Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2015

C'est un petit nom charmant

- Ignare !

C'était en seconde ; enfin la première, de mes secondes, parce qu'il y a aussi ma seconde seconde : d'ailleurs elle a été deux fois plus pire que la première, ce qui assure une certaine cohérence mathématique à l'ensemble.

 

- Ignare !

Et le locuteur, c'était une locutrice, une taupe de ma classe, et vraiment une taupe, équipée non pas d'un face-à-main comme la duchesse de Guermantes, mais de lunettes, pas des Bausch & Lomb comme les pilotes de chasse, le Dewoitine à l'époque, mais pointues, dégueu, enfin le genre Sagan Godard Kiraz sur la plage. Alors ce qui se passe, c'est que quand les gonzesses ont des hublots elles s'en servent pour mater le mâle, alors que l'inverse et vrai et faux à la fois, en temps qu'inverse, nous on n'a pas de lunettes mais aussi on reluque pas les grosses qui en ont.

 

- Ignare !

Sinon le reste, c'était les jupes écossaises, la galette, probablement, mais ça on s'en fout c'est haprès qu'on s'en fout plus. Le corpus delicti, c'était un pingouin genre Montaigne, Montluc sûrement pas, ni Monte-Cristo, enfin un gazier en "mon" dont le vrai mec évidemment se battait l'oeil exponentiellement, l'essentiel dans ces cas-là étant d'avoir une mob bleue, ce qui n'était pas le mien, de cas, et ce qui au demeurant était peut-être ce que son subconscient tordu de greluche m'imputait de manière inexpugnable et même irrédente ; on sait jamais, elle aurait peut-être bien été dessus, avec ou sans catleyas.

 

- Ignare !

Parce qu'en plus elle était pas de ma bande, bien sûr ! Ni d'aucune faut être clair les taupes on leur faisait pis que pendre, mais silencieusement, parce que là, locuter, au mieux c'était Obélix et Falballa. Et normalement, une telle inconnue, il aurait fallu que j'émette des sons, même des horreurs, mais des sons... Alors évidemment, ça a pas pu se produire, même en pigeant vagus et par intermittence son inaccoutumé boniment...

 

Mais ce qu'elle a jamais su, c'est à quel point je l'étais, ignare, parce que non seulement j'ignorais intégralement ce que cela aurait bien pu vouloir dire, mais encore je m'étais persuadé que cela s'écrivait "ignard"...

Commentaires

une ignarde ...avec de la buée sur les lunette

Écrit par : bouguereau | 24/03/2015

.
Mais elle était pas mal, en plus... Et elle me cuisinait : "Ignare ! Tu sais ce que c'est qu'un ignare ?" J'osais pas dire que non... Comme c'était quand même pas la star de la classe (hors études, j'entends), le slip intégral, quoi... Heureusement y avait pas trop de monde autour...

Écrit par : Sergio | 24/03/2015

.
.
.
Je ne voudrais pas vous inquiéter, les amis, mais.... le salut ? le salut de votre âme.... ça vous arrive d'y penser ?... vous y travaillez.... parfois ?

Écrit par : JC..... | 24/03/2015

.
Le salut... La quenelle ? J'ai jamais rien compris ! Aucune hexplication... Aucun bon Youtube ! C'est pas une affaire qui marche...

Sinon pour les ratichons c'est moyen aussi ils assurent pas l'après-vente... Y a que celui de Bernanos ! Il a vu Dieu dans une moto...

Écrit par : Sergio | 24/03/2015

nous on est des hommes libres jicé..dégagés des contingences..des demis esprits flottants..tu t'es vu ?

http://i1.wp.com/aris.papatheodorou.net/wp-content/uploads/2014/08/DP123816.jpg?resize=1024%2C1024

Écrit par : bouguereau | 25/03/2015

.
C'est le problème d'avoir des cheveux... D'un autre côté, pour mon casque qui repose directement sur le polystyrène... Puis ça fait plus hartiss !

Écrit par : Sergio | 25/03/2015

.
.
.
Je suis très ressemblant ! Mais qu'est ce que je fous avec Angela Merkel en selle sur mon dos ? J'aurai préféré la Reine d'Espagne ...!

Écrit par : JC..... | 25/03/2015

.
La reine des Belges ! Comme cela on croit que tu as lu Modiano, ce qui est mon cas, et que tu l'as compris, ce qui l'est également, mais moins... C'est un inverti, le gus qui se dit "la reine des Belges" ; mais il en faut, hein ! Y font pas de mal...

