Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2015

Pétrole

Ha la la il y a des jeunes chanteurs jeunes de maintenant aujourd'hui qui balancent leur pied de micro comme un sergent-major sa baguette. Un pied de micro, sacrée tringle quand même ! Et ça voltige tourbillonne grimpe à soixante pieds comme qui rigole... C'est hassez bien, je trouve ; ça montre qu'encore il est possible d'avoir l'idée d'avoir le pétrole...

 

Cela me rappelle, il y a un peu de temps, ma stupéfaction devant le démarrage exponentiel de trois Harley devant mon groin esbaubi... Du potin à écrouler les moellons comme le verre dans Günter Grass j'en revenais pas... Malgré les flics millimétriques le quadrillage ; surtout le quadrillage du cerveau comme le père Ubu... L'âge ils en avaient pas en Harley dans le casque y en a pas ; j'aurais dû les arrêter pour recommencer, tiens ; mais... ils m'auraient pas cru !

Commentaires

pas d'age ? sont assis la dessus comme sur des goguenots à air chaud et jet tiède..enfin c'est dans le désordre..leur manquent le falzar sans fond dirait baroz..bien trop cher pour des jeunes

Écrit par : bouguereau | 02/03/2015

.
Ce que je voulais dire, c'est qu'il doit y avoir une "gueule" du harleyiste qui transcende tout le reste, puisque précisément il est sans intégral : buriné, mais pas comme Bronson, Harley sui generis ! Que ferait-on sans les images d'Epinal ? La chute libre, et hencore on sait pas dans quel sens...

Écrit par : Sergio | 02/03/2015

Ah je ris de me voir si Bell avec un bol Davida en ce miroir.
J'ai une XR 1200 (orange, comme à 'tanamo Bay), le Sportster qui fait un clin de sourcils au dirt des années septante, un gros bivalve à double gamelle de six cents cc, tout noir mat, avec entre les cuisses une belle chatte de filtre à air de cubaine nourrie à la bonne chaleur des Fonseca roulés sur des jantes moulées dans les parties les plus charnues de mollets en alu couleur minium, aux plis torrides.
Vibre beaucoup, vide vite la batterie au repos, pas de Desmo, du culbuté à deux soupapes, la traction est de tracteur mais le bruit est relativement bien mufflé par les pots (non je rigole).
Monte à 7000 tours du "jamais vous" aux States, m'en carre, reste en troisième tout le temps comme sur une Yan MT-01, ne roule que l'été, et alors ?
Pas crâneur pour un sou dessus.
Attention, bouguereau, beaucoup de bouffeurs de brochettes de marshmallow et camemberts fondus ensemble dans le milieu harléyiste, les deux pieds en avant, toujours à tendre la seconde joue au personnage de Clint, là, oui, dans la grotte du désert, The Gauntlet et tout, bande de nazes.
Mais pas plus de Rednecks ici-bas.
De vrais connaisseurs, passion fodder, et tout et tout.
Des filles qui ont la leur.
Des Johns quelquefois avec le falzar cowboy des rodéos, cuissardes, ceintures, 0 fond, porté sur le jean, ok, c'est vrai, mais belle protection en même temps.
Moi le casque m'a toujours embêté, l'intégral, le jet, GFY, non moi j'opte pour le casque des coureurs de Keirin japonais.
Et j'em... les branloutes du périf qui roulent en cuirs gris sur des Guzzi 750, en se la surpétant des tonnes et des tonnes de gras.
Hello Kapitan Sergio. Appel de phare.

Écrit par : xlewm | 02/03/2015

.
Je n'y comprends rien les Guzzi reviennent ; dans mon coin à Nancy ! C'est très étonnant ; on se demande si elles sont vraies !

Le casque j'ai commencé avec, un Buco ; évidemment j'ai déjà roulé sans, hon entend bien le moteur... Les culbuteurs ! Cent vingt, par là... A Nice sur la Promenade j'en ai vraiment vu sans, et à fond de ballon ; maintenant ça serait le ballon ! Et alors ici, à Nancy, on a une sorte de périf, quand il fait beau avec ma grosse vache de Yam je peux me retrouver à cent quatre-vingt-dix en tee-shirt je me dis que je me dis...

