Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2015

Le Marcello

Voilà voilà :

1) Le Tramway (Claude Simon) porte en épigraphe (c'est cela, non ?) cette déclaration de Proust : "L'image étant le seul élément essentiel, la simplification consistant à supprimer purement et simplement les personnages réels serait un perfectionnement décisif.") ; intéressant...

2) A un ami compositeur, ledit Marcel confiait ses hésitations entre la musique et la littérature, parce que la musique est déjà en soi considérablement abstraite ; encore mieux..

3) Dans le Sainte-Beuve, et les premières pages de la Recherche, il se propose de partir en guerre contre l'identité ; magnifique !

Eh bien il ne fait rien de tout cela...

C'est vrai que ces terribles phrases, où quoi qu'il arrive il dit absolument tout, pourraient presque être qualifiées de "scolaires". Où est la puissance épique d'un Ferdine ?

Seulement il faut reconnaître que, si l'on se passe le plus souvent d'envolées, ce qu'il dit est extrêmement sérieux, assis, vérifié, indiscutable, complet n'en parlons plus ; on aime bien retrouver pour la première fois chez un auteur ou un autre une pensée que l'on a parfois et que l'on n'a jamais vue imprimée.

En clair, on n'a pas la transcendance promise par les trois items du début, mais le fond est tellement travaillé, va tellement plus loin que ce que l'on a pu lire avant...

Enfin, il y en a quand même, de la vibration dans le texte : je me souviens entre autres, à Balbec, des retours bourrés seul dans son phaéton après s'être fait rincer par Saint-Loup la soirée entière...

17:24 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (34)

Commentaires

supprimer purement et simplement les personnages

comme clopine quand l'olibos lui taquine l'oignon il n'a besoin de personne...l'être et sa propriété

Écrit par : bouguereau | 21/07/2015

la musique est déjà en soi considérablement abstraite

tant que ça ne fait pas un bon vingt centimètre on ne sent rien..dire de la musique qu'elle est "abstraite" c'est surement penser qu'un pet de none c'est dla métaphysique..

Écrit par : bouguereau | 21/07/2015

.
il n'a besoin de personne...l'être et sa propriété
Écrit par : bouguereau | 21/07/2015

Non mais là je truande effrontément pire que Cascade ! Le Marcello il stipule bien "personnages réels" : autant dire que... on fait ce qu'on veut ! Surtout lui... La musique et la peinture on peut sortir de l'humanité ; là les lettres, en dehors de quelques trucs expérimentaux qui maintiendront pas éveillé plus de vingt minutes...

Écrit par : Sergio | 21/07/2015

La musique et la peinture on peut sortir de l'humanité

ça rente ça sort..ça fait ressort

Écrit par : bouguereau | 22/07/2015

Votre Proutprout était une fiote, un point c'est tout.

Écrit par : Dupont-Lajoie | 22/07/2015

..mais ferme ta sale gueule de keupu jicé

Écrit par : bouguereau | 22/07/2015

"Eh bien il ne fait rien de tout cela..."
Autant j'aime m'enfouir dans la Recherche autant je déteste ces maximes dont on peut toujours prendre le contre-pied. Écrire est pour Proust d'une telle profondeur, d'une telle obsession. Qu'aurait-il fait de sa vie sans écrire ?
Après, les uns et les autres - pas seulement Proust- se critiquent, se mordent, inventent des sentences un peu rigides, pseudo scientifiques où ils se prennent très au sérieux et sont alors vraiment pénibles !

Écrit par : christiane | 22/07/2015

Soyons sérieux : pourquoi aller lire ce tordu, ce malade, cette fiote asthmatique de Marcelito Proutprout ? Pour faire comme les connards qui jouent à l'intelligent en lui léchant les jarretelles ?

Ce Marcel Proust est nul.... !

ADMETTEZ QU'IL EST MORT, ET N'INTERESSERA PLUS PERSONNE DANS 10 à 20 ANS*

* comme par grâce divine, les majuscules sont arrivées sans prévenir. Dont acte !

Écrit par : JC..... | 22/07/2015

.
.
.
Ne perdez pas votre temps ! le temps c'est de l'argent ! et il en faut, de l'argent ! un maximum ! Car l'argent ... c'est le sang qui coule dans vos strings. Sans argent pas de création liées à l'enfantement...

Et Marcelito Proutprout, la fiote au calame sec... les enfants.... il ne sait pas ce que c'est, comme bonheur animal.

Écrit par : JC..... | 22/07/2015

.
ADMETTEZ QU'IL EST MORT, ET N'INTERESSERA PLUS PERSONNE DANS 10 à 20 ANS*
Écrit par : JC..... | 22/07/2015

Mais il est mort en vingt-deux ! Et vingt-deux d'avant, pas de maintenant... Et pourtant il y a des obnubilés comme moi par exemple ma gueule qui le lisent énormément... Et le relisent !

