et ne veut pas en démordre.
J'ai la rate qui va mal et du courrier à expédier; un froid sibérien et les plantes dites grasses sont verglacées sur le perron, la grosse berline de mon voisin déborde devant ma porte cochère, je lui rentre dedans !
Quand vs expliquez, Sergio, comment on peut réaliser ces superbes images glacées, j'ai qq envie de glisser des pavés sous les roues de votre Yam adorée...Surtout, ne me donnez pas de conseils, des mails bien intentionnés m'en gavent !!!

Écrit par : lola | 21/01/2016

__________________________________________________

comment on peut réaliser ces superbes images glacées
Écrit par : lola | 21/01/2016

C'est vrai que je les retouche assez peu. Le logiciel pour ces fractales, c'est Gnofract4D ; malheureusement il est fait pour Linux, avec portage sur Mac.

Il y en a un autre qui est très excellent, et cette fois-ci tout indiqué pour Windows, c'est Apophysis ; il comprend même un module de vraie 3D. Quand c'est pour Windows, en général, l'installation est facile ; c'est après que les Athéniens s'attteignissent...

I faut pas mettre des pavés sous ma Yam adorée, passeque dessous, il y a un sabot* ! En Lorraine c'est normal...



* Partie inférieure du carénage

Écrit par : Sergio | 21/01/2016

__________________________________________________

Il est peut-être pas absent, Bitdefender ; seulement il faut aller voir partout sur la machine. Ensuite, ces antivirus, il faut chaque jour récupérer les nouvelles signatures (la parade aux nouveaux virus, quoi), attendu que ces fameux virus sont écrits et lancés par les éditeurs d'antivirus.

Word normalement pareil il a pas dû disparaître ; sinon autant esayer la suite libre (gratuite) Libreoffice : pas de licence, on peut le télécharger l'installer autant de fois que l'on veut, il y a une version Windows. Et bien entendu c'est la même chose, sinon peut-être mieux (c'est Sun d'origine) que la suite Microsoft.

Écrit par : Sergio | 21/01/2016

------------------------------------------

" et tout le bazar sauvegardé de l'animal précédent broutait dans des clouds inconnu une herbe plus verte..."

Magnifique image Lola ! merci.

J'ai abandonné Win pour Mac...Un léger regret mêlé de l' étrange impression d'être un peu neuneu et limitée dans les farfouilles de l'ordi. Sur PC on peut se promener, regarder, faire du lèche-logiciel. On peut même se faire peur; avec Mac tout semble prêt. Impeccablement prêt.
Contre les virus, je filais régulièrement sur Secuser.com où je trouvais tous les patch en cas d'attaque et en deux temps trois mouvements gratuits je terrassais l'infâme. Je ne comprends pas toujours le classement photo des Mac et comme lewshima, préférence pour Amazon music.

Bon courage Lola !

Écrit par : Chiara | 22/01/2016

-------------------------------------------------------------------
Sept ans sur le même ordi portable (mais qui ne bouge pas !) et le même windows avec Chrome et Picasa pour les photos et avast contre les virus....... et, je croise les doigts, aucun problème jusqu'à présent, mais pas d'utilisation de logiciels compliqués pour faire des fractales.... juste plein de recherches sur internet et des petits travaux sous word et excel, pépère quoi ! euh, je voulais dire mémère !!! ;o)

Écrit par : Lucy | 22/01/2016

__________________________________________________

je croise les doigts, aucun problème jusqu'à présent,
Écrit par : Lucy | 22/01/2016

Normalement ça bouge pas ; le seul truc sensible, ce sont les parties mobiles, donc les disques, qui tournent à folle allure. Maintenant ils vont disparaître, remplacés par de la mémoire analogue à celle des clés USB.

Du coup la seule limite va être due au fait que, se compliquant et s'alourdissant en permanence, les logiciels sont appelés à faire ramer la machine ; mais il y a de la marge ! La mienne de station va aussi sur ses sept ans, et no problemo dans toutes les directions : le simulateur de vol, les fractales, la 3D, le son. Seulement j'ai un disque du feu de Dieu, alors là, celui-là, quand il sera fatigué... A priori ça serait dans les dix ans, donc un disque normal, qui tourne deux fois moins vite, logiquement cela devrait être encore plus...

Écrit par : Sergio | 22/01/2016

On peut même se faire peur; avec Mac tout semble prêt. Impeccablement prêt.
Écrit par : Chiara | 22/01/2016

Mais c'est parfait ! Au reste c'est la machine des PME, des artisans ; c'est vraiment bien de pouvoir ne pas s'en occuper, ou peu s'en occuper.

Maintenant si vraiment on veut aller dedans, c'est un Unix (Berkeley) et il y en a mille fois plus que dans Windows qui, vide comme tout, n'est rien d'autre que l'ancien DOS (MS-DOS) avec quand même un affichage graphique ; et cela depuis le début !

Un Mac on commencera à trifouiller lorsque l'on voudra, comme sous Linux, installer des logiciels un peu balèzes à partir des sources. Mais enfin, cela aussi se perd, sous Solaris j'étais amené à tout faire moi-même, ce qui peut prendre des semaines et des semaines, sous Linux maintenant j'ai tout précuit aussi ; ou lyophilisé, quoi...

Écrit par : Sergio | 22/01/2016

Merci pour l'explication fort claire Sergio, mais un logiciel balèze c'est quel type par exemple ? Genre pour les 3D ?

Écrit par : Chiara | 22/01/2016

__________________________________________________

Oui. Les deux méchants sont le son et la 3D.