La batterie je suis passé à l'électrolyte gélatineux c'est pas mal du tout ; en plus je démarre dans une descente, à la volée, ça économise le premier coup de démarreur dans ces régions polaires. Jamais compris pourquoi on avait fait sauter les kicks ; je démarrais que comme cela !

Une Buell ça doit être vraiment balèze comac... Mais halors, il appert que les H-D de maintenant sortent avec des pots édulcorés lyophilisés on sait même pas si le moteur tourne ! Moralité les gars vont les faire changer à prix d'or... et gardent les anciens parce que le contrôle technique européen va bien débouler un jour ! Le fourbi... Ou alors les "débourrer un peu", comme on disait, splendide expression...

Appel de phare itou, mais j'en ai moins, de phares, que sur une Honda japautée, comme Andrée Hackebaut était hacquebottée, que j'ai conservée quelques années...

Écrit par : Sergio | 02/03/2015

.
.
.
A la lecture de ces bucoliques récits motareux et pétaradants, je me rend compte que les voileux font pareil, la larme à l'œil en parlant de leur quille, bordel ! Tous les mêmes ...Enfants vieillis dans leur rêve couteux ... Génial ou franchement con ?...

Écrit par : JC..... | 03/03/2015

Enfants vieillis dans leur rêve couteux

tu devrais en sortir plus souvent des comme ça

Écrit par : bouguereau | 03/03/2015

Hello Kapitan Sergio. Appel de phare

..au fond de quelque cul si on se sent comme vieux aprés l'amour..c'est qu'on a vécu

Écrit par : bouguereau | 03/03/2015

.
Enfants vieillis dans leur rêve couteux ... Génial ou franchement con ?...
Écrit par : JC..... | 03/03/2015

C'est bien plus grave ! Parce qu'au fond, la nostalgie s'émousse ! La madeleine se réduit à vue d'oeil comme dans L'arrache-coeur... Si on regarde bien, la moto c'était pas mal de stop pour un câble d'accélérateur pété ! On a envie de refaire son passé, chaque instant, bien entendu ; mais, en fin de compte, replongé dans les circonstances de l'époque, même avec l'âge, l'expérience, en un mot l'identité actuels, réagirait-on, agirait-on différemment de à l'époque ? Les choix sont affectifs, sauf évidence évidente, et ignorent, grosso modo, la raison...

Cette Buell, ou un monstre encore plus extraordinaire genre MV Agusta ou autre, je pourrais bien sûr ! En mangeant des nouilles ou en n'en mangeant pas peu importe... C'est là que l'on s'aperçoit, en platine iridié comme au pavillon de Breteuil, que quelle est l'unique drogue, c'est créer, bien sûr, comprendre ; même une seconde ! Et c'est bien différent de "faire avancer ses affaires", qui demeure bien séculier, comme dirait, je crois, Hamlet, non ?

Écrit par : Sergio | 03/03/2015

.
..au fond de quelque cul si on se sent comme vieux aprés l'amour..c'est qu'on a vécu
Écrit par : bouguereau | 03/03/2015

J'ai toujours entendu l'expression, et ce faisant je me suis toujours coincé dans une expectative un peu louche : parce que, si le souvenir des mauvais moments s'érode, se dégonfle au fil du temps, celui des bons aussi ! En gros, je crois que le seul truc auquel on tienne vraiment, c'est le futur et une preuve en est que lorsque l'on cultive le passé ce serait bien pour le refaire, même ne se rendant pas compte tout de suite que ce serait à l'identique ou presque...

Écrit par : Sergio | 03/03/2015

.
..au fond de quelque cul si on se sent comme vieux aprés l'amour..c'est qu'on a vécu
Écrit par : bouguereau | 03/03/2015

Houi, mais sur le moment ; parce qu'après on change et on a par exemple envie de recommencer, de même qu'une catastrophe finit toujours par se décatastropher. Pour parodier Nabulione, il y a de l'irrémédiable, mais il y en a peu ("A la guerre, il y a des principes, mais il y en a peu.")...

