Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2017

Les risques du métier

Toutes les quinze minutes, le généraliste ramasse un billet de vingt-trois euros et le colle dans son tiroir, ce pour épargner au précieux assignat le sort de la lettre volée de Lacan, à savoir disparaître dans l'évidence. D'ailleurs faudrait surtout pas incriminer les pratiques, on est bien trop con pour cela. Hadonc ce brave, lui aussi, ne sait faire qu'un seul geste, mais alors dites-moi y a pas un syndrome, dans cette répétiton, un elbow, quoi ? Le pauvre homme !

 

Et c'est rien, passeque si on revient aux anciens francs, là c'est la brouette ! Berlin Millionen Mark... Le tour de reins assuré le lumbago... Qu'est-ce tu veux faire en un quart d'heure, hein ? Et le patient le gros beuf qui met un temps infini ! Ben dis donc y a peut-être pas d'obligation de résultat mais, comme dirait Brel, on vit pas... Le résultat toutes manières il y est, même sans toubib le gus il est sûr de passer l'arme à gauche à moment donné ; simplement c'est moins réglementaire...

03/04/2017

Fascination, ou sidération ?

C'est pô du Pascalou qu'on va y causer, c'est de Ferdine. Passeque, quand même, il est plusse et même plus que plusse...

 

Le fin fond de l'affaire, c'est pour la route, ce qui fait que je tape havec l'intégral su le groin, raison augmentée, multipliée et même hamplifiée par le fait qu'il peut arriver, dans certains cas mais uniquement, que des lecteurs et surtout des lectrices se mettent, devant pourtant des évidences, dans une configuration un peu analogue à celle de Bébert qui, avisant un clebs de bonne taille, voulait néanmoins "le dérouiller tout de suite"...

 

Ha donc nous arrivons à Sig derrière Ferdine et toute sa harka, La Vigue inoubliable Jésus-Christ, Lucette havec ses espadrilles à pointes et Bébert, encore lui, qui va enfin envisager une sortie longue durée hors de son sac. Là c'est comme en vacances à peine arrivé on visite, ce qui en l'occurrence va prendre un paquet de jours, parce que la bâtisse est rien moins que complexe alambiquée tourmentée ; jamais une bombinette ni même un  début de feu de cheminée, elle est l'archétype de ces constructions où l'on devine strate après strate chaque modification, ajout, rajout, simplification, complication et ce sur un bon gros millier d'années ce qui fait plus que le pavillon Bouygues du coin.

 

Et il y a autre chose : le bâtiment est rythmé de cages d'escalier, bien sûr, seulement les nouveaux locataires sont des Vrounzés, toujours bien sûr, ce qui fait que, attendu que le Maréchal veut être retiré mais non point isolé, sauf et essepressément de Laval, que les ministres actifs (qui continuent à essayer de gouverner), et inactifs se veulent séparés, ce qui revient à ne jamais se rencontrer, on a peu à peu installé dans toute la bicoque des barrages détours contournements Umleitungen et peut-être même des ronds-points d'où l'on ne sort jamais...

 

La reconnaissance bat son plein, dans les combles pour y aménager une salle de danse, repérer les souris, les raccourcis vers les toits, les passages secrets les traboules, y compris pour Ferdine, appelé vers les appartements les plus importants souvent comme truchement avec l'extérieur (Ménétrel est encore là, au début, comme médecin) et en retour pour obtenir quelque aide pour ses propres activités médicales en ville.

 

Au bout d'un moment il se rend compte que, si lui-même arrive péniiblement à se retrouver dans ce dédale à force de cogitations et de points de repère, dame Lili et le fauve traversent toutes ces zones au moins dix fois plus vite que lui et en faisant quatre fois moins de chemin ; pour Bébert c'est l'instinct, mais Lucette ? Bien voilà, le sixième sens des femmes, pour qui aucune complication, aucun désordre n'est invincible, insurmontable... Et il conclut :

 

- C'est l'ordre qui les interloque ...!

18:44 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (65)

23/03/2017

No pasaran

Dans les vertes hannées, j'ai nommé ce fabuleux printemps soixante-huit, il y a une antienne qui se ramenait à toutes les sauces, ponctuant la moindre manif, même celles avec trois types, la moindre motion le moindre tract, c'était "le fachisme ne passera pas". Ca me cisaillait toujours le bol, ce truc, et pour des raisons.

 

Chaque fois en l'entendant la première idée c'était "Oui ben tu vas voir si jamais i sont là s'ils passent pas !" Ce qui sous-entendait un fachisme représenté par une sorte de gigantesque corps franc hérissé de Stahlhelms et blindé par milliers résonnant sur le pavé de notre brave capitale. Révélateur ! Malgré le terme lui-même, c'était jamais l'italien pourtant largement aussi décoratif et bien sapé (sauf pour les tanks, là ils ont pas le coup de crayon) ; c'était donc un rien diffus, un peu Europe centrale mais surtout spountz. Et révélateur parce que, démonstration faite, on avait recours à l'Histoire, attendu que de fachisme dans le coin il n'y en avait pas plus que de beurre en broche. Finalement, les seuls qui se dévouaient pour tenir le rôle même approximativement c'étaient les copains soviets, qui eux effectivement ménageaient pas leur peine. pour batte l'estrade.

 

On pouvait naturellement imaginer aussi de compter sur la ressource locale ; mais encore... La France gaullienne, fachiste ? Mouais... Soyons sérieux trois secondes. Ha oui les groupuscules ! Occident, le GUD, que sais-je encore... On remplirait pas un train corail avec ça ! Et les Katangais... C'était mignon, ça, les Katangais !

 

Dans ces conditions, pour pas passer i risquait de pas passer, hein ! Tiens, Le Pen ça existait déjà, il avait une maison d'édition d'audiovisuel, de disques, donc, avec des enregistrements historiques, discours d'oncle Wolf etc. Rien que de légal et d'ailleurs sans prosélytisme particulier. Toutes manières ça circulait sous le manteau, ces trucs-là ; j'avais un copain, fils d'ingénieur bossant en France au titre des dommages de guerre, qui nous ramenait ça de chais pas où en cours d'allemand.

 

Mais revenons au sujet : qui aurait dit que, quelques décennies plus tard, ça nous pend au nez comme un sifflet de deux sous ? On a manqué de souffle : il fallait les hattendre rue Gay-Lussac ! Pour leur dire de pas passer...