Bon c'est pas tout ça, faut que je me retrouve un gourbi littéraire un peu bien pour remplacer celui de Passou... Avant j'en avais trouvé mais je me souviens plus ! Celui de Paul Edel est très bien, mais c'est comme l'ambassade soviétique ça ouvre une demi-heure par semaine...

Écrit par : Sergio | 25/03/2015

.
M OU MME dit: 25 mars 2015 à 22 h 08 min
Et si le temps n’existait pas ?.. Et si, justement, l’expérience musicale nous donnait accès, plus que toute autre expérience, à ce qu’est le réel : un insondable entrecroisement de pulsations et de rythmes; or la répétition rythmée nous fait échapper au temps; elle ignore la « fatalité » thermodynamique de l’entropie.

Ca paraît... Ca paraît. C'est de la bonne, Pauline...

Écrit par : Sergio | 25/03/2015

.
.
.
C'est clair que le temps n'existe plus depuis 1905, date de la publication du roman d'Albert Bronstein, né à Ulm : "Théorie de la relativité restreinte"

Mais qu'est ce qu'on en a à foutre, du Temps ?! on est à peine concernés ...

Les femmes arrivent toujours en retard aux rendez-vous, non ? Parce qu'on est des macros...macros organismes. Des bœufs, quoi... bien lourds, bien bourrés de flotte, de grosses molécules d'H2O, ... sauf Bougboug, bien sûr...

Écrit par : JC..... | 26/03/2015

.
Houi mais les molécules, maintenant, elles sont de plus en plus vibratoires. La matière, on sait plus, finalement. Au reste j'ai une théorie : le flou n'existe pas, il n'y a que de la polyphonie, des superpositions de fréquences différentes ; visuellement, auditivement, et pour tout. La différence entre ces fréquences détermine une tension : c'est cela qui est créateur. C'est valable évidemment dans tous les domaines cognitifs de la connaissance cognitive. Je vais breveter cela dans une enveloppe Soleau, on verra si les mecs des soucoupes me l'hachètent... Au pire je fais de la vente forcée !

Écrit par : Sergio | 26/03/2015

.
Caramba dans le gourbi à Clopine il y a un beau dessin, c'est mignon... C'est mignang comme on dit dans le Sud !

Écrit par : Sergio | 26/03/2015

temps fait pas jicé..cependant reste pendante la conjecture de lacan "pourquoi certaines femmes nous préfèrent aux pines de chval"

Écrit par : bouguereau | 26/03/2015

rossinante n'a pas de teub sergio..et on a beau dire même si quixote l'a surement noueuse ça remplace pas..et quand on a dla naissance, point virgule, vaut mieux bannir que déchoir

Écrit par : bouguereau | 26/03/2015

.
.
.
Je crois que de ma vie d'homme, et j'en ai vécu des rencontres extraordinaires, je n'ai jamais rencontré une conne aussi parfaite que cette conne de Clopine ...

J'espère qu'elle sera empaillée par ses proches afin que demeure une trace de ce qui fut la vacuité absolue !

Écrit par : JC..... | 26/03/2015

.
Non mais ça y a le mausolée sur la place Rouge c'est pas complet hon peut se renseigner ! Mais il ne faut rien exagérer j'ai connu bien pire : une qui se penchait du mauvais côté à moto, en passagère, bien sûr ; je me suis ramassé sans comprendre, on faisait des ronds à zéro à l'heure sur un terrain d'aviation, l'a fallu refaire le quatre cames avant... Elle pesait cinquante kilos, la taupe gaupe... C'est une autre qui avait tout vu qui m'a affranchi...

Écrit par : Sergio | 26/03/2015

.
Écrit par : bouguereau | 26/03/2015
rquand on a dla naissance, point virgule, vaut mieux bannir que déchoir

Houlà ça me paraît sulfurique... Euh non... Euh... Hon dirait une mine bondissante envoyée par des Viets déguisés en rattle -snakes du désert... Ca fait un rattle-strike y a pas nul doute...

Faut vraiment que je cherche un gourbi littéraire en ersatz ; j'en avais trouvé un bien, il y a quelques années, je comprenais un mot sur douze ! De temps en temps je faisais un com, deux mots, trois mots, j'avais mis quinze jours à le rédiger... Heureusement personne le lisait...

Écrit par : Sergio | 26/03/2015

Sergio n'oubliez pas d'indiquer votre position quand vous aurez trouver un endroit où camper.