Écrit par : Sergio | 03/03/2015

la guerre..la perdre ça fait toujours jean foutre

Écrit par : bouguereau | 04/03/2015

génial ou con ?..ou tu manques de confiance en toi ou tu manques de principe..j'irai pas à la guerre avec toi jicé

Écrit par : bouguereau | 04/03/2015

.
Ha Daily ça charbonne ! Sur mon trente pouces... On dirait une Hayabusa (forme de la bulle), non ? Et alors le gars il a redoublé le flic ! Je l'attendais depuis un moment quand on a vu comment il décarrait... Et la fille, gonflée quand même, en passager comme qui dirait ça fout les jetons... Surtout avec un gus qui tohu-bohute comme ça sérieux ! Faut pas qu'il l'oublie quand même...

Une fois ça m'est arrivé j'embarque un gazier je démarre normal... Je distingue sur les côtés les deux genoux de part et d'autre qui s'élèvent férocement ! Le mec a pas eu le temps de connaître la peur simplement après il s'est accroché...

Écrit par : Sergio | 04/03/2015

.
- La guerre transfigure les hommes !
- Tu l'as dit, curé, en macchabées...

Réplique tirée d'un Condor (Autheman - Rousseau) ; je pense que c'est le genre de BD qui te plairait aussi. Pas très courue, mais je viens de regarder, j'ai l'impression que peu à peu cela prend du poil de la bête ; sans prétention, mais ça accroche bien...

Écrit par : Sergio | 04/03/2015

.
.
.
"j'irai pas à la guerre avec toi jicé" (bouguereau)
"Bougboug ! je suis un homme de pet !"

Écrit par : JC..... | 05/03/2015

Sergio, je croyais que les batteries en gelée étaient faites pour la "servitude", j'ai juste un chargeur classique avec son petit bobinage en cuivre.
JC n'a jamais rencontré à son Yacht-Club de voileux qui viendraiet en bécanes ?
Ètonnant ça..., il connaitra sûrement mieux le gars (certifié "vu à la télé") à moustaches en guidon de vélo, un ancien as de la chasse française équipée Mirage III C, qui rejoint son tarmac préféré en YZ ou en Electra Glide.
La moto est la passion première de toutes les passions, la Passion Mère, auraient dit Bush et Saddam.
Le booty de la vidéo apportée par bouguereau m'a fait penser à un sketch de José Garcia et deCaunes, lorsqu'ils se déguisaient en Barry White (en énorme testicule articulé en fait), l'image ne rend guère justice à la dame, qui a l'air d'avoir de belles et longues jambes fines.
Le design du collant nous mène droit vers le "Dahlia noir" d'un écrivain américain encore plus allumé que le conducteur (qui doit piloter un 600 cc d'après le bruit des tours, sûrement une YZF Thundercat.)
J'ai cru voir un visage de l'homme qui rit par moment.
Qui ferait la grimace à la perspective de racler une glissière de sécurité.
Brigitte Bardot, lorsqu'elle montait sur la Triumph de Gunter Sachs, elle était à poil.
Autres temps, autre classe.

Écrit par : xlewm | 05/03/2015

.
J'allais le dire : sur une Buell, s'il n'y a pas de fuite de courant malencontreuse, on devrait pouvoir s'en sortir avec la batterie, encore que ces deux énormes cylindres, malgré la démultiplication ? C'est le chef d'atelier de Yamaha de chez moi Nancy, où je devais me plaindre une fois de plus de la latitude, qui m'a mis ces engins, relativement récents, un peu chers (une petite centaine d'euros, si je ne m'hayabuse) sur le tapis : normalement c'est un peu plus puissant, tient mieux la charge, et malgré toute velléité inopportune on n'y peut rajouter quoi que ce soit ! Hadonc j'ai souscrit, et m'en trouve très bien. Naturellement le principe général reste le même, et cela peut flancher au bout de deux heures ou dix ans, au choix.... Cela se charge normalement, mais j'ignore s'il faut un chargeur plus musclé ; ça doit faire moins de trous dans les vêtements, au moins !

