Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2013

Hin

L'humour, ça sert surtout à éviter l'angoisse...

Commentaires

Et réciproquement. Quand j'ai les foies, ça me bloque tous les sphincters. Plus moyen de rigoler.

Écrit par : ploute | 25/01/2013

.
Pratique, surtout en pilotant... C'est que, de là-haut, c'est pas comme par la portière d'un train corail ou même de l'Orient-express...

Écrit par : Sergio | 25/01/2013

Oui, mais en avion j'ai pas peur du tout. Là, j'ai un humour terrible. Et ça y va, je peux vous dire. Quand je fais de l'U.L.M., vaut mieux ne pas se trouver en dessous de ma trajectoire. Il y a eu des plaintes. Uniquement des citadins, remarquez, parce que les paysans connaissent la nature. Et ils ne sont pas ennemis de la fertilisation.

Écrit par : ploute | 25/01/2013

.
L'ULM évidemment ça n'a pas d'immatriculation... Et puis c'est pas mal moins cher, c'est vrai, seulement à Nancy la météo...

Écrit par : Sergio | 25/01/2013

les forçats de l'Angst ont beaucoup d'humour fin car la plupart du temps caché. les forcenés de l'humour (je pense à toute la troupe de nos comédiens de stand-up, les comiques professionnels) ont une aura extrêmement anxiogène (en ce qui me concerne) car ils cuisent et recuisent toujours le maigre petit tas de poudre de rire rare qu'ils ont laborieusement gratté dans les entrailles de leur mine de souffre intérieure, comme des alchimistes de la rigolade à froid. je dis ça en ayant regardé quasiment toute la filmo de John Boorman qui vient de repasser sur le cable. "Excalibur", "Delivrance" sont percés de part en part par l'humour. ces films sont réputés pour leur sérieux, et les Monty Python leur ont beaucoup piqué, mais il suffit d'aller profondément en soi pour aller le chercher et peut-être le trouver. comme si c'était un trait d'émeraude, très fin, qui ne va pas jaillir gras et en éclats. c'est une expérience spirituelle qui en vaut d'autres.
Sergio, j'ai pensé à vous récemment. je suis motocycliste comme vous (vous le saviez peut-être). nombre de constructeurs (italiens, anglais, japonais (la nouvelle CB 1000)) se mettent à foncer tête baissée dans le vintage et le revival.
qu'en pensez-vous ? cela vous génère-t-il de l'angoisse ou vous fait-il vous marrer ?
bien à vous (appel de phare comme disent les bikeux militants.)

Écrit par : alec | 01/02/2013

Vous êtes motocycliste, alec ? Mais je ne savais pas. Ça m'ouvre des perspectives.

Écrit par : la copine de JC | 01/02/2013

.
Assez curieux, ces néo-motos... Pour les cabriolets on ne s'y est pas risqué, on va là où mène la technique. Pour les bécanes, ça fait quand même un peu artif. Je ne sais pas si c'est une bonne solution pour retrouver le temps... Il m'est arrivé de rêver à, mettons, une sept et demi Honda d'origine : je me souviens parfaitement de mes impressions, mais en vérité je suppose que je serais surtout pas mal déçu. L'image de la madeleine, oui, mais quant à la madeleine elle-même... J'ai découvert sur un trottoir proche une Guzzi Le Mans neuve qui, pour le coup, fut ma première : j'ai pas mal tourné autour, cela m'a un peu poursuivi, mais non, c'était en quelque sorte forclos...

L'humour finalement c'est comme toute création, il éclaire quand il est bon, avec tout ce que cela comporte, en particulier une certaine élévation. Sinon c'est du squelette. A la muscu (on a des télés) il y a des sortes de compilations comiques, le dimanche matin, on dirait du compte d'auteur ! Et effectivement cela fait un peu peur, il y a une distance qu'on en vient à se reprocher...
L'humour, normalement, peut casser l'angoisse parce que, tout, simplement, il force une évasion momentanée vers d'autres images, il est une oasis...

Or donc appel de phare...

