Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2007

Cora et moi (2)

C'était pas mal. Comme il n'y a quand meme pas vingt mille personnes en permanence dans la galerie, on a tout le temps d'observer les attendrissants petits travers humains qui se propagent alentour.

Déjà comme le Yank le Nancéien est gras. Et gros.  Mais pas légèrement, non, à fond. Comme dans les caricatures. On voit très nettement la chemise qui sort par-dessus le ceinturon, s'épanche en un repli gigantesque, remonte comme elle peut. C'est phénoménal. Et tous ! Et ils repartent avec des chariots déglingués eux aussi de bouffe. La bouffe, elle sort du chariot comme la chemise du ceinturon ! Et en plus il y en a qui sont tellement pressés qu'ils bouffent déjà dans le Cora ! Affreux ! Le Décaméron ! Et il y a meme des chariots encore plus gros que les autres pour contenir plus de bouffe... Le record c'était un qui poussait un chariot avec son ventre, lisait, téléphonait, et s'empiffrait d'un kébab monstrueux... Meme le téléphone a failli y passer... Le tout à trois heures de l'après-midi bien sur...

Après les bouffeurs, il y a les ensacheurs. Ca, c'est spécial. Si on veut rentrer dans le Cora avec une mitrailleuse lourde ou un porte-avions, pas de problème, mais il faut l'ensacher. Comme ça, on vous le fait pas payer deux fois. Comme vis-à-vis de mon expo, j'avais l'ensacheur en titre. Des après-midi entières à ensacher...  A vrai dire, au début j'avais un peu peur qu'il vienne ensacher une de mes toiles ou tout bonnement mon groin, mais non, ils vendent pas de ça à Cora.

Encore en vis-à-vis, mais de l'autre coté, tout un bastringue à paquets cadeaux. On mettait un euro et on se retrouvait avec trois mètres de papier cadeau par terre et un peu partout. Après, on faisait son paquet sur la table. C'est là qu'on voyait les surdoués. Finalement certains hommes y arrivaient. Les femmes, contrairement à ce qu'on pourrait penser, c'était assez inégal. Mais le mieux, c'est qu'un des distributeurs de papier était gratuit. Pas folles les guepes, le but était alors d'embarquer un max de papier. Et je te tire sur le truc, et je te roule ça vite fait, personne en vue, bon on retire, reroule... Après huit mètres elles commençaient à s'essouffler, surtout qu'il y avait les caméras de mon expo... Et paf ! on tire encore, trois bons mètres, l'air de rien, on reroule.... Une fois écroulé de rire je file faire un tour dans le magasin, je reviens... Elle était toujours là, la taupe ! Je suis sur qu'elle a passé les vingt mètres...

Commentaires

On comprend enfin pourquoi Cora... Cora, Cultura... hauts lieux sacrés ! artistes, bouffeurs et ensacheurs : même combat !

Écrit par : claudine | 10/07/2007

Enfin un retour, un post à la céline............je jubile en cette matinée ensoleillée (merci le néon UV)

Écrit par : Sin | 10/07/2007

@Sin : ne te moque pas de l'homme affaibli. Un misérable vermisseau. Je ne suis plus rien. A tous les coups c'est la météo. Et c'est d'ailleurs précisément pour cela que je suis bien le seul à ne pas faire de post météo !!!

- ah mais c'est vrai, le grand Louis-Ferdinand est bien le véritable inventeur du style des blogs.

@Claudine : bon mais maintenant je m'incruste dans le machin. On va refaire un tirage de mes trucs minables pour décorer le coin repos du Cora. J'espère seulement qu'il n'y aura pas trop de ketchup dessus au bout d'une semaine...

Écrit par : Sergio | 10/07/2007

ah mais je ne me moque pas...Au contraire j apprécie..non mais...d ailleurs ça manquait un peu ce regard éguisé sur nos congénaires..

Pfffffff...c est un bus ici qu il va falloir louer pour le périple à cora land..bon nous a la coloc on ne mange jamais alors pour les achats..;ce sera plutôt du gastroliquide...c est bien d ailleurs d avoir tout sur place...

Écrit par : Sin | 10/07/2007

@Sin : Boah un jour avec un copain je voulais, au lieu de chouraver un CD comme n'importe quel garnement, non, nous installer froidement au rayon camping ; hop ! deux pliants, un bleuet, pendant ce temps l'autre allait chercher des steaks, ça cuit, avec une belle fumée... Et alors les vigiles ! Pas prévu dans leur doc, tout ça ! Ils auraient jamais su quoi faire !!!

Écrit par : Sergio | 11/07/2007

Aiguisé....doit s'écrire plutôt ainsi...Bon j avais une excuse j'étais un peu (trop) aviné....

Écrit par : Sin | 11/07/2007

@Sin : ben oui, de "ab" et "vine", c'est-à-dire "privé de vin". C'est un état que, par défaut, il vaut mieux avoir soin d'éviter...

Écrit par : Sergio | 11/07/2007

Et tes toiles alors ? Qu'en est il ?

Écrit par : Nat | 11/07/2007

Les joies du gratuit... un petit jeu où la vraie nature humaine peut enfin se répandre : gratuit, le mot est lâché, quelque soit la chose offerte, c'est gratuit. Gratuit, le sésame du plaisir du pauvre, comme l'éternuement est l'orgasme du pauvre... Gratuit, la manne céleste enfin répandue pour le commun, gratuit, le cri de ralliement des profiteurs, des prébendés... Gratuit, le nouveau justaucorps à brevet des courtisans avides de consommation.