Un yaquecleube ça fait toujours rêver, je vois un machin sur pilotis comme le Prince of Wales d'Anne-Marie Stretter, des jets d'eau des îlots, d'immenses fuyantes verticales et horizontales à la Mondrian... Dans Condor justement il y en un, à Malabo, qui sert à la transhumance des milliards comme à Canfranc... Peut-être celui de Porquerolles également, au Langoustier on doit pouvoir installer des naufrageurs, à l'Alycastre aussi mais là faut se munir de sandwiches comme dans le Raymond Bernard sur Marthe richard, espionne au service de la France... Le dirlo c'est sûrement JC ou un Topaze à lui, mais ça me fait penser que sur cette île paradisiaque on voit pas tellement de gros cubes ; au moins des café-racers, que diable ! Evidemment faut hassurer le freinage avant la fin de la jetée, sinon c'est le refroidissement liquide comme dans le Joe bar...

Écrit par : Sergio | 05/03/2015

.
.
.
Ma vie, je vous la livre saignante, ô vautours !

J'ai monté des blanches, beaucoup ... des grosses cylindrées, des petites, des hors-norme, j'ai invité des handicapées à danser la gigue du cul, j'ai monté des négresses, j'ai monté une religieuse catholique enthousiaste, j'ai monté quelques musulmanes curieuses et dévoilées, des norvégiennes en omelettes, des asiates, des folles, des universitaires en grand nombre, une cégétiste qui pleurait son reniement .... et dernièrement une 1500 cm3 Gong-Li chinoise, absolument merveilleuse !

De ma vie, je ne suis monté sur une motocyclette !

J'ai ma fierté... on a pas l'air con sur ces gros vélocipèdes bruyants, avec les transports en commun qui sont disponibles partout.... Honteux !

Écrit par : JC..... | 05/03/2015

Votre raisonnement est très certainement correct, JC, mais est aussi très entendu dans le milieu motard (l'introducteur de la culture Guzzi en France, un vieux et légendaire prof de mécanique toujours en forme, a horreur du terme, préférant le mot de "motocycliste", que pour ma part je n'arrive pas à employer), "grosse moto, petit appendice reproducteur", etc.
si on a besoin de voyager loin (je fais deux allers et retours par été, nord de Paris-sud des Cévennes par les départementales), vous appréciez le couple d'un gros moteur, même si cela grève l'autonomie.
La Buell commentée dans les rêves de Sergio par exemple était réputée pour sa partie cycle de 600.
L'impression d'être sur un vélib presque.
J'avais un ami (de sport, et donc de moto, les meilleurs) qui en avait une, le bruit à faire peur, le jeu de rôle, certes un peu forcé, de s'offrir une sorte d'americana, faisaient tout le plaisir qu'on pouvait lire sur son visage, c'était tout sauf un flambeur, un vrai adepte de sensations, qu'on puise là où la voie du coeur vous mène.
Son seul problème était l'huile qui ne remontait pas bien l'énorme course de l'alésage des cylindres, elle avait tendance a rester en bas, le moulin pouvait griller à chaque démarrage.
Bon je sens que je vous ennuie avec mes souvenirs.
Relisez alors plutôt le com de Sergio le 03 mars sur la madeleine, très justement écrit.
Je n'ai que très peu de plaisirs en ce moment, rien ne me fait vraiment vibrer, même le dernier téléphone Samsung me laisse froid.
La moto, encore un peu...
Ce qui me pousse à me rappeler que je cherche toujours ma Magni, et que plus jeune je m'étais fait la promesse de me bricoler un proto super silencieux que j'aurais baptisé "La Silencieuse" comme on nommait une certaine loco dans le temps.
C'était bien avant l'avènement de la moto électrique (qui contrairement au CT est bien là)
Pour revenir au titre de l'article de Sergio, je regarde autour de moi les gens pester contre l'exploitation des gaz de schistes, mais je vois aussi les sourires des mêmes lorsqu'ils règlent la note de carburant.
Les prix sont en baisse grâce aux "burly men" qui se cassent le pot à trimer dans les puits de l'Amérique d'Obama.
Oui, oui, ils souillent aussi le paysage.
Nous nous sauvons les nôtres par proxy, alors.
Mais jusqu'à quand, Bertrand ?
(Pardon pour les fautes, comme celles d'hier, je tape, même avec un clavier physique, depuis un iPad et je ne contrôle pas bien le déroulement du texte.)
A plus.

