Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2015

Belle noiseuse

belle_noiseuse_f.jpg

 

Alors là je suis hembêté, passeque je crois y en a des d'aucuns je crois qui peut-être je crois l'ont déjà vue, mais j'arrive plus à me souvenir si c'était au temps des halligators géants ou de quinze cent quinze Marignan. Et puis alors comme dirait Christiane c'est pas le printemps, mais comme chacun sait la différence avec les bêtes c'est que précisément y en a pas, j'ai remis comme qui dirait sur le métier cent fois l'ouvrage.

 

De même que plusieurs elle a une histoire ; je voyais pas du tout ni l'assiette ni le roulis ni le tangage que j'allais lui imprimer, donc sec sur la question je refile à la bib je me reprends le film, là-dedans j'avise la scène des poses et c'est parti une demi-heure par soir étude circonstanciée des tenants et des aboutissants de l'intérêt de la mettre couci ou couça. Blocage du film et caetera, l'ombre portée qu'est-ce qu'on en fait où qu'elle va, et toute cette sorte de choses.

 

Finalement j'ai fait exactement comme le gars (le peintre, Piccoli), rien ne m'a plu ni au milieu ni au début ni à la fin donc j'ai tout balancé et après j'ai fait ce que j'avais en tête sans le savoir !

Commentaires

Ce qui est beau et troublant c'est que ce corps est reconnaissable comme celui d'une femme (très belle) et que dans le même temps c'est une sculpture intemporelle faite d'ombres et de lumière, de courbes harmonieuses. Je pense, l'admirant aux nus de Clergue (actuellement exposés au Grand Palais). Il y ajoutait le sable et l'eau des rivages.
Ici, pas d’esbroufe, pas d'obsession "place Stanislas" ou fractale, juste un très beau travail de photographe.
Quelque chose qui donne envie d'entrer dans la vérité de l'artiste. Aucun chemin de traverse : elle est là, belle et charnue comme un fruit d'été et toute l'horreur de ce temps est mise en suspens dans une sorte de silence sacré.

Écrit par : christiane | 03/12/2015

------------------------------------------------------------------
Singulières formes : où peut on acheter une poupée gonflable de cette belle facture ? Comme dinghy de survie en cas de naufrage, c'est bien plus beau qu'un Bombard, tant qu'à passer trois jours dessus... et en cas de non-naufrage.... héhéhé, vous m'avez compris* !
*pardon Christiane, je ne voulais pas choquer, mais la franchise, y a rien de plus sain !

Écrit par : JC..... | 03/12/2015

----------------------------------------------------------------
Silence sacré ? Je suis plutôt partisan du silence bruyant, personnellement ...

Écrit par : JC..... | 03/12/2015

Pour "La belle Noiseuse" de J.Rivette, film complexe dont je garde les scènes sublimes de pose avec le combat Piccoli/Béart (le peintre et son modèle). Il ne s'agit pas de photographie mais d'un épuisement du regard et du geste de ce peintre-dessinateur devant la beauté qu'il n'arrive pas à saisir (Noiseuse Béart !) et d'une mémoire celle d'une toile abandonnée quelques années plus tôt. Une toile qu'il n'a jamais pu terminer. Là, le travail en train de se faire. Passionnant.
"Le chef-d’œuvre inconnu" de Balzac, qui a semble-t-il inspiré Rivette me parait vraiment différent de ce film.

Écrit par : christiane | 03/12/2015

________________________________________________________
Non, JC, pas de bruit accompagnant cette superbe photo. C'est en arrêt. C'est un face-à-face avec la beauté. Rien à voir avec une scène érotique.
Vous êtes polémiste, JC.
Mais vous ne pouvez pas échapper à la beauté immobile de cette photo.

Écrit par : christiane | 03/12/2015

___________________________________________________

Vous êtes polémiste
Écrit par : christiane | 03/12/2015

J'avais un copain qui, à propos d'Athènes, avait cité en composition d'histoire le "Paul-et-Marc" ! Le professeur (qui d'ailleurs publiait) était outré comme rarement vu...

Écrit par : Sergio | 03/12/2015

C'est une photo ou une image de synthèse comme les précédentes ?

Écrit par : Pr Luft | 03/12/2015

___________________________________________________

De la 3D , image de synthèse, donc, mais ce terme peut recouvrir plusieurs choses.

Là ce sont des courbes, déterminées par des points, qui constituent, un peu à la manière d'un treillage métallique, le corps de l'impétrante...

Écrit par : Sergio | 03/12/2015

_________________________________________________
La partie la plus réaliste : ventre (nombril) - bras droit- cuisse.
Celle qui est le plus éloignée de la réalité : le sein droit (serait plus aplati dans le réel et cette courbe en haut à droite de l'image (visage renversé ? Sein gauche ?)
Mais l'ensemble est très harmonieux, même émouvant. Une grande réussite au niveau des ombres/lumières.

Sergio,
je n'ai pas compris le rapport "Paul-et-Marc" à Athènes...

Écrit par : christiane | 03/12/2015

-------------------------------------------------------------------
L'impétrante ? et qu'a-t-elle impétré cette superbe créature ?

Écrit par : Lucy | 03/12/2015

----------------------------------------------------------------
Christiane, le "polémarque" militaire en Grèce antique

Écrit par : Lucy | 03/12/2015

___________________________________________________

Le polémarque : le chef des armées, le généralissime maintenant ; s'il rentrait vaincu... disons qu'il valait mieux ne pas rentrer !

De polemos, la guerre.

Écrit par : Sergio | 03/12/2015

___________________________________________________

L'impétrante ? et qu'a-t-elle impétré cette superbe créature ?
Écrit par : Lucy | 03/12/2015

Déjà le fait, au moins virtuellement, d'être travaillée, et avec quelle application, par mes blanches mains, ce ne qui ne vaut sans doute pas un César...

Écrit par : Sergio | 03/12/2015

___________________________________________________________
Merci, Lucy,
mais je ne comprends toujours pas la remarque de Sergio... chef des armées ou non. Je pensais à Paul, à l'aréopage d'Athènes tentant par un discours habile de rapprocher deux philosophies qui n'ont aucun point commun. Je crois qu'il n'a guère convaincu les philosophes qui l'écoutaient !
Pour "l'impétrante", je comprends "celle qui est à l'origine" et dont Sergio a recouvert le corps (image) d'un réseau de lignes avec lesquelles il pouvait jouer, créer des déformations, des points de vue différents, des éclairages plus ou moins accentués. Le modèle l'a inspiré, semble-t-il.

Écrit par : christiane | 03/12/2015

-------------------------------------------------------------------
Les polémarques des Grecs demandèrent quelques-unes de ces belles armures que l'on fabriquait à Carthage chez Sergio ; le grand-conseil des blogueurs vota des sommes pour cette acquisition. (d'après Flaubert, Salammbô)

Écrit par : Lucy | 03/12/2015

-------------------------------------------------------------------
Ah le "strike" n'a pas marché ici : à Carthage aurait dû être barré pour être remplacé par "chez Sergio" !

Écrit par : Lucy | 03/12/2015

___________________________________________________

ces belles armures que l'on fabriquait à Carthage
Écrit par : Lucy | 03/12/2015

Au début dans les livres d'histoire je me demandais si on les moulait chauffées au rouge sur des gars vivants !