Le son, parce que comme qui rigole le driver peut s'emparer de toute la mémoire, bloquant la machine ; rien de tel également pour empêcher une machine de booter qu'un driver son qui ne veut pas s'installer correctement : là c'est la réinstallation totale du système assurée !

La 3D c'est différent : beaucoup de calculs, que l'on confie à des cartes graphiques de plus en plus puissantes, chères, gourmandes en énergie, et qui chauffent ; c'est une des raisons pour lesquelles pour une installation fixe mieux vaut éviter les portables. On est menacé d'avoir dans nos machines des cartes graphiques à refroidissement liquide, vaste plomberie, ça peut être très beau mais l'entretien...

La 3D d'exécution, ce sont les simulateurs (avion, train) et surtout ces maudits jeux avec leurs myriades de personnages qui rafalent dans tous les coins : là ça chauffe, affole les ventilos, et au pire plante.

La 3D de modélisation, au départ ce n'était rien, et puis maintenant plus question sans forte carte graphique comme dirait Boug ; curieusement ce sont les cheveux, les poils, les fourrures l'ennemi ; pourquoi ? Il y en a beaucoup, tout simplement. Ou alors faire des sphères, par exemple, de plus en plus sphériques (ce sont toujours quand même des bestiaux à facettes), là ça finit par y aller aussi, ça bouffe ça rame ça plante.

Mais tout ce galimatias n'est que purement informatif ! En quelque sorte c'est surtout pour déballer ma science ; normalement tout cela marche très bien. Tout ce que l'on pourrait dire pour résumer, c'est, si on a l'intention de bien goûter à la 3D, d'éviter les portables, ensuite bien sûr en achetant de voir un peu gros, sans dépasser les prix lambda (quinze cents euros c'est déjà bon, après c'est tout ce qu'on voudra, du luxe, de l'amusement, et je suis bien placé pour le dire !

Écrit par : Sergio | 23/01/2016

______________________________

"je suis bien placé pour le dire !"

Ah oui, mais c'est bien dit, explicité ! merci Sergio...Au cas où, une lubie, un luxe que sais-je je sais à qui demander.

Écrit par : Chiara | 23/01/2016

__________________________________________________

Je me suis quand même rangé des voitures ; mais on ne peut s'empêcher de se dire de temps à autre : qu'est-ce que je fais si, par exemple, mon disque est mort, ou même le processeur crame (il arrive que cela arrive, extrêmement rarement bien sûr).

Adonc je vais jeter un oeil sur les HP, mais normaux, et non plus les stations de travail que l'on compose à façon, avec les risques que cela comporte ; là, vers quinze cents euros on est bon. Mais en regardant de plus près, il y a déjà des options : mémoire, carte graphique très féroce ; on saute à deux mille cinq comme qui rigole ! Donc je me prépare moralement pour trois mille, mais après je débranche la prise sinon ça va recommencer !

Écrit par : Sergio | 23/01/2016

__________________________

Sergio étiez-vous l'un de ses jeunes qui bidouillaient tant et si bien que le ventilo de l'ordi finissait dans la baignoire pour assurer ses fonctions, et que la machine ne crame pas ?

Pfff oui, arrive toujours le moment où l'option raisonnable reste "débrancher la prise", quelle que soit la forme de la prise.

Écrit par : Chiara | 23/01/2016

__________________________________________________

bidouillaient tant et si bien que le ventilo de l'ordi finissait dans la baignoire pour assurer ses fonctions, et que la machine ne crame pas ?
Écrit par : Chiara | 23/01/2016

Ah c'est vrai, il y a l'overclocking, qui consiste à faire tourner le processeur à une cadence supérieure à celle d'origine (une fraction, quand même, pas dix fois plus) ; on n'en parle plus beaucoup, nous sommes dans une phase où le matériel est suffisamment avancé en capacité pour recevoir le logiciel dans des conditions normales ; et comme le propre des institutions est de récupérer les déviances, je crois que l'on doit trouver ce qui (logiciellement s'entend) est nécessaire à l'OVC sur les sites officiels.

Mais c'est vraiment la dernière chose à faire on crame tout vite et bien. C'est comme les motos, d'ailleurs, plus l'ombre d'un magasin de gonflage des moteurs, de petites merveilles propres à faire tousser les pots d'échappement et surtout les autres niais de la même espèce...

Écrit par : Sergio | 23/01/2016

..l'overclocking ça a toujours été pour les joueurs serdgio..il risquaient que de fumer l'proc..c'est pas bien terribe..le moteur gonflé c'était la première chose que pistait l'assureur hen cas de jambe cassée du tiers..ha houi au fait les motos peuvent faire plus de 100cv now?

Écrit par : bouguereau | 24/01/2016

__________________________________________________

ha houi au fait les motos peuvent faire plus de 100cv now?
Écrit par : bouguereau | 24/01/2016

Hé bé je savions point ! On a que des nouvelles sur des hattentas sans intérêt, ici ; et tout ce qui est sérieux... Du coup je vais faire petit j'ai que cent trente chevaux...

Je crois qu'un processeur qui saute ça peut emporter aussi les mémoires... Ca fait un surcoût, quoi...

Écrit par : Sergio | 24/01/2016

Les motos, je ne sais pas, mais aujourd'hui on ne met plus les mains dans le cambouis pour "pousser" les voitures. On prend un informaticien-garagiste ( si, celui qu'a une tite boite magique ), il se branche sur le logiciel de la voiture et hop, il la débride. C'est légal...si on en informe son assureur et tout le toutim, et qu'on paie une taxe en plus. Malheureusement certains débridés s'arrêtent à la première étape et se préparent de dangereux lendemains en cas d'accident.

Écrit par : Chiara | 25/01/2016

Les commentaires sont fermés.