Écrit par : xlewm | 05/03/2015

.
La madeleine il aurait quand même pu choisir des mets normaux, rien que des sangliers, avec éventuellement des profiteroles au chocolat ! Parce que nous, des générations mécaniques et électroniques, la madeleine, contrairement à ce qui se passait pour lui, l'est à double titre : d'abord elle est dégueu, donc si on l'a pas oublié on s'en souvient encore, et ensuite elle nous replonge dans un monde, un peu silencieux, qui n'a rien à voir avec notre actuel... Pas nécessairement de bons souvenirs, d'ailleurs ! Poiré à la table du quatre heures pour se farcir ce truc sans goût, compliqué, pâteux sableux, au milieu d'adultes de la conversation desquels on n'entrave strictement rien et, en eût-on entravé une epsilon, on se tamponnait définitivement, tirant comme des clebs sur une invisible laisse tant pour échapper à cette insipidité majeure que pour aller régler nos problocs à nous, essetrêmement hurgents, c'était un petit passage des Bérésinas comme dirait, évidemment...

Tandis qu'havec le sanglier au chocolat... Euh non...

Écrit par : Sergio | 06/03/2015

.
.
.
La honte de ce blog, c'est SERGIO ! L'ennui c'est qu'il fait la pluie et le beau temps chez lui ... Qu'est ce qu'on subit !!!...on est vraiment maso.

Écrit par : JC..... | 06/03/2015

.
.
.
Motocyclette.... est un mot fabuleux ! Fa-bu-leux ...

Écrit par : JC..... | 06/03/2015

sergio..sergio..c'est pas le motocycliste qui prend ton cul pour une piste?

Écrit par : bouguereau | 06/03/2015

..des saints hommes disent que les saoudiens crament leur trésor de guerre pour ruiner le gaz de shit..dailleurs grace à eux tout le monde est contre! archi! et jicé ! et même ses mignons algériens sous la couette!..écolo a donf maomé..allaouakbar épicétou

Écrit par : bouguereau | 06/03/2015

.
.
.
Ayant apprivoisé une tourterelle de quelques années d'âge, laquelle fut plusieurs fois monogame, je parle aux oiselles de ce type, couramment.

J'apprend beaucoup ... Ce sont des bêtes fines, intelligentes.

Comme Saint François, qui parlait aux zoiseaux pour une seule raison : les oiseaux lui répondaient, je lui pose la question : "Que faire ?".

Elle me répond : "Ecoute Bouguereau, et tu seras sauvé ... !"

Écrit par : JC..... | 06/03/2015

.
Cette histoire de "motard", ça fait hencore l'effet madeleine je m'esseplique pourquoi : parce qu'avant que la moto devienne à la mode, elle l'était pas ; sauf bien sûr Thomas Edward, Bernanos et le gus de la Grande vadrouille sur sa ligne blanche. Trois types depuis le baron Drais, c'est pas lerche ! Mais ensuite nous nos générations il a fallu immédiatement que tout le monde illico presto subito enfourche une bécane avant même qu'elles soient fabriquées ou débarquent du ventre des cargos japonais en meutes hurlantes ; il y en a même qui déboulaient avec dans les amphis des facs parisiennes comme à cheval normalement dans la maison de Dieu.

Donc, et si l'on en croit le code Rousseau, c'était la multiplication des motocyclistes, terme neutre, fonctionnel, dégagé comme la littérature pas engagée ; "motard" ça existait haussi, mais là engagé, et plutôt contre, pour désigner la flicaille qui s'appâtait ainsi pour affubler le client. L'astuce, c'est que la désinence "ard" peut être hypocoristique ou non, et d'autre part dans les infinis réseaux du subconscient peut évidemment accrocher une vague notion de virilité distanciée.

Et c'est ainsi que l'on a vu, petit à petit, appeler "motard" le pingouin comme toi et moi, pourvu qu'il roulât, et même héventuellement des pelles à la fille à l'essence. Par érosion, "motocycliste" a reculé d'un cran, réservé aux chevaucheurs de Gnome et Rhône qui de toutes manières n'existaient plus, et pour "motard" il suffisait de lire dans le trouble regard du locuteur comme dirait Lacan s'il s'agissait d'une immonde fliquemerde ou d'un preux chevalier du Joe bar...