Écrit par : Sergio | 03/12/2015

_________________________________________________________
"Aie !
La douleur."

Écrit par : christiane | 03/12/2015

Quand je pense qu'il en a qui vont jusqu'au Grand Palais pour voir des photos de Lucien Clergue (moi) alors qu'il suffit de faire un arrêt pipi sur Amayerling pour admirer d'aussi pures beautés.
De plus, je suis sûr que Sergio peut nous faire un "langage des sables" en deux trois marées binaires.
Pour les toros, les cornes suffiront.

Écrit par : pado | 04/12/2015

-------------------------------------------------------------------
Christiane, il n'y a sans doute pas grand-chose à comprendre pour "Paul et Marc", si ce n'est que le copain de Sergio connaissait mieux le catéchisme que l'histoire ancienne... et si ça se trouve il ne connaissait même pas le catéchisme mais il avait deux copains Paul et Marc !!!

Ceci dit, sur les pas de Saint Paul, ça fait de belles croisières, ce fut le premier routard....

Écrit par : Lucy | 04/12/2015

y'a un air de 2001 et d'éternelle féminin..hon dirait qu'entre robert & robert y'a 3 parsecs et que ya que yavé qui peut faire le notaire

Écrit par : bouguereau | 04/12/2015

la femme est un chapeau l'homme un tapis brosse..je kiffe assez ce charlot rénateau

http://artmur.com/en/artists/renato-garza-cervera/of-genuine-contemporary-beast/

Écrit par : bouguereau | 04/12/2015

elle a pas le troudballe tanné mais de poussière d'étoile lui c'est la mara des bois..et moi je mets les gaz..vitesse lumière bordel

Écrit par : bouguereau | 04/12/2015

____________________________________________________________
Donc, Pado, vous avez été, vous aussi au Grand Palais. Clergue est un photographe que j'ai découvert dans les années 60 et qui a modifié la photo de nu féminin par ses corps émergeant territoires de sable et d'eau. Le corps dans toute sa splendeur. Ça se passait à Arles, je crois...
Maintenant, que JC et Bouguereau aient l’œil frétillant en regardant la poitrine généreuse de ce nu sculpté par Sergio ne m'étonne guère. C'est, le radeau de la Méduse amélioré -en solitaire- pour l'un, un air-bag pour l'autre. Une joie pour leurs yeux de gourmand.
Ce qui donne de la classe à ce travail est lié également à l'emploi du noir et blanc.
Lucy,
j'ai renoncé à comprendre le rapprochement du polémarque et de l'intempestif JC. Souvent, ici, les mots des uns et des autres caracolent, font carnaval ! costumes multicolores, serpentins, confettis. Une joie espiègle de ceux qui sont de bonne humeur.
Je découvre un beau livre de PMB : "Curieux". Des souvenirs d'une grande fraîcheur, écrits en petites histoires courtes pour fixer ce qui s'efface si vite comme "l'eau qui coule entre les doigts".
Sur la couverture un dessin à la plume de Yann Lefeuvre où des êtres s'emboîtent comme les peluches dans un coffre à jouets de gamin, comme ces gens, ces lieux, ces objets qui font nos souvenirs. Le monde s'en trouve peuplé de tendresse et de patience.

Écrit par : christiane | 04/12/2015

Y a comme un problème avec le sein gauche, qui paraît hypertrophié par rapport au droit.
A moins que le modèle fantasmé de Sergio ne soit une Auvergnate. Là, évidemment, c'est possible. Ça expliquerait le côté Puits de Dôme.
Sinon, très joli, bravo, bien sûr, comme toujours.

Écrit par : vous et moi, nous tous | 04/12/2015

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Christiane : le bruit du silence

https://www.youtube.com/watch?v=qn0QBXMYXsM

Écrit par : Lucy | 04/12/2015

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Christiane : le branle du si luit

https://www.youtube.com/watch?v=qdn0QADRYVcP

Écrit par : Cylu | 04/12/2015

---------------
On efface le sein gauche et la tache de lumière en bas (bras? tête de lit?) et on a un paysage presque abstrait, magnifique.
Faut tout lui dire, au Sergio.

Écrit par : celui qui dit tout à Sergio | 04/12/2015

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Christiane : le sang de bru luit

https://www.youtube.com/watch?v=qcr2LOQCPVcZ

Écrit par : Cylu | 04/12/2015

La belle noiseuse ou la noix baiseuse ? Y a une nuance, bordel.

Écrit par : Pimpin | 04/12/2015

_________________________________________
christiane ! retirez tout de suite ce que vous avez dit !

Écrit par : où ? | 04/12/2015

Écrit par : quand ? | 04/12/2015

Écrit par : qui ? | 04/12/2015

_______________________________________________________________
Lucy,
SIMON & GARFUNKEL - Sound of silence
Joie de retrouver cette belle chanson que j'écoutais en boucle dans les années70.
L'autre lien, je n'ose ouvrir... Bouguereau se cacherait bien dessous cet envoi !

Écrit par : christiane | 04/12/2015

__________________________________________________

le sein gauche, qui paraît hypertrophié par rapport au droit.
Écrit par : vous et moi, nous tous | 04/12/2015

C'est fort vrai ; je l'avais même pas vu. Enfin je veux dire, l'oeil et le cerveau le voient bien, mais des fois l'immédiat, puis l'habitude l'emportent, et cela passe à l'as.

Ici on trouve facilement pourquoi : c'est l'ombre portée du sein gauche qui s'avance trop ; re pourquoi ? Parce que l'éclairage, l'ensemble des points lumineux, que l'on ne voit naturellement pas en tant que tels, est parfois un peu bricolé pour telle ou telle raison, le plus souvent pour arranger un autre défaut !

Cela me fait penser à une chose, c'est qu'il arrive également que la réalité soit incompréhensible à l'oeil pour des raisons analogues, plusieurs arrivées de lumière. Evidemment on se déplace et cela rentre tout de suite dans l'ordre...

Écrit par : Sergio | 04/12/2015

Je me demande si Sergio est le vrai Sergio. Il y a tellement d'usurpateurs sur les blogs...

Écrit par : Pepito Schnautzer | 04/12/2015

___________________________________________________

le vrai
Écrit par : Pepito Schnautzer | 04/12/2015

Haucune importance ! Ce qui compte, c'est ce qui est dit : cela n'appartient pas plus à son locuteur qu'à ses électrocutés... Euh non...

Écrit par : Sergio | 04/12/2015

----------------------------------------------------------
On peut pas écrire des rigoloteries sur le gueblo à Popaul, il les efface. C'est tarte. A quoi ça sert qu'on se décarcasse ?

Écrit par : un jeune commentateur fringant | 04/12/2015

c'est l'effet paralax serdgio..en vérité la lumière de robert et robert viennent avec 9 année de décalage..vu qu'un parsec c'est 3 et des poussières..des poussières grosses comme des montagnes déjà attation..j'aurais bien kiffé éte notaire pour prende mes 25%

Écrit par : bouguereau | 04/12/2015

En tout cas, christiane est convaincue que Lucy n'est pas la vraie Lucy, et on la comprend.
J'ai connu une Lucy. Elle n'était pas du tout comme ça.

