Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2006

In the rain...

Au risque de décevoir vous autres Français de l'intérieur, à Nancy il ne neige pas. Enfin, pas encore. Mais, quand meme, il pleut, et dru. Et ce qu'il y a d'ennuyeux, dans cette affaire, c'est qu'en plus ça le fait le jour du vernissage. Pas n'importe quel vernissage, celui où, à coté d'innombrables médiocrités laborieusement exhalées par de fortuits inconnus, il y a mes lanternes. Exactement, mes lanternes. Et un vrai vernissage, avec vraiment Monsieur le maire et Monsieur le curé. Enfin non. Non mais si. Et un coup gratos, of course, ça va mieux en le disant et surtout en le buvant.

Et pour y aller, comme il y a très peu de voitures en ville un samedi à dix-huit heures, la marquise décide d'y joindre la sienne. Jusque-là, ça va, et on se gare en fausse normalement. Seulement dans la tire il y avait un pébroque, et elle le savait, ça c'est sur. Préméditation qualifiée. Elle le sort, l'ouvre, ça continue à aller un peu quand meme... Et c'est là que tout a basculé : meme pas bourré et peut-etre justement à cause de cela, mu par un réflexe primaire et profondément idiot, JE LE LUI PRENDS DES MAINS !!!

Il n'est presque plus nécessaire de raconter la suite. Sans instruction préalable, sans formation particulière, dans la nuit noire et les phares aveuglants, sous la flotte pour ceux qui auraient pris en cours, me voilà aux commandes de ce truc... Et pas sur simulateur, en vrai ! J'avais déjà couché dans un igloo, sauté en parachute, pratiqué le karaté, passé des oxers doubles, des nuits sur des programmes en C++ et meme en Ada, monté 110 kg au développé couché, mais le pébroque, ça, pour moi c'était réservé aux cartes postales sépia et aux films de Jean Renoir.

 Et je te le prends d'une main, de l'autre, personne ne voit plus rien, ça remonte, et bim ! Une flaque d'eau ! Et on continue. Et le vent s'en mele, la portance... Ca veut faire comme avec le professeur Tournesol... Mais non, ça tient. Et voilà les autres, avec aussi des pébroques ! C'est le bouquet, l'anéantissement supreme... Milou, mon vieux Milou !

Et finalement, elle m'a dit : "On y est". Et c'était vrai, on était à la galerie. Parce que pendant tout ce temps-là, elle, elle savait où on était !

Ami lecteur, laisse tout faire aux femmes, meme conduire... Mais fais l'inventaire de la bagnole avant ! Enfin, essaie...

23/11/2006

Avec l'aimable autorisation précaire et révocable de la baronne Mary...

SDF ! Ca, fallait le faire ! Le lecteur avisé et féru d'histoire sait pourtant combien l'hébergeur d'où je viens a parfois senti le souffre... Eh bien si, viré !

Au début, j'avais bien mis en batterie, sur le toit, mon affut quadruple  de 14,5 soviétique, mais les tueurs du gouverneur ont du s'enrhumer sur le quai de la gare... Ensuite, j'ai inévitablement pensé à mes premiers billets, ou s'exhalait délicieusement mon habituelle aversion pour "les agents", comme disait Camus. Et puis finalement, je me suis résigné à admettre qu'il ne devait s'agir tout bonnement que d'une simple opératon foirée de maintenance, vous savez, le machin qui vous plante le réseau chaque vendredi matin et avance d'autant le départ psychologique en week-end...