Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2007

Bientot l'été (2)

Ca, ce n'est pas très bon. Evidemment on se rapproche de l'été, d'ailleurs on peut difficilement faire autrement. Meme la république ne peut pas nous chouraver ça. Mais l'ennui, c'est qu'ipso facto on est sur la mauvaise pente. Pas seulement à cause de la république, mais surtout parce que cela ne va pas s'arranger : il va faire de plus en plus nuit.

Avant, c'était pareil. mais au moins on savait que ça allait changer. Maintenant cela va aussi changer, mais précisément pour revenir comme avant. Donc bien sur se rapprocher de l'été, mais aussi faire de plus en plus nuit. Pour l'instant ça ne se voit pas trop, à cause de la neige. Et aussi du métro. Nous ça ça marche aussi puisque du tram on voit la neige. Donc finalement ça ne fait qu'empirer. Et il y a encore plus grave : le réchauffement on n'en voit pas la queue d'un, on fait comme soeur Anne, on est des exclus du réchauffement, des sinistrés du non-réchauffement. On devrait nous envoyer des cellules de crise avec des psychopathes... non... euh... des psychotropes.

Dans le Nouvel O. pourtant, pas celui de Pauline Réage, celui de Delfeil de Ton, récemment il y avait un peu de promesses, mais alors loin, très loin. En 2080 la cote d'Azur sera ensablée désertique pire que le Kyzyl-Koum ou meme celui de Gobi, avec des squelettes ambulants, des morts-vivants, des cactus, bref des scorpions partout et des serpents qui marchent sans eau. Alors là moi je dis bravo, bien fait pour eux là-bas, ça leur fait la bite. Surtout que ça bien sur c'est en hiver !

Donc évidemment pour nous à Nancy ça va etre paradisiaque. On dormira couché par terre sous les palmiers,  on roulera sans casque à moto et tout... On viendra nous voir de partout avec des Japonais et des appareils photo, des embouteillages d'Airbus à Louvigny, on va faire un max sur l'immobilier, balèze... Eh ben macache ! Parce que l'article lui il dit... tout le contraire. De la flotte, on aura. Tout le temps. Eté, hiver, jour, nuit et meme à l'heure de l'apéro, et éventuellement aussi pendant les jours de grève. Mais de la flotte... énorme ! On sera un pays de mousson !

Je l'avais bien dit : il faut vraiment se méfier de la presse. Mais bon, je vais relancer mon entrainement avec les parapluies... 

 

00:35 Publié dans météo | Lien permanent | Commentaires (7)

13/01/2007

Ah la s... !

Bon un tout petit post, mais alors vraiment très modeste, juste pour voir si le monstre n'explose pas au milieu d'un mot.

Le monstre, c'est ma Solaris, pas la moto. La Yam, elle, ça va.  Avec sa robe toute noire, on est comme Vronski sur sa jument. Un petit cent quatre-vingt-dix sans rien faire, no problemo. De toutes manières j'avais meme rattrapé une ambulance allumée au cas où. Mais quand on est en forme, on peut faire beaucoup mieux que ça. Surtout la nuit. Evidemment il ne faut pas croiser un canard ou un boa constrictor, ça ferait un peu comme quand on marche sur le tuyau de l'aspirateur.

Mais alors l'autre, la Solaris, macache. Ca se croit un ordinateur surpuissant, en réalité on n'y ferait pas tourner un Pac-man en noir et blanc. Donc pour y remédier le mieux c'était de lui coller des mémoires dans le buffet. Crac ! Quatre gigas. Ah elles étaient belles, les mémoires : et pas des toutes petites mémoires complètement terrées au fond de leurs slots, non, des énormes, et carrossées en aluminium bleu nuit du plus bel effet, s'il vous plait. Donc là comme il n'y a rien à comprendre je le fais, all right. Mais il y a aussi les ventilos, surtout celui du processeur qui trimballe à peu près le double de son poids en nicotine bien coagulée. Alors je lui en avais préparé un autre, de ventilateur, mais un comme on n'a jamais vu : des mécanismes, de la plomberie partout, des lamelles ciselées, ça venait au moins de chez Cartier.

Là où ça se complique, c'est que le ventilateur, il faut l'appliquer sur le dos du processeur avec en sandwich une pate thermoconductible, qu'on étale au doigt à peu près comme on réparait les chambres à air de vélo sur le bord de la route.  Le Dissoplast, ça s'appelait. Maintenant normalement on change tout le vélo. Enfin bon, je refous tout en place, cables, nappes de données (ah non c'est pas un post pour les filles), intestins et autres. En plus je n'oublie pas de rebrancher le courant électrique, ce qui est quand meme le signe d'une rare stabilité émotionnelle.

Ecran noir !  Alors là évidemment il y avait la solution vélo, mais je me suis contenté de changer la carte-mère et le processeur. Mais quand meme, j'ai pu garder la souris et le clavier. De toutes façons il marche pas tellement bien, le clavier. Mais le tréfonds du drame, c'est que les mémoires, on pouvait plus les mettre. Parce qu'elles ont changé. Pas les mémoires, les cartes-mères. Les mémoires, on ne peut en mettre que deux sur les quatre. On pourrait à la rigueur en mettre deux autres, ce qui ferait bien quatre, mais des différentes des premières. Et en plus il faudrait enlever les premières, ce qui ne ferait plus que deux. Heureusement du reste que je ne le savais pas, parce que sinon prévoyant comme je suis, si on compte bien j'en aurais commandé pour huit gigas ! Et pour finalement n'en mettre que deux !

Mais bon deux gigas ç'est pas mal quand meme. Les autres à la limite je peux encore m'en servir comme peigne, avec une de rechange.