Écrit par : Pepito Schnautzer | 04/12/2015

qu'est ce qu'on peut bien écouter en bouche des 70's ..quand j'ai eu ma connexion internet je l'ai connu à 10000 vues..les signes changent mais le temps y te repasse

https://www.youtube.com/watch?v=tIdIqbv7SPo

Écrit par : bouguereau | 04/12/2015

..le batteur y cache 15 kil de marocaine dessous sa veste..j'en veux une pareille

Écrit par : bouguereau | 04/12/2015

__________________________________________________

c'est l'effet paralax
Écrit par : bouguereau | 04/12/2015

Il y a probablement plusieurs causes. Lorsque subsiste une coquetterie, au stade de la modélisation, que je n'arrive pas à faire disparaître, j'essaie de la planquer ; si ce qui est vu du modèle 3D est à peu près correct, alors ce sont les éclairages, qu'il faut reprendre à zéro sinon on s'enfonce encore plus...

Écrit par : Sergio | 04/12/2015

---------------------------------------------------------------
Soyons franc, Sergio .... cette baudruche corporelle, c'est un demi-succès, non ?

Écrit par : JC..... | 04/12/2015

----------------------------------------------------------
C'est terrible, le désœuvrement. Quand je sais pas quoi foutre (ou plutôt non, quand je sais très bien ce que je dois faire mais que j'en ai pas envie), il m'arrive encore d'aller voir la RdL. Or : 1) je peux pas supporter Assouline avec son petit numéro d'intrigant dans les couloirs de la maison des lettres et son manque total de sens littéraire, pour ne pas dire de son incompréhension radicale de ce que peut être un artiste en général ; 2) les commentateurs ne m'intéressent pas dans l'ensemble et il y en a même trois ou quatre qui me font gerber.
Faut être con, hein ?

Écrit par : un con, y a pas à dire | 04/12/2015

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
"et il y en a même trois ou quatre qui me font gerber."

laissez-moi réfléchir..... Bloom, masud al-U, Chaloux, JC, Daaphnée ?

Écrit par : (pas vraiment écrit) | 04/12/2015

___________________________________________________

c'est un demi-succès, non ?
Écrit par : JC..... | 04/12/2015

A quel prix ! J'ai tout enlevé... Ce qu'il y a , c'est que cela correspond réellement à ce que je faisais à l'aérographe (comme dans Rank Xerox !), donc l'honneur est sauf ; mais tu vois, on en retrouve encore ! Je ne sais même pas si je vous la mettrai vue de dos, maintenant je la trouve décevante ; cela peut être dû aussi à une actualisation de mon moteur de rendu, c'est parfois surprenant.

Écrit par : Sergio | 04/12/2015

--------------------------------------------------------------
Merci "pas vraiment écrit" ! Je figure en excellente compagnie .... et franchement vous avez toute votre place dans notre manipule ! A condition de penser un peu.... allez, encore un p'tit effort, ça vous changera !

Écrit par : JC..... | 05/12/2015

---------------------------------------------------------------
Le dos, Sergueï ! le dos .... laisse nous juge !

Écrit par : JC..... | 05/12/2015

_________________________________________________________________
"c'est un demi-succès, non ?"
Que signifierait un plein succès en matière de création ? Nous ne sommes pas face à une photo d'identité mais à une variation qui modulant les ombres déforme les volumes et tire le nu vers une œuvre abstraite qui dévoile les tentatives du créateur. Ainsi cette ombre noire qui pour certains est l'autre sein, pour d'autres une tête de lit ou un visage renversé est une énigme qui cède si on la regarde comme une ombre équilibrant la composition.
Picasso disait à propos de ses visages étranges dans ses œuvres où face et profil de superposaient : "quand on regarde un visage de très près il est disproportionné". Cette intimité guidant le pinceau ou le crayon dessine la mémoire d'un désir, paupières entrouvertes. Paume devinant la courbe d'une joue ou l'érection d'un sein. J'aime les disproportions de cette création jouant de nos analyses en matière de proportions.
Moi aussi j'aimerai voir "le dos".

Écrit par : christiane | 05/12/2015

------------------------------------------------------------------
Moi aussi !!! J'aimerais voir le dodo
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/9/9b/Frohawk_Dodo.png

mais pas "la saumure" ....
________________________________________________

Écrit par : Lucy | 05/12/2015

---------------------------------------------------------------
Un corps représenté de telle sorte n'est pour moi qu'un morceau de viande repoussant .... mon imagination refuse de fonctionner : je préfère jouir de ma répulsion naturelle !
(j'attend chute de reins et joufflu massif ...)

Écrit par : JC..... | 05/12/2015

___________________________________________________________
Après "la belle noiseuse", "la baigneuse" revue par Man Ray. Ce violon... d'Ingres serait peut-être, plus proche du travail de Sergio que cet oiseau fort bien dessiné de J.W. Frohawk mais pas très harmonieux !
https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/c4oknM/rnyR7R8
Et pour votre plaisir on peut zoomer sur la photo !

Écrit par : christiane | 05/12/2015

-------------------------------------------------------------------
J'adore ce violoncelle.

Écrit par : Lucy | 05/12/2015

---------------------------------------------------------------
1924, quelle magnifique joie de vivre libre et en paix partout après la saignée de WWI : vive Man Ray
2015, le désir de mort qui s'abat sur les terrasses, les salles de concert, les artistes, les créateurs, les simples...
Ecrasons l'infâme !

Écrit par : JC..... | 05/12/2015

----------------------------------------------------------
"Bloom, masud al-U, Chaloux, JC, Daaphnée ?"
Écrit par : (pas vraiment écrit) | 04/12/2015

Meuh non, Daaphnée est simplement sotte, elle est insignifiante ; et JC fait le clown blanc, ça va pas pisser très loin.
Bloom est gerbant, oui, avec sa suffisance et son anti-France d'universitaire raté. Et ueda a un discours de propagande construit, il est dangereux, contrairement à JC.
Quant à Chaloux, le pauvre, il essaie d'exister par alias interposé, il fait plus pitié qu'autre chose.

Écrit par : toujours le même con | 05/12/2015

--------------------------------------------------------------
Vous avez du jugement, "toujours le même con", votre pseudo en témoigne....

Écrit par : JC..... | 05/12/2015

-----------------------------------------------------------------
Rétablissons la vérité :
- Daphnée est un ange
- Zhu, un maître à penser exceptionnel
- Bloom, un nouveau Drogo sur les remparts lointains
- Chaloux, l'esprit dans tout ce qu'il est capable d'être
- Moi-même.... tout simplement votre serviteur !

Écrit par : JC..... | 05/12/2015

.......
serviteur, serviteur ! encore faudrait-il servir à quelque chose ! vantard.

Écrit par : Hans Queutard | 05/12/2015

......
je le remets, il a sauté :

serviteur..... serviteur..... encore faut-il servir à quelque chose ! vantard, va.

Écrit par : Hans Queutard | 05/12/2015

ça passe plus ?

Écrit par : test | 05/12/2015

Bonjour, je me présente, je suis Julot.
Alors c'est vrai, le sein gauche est problématique, or les seins gauches ont toujours été mes préférés parce que je suis droitier.
Mais c'est toute la poitrine qui est énorme. Tu l'assois, tu vois que les tétons arrivent presque au nombril.
Et le bras est bizarrement placé.
Sinon, c'est beau, c'est beau, irréel, glacé.
En fait, je voulais dire autre chose, mais je ne sais plus quoi.
A une autre fois, avec plaisir !
Mes hommages à chacune. Continuez, je vous aime, Chiara, christiane, Lucy, Nicole.