Écrit par : bérénice | 27/03/2015

J'espère qu'elle sera empaillée par ses proches

celle à sergio c'est une piscine de vodka qu'il va falloir..les filles auront des plongeoires et des tobogans..les hommes le maudiront jusqu'à la 4éme génération
http://blogripper.net/?q=taxonomy/term/1304

Écrit par : bouguereau | 28/03/2015

Puisque vous disparaissez, je tente de vous situer et suis assez surprise de vos mises à jour notamment cette information nationale qui si j'en crois ce que j'en découvre penche sérieusement du côté où quelques autres et moi-même bien qu'infime filigrane aimerions ne pas voir englouti notre pays, bien évidemment ces gens n'ont pas encore pu déployer toutes les preuves de leur démagogie et n'ont que de passif un discours qui se veut rénové et dépoussiéré par la grâce d'une descendance débarrassée des vieux démons qui hantent la société depuis qu'elle s'assemble ailleurs et au delà du jurassique. Quoiqu'il en soit et pour continuer d'accrocher quelques lignes purement littéraires à nos vies de galériens, prenez, ceci est son âme:
"Pourquoi m'avoir donné un royaume à posséder, si je ne dois jamais en posséder de plus beau que cette heure, où je me trouve entre ce que je n'ai pas été, et ce que je ne serai pas?" - - le livre de l'intranquilité .

Écrit par : bérénice | 28/03/2015

.
.
.
Bérénice, c'est incompréhensible votre truc : pourriez vous vous exprimer en portugais mieux traduit ? ...

Écrit par : JC..... | 28/03/2015

.
Sergio n'oubliez pas d'indiquer votre position quand vous aurez trouver un endroit où camper.
Écrit par : bérénice | 27/03/2015

Hé ben, là ; ici même par terre. On est des réprouvés ! Verächteten... Atteinte à la sûreté de la République, association de malfaiteurs, ivresse permanente même sur les voies privées, intelligence mais que avec l'ennemi, on hésite entre Vergès, Floriot, Pédroncini (mutinés de dix-sept), personne veut se laisser entraîner dans la fosse des îles Mariannes par des dossiers lourds comme des gueuses en fonte ; de temps en temps je fais un essai sur la RDL comme le gus du Struthof, en sautant à la perche, ou en largage sans parachute pour arriver plus vite, ou en creusant en zigzag pour éviter les tirs des miradors, c'est comme chez Koba, mais dans l'autre sens, c'est pas sortir qu'est empêché c'est rentrer... Adonc on est ici autour d'un brasero, on siphonne des bagnoles pour l'alimenter...

Des blogs faf sur Hautetfort il doit y en avoir what kilos, alors ça saute aux yeux dans l'encart des blogs mis à jour, je fais pas trop gaffe, tout le monde me le dit, de toutes manières il doit y avoir aussi des barbus, des probabilistes, des polytechniciens, des numismates des entomologistes on peut pas les zigouiller tous comme disait Simon de Montfort... En plus le faf il est dans la rue, dans le quotidien, on le voit sans longues portées ni antibrouillards, et il est pas beau...

La citation, elle, l'est, elle déparerait pas Citadelle de Saint-Ex, mais alors "posséder", finalement... Déjà ça suppose l'identité ainsi que celle du truc possédé... Mais c'est pas mal, quand on se trouve on croit que c'est un autre ! Heureusement ça arrive pas...

Écrit par : Sergio | 28/03/2015

.
;
;
Sergio, c'est incompréhensible votre truc : pourriez vous vous exprimer en langage clair ?

Écrit par : JC..... | 28/03/2015

.
les hommes le maudiront jusqu'à la 4éme génération
Écrit par : bouguereau | 28/03/2015

Joli ! Mais c'est le contraire... Comme chez Charlus, "madame est servie" !

Écrit par : Sergio | 28/03/2015

.
exprimer en langage clair ?
Écrit par : JC..... | 28/03/2015

Houi ; seulement j'arrive plus à me remembrer si au début, même stochastique, il était prévu qu'il y ait un sens, même à définir...

Écrit par : Sergio | 28/03/2015

jamais youl brinère il aurait parlé comme ça sergio..cqui compte c'est raser le superflu pour avoir une bonne pénétration dans l'air et aller de l'avant..nar berline! immeur !..t'es perdu dans les aulnes..au nom du père reprend toi aurait dit lacan

Écrit par : bouguereau | 29/03/2015

.
Berline... A la muscu à un moment on avait un gus, un X., directeur de Pontame c'est de lui que je tiens mes boniments de fonte ductile, eh bien, son père, à lui, ce gus, en quarante il était une sorte d'aspi ou plutôt sous-bite un peu comme dans Gracq, mais avec un peloton à cheval ; Ils font la Warndt, méchante offensive genre Broussilov, et au moment de se replier il reçoit pas les hordres... Il a continué ! A la boussole au sextant direction Zornhof comme Ferdine... Ses trente chevaux derrière comme dans Blueberry Tête jaune ! D'ailleurs je me souviens même plus de la fin ils y sont peut-être toujours...