Écrit par : Sergio | 06/03/2015

.
.
.
"une vague notion de virilité distanciée." (Sergio)

Et cette distance, elle fait combien de centimètres, envirilisée, pour le moutard de base ? ....

Écrit par : JC..... | 06/03/2015

.
Des parsecs ! Mais là j'ai appelé cet excellent Brecht à la rescousse car je me noyais tel le Курск dans ma propre réflexion.

"Ard", ou "iste", d'ailleurs, on sait jamais si c'est péjoratif ou le contraire, voilà pourquoi j'évoquais, à court de repères, une éventuelle notion d'inconnu, de menace. Dans Bretécher, pour les années quatre-vingts grosso modo, les taupes appellent les mecs des "blocs". C'est cela que je pourrais voir dans le "ard" : rugueux, mais on sait pas si ami ou ennemi... La distance proviendrait donc de cette dernière ambiguïté, car contrairement au grand Nietzsche c'est l'incertain qui me terrorise !

Écrit par : Sergio | 06/03/2015

nonos avait un aigle sur le dos jetait ses vidanges par dessus les murs et du coup il semait la terreur dans les régions..manman je t'aime, c'est mathématique

Écrit par : bouguereau | 07/03/2015

Je n'y comprends rien les Guzzi reviennent ; dans mon coin à Nancy !

en casquapointe et dieu est avec eux

Écrit par : bouguereau | 07/03/2015

.
.
.
Si "les Guzzi reviennent" à Nancy* c'est pas grave. Si c'est les Fritz ou les Popov, là.... ça craint !

*comment peut on habiter Nancy quand on est bourré de fric comme Bougboug, avec les putes qu'il y a à Dubaï....

Écrit par : JC..... | 07/03/2015

.
Fritz, fritz, hici on l'est tous un peu ; j'ai dû te raconter l'épisode de l'orgue de Barbarie jouant le "Ein Heller und ein Batzen", donc le refrain "Heidi, heida" en pleine place Stan, ensoleillée, pleine de monde völkisch. Déjà j'en croyais pas mes oreilles je me demandais si je me gourais pas si c'était vraiment ça, et surtout que personne bronche, même tourner la tête, un regard, rien ! Ils avaient peut-être été figurants dans le Daniel Auteuil...

Sinon des Fritz y en a comme des Japonais... Hil faut leur parler dans leur Sprache on a des guides assez remontés ; quand je fais mes expos rue Gustave Simon, justement, parfois je récupère les déserteurs ! Les Bibel comme dirait Ferdine... Je leur indique des hôtels qui vont les assécher comme des Aquacell...

Havec eux de toutes manières ça colle tout de suite l'Auvergne c'est la Prusse de la France !

Écrit par : Sergio | 07/03/2015

.
Je crois que ma toute première vidange, sur Guzzi V7 sport, j'ai dû la faire dans un camping, l'huile noire s'infiltrant bien délicatement entre les racines d'un gros chêne à défaut de séquoia c'était quand même pas Zornhof ; je sais pas si on la voit encore quelqu'un a dû la récupérer...

Afin de parachever la cohérence de la soirée, ce fut également mon premier serrage moteur, des deux cylindres s'il vous plaît, toujours sur Guzzi V7 sport, attendu que j'avais oublié de resserrer (clé dynamo, normalement, le carter étant en alliage léger) le bouchon de vidange et que ce dernier ne possédait pas encore la caractéristique "auto-serrante" de modèles ultérieurs...

Écrit par : Sergio | 07/03/2015

.
.
.
Maudits motards ! Vous êtes obscènes ! Vous parlez des motos -que vous enserrez entre vos cuisses à la façon de jeunes asiatiques dévouées- comme de femmes accomplies dans les devoirs d'Eros.... Scandaleux ! Honte sur vous ! ....

Écrit par : JC..... | 07/03/2015

.
C'est vrai que la forme du réservoir revêt une importance un peu occulte et d'autant plus réelle ; rares ceux qui ne marquent pas l'emplacement du genou, alors que bien sûr, comme à cheval, tout est dans l'assiette, et que pour les virages on va même écarter le genou intérieur.