P.S. : et c'est quoi, ce petit défaut qu'elle a au-dessus de l'ombilic ?

Écrit par : Julot | 05/12/2015

___________________________________________________

Ha l'odalisque de Chassériau ! Et puis Diane au bain de Boucher...

Écrit par : Sergio | 05/12/2015

__________________________________________________

c'est quoi, ce petit défaut qu'elle a au-dessus de l'ombilic ?
Écrit par : Julot | 05/12/2015

La sorte de gorge, de sillon que l'on trouve entre les deux colonnes d'abdominaux ? J'aime bien la mettre, au moins la rappeler ; mais c'est vrai, il y a un mauvais pincé à un endroit, quelque chose qui ne va pas comme dirait Johnny...

Et la lumière rasante ne passe absolument rien de rien !

Écrit par : Sergio | 05/12/2015

-------------------------------------------------------------------
Justement, à propos de Chassériau, son Esther a le même problème de poitrine que l'impétrante de Sergio :

http://www.louvre.fr/sites/default/files/imagecache/940x768/medias/medias_images/images/louvre-esther-parant-pour-etre.jpg

et ça ne l'empêche pas d'être au Louvre !

Écrit par : Lucy | 05/12/2015

__________________________________________________

Ce qui se passe, et peut-être d'ailleurs par exemple Chassériau ou d'autres n'y sont-ils pas foncièrement étrangers, c'est que, ainsi que Julot l'a fort bien remarqué, j'ai eu la main, sinon lourde, au moins confortable. Bien entendu même en redressant l'ensemble ça serait pas l'effondrement d'Agadir, mais enfin cela ressort un peu à ces petits méfaits que pour rien au monde on renoncerait à commettre, tout en souhaitant, hypocritement avec soi-même ou non, que l'on ne s'en aperçoive au moins pas trop....

Ce que j'en retiens, c'est que, loin de renoncer à mes petites turpitudes, il faudrait arriver à les traiter de manière à, toujours en prenant le Chassériau comme référence, non pas essayer de les masquer mais au contraire les sublimer de manière à en faire, comme lui, quelque chose qui se tienne, toujours si l'on peut dire...

Écrit par : Sergio | 05/12/2015

-------------------------------------------------------------------
Turpitudes… ça me rappelle une histoire de ma jeunesse estudiantine parisienne. Après une sortie en soirée, nous étions allés aux Halles acheter des huîtres et des frites au « Pied de cochon » et nous nous étions retrouvés pour les consommer dans la piaule de copains. Nous étions deux filles assises sur un des lits avec un des garçons, un autre était seul sur un autre lit et un troisième sur une chaise. Celui sur la chaise se mit à discourir, philosophant (il est devenu un écrivain connu depuis) sur celui qui « se vautrait dans les turpitudes avec le beau sexe etc. » A quoi le solitaire sur son lit s’exclama : « j’en voudrais bien une, moi, de turpitude ! »

Écrit par : Lucy | 05/12/2015

----------------------------------------------------------------
Quittons nous sur la notion de "turpitude turgescente" et n'en parlons plus à haute voix ...

Écrit par : JC..... | 05/12/2015

-------------------------------------------------------------------
En manque vous aussi JC ? C'est la faute à Sergio, il vous a trop fait fantasmer avec sa belle noiseuse. Arrêtez de vous faire du mal, éteignez l'ordi, on vous préviendra dès qu'il y aura un prochain billet. Ou alors revenez en arrière voir Sergio courir après les tortues...

Écrit par : Lucy | 05/12/2015

Que signifierait un plein succès en matière de création ?

il y a deux moitiè, une plus grosse que l'autre hon le sait bien..tiens marielle qu'en a fait des tas de moitiés de navets mais qui quelquefois atteint le sublime.."au" pardon
https://www.youtube.com/watch?v=QCq85D5HPJ8

Écrit par : bouguereau | 05/12/2015

___________________________________________________

atteint le sublime..
Écrit par : bouguereau | 05/12/2015

Le pauvre homme ! On voit qu'il a vu...

Écrit par : Sergio | 05/12/2015

__________________________________________________

courir après les tortues...
Écrit par : Lucy | 05/12/2015

Ha mais elles bombaient ! Toutes petites mais elles bombaient... Et les autres, là-haut, les espèces de corbacs de bateau-lavoir ! Ils piquaient comme des Stukas... Remontaient jamais à vide !

En regardant bien à certains moments on discernait une sorte d'organisation sociale : un peu écartées mais pas trop, c'était le mieux pour que le maximum s'en tire...

Écrit par : Sergio | 05/12/2015

_____________________________________________________________
Mais où sont-elles les tortues ?

Écrit par : christiane | 06/12/2015

----------------------------------------------------------------
J'ai essayé de parer le fantasmatique morceau de viande proposé par Sergio de tout un imaginaire érotique destiné à faire passer sa poupée gonflable ratée pour un engin de survie nautique .... Rien n'y a fait ! Si .... le fantasme d'un mégot qui l'embrasse et l'embrase, comme un zeppelin gonflé à l'hydrogène, genre Hindenburg ! Tu parles d'un fantasme, ... Lucy !

Écrit par : JC..... | 06/12/2015

---------------------------------------------------------------
.... et le dos de cette splendeur dodue, Sergio ? il est où le dos du gonflable ...? Pourra t on en apercevoir la valve !? Je turgescente comme un curieux des sciences humaines, je turgesticule comme un porcelet ! Envoyez nous cette colonne vertébrale se terminant par un joufflu explosif, par Cupidon !

Écrit par : JC..... | 06/12/2015

…………
"La sorte de gorge, de sillon que l'on trouve entre les deux colonnes d'abdominaux ?"

que l'on trouve, que l'on trouve… chez les filles qui font du bodybuilding, exclusivement.

Écrit par : Rirette, haltérophile | 06/12/2015

Je veux dire : même moi je l'ai pas. Bon je suis plus toute jeune, vrai, mais faut me voir au développer/couché.

Écrit par : Rirette, haltérophile | 06/12/2015

Sergio bonjour, vous connaissez Edward Weston ? photos de nus, traditionnelles mais exceptionnelles; un gros livre publié en France (ed???) . Les femmes "rayées" de F.Giacobetti, pas mal.. Votre photo me plaît, mais elle est intellectuellement trop réussie, elle ne me fait pas rêver.
( pour les esprits mal tournés, je suis hétéro à 100%!

Écrit par : lola | 06/12/2015


hétéro à 100% ? Moi aussi, ça tombe bien. Proposez-moi un rendez-vous, n'importe où, votre heure sera la mienne.

Écrit par : Julot | 06/12/2015

-----------------------------------------------------------------
Hétéro à 100% !!!!
Eh ! pourquoi rester bloqué à 100% ? Vous pouvez aller jusqu' à 120%, voire 150%, peut-être 200%.... Noel ! Noel ...

