Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2007

Bonjour, je suis votre chef de bloc...

Tout le monde s'en souvient, de ce charmant essai des années quatre-vingt ? Eh bien, nous y sommes.

Prenez un agent, posé par terre, dans la rue. Un bien gras, laiteux et mafflu. Avant il fliquait normalement et on n'en parlait plus. Maintenant au contraire on en parle, c'est meme lui qui parle :  lui comme il est, il vous fait la morale. Il s'occupe de votre "comportement". Ben voyons... Il mate il reluque, il dévisage... Pour les éviter le mieux c'est les banlieues. Des étrangers moi j'en ai déjà vu ils avaient l'air normal. En tous cas ils n'avaient rien contre les Auvergnats.

Mais on ne va pas s'en tirer comme cela.  Il faut faire comme le cancer, infiltrer toute la population. Chacun doit controler chacun. Avec des Sicherheitsdienste spécialisés : pour le tri, pour les clebs, pour ceux qui marchent sur les couloirs à vélos, pour les fumeurs, les cracheurs, les buveurs, les mangeurs et peut-etre meme les chasseurs de papillons. Le tout, c'est de flairer quelqu'un. Et crac ! une visite domiciliaire et un PV dans la boite aux lettres. Et controle des papiers, bien sur. Mais pour ça on a des flics-citoyens-volontaires. Avec des plaques bleu blanc rouge. Quand je vois du bleu blanc rouge maintenant j'ai honte.

Toutefois ça va s'améliorer. Pour l'instant c'est encore l'anarchie. Il y a tant à faire ! Vérifier que les gens se lavent les dents, changent de capote, regardent la télé, ont du respect comme les rappeurs, Qu'ils posent des bombes ça on s'en fout, ce qu'il faut c'est le comportement.  Marxistes tant qu'on veut mais pas les passages cloutés. Donc nous y voilà, il faut des chefs de bloc. Alors qui va-t-on choisir ? Ben... moi, par exemple, tout simplement ! Impliquer, ça s'appelle. La plus grosse ficelle du genre. Si on est chef de bloc, on peut rien dire contre rien.

 Alors là ça va etre bath ! Les visites domiciliaires ça va donner. Les calendriers, je surveillerai ! Et les vieilles pendant ce temps-là elles coudront les brassards. Les mecs s'ils veulent continuer à vivre ils monteront leur cave : tout doit disparaitre ! Pour les dénonciations il y en aura tellement qu'on procédera par tirages au sort. Tribunal du peuple, autocritique : respect, comportement... Tout le monde aura le meme texte. Comme à la messe mais sans la déco. Sans y croire non plus, heureusement. A la messe au moins il y a quelque chose à croire.

Faudra quand meme gaffer aux malades qui se dénonceront tout seuls... 

 

 

 

Commentaires

Ben dis donc plus ça va et plus tu te creuses le cerveau pour tes billets. Faut que t'arrêtes là, t'en fais vraiment trop !!! :)

Alors keski t'arrive ? T'as l'appendicite ?

Écrit par : Nat | 03/02/2007

@Nat : Mais c'est pour éclairer le problème ! C'est comme les lanternes, quoi...

Ah l'appendicite ça j'ai pas eu. Dommage, c'était bien, ça faisait au moins trois semaines sans aller en classe. Le seul truc que j'ai eu c'est les oreillons mais là c'est par civisme, c'est pour préserver la race...

Écrit par : Sergio | 04/02/2007

Te fatigues pas, avec Ségolène R. tout va changer, il faut positiver. Comme elle n'a pas de programme, elle s'occupe, un jour, en excursion sur la Grande Muraille, elle invente le mot "bravitude", ou alors elle ajoute des adjectifs, dont elle pense connaître le sens, pour donner une image "forte" (comme à l'école maternelle) ainsi,
- la démocratie (régime politique dans lequel le peuple exerce sa souveraineté) devient avec Ségolène R. DEMOCRATIE PARTICIPATIVE
Démocratie, un mot riche de sens qui n'accepte pas d'adjectif, souvenez-vous, lorsque certains se sont risqués à ajouter "populaire", ça a mal fini....
- le débat: pour Ségolène R., sans participant ce serait plus facile....
Jusqu'à ce derniers jours, l'adjectif -participatif - était réservé au milieu financier - prêt participatif - titres participatifs -eh oui, tout évolue, sauf Ségolène bien sûr...

Écrit par : ANDRE | 04/02/2007

@André : Ca doit etre la bravoure pour les femmes, je sais pas, moi, c'est comme la féminitude : nous ce qui nous intéresse faut dire c'est plutot la féminité... Le suffixe "ude", ça doit etre privatif : c'est pour dire qu'on l'a pas ! Par exemple si je dis "mes turpitudes", c'est justement parce que je suis au-dessus de tout soupçon...

- Ben oui mais la démocratie c'est le gouvernement par le peuple : et précisément quand on gouverne le mieux c'est de pas participer ! Ah la démocratie populaire ça c'était bien. Là au moins on savait qui causait ! Moi ce que j'aurais voulu c'est Directeur Principal des Camps. Mais il faut déjà pas mal d'ancienneté comme chef de bloc...

Écrit par : Sergio | 04/02/2007

C'est pour me rendre ridicule que tu as fini par pondre un texte après ton titre !!!

Non parce que je précise que lorsque j'ai mis mon comment il n'y avait "QUE" le titre...

Encore un piège à blonde cette affaire !!!

Écrit par : Nat | 04/02/2007

@Nat : une femme n'est jamais ridicule, c'est le mec qu'a fait le coup qui l'est.

Effectivement, je suppose que la procédure normale est de mijoter le texte dans un coin et de le mettre en ligne après, mais moi c'est une charge de Balaklava permanente, ou au contraire je dors comme les betes ! Et comme ici le truc est en ligne à la moindre sauvegarde, et que comme tous les maniaques je sauvegarde toutes les cinq secondes maxi...

Alors comme cela tu croyais que c'était le vieux procédé de la feuille blanche pour répondre à une question de philo particulièrement hermétique et se récolter un dix-huit gratos ? Boah ça se fait plus, ce genre de canular, depuis que ça a été récupéré par les aphasiques du marketing...

Écrit par : Sergio | 05/02/2007

Les poches de résistance s'organisent....d'ailleurs la langue officielle n'est toujours pas le Nov'langue....donc jusqu'ici tout va bien....

Y avait qu'à voir samedi...une ville entière que je dis, complétement ivre, à bourlinguer entre les étals pour remplir son verre...y avait pas mieux, même les voitures étaient reléguées au loin...

Écrit par : Sin | 05/02/2007

@Sin : ah oui mais Lugdunum c'est le Sud ! C'est Romain, Sicilien, quoi... Là-bas les flics pour vivre ils sont cachés !

- Ah ça bourré en vélo c'est encore un poème... Déjà en moto tout au début... Ca titubait sur la route !

Écrit par : Sergio | 05/02/2007

pfftt pfff...Même les vélos étaient interdits...Une orgie...ça Oui...une grande , une belle un peu comme à la St vincent...maisplus au sud mais tout de même au nord de Lugdunum...

Écrit par : Sin | 05/02/2007

Les commentaires sont fermés.