Une grande partie de la gueule de la bécane tient dans le réservoir, ventru comme celui de ma Guzzi - rien ne dit que ce n'est pas en partie pour cela que je l'ai prise, cela qui me reste dans l'oeil et sur les photos avant l'achat, et sur les différentes images qui m'en traînent au fond de la mémoire - ou classique comme celui de mon actuelle Yam ; qui ne se souvient de celui si caractéristique, simple, harmonieux de la quatre pattes Honda ? Maintenant souvent il a une nouvelle mission, s'intégrer, bien évidemment, au carénage...

Écrit par : Sergio | 07/03/2015

l'abbé breuil disait pas ventru il disait "gravide"

Écrit par : bouguereau | 08/03/2015

je me souviens des vieux de mon patelin qui racontaient la première descente du car de leurs jumelés homologues ..il attendaient fébrilement au bistrot de la place il faisait un brouillard a couper au couteau et toudincou ils entendent alialo !..ils étaient descendu du car invisibe et chantait en coeur..l'interpréte "chut chut ça rappelle les nazis" eux confus : mais non c'est un chant scout..ils ont chanté allesse freundeu pour se faire pardonner..le maire chleu était chef de chorale..il terminait tout ses dicours avec un chant impromptu..les autres reprenaient disséminés dans la foule..ça faisait peur aux gens..la 5 éme colonne quoi

Écrit par : bouguereau | 08/03/2015

La Guzzi V7 sport est de 1967, Sergio ?
Si c'est le cas , bravo.
Les nouvelles Guzzi déclinées en 3 "versions" (hum) sont quand même très belles, c'est toute une affaire de "rattrape" pour la firme de Mandelio délirio, courir au derrière des Triumph, de la petite Kawa, etc.
L'esthétique du réservoir (ça plairait à Marcel ça Sergio) à sensations visuelles, je suis d'accord.
Moi c'est celui de la California stone qui me tapait l'oeil.
Le même souvenir concernant le dessin de la Honda 7 et demi CB du bon vieux temps, bien que celui de la Kawa 900, peu de temps après me fit un effet boeuf qui dure toujours, mais le goût peut évoluer, les réservoirs américains types cacahuète, (Harley 48) pour quelqu'un qui aime les longues poches à coco de la Triumph Trident ou Triton étaient tabous, faisaient mal à voir, aujourd'hui, ça passe.
Et les grosses outres bovines des BMW qui matchent bien les gros blocs moteurs, c'est quelque chose pour l'oeil du Coburn des mortels. Hein...
Le souvenir de bouguereau (on dirait une scène d'Uranus avec Gégé) me rappelle ce qu'avait dit Richard Sonnenfeldt dans ses mémoires : quand déboulaient les ouvriers de la propagande nazie en BMW R 35, le gosses et les vieux des villages étaient soufflés par le style des mecs. Même les antinazis étaient renversés par la fameuse "attitude" que les gars du rockabilly brit des années cinquante, chères à bouguereau, rechercheront par d'autres moyens.
Je crois que si on aime Guzzi ou BMW c'est aussi et en premier peut-être pour l'archi des blocs moteurs.
Pour Guzz' et son presque moteur à étoile d'avion, c'est clair.
Le réservoir de la BSA Goldstar, quelle grâce.
Les rockers psychédéliques en avaient marre du poncif, "my guitar is a my woman" (les formes, et tout), mais pour la moto et les courbes réservées d'alu ou couvertes de peaux de daim, cela reste d'actualité. Même si pour moi le bras oscillant et la boucle arrière doivent répondre à des critères encore plus stricts. Hé oui, pardon.

Écrit par : xlewm | 08/03/2015

.
Gravide c'est comme viride, ça plairait à Hildegarde !

Il y a un truc qui est très étonnant, c'est que, mis à part les chants proprement nazis, écrits pour et pendant son existence, les chants de marche tudesques sont particulièrement fleur bleue, famille, nature etc. ; à aucun moment on n'y parle de zigouiller. Beaucoup remontent à la guerre de Trente ans, mais même Westerwald, composé en trente-cinq sur ordre de je ne sais qui (peut-être le Gros !) ne parle que de... Eh bien de Wald ! Sans oublier le Deutschland, long, fastidieux, hon s'endort...

