Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2013

Rectification

Le volume du corps humain est fini, mais sa surface infinie. Si l'on admet qu'une femme est un homme, y a du pain sur la planche...

Commentaires

Chez certains sujets, le volume du corps évolue entre 0 et 18 ans. On observe également une augmentation au niveau abdominal, appelée vulgairement "brioche de comptoir" à partir de la quarantaine.
Après la mort, la perte de masse est un phénomène normal. Des cercueils à géométrie variable sont d'ailleurs à l'étude dans un souci écologique. De même que les caveaux. Il est grand temps que l'administration des cimetières s'intéresse au développement durable.
En revanche, les phénomènes dits "de flatulence" sont épisodiques et les variations de volume induites passagères.

Écrit par : Pr Luft | 14/02/2013

.
Ha mais justement le poids n'augmente pas,lui, dès lors qu'il est parfaitement possible de la poser très exactement sur le comptoir, la brioche.

Quant à la mort, il faut être foncièrement contre : c'est une survivance déterminée par les médicastres pour prolonger leur casuel. Le grand Joseph Vissarionovitch l'avait fort bien compris, lui, qui les a expédié bouffer les lichens par la racine...

Écrit par : Sergio | 14/02/2013

"Si on admet qu'une femme est un homme."
Pas du tout. Aucun rapport. Une différence tout à fait colossale.

Écrit par : un copain de Jacques Barozzi | 15/02/2013

.
Bon évidemment on peut pas admettre une chose pareille, sauf peut-être dans les bouquins où ce sont des scientifiques qui n'en ont jamais vu et de ce fait n'ont jamais pu s'en encombrer, mais justement notre praxis à nous littéraires ou artistes est de faire travailler notre imagination dans le monde des possibles et surtout des impossibles...

Écrit par : Sergio | 15/02/2013

"Le volume du corps humain est infini, mais sa surface est infinie." Cette proposition est incompréhensible.

Écrit par : le beau-frère de hildenstein | 20/02/2013

.
On pourrait imaginer que si, en utilisant un pas de mesure de plus en plus fin jusqu'à devenir microscopique : là normalement le volume devrait tendre vers un nombre fini, tandis que la surface, avec ses formes autosimilairement et indéfiniment reproduites, pourrait bien tendre, elle, vers l'infini. Maintenant lorsque l'on arrive à l'atome, je vois plus très bien ce qui se passe...

Écrit par : Sergio | 20/02/2013

Mais l'atome est fini. (Comme nous, au fait : il paraît que tout est foutu.)

Écrit par : le beau-frère de hildenstein | 20/02/2013

.
C'est le problème, une modélisation chasse l'autre. Et encore, ce sont les nôtres propres, de modélisations...

Écrit par : Sergio | 20/02/2013

"tandis que la surface, avec ses formes autosimilairement et indéfiniment reproduites, pourrait bien tendre, elle, vers l'infini." Mais le volume aussi. Il n'y a pas de pérennité des cellules. Et la variation est infinie. Pense à la croissance d'un furoncle, ou simplement des ongles...

Écrit par : ploute | 21/02/2013

.
Boh après tout y a des musculateurs bulgares ou même sibériens qui pèsent dans les deux cents kilos... Faut dire, avec ça ils en montent encore plus !

Écrit par : Sergio | 21/02/2013

Je ne pèse qu'un quintal et demi mais je soulève mon poids au développé couché et je peux confirmer que ça fait une vache d'augmentation de volume au niveau pectoraux et triceps.

Écrit par : un musculateur bulgare | 23/02/2013

Après, quand la peau se contracte, ça fait des vergetures. L'effort laisse des traces. Mais, du coup je peux dire que oui la surface de ma peau augmente aussi. Je tends vers l'infini dans les sens finalement.

Écrit par : un musculateur bulgare | 23/02/2013

bah, Sergio, cela nous fera nous souvenir du bel et bon, grand et gros, blond et gras, Vassili Alexeiev, la légende soviétique des haltères (en fait il était brun charbon). sa démarche était et reste inimitable, il avait des triceps tellement gros qu'un jour il activa les volets d'atterrissage d'un Tupolev Moscou-Vladi rien qu'en se levant de son siège pour aller dévorer une boîte de caviar de cinq kilos dans les toilettes. l'avion dut se poser en toute urgence à Sverdlosk. moi, j'aime les femmes haltérophiles ou les lutteuses, souvent elles sont très fines. les sumos japonaises (bien qu'extrêmement mal vues par la société) sont de belles gosses aussi. cela doit être tout un travail amoureux épuisant pour leurs amants que de découvrir tous les plis et les replis de leur peau si douce et si fine (mais cela fait partie du plaisir aussi), car elles sont corporellement et spirituellement sur-développées. c'est pour ça que le titre de votre billet résonne fortement dans mon âme. le Doinel de Truffaut avait eu toute une expérience existentielle sur ce sujet...cela nous remettra aussi dans la tête le plomb que contenait le film mexicain de Alejandro González Iñárritu, les fameux 21 grammes, vos commentateurs, je crois, en on déjà parlé, je n'insiste pas. mais pourquoi les actrices et les romancières françaises (et j'ajouterais les sportives) sont-elles si minces ? c'est de l'infini perdu.

Écrit par : alec | 23/02/2013

.
Ah ça Ekaterinbourg j'espère bien que tout l'équipage en a profité pour aller se recueillir au moins trois heures en silence à la villa Ipatiev...

Tiens c'est vrai, je mets rarement en ligne mes nus féminins en 3D, en général je m'en fends d'une par an. C'est réussi ou non, cela dépend. Mais ce qu'il y a, c'est que l'an dernier, avec la torsion que je demandais aux bras pour aller trifouiller dans les cheveux, tout de suite cela cordait sinistrement, donc rien d'autre à faire que de lui coller, d'origine et avant torsion, justement, des bras bien conséquents, volumineux... Et le reste à l'avenant, par nécessité... Finalement c'est une grosse que j'ai faite ! Mais tout réalisé ensuite cela ne se voyait plus, naturellement. De toutes manières c'est beautiful, gras comme au début du siècle, enfin de l'autre...

Y a que Anne-Marie Stretter qui fait un peu planche à pain (jalousie d'auteur ?), faut que je me revoie India song ça commence à urger...

Écrit par : Sergio | 23/02/2013

Anne-Marie Stretter qui fait un peu planche à pain

Ah, pour ça, c'est sûr, faut que tu revoies India Song d'urgence, y a un gros plan sur un sein de Delphine Seyrig impossible à oublier.

Écrit par : Rirette, haltérophile | 24/02/2013

.
Il y a encore pas mal de choses, je viens de relire le Vice-consul à mort sérieux pire que si je le traduisais... Donc maintenant il me faut tout et absolument ! La lumière éternellement crépusculaire, les tennis déserts, et bien sûr le vélo d'Anne-Marie Stretter... S'il en manque ou que c'est mal descendu... Boh finalement je peux tout reproduire en 3D ! Surtout le ciel crépusculaire... A la Burgonde !

Écrit par : Sergio | 24/02/2013

Les commentaires sont fermés.