Écrit par : Fabrice | 12/07/2007

@Fabrice : quand j'étais gamin, je hurlais aussi contre ces temples de la consommation. Tout y passait... Maintenant, je fais un peu plus la part des choses. De toutes manières, il faut un système. Et puis, ça faisait un peu trop conformisme de l'anticonformisme. Mais alors, que cela ne nous empeche pas de rigoler ! Après, plus pervers, il y a cette observation des gens, le fameux "plus je me compare, plus je me réjouis". Boaf, ça aussi ça se discute. Peut-etre qu'il y avait de brillants mathématiciens parmi ces bedonnants et ces faiseurs de paquets, allons savoir...
Pour le gratuit, c'est encore autre chose. Attali pense que nous allons vers un monde du gratuit. A y bien réfléchir, il peut y avoir de l'idée. Et puis, ce qui est le plus précieux est bien ce qui est gratuit, c'est-à-dire tout ce qui nous a été donné par le bon Dieu...

@Nat : pas terrible... Mais enfin, déjà au moins le chargé de relations publiques du Cora va sous une autre forme me prolonger l'expo en faisant retirer sous forme de posters cinq de mes place Stan et en les affichant bien en vue dans le coin repos. A priori je suis bien le premier à qui cela arrive.
Bon, de toutes manières, je sais à peu près où j'en suis. Il y aurait bien un début dans les place Stan, mais il faut les compléter, et surtout dépasser la technique. Les nus pareils, trop fades pour le moment (je ne parle pas de l'attitude, bien entendu !!!). Et les abstraites, comme d'habitude, un coup c'est bon, un coup c'est pas bon...

Écrit par : Sergio | 12/07/2007

comme d'habitude, un coup c'est bon, un coup c'est pas bon...

toute ma vie résumée en une phrase...

Écrit par : Fabrice | 12/07/2007

@Fab : boah non, c'est général. Il y a des périodes de la vie où l'on réussit de manière linéaire, on est comme sur un nuage. Mais cela, on ne s'en aperçoit que rétrospectivement. "N'avez-vous donc pas vécu", disait Montaigne... Déjà quand une journée a apporté une seule chose, une toute petite chose, c'est qu'elle n'a pas été perdue...

"Un coup c'est bon, un coup c'est pas bon" : c'est de l'heuristique, ni plus ni moins. Et c'est tout ce qu'on sait faire dès lors que l'on quitte le domaine du connu...

Écrit par : Sergio | 12/07/2007

Sergio > Ah mais c est qu on en veut nous aussi des posters....

Écrit par : Sin | 12/07/2007

Sergio>
Et on peut commander les sujets où bien ? Moi j'aimerais bien un VAB sous les lanternes. Tu vois, en clair-obscur.
Je suis sur que c'est un sujet porteur en plus. Le VAB, c'est in.

Écrit par : Rodolphe | 12/07/2007

Rod > Il y en a un dans la salle d'honneur de ton régiment de Berlin, signé par ma pomme. En plus, c'est un VAB qui nage. C'est d'ailleurs vers ton époque que je l'ai offert au régiment, en mai ou juin 89 : le chef de corps en avait bien envie, mais il manquait de sous. Heureusement, le général Cann en avait, lui, et m'en a pris une à titre privé (une courbe mathématique en 3D, déjà...) et une autre, une nature morte à la bouteille de whisky (!) pour décorer l'un des multiples bistrots qui dépendaient de sa juridiction.

Sin > Ah mais normalement je les récupére au bout de deux mois, sauf si bien sur on a le bon gout de les oublier là-bas. Comme de toutes manières je ne saurai pas quoi en faire...

Écrit par : Sergio | 12/07/2007

Pffffffffffffff et pour le 71e RG ???

Écrit par : Sin | 12/07/2007

@Sin : là, je peux faire des torpedo bengalore... No problemo. BOUIM !!!

Écrit par : Sergio | 12/07/2007

Sergio>
Non c'est vrai ? C'est à dire qu'au quartier Napoléon, je m'interessais moins à l'art qu'aux deux filles du colonel M (Armelle et Anne-Lys, si je me rappelle bien).

Écrit par : Rodolphe | 13/07/2007

Rod > Ah ça c'est un danger que l'homme de bien ne doit en aucun cas oublier de conjurer. Vigilance ! Il faut croire que les colonels ont toujours deux filles, mais moi au moins j'ai oublié les prénoms. Quoique, en cherchant bien... En plus j'étais particulièrement menacé à cause de mon cabriolet... Très risqué, cela... Toujours rouler en deux chevaux... Et ne pas boire, ou alors boire beaucoup !!!

Écrit par : Sergio | 13/07/2007

Sergio > "le coin repos" du Cora ??????? sans blague ?

Écrit par : claudine | 16/07/2007

C'est le One-Two-Two....le nom ?

Écrit par : Sin | 16/07/2007

Claudine > Certes. Ici le Cora il est immense, alors de temps en temps il faut se reposer. Bon mais ce soir je mets une photo du théatre d'opérations sur un post. D'ailleurs le coin repos, lui, il est plutot petit, c'est pour cela qu'il tient sur une photo. Mais tu vas voir : un jour ce sera le coin repos de la Maison blanche ou celui du grand Turc...

Sin > Et non seulement ça, qu'il est immense, mais il l'est tellemeent que les filles se promènent en patins à roulettes ! Si maintenant pour les rattraper en plus il faut passer le permis de ce truc-là...

Écrit par : Sergio | 16/07/2007

Les commentaires sont fermés.