Écrit par : Sergio | 02/02/2013

on pourrait peut-être même dire que Céline a été l'un grands bédouins de cette oasis. je sais bien qu'avancer, comme c'est le cas pour une partie importante de la critique littéraire (pas seulement celle des amateurs), que l'humour inonde de son cours souterrain plus d'un substrat de l'oeuvre de tel ou tel écrivain majeur est devenu un marronnier, mais il y a un peu de ça chez le motard de Montmartre. c'est vrai que l'humour crée de puissantes nouvelles images, c'est patent, comme dirait un imagier célèbre d'un blog qui ne l'est pas moins. c'est lorsque l'homme sent que la perspective stratégique du rire possible (qui est un continent, un désert -- si riche en faune et flore sauvages) s'est évaporée dans le ciel que naît chez lui l'angoisse, comme vous le rappelez.
pour revenir un instant sur les motos du passé qui reviennent hanter le présent, plutôt d'accord avec vous sur le peu de valeur ajoutée à la "vraie chose", au real thing comme disent avec peut-être plus de force les anglais, des néo-modèles vintage. les constructeurs essayent de forcer la contradiction qu'ils sentent bien qu'il y a dans les termes en modernisant à fond les moteurs par exemple (ce que Honda a fait pour sa 1000 CB est bluffant, ils sont arrivés à calculer le bruit que feraient les ailettes de refroidissement de leur 4 cylindres à air).
votre évocation de la Guzzi me fait me souvenir d'un séjour que j'ai dû faire au Japon (en plusieurs fois entre 2002 et 2007). j'avais fait la connaissance de membres du club Magni de là-bas. ce sont eux qui m'ont initié à cette merveilleuse machine qu'est la Sfida biposto (j'espère en avoir une bientôt). Magni avait réussi à créer du neuf avec du vieux (le couple de renversement dompté, c'est lui) d'une façon sublime, sans faire dans le vintage, vrai nan-nan de certains bobos d'aujourd'hui. je me souviens (petit aparté) que j'avais toujours entendu dire que les bikers japonais étaient mai vus, étaient des bad boys, appartenant au mitan des Yakusas. de vraies fariboles, les gars du Magni club étaient très bien insérés dans la société, étaient des monstres de courtoisie et avaient tous un coeur d'or.
bonne muscu pour demain.

Écrit par : alec | 02/02/2013

.
On a même réussi, à titre expérimental, à faire claquer des portières de Quatre L. comme celles d'une grosse BMW. Cela fait réfléchir, tout de même, sur la valeur de toutes ces impressions, ces sensations, dès lors qu'elles renvoient automatiquement à des images. Et là le piège est de taille, puisque l'image en question est précisément celle que l'on veut inciter le client, disons autrui d'une manière générale, à se donner de soi-même : on exploite généreusement la pulsion la plus commune, gemein auf deutsch, qui soit. On exploite la propension de l'individu à s'accrocher à une cage précisément parce qu'il la voit plus flatteuse que l'actuelle où, déjà, il s'est mis alors que déjà également personne ne lui demandait rien... Des coups à terminer dans un tonneau, mais d'ailleurs même cela sera récupéré, il y aura des tonneaux haut de gamme et des bas de gamme, d'entrée de gamme comme ils disent...

Il y avait des motos qui étaient très bien, les Martin : toute la partie cycle était d'eux, seul le moteur était japonais, ce qui donnait un ensemble particulièrement maniable et puissant. Naturellement c'était cher, et puis comme les motos actuelles sont d'origine tellement abouties...

Écrit par : Sergio | 02/02/2013

Un mois, c'est trop long ou pas assez. Pour taper les 1200 coms au compteur comme lassouline, faudrait laisser tourner deux ou trois piges. Non, je crois qu'il vaut mieux changer de thème, là maintenant.

Écrit par : Groulier | 08/02/2013

.
Oui mais rapporté à la longueur des billets ça fait quand même un bon rendement...

Écrit par : Sergio | 08/02/2013

Les commentaires sont fermés.