Écrit par : JC..... | 06/12/2015

Lola,
bonjour,
je ne suis pas Sergio mais j'ai envie de me glisser dans ce dialogue possible s'il vous répond.
Sergio n'est pas un photographe. Ni Clergue, ni Weston, ni Giacobetti.
C'est un joueur sur ses machines, partagé entre le prévisible et l'accidentel. Son univers est fait de lignes naissant de réseaux graphiques. Ses sources d'inspiration depuis ces temps où je musarde ici, sont la place Stanislas à Nancy, la nuit (souvent), le pavillon de l'Opéra, le musée des Beaux-Arts et autres pavillons... (fenêtres, balustrades, pilastres, lanternes, candélabres, grilles dorées). Une grande fidélité à cette image qu'il retravaille à l'infini. Lieu désert parfois frôlé par une lumière d'aube.
Et des fractales où chacun perçoit une possibilité figurative dans un univers qui ne l'est pas.
J'ai cru comprendre que ce travail qu'il nous offre sur cette page, est ancien. Que ce n'est pas une photographie mais encore un travail avec ses machines, à partir d'un réseau de lignes dont il a enveloppé le corps d'une femme qu'il trouvait belle. Puis, il a joué avec les lumières et les ombres. Les seins ont été source de difficultés comme s'ils devenaient indépendants du reste du corps, plaisir graphique, jeux de lumière et d'ombre.
JC, traduit en demi-succès, poupée gonflable.
Sergio explique que plus il cherchait à les modeler plus ils devenaient extravagants. Il aurait pu entrer dans ce jeu et accentuer leur envahissement de l'image. Je pensais à Picasso faisant de ces "accidents" des pistes de création.
Il prend moins de risques avec ses autres travaux : aucun angle d'attaque !
Ici, s'approchant de la photo, il est jugé en photographe !
Amitié.

Écrit par : christiane | 06/12/2015

" il est jugé en photographe !"

Il est jugé en coupable. Seul un Jack L'Eventreur peut prendre plaisir à gouger la chair au-dessus du nombril.

Écrit par : Judge Roy Bean | 06/12/2015

_____________________________________________________________
C'est un blog étrange, Judge Roy Bean. C'est celui qui regarde qui est regardé ! Sergio met en scène des textes, des images comme des leurres pour attraper les poissons. Mais, comme il les aime vivants, il les rejette à la rivière et regarde le temps passer au fil de l'eau en souriant.

Écrit par : christiane | 06/12/2015

________________
le sein droit est une pure beauté mais pour rester bombé comme ça en position couchée il est obligatoirement siliconé, c'est dommage.

Écrit par : Pr Luft, chirurgien plastoc | 06/12/2015

Je viens d'aller voir le blog "tête de chou", recommandé en haut à gauche. L'auteure me semble légèrement imbue d'elle-même. Quelqu'un la connaît?

Écrit par : Mlle Tortellini | 06/12/2015

pour les esprits mal tournés, je suis hétéro à 100%!

quand je regarde tom of finland chus un gros pédé sur de lui et dominateur..j'entrevois des mondes nouveaux comme dédé à genoux regardant bételgeuse ..la puissance de l'image c'est lespérience de la sortie du corps

Écrit par : bouguereau | 06/12/2015

__________________________________________________

est ancien.
Écrit par : christiane | 06/12/2015

C'est le gros avantage de la 3D : un peu comme les avions, c'est éternel. Sauf en cas de bourde bien sûr, mais même là il m'est arrivé de trouver en pleine exposition, à réfléchir les mains dans les poches, l'origine d'une petite incohérence qui me poursuivait depuis plusieurs années, et qui certes n'était pas autrement gênante.

Le grand moment cela a été, je m'en suis rendu compte après coup, lorsqu'ayant terminé la première travée d'un bâtiment, donc du rez-de-chaussée aux balustres,, il s'est agi de dupliquer cette travée sept fois et de juxtaposer les sept morceaux pour former le bâtiment. Si j'avais gaffé dans mes mesures au demeurant assez rustiques (à l'empan, cela suffit), je me serais retrouvé avec un bidonville genre Amonbofis (Astérix et Cléopâtre) et cela aurait été vraiment décourageant ; heureusement, comme on dit, il n'en fut rien et maintenant les modifications ne portent jamais plus que sur des détails.

Quand je réutilise ces balustrades, et même ces pavés pour la terrasse dans le vide, cela a été quand même assez bien. Ou alors je voulais faire des forêts de lanternes, aussi, je n'ai pas poursuivi...

Écrit par : Sergio | 06/12/2015

_____________________________________________________________
Mam'selle Tortellini. Je ne la connais pas mais la lis souvent sur la RDL. C'est un être complexe qui est avide de reconnaissance dans son passe-temps : l'écriture. Elle écrit bien et facilement mais c'est une guerrière sous ses allures de bergère qui se sert de l'écriture pour lien avec les autres. Elle semble avoir plus qu'un problème d'orgueil une fragilité secrète. Bref, j'arrête là, ne la connaissant pas et n'ayant pas envie de me poser plus de questions.

Écrit par : christiane | 06/12/2015

il est obligatoirement siliconé, c'est dommage

les cuisses étant close c'est une vue mariale du petit jésus..pour ça le 2001..y'a un travelingue qui sent un peu l'aisselle au déo..et encore à peine..vu qudans l'espace on peut péter on nsent rien

Écrit par : bouguereau | 06/12/2015

____________________________________________________________
"le sein droit est une pure beauté mais pour rester bombé comme ça en position couchée il est ..."
Oui, j'ai pensé la même chose mais n'ai pas trouvé la même explication. Je crois que c'est un sein du désir !

Écrit par : christiane | 06/12/2015

_____________________________________________________________
Ah merci, Sergio, pour cette plongée dans votre travail.

Écrit par : christiane | 06/12/2015

Elle semble avoir plus qu'un problème d'orgueil une fragilité secrète. Bref, j'arrête là, ne la connaissant pas

cricri est toujours a suggérer que les autes filles laisse entende qu'elle font la sodomie la deuxième ou troisième fois alors qu'faut attende au moins un mois!..et qu'du coup c'est pas d'jeux..

Écrit par : bouguereau | 06/12/2015

dans l'espace on peut péter on nsent rien

évidemment don doit s'autointoxiquer comme dracul à son clavier..mais jle sais uniquement par la puissance de l'esprit..c'est ça le muscle du ricard et du porc mes ptis chéris

Écrit par : bouguereau | 06/12/2015

----------------------------------------------------------------
Le sein droit qui tient tout seul en l'air ce n'est pas dû au silicone, c'est que Sergio l'a bien gonflé. Le sein gauche est raplapla car il a une fuite ...
Pour la tête de chou (qu'est une tête de courge), elle écrit "bien", ce qui ne veut strictement rien dire, mais toujours en majuscules gonflées à l'orgueil.
Résumé : poupée gonflable égale littérature gonflante.

Écrit par : JC..... | 06/12/2015

Quand je réutilise ces balustrades

alors que bien sur on en a qu'une sergio..et toujours la même recommencée

Écrit par : bouguereau | 06/12/2015

_____________________________________________________________
"elle écrit "bien", ce qui ne veut strictement rien dire"
Exact, JC.
J'essaie donc de préciser/ écriture fluide - habileté à croquer des situations, des personnages - une plume que l'on reconnait - de l'humour.
Pour les majuscules (soit le retour flatteur à elle), Oui, c'est usant ; comme les confidences portant sur les liens qu'elle a ou a eus avec d'autres commentateurs.