Il y a des spécialistes de la spécialité, c'est tous les ans ! Là faut le faire ! Les quinze tomes... Six mois c'est au galop ! Et nous alors on pourrait même plus... Avec tout ce qu'on a lu écrit bavassé ça réminiscerait à chaque mot on reviendrait en arrière et même en avant au bout d'une semaine on n'aurait pas fait la page !

Et des curieux des sans grade il y en a des légions des phalanges... Après ils font comme nous ils savent tout par coeur ! Dûment...

Écrit par : Sergio | 22/07/2015

J'imagine Proust, écrivant dans le silence, dépliant les êtres avec ses mots. Quelle puissance d'observation ! Il est tellement imprévisible, nous attend au tournant ! Que d'impressions allant d'un personnage à l'autre, de personnages entre eux. Il les scrute comme un entomologiste, les inclut dans des petites scènes où ils sont percés à jour. Un jeu de correspondances s'instaure. Comment entrer dans la Recherche et refuser de l'explorer ? Comment oublier que Proust s'est découvert en l'écrivant ?
Tant de personnages inoubliables : Albertine, Gilberte, Swann, Saint-loup, Charlus, les Verdurin, la grand-mère, la mère, Bergotte, les jeunes filles... en fleur... Tant d'images aussi, inoubliables.

Et pour en revenir au billet de Sergio, dans le chapitre II, d'"Albertine disparue", ces lignes (p.2058 dans la Quarto Gallimard) :
"L'habitude de penser empêche parfois d'éprouver le réel, immunise contre lui, le fait paraître de la pensée encore.
Il n'y a pas une idée qui ne porte en elle sa réfutation possible, un mot le mot contraire."

Et la beauté lucide de cette pensée ("Albertine disparue - chapitre IV, p.2127) :
"Car il a en monde où tout s'use, où tout périt, une chose qui tombe en ruine, qui se détruit encore plus complètement, en laissant encore moins de vestiges que la beauté : c'est le chagrin."

Écrit par : christiane | 22/07/2015

Putain, JC, on a bien le droit de lire ce qu'on veut, non ? T'aimes pas, on le sait, tu l'as assez répété, mais nom de dlà, fous la paix à ceux que ça intéresse. T'es un vrai totalitariste, toi, un censeur né. Y a des gens qui n'ont pas les mêmes goûts que toi sur des tas de sujets et t'arrives pas à te fourrer ça dans le crâne.
Toujours à vouloir foutre une camisole à tout le monde.
Je sais plus qui disait que t'avais été élevé chez les curés, eh ben ça se confirme.

Écrit par : Albert Franchion | 22/07/2015

.
élevé chez les curés
Écrit par : Albert Franchion | 22/07/2015

C'est du solide, hein ! Y a qu'à voir Коба... Halors moi mon père quand je foutais encore plus rien que rien, c'était sûr j'allais aller en pension... Alors ensuite si ça empirait récidivait c'était chez les curés... Mais le pire du pire c'étaient les maristes ! Je sais pas comment ils vivaient, ces gars-là, mais alors dis donc...

Écrit par : Sergio | 22/07/2015

.
"L'habitude de penser empêche parfois d'éprouver le réel, immunise contre lui, le fait paraître de la pensée encore.

Un jour un copain m'a dit : "et n'oublie pas que si tu rencontres un autobus, c'est quand même toi qui as raison !"

Et c'est arrivé... Un tramway, même ! Heureusement à Nancy ils tombent en panne tous les dix centimètres... On s'est pas touché... Quand même il me regardait de haut, hein ! Et puis tout ce métal, ça fait réfléchir...

Écrit par : Sergio | 22/07/2015

.
.
.
Je t'empêche pas de lire, couillon de Franchon ! Je me fous de te mettre une camisole.... tu t'en charges avec ton cerveau lent et tes rigidités bloquantes !

Je dis et répète que je trouve ce travail de Proutprout, ce monde inintéressant, ces insectes observés , nul à chier : c'est mon droit, de me répéter, non ? Tout le monde n'est pas doté, comme toi, d'une imagination riche, puissante, créative !!! ....

Amitiés à tes ânes ....

Écrit par : JC..... | 23/07/2015

Amitiés à tes ânes ....

..faire des enfants a grandes oreilles rien que pour les mieux zumilier devant la maitresse..c'est créatif mangiafoco

Écrit par : bouguereau | 23/07/2015

Un tramway, même ! Heureusement à Nancy ils tombent en panne tous les dix centimètres...

enfant d'putin qu'est ce que ça doit faire mal..

Écrit par : bouguereau | 23/07/2015

ADMETTEZ QU'IL EST MORT, ET N'INTERESSERA PLUS PERSONNE DANS 10 à 20 ANS*

plusse de jogging moins de ricard et ça te fait encore 30 piges aurait dit berkeley

Écrit par : bouguereau | 23/07/2015

.
.
.
.
A la rigueur, afin de vous prouver mon ouverture d'esprit, ma tolérance, et mon attachement aux réalités nutritionnelles de ce monde :
"LE MARCELLO, ce serait un nom de sandwich magnifique chez Mc Donald. Rondelle plate et sans goût...ne valant pas cher !"
.

