Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2017

Tortillon, ou hortillon ?

lant_dbl.jpg

 

M'est revenu ls souvenir d'une conversation avec Christiane, qui avait découvert que mes infernales lanternes héclairaient, certes, mais sans l'ombre d'une ampoule à l'intérieur ! Un peu fort quand même... Or il se trouve que j'y reviens, non dans l'optique de la non moins infernale place Stan, mais au contraire pour essayer de les réutiliser dans une espèce de construction un peu fantastique, onirique, dans le genre de la terrasse surplombant du rien. Et là est bien le terrain d'action privilégié, comme on dit, de la 3D. Cela dépend surtout du moteur de rendu (le logiciel qui réalise l'image proprement dite à partir de a modélisation, faite de seuls chiffres) avec ses matériaux, les shaders. Il y a dix ans, ces moteurs de rendu se devaient se produire quelque chose de "photoréaliste", et il est vrai que l'on parvenait à des effets saisissants. Mais tout passe et tout casse et tout lasse, ce qui fait que l'on a commencé à prendre un peu de distance avec ce canon, remarquant bien que c'était l'aspect onirique, voire fantastique comme je l'ai boni qui pouvait retenir l'attention au point d'en faire un but.

 

C'est un peu comme les simulateurs de vol. On a des terrains de plus en plus réalistes, avec force détails, on peut se repérer, pour les naves, uniquement via la planimétrie, on tend visiblement vers la quasi-perfection qu'offre un Googleearth. Mais c'est beaucoup moins romantique ! C'est presque à regretter mes premières naves, toute l'après-midi, sur l'itinéraire de Lugano au Léman par la vallée du Tessiin, certes sans les olifants d'Hannibal... Magique ! Feeling... Ha pour ça on savait jamais exactement où on se trouvait, tant le terrain, déjà presque bien dans son nivellement, demeurait au contraire plutôt fruste dans sa planimétrie, sauf pour les aérodromes, qui permettaient un "touch and go" si on havait la forme, et surtout de se recaler topographiquement parlant si on était paumé. Mais on rêvait, scrutant tout cela... La nuit des loupiotes s'allumaient dans les bleds, en rendant encore plus mystérieuse la localisation...

 

Adonc les ampoules... Coriace ! Pour nous c'est simple, on déclare un point lumineux, invisible sur le rendu, ainsi qu'une puissance d'éclairage, et le moteur de rendu en restitue les effets sur les objets alentour. Mais... L'ampoule, crénom ? Passeque gambergeant à la manière de Renaud, "j'ai réfléchi, et je me suis dit", que s'il y avait une ampoule dans les vraies sur la place, je l'aurais modélisée ! C'est assez simple, et en plus verre sur verre ça peut faire de bon effets, de bons cadeaux, alors pas s'en priver... Ben non si j'ai rien fait c'est que j'ai rien vu ! En halor en reréfléchissant, je me suis enfin souvenu : c'est un petit tortillon de filament que l'on voyait tout nu directement à l'intérieur de la lanterne, tout rachepec et mouiseux. Bien sûr à l'époque j'avais laissé tomber, attendu en particulier que les lanternes ne devaient jamais apparaître de trop près ; maintenant je me demande...

03/03/2017

Et comme cela ?

fen020d.jpg

 

On harrondit les angles ! Tout de suite roman Soulages médiéval. En grand ça peut encore se supporter quelques instants, c'est en petit que ça capharnaüme ces entrelacs ces autostrades...

28/12/2016

Encore un carreau de cassé !

cub070d.jpg

 

Il me reste encore un des ces extraordinaires pédiluves, que j'avais laissé en attente, tant cela m'avait fait rigoler d'avoir été ainsi dépassé par les événements ; le pédiluve c'est quand même essentiel, y a que pour les Yams que les fosses de lavage on peut y aller, mais en scaphandre...

 

Là ici, c'est un peu ce qui me titille depuis des hannées des siècles, simplement les dégradés. Un peu genre Burgonde qui, lui, traitait avec des nuages ; de l'abstraction lyrique, ça s'appelle. Donc ce serait du Burgonde, mais sans les nuages. Plus on en enlève plus c'est beau, naturellement, mais là en plus immédiatement on va me dire que c'est une machine qui le fait. A l'aéro, la bombe, la tyrolienne ou même le tuyau d'arrosage comme Klein, ce serait de l'art, mais là, nib. Pourquoi ? Parce qu'il y a le bras, donc le bon Dieu ; ou plutôt non c'est pire : le bras donc le bon Dieu disculpe le spectateur de ne pas en faire autant, c'est à peu près cela. Un surtoit de l'avant-toit !

 

Tandis qu'ici la machine c'est bien pareil, mais c'est pas le bon Dieu donc on peut pas lui demander de le remplacer ; donc on devrait pouvoir faire la même chose, mais comme c'est au fond assez tuant, le mieux c'est de l'interdire intellectuellement à tout le monde. Hadonc je le trompe un peu, le monde, avec ces montants ; on peut les perfectionner, leur coller du plein cintre, ou même les faire réalistes en 3D ; là c'est que symbolique...