Écrit par : christiane | 06/12/2015

___________________________________________________

@Lola : il y a des points communs (Weston), c'est indéniable. Et lui est allé photographier des escargots, des amonites, enfin de ces coquilles que l'on construit à l'aide d'une raison (suite géométrique ou arithmétique), et que l'on retrouve dès qu'on touche aux fractales...

J'ai un bouquin sur les fractales (qui est une école mathématique d'origine à dominante french), on y voit des quadrichromies splendides, qui pourraient faire honte à ce que l'on retrouve un peu partout maintenant, et qui ont été imprimées dans les années quatre-vingts (dans des labos extraordinaires, certes)...

Écrit par : Sergio | 06/12/2015

_________________________________________________________________
mais oui !
"Et lui est allé photographier des escargots, des amonites, enfin de ces coquilles que l'on construit à l'aide d'une raison (suite géométrique ou arithmétique), et que l'on retrouve dès qu'on touche aux fractales..."
Ce sont vos meilleures fractales.

Écrit par : christiane | 06/12/2015

__________________________________________________

toujours la même recommencée
Écrit par : bouguereau | 06/12/2015

Ha mais les cellules changent tout le temps ! toutes les nanosecondes une de perdue dix de retrouvées... C'est comme un avion, quoi, l'important c'est la certification !

C'est pour cela que les toubibs, en un mot comme en cent, eh bien ce sont des ânes, mais alors trois mille fois pires que ceux de Clopine ! On devrait avoir l'immortalité comme n'importe quel séquoia... Faut refuser de crever, un peu comme saint Eloi, et comme disait Riqueti la baïonnette dans le ventre... Euh non...

Écrit par : Sergio | 06/12/2015

Suprêmes éclaircissements, Sergio, Christiane, grazie tante. J'avais compris, grosso modo; mais j'avais pensé immédiatement à E.W,dont je suis fan depuis longtemps. Les bleus de l'image précédente étaient extraordinaires, au sens propre.Dans les années 90 j'avais vu au Museum d'hist.Nat des photos prises au microscope électronique, un poil de patte de mouche, une partie d'un oeil de fourmi, absolument étonnant.Il faudrait créer un accompagnement musical, avec des ondes Martenot ?
Savez-vous, Sergio, vous devriez m'inventer une mâchoire...dans 1 sem. je retourne au CHU , diagnostic du chirg? casser et reconstruire, quoi??
Dans peu, ce sera demain.

Écrit par : lola | 06/12/2015

----------------------------------------------------------------
Sans structure matière organique en bon fonctionnement, nous ne sommes rien.... et nous l'oublions un peu vite !

Écrit par : JC..... | 07/12/2015

une gueule d'amour lolo..t'as des questions bêtes chte jure

Écrit par : bouguereau | 07/12/2015

Sans structure matière organique en bon fonctionnement, nous ne sommes rien.... et nous l'oublions un peu vite !

on l'oublie vite qu'avec hé ! rimembeur un peu tes abattis
https://www.youtube.com/watch?v=Btf_zmovZus

Écrit par : bouguereau | 07/12/2015

Faut refuser de crever

tes abattis consentent à ta place..'souviens toi du vase de soisson et des kils de bière inside' qu'ils disent..et raf

Écrit par : bouguereau | 07/12/2015

Lola,
pourquoi ?
Ressentez-vous une gêne actuellement ?

Écrit par : christiane | 07/12/2015

Y a comme un problème avec le sein gauche, qui paraît hypertrophié par rapport au droit.
A moins que le modèle fantasmé de Sergio ne soit une Auvergnate. Là, évidemment, c'est possible. Ça expliquerait le côté Puits de Dôme.
Sinon, très joli, bravo, bien sûr, comme toujours.

Écrit par : vous | 04/12/2015 Écrit par : moi | 04/12/2015 Écrit par : vous et moi | 04/12/2015 | 07/12/2015

Y a comme un problème avec le sein gauche, qui paraît hypertrophié par rapport au droit.
A moins que le modèle fantasmé de Sergio ne soit une Auvergnate. Là, évidemment, c'est possible. Ça expliquerait le côté Puits de Dôme.
Sinon, très joli, bravo, bien sûr, comme toujours.

Écrit par : vous | 04/12/2015 Écrit par : moi | 04/12/2015 Écrit par : vous et moi | 04/12/2015 | 07/12/2015

Christiane, ça yêt, on est demain. Vous écrivez, ici, des choses qui valent tout ce que vous écrivez ailleurs.Ex: "S.met en scène des images comme des leurres pour attraper les petits poissons.."
Pour moi, sound of silence. if everything seems to be running AMOK"
Pas lu un livre depuis 2 mois; regarder des images, possible; j'attends l'équinoxe de printemps !No matter,je peux boire ,avec une paille, comme dans la chanson d'Aznavour" ils buvaient des cafés frappés.."
Comme dirait C.P, ce n'est pas le sujet !le sujet, tout de suite: où trouver un petit déj ...à la cabane bambou !Thé et sympathie,avec du soleil , je vous en envoie des morceaux, hop, attrapez ! L.

Écrit par : lola | 07/12/2015

___________________________________________________
Hello, Lola,
attrapé les morceaux de soleil ! Merci.
attrapé aussi ces mots sur le blog d'une jardinière ("fleur de patience") qui aime les fleurs et les mots :
"Il existe dans la langue française un mot pour définir une vertu rare et désuète. C'est le mot Patience.
Cette vertu est coutumière aux jardiniers mais elle s'impose encore plus à eux, en ce printemps maussade. Nous sommes tous condamnés au repos forcé dans nos maisons alors que la pluie éclabousse nos fleurs, pourrit nos semis, inonde nos pelouses...
Que faire, sinon s'armer de patience. Et pourtant, nous ne sommes pas des belliqueux, au contraire ! Notre arme est pacifique et permet de supporter avec calme et sang froid les moments irritants ou pénibles que nous traversons.
Vauvenargues le moraliste, définissait ainsi cette vertu : "la patience est l'art d'espérer". Quoique un peu réductrice, cette formule concise s'adapte bien aux jardiniers que nous sommes.
Espérons donc le retour de notre bon vieux soleil, égaré au cœur d'une cohorte de nuages turbulents. Il nous reviendra scintillant et glorieux pour raviver nos fleurs, faire germer nos graines, sécher nos pelouses. Nous retrouverons alors nos jardins avec des airs de convalescents, le moral raffermi, le sourire aux lèvres...
J'ignore s'il existe une "fleur de patience". Je l'imagine, discrète et vigoureuse, dans la houle verte du blé en herbe, guettant patiemment la maturité des épis pour fleurir à son tour... Le bleuet, peut-être ?
Je sais cependant qu'il existe, pour avoir lu le livre d'Atiq Rahimi, "Syngué sabour" dans la mythologie perse une "pierre de patience", traduction du titre étrange de ce livre envoutant dont on a fait récemment un très beau film. Il s'agit d'une pierre magique, réceptacle silencieux de toutes nos déceptions, nos souffrances, nos misères. Elle écoute tout ce que nous n'osons pas révéler aux autres, absorbant patiemment nos plus intimes secrets, jusqu'au jour où elle éclate. Et ce jour là, nous sommes délivrés.
Patience... un mot plein de douceur... une valeur à réhabiliter.
"Syngué sabour", un livre à lire (prix Goncourt 2008),... "
Écrire "Lola" c'est comme écrire "patience"...