Écrit par : Sergio | 29/03/2015

.
.
.
J'ai un copain ... qu'est mort d'avoir tripoté une fonte ductile trop chaude ...

Écrit par : JC..... | 31/03/2015

.
Et le gus en question, lorsqu'il était à Nancy parce que maintenant il est à Neuilly dans les très grand pontes de Pont, il allait en Chine vendre des kilomètres du délicieux objet, et pour cela s'était mis pour de bon au chinois ; et ici à la muscu on a une pharmacienne dont le mari en vend, de ce truc en épingles à cheveux comme celles de Sherman, ni plus ni moins qu'à l'Algérie... Mais je sais pas dans quel département !

Écrit par : Sergio | 31/03/2015

Le sujet épuisé ne génère aucune remarque et demain c'est le jour des farces, voudriez-vous nous attraper? y'a Pascal Quignard sous son pommier célébrant d'un geste la beauté du temps qui fuit et qui pourtant comme une brume céleste adoucit le contour de nos jours. Puisque tout ressemble à un message à la mer, permettez que je dépose une bouteille que les flots porteront au hasard..." Est-ce bien vous qui d'un printemps fit quelques scènes d'amour " avant le premier plissement.

Écrit par : bérénice | 31/03/2015

.
C'est terrible d'être à la porte comme cela... Quignard je crois bien que c'est par lui que j'ai commencé à me réveiller à la littérature françoise, je connaîs par coeur mieux que rosa rosa rosam toute son algèbre de fascination/sidération ; j'en étais comme deux ronds de flan ! Après bien sûr avec le Salon de Wurtemberg je rate plus jamais l'occasion d'une vaseuse bien lourde sur la viole de gambe... Et là dans les photos il a mis un théorbe monumental ! C'est le supplice de Tantale...

Le plissement ça peut être hercynien, celui des yeux, enfin ça fait toujours un peu peur... Etude psychologique de la topologie, il doit y avoir à creuser...

Écrit par : Sergio | 31/03/2015

.
.
.
Pascal Quignard est à Pascal, ce qu'ignare est à Blaise...

Écrit par : JC..... | 31/03/2015

.
Cela paraît... de toute beauté !

Mais entretemps j'ai rencontré comme une Pacific deux cent trente-et-un une hautre idée, mais d'obédience gastronomique : la grappa, il faudrait qu'on puisse la mettre en gel, comme le pinard à Diên Biên Phu, ou alors l'électrolyte des batteries... On pourrait la bouffer dans la Juva quatre des flics...

Écrit par : Sergio | 31/03/2015

ce qu'ignare est à Blaise...

et qui fait la bête fait la salope..c'est ça qu'est bien..j'aurais kiffé m'appeler Blaise..de ma vie je n'en ai connu aucun..l'archi connu irreproduit..le petit chemin impratiqué..ça doit sentir la noisette

Écrit par : bouguereau | 31/03/2015

.
Cendrars, quand même... J'aime bien ; lu trois ou quatre, il n'y a pas que L'or.

L'archiconnu impratiqué, effectivement c'est haspiratoire... On se demande ! On se demande. Je verrais cela en Mondrian, mais en 3D !

Écrit par : Sergio | 31/03/2015

pensez vous que je puisse trouver des lunettes de natation élégantes et qui aident à la captation du dialecte employé en ces lieux, le maillot est noir, la femme blanche, le projet décoloré en raison du chlore mais pourquoi Mondrian?

Écrit par : bérénice | 01/04/2015

.
Parce que j'aime bien Mondrian ; pire : j'aime bien l'idée que je m'en fais ; quand je vais voir, c'est jamais comme prévu ! Toute une syntaxe, quoi, enfin je suppose que cela a dû être dit dix mille fois...

Il y avait la coupe Houligant de l'élégance (Modiano - Villa triste), le cabriolet stoppe le nez dans le jury, le cavalier fait tout un numéro de trapèze pour contourner la tire et ouvrir la portière à la candidate qui vient se jucher sur le capot. Donc en maillot de bain c'est parfaitement smart, faut juste faire attention qu'il roustisse pas si le moteur est chaud ; les lunettes c'est bien aussi, surtout s'il y a de la soudure à faire pour redémarrer...

