Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2007

Encore une

b60fa55187bae6e03763718c4382d356.jpg
 
Mon Dieu, donne-moi ma fractale quotidienne.
 
 
Et ça, c'est le son qui va avec. En cas d'urgence, sauter par la fenetre.
 

podcast
 
 

17/10/2007

LIberté Egalité Fraternité

Incroyable ce qu'ils peuvent nous écrire, ces trois-là ! Pire que les Karamazov ! Surtout le samedi, pour bien etre surs qu'on s'occupe d'eux... C'est vrai, ça : ils ont tellement de boulot la semaine, y a qu'à la fin qu'ils peuvent se libérer pour coller le timbre... Enfin non, d'ailleurs, c'est con ce que je dis, y a pas de timbre ! Trop compliqué ! Ah les rats... Peste noire, brune, tout ! Domiciliaires, qu'ils sont...

Et pas virtuels : des copains à eux on en trouve de partout ça pullule ! Ils sont pas blancs ils sont pas rouges, tout bleus, qu'ils sont... Meme dans les cités qu'ils prolifèrent... Enfin surtout dans les cités pas dangereuses. Du coup elles le deviennent, dangereuses, les cités... Ah moi les charters je suis d'accord. D'ailleurs à force de l'autre coté il y a de la place... Toute la Poulaga dans le désert ! Hop ! Deux cent mille ! Au milieu des cactus ! Les autres ils sont normaux on les garde. Au reste comme disait Paul Morand à la fin de toutes manières il n'y aura plus qu'une seule race mélangée et voilà tout. Mélangée, mais sans bleu !

09/10/2007

Développement durable

Ca c'est pas mal, maintenant on va avoir des emballages jetables. Avant le plus souvent on jetait surtout le contenu, alors du coup on gardera plus rien ! Meme plus besoin d'acheter le zimbreck, ni meme de le fabriquer. On sera bien tranquille, tiens...

Le mieux quand meme ce sont les moulins à vent, les éoliennes comme on dit dans le désert. C'est mignon, ces trucs-là, seulement voilà : ça arrete le vent ! Et si le vent est arreté, eh bien les éoliennes... Evidemment on peut toujours les enterrer, ça fera plaisir aux amoureux des mornes plaines. Du coup le vent va revenir, et comme lorsqu'il y a du vent, il ne fait pas froid...

Pauvres éoliennes, avec leus grands bras accueillants ! Un jour une discussion avec Jean Gandois, le pétrolier... Dans le goudron et les plumes, qu'il voulait me mettre ! Je me suis enfui comme le vent...