Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2014

Alphabet

Un littéraire, c'est un matheux qui s''ignore ; il faut une analyse terrible ! Jamais au bout on y est. On peut faire des haltes, mais c'est déjà du vol : on est déjà à trois parsecs. Du vol aux deux sens, donc, et même dans les deux sens, puisque l'on essaie de revenir. C'est la seule chose qui est impossible on en sait trop... Bram !

Commentaires

.
.
.
Un littéraire c'est un matheux qui s'ignore (Sergio)

Là.... j'avoue.... j'en tombe sur le cul .... je pouffe... j'exclaffe.....je gigote....je m'étrangle de rire...!
On est dans l'orwellien le plus pur ! Un équivalent sergueien de son fameux : « La guerre, c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force. »

Écrit par : JC | 26/12/2014

.
.
.
Tant qu'à faire, la phrase "le littéraire, c'est un matheux qui s'ignore" pourrait avoir été prononcée à Champignac par le Maire, auteur de l'inoubliable : "L'infini, c'est là où la main de l'homme n'a jamais mis le pied ..."

Écrit par : JC | 26/12/2014

.
Et celle-là :

Quand on voit ce qu'on voit, quand on entend ce qu'on entend, on a bien raison de penser ce qu'on pense...

Écrit par : Sergio | 26/12/2014

Je n'ai rien compris.

Écrit par : une conne | 26/12/2014

.
Moi non plus, mais ça c'est normal : en principe les femmes comprennent des trucs qu'on comprend pas, à tel point qu'elles ne parviennent même pas à nous les faire comprendre...

Écrit par : Sergio | 26/12/2014

.
.
.
"Les femmes de moeurs légères ont parfois la tâche lourde avec les hommes de poids."..... en voilà une de Pierre Dac qui vaut le détour.

"Il faut réfléchir avant de penser, sinon ça sert à rien"...... du même, approximatif car de mémoire.

Écrit par : JC | 27/12/2014

.
Et ensuite, il faut non seulement oublier, mais encore oublier que l'on a oublié, sinon le ver est toujours dans le fruit pas extirpé aucunement... Cela, c'est du Richard Millet, sauf le coup du ver bien entendu là c'était pour corroborer l'acuité de mon propos comme dirait Robert Bidochon...

Écrit par : Sergio | 27/12/2014

Les commentaires sont fermés.