Sinon la compréhension ça va ça vient... Je prends un exemple Ferdine la Trilogie Nord les oies à Zornhof ; je le lis une fois je traduis tout comme Salluste avec son Gaffiot. Deux ans après le re-bouquin re-Nord re-Zornhof re les oies me repasse à portée j'y saisis dessus ; eh bien c'est pas du tout le texte dont je me souvenais, le plan du bled était pas pareil (sauf dans Butor là il le met on est coincé...) donc c'était un peu comme Port-Royal...

Écrit par : Sergio | 01/04/2015

C'est une question de couleur.
Si les portières ne sont pas assorties au capot, c'est cuit.

Écrit par : Daaphnée | 01/04/2015

merci Sergio pour ce complément d'enquête indispensable en milieu hostie.

Écrit par : bérénice | 01/04/2015

.
Une portière, c'est pas éternel, hein ! Suffit de demander à un motard ce qu'on peut en faire... Comme dans Astérix et les Goths ! Mais il est vrai que c'était l'époque des autos bicolores, avec pneus à flancs blancs. Quoi qu'il en soit, effectivement, tout compte. Dans le Modiano c'est pas mal la prestation du gus qui enlève le morceau, si l'on peut dire : peut-être pas de la barre fixe, mais toute une gymnastique de sapeurs-pompiers, faut imaginer les sauts en barrage etc. Les autres concurrents essaient aussi de sortir du lot, mais souvent c'est poussif, convenu etc. ; il y en a qui s'autorisent des arrivées et des départs sur les chapeaux de roues... Maintenant on irait au bloc !

Écrit par : Sergio | 01/04/2015

.
On n'est pas un milieu hostie, ou callal ou hasher, c'est pas qu'on soit contre, forcément, on peut pas, puisqu'on sait pas que ça existe ! Mais honnêtement, c'est pas du Bocuse, hein ! Ni du Ladurée...

Et hostile non plus, on l'est pas, et d'ailleurs ça se voit immédiatement, normalement on est des hommes de sac et de corde comme ceux de Catilina, quousque tandem, et là ici ci-présent inclus on est doux et affectueux comme même le bélier noir du Génie des alpages !

Écrit par : Sergio | 01/04/2015

on laisse les femmes faire des gros noeuds dans le sac..avec tout notre gréement qu'était là dormant..mais hissého toujours droit devant..

Écrit par : bouguereau | 02/04/2015

.
Personne a encore trouvé pourquoi les femmes pensent pas comme nous, au fait... Je veux dire en très clair, simple, décomposé, pas du point de vue de Sirius là tout le monde sait ! Y a du boulot pour les thésards... Je pensais à des diagrammes de Karnaugh...

Écrit par : Sergio | 02/04/2015

.
ZEUS..... dit: 2 avril 2015 à 18 h 49 min
Bouguereau est titulaire de la chaire gode-ceinture numérique

Les bêtes hont pas ça, jusqu'à plus ample informé ; il faut faire des essais ! Enfin, leur faire faire des essais. Pas le croco, naturellement, attendu qu'il en trimbale une telle couche qu'il comprendrait jamais ce qu'on lui veut, non, mais des bêtes normales, qu'on puisse équiper... Un catalogue terrible ! Pire que la Manu... Livraison par les PTT ils ont plus rien à branler...

Écrit par : Sergio | 02/04/2015

Vous nagez en pleine théologie, du sexe par ici outillé papier, des Dieux d'autre part sur tout support, papier bible, écran plat, parchemin, icône, toiles... La misère guette le crime ou inversement.

Écrit par : bérénice | 02/04/2015

.
Ca ça dépend dans Amélie Nothomb les crimes ils rapportent, hein ! Parce que si en plus faut faire cela umsonst... Maintenant dans l'autre sens là faut voir ; les bêtes tuent pour jaffrer, oui, mais nous... Faut qu'on complique, qu'on intellectualise, qu'on spiritualise ! La ferveur disait Saint-Ex...

La théologie c'est bien on s'occupe de ce qu'on veut. Par exemple Hildegarde de Bingen s'est mise à décréter que la musique était le premier, mais au-dessus des autres, des arts libéraux. Je recopie cela bêtement sur la RDL, un soir, et crac ! Widergänger, que si on se met à faire des classements même pour ça, etc. Sur le coup j'ai opiné du bonnet, parce que moi aussi cette éternelle relation d'ordre (au sens mathématique)... Et puis peu de jours après, en y reréfléchissant, j'ai commencé à entrevoir pourquoi, en un certain sens, on pouvait être amené à dire cela.

Écrit par : Sergio | 02/04/2015

Les commentaires sont fermés.