Écrit par : JC..... | 23/07/2015

.
A côté de la gare de l'Est, il y a un Maquedeau, avec un premier étage ; ce premier étage est aménagé en chalet de nécessité. Afin que l'on ne vienne pas y compisser des îles Fidji, de la Tasmanie comme dirait JC ou même des ruines de Pearl Harbor, la machinerie est à code.

Donc je résume si on y va d'abord l'homme aux pizzas en bas avec un calot de papier su la tête donne le code et ensuite on grimpe... Ah oui c'est pas aux pizzas mais ça fait pareil.

Question : quel est ce code ?

Bon comme je pense pas que vous soyez déportés dans l'Est, ce qui est fort dommage par ailleurs, je vous le donne :

1664

Sans dec... Ha c'est bien les réunions à Paname au petit matin quand la brise luit !

Écrit par : Sergio | 23/07/2015

.
enfant d'putin qu'est ce que ça doit faire mal..
Écrit par : bouguereau | 23/07/2015

C'est vrai qu'il est venu par derrière, hein ! I glissait sur ses rails... En plus dedans les contrôleurs c'est par cinq ! Ca fait toujours cinq flics de moins tu me diras...

Écrit par : Sergio | 23/07/2015

peuh..clopine n'aurait rien sentu

Écrit par : bouguereau | 23/07/2015

1664

c'est marignan !

Écrit par : bouguereau | 23/07/2015

Mais qu'il est con, mais qu'il est con, ce jicé.
Il va essayer de pourrir ce blog comme les autres. Pauvre Sergio, vous ne méritiez pas ça, camarade culturiste.
Bon, je m'y remets. Ça va pas, ce matin, je cale à 70 au développer-couché.

Écrit par : Rirette, haltérophile | 24/07/2015

.
.
.
Mais Rirette, vous êtes magnifique, au déconné-à jeter ! Quelle belle naine gonflette, vous faites !

Écrit par : JC..... | 24/07/2015

.
je cale à 70 au développer-couché.
Écrit par : Rirette, haltérophile | 24/07/2015

Ca dépend combien de reps ! On peut caler à une seule, donc ce que l'on appelle "faire un maxi", mais aussi avec des charges moindres et même la barre nue ; dans les soixante reps, par là, pour une vingt kilos...

Je devrais pas trop le raconter, mais je me suis déjà pris la cent dix ! Après ça commence quand même à être chaud... La cent dix justement à Nancy tout seul chez soi (ou dans une autre salle), dans les années deux mille il y a un gus qui se l'est prise, mais il a dû être surpris il est mort écrasé, le gars... J'en sais pas plus j'ai quand même continué mes excentricités ! Quand on est con euh... Faut dire je peux pas sacquer qu'il y ait des pareurs ! Ha le beuf...

Écrit par : Sergio | 24/07/2015

.
Bon alors seize cent soixante-quatre c'est Marignan ou c'est pas Marignan ? Ou c'est les éléphants d'Hannibal ?

Écrit par : Sergio | 24/07/2015

.
gonflette
Écrit par : JC..... | 24/07/2015

Pour ça faut pas s'embêter y aller directos aux compléments... L'unité de compte là-dedans c'est l'équivalent en blancs de poulet ; marrant... L'inconvénient c'est que c'est des bonbons qui coûtent bonbon !

Écrit par : Sergio | 24/07/2015

dabord on dit -la-16 on dit pas "en 16" comme en 14 deuzio pendant lascèse on boit des 16..forcément..et tertio ça s'additionne pas..ne dites pas "patron une 32" pour une 50 de 16..il ne comprendrait pas

Écrit par : bouguereau | 25/07/2015

moi quant je dit patron un 102 y pige toudessuite il m'aporte un double 51 ..

Écrit par : poupouf | 25/07/2015

Au sortir d'un rêve agité, christiane se réveilla éperdue. Elle venait de se découvrir un penchant pour le mal, s'était vue nageant nue avec JC. Comprenant subitement l'atrocité de son égarement, elle se suicida.
Pleurons la mémoire d'une commentatrice que nous aimions bien.

Écrit par : Pour saluer christiane | 25/07/2015

"Pleurons la mémoire ..."
chantons le de profondis, mes frères !

Écrit par : christiane | 25/07/2015

.
Pourquoik Bérénice a vient plus ? Elle est dans les bois les arbres, ou sinon quoi qu'est-ce ?

Écrit par : Sergio | 25/07/2015

bérénice est en vacances, voilà tout.
Dans un mois dans un an, comment souffrirez-vous, Sergio, que le jour recommence et que le jour finisse, sans que jamais Dédé puisse voir bérénice ?

Écrit par : Tito | 27/07/2015

Les commentaires sont fermés.