Écrit par : christiane | 07/12/2015

___________________________________________________

m'inventer une mâchoire..
Écrit par : lola | 06/12/2015

On va faire des commandes gruppiert ; déjà Boug il lui faut des dents c'est un jeune lou-ou. Mais alors i faut pas que mes fractales s'amusent à faire du sans dents... Déjà que j'arrive pas à trouver mes rasoirs pour barbe molle !

Écrit par : Sergio | 07/12/2015

Les barbes molles, ça sert à rien.

Écrit par : Pimpin ? | 07/12/2015

Christiane, elle existe la "fleur de patience", c'est la fleur du "Rumex obtusifolius", cette plante est aussi appelée la Doche ou Grande doche en Normandie (attention je n'ai pas écrit : grande duduche !)
Il existe aussi :

La patience des moines (Rumex patientia),
La patience d'eau ou patience aquatique.

Et le prénom Patience, féminin bien sûr ! au masculin c'est juste un "patient" qui attend qu'on s'occupe de lui...

Écrit par : Lucy | 07/12/2015

-------------------------------------------------------------------
Vous connaissez "la princesse Angine" de Roland Topor ? et son chancelier le marquis des Vitamines ? Eh bien dans ce conte il y a aussi les frères Barbe : Barbe Noire, Barbe Verte.... et Barbe Molle !

Écrit par : Lucy | 07/12/2015

___________________________________________________________
Oh, Lucy, j'aime bien votre œil de botaniste. J'ai cherché et trouvé des petits indices qui vont bien à Lola :
"C'est une plante sauvage que l'on trouve très souvent dans les jardins ou sur les talus. La pollinisation s'effectue par le vent et les semis spontanés sont très fréquents. De nos jours, elle est généralement considérée comme une mauvaise herbe...."

(Libre, donc, se posant où elle veut, quand elle veut. Se déguise en mauvaise herbe pour éloigner les curieux. Laisse ses mots portés par le vent. Et, ô surprise, ses feuilles sont dentelées !)

Écrit par : christiane | 07/12/2015

__________________________________________________

attention je n'ai pas écrit : grande duduche !
Écrit par : Lucy | 07/12/2015

A cause de Danièle Gilbert ? Elle était pas pourvue comme cela, quand même... Mais elle a posé dans Lui ! C'est un fait d'armes, ça... Elle était d'ailleurs beaucoup mieux que ce à quoi on eût pu s'attendre... En tous cas c'est la seule Auvergnate que je vois à l'horizon !

Écrit par : Sergio | 07/12/2015

-------------------------------------------------------------------
Sergio, c'est Grande doche qui m'a fait penser à Grande Duduche, qui d'ailleurs à l'origine était LE "Grand Duduche" personnage de Cabu.

Danielle Gilbert est très sympathique d'après une amie qui la connait.

Mais je ne vous parlais pas d'Auvergnate mais de Normande !

Écrit par : Lucy | 07/12/2015

Dans mes bras Lucy, vous avez prononcé le mot magique, Topor. Topor fut et est encore le Grand Amour de ma vie . Ce type fut un génie;Angine,Joko, four roses for Lucienne,portrait en pied de Suzanne; tous ses dessins ou quasi tous. De quoi réveiller des morts-vivants. Un soir,après avoir vu Zartan par le grand Magic Circus, j'ai filé au Drugstore pour changer d'habits,illico. Irrésistible; se décrasser avec une grande courgette séchée et s'habiller avec des pampilles;houla,hoop!
Sergio, faites gaffe, les 2 machoires partent de l'oreille,c'est là où il y a des tas d'os ajustés au mmtre,et qui refusent de se recoller à l'identique; si vous passez par l'étape fractale, il va me falloir du chatterton,au km...attendez-zun peu; toutes les heures j'articule "Dniepropetrovsk ,10 fois;pour amadouer les mandibules, ya pas mieux...paraît-il.
Christiane, je vous aime percutante; quand vous assassinez en 2 phrases vous êtes au meilleur; je déteste qu'on pleure sur ma tombe, cela me rend nerveuse ! Merci ! L

Écrit par : lola | 07/12/2015

___________________________________________________

tes abattis consentent à ta place..
Écrit par : bouguereau | 07/12/2015

Maintenant il y a des infirmiers qui te font pratiquement de la pub pour les coeurs artificiels ! Des keummerciaux comme dirait MàC...

Écrit par : Sergio | 07/12/2015

___________________________________________________________
Vous assassiner, Lola !
bigre...
Je ne vais quand même pas danser la carmargnole alors que vous allez encore souffrir !
"La patience", je trouvais cela pas mal. "La pierre de patience", aussi.
Mes méchancetés c'est parfois quand le ciel est bas et que les mots mettent leurs gants de boxe. Ça bondit hors de moi comme ces bagarres autrefois à l'école de filles. On se tirait les nattes, on se griffait, se mordait puis on repartait en riant quand l'instit en blouse grise et armée d'un sifflet nous envoyait au piquet. Les ennemies alors devenaient les meilleures amies du monde pour crier à l'injustice.

Écrit par : christiane | 07/12/2015

---------------------------------------------------------------
Pour avoir tenu la main* de la parturiente qui mettait au monde, au coup par coup, mes trois fils, je sais combien une femme peut endurer la pire souffrance même si tout se passe "bien", dans de bonnes conditions....
Courage Lola ! ...
et vous Christiane, ôtez moi ces gants de boxe et faites vous les ongles ... quelle brute vous faites, petite fille !
*que peux faire un homme dans ce cas là sinon rester muet devant la violente et puissante beauté de l'acte ?

Écrit par : JC..... | 08/12/2015

__________________________________________________________________
Aucun homme, je crois, JC, n'a dans sa mémoire de garçon, ces paroles terribles : - Une fille ça ne se bagarre pas ! Une fille ça ne répond pas !
Je crois que mes réparties orageuses de ce temps renvoient la balle, au-delà de la querelle choisie par inadvertance, à tous les censeurs qui s'épuisaient à me parer comme une sage poupée avec des nœuds dans les cheveux et des soquettes blanches à bord dentelle.
Des paroles sont restées mordues de langue, des poings sont restés pierres de patience à fond de poche. Alors , parfois, JC, ça monte, ça monte et ça dégueule au-delà de la bienséance. La vieille dame indigne n'écrit pas que des romans miel et sucre.
Vous pourriez être une fille !

Écrit par : christiane | 08/12/2015

Christiane, est-ce vous que j'ai rencontrée l'autre jour?

Écrit par : Pierre Laforêt | 08/12/2015

_______________________________________________________________
Sur le clocher ? Mais bien sûr, Pierre. Je vous remercie de m'avoir aidée à changer l'orientation de la girouette. Nous avons maintenant un vent du sud bien agréable. Pourriez-vous également réparer le gnomon du cadran solaire ? Depuis que Lola a chuté dessus, son ombre indique des heures extravagantes. Ah, un dernier point mais non le moindre, c'est à propos du silence. Sous la table du cadran bat un cœur. Son rythme devient irrégulier cette semaine. Je ne l'entends plus. Une ablation par radiofréquence est peut-être souhaitable jusqu'à dimanche.

Écrit par : christiane | 08/12/2015

Comptez sur moi.

Écrit par : Pierre Laforêt | 08/12/2015

-------------------------------------------------------------------
Chaque fois que je lis "gnomon", je sors mon Da Vinci code ! c'est là que j'ai découvert ce terme bizarre, gnomon, gnome, familier à Paracelse, alchimie, sortilèges....

Lola, j'espère que vous trouverez un sortilège pour vous soulager. J'envois ma fée Clochette vers vous.

J'aimais aussi beaucoup Topor, surtout l'entendre.

Écrit par : Lucy | 08/12/2015

_____________________________________________________________
Gnomon ? mais Lucy c'est le style du cadran solaire. Topor... "Il faut être menteur, égoïste, immoral, c'est de l'autodéfense", aimait-il revendiquer avec pudeur.
(Un copain à JC ?)
J'aimais son vacillement entre méchanceté et tendresse, surtout dans ses dessins.
Un doc stupéfiant :
http://www.dailymotion.com/video/xa66sy_oeuvres-de-r-topor_creation

Écrit par : christiane | 08/12/2015

Topor est sorti avec ma sœur. Le pauvre vieux, elle lui a fait baver des ronds de chapeau.

Écrit par : Pierre Laforêt | 08/12/2015

Ma sœur s'appelle Lucy, au fait. Mais ça m'étonnerait que ce soit la même, elle a aujourd'hui 74 ans.

Écrit par : Pierre Laforêt | 08/12/2015

Christiane, toujours je vous ai trouvéé d'une patience..adorable; nullement méchante; mais quand en 3 mots vous allez droit au but, c'est super chouette .Ailleurs il est question de Beckett, écrit-il bien, mal etc...Il ne fait pas des rédactions bien léchées de 4° ! il choisit un matériau,qu'il maîtrise mal--dit-il, et il lâche en liberté des clowns qui ont des chapeaux, des godasses mal lacées, qui crient,on y va, et qui restent sur place. J'essaie de me rappeler la jouissance absolue d'aller au théâtre vers la fin des années 60, les dates s'emmêlent ,pas les émotions. Arrabal, le living thé^tre, le bread and puppet, le regard du sourd un peu plus tard, je crois; la cantatrice etc...on hurlait de rire, on discutait jusqu'à plus soif, on n'avait pas envie de se faire mettre sous cloche. Fabuleux. Maintenant....misérable.Quelle chance pour vous,Lucy,d'avoir entendu Topor, en vrai .Un tel mélange de lyrisme, d'émotion, maîtrisée, de cruauté,d'humour, de dérision;"Lucienne, Suzanne" sont 2 chefs-d'oeuvre,aussi.
Pan sur le bec; pas question de m'apitoyer sur mon sort; quelle idée de se balader en courant sur une place pleine de canalisations qui débordent d'un bitume défoncé avec des pavés et des cailloux,restes de trous mal rebouchés....je sais que ma voix ne sera plus la même et que que que.Pan sur le bec, je pourrais être défigurée, je n'ai que la machoire de travers,ça se voit,à peine;
en somme un accident de parcours,charmant ! Fini, maintenant.Aucune souffrance, ça grince seulement derrière les oreilles quand je parle. Alors, fini,fini.
Sergio, inventez des bruits en couleurs; et hurlons dans les rues quand les haut-parleurs déversent Petit Papa Noël le long des trottoirs.

Écrit par : lola | 08/12/2015

__________________________________________
A y est, Sergio !
On avait dit : à 128 commentaires, on change d'image.
C'est maintenant.

Écrit par : Le compte est bon | 08/12/2015

___________________________________________________

https://www.youtube.com/watch?v=IrFqDzPPGE8

Écrit par : Sergio | 08/12/2015

Ah non c'est pas encore Noël ho !

Écrit par : est-ce que j'ai une gueule de beau sapin | 08/12/2015

_________________________________________
Voici ce qu'écrit le petit con habituel sur la RdL:

En attendant Dingo dit: 8 décembre 2015 à 15 h 30 min
ah! le blog de Sergio, quel pied ! des conversations pleurnicheuses de pieuses mémères avec des vieux pochtrons, c’est très gai.

Écrit par : Pr Luft | 08/12/2015

pieuses mémères, pieuses mémères...
DHH croyait que Lola était une jeunette de vingt ans, alors hein !

Écrit par : Pr Luft | 08/12/2015

______________________________________________________________
Lola... lucy... Sergio... Pierre-D... JC.... Chiara... Bouguereau... Pado...

Donc, en trois mots pour faire plaisir à Lola !

Comme dans la scène de cabaret du "Van Gogh" de Pialat, cette Marche hiératique où les couples passent et repassent, dignes, solidaires. Danseurs alignés regardant droit devant. Comme un défi.
Ici aussi, une marche comme un défi. Tenter d'être. Possédés par le vide et le vertige mais solidaires. Faire de ces mots dérisoires, un acte chaque jour. Un temps hors du dédale du temps. Le plongeon dans l'inconnu des mots de l'autre et les reprendre au bond sans dessein préalable.
Coulures de mots comme sur les toiles de Bram Van Velde ou dans les dialogues des gentlemen clochards de Beckett. Un commun désir d'être ensemble le temps de lire et de pianoter sur le clavier pour résister, échapper, au temps, au doute, à l'angoisse, à l'ennui. Venir ici c'est trouver de l'espace. Boire une grande goulée de liberté. C'est un terrain de jeux pour maux et mots, un registre joyeux, déconcertant et véhément. Une insurrection. Le temps de dénuder l'être profond quand soudain les mots crépitent, impétueux. Un temps bref de phosphore d'allumette. Pas besoin de plaire, de séduire. Il suffit d'être sans danger d'identification. Chaque clown a sa défroque, son costume de mots. La paix par la blessure et par le rire . L'empoignade chaleureuse. Et Eve qui fut la première à parler au serpent. Une femme.
La répétition, le ressassement. De Beckett à Gertrude Stein. Les logographes poreux de Gertrude Stein que Beckett prisait tout en se moquant d'elle ("la pauvre dame" trop narcissique, trop radieuse, trop jouissant de son écriture : "The making of américans"). Chez Beckett ("Watt") : bégaiement, balbutiements, parole volontairement pauvre, saturation, incapacité de dire. Ça fait des trous qu'il essaie de remplir de langage. L'innommable.

Écrit par : christiane | 08/12/2015

___________________________________________________

Ah non c'est pas encore Noël ho !
Écrit par : est-ce que j'ai une gueule de beau sapin | 08/12/2015

Houla raide comme balle qu'il y a des villages de Noël (au moins deux, c'est des négociations terribles !) dans le centre, et depuis un bon mois...

Écrit par : Sergio | 08/12/2015

ça vire au weinartsmart ici..sergio va fourguer ses 2 vieux sabots accroché au mur à coté dson lit ou qu'il fourre ses durex neufs et ses vieux..surtout qu'il confond

Écrit par : bouguereau | 16/12/2015

-------------------------
Sergio, les petits bonhommes de D ça complique trop. Soit ils nous ont vus, donc trop forts...z' ont eu peur et sont repartis in very fast soucoupes; soit ils nous cherchent toujours ( comme nous ) donc sont pas plus avancés que nous, donc pas plus fortiches. ( Fallait pas me casser mon origami !)

Écrit par : Chiara | 18/12/2015

Les commentaires sont fermés.