Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2008

Paille, foin !

Bon les premiers PV pour piétons vont arriver. De 90 à 750 euros comme d'habitude. Les piétons de toutes manières ça sert à rien. En plus ils le font sûrement exprès, d'être comme ça.
 
Moi la Yam quand je la béquille avec mes muscles énormes naturellement que je peux pas en être un, de piéton. C'est consubstantiellement impossible. Mais alors pour les deux mètres qui restent à faire jusqu'à l'entrée du bar, le flic, lui, il peut confondre ! Il le sait pas, tout  ça ! Pour savoir il faut être un savant. Et un savant ça peut être ventru comme le flic, mais sûrement pas se la péter comme lui. Donc le flic peut pas être un savant je l'avais bien dit.
 
Les piétons c'est sûr faut les mater. Déjà leur filer des casques, des bien ridicules comme pour le vélo. On pourrait même les attacher entre eux parce que dis donc, en cas de délit de fuite, le flic ventru... Et puis leur faire passer un vrai permis, à la fin des fins ! Avec les cônes comme moi la Yam. Et un comportement citoyen où on ferme bien sa gueule. Surtout devant le flic. D'ailleurs le flic il faudrait le saluer. On pourrait trouver... Je sais pas, moi... Ah si, tiens, un salut sportif genre le salut romain...
 
De toutes manières s'ils trouvent ça trop dur, comme permis, ils n'ont qu'à rouler en Bugatti comme tout le monde ou en Léon Bollée. 

26/03/2008

68 again...

Soixante-huit en fait je peux pas trop en parler, j'avais mon deuxième degré d'équitation à passer. Faut quand même bien comprendre l'opacité du problème, toute l'hippologie un bouquin entier, avec les vices rédhibitoires, l'éparvin, le vessigon tendineux, et puis les enrênements qui se coincent tout le temps, la selle Danloux...
 
De toutes manières 68 il aurait pas fallu être de trop, sans ça on n'aurait jamais eu assez de flics. Quarante-sept mille sous Vichy, guère plus en 68, ça valait pas tellement le coup... Mais maintenant ce serait une autre histoire, cent vingt mille, qu'on en a ! Alors là c'est bien gras ! Ca voudrait casquer, comme dirait Obélix...
 
68 évidemment ça faisait un peu rigoler, révolution en peau de lapin, pas une seule mitrailleuse dans les rues ni rien, pas le moindre landau pour dévaler Montmartre...
Mais révolution quand même, du fait de son côté spiritualiste. On s'occupait de Lacan et Marcuse, de Sartre ou Trotsky, mais au demeurant assez peu du tri sélectif, des chiens intempérants ou de la ceinture de sécurité. D'ailleurs le mot sécurité était parfaitement inusité.
 
Maintenant c'est bien : tout est propre, on fait du sport sans passer pour un hurluberlu, les mécanismes tournent rond, et surtout on a le comportement citoyen. On est devenu son propre flic, le "Fais ce que vouldras" glucksmannien. Mais donc, 68, ça reviendra, right ?  

14/03/2008

Nach Paris !

Alors là grand moment... Le problème dans l'aviation c'est qu'il faut pas être sourd à cause de l'oreille interne, sinon le coucou, eh bien il choit. Donc on va vérifier que je le suis, mais un peu, de manière à sauver la ferraille. Et pour cela il y a des examens terribles, par exemple se mettre à cloche-pied, qui nécessitent des installations ahurissantes pires qu'un poumon d'acier, et ipso facto un grand professeur. Enfin non, si on veut le professeur il peut être petit, du moment qu'il est parisien. A Nancy on peut pas du tout se mettre à cloche-pied, et de toutes manières on n'aurait personne d'assez instruit pour être sûr que c'est vrai.

Donc pour le TGV c'est bon, comme le rendez-vous n'a été reporté que deux fois par la dactylo (parisienne, elles sont vraiment meilleures que les nôtres, enfin on va voir ça...), je n'ai eu à changer le billet que deux fois, la troisième ce sera pour la grève. Au pire de toutes manières je monterai à l'avant dans le tender, je leur donnerai un coup de main, avec la pelle de tranchée j'ai l'habitude.

Après le problème ce sera gare de l'Est, si le bastringue la défonce pas comme sous Félix Faure ou mon copain Deschanel, lui aussi vieux routier de la vie du rail. Est-ce qu'ils nous accueillent en pagne ? Ou ils nous promènent dans les rues de Paris ? Nous exposent au jardin des plantes, avec l'éléphant ? Une cellule de crise, peut-être... Avec des traducteurs pour le plan du métro...

Je l'avais bien dit : c'est un gouffre, cette affaire...