Alors que les véritables tueurs à sarbacane, par exemple c'est nous ! A commencer par l'hymne national, le Chant du départ, Turenne, monarchie ou république nous faut qu'on occisse... Himmédiatement et sans délai...

Écrit par : Sergio | 08/03/2015

.
C'est bien la V7 sport de soixante-sept, la verte : je l'avais remarquée dans un Moto-revue du Salon et c'est vraiment son équilibre, son harmonie enfin c'est indicible ; le reste on aurait pu me dire n'importe quoi. Déjà un prix horrible treize mille francs (treize mille euros) et des accélérations moyennes : je faisais tout le Moto-revue pour vérifier que c'était quand même pas la plus nulle ! Sinon soixante-douze chevaux contre soixante-cinq à la Honda Quatre, deux cent six kilomètres-heure contre cent soixante-quinze, par là.

Je l'ai gardée un peu, quelques années, on me félicitait de n'avoir pas pris une quatre pattes comme tout le monde, seulement, petit à petit, germait la Grande trahison ! D'abord c'était ma première et, trompé dans mon incommensurable naïveté par les articles dithyrambiques des magazines, je croyais vraiment que je me serais envolé sur la Honda ! On se dessille... Ensuite c'était la mode des brimborions, cornets, bracelets, quatre en un de tous poils ; je roulais pas mal dans nos plaines, chaque village avait sa ou ses quatre pattes Honda, on discutait, voyait... C'est surtout ces pommes d'arrosoir au bout du quatre en un qui me rendaient fou ; ça faisait un bruit ! Même avec Csound maintenant je pourrais pas le reproduire...

Pour finir j'ai eu la quatre pattes, mais jamais le bidule en harrosoir !

A propos, bravo pour les posts à partir de l'iPad, y en a pas lerche, de fautes, si ce n'est zéro tout cru, j'avoue que ça m'en bouche un coin je serais déjà en réa...

Écrit par : Sergio | 08/03/2015

ils n'ont besoin de personne en Harley Davidson ..

Écrit par : Daaphnée | 08/03/2015

.
.
.
Adepte d'une vie saine, j'implore les motards de ce lieu mal famé d'ABANDONNER leur motocyclette et d'enfourcher non pas leur voisine à l'œil lubrique mais son VELO !!!

Marre de voir ces chemises tendues à l'extrême sur les bedaines de chanoine de la route ! Un peu d'exercice vous ferait le plus grand bien et remetrait à leur place ces barrettes de chocolat qui ravissaient vos jeunes fiancées, dans le temps.... le temps où aucun moteur ne venait à votre secours !!!

Écrit par : JC..... | 09/03/2015

le vélo sans sel va te faire quitter la rdl jicé..
https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/originals/a4/10/3e/a4103e9bdd4e41c86449ce8c1b8ab82a.jpg

Écrit par : bouguereau | 09/03/2015

.
.
.
Bougboug, ton invention est géniale ! Tu as déposé le brevet, j'espère .... J'ai déjà des commandes !

Écrit par : JC..... | 09/03/2015

.
ils n'ont besoin de personne en Harley Davidson ..
Écrit par : Daaphnée | 08/03/2015

Remember ! Lili Fatale (Lauzier) : les deux mercenaires, Dugusse une espèce de Bob Denard, et elle, Lili, toute en Lanvin et en Böhmer & Bassenge, se trouvent un no man's land spirituel, un peu comme ce film sur Noël dix-neuf cent quatorze, et fraternisent de manière occulte mais éclatante au travers du mythe de Milwaukee (Vissequonzun comme dirait Philippe Bouvard)...

Écrit par : Sergio | 09/03/2015

.
ton invention est géniale !
Écrit par : JC..... | 09/03/2015

Je vois pas du tout comment il peut les trouver ! J'avais un copain, comme cela, tous les matins il me ramenait des vannes, monstrueuses mais halors monstrueuses, tirées de je ne sais quelle radio fantôme, peut-être une survivante des stations installées sur des chalutiers en mer du Nord...

Écrit par : Sergio | 09/03/2015

